221
Commentaires

Propos racistes de policiers sur Facebook ? Enquête de l'IGPN

Des policiers ont-ils laissé des commentaires racistes sur Facebook, sous leur nom, à propos des émeutes de Trappes ? Le site militant Copwatch (repris par le site altermondialiste Indymedia) pointe des propos racistes ou d'incitation à la violence sur le forum "police-info.com" (qui n'est plus accessible actuellement). Selon nos informations, l'IGPN vient d'ouvrir une enquête.

Derniers commentaires

Dans ce fil consacré aux bavements policiers, d'aucuns dissertent sur la peur de la mort. Ils ont raison. Lorsque pointe le flic à l'haleine aussi chargée que son arme de service, la mort n'est jamais loin. L'occasion aussi de s'interroger sur le sens de la vie qui précède cette mort que Montaigne voulait apprivoiser, le con, mais qu'il aura tout de même réussi à amadouer pendant près de soixante ans.

Tout au long de son existence, l'homme est confronté à des choix cruciaux, placé devant de douloureuses alternatives :
La mer ou la montagne ? La France ou l'étranger ? Le nord ou le sud ? L'est ou l'ouest ? L'UMP ou le PS ? Nicolas ou François ? Nadine ou Aurélie ? L'aile ou la cuisse ? Bordeaux ou Côtes-du-Rhône ? Vanille-fraise ou citron-cassis ? TF1 ou M6 ? Britney Spears ou Christina Aguilera ? Bach ou Mozart ? Nissan ou Toyota ? Sony ou Panasonic ? Peinture à l'eau ou acrylique ? Le bio ou le chimique ? Le solaire ou le nucléaire ? Foot ou rugby ? Messi ou Ronaldo ? Carles ou Schneidermann ? Chien ou chat ? Windows ou Ubuntu ? Apple ou Samsung ? La chemise bleue ou la blanche ? Les draps ou la couette ?... et plein d'autres du genre avant les ultimes questionnements : Hôpital public ou clinique privée ? Inhumation ou crémation ?

Et voilà. J'ai le moral dans les chaussettes (aujourd'hui, j'ai opté pour des noires en coton). Pour me changer les idées, je vais lire un bon bouquin. J'hésite entre "Mort sur le Nil" et "Mort à Crédit".
http://harmoniques-nuances.blogspot.fr/2013/08/oligarchie-contre-democratie.html#comment-form
Dans le texte de la chronique on lit : "J'ai passé la nuit à Trappes hier avec les collègues...pauvre France, vive le bleu Marine." Manifestement, Laure Daussy tient là un exemple merveilleux d'un flic raciste, islamophobe et lepéniste. C'est tout bon pour satisfaire les attentes de l'opinion mainstream de @si.

Mais, tout de même, réflexe d'honnêteté intellectuelle * sans doute, le fac-similé du tweet d'où la citation est tirée est publié en encart. et on peut compléter ainsi la citation : "J'ai passé la nuit à Trappes hier avec les collègues. Au menu : cocktail Molotov, mortier, caillasse. Pauvre France, vive le bleu Marine." Et là, nous pouvons faire un lien justificatif entre la présence du policier à Trappes et sa préférence lepéniste : les policiers chargés de réprimer l'émeute - puisqu'il s'agissait d'un assaut contre un commissariat de police, ont du subir des jets de pierre, de cocktails Molotov artisanaux et des tirs de mortier de feux d'artifice. Ces projectiles peuvent tuer ou blesser gravement ceux qui les reçoivent.

Et ici se pose la question incongrue sans doute sur un forum d'@si : "Les policiers ont-ils le droit de souhaiter de ne pas être blessés ou tués quand ils font une opération de maintien de l'ordre ?" La question peut,en effet, être incongrue si l'on pense que depuis les glorieuses journées révolutionnaires de mai 68, il est acquis, dans la gauche radicale, que : "CRS=SS". Donc, no problem, les flics ont le devoir d'accepter de prendre des projectiles sur la gueule et ne ne pas répliquer ; car ils sont le symbole et le bras armé d'un Etat répressif au service de la ploutocratie internationale.


*Attention ! Ne perdez pas ce réflexe. Si vous le perdez et que vous êtes prise en flagrant délit de manipulation, c'en sera fini du Projet éthique de @si
Les policiers ont-ils le droit de souhaiter...

Quel rapport avec le fn ?
--

Citation:Les policiers ont-ils le droit de souhaiter...


Quel rapport avec le fn ?
--



Cherchez et vous trouverez
Hum... non je ne vois pas... à moins de penser que les policiers soient assez cons pour croire les boniments de la lepen & co.
--

Dans le texte de la chronique on lit : "J'ai passé la nuit à Trappes hier avec les collègues...pauvre France, vive le bleu Marine." Manifestement, Laure Daussy tient là un exemple merveilleux d'un flic raciste, islamophobe et lepéniste. C'est tout bon pour satisfaire les attentes de l'opinion mainstream de @si.

Je crois qu'en citant "j'ai passé la nuit à Trappes" on comprend très bien pourquoi il appelle à voterLe Pen. Il est de notoriété publique que Trappes en ce moment c'est pas un long fleuve tranquille. De plus préciser que c'est à cause du caillassage et autres cocktails molotovs qu'il appelle à ce vote, ne justifie en rien cet appel ! Il l'explique sûrement mais ne le justifie pas.

"Les policiers ont-ils le droit de souhaiter de ne pas être blessés ou tués quand ils font une opération de maintien de l'ordre ?"


Ta question n'est pas incongure au contraire !

