102
Commentaires

Qui veut de mes oeufs frais ?

Comment exporter 15 millions d’œufs en moins de quinze jours ? C’est le défi lancé par des producteurs pour faire face à une surproduction en France qui fait chuter le prix de l’œuf. Ce défi doit permettre d’enrayer une crise qui a fait caqueter les rédactions cet été quand des centaines de milliers d’œufs ont été jetés sur le trottoir. 15 millions d’œufs, ça fait une belle omelette, mais concrètement, comment les exporte-t-on ? Vers où ? Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ? Enquête menée sur des œufs.

Derniers commentaires

Ce forum est vraiment navrant.
Des douzaines de jeux de mots débiles possibles sur un sujet qui s'y prête tellement, tués dans l'oeuf par une discussion très sérieuse sur la filière bio. Quel gâchis.
[quote=Kerguelen]C'est pas cher, prêt à l'emploi, pasteurisé, facile à stocker et à transporter, disponible en grande quantité ...

Et facile à trafiquer, bien sûr!
Ce ne l'est pas dit explicitement dans l'article, mais ces 15 millions d'oeufs seront envoyés dans des usines qu'on appelle des caseries d'oeufs ! Il en sort de ces caseries les fameux ovoproduits mentionnés dans l'article qui sont tout simplement le jaune d'oeuf et le blanc d'oeuf séparrés mécaniquement et conservés sous différentes formes. (liquide à air ambiant ou sous vide, en poudre, etc...).

Les ovoproduits sont à l'oeuf entier ce que le minerai de viande est à la viande entière ... C'est pas chère, prêt à l'emploi, pasteurisé, facille à stocker et à transporter, disponible en grande quantité ...

Il faut savoir que les restaurateurs (à part quelques uns) n'achètent plus des oeufs entiers mais des bidons de plusieurs litres ne contenant que du jeune d'oeuf ou du blanc d'oeuf ... Fini la corvée de devoir casser plusieurs oeufs pendant le service, il n'y a plus qu'à ouvrir ces bidons d'ovoproduit.

On fait aussi des sacs de jaune d'oeuf sous vide, et qui donc se conserve ainsi très longtemps. Pour l'exportation c'est certainement sous cette forme que ça se fait. (Vous imagineriez la difficulté de devoir envoyer des oeufs entiers à l'Irak sans en casser et en conservant leur fraîcheur ?)
Yo;

Ça n'a rien la voir mais j'ai la flemme de chercher le forum approprié, vous vous souvenez de la légende urbaine des méchants oligarques russes piégés à Chypre que ça vallait bien le coup de punir toute la population ?

[quote=François Leclerc](...) son sauvetage initial aura eu une conséquence inattendue : au terme d’une conversion en actions à hauteur de 47,5% des dépôts supérieurs à 100.000 euros (au lieu des 37,5% initialement prévus), des oligarques russes en sont devenus sur le papier les actionnaires majoritaires..

La suite de ce conte édifiant est ICI mais on racontera une autre version aux enfants pour les endormir.
Tant qu'on bouffera des morceaux de cadavres (viandes), des produits issus de cadavres (lait, presure des fromages), des règles (œufs) ou du vomi (miel), du poisson pourri ou du cartilage de porc dans le vin et la bière (collage)...
Il faut et ils suffit de n'acheter que des oeuf marqué 0 avant FR sur l'oeuf comme cela vous êtes à peu près sur qu'ils ne viennent pas batteries inommables et d'entassements de poule.et que vous n'engraissez pas tout ces gros producteurs fordiens.
Un article très intéressant .Je signale un reportage diffusé lundi soir sur France 5 ( "un oeil sur la planète" ? pas sûr du titre) consacré à l'agriculture en Roumanie.Le reportage montrait que les petits ou moyens agriculteurs roumains ne parvenaient pas à s'en sortir face à la concurrence des grandes multinationales. Ils étaient trop petits pour bénéficier des aides de l'UE. A court terme,c'est tout à fait tragique pour ces agriculteurs .A moyen terme cela pèse sur le développement ,les " classes moyennes " étant le moteur du développement.
Bonjour Madame la crémière, je voudrais 1 250 000 douzaines d’œufs.

Pensez à acheter des coquetiers avant vos œufs. Voilà une manière astucieuse de relancer l'économie et de faire la fortune des fabricants de coquetiers.
Vous voyez toujours le côté obscure des choses...
"Mais, une fois les bâtiments prêts – dont certains ont été considérablement agrandis pour produire davantage, la ponte a repris de plus belle avec des poules qui ont connu une baisse de mortalité vu leurs conditions d’élevage légèrement améliorées."
le genre de trucs qui me consternent. un tout petit chouïa de mieux vivre, oh, pas grand-chose, et elles meurent moins, alors pondent plus longtemps, ou même plus souvent, et c'est la cata. merci pour cet article.
Quelle idée aussi de vouloir manger des oeufs industriels quand on sait tous ce que ça suppose...
Super intéressant! Merci!
Il faudrait quand même faire un point sur ce qu'est la filière des poules pondeuses en France ... parce que c'est quand même, il faut le rappeler, un monument national à la gloire du productivisme agricole et de la loi du marché.

Cette filière, c'est :
- un nombre de poules virtuellement infini concentrées au même endroit
- un prix de l'oeuf tiré vers le bas par de la production à bas coût du fait de la concentration (économies d'échelle)
- un quasi-asservissement des producteurs qui n'ont aucun choix dans le mode d'élevage (travail dit "à façon") pour répondre aux exigences de qualité des coopératives. Au fait, il n'y a pas sur @si un autre article sur le quinoa où on a eu le même genre de discussions ? parce que les poules et le soja OGM ...

