105
Commentaires

Quand gilets jaunes et écolos se croiseront...

Commentaires préférés des abonnés

L'équité fiscale, oui, c'est vrai, c'est la demande la plus apparente. Mais s'en tenir à elle, c'est passer à côté des ressorts profonds de cette crise qui évolue peu à peu vers ce qui ressemble à une révolution. C'est-à-dire la volonté d'une changem(...)

La transition écologique est très mal partie.

Depuis la première conférence de l'ONU de 1972, suivie à intervalle régulier de "sommets" , Rio, Kioto, etc., depuis la première COP (1995) jusqu'à la dernière, qui est en train de faire pschitt, on n'a pa(...)

Ne soyez pas désolé d'être simpliste, vous êtes simplement de gauche, tout comme les revendications du mouvement Gilets Jaunes. Rassurez-vous, beaucoup de Gilets Jaunes participeront à la marche du climat sur le thème : "cela n'est pas à nous de paye(...)

Derniers commentaires

Encore un point aveugle: parmi les soi-disant "casseurs" arrêtés préventivement (un casseur qui n'a pas encore cassé est-il un vrai casseur?) il y a...


Le président des Amis de la Terre!  Toujours en garde à vue en ce moment. 


Du coup, une hypothèse sournoise pourrait se confirmer: les vrais ennemis de "nos" dirigeants seraient les... amis de la terre. On se souvient que l'état d'urgence avait servi à interdire les manifestations de la Coalition Climat au moment de la Cop 21. Et cette fois ce sont les gilets jaunes qui servent de prétexte. Avec une manip cousue de fil blanc, mais qui a lamentablement échoué, grâce à la sagesse des uns et des autres: dresser les "verts" contre les "jaunes".

Je le lis un peu tard ce billet mais j'apprécie quand même !

Et pour revenir sur cette manie de laisser les images en boucle sur les 3/4 de l'écran pendant que l'invité parle, hier samedi ils ont fait encore plus fort : on ne voyait que les images des manifs et il fallait deviner qui parlait en studio (c'est ainsi que j'ai gagné mon pari - une bouteille de champagne-  en reconnaissant la voix de Dartigolle  ha ha ha ) 

super ce nouveau jeu !

Aah, les images qui bougent...Ca nous rajeunit pas, hein, M'sieur DS...Vous vous rappelez, Saïgon 68, quand le chef de la police avait explosé - BOUM -, la tronche d' un terros vietcong, chopé sur les lieux d' un massacre...Un autre massacre!

Vous vous rappelez le bordel que ça a fait...Shooté, comme ça, paf, au milieu de la rue, et d' une guerre de 30 ans...Et sans PROCÈS! Ce gus, je vous raconte pas le nombre de fois que je l' ai vu mourir…Vous savez, il est sur U-tube, je vous jure: ça aide à faire comprendre aux jeunes le Bien, le Mal, tout ça…"Rien ne se perd, rien ne se crée, mais tout se transforme"...Ou pas, hein!

" On a pas raison contre le Peuple", c' est ce qu' a dû se dire Adolf, en comptabilisant les 84% de YA, que lui avait donné, en juillet 34, le peuple, justement...Tranquille, à l' abri des regards indiscrets, dans son cocon/isoloir démocratique!

Vous savez quoi, M'sieur DS, moi, je rêve que les écolos et les gilets jaunes se rencontrent, installent des sonos, des barbèques, fassent tourner la dope, et commencent une grève illimitée, là...Bonheur immédiat, et "viva vot' muerte, sales cons!"...On pourra toujours enchaîner avec un after, pour fêter le départ de Macron!

Mais, bon...J' ai l' impression que je vais être déçu!

Ah, oui, pour les inquiets de l' entrisme, je confirme, j' irais pas sur les Champs, samedi: la perspective de se retrouver, en gilet jaune fluo, au milieu d' une horde d' excités en bleu Marine, armés de matraques...Je le sens moyen!

Carpe diem...

j'avais déjà anticipé ce faux problème et puisque DS se permet de republier un schéma très parlant je me permets aussi de republier des arguments que je pense très pertinents. Pour ceux que ce raisonnement emballe, j'ai publié ce texte sous forme de pétition. comme j'ai pu comprendre qu'il est interdit (?) ici de mettre en lien des pétitions, demandez moi le lien en m'écrivant et je vous le donnerai.  