Si on te suit donc il appelle à voter Marine Le Pen pour que sa vie ne soit plus en danger !
Si c'est vraiment ça, la raison au flic-là, au mieux je le trouve idiot, parce qu'avec sa Le Pen là il va en baver en cité, et je pense qu'il le sait très bien, tu crois que Le Pen va faire une politique sociale qui va calmer tout le monde ?
Tu crois que lui il voudrait la tension s'apaise, non ! re non ! Ce qu'il doit apprécier chez Le Pen c'est le ton guerrier... contre les immigrés, genre on va les mater ! S'il y a bien un parti à cause duquel il va risquer sa vie tous les jours ça sera le FHaine et sa politque hyper répressive. Et je pense que notre flic là il le sait très bien mais je lui laisse tout de même le bénifice du doute, car sinon ce serait un gros procés d'intention que je lui ferai.
Finalement, le commentaire auquel vous répondez a, involontairement, parfaitement démontré que c'est la peur et donc l'absence de réflexion qui motive le vote pour le fn. CQFD.
La peur ou bien une pulsion de haine, la violence...
Le point commun entre un SS qui chasse les juifs, un CRS qui bastonne les délinquants, un riche qui exploite le pauvre, c'est que tout trois se disent qu'il n'y a pas d'autre alternative...

La peur ou bien une pulsion de haine, la violence...

Le point commun entre un SS qui chasse les juifs, un CRS qui bastonne les délinquants, un riche qui exploite le pauvre, c'est que tout trois se disent qu'il n'y a pas d'autre alternative...




Vous avez une très haute conscience morale.
en tout cas il marque un point

en tout cas il marque un point



C'est évident. Là où il est aujourd'hui, il ne peut que grandir et grandir encore dans sa vertu anti -TINA.
Évidemment, dit comme ça, on pourrait croire que je vous considère comme immoral...
Je ne comprends pas trop cette notion de "morale"... disons que je me sens empathique.

Au fond, ce qui nous différencie, c'est que je crois à la solidarité et vous a la sélection.
Je crois moi qu'il faut s'occuper de tout le monde, puis fixer un cap.
Vous croyez vous qu'on fixe un cap ou qu'il s'impose à nous, et que les meilleurs s'en sortent...

Du coup, de votre point de vue, les perdants sont ce qu'on appelle un dommage collatéral, un défaut d'adaptation, ou bien tout simplement une sélection comme au bon vieux temps des spartiates, mais en plus humain (?)...

Le système élimine les brebis galeuses, et la science est là pour le justifier (génétique, économie...)
Bon si je compare le nazisme et le capitalisme, vous aller dire que je divague... ou bien que je divague encore plus...
C'est juste que je comprends mal les critères qui vous permettent de les différencier...
Deux points pour Gondalah .
Vous avez en effet parfaitement compris cette sotte prétention anthropologique de Shantidas se déclinant sur 23 paragraphes en écrivant : "1,2,3, bla..bla..bla. TINA."

Nul besoin d'en lire plus : cet homme est un darwiniste social.

Autre chose ?
Ma réponse à ce long post dans lequel vous développez votre raisonnent est en effet un manque de respect.
Voyez vous, de mon point de vue, je considère que ce sujet a été mainte fois abordé par nous sur ces forums, et il me semble que je suis le plus souvent celui qui reste sans réponses. En gros, dans l'historique de nos conversations, je crois pouvoir aisément affirmer que j'ai écrit plus de lignes que vous. Et je me permet aussi d'affirmer par là même que coté sarcasme et condescendance, vous n'avez rien à m'envier.
Ceci évidemment peut expliquer, mais n'excuse rien.

Votre long post est en effet argumenté, mais il n'en demeure pas moins défaillant, de mon point de vue.

Le premier désaccord est d'ordre général.
Vous énumérez 23 points qui expliquent comment l'homme une fois sur terre n'avait simplement qu'a s'organiser. Comme si la première chose qui donne sens à la vie de l'homme, c'est son rapport à son milieu et à la subsistance.
D'un coté je suis d'accord, mais d'un autre, je trouve cela insuffisant.

Ensuite, je ne comprends pas vraiment comment selon vous le fait qu'un être biologique dans un milieu social conduisent logiquement à la création d'entreprises telles que "Envoie LOVE au 103647 pour savoir si ton mec te kiffe toujours."
Je ne comprends pas comment vous pouvez trouver logique ou naturel que la production humaine puisse parfois nous conduire à saboter notre propre environnement. Ce ne sont là que des exemples, mais j'aimerais bien savoir comment vous les intégrez à votre raisonnement.
Si vous me dites qu'il n'y a aucune logique, et qu'elle n'a rien à y voir, je vous demanderez alors quelle est la place de la raison.

Vous hiérarchisez ensuite les individus en terme d'utilité.
Si je dois échouer sur une île déserte avec une star du cinéma, un puissant chef d'entreprise, un joueur de foot, un médecin et un pécheur, et qu'on me demande de n'en garder qu'un, j'hésiterai entre le médecin et le pécheur.
Vous me répondrez peut être que c'est une question de contexte, mais quand vous justifiez les écarts de rémunération par rapport à l'utilité, je me vois obligé de vous demander de préciser de quelle utilité vous parlez, comment vous la définissez.

Enfin, et j’arrêterai là pour le moment, justifier l'écart de rémunération par rapport à l'utilité, c'est considérer que chaque homme est indépendant. Enfin, peut être pas indépendant, mais au moins que la dépendance se monnaye.
En gros, 5 personnes échouent sur une planète inhabitée. Parmi elles, le plus habile chasseur de tous les temps : Shantidas.
Vous regardez les 5 personnes dans les yeux et leur dites : " Je vais être le plus utiles à notre survie, je serais donc celui qui aura le plus de confort. En conséquence, deux d'entre vous, les moins utiles ne pourront pas manger à leur faim.

