46
Commentaires

Quand les embedded se retournent

Alerte ! Tout cède, tout lâche, tout fout le camp, même les députés UMP !

Derniers commentaires

Bonne chronique.
Pour résumer, il y a ceux qui ouvrent les robinets (les médias indépendants du pouvoir), ceux qui suivent (ne sont pas très clairement identifiés jusqu'à présent, c'est de l'ordre du ponctuel), et ceux qui nagent à contre-courant afin de récupérer ou sauvegarder leurs meubles (le Figaro et autre presse et médias aux ordres).
Si après que l'eau du bain est partie, la baignoire est aussi propre que la mienne, l'on pourra dire qu'après la honte du régime sarkozyste, la situation est enfin revenue à la normale.
C'est amusant, mais cette affaire me rappelle étrangement une nouvelle policière d'Agatha Christie : Témoin à Charge.

Rapide résumé : un homme, Leonard Vole, est accusé du meurtre d'une vieille dame, dont il est l'héritier, et qu'il a beaucoup fréquenté ces derniers temps.
L'avocat de cet homme va donc voir sa compagne, Romaine Heilger, et lui demande de témoigner pour Leonard : oh, ça ne le sauvera probablement pas, tant les pièces à convictions contre lui sont importantes, mais ça peut aider.
Romaine refuse et déclare qu'il est coupable, va même témoigner qu'il est rentré tard, taché de sang. Par ailleurs, elle se débrouille pour faire parvenir de façon détournée à l'avocat les preuves qu'elle n'était pas à la maison et que son témoignage ne vaut rien.
Le jour du procès, l'accusation a fondé son dossier principalement sur le témoignage de Romaine, mais l'avocat parvient à le démonter, et le jury se retourne comme une crêpe : la femme a menti, Leonard est innocent, et elle va faire quelques mois de prison pour faux témoignage. Ensuite, elle explique à l'avocat, qui a finalement compris la manœuvre, qu'elle a agi ainsi parce que Leonard était coupable, et pour lui éviter la corde.


Aujourd'hui, on sait qu'il y a eu un conflit d'intérêt très grave, il semble bien que les chèques évoqués dans les enregistrements aient été faits et envoyés, et d'après Marianne, Pécresse aurait empoché un chèque de 7500 € (illégal) ainsi que l'association de soutien à l'action d'Eric Woerth (parti politique fondé en 2008), alors que celui-ci n'était pas en campagne.
Si ces faits sont avérés, Pécresse va devant les tribunaux, Liliane aussi, et probablement Woerth.
Sauf que si les 150.000€ ne sont pas prouvés, il y a de fortes chances que les accusateurs se voient privés de leur légitimité, alors que même en dehors de ça, les faits reprochés à Éric Woerth sont très graves.
A l'occasion d'un "stage d'observation" (hahaha quelle vaste fumisterie ce truc, heureusement qu'on m'a laissé jouer avec les nagra), j'ai pu voir l'ineffable Achilli dans ses oeuvres: piéger un homme politique (corse) en lui disant qu'il ne l'enregistrait plus alors qu'il l'enregistrait, passer des coups de fils comme un forcené pour doubler sa propre collègue de bureau sur un contact, se payer ma tête de petite stagiaire qui avait oser ouvrir sa bouche (pour dire que les pin ups au salon de l'auto étaient d'un autre siècle -quelle sotte, j'étais !) et se la raconter matin-midi et soir... Un être délicieux, vraiment !
Pan ! Sur le bec der la radio qui jette ses meilleurs éléments par dessus bord !

Bien fait !

***
Ben alors? M. Porte? En vacances? Viré?
Rien à voir avec le sujet mais ... on est jeudi et il n'y a pas de nouvelle chronique de Dider Porte ?
Ce n'est pas réservé aux embedded UMP d'être avant tout suiviste ! Ne pensez-vous pas qu'il y a aussi des embedded "de gauche" pas très malins qui s'engouffrent sans réfléchir et sans esprit critique dans tout ce qui fait "grande idée de gauche" ?
C'est vrai que cette image de Saint Sarkozy avec ses journalistes embedded publiée dans Match , on peut lui faire dire n'importe quoi ! Détournement éhonté d'image !
Bonjour,
Une fois de plus Daniel, vous voyez juste au milieu de tout cet enfumage orchestré.
France Inter n'est plus crédible, mais par contre ce ne sont pas les vases communicants qu'espère le petit manipulateur, je n'écoute et ne regarde plus rien… si ce n'est la BBC et ARTE.
Par contre je lis beaucoup internet ce média "faciste" pour nos grands enfumeurs.
Merci!
J'ai bien commencé ma journée : tordue de rire en lisant la dernière phrase.
Oui,heureusement que la presse en ligne est là ! D'ailleurs elle les dérange tellement,qu'ils l'ont attaquée copieusement hier ".C dans l'air" nous en a donné une brillante illustration. Embarqué dans l'émission,un journaliste du Figaro dont j'ai oublié le nom a balancé des énormités qui donnaient à penser qu'il était passé à l'Elysée juste avant ,ce qui n'étonne guère.. C'est le Figaro! Pour France inter,nous y voilà !
Il s'agit d'Yvan Rioufol dont vous pouvez avoir ci-dessous un aperçu de son immense talent :