 L'impératif écologique ne sera reçu comme normal qu'en commençant par supprimer tout ce qui est dépense d'énergie pour des vies de luxe, quand d'autres dépensent de l'énergie pour simplement survivre. 


Malgré les apparences, la taxe sur l'essence n'est pas le bon moyen pour imposer l'impératif écologique. Certes, personne de raisonnable et ayant envie que ses enfants survivent ne niera qu'il faut décarboniser la planète et très vite. Mais en aucun cas en passant par une taxe sur l'essence ! La taxe est un principe injuste socialement. Elle permettra encore une fois aux riches (comme dans les crises financières) de s'abstraire de l'effort inouï qu'il va falloir produire pour se donner une chance d'avoir un avenir. La taxe sur l'essence ne fait pas la différence (pourtant élémentaire du point de vue de la justice) entre des gens à l'aise économiquement qui se permettent de polluer pour satisfaire des besoins très secondaires, voire bien souvent ultra secondaires (appartements multiples et gigantesques climatisés à outrance,voyages touristiques à tour de bras en bateau, en avion, et bientôt en fusée etc..;) et des gens qui polluent parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement pour satisfaire des besoins primaires, et parfois vitaux (chauffage, voiture pour travailler, etc...). De fait, la taxe est un impôt injuste et aveugle, un rationnement à géométrie variable qui sans le dire cible quasi exclusivement les pauvres.
Si monsieur Macron et consort ont une vraie préoccupation pour l'avenir de l'humanité (et de toute l'humanité : et pas seulement de leur petit milieu qui, taxe ou pas, continueront à pourrir la planète avec leurs voyages pour un oui ou un non et leur palais climatisés à outrance. Et fusse par énergie électrique d'ailleurs, une énergie qui n'est pas beaucoup plus propre qu'une autre quand on examine son bilan écologique global et réel) comme ils le prétendent alors ils parleraient ainsi: 
« Monsieur X (grand patron, haut fonctionnaire, etc.. ;), vous voulez organiser un anniversaire en faisant venir de la planète entière par jet privé tous vos amis (cas réel) , ou vous voulez vous payer un voyage en fusée pour voir la terre de plus haut ? Mais votre dégagement en CO2 pour satisfaire ce genre de plaisir est totalement insupportable, pour ne pas dire meurtrier quand la majorité de nos citoyens ont besoin de cette énergie pour aller au travail, se chauffer et se laver, bref pour satisfaire des besoins primaires. Non, monsieur votre ultra confort est un luxe que notre société ne peut pas se payer. Nous allons vous soumettre comme tout le monde à un rationnement égal pour tous : vous aurez droit un taux d'énergie vous permettant de satisfaire vos besoins primaires (et une dépense pour loisir raisonnable une fois les besoins primaires de tout le monde satisfait), mais en aucun pour satisfaire des besoins très secondaires quand d'autres n'ont même pas le minimum vivable». 
La  survie de la planète et de ses habitants, vu que ses ressources ne sont pas extensibles pour l'instant, passe  par une redistribution des richesses, ....et forcément la redistribution ne peut se faire que  du haut vers le bas, de ceux qui ont trop vers ceux qui ont peu, puisque dans l'autre sens la chose n'est logiquement pas possible. L'impératif écologique ne sera reçu comme normal qu'en commençant par supprimer tout ce qui est dépense d'énergie pour des vies de luxe quand d'autres dépensent de l'énergie pour simplement survivre.  

Une petite remarque qui peut être mise à mal car je ne lis et n'écoute ni vois tous les médias.

Depuis Dimanche je ne vois, ni entends, ni lis le mot: Populiste.

Il a été remplacé judicieusement par le mot Populaire


L'ai-je rêvé?

Détrompez-moi, ou pas.

Quand gilets jaunes et écolos se croiseront, ils rencontrerons, également, les CRS .... 

Le graphique des variations de revenu du Monde qui plait tant à Daniel est certes séduisant au premier abord, mais il faut regarder l'axe Y. Pour 99% des gens, on a moins de 1% de variation, ce qui est quasiment insensible. Seul le 1% le plus riche se sera aperçu de quelque chose. Donc le graphique n'explique pratiquement rien. Attention aux graphiques !