Vous pouvez me dire que vous n'approuvez pas, que ce n'est pas votre choix, mais pour qui votez vous Shantidas?
1. mes 24 thèses sont tombées un peu comme un cheveu sur la soupe ; mais les discussions sur les forums d’@si sont toujours centrées sur les textes produits par les gentils animateurs du site ; les @sinautes n’ont pas cette possibilité ;
2. anthropologie. J’ai tenté une description objective du fonctionnement d’une société moderne et contemporaine. Je me situe sur le terrain du : « c’est comme çà », voilà les faits. Je ne justifie rien je ne fais que décrire.
3. Vos commentaires sont d’ordre éthique, en termes de, c’est bien-c’est pas bien. Ainsi en est-il de la proposition suivante : « Vous énumérez 23 points qui expliquent comment l'homme une fois sur terre n'avait simplement qu'a s'organiser. Comme si la première chose qui donne sens à la vie de l'homme, c'est son rapport à son milieu et à la subsistance. » Votre vision est finaliste (ou religieuse) car vous imaginez que l’homme cherche d’abord un sens à sa vie ou a un plan pour s’organiser.
4. ces 23 thèses ne disent pas tout de la condition humaine ! [mon prochain livre, 200 pages y sera consacrée] Elles présentent donc une vérité partielle de cette condition. Votre critique, pour être pertinente doit argumenter contre la vérité factuelle de mes analyses et non exprimer votre souhait que les faits soient transformés dans le sens que vous jugez souhaitable.
5. Vous écrivez : « Vous hiérarchisez ensuite les individus en terme d’utilité. » je pense que vous faites allusion au § 10 : « Le système social de division du travail engendre des différences de rémunérations monétaires qui sont liées à des appréciations variables sur l’utilité des prestations rendues par les individus. » Je, Shantidas, ne hiérarchise pas les individus, il décrit le système socio-économique réel qui, de fait, hiérarchise. JLMélenchon n’est-il pas nettement plus rémunéré, en tant que député européen, qu’un professeur de collège ? N’est-ce pas lié à la croyance acceptée par l’opinion publique qu’un parlementaire joue un rôle plus important pour la société qu’un professeur de collège ?
6. A deux reprises vous utilisez une argumentation que Marx qualifiait de robinsonnade : l’île déserte et la planète inhabitée. Certes. Le hic c’est que nous ne sommes, pas encore, retournés à l’état de nature dans lequel vos analyses sont justes.
7. Vous écrivez : « Je ne comprends pas comment vous pouvez trouver logique ou naturel que la production humaine puisse parfois nous conduire à saboter notre propre environnement. » Je n’ai pas écrit quoi que ce soit dans ce genre. Vous inventez carrément. Quant à la réponse au souci écologiste que vous exprimez, je vous revoie au § 23.
8. « Vous pouvez me dire que vous n'approuvez pas, que ce n'est pas votre choix » Il faut distinguer :
1- la description et l’analyse de la réalité culturelle-économique-sociale-politique, telle qu’elle est ;
2- la critique de cette réalité au nom de valeurs, telles que la justice, la solidarité, la liberté, l’égalité, l'harmonie avec la nature ;
3- la proposition d’un programmes d’action sociale et politique destiné à changer cette réalité conformément à ces valeurs. Le choix dont vous parlez ne porte pas sur le point 1- (seuls les fanatiques refusent d’accepter le réel) mais seulement sur les points 2 et 3.
Un livre de 200 pages serait il suffisant pour répondre à vos arguments... En attendant, je vous avoue ne pas me lasser de ces cheveux là. Je dois être maso, mais c'est comme ça que j'apprécie la soupe.

Vous me dites finaliste, voire religieux. Cette question est centrale pour moi, mais pour l'instant, je ne vois qu'une finalité claire à la vie : la survie. Le reste est trop vague pour moi.
Je veux dire par là que je ne me sens pas finaliste au sens auquel vous semblez faire allusion. Je ne crois pas que l'homme doivent vivre selon un code moral parce que c'est mieux.

Simplement, votre post "anthropologie" ne me fait pas l'effet d'un simple constat.
En ne précisant pas comment se définissent les besoins et les utilités, vous suggérez une sorte de logique naturelle.
D'une certaine manière, si je reprend le vocabulaire rousseauiste, vous suggérez que tout se passe selon la volonté générale. Vous ne parlez aucunement de volontés particulières.
Vous pouvez me répondre que choisissant d'être simplement analytique, vous considérez que les volontés effectives (mises en œuvre) sont de fait des volontés générales.
Pourtant, sans vouloir jouer les robinsons, il y a une différence entre dire "un homme et des moutons se dirigent vers une champ", et "un berger dirige ses moutons vers un champ".
Le simple constat existe peut être, mais il me semble que le sujet que vous abordez ne le permet pas.

Vous dites que vous exposez les faits. Mais quels faits?
On trouve dans la dernière édition du livre d'Albert Mathiez sur la Révolution Française, un passage d'une lettre où il parle de son ancien "mentor" devenu son adversaire idéologique :
"Si j'avais le temps et l'espace, je vous expliquerais pourquoi l'histoire telle que la comprend Aulard est une histoire polémique au profit d'un parti et pourquoi je me suis élevé peu à peu, en m'affranchissant de son influence, à une vue plus objective des choses..."
Je ne veux pas lancer le sujet sur l'histoire de France, mais je veux simplement dire que si vous constatez qu'il y a des riches et des pauvres, je suis tout aussi légitime à constater que les riches, quoique moins nombreux, ont usé de toute la violence possible pour rester riches et peu nombreux.
On peut constater que des cellules cohabitent au sein d'un organisme, mais on peut aussi constater que certaines sont cancéreuses et vont détruire l'organisme.

Vous pouvez toujours dire que mon discours à tendance gauchiste pour des raisons idéologiques, historiques, psychologiques..., ne vous emballe pas, que vous le trouvez inquiétant.
Mais je ne vois pas la limite entre le mien et le votre qui fait que l'un est un constat et l'autre non.

C'est Rousseau qui avait dit que quand des volontés particulières prennent le pas sur la volonté générale, on est dans une tyrannie. Et bien mon constat, moi, est qu'on est dans une tyrannie. Et tout constat qui n'en fait pas mention m'amène forcément à penser qu'il est une idéologie déguisée.
Mais ne vous en faites pas Shantidas. Mon père déteste Mélenchon, et j'aime mon père plus que Mélenchon.
"Et bien mon constat, moi, est qu'on est dans une tyrannie."



