19
Commentaires

Quand Derambarsh se disait "président de Facebook monde"

Les fidèles d'Arrêt sur images connaissent bien Arash Derambarsh, élu de Courbevoie, qui vient de voir sa thèse doctorale de droit annulée par l'université Panthéon-Sorbonne, pour plagiat. Ce n'est pas la première fois qu'il s'arrange avec la réalité, ce qui n'empêche pas les télés de l'inviter. Flash-back.

Commentaires préférés des abonnés

et Hollande qui croyait/disait être de gauche, il était mythomane ou menteur ?


;-))

D'autant plus fascinant que la scène médiatique y croit également! Ce nouvel exemple montre que les plateaux d'experts des chaînes infos à la con ne sont qu'une forme de télé-réalité. Sauf qu'au lieux des "Marseillais contre les Anges" c'est "Les avo(...)

Approuvé 3 fois

Ce qui différencie le mythomane du menteur.

Derniers commentaires

ca rappelle la thèse foireuse des frères Bogdanoff,  affabulateurs et mythomanes au possible

Quand est-ce que vous faites le même article sur l'autre grand mythomanie médiatique, Juan Branco? 

Cela fait des années que je suis ASI et j'étais complètement passé à côté de ce grand mythomane. 


Je m'interroge : les services de psychiatrie ne sont-ils pas en capacité de "s'auto-saisir" devant un cas aussi évident de mythomanie? 

Encore un mytho plongé en politique, est ce étonnant ou juste évident ?

Ce genre de personnages me fascine, car ils semblent croire dur comme fer à leurs propres affabulations

Comment une thèse, officiellement reconnue, peut-elle être interdite de lecture pendant 32 ans ? Les fichiers de police en sont-ils la cause et comment Derambarsh y a-t-il eu accès ?

tout est possible parce que Arash Derambash est le quatrième maire adjoint de Courbevoie (une ville quand même de 80000 habitants) et qu'il est élu pour les cinq prochaines années, une éternité....

Certaines thèses ne sont pas publiques, notamment quand elles contiennent des informations classifiées. Le jury prend alors connaissance de la thèse et accorde le titre de docteur à l'issue d'une soutenance à huis-clos. 


C'est une procédure relativement rare, mais ça arrive parfois dans des domaines comme la défense, ou la recherche nucléaire.



On peut craindre que, le motif allégué étant la confidentialité du contenu, le motif véritable soit de masquer l'imposture... ce qui met en cause au delà le la personne concernée.

En effet.

D'autant plus que je lis que la fraude a été avérée par des recherches sur l'internet.


Je suppose que n'importe quel membre du comité de lecture de la thèse aurait pu faire ces recherches.


Mais ce ne sont que des suppositions.



Le contenu du jugement de la section disciplinaire de la Sorbonne, qui a traîné un moment sur internet après la sortie de l'info, est assez clair là-dessus.

Il a été estimé que l'auteur était à l'origine de la demande et avait fait du forcing pour obtenir la confidentialité au regard des informations sensibles qui étaient soi-disant présentées dans la thèse soumise au jury. Ils ont en outre estimé que les conditions de validation de cette demande de confidentialité faisait partie de l'ensemble des anomalies ayant entaché la délivrance du diplôme du côté des services de l'université (considérants 188 à 199)

Enfin sur le fond, ils ont jugé que la confidentialité était totalement injustifiée par rapport aux informations incluses dans le document (considérants 200 à 235).

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.