Bonjour , Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous avez écrit, en ajoutant quand même, que les gilets jaunes se sont déjà croisés avec des "écolos" sur les ronds points, dans les barrages, dans les manifs. De tous les gens avec qui j'ai pu discuter, personne, absolument personne n'est contre la transition écologique. Nous sommes tous convaincus de l'urgence des décisions à prendre pour changer notre mode de vie qui respecteront la nature, donc l'Humanité. Et non, votre raisonnement n'est pas simpliste, bien au contraire. Je le trouve même très politique et très juste. Merci.

Bonjour et merci pour cette chronique


A propos de convergence, je lance une question comme une bouteille à la mer : est-ce que la fiscalité écologique n'est pas foncièrement une fiscalité injuste et si oui, comment la rendre juste ? 


Je m'explique. 

Je suis pour qu'on incite tout le monde à avoir des comportements écologiquement vertueux donc a priori je suis pour la fiscalité écologique. Le problème, c'est qu'actuellement la fiscalité écologique est pensée comme une taxe punitive de l'action polluante. Je veux dire ici : j'achète du gasoil, donc je paye une taxe parce que je vais polluer avec. Bon. 


Le double problème c'est qu'avec cette version de la fiscalité écologique, 1) la personne qui ne pollue presque pas (petit niveau de vie économique, petite consommation, pas beaucoup de moyen pour traverser la planète) se voit ciblée, et  que 2) celle qui pollue énormément (haut niveau de vie, grosse consommation, voyages fréquents) n'est pas touchée, ni incitée à rien du tout par un petit supplément quand il fait son plein.  En résumé, on laisse tranquille les gros pollueurs et on répercute la charge de leur pollution sur le dos des micro-pollueurs. Avec en surface l'illusion que c'est "juste", au sens "proportionnel au nombre de litres de gasoil qui rentrent dans le réservoir". 


La conséquence, c'est que la fiscalité écologique telle qu'elle est actuellement structurée est structurellement injuste


En conséquence, moi qui suis a priori pour de la fiscalité écologique (un peu, beaucoup, j'en sais rien), je me demande si finalement on ne devrait pas plutôt, même si c'est étrange dans le contexte du dérèglement climatique, être frontalement contre. Non pas par mépris pour l'avenir de la planète, c'est tout le paradoxe. Mais parce que si mon raisonnement ce tient, alors on en revient à un problème vieux comme le monde : ceux qu'il faut taxer, ce sont les riches, qui sont statistiquement les pollueurs. 


(du coup, l'argument ultralibéral classique "si tu taxes trop les riches, tu peux avoir des effets pervers" tombe, en tout cas moralement, parce que leur contribution majeure à la pollution n'est pas, je crois, discutable. l'effet pervers, c'est de les laisser polluer ! Reste à trouver les mécanismes pour les empêcher de ruser. Mais c'est une autre histoire, classique aussi, et qui ne remet pas le principe en cause)


Et là je me retrouve avec "pour sauver la planète, laisse tomber les petites taxes contre ceci ou cela, laisse tomber la "fiscalité écologique", taxe les riches, parce qu'ils sont les pollueurs majeurs". @sinautes : j'ai bon, ou pas ?


NB. Quand je dis "les riches", je parle des individus, mais je parle aussi des entreprises évidemment. Même si elles vont répercuter sur leur prix. Du coup là, on revient au point de départ : le pouvoir d'achat qui s'amenuise. (Là, je cale. Aidez moi)


A ceux à qui ma conclusion semblera trop simpliste, je propose une petite déclinaison intermédiaire, moins "yaka faukon", recentrée sur les produit polluants. Après tout, je persiste à penser qu'il est moralement légitime de chercher à inciter fiscalement les pollueurs à arrêter de l'être.


1) (pas très original) : on taxe a bloc le kérosène des avions. Cela passera a beaucoup (dont moi) l'idée de partir "à bas prix". 

2) on met en place soit un système de surtaxe pour les haut revenus sur tous les achats considérés polluants. 

2bis) le problème avec 2), c'est qu'on peut vite rentrer dans un système orwellien pour déterminer qui, arrivant à la pompe, est un "riche=gros pollueur". Personne n'a envie d'un monde de flicage numérique où il est inscrit sur sa carte de paiement des données perso comme son niveau de revenu. Donc là je propose de retourner la chaussette : on augmente très fort les taxes sur les produits polluants a priori, et on ne donne une carte d'exemption qu'à ceux qui ont des trop petits revenus pour être sérieusement considérés comme des menaces climatiques sur patte. Le parlement décide démocratiquement du ou des seuils. Dans ce sens, je pense les personnes concernées ne feront pas de difficulté à fournir les informations à l'appui de leurs droits à être exemptés.  