La poule pondeuse, c'est une production qui, comme le porc hors-sol, se tue elle-même en favorisant les très très grosses unités de production, puisque celles-ci sont capables de réaliser des économies d'échelle. Et c'est tout. Par contre, elles sont aussi très très fortes pour concentrer les effluents d'élevage et ne pas savoir qu'en faire ... alors que les régions céréalières de France se tueraient pour gagner 0,1% de matière organique dans leurs sols. Cherchez l'erreur ...

Quant aux syndicats agricoles, il serait intéressant de développer un peu. Vous dites bien, Anne-Sophie, que la Conf et la Coordination Rurale sont minoritaires ... Ceci dit, au niveau national, la FNSEA est majoritaire ... avec 48 % des voix (encore moins si on compte l'abstention record aux dernières élections de Chambres d'Agriculture de 2013). Petit rappel :

La FNSEA : syndicat historiquement majoritaire dans l'après-guerre, uni autour de l'idée de nourrir une France dévastée par les conflits et soumise aux tickets de rationnement, s'est transformé petit à petit en ce que j'appelle le "cul invisible du marché" (celui qui aime bien la main invisible ...). Syndicat converti de longue date au productivisme et à la loi du plus fort, défendant bec et dents le sacro-saint rendement des agriculteurs.

La Confédération Paysanne : syndicat qui s'est formé en réaction aux dérives successives des syndicats majoritaires vers de l'ultra-libéralisme forcené, issu entre autres des conflits liés au Larzac, le syndicat des "intellectuels paysans" (de la confession de ses adversaires !), clairement altermondialiste, a été présidée par José Bové, et dont on n'entend plus parler depuis que ce dernier est devenu député européen. Le syndicat de l'exploitation à taille humaine, des prix rémunérateurs, du retour à l'équilibre éleveurs/céréaliers ... bref vous voyez où va ma préférence.

La Coordination Rurale : syndicat TRES récent, hyper réactionnaire, et très, très, très, très, très populiste. Certains experts agricoles ont eu des résultats étonnants en comparant les cartes de la base du vote Coordination Rurale et du vote De Villiers ... Cependant, depuis, c'est un syndicat qui s'est étoffé car il est populaire, il dénonce la cogestion de la FNSEA avec les instances d'orientation agricoles territoriales (à raison d'ailleurs) et le maintien virtuel du pouvoir dans les mains d'un syndicat déjà tout-puissant (encore une fois, à mon sens, à raison). Mais c'est syndicat qui n'a pas peur quand il s'agit de dénoncer le martèlement des lois "écolos" type directives nitrates, qui conteste sur des raisonnements scientifiques biaisés que les nitrates d'origine agricole sont responsables de la prolifération des algues vertes, qui globalement, est un syndicat de déresponsabilisation de la profession agricole vis-à-vis de ses pratiques. Et qui, systématiquement, refuse de voir les problèmes de filières de manière systémique (comme le fait très bien le responsable Conf dans l'article), et refuse que les agriculteurs payent le coût de quoi que ce soit (même s'ils sont responsables).
qu'une poule ne sache pas se servir d'une lime à ongle...je ne le crois pas!
Que fait notre tête d'oeuf (ENA 1982-1984) ?

Ah, pardon, "coquille vide" c'est seulement pour ses annonces.
Ceux qui jouent le jeu du capitalisme n'ont pas le droit de se plaindre. Vous n'avez rien contre la libre-concurrence, la surproduction, le profit comme seule aspiration sociale ? Acceptez les règles. C'est notre monde.

edit : d'ailleurs je remarque que le mot "capitalisme" est tabou. On parle du système, du profit, de la finance, de l'industrialisation, de la privatisation, des bas-salaires, de la concurrence, du chômage, mais JAMAIS le nom de ce système n'est cité dans la presse. Dictature sans dictateur personnifié...
On nous offre grosso-modo le choix entre des keynésiens qui font peser sur l'état la compensation du niveau de vie, ou des libéraux qui lâchent toutes les brides à l'industrie. Dans les 2 cas le capitalisme est gagnant quoi qu'il en soit.
Puisque la filière non industrielle n'est pas en crise, pourquoi les producteurs industriels ne se reconvertissent-ils pas en petits producteurs locaux, bio et ... équitables? Ah mais... faut travailler soi-même, au lieu d'exploiter des milliers d'ouvriers agricoles... Quant aux clients... pourquoi continuer à acheter de la daube à bas prix? Quelle valeur nutritive peuvent bien avoir ces succédanés? Pourquoi pas boycotter aussi tous ces produits où on trouve de la "poudre" [s]aux yeux[/s] d'oeuf?

Une fois de plus, c'est nous, les cons-ommateurs, qui avons la clé.
Merci Anne-Sophie pour cet article bien informatif. Mais bon, je suis quand même heureuse d'avoir des poules chez moi, car ces oeufs-là, je n'en veux pas, même en cadeau. De voir ces élevages industriels, il y a de quoi devenir végétarien pur et dur...
AFP 21/08/2013 20:10
- Un caméraman d'un site internet d'information tunisien a été placé en détention dimanche après avoir filmé un jet d'oeuf sur le ministre de la Culture, Mehdi Mabrouk, ont dénoncé mercredi son employeur et des syndicats professionnels.

A l'heure actuelle, on recherche encore la poule qui a pondu cet oeuf.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.