54
Commentaires

que faire après une grosse boulette ? La leçon d'Océanerosemarie aux gros boulets

Le président commet une blague immonde sur les drames de l'immigration illégale, un sportif embrasse de force une journaliste : trois mots d'excuse, et puis s'en vont, l'affaire est réglée. D'ailleurs, d'autres qu'eux-mêmes les excusent généreusement sur les plateaux de télé. Comment s'excuser valablement ? Océanerosemarie enseigne aux puissants la culture de l'excuse.

Derniers commentaires

Au degré zéro de ma réception, je vous entends utiliser un ton péremptoire pour juger indécent des propos ou des actes auxquels vous retirez de facto le statut d'opinion ou de posture moralement discutable (au sens discussion) pour les verser dans l’inacceptable.

En agissant de la sorte, de mon ressenti, vous versez ceux qui les portent dans une sorte de non existence civile à charge pour eux de présenter des excuses susceptibles de les faire revenir dans le corps social.

Je me sens en Etat de scissure.

Au degré 1 de ma réception (j'analyse qui vous êtes pour parler comme ça), je note que vous habillez votre présentation d'un nombre impressionnant de mimiques faciales et gestuelles dont j'ai l’intime conviction qu’elles ont pour fonction d'user de l'humour comme d'une forme d'excuse anticipée à une critique qui vous chatouillerez sur le fond de vos assertions.

Au degré 2 de ma réception (je m'interroge sur quoi vous fondez la légitimité de la violence que vous infligez aux personnes que vous incriminez), je perçois que l'ensemble des personnes mises en cause détiennent du pouvoir et/ou de l'argent.

Et là je me souviens : vous vous présentez comme humoriste.

Si votre intention était de faire rire sans critique politique, c'est votre choix.

Mais si, il s'est agit d'un rire critique, je vous porte la contradiction sans vous demander votre avis, mais sous le couvert néanmoins de l'ouverture de ce forum de discussion, car votre vidéo m'a infligé 09 minutes de complicité non désirée à une époque de vie où, cette violation réitérée des civilités sociales, n'en finit plus de défaire le tissu du dialogue au seul bénéfice des monologues.

Pourquoi ? Comment une vielle bique dans mon genre, de près de cinquante ans, pétrit d'un monde où le censeur-critiqueur était, soit un vieux bouffon du roi bien au fait des tenants et des aboutissants qui avait au long de sa carrière construit son lectorat avec qui il pouvait enfin entrer en discussion à travers ses chroniques, soit un jeune luron proposant la force de sa jeunesse au soutien d'ambitions différentes qu'il défendait comme telles, comment cette chèvre donc aurait pu imaginer qu'une rhétorique de la morale allez s'énoncer sans s'annoncer ? ça fait mal !!!

Comment monologue ? Avez-vous réellement construit votre chronique en gardant en tête le respect de ceux à qui elle s'adresse ? N'avez-vous pas été animée du seul principe de votre propre satisfaction à dire et faire ? N'avez-vous pas essentiellement ressentie l'exercice d'un pouvoir de parole sur le monde dont la légitimité s'épuise dans le seul mérite d'avoir obtenu un temps d'antenne ; à l’exclusion de toute démarche professionnelle tendant à démontrer que le temps que vous avez consacré à l'étude de la question que vous traitez justifie la péremption de vos destinataires ? Et votre pirouette de fin n'est-elle tout simplement pas le reflet d'un discourir qui se referme sur lui-même par un jeu de mot dont la seule ambition est bien, là, ramassée au seul jeu ?

Où la contradiction ?

1. Pouvez-vous indiquer sur quelles sources, non purement déclaratives de la presse quotidienne, vous vous appuyez pour affirmer que des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année entre les Comores et Mayotte ? Avez-vous une connaissance, ne serait-ce qu'approximative, des problématiques rencontrées en matière d'immigration sur le territoire de Mayotte ? Et pensez-vous sérieusement avoir compris les propos tenus par le Président ; ce qui suppose que vous vous soyez interrogée sur les personnes à qui ils se sont adressés, non ? La politique, un dialogue et non une leçon ?