Et là, d'un seul coup, on a une autre forme de fiscalité écologique. Mais qui là, me semble (plus ) juste. Est-ce que je contribue à la convergence ?  


PS : la France contribue à - de 1% des émissions globales (0,29 sur 32 milliard de tonnes de CO2). La fiscalité écologique française vise donc à faire baisser cela de quelques centièmes de pour cent des émissions totales. C'est à dire quelques dix-millièmes ! Je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire. Je dis juste la chose suivante : si on fait une pause pour se regarder, penser nos inégalités, et repenser les conditions collectives de dignité de chacun, cela ne sera-t-il pas un moteur formidable pour repartir plus fort, plus soudés, dans quelques mois, à l'assaut de cet objectif ?  

Je trouve qu'il y a un monde entre simple et simpliste

Partager une tribune qui réduit la révolution de 1789 à la violence et la confond avec "la terreur"... On dépasse le simplisme pour arriver à de la déformation historique. Votre "historienne préférée"  risque d'être ulcérée.

De même, les journalistes de la rédaction qui ont essayé de mettre au clair les échanges entre Jean-Baptiste Mallet et les proches de Pierre Rabhi vont peut être s'étonner de vous voir partager l'appel de justement, d'un de ses proches.

C'est dommage parce que je suis d'accord avec l'idée simple que la lutte pour une vie digne pour tous et celle pour le climat doivent être menées ensemble sinon elles ne n'aboutiront à rien de viable sur le long terme.


Cependant, se jeter sur le premier appel qui ressemble à une belle unité, est je pense, un des dangers de cette période de trouble politique.


Restons simple mais réfléchi.

Question : pourquoi toujours ( essayer de ) régler les problèmes en aval et jamais en amont ?  Le gouvernement a t-il convoqué les pdg des sociétés d'automobiles ainsi que les raffineurs afin que l'on conduise enfin des autos qui ne polluent pas ? Si  la construction automobile avait évolué comme d'autres technologies, on ferait le tour du monde avec 1 litre, propre. Serait-ce une question de lobby ? Je n'ose y croire !

Il y a de nombreux appel à ce qu'il y ait une convergence des manifestations entre elles (notamment ATTAC) donc il y aura et il doit (là c'est le "militant" qui cause) y avoir cette discussion. Quelle qu'en soit la teneur, j'ai le sentiment personnel que ça ne peut qu'être positif avec une grande partie des gilets jaunes.

"Et si ce n'est pas possible dans le système actuel, il faudra inventer un autre système." 

Je suis entièrement d'accord avec cette conclusion de Daniel Schneidermann et je pense même que le verbe falloir doit plutôt être conjugué au présent de l'indicatif.

Oui, il FAUT changer de République, tout de suite, et pour cela il faut écrire une nouvelle constitution.

Comment sera écrite cette nouvelle constitution ? Qui aura le droit de s'asseoir autour de la table ? 

On retombe là encore sur les difficultés de la représentativité. Ce sont ces mêmes difficultés qui empêchent les gilets jaunes de désigner des représentants.

Une solution serait d'utiliser le tirage au sort pour désigner ces représentants. C'est un système qui a beaucoup d'avantages et aussi des inconvénients. Mais il me semble qu'il a un atout très important, surtout dans la période que nous vivons, il donne réellement la parole au peuple.

Le tirage au sort et une nouvelle constitution sont peut être la seule manière de sortir de cette crise par le haut

La détestable manie des "images d'illustration" est liée dès le début aux chaînes d'info, et dès la première, LCI. Il fallait absolument "faire riche", et maintenir effectivement le spectateur à l'écoute, avec des images qui bougent, plus captivantes que deux personnes qui parlent.

Retour d'expérience personnelle

@grrrz


Les GJ ne sont ni un parti, ni un syndicat. Ce ne sont pas (pour la plupart) des militants. Leur demander de "virer les fafs"  est un peu incantatoire.