http://www.acrimed.org/article765.html
C'était l'immonde Yvan Rioufol.
Après l'avoir entendu, ainsi que Christophe Barbier, j'ai failli casser la télé...
Pas souci d'économie, j'ai préféré l'éteindre au bout de 10 mn.

Plus tard je rallume la télé sur bfm ou itélé, arrrrrrrrrrgggggggggggghhh encore lui face à Robert Nahmias, mais cette fois, au moins c'était marrant.
J'ai eu la surprise de voir l'immonde "voix de son maître" se faire allumer grave par R. Nahmias qui pourtant paraissait plutôt modéré sur le sujet et qu'on peut difficilement soupçonner de gauchisme ^^.

Franchement un grand moment !
Oui ! J'ai vu moi aussi C dans l'Air. Bonne manipulation du bon peuple.
Quand il a été question de Mediapart, questions à Yvan Roufiol (éditorialiste ultra-libéral du Figaro), Denis Olivennes et Barbier pour savoir ce qu'est la presse en ligne à la Médiapart, personne pour dire qu'il s'agit d'un vrai journal en ligne, avec de vrais journalistes dedans, et des bons, et excusez du peu, Edwy Penel à la barre, qui n'est quand même pas le dernier des derniers.
Quelqu'un qui ne consulte pas internet peut croire que toutes les saletés que dit Morano, journalisme de ragot, etc, sont vrais.

Pas une bonne idée de toutes façons de faire parler à des représentants de la presse papier aux abois du journalisme en ligne. Ils se taisent pour ne pas leur faire de pub.
Olivennes a un moment parle du fait que la compable répète ce qu'elle a dit aux enquêteurs de la police, mais il est coupé sous prétexte que tout cela tourne en rond.... Affligeant.
La bataille n'est pas encore gagnée, camarades.

Disons qu'il y a eu un frémissement parmi les suivistes qui se rendent compte que ce n'est pas toujours Sarko qui gagne à la fin.
Pas toujours....
Ouaip, vu aussi et j'ai trouvé que Cayrol était le "moins pire", c'est dire le niveau de l'émission...
Ah oui, le fameux Rioufol du goulot ?
C'est bizarre : toutes les émissions de "désinformation" officielle sont en vacances, sauf C dans l'Air !
Il y a certainement une raison à ça... ce doit être la plus "soumise" aux diktats (et la plus "populiste" parce que, bonjour le ton quand c'est l'aut' naze qui l'anime... encore un qui prend les télespectateurs pour des débiles mentaux).
Yvan Rioufol, du Figaro, nous donne une vraie leçon de journalisme. Rendez-vous compte, rien que dans le premier 1/4 d'heure de cette émission, il parle d'une crise morale qui touche aussi la gauche, de "survenue du populisme", "d'hystérie de la gauche" (Morano et Bertrand sont pas trop "hystériques", hein...), de "crise politique qui ne va pas arranger les affaires de la gauche", d'une autre "crise morale" : "la crise des médias eux-mêmes", "d'internet (qui est un) tout-à-l'égoût", et surtout il parvient à caser pas moins de 4 fois la formule "chasse à l'homme" (dont il pense que Woerth est la victime, évidemment).

Si l'argumentation très personnelle de ce journaliste du Figaro ressemble comme 2 gouttes d'eau à la ligne de défense du gouvernement en utilisant chacun de ses éléments de langage, cela n'est que pure coïncidence.