2. Avez-vous interrogée la journaliste sportif en question sur son réel émoi suite à ce baiser dégoutant ? Par exemple sur l'ambivalence de son comportement dans le milieu sportif qui brouille l'image de la journaliste vers celle de la midinette par notamment ces déclarations dans son blog personnel, où elle affiche des postures dont elle ne saurait prétendre qu'elles n'ont pas pour effet d'éveiller l'appétence à caractère sexuel de ceux qui les regardent, déclarations tendant au fait qu'elle souhaiterait se marier avec un sportif de haut niveau ? Ne doit-on pas, pour jauger de la scène que vous dénoncez, se demander si cette journaliste du coup n'aurait pas participé à des soirées alcoolisées en compagnie de ces dit-sportifs en flirtant tout à fait volontairement ? Et le cas échéant, le baiser tout dégoutant soit-il, et alors qu'il est visible que le jeune homme est alcoolisé donc désinhibé, comme chacun fait semblant de ne plus le savoir, et alors qu'il est visible de tous que c'est spontanément qu'elle se love dans son flanc et qu'elle y reste, n'est-il pas autre chose qu'un croc-nikeur (au sens de faire la nique) de la fatalité ? Je pousse au-delà et vous demande si la violence sexuelle infligée en "permanente" par les femmes déshabillées aux hommes d'une génération qui n'en finit pas de ne plus savoir où se mettre ne mériterait pas plus l'attention d'une fougueuse jeunesse désireuse de proposer un autre projet que celui du consumérisme des dé-colletés :-).

3. Ensuite, enchaîner la dénonciation d'un baiser dégoutant par celle d'un viol par sodomie d'une fillette présentée par sa mère en taisant de ce fait l'essentiel de la problématique de ce sujet qui permet comme d'habitude aux défenseurs de l'auteur de se sentir en basket, pour moi c'est pas Picard :-(.

Pour le reste, je n'y entends rien, faute d'être documentée.

Je terminerai par un sarcasme invocatoire : jusqu'à quand va-t-on continuer à accuser l'âne d'avoir bouffé la carotte agitée sous son nez ?

Sanahoria
Voilà ma position : je n'aime pas Macron, non pas parce que Macron est comme Sarkozy un être haïssable mais parce que Macron est un projet déshumanisé auquel on a donné des allures sympathiques et faussement démocratiques
Il est néanmoins sorti de cela un "jeune" homme qui aime faire l'étalage de ses connaissances de par ce goût effréné pour le bachotage
Ce faisant porté par son envie d'en placer une, il dérape et s'en rend compte
Il se rend compte de l'énormité de sa plaisanterie style Charlie Hebdo qui dépasse j'ose le penser le fond de sa pensée
Mais là, il y a un interdit :
un gagnant ne peut s'excuser, la faute doit à la limite être renvoyée sur un autre mais jamais sur soi.
Ajoutez à cela, le fait que le Président est par essence comme le Pape conçu sans tache, il est infaillible

Pas d'excuses, no sorry, quand une carrière de roy s'ouvre à vous, le confessionnal s'éloigne
En termes d'accueil des réfugiés, les expulsions d'Afghans vers leur pays en guerre ont repris :
https://www.politis.fr/articles/2017/06/paris-kaboul-la-france-se-lance-dans-une-vague-de-renvois-forces-37121/
Hey les gusses ! Je profite de ce fil pour vous indiquer que Libé a mis en ligne l'émission de ce soir minuit (avis aux couche-tôt) avec Snowden qui discute avec une Islandaise du Parti Pirate et un activite américain de gauche, de la démocratie en occident. C'est en bas de la page
http://www.liberation.fr/futurs/2017/06/10/meeting-snowden-pourquoi-continuer-a-croire-en-la-democratie_1575902
Je vous le conseille : de la part de Libé, c'est forcément une erreur,
Merci à Océanerosemarie d'avoir rappelé la situation de Haïti, l'un des pays les plus pauvres au monde, qui a dû payer à la France des sommes faramineuses pendant des décennies pour avoir accédé à son indépendance. J'avais oublié l'épisode Hollande.
Ce qui est bien avec Océane, c'est qu'elle se place toujours du côté du Bien.
C'est douillet, il y fait ni trop chaud, ni trop froid, ça protège. Elle a raison d'y rester.

Qu'est-ce que vous dites? C'est facile? Démagogue? Mais non vous n'y êtes pas !
"Blague immonde" n'est ce pas un peu exagéré ? Le Canard lui même se contente de mots "bavure" ou "boulette présidentielle".
Blague cynique, vous préférez ?
Immonde est assez pertinent, pourtant. Celui qui plaisante sur la noyade des autres se place lui-même hors du monde. La racine de cynique, c'est chien: vous imaginez un chien se marrer en voyant couler une pirogue?
Blague abjecte ?, avilissante?, honteuse?, ignoble?, méprisable?, infâme?, macronienne ?
Rohh pétez un coup... Ca fout fera revenir au monde.