Ils n'ont pas, pour beaucoup, l'expérience de la contestation sociale. Il est complètement aberrant de leur demander, comme le font les journalistes, d'empêcher les casseurs de venir rejoindre leur mouvement et de le pourrir. 


Ils n'ont pas de service d'ordre. Les manifestations syndicales de ces dernières années ont montré que même les services d'ordre de ces organisations, pourtant expérimentés, ne peuvent empêcher des casseurs de se livrer à des saccages aux abords des cortèges.


Le rôle d'un service d'ordre est avant tout de protéger et éventuellement de retenir les ardeurs des manifestants, pas de faire du maintien de l'ordre sur la voie publique.


Ça, c'est le travail de la police encore faut-il qu'on lui en donne l'ordre (et pas que dans les discours, un CRS n'obéit pas à un discours, mais aux ordres de son supérieur).

 

"On ne sait pas pourquoi on les rediffuse"
Parce que les vidéos qui tournent non stop, les images qui bougent ont un effet hypnotisant, sidérant et ils entretiennent le Fomo (fear of missing out). On ne bouge pas, on reste scotché et on attend ce qui est censé se passer dans la minute.. minute après minute.

Le probleme d'ecouter les videos au boulot en faisant autre chose, c'est qu'on le fait souvent juste avec le son et sans l'image. Du coup je me suis demande : mais de quoi parle Daniel quand il dit qu'on a du mal a se concentrer sur ce que dit le gars ???

Comme quoi, plutot que de s'arreter sur les images, des fois, on devrait juste arreter les images, tout court.


Wouah, éblouie. Réfléchir, ça vous va bien et ça me fait du bien. Merci Daniel, pardon, monsieur Schneidermann


Merci d'être simpliste. 


Est-ce encore un effet de la pensée complexe de ce gouvernement que de maintenir la présentation du projet Blanquer pour l'Education aujourd'hui ? 

Est-ce que Macron va réussir là où tant d'autres tentatives ont échoué malgré l'énergie déployée : c'est lui qui va la réaliser, la convergence des luttes ? 


Oui, je sais, faudrait pas rigoler avec ce sujet, mais vraiment ils ont une façon de penser trop complexe pour moi. Alors quand on ne comprend plus rien, on rigole un peu bêtement. 

si les gilets jaunes n'arrivent pas à se dépatouiller  de leur confusionnisme et à virer les fafs; on fera toujours sans eux. Avec les lycéens, les étudiants, les ambulanciers, les raffineries, les précaires, les chomeurs, les femmes de ménage; les profs; les cheminots; les collectifs antiracistes; les syndicats; et tous les secteurs qui appellent à la grève les uns après les autres. c'est ces mouvements là qu'il faudriat aller renforcer; plutôt que d'aller monter des barricades main dans la main avec le GUD.

https://twitter.com/RedandRude/status/1070065874256752640

Il est de la responsabilité de toutes les orgas de gauche, si elles appellent à suivre le mouvement des gilets jaunes , de rejeter EXPLICITEMENT tout rapprochement idéologique ou géographique avec l'extreme-droite et de s'inscrire dans un combat antifasciste; en suivant l'exemple du collectif "la verité pour Adama".  J'ai lu les communiqués front social, NPA, et pour le moment personne ne fait le boulot. On parle même pas de la FI avec sa marseillaise et ses drapeaux BBR. Sinon le scénario à l'italienne est à portée de main.


je copie ici le communiqué du collectif "la vérité pour Adama":


Le 24 novembre, nous appelions les progressistes et radicaux de gauche à prendre part au très large mouvement des gilets jaunes, qui dépasse tout clivage et surtout toutes structures (partis, syndicats, associations).

Pour l'acte 3, le Comité pour Adama a eu la très bonne idée de lancer un appel de ce type, auquel nous avons participé, tout comme de nombreux militants soucieux de combattre à la fois le capitalisme et le racisme sous toutes ses formes.

Si ces deux actes nous ont conforté dans l'idée que les gilets jaunes étaient bien autre chose qu'un simple mouvement poujadiste instrumentalisé par l'extrême droite, nous savons que la vigilance reste de mise et qu'il est important de continuer à combattre la gangrène fasciste sur tous les terrains, et notamment sur ce combat des gilets jaunes, où la colère a rarement été aussi insurrectionnelle.