Bon, la France et tous les Etats européens et les USA - Canada- Australie-Nouvelle Zélande et le Japon sont des tyrannies, puisque dans tous ces pays il y a des riches et des pauvres.

Et après ?

Quelles sont les sociétés qui ne soient pas des tyrannies parce qu'il n'y a pas de riches et pas de conflit riches-pauvres ?

La Russie ? pas de riches et pas de conflit riches-pauvres ?

Et la Chine ? pas de riches pas de conflit riches-pauvres ?

Et l'Inde ? Et l'Indonésie ? Et le Brésil ? Et l'Afrique du sud ?

Je ne vois guère que la Corée du Nord qui puisse correspondre adéquatement à votre souhait d'une société non-tyrannique.

[selon votre paradigme il est évident que J.L.Mélenchon est un complice des tyrans : il accepte de la part de l'Etat, au service des riches, une rémunération nettement supérieure aux salaires des travailleurs exploités par le système]
Vous déviez,ce me semble, la conversation... la Corée du nord... la dernière pique d'Attali à Mélenchon... pfff...


Il n'est donc pas possible d'espérer un meilleur système, parce que la Corée du nord.... blablabla TINA

Je serais curieux de connaître mon paradigme et le rôle qu'y joue Mélenchon.
On pourrait aussi parler du rôle joué par les pays civilisés dans l'élaboration des régimes que vous dénoncez justement...
Voter pour un parti qui joue le jeu de l'Europe libérale est quelquepart une continuité du diktat, de la tyrannie de notre civilisation sur les autres... constat.
Ah là Gondalah ..tu vois pas ? Attali a défendu à Mélenchon d'aller porter la révolution en Corée du Nord et Tina la prostituée a tenté d'acheter Melenchon pour stopper la révolte en Europe libérale ultra; c'est simple voyons.
Damned... J'appelle Mr Patella!!!
Ah non par pitié ! Gondalah je t'offrirais tout que tu veux ! mais laisse le dibbouk ou golem tranquille. Ne le réveille pas ..un grand malade ...Viral comme le virus à la mode ...Bouhhh j'al la trouille du Golem ....
Papiers du véhicule (à prononcer comme cela)
Vade Retro Satanas ...!
[quote=Et après ? Quelles sont les sociétés qui ne soient pas des tyrannies parce qu'il n'y a pas de riches et pas de conflit riches-pauvres ? La Russie ? pas de riches et pas de conflit riches-pauvres ? Et la Chine ? pas de riches pas de conflit riches-pauvres ? Et l'Inde ? Et l'Indonésie ? Et le Brésil ? Et l'Afrique du sud ?]

vous voulez dire que c'est une fatalité (la tyrannie riche-pauvre)à laquelle nous devrions nous résigner?
Shantidas, vous qui êtes plus intelligent que mes deux beau pères réunis, comment pouvez vous rester figé dans une idéologie dont la seule justification consiste à dire "c'est pire ailleurs".
Effectivement, c'est un argument auquel on ne peut pas répondre facilement. C'est quand même marrant que quelque soit le niveau culturel de l’individu défendant cette thèse, l'argument final soit toujours le même.
La peur.
Et le plus marrant, c'est que si je m'acharne à trouver partout où je peux chercher une réponse à cette argument, la seule que je puisse fournir soit à l'opposé de se que j'imagine qu'est ma conception...
La foi...
Gondalah est beaucoup plus religieux qu'il ne le pense..
C'est quoi être religieux?
c'est penser qu'on est relié par un truc
Mouais, c'est un peu vague... Je pense bien qu'on partage des choses, ou bien qu'on a des choses en commun, mais relié...
penser que l'homme est capable d'aimer
"La peur.
La foi..."
La foi n'est en aucune façon l'antidote de la peur. Comme elle, elle est déraisonnable.
La foi est aux antipodes des arguments que j'affectionne, mais faire confiance à l'autre, espérer de meilleurs lendemains est forcément au moins en partie un acte de foi.
Premièrement, je ne vois pas comment on peut envisager un antidote à la peur.

Ensuite, que fait un scientifique qui pose une hypothèse, sinon avoir la foi?
[quote=que fait un scientifique qui pose une hypothèse]
il suit une intuition
Précisément
intuition et croyance,pour moi c'est très différent
une intuition est souvent basé sur des éléments qu'on pressent
on a pas fait le calcul sur le papier mais on présuppose du résultat
alors qu'on peut croire à la réincarnation ou au bon dieux sans avoir un seul élément tangible
[quote=je ne vois pas comment on peut envisager un antidote à la peur]
si tu observes avec une certaine attention les raisons profondes qui te font avoir peur de quelque chose,la plupart du temps,cette peur disparait.

c'est parfois très dure a faire,par exemple,si on tombe nez à nez avec un lion affamé,il faut faire preuve de beaucoup d'attention et assez rapidement..
Bof
Qu'est ce qui vous rend si septique?
Le fait de ne pas comprendre.
Moi par exemple, j'ai peur de la mort... comment on fait disparaitre ça?
C'est naturel la peur de la mort mais au fil de la vie tu finis par t'y faire. Je sais pas si tu est jeune ou pas en fait bien que cela ne me regarde pas vraiment je pense que plus on est jeune, plus on peur.

Ensuite ça se calme ...je l'espère pour toi car on est tous logés à la même enseigne. La mort fait partie de la Vie.
Tu es gentille de vouloir me rassurer. Je suis encore loin de la retraite, et je cherche chez les plus anciens que je fréquente des éléments rassurants tendant à confirmer ce que tu dis.... j'ai l'impression qu'on s'habitue à la peur, ce qui est la fois une bonne et une mauvaise chose... on s'habitue à la peur, mais pas à la mort.
Et bien écoute la "vieille" donc moi ...arffff ! Si tu veux plus avoir peur de la mort il faut vivre intensement ou tellement occupée et axée sur la vie que normalement l'idée de la mort ne dois pas t'effleurer, ou dans "l'abstrait".