Tout le monde fait des blagues cyniques. C'est très sain, vous devriez essayer.
Ce qui me gêne c'est qu'il se permette de le faire en public. C'est pas présidentiel du tout.
Tout le monde fait des blagues cyniques.
J'en fais moi-même volontiers, vous avez raison, c'est tonique. Desproges, Coluche étaient assez bons pour ça, au point que des irréfléchis (ou des hypocrites) les aient pointés parfois comme racistes. Par contre, un élément semble vous échapper: si je fais une blague çynique sur les migrants noyés, on sent derrière l'indignation. Derrière la blague de Macron, on sent qu'il aimerait mieux que les pirogues transportent moins de Comoriens... même s'il ne leur souhaite pas vraiment de se noyer.
C'est d'ailleurs en ça que sa blague est immonde: il a pensé que les Comoriens étaient des gêneurs, il n'a même pas pensé qu'ils en mouraient, parce qu'il s'en fout totalement.

"Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
[...]
Moi je dis que la Seine a pas le même goût,
Vue par en dessus ou par en dessous."
Votre exemple est contradictoire , Cultive .
Une hyène à la rigueur, mais un chien c'est peu probable.
Et ça l'est encore moins s'il se trouve dans la pirogue.
Merci pour cette chronique; à l'opéra de Rouen avant-hier:https://actu.fr/normandie/rouen_76540/video-intrusion-accusation-viol-salle-evacuee-opera-rouen-explications_4856797.html
Se réfugier derrière le génie d'un cinéaste pour l'absoudre est immonde. Violer une gamine de 13 ans est et reste une infamie. Mettre en prison m'intéresse peu. L'important, c'est que la conviction que ces agissements sont immondes et infâmes devienne aussi universelle que possible, de manière à ce que d'autres ne se croient pas autorisés, absous d'avance, à faire pareil.
Et surtout que plus aucune personne ainsi agressée ne soit envahie de cette espèce de sidération qui empêche la gamine de se révolter (j'ai lu le verbatim de son interrogatoire, c'est criant de vérité et accablant de résignation).
Très belle chronique, merci !

Juste un détail : Polanski a déjà fait de la prison. A titre personnel, je milite contre la prison, donc je ne peux pas entendre sereinement que l'on souhaite y plonger quelqu'un. Même Polanski. Même Woody Allen (qui, lui, ne s'est pas excusé). Même Cahuzac. Et ce n'est clairement pas pour les excuser ni minimiser leurs méfaits.
La référence aux fameux "nègres" de Laurence Rossignol, servie hors contexte pour la diffamer. Une belle saloperie de votre part.
Et cela par l'intermédiaire du tweet de Jean-Luc Mélenchon qui prend fort logiquement sa défense.
L'occasion de faire d'une pierre deux coups, et de régler vos comptes avec les laïques, vos bêtes noires.
Mais votre accusation malsaine ne changera rien à l'opinion générale sur ces personnes.
Si on doit débusquer et dénoncer le racisme, on cherchera de préférence du côté de vos amies du PIR.
Merci Océanerosemarie, vous m'avez fait du bien. Ces derniers temps j'avais un peu souffert sur un forum d'@si, devant les problèmes de comprenette de certains.

Comme je suis un peu obsessionnelle dans certains domaines, (genre ceux qui ne s'effacent jamais des mémoires et des corps des victimes), par exemple, en ce qui concerne le si talentueux cinéaste quasi-pédophile violeur d'enfant de 13 ans, son acharnement à échapper à la justice pourrait bien finir par payer, hélas : c'est sa victime, épuisée par ce drame, qui demande à la justice américaine de clore le dossier, pour qu'elle-même puisse enfin tourner la page. Elle n'aura jamais obtenu justice, parce qu'obtenir du pognon n'est pas obtenir justice. Mais pour avoir enfin la paix, elle en est réduite à se battre pour défendre cet immonde salopard, de sorte qu'il soit enfin libre d'aller violer où il veut non pardon de se déplacer où il veut.

S'il n'y avait pas de prescription pour les crimes et délits sexuels, avec les avancées scientifiques, certains cold cases pourraient être résolus et un plus grand nombre de violeurs à la Polanski ou autres garderaient peut-être leur bite et leurs mains dans leur culotte au lieu de les introduire de force dans tous les orifices passant à leur portée.

Quant à "l'humour" de Macron, il est encore temps de lui dire ce qu'on en pense dimanche, et de contrer le vote des "Français de l'étranger".
La question de la dette de la France envers Haiti n'est pas simplement le fruit des effort generaux "d'enrichissement" de la France aux depends de son ancienne colonie :

Haiti a du PAYER une somme en or (150 Millions de francs a l'epoque, qui vaudraient aujourd'hui 21 milliards de dollars !) aux colons Francais depossedes de leurs esclaves.
Je ne suis pas sur que le bilan soit de 10 000 morts "tous les ans".

Le bilan est deja bien assez horrible comme ca.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.