Aussi, nous appelons à nouveaux tous les gilets jaunes à se mobiliser samedi 08 décembre, notamment lors du rassemblement parisien. A la fois pour pousser encore la révolte populaire et légitime, mais aussi pour faire barrage à tout acte ou parole raciste, sexiste ou homophobe.

Elle a bon dos l'équité fiscale quand seulement 43,1 % des foyers paient l'impôt sur le revenu (chiffres de 2017);  c'est ça, moins d'un français sur 2....Et comme vous il m'arrive de réfléchir : combien de taxes et impôts indirects fixes pourrions nous réduire voire supprimer si le pourcentage de foyers imposables à l' IR augmentait ? Car l'Impôt sur le revenu est le seul prélèvement juste , au sens ou il est directement proportionné aux revenus et à la structure familiale du contribuable. Contrairement aux taxes identiques pour tous , riches comme pauvres ....


Quant à ce qui va se passer Samedi prochain... la même chose que le WE dernier : le Chaos...En appelant à nouveau à manifester à Paris , le mouvement des "Gilets Jaunes" anciennement "victime" bien malgré lui des casseurs en devient les complices...Et le jaune du gilet pourrait bien virer au rouge (sang). 

Il faudrait peut-être s'arrêter de s'enflammer. Les gilets jaunes ne sont pas les supplétifs de la gauche antilibérale. Ce sont seulement des gens qui ne se laissent pas faire, et qui sont à bout de souffle, victimes d'un système dont ils comprennent bien qu'il est très fragile. 

Ils sont aussi la dernière barrière avant que le système politico/médiatique ne craque dans son ensemble, victime de ses mensonges et de ses manipulations.

Et pour revenir au cœur du sujet du site, sa raison d'être, il faut remarquer que les sites d'info et leurs équivalents papier ne sont plus des lieux où se donne à voir l'actualité, mais des prescripteurs d'opinion. Et ils ne sont cela que dans la mesure où leurs maîtres, l'état néo-libéral et les milliardaires qui les possèdent les soutient à bout de bras.


Or, toute personne a besoin de "sécurité médiatique", dans le sens où si elle se retrouve à n'avoir aucune confiance dans ses média, c'est-à-dire ce qui informe son cerveau de la réalité, surtout dans nos formes de démocratie, elle finit par s'affoler. Et les dernières personnes raisonnables louvoient pour obtenir les vraies réponses.

Le mouvement des gilets jaunes est sans doute la dernière étape avant la transformation des citoyens "en foules", telles que les décrit Hannah Arendt, le moment où l'émeute a des conséquences explosives dans tous les sens du terme. Et où on s'acharne à tout détruire, et à emporter le monde d'avant. Vers une révolution de type émancipateur ou d'oppression énorme. Avec tous les problèmes que ça peut d'autant plus poser dans un monde à l'agonie.


Dans un monde de spéculative fiction, de cyberpunk positivé , on pourrait imaginer que les gilets jaunes se mêlent avec plein d'autres à la marche du climat, qu'ils y soient protégés du fait que la Préfecture de Police a le parcours de la manifestation. 

Et que chacun fasse son taf à l'extérieur, mais non loin  de la manif si le besoin s'en fait sentir... 


Ce qui aurait le mérite de donner en partie raison aux élucubrations de Donald Trump....


Mais personne n'est à l'abri de ses propres contradictions.

 "Une chose est certaine, on n'a pas raison contre le peuple. " 

Ce qui fait la grandeur de certains politiques c'est d'avoir eu raison contre le peuple.



Rappel 


Inquiétant  de voir certains à gauche fermer les yeux  sur la présence de mouvement clairement fachos au sein des GJ, et plus inquiétant croire que les discours racistes ( sexistes, homophobes etc ) seraient soluble en ce qui concerne les pauvres en faisant disparaitre l'injustice




La simplicité, c'est le coeur du problème. 


Les gilets jaunes souhaitent de la simplicité dans les réponses qu'ils attendent et ne veulent pas être payés de mots. L''imposition par la taxe telle la taxation du pétrole est une usine à vapeur (dois je dire à charbon tant il y a de sous-taxes dans ces taxes), ce n'est pas une interruption des hausses  qu'ils attendaient mais d'être équitablement taxés.

Or, ce gouvernement ne rend aucune de les "réformes" annoncées en langage novlangue macroniste ("transformations" ) simple et lisible. 