Il faut pas se fixer comme seul objectif l'idée de la mort, mais plus que la vie est très longue et qu'il faut en profiter tous les jours. Ne pas regarder trop en arrière et avancer. Si tu as des proches parle en avec eux ..Ceux en qui tu as confiance.

La mort est loin devant toi et tu loin d'elle. Pense à des choses positives.

Décroche, et rêve un peu, tu connais le "lâcher prise" ? Essaie quand tu est seule, dans la nature, de t'isoler et de revasser, penser et imaginer à d'autres mondes.

Regarde le ciel et les nuages et tente de voir des images, paysages, le bonheur total.

Bien oui ça parait facile comme cela mais il faut s'entrainer. Je me suis entrainée longtemps avant ma naissance ..

Boudu cong je rigoooole là ...

Le fait de ne pas comprendre.

Moi par exemple, j'ai peur de la mort... comment on fait disparaitre ça?


oups, j'espère que vous me permettrez de prendre part à la conversation, voilà un sujet passionnant :-)

je pensais aussi qu'on a pas d'autre choix que de vivre avec ses peurs, il me fallait juste les apprivoiser , je pensais que le plus important était de ne pas les laisser prendre le dessus sur mes décisions, mais ça, c'est sous estimer la peur. J'ai commencé à m'y attaquer sérieusement lorsque j'ai compris que cela ne suffisait pas car elles pourrissaient aussi la vie de mes proches.
S'en débarrasser c'est commencer par s'intéresser aux pensées auxquelles elle(s) est(sont) reliée(s :-) faut juste partir en explo, mais au bout c'est la peur qui disparait :-)
imaginons 2 exemples

un type a peur de la mort
il reste cloitré, ou il est totalement angoissé
il se met à observer les raisons de cette peur
1-
il constate qu'il a peur de mourir sans laisser une trace derrière lui
il se met a observer les raisons de cette peur

du coup il se met à travailler sur son besoin de reconnaissance bla bla
son besoin de reconnaissance diminue ainsi que sa peur de mourir sans être reconnu etc


2-
il découvre qu'il a peur de mourir sans avoir vu ses enfants grandir
il s'aperçoit que ce sentiment gâche les moments qu'il passe avec ses enfants car ça l'occupe tout le temps .
le problème n'est plus la mort mais la gestion de l'instant présent,le laissé aller etc


donc derrière la peur de la mort, se cache des difficultés avec la vie que l'on décèle par l'attention
Qu'est-ce qui vous rends si septique ?

La fosse ?

Scusi mais c'était tentant ...
"Premièrement, je ne vois pas comment on peut envisager un antidote à la peur. "
Je vous avais donc mal compris.


"Ensuite, que fait un scientifique qui pose une hypothèse, sinon avoir la foi?"
Si faire de la science est chercher à apaiser l'angoisse métaphysique, effectivement.
Mais sinon...
Quand je parle de foi, je veux simplement dire que dans le cas où l'on considère qu'un meilleur système permettra aux individus de "s'élever", cette hypothèse n'ayant pas était vérifiée, elle peut s'apparenter au départ à un acte de foi.
Sur le fait que la science ait comme but d'apaiser les angoisses métaphysiques, ce n'est pas ce que je cherchais à sous entendre, mais je serais curieux d'en connaître une autre motivation.
Sachant que si la réponse est simplement la compréhension, je ne pourrai m'empêcher de demander pourquoi.

"Premièrement, je ne vois pas comment on peut envisager un antidote à la peur. "

En cherchant , en observant chaque pensée qui vous vient lorsque la peur débarque. Car la peur ne débarque pas de nulle part, elle nous vient forcément d'une pensée,et même si le corps réagit parfois en premier, le cerveau reçoit l'info et s'ensuit une pensée. Commencez par observer cette première pensée et vous avancerez ainsi vers la réponse.

Mais pour cela vous ne devez pas être d'ores et déjà convaincu que c'est impossible de l'envisager :-)
Bah, convaincu, je n'irais pas jusque là...

Je crois en l'observation et l'attention.
Mais je ne crois pas qu'il y ait un équilibre entre la vie et la mort, que l'on peut accepter la mort, et je ne crois pas ceux qui disent y être arrivé.
Je crois que c'est très bien de chercher, mieux que de ne pas chercher, mais seulement si on accepte de ne rien y trouver.

@jeanbat.

Des difficultés avec la vie. Le lot de tous. Une illusion de croire que l'on peut s'en défaire. Un drame indépassable.

Et si je devais me mouiller, je dirais que cette peur est cause de tous nos maux.

Bah, convaincu, je n'irais pas jusque là... Je crois en l'observation et l'attention. Mais je ne crois pas qu'il y ait un équilibre entre la vie et la mort, que l'on peut accepter la mort, et je ne crois pas ceux qui disent y être arrivé. Je crois que c'est très bien de chercher, mieux que de ne pas chercher, mais seulement si on accepte de ne rien y trouver. @jeanbat. Des difficultés avec la vie. Le lot de tous. Une illusion de croire que l'on peut s'en défaire. Un drame indépassable. Et si je devais me mouiller, je dirais que cette peur est cause de tous nos maux.


La philosophie est la solution : il convient de penser là où ça fait mal.

La peur de la mort ? Et bin, vous prenez un stylo et un cahier et vous ouvrez le cahier sur une page blanche et vous écrivez en haut : "De la mort en général et de ma mort en particulier" Et vous couchez sur le papier tout ce qui vient à votre conscience ; et vous malaxez et vous remixez ; et vous vous critiquez et vous vous pardonnez etc etc etc

C'est la méthode prônée par les anciens philosophes grecs....toujours valable.
Toujours valable si à l'image des anciens philosophes grecs, on envisage la vie terrestre simplement comme une étape.