Roland Cayrol a beau lui faire remarquer que "transformer tout ça en une soi-disant chasse à l'homme montée par l'opposition, c'est un total écran de fumée", cela n'empêchera pas le présentateur, la 4ème fois que Rioufol parlera de "chasse à l'homme", de relancer ce dernier ainsi : "Est-ce que cette chasse à l'homme ne va pas continuer à lui coller à la peau (...)". Lui aussi fait très bien son travail.
C'est vrai qu'il était assez gonflant, n'a apporté aucun fait, (sauf la précision sur le financement non par des entreprises mais par des humains), et s'est cantonné à une leçon bien apprise, un dogme dont il ne fallait pas bouger. Il n'a pas voulu entendre que la première partie de l'affaire méritait d'être bien considérée, et s'est enfermé dans l'idée que médiapart était l'organe de presse du PS. Bref, bien loin du journalisme...
[quote=Daiel Schneidermann]Heureusement que la presse en ligne est là, désormais, bien installée, avec sa sagesse et sa pondération, pour les modérer un peu.
Ouah! le n-ième degré!
Tout à fait d'accord, l'analyse de ce matin faisait l'impasse sur le fond de la loi, une des rares qu'aura proposé ce gouvernement et qui représentait un progrès social.

"France Inter, écoutez la déférence".

Achilli est dans la nouvelle ligne qu'adopte France Inter pour cet été, ligne qui ressemble à deux mois d'expérimentation pour valider les 2 années pré-présidentielle. J'en ai relevé quelques exemples :
Ivon Levaï, qui a des comptes à régler avec l'extrême gauche depuis sa séquestration à l'université de Vincennes, voit des complots Troskiste partout et soutien vigoureusement sa direction.
L'été en pente douce, une sorte de 100% mag radiophonique, une émission soi-disant culturelle qui tend son micro à Michaël Youn, Thierry Ardisson et Jacques Séguala. Et en bonus, une spéciale Bettencourt qui présente cette affaire comme une pièce de boulevard où le ministre Woerth n'aurait qu'un petit second rôle.
Jean-Pierre Raffarin qui semble avoir désormais son rond de serviette à France Inter (invité trois fois en une semaine).
L'arrivée de Cohen d'Europe 1 qui laisse sa place à Demorand pour neutraliser la différence.

Et cerise sur le gâteau, ils vont même toucher à FIP. Hess déclarant qu'une radio passant 18000 titres différents en une année n'a aucune ligne éditoriale. L'argument est hallucinant, c'est vrai , il y si peu de radio à thème sur la bande FM.
Moi, ce qui m'étonne, c'est qu'on n'ait pas encore dépaysé l'enquête sur le financement des partis par Bettancourt, diligentée par le parquet de Nanterre, alors que Courroye a été mis en cause dans les enregistrements.

On pourrait même se demander s'il ne s'est pas saisi de l'enquête pour mieux l'enterrer.

Mais qui rétablira un peu de morale dans ce marigot ? Qui a autorité pour le faire ?

http://anthropia.blogg.org
Ils sont avant tout suivistes

Je crois qu'ils avaient le droit d'y croire, le droit de vouloir essayer malgré les avertissements sérieux présentés. Ils se rendent compte aujourd'hui de leur erreur. Ils sont aujourd'hui nombreux, on pourrait croire à du suivisme, mais je crois que c'est tout simplement la raison qui l'emporte devant la taille des événements, devant le scénario qui défile comme il avait été prévu dans les pires cas, un pouvoir qui ne lache rien, un pouvoir corrompu, comme l'eau peut l'être, qui dit faites ce que je dis mais pas ce que je fais, un pouvoir dont tout laissait craindre qu'il agirait ainsi, sourd et aveugle, entre deux falcons, déconnectés, mais donneur de leçons et grand dispendieux lorsqu'ils prônent la rigueur.
Ils ne sont pas suivistes donc, ils étaient juste rêveurs, imaginant que pour une fois, malgré les dizaines d'expérience de démocratie dans des dizaines de pays, l'argent pouvait se marier avec le pouvoir, sans que le premier ne salisse l'autre, que l'égo personnel pouvait s'effacer devant le bien collectif etc etc. Ils rêvaient, ils remettent les pieds sur Terre, enfin. C'est mieux que rien, ne les blâmons pas. Welcome back home!
Tout ça ressemble à une grande comedia del arte... Enfumage d'un côté, Woerth comme défendeur des petits travailleurs face à leurs petits patrons... Copé qui mène la fronde...
On finit par n'y plus rien comprendre... et à s'emmêler les pinceaux.
Ceci étant dit, je ne comprends pas les cris d'orfraie du MEDEF et des petits patrons... ça n'aurait pas cassé 3 pattes à un canard, son amendement, à Woerth...
Mais en effet si tout ça sert d'écran de fumée pour embrouiller les journalistes suivistes (ce que se sont empressés de faire les JT de télématin: tous ont embrayé sur "un camouflet" donné par Copé -lequel, rappelons-le, est déjà sur les rangs pour les présidentielles de ch'ais plus quand...-
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.