Où va t'on ? Comment y va t'on ? Aucune réponse à ces deux questions.

 Seuls importent pour les gouvernants le maintien de l'équilibre budgétaire. C'est Bercy contre le reste de la France. Bercy pour qui il n'y a aucune alternative : être les bons élèves des 3% du déficit public et maintenir coûte que coûte les dépenses dans la contrainte et dans ce cas de figure, il est toujours plus rentable de prendre un petit peu à beaucoup que beaucoup à un petit nombre.(cf. les APL) La redistribution ne semble pas être inscrite dans le logiciel de calcul, ce n'est pas le but. Ni l'investissment fort et durable. D'ailleurs personne n'en parle chez nos zélites. 

Pas d'investissments, pas de transition écologique.  Uniquement, l'aide à l'achat, ce qui fait de l'usager des transports routiers un consommateur.  

Dés lors que les communicants gouvernementaux s'obstineront dans leur TINA sans réussir à proposer d'autres voies pour aller vers un avenir plus vert et plus solidaire, ils ne pourront sortir de l'impasse de leur présentation rabougrie des bouts de ficelle d'une suspension (on remet à plus tard la même chose). Ansi, la violence de la non-réponse restera sous-jacente dans les esprits ou dans les écrans de BFM.


"ces mêmes images, même quand tout est calme, on les rediffuse en boucle. On ne sait pas pourquoi on les rediffuse, plutôt que d'écouter les gens parler tranquillement. "


C'est vrai, alors pourquoi aussi diffuser des images en boucle derrière les invités dans les émissions d'@ASI?  ;)

 ce sentiment d'etre fier d'être Français , je ne pensais plus le ressentir , . Mais ne nous laissons pas endormir , y'a encore du boulot a faire ! Ne laissons pas se reprendre !

L'équité fiscale, oui, c'est vrai, c'est la demande la plus apparente. Mais s'en tenir à elle, c'est passer à côté des ressorts profonds de cette crise qui évolue peu à peu vers ce qui ressemble à une révolution. C'est-à-dire la volonté d'une changement complet des modes de fonctionnement de notre République.


En Marche, en dix-huit mois, a illustré de façon caricaturale les tares de la Ve, exacerbées par le quinquennat. La verticalité selon Macron a rendu peu à peu inadmissible la tendance monarchiste de l'exécutif. L'omnipotence des Marcheurs à l'Assemblée, a complètement vidé de leur substance les pouvoirs de débat et de proposition du parlement. 


On a parlé de réformer, c'est de casse qu'il s'agissait. Le Code du Travail y est passé en un revers d'ordonnances. Macron croyait avoir trouvé l'imparable martingale: à la hussarde pour l'attaque, au bull-dozer pour dégager les décombres. Et ça marchait. En même temps, on jouait les impôts au bonneteau: je te supprime la taxe d'habitation et je te rajoute des taxes sur tout ce qui bouge.


Pourquoi se gêner ? En effet, pourquoi se gêner quand un pays entier semble inhibé par l'action au sommet ? Et puis il y a eu Bennalla qui a permis de visualiser les aberrations d'un chef de bande et de ses sbires. Et depuis, peu à peu, on comprend mieux la perversité d'un système et toutes ses implications.


On le perçoit bien dans les  propos des Gilets Jaunes. Ce ne sont pas des excités ni des jusqu'au-boutistes, pour la plupart. Mais des gens qui découvrent peu à peu que tout se tient et que la fiscalité n'est que le symptôme majeur d'un système devenu aberrant.


Ce qui explique qu'on est loin d'être au bout de nos peines. Ou de nos espoirs. C'est selon.


La télé, la cheminée des temps modernes

Je vous parle d'un temps que les autres Français ne peuvent pas connaître, celui où dans les intérieurs Britanniques, de fausses bûches brûlaient dans l'âtre, certaines avec de vraies flammes au gaz, d'autres à l'électricité et un petit moteur pour animer les lumières

Le tout du plus parfait kitch


Ces écrans où la parole disparaît derrière les images en boucle plus puissantes encore que les mots entendus, et les deux ou trois bandeaux d'infos qui défilent et qu'on craint de louper. Je trouve bien plus parlante d'ailleurs la traduction en langue des signes dans le coin inférieur droit de la vidéo compil d'@SI


Hulot pour sa part pense que cette marche pour le climat devrait être repoussée.