Toujours valable si à l'image des anciens philosophes grecs, on envisage la vie terrestre simplement comme une étape.


On peut, bien sûr, faire le choix de ne pas penser, de n'être pas philosophe ; et de se laisser tripatouiller par ses émotions, ses vraies et fausses peurs, ses fantasmes, ses pulsions. C'est plus rigolo.
Faire un choix les yeux dans le noir... On a de la chance si on se prend rapidement un coin de porte, ça nous fera peut être rester immobile quelques temps...
Le problème, quand on ne se cogne à rien, c'est qu'on continue à s'enfoncer dans une direction forcément mauvaise.
Bon, sur ces bonnes paroles, le coup de faire le choix ou ne pas faire le choix, et terminer par un sarcasme du genre "c'est plus rigolo"....
Le scientisme philosophique existe!!!
@gondalah
pas compris la réponse
tu veux dire qu'on a des difficultés et c'est comme ca ,point barre
pas moyens de les dépasser...
boris cyrulnick n'a qu'a se rhabiller...
souffrons et c'est tout

moi je ne crois pas ,je suis même qu'aucune révolution,aucun changement ne pourra aboutir tant que l'humanité aura une vision si pessimiste d'elle même

tu connais surement se magnifique poème qui accompagna Mandela dans son calvaire


Dans la nuit qui m’environne,

Dans les ténèbres qui m’enserrent,

Je loue les dieux qui me donnent

Une âme à la fois noble et fière.



Prisonnier de ma situation,

Je ne veux pas me rebeller,

Meurtri par les tribulations,

Je suis debout, bien que blessé.



En ce lieu d’opprobre et de pleurs,

Je ne vois qu’horreur et ombres

Les années s’annoncent sombres

Mais je ne connaitrai pas la peur.



Aussi étroit que soit le chemin,

Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme :

Je suis maître de mon destin ;

Et capitaine de mon âme.
Je me permets : merci jeanbat

Depuis longtemps , j'ai adopté comme devise ce dernier paragraphe .
A chaque fois que l'on reçoit un coup , on a le droit d'être ébranlé , un instant .
Puis on se relève , vite , avant que l'autre ne crie victoire ( le traître , le destin , le diable ou le dieu des uns et des autres ).

La peur se dissipe , si l'on se fait confiance , si l'on fait confiance à l'Autre ... avec juste un peu de vigilance ;-))
Elle se dissipe en sachant que , si l'on baisse les bras , le ciel va nous tomber sur la tête .
mona
merci de vous permettre-:)
La mort, le néant, n'ont pas d'essences, ils sont indéfinissables.
On apprivoise pas ce qu'on ne connait pas, on ne s'y habitue pas.
On se résigne, à la rigueur.
La paix n’existe pas.

C'est un peu vague comme sujet, et je ne voudrais pas me lancer dans des élucubrations, mais l'humanité ne progressera pas en trouvant une parade mais en se résignant. Ce qui est l'inverse de se qui se passe actuellement.

Ce que j'écris est présomptueux et un peu ridicule, ce n'est pas exactement ce que je pense, mais c'est, disons, une piste.
Tu m'avais fait voir la vidéo en 8 parties d'un indien philosophe. Je me rappelle que j'avais trouvé intéressantes, chacune de ses réflexions, mais je trouve son assurance suspecte.
je crois que c'est le bonheur que tu trouves suspect
Disons que je veux y croire mais que je ne crois pas qu'on puisse "l'atteindre".
Pour être plus précis, je crois qu'il y à le bonheur, et je crois qu'il y a la quête du bonheur. Un seul des deux existe, l'autre est impalpable.
point de salut ici bas...
si c'est le cas comment explique tu que certain soient plus heureux que d'autre....les gens heureux seraient des malheureux qui mentent???


« Les indiens sont, à la vérité, gens de cœur excellent, ignorant la cupidité, plein de douceur ; aussi, puis-assurer à Vos Altesses qu'il n'est au monde ni meilleurs hommes, ni meilleur pays. Ils aiment leur prochain comme eux-même. Ils ont une façon de parler toujours souriante, la plus douce, la plus affable qui se puisse imaginer. Hommes et femmes, à la vérité, vont nus comme au jour de leur naissance, mais Vos Altesses peuvent croire cependant qu'ils ont des mœurs fort pures. Ils servent avec un grand respect leur roi qui, du reste, est aussi continent que digne en tous points. Ils ont, du reste, une très heureuse mémoire et une grande curiosité d'esprit, qui les portent à questionner beaucoup sur toutes choses. »
colomb

ils ont bien l'air heureux pourtant ceux la...non?
Je ne sais que te dire...
Si je caricature un peu, je dirais que la spiritualité orientale se met des ornière pour se simplifier la tache. Ce qui au final est illusoire...
S'extraire de ses peur? Je crois que c'est mentir ou se mentir à soi même.
Pourtant, je suis assez d'accord avec beaucoup de tes idées. Soit on ne parle pas de la même chose, soit on est presque d'accord.
ça n'a rien a voir avec les indiens l'orient ou que sais-je.
c'est un mécanisme de la pensée accessible a tout a chacun pour peu qu'on s'y penche sérieusement

pour se" simplifier la tache" dis tu
la tache le fardeau ....on y est....et on veut y rester ...
mais de quelle tâche parles tu a la fin?

les seuls fardeaux qu'on porte sont ceux qu'on décide de porter gondalah

« Quand on a la tête en forme de marteau on voit les problèmes sous forme de clous »

Albert Einstein
"La tâche" = trouver la paix
Tes propos me font penser au bouddhisme.