Dans un sens il a raison, cette "démarche" doit se faire en complément du mouvement populaire

Ne soyez pas désolé d'être simpliste, vous êtes simplement de gauche, tout comme les revendications du mouvement Gilets Jaunes. Rassurez-vous, beaucoup de Gilets Jaunes participeront à la marche du climat sur le thème : "cela n'est pas à nous de payer la transition énergétique, mais à Total et aux autres richissimes pollueurs".

'Les deux. Le même jour.  Dans les mêmes villes. A quelques rues de distance. Apparemment, je ne suis pas le seul à y réfléchir. Lisez dans Libé cet appel de Cyril Dion, le réalisateur de Demain.' tiens marrant quand il y a avait #noustoutes aucun risque de convergeance, entre les jolies bobos parisienne et leur carré de tete de jeunes femme blanche et zeduqué, alors qu'en genérale la violence sexuelle n'amene pas a la joie, ni aux etudes superieurs ... et la, avec le climat,  les ecolo sont des bobos facho eux , et Dion particulierement , il est ami avec Rabhi, c'est servie d'une femme comme potiche pour son film, qui ne sers a rien, seul l'ont vu les bobos convaincus, que faire le tour du monde est une bonne idee et que les pauvres sont des polueurs, ils ne trient pas assez ces salauds ... et samedi dernier y avait la CGt et Rosa parcks (lamie de Danielle Judite n'aillait pas converger, non, gradons nos luttes pour notre pub), qui manifestaient aussi, mais la encore personne n'a poussé comme ici a la convergenace.. Donc que les ecolo de droite rejoignent les gilets est bon pour rassurer le bobo derrière son ecran .. et ca ne ferra rien, alors qu'evec la CGT , ou Raso parcks .. ca aurait ete plus normale. 

Il y a des gens qui ont un métier ingrat. Daniel Schneidermann sur arret-sur-imaged, Samuel Gontier dans Télérama. Se farcir des heures de BFMTV....

La transition écologique est très mal partie.

Depuis la première conférence de l'ONU de 1972, suivie à intervalle régulier de "sommets" , Rio, Kioto, etc., depuis la première COP (1995) jusqu'à la dernière, qui est en train de faire pschitt, on n'a pas pas infléchi d'un iota la tendance mortifère.


La transition écologique PACIFIQUE n'aura pas lieu.

Parce qu'il faudrait pour cela que les pays d'Europe divisent leur empreinte écologique par 4 ou 5 et les USA par 7.

Et pour parvenir à cette objectif, il faudrait que les riches de ces pays réduisent la leur par 20 ou 30 et renoncent à tout ce qui fait leur richesse, à ce qui est inscrit dans leur ADN, le capitalisme.

Les riches, l'histoire nous le dit, n'hésitent pas à déclencher des guerres quand leur intérêt ou leur pouvoir sont menacés et aujourd'hui encore, chez nous, regardez comment une simple demande d'annulation de l'ISF leur fait monter la bave aux lèvres.


L'objectif réaliste, c'est d'y parvenir avec le moins de casse possible. Ce qui implique de neutraliser les dingues de pognon (*) le plus rapidement possible.


(*) Tous les gens fortunés, tous les patrons ne sont pas des dingues de pognon, mais actuellement ce sont ces derniers qui ont gangréné toutes les instances de pouvoir, tant nationales, qu'internationales.

Georges Marchais avait bien raison : " Il faut prendre l'argent  là où elle  est "

J'imagine que les lecteurs de Libé avaient déjà noté la grosse bourde de Cyril Dion "en 2017, 82 % de la richesse créée a bénéficié aux 1 % les plus riches".


Selon le dernier rapport sur les inégalités mondiales du World inequality Lab (Piketty), page 10, la part de revenu des 1% n'est pas de 82%, mais de 22%. Et depuis 2005, cette part est plutôt en déclin.

..."il faudra inventer un autre système. "

Pas la peine...Il viendra tout seul, par la force des choses.

"Donc, la transition écologique ne se fera ni contre les plus pauvres, ni même sans eux. Et comme elle doit se faire, la transition,  et se faire très vite, il faudra bien qu'elle se fasse avec eux."

La "pensée complexe" s'acharnant à tuer les rêves, je ne vous en voudrais pour cette "pensée simpliste" rafraîchissante.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.