Le bouddhiste cherche à se détacher des choses. D'une certaine manière, c'est tricher.
je ne me suis jamais intéressé au bouddhisme ni à aucune religions
je crois que tout dogme qu'il soit politique ou religieux est néfaste a l'humanité

je m'excuse mais permet moi de mettre le doigt sur une contradiction qui me saute au yeux

d'un coté:
"La tâche" = trouver la paix " gondalah
et de l'autre

"la paix n'existe pas" gondalah

donc pour toi la
tache consiste a trouver un truc qui n'existe pas....... ce qui est absurde

d'autre part
[quote=Le bouddhiste cherche à se détacher des choses. D'une certaine manière, c'est tricher.]

je ne sais pas ce que tu entends par là mais si c'est:
se détacher des choses =en avoir rien a fiche du reste du monde
je te rejoins
mais chasser ses peurs n'implique pas ne plus avoir de compassion pour autrui se réjouir que le monde soit ainsi,ou jouir de tout et pis tan pi pour les zautre! zavaient qu'a être boudhiste...-)

au contraire
se libérer de ses peurs ,c'est prendre de la distance avec son égo et ça libère de l'espace POUR les autres.

allez vas y gondalah!!!!

essaie
tu verras,y'a pas d'arnaque,pas de tricherie
c'est du top,du pur,même pas coupé...
moi même avant de regarder tout a de pres,
j'étais tous le temps angoissé,je comblais par le travail de la musique(boulimique) et quasi rien d'autre ne comptait.
maintenant je fais du bénévola ,je m'éclate avec ma famille,les gens et tout, et la musique c'est que du bonheur!
pas de contradiction dans les propos de Gondalah!!!

La tâche du bouddhiste est de chercher la paix. (enfin, c'est l'idée que je m'en fait.) Je pense que la paix n'existe pas.

Par exemple, pour être en paix, il faut éliminer la colère. Mais l’existence de la paix n'est elle pas conditionnée à la colère.
Je ne dis pas que le bouddhiste (où l'idée que je m'en fait qui quelque part semble ressembler à ce que tu proposes) se fout des autres, je dis qu'a un certain niveau, il cherche à se foutre de lui même. Et c'est ça qui peut s'apparenter à de la triche (??)

Tu relèves une contradiction qui n'existe pas (comme je te le dis ci dessus), pourtant, je suis d'accord avec ta conclusion. Il faut rechercher quelque chose qui n'existe pas. Bien sur que c'est absurde. La vie est absurde quelque part.

Prendre de la distance avec son égo, c'est un peu comme dire que les actions désintéressées existent
Ok
je t'ai demandé de quel tâche TU parlais et tu me réponds de quelle tâche parle les bouddhistes
et j'avais compris (mais j'ai du me gourer ) que la première fois que tu employais ce mot,il signifiait sous ta plume, la tâche des hommes en général pas des bouddhistes.
[quote=Si je caricature un peu, je dirais que la spiritualité orientale se met des ornières pour se simplifier la tâche.]
Si tu parlais de la tâche de ceux qui pratiquent la philosophie orientale, je ne comprends plus ta phrase
car pourquoi la "la spiritualité orientale "s'imposerait une tâche tout en se mettant des ornières pour la simplifier...c'est absurde.
[quote=La vie est absurde quelque part.]
moi je ne voie rien d'absurde dans la vie, je trouve les phénomènes qu'on y rencontre très structurés.
Je bois une bière, je vais ensuite faire pipi; il pleut dans mon jardin, et le lendemain, il y a des fleurs partout.
Ce qui peut paraitre absurde éventuellement, ce sont les comportements humains, mais pas la vie.


[quote=Prendre de la distance avec son ego, c'est un peu comme dire que les actions désintéressées existent]

Bien-sûr, là, je m'inscris en faux.
Je pense bien comprendre cette idée que tu illustres ici.
C'est une idée très présente dans une certaine philosophie occidentale.
Dans la forme que tu emploies, il n'y a pas d'action désintéréssée, tous les intéressements sont mis sur un pied d'égalité.
Par exemple, si j'aide une mamie dans la rue, à la fin des fins, c'est un geste que je fais pour moi, ok, mais il n'a pas le même sens moral, si je le fais pour moi, c'est à dire être vu dans mon quartier comme un bon samaritain, ou être vu par la mamie comme être un bon samaritain, ou encore être vu par moi-même comme un bon samaritain. ça, c'est une première chose.
D'autre part, je suis intimement persuadé, mais je ne peux pas le prouver, que le désintéressement existe, et que l'ego peut s'effacer. Je le ressens notamment dans certaines situations de concert. Et aussi dans la vie en général. Souvent avec les enfants.

Pour finir, je te remercie de cette conversation qui m'a fait grand plaisir. Je serai d'ailleurs très content de la continuer ou de la reprendre, si tu en as envie.

En rapport avec toute cette conversation, je me permet un petit copier coller d'un très beau texte de Bertrand Russel, comme tu dois le savoir, qui est une grande source d'inspiration pour Noam Chomsky, qui,ce dernier,me semble assez proche de tes idées.

"Celui qui, une fois, a aperçu, même momentanément et brièvement, ce qui fait la grandeur de l’âme humaine ne peut plus être heureux, s’il se permet d’être mesquin, égoïste, troublé par des accidents banals, plein d’appréhension de ce que l’avenir peut lui réserver. L’homme capable de grandeur ouvrira toutes grandes les fenêtres de son esprit, laissant les vents y souffler librement, de toutes les parties de l’univers. Il aura de lui-même, de la vie et de l’univers, une image aussi véridique que nos limites humaines le permettent ; prenant conscience de la petitesse de la vie humaine, il se rendra également compte que dans l’esprit de l’homme est concentré tout ce qui peut avoir une valeur dans l’univers connu de nous. Et il verra que celui dont l’esprit reflète le monde devient en un sens aussi grand que le monde. En se libérant des craintes qui obsèdent l’esclave des circonstances, il éprouvera une joie profonde et, à travers toutes les vicissitudes de sa vie sociale, il restera, au plus profond de lui-même, un homme heureux."
ps il n'est ni bouddhiste ni rien du tout,il a meme fait de la taule pour son athéisme et son pacifisme
[quote=La paix n’existe pas.]
gondalah ce n'est pas parcequ'on ne voit pas quelque chose que cette chose n'existe pas!
et cette phrase raisonne en moi comme un véritable dogme religieux

si la paix n'existe pas alors l'enfer est sur terre et on a besoin d'une religion pour vivre notre calvaire
si la paix existe alors installons là d'abord en nous et on verra pour le reste.
en fait, on verra le reste parce que
installer la paix en soi ,c'est a dire chasser ses peurs c'est en quelque sorte s'acheter de nouvelles lunettes pour voir.ou plutôt ,c'est ôter ces anciennes lunettes opaques ou déformantes,selon....
justement,l'indien" au nom imprononçable" par gondalah en parle devant l'ensemble des nations.

http://www.tagtele.com/videos/voir/26178/

allez j'arêtte avec mes "théories fumeuses"(c'est bien placé là les guillemets)
je donne des bâtons pour me faire battre (pas par toi gondalah)
Pourquoi, si l'enfer est sur terre, a t-on besoin de religion?
si l'enfer est sur terre ou que la paix n'existe pas
et qu'on ne peut pas changer cela par des moyens rationnels puisque c'est un fait et point barre
si on cherche a s'extraire de la souffrance occasionnée par ce fait inéluctable on ne peut donc utiliser que des moyens irrationnels par exemple la religions,la croyance en un au delà plus clément,le paranormale etc..
Tu dis, "si on cherche à s'extraire".
S'extraire de quelque chose dont on ne peut pas s'extraire, c'est pas ça la croyance?
mais enfin
on peut s'extraire de ses peurs
mes exemples ne t'ont pas convaincu?

imagines que tu ais peur du loup
si tu lis des livres sur les loups et que tu apprends que les loups ne sont pas si méchants qu'on le dit,qu'ils n'attaquent jamais l'homme,
etc ...
tu continueras à avoir peur.........ou non??????????
Peur du loup = Peur de mourir.
Plus peur du loup ne signifie pas plus peur de mourir.
Plus peur du loup=mieux dans sa tête =moins peur de mourir

En tout cas c'est ce que je crois
J'ai surtout peur de mourir malade...
gamma
Bouh bouh bouh!
C'est quoi ce fil?
et si le bonheur ça n'était juste que s'extraire de ses peurs?
Shantidas, vous qui êtes plus intelligent que mes deux beau pères réunis, comment pouvez vous rester figé dans une idéologie dont la seule justification consiste à dire "c'est pire ailleurs".
Effectivement, c'est un argument auquel on ne peut pas répondre facilement. C'est quand même marrant que quelque soit le niveau culturel de l’individu défendant cette thèse, l'argument final soit toujours le même.
La peur.
Et le plus marrant, c'est que si je m'acharne à trouver partout où je peux chercher une réponse à cette argument, la seule que je puisse fournir soit à l'opposé de se que j'imagine qu'est ma conception...
La foi...


Vous êtes un combattant ; fortement ancré dans des convictions très solides ; auxquelles nul ne peut résister.

Dieu vous garde

.
Vous retombez dans les sarcasme... l'échange touche à sa fin.
Je ne suis combattants de rien, je n'ai aucune conviction, sinon de n'avoir aucune conviction.
Je suis plutôt résistant dans l'âme...
Et vous Shantidas, au milieu de ces combattants/résistants, qu'elle est votre place? Quel est votre camp, vous qui prétendez n'en avoir aucun et en même temps être dans le moins mauvais?

Vous retombez dans les sarcasme... l'échange touche à sa fin. Je ne suis combattants de rien, je n'ai aucune conviction, sinon de n'avoir aucune conviction. Je suis plutôt résistant dans l'âme... Et vous Shantidas, au milieu de ces combattants/résistants, qu'elle est votre place? Quel est votre camp, vous qui prétendez n'en avoir aucun et en même temps être dans le moins mauvais?



Non je ne tombe pas dans le sarcasme.

Je constate seulement que vous êtes ancré dans une idéologie de combat - ou du refus, qui vous rend inaccessible à une analyse de la complexité du réel. Parler de tyrannie à propos de tous les régimes politiques existants dès lors qu'il y a des riches et des pauvres c'est quand même, excusez-moi de vous le dire, raconter n'importe quoi. Car enfin, le mot tyrannie a un sens et une histoire, qu'il faut respecter si l'on veut comprendre et agir rationnellement.
Vous êtes comme un enfant qui manie des gros mots et qui veut impressionner le monde.

Qui suis-je ? A mon âge, beaucoup plus près de la fin que du début, je suis un chercheur-combattant de la vérité et de la justice.
Et bien... me voilà habillé pour l'hiver...

Le réel est complexe.... gondalah ne comprend pas qu'on ne peut acceuillir toute la misère du monde, qu'il faut parfois savoir faire des sacrifice, que l'esprit d'une nation réside non pas dans le petit mais dans le grand nombre....





gondalah ne comprend pas qu'on ne peut acceuillir toute la misère du monde, qu'il faut parfois savoir faire des sacrifice, que l'esprit d'une nation réside non pas dans le petit mais dans le grand nombre....


qui parle d'accueillir?

vous dites qu'il faut savoir faire des sacrifices.... êtes vous croyant?
Croyant? pas du tout, plutôt ironique/cynique ...
"se déclinant sur 23 paragraphes"...
Numérotés de 0 à 23, ils sont donc au nombre de 24.

"se déclinant sur 23 paragraphes"... Numérotés de 0 à 23, ils sont donc au nombre de 24.


Bravo. Vous gagnez le droit de revenir en deuxième semaine !
Comme à chaque fois, quand on lui demande de préciser sa pensée, Shantidas élude....
Ne me dites pas qu'il y en a 24 autres !
heu ...24 ° d'alcool ?
Je trouve que le petit monde médiatique s'acharne beaucoup moins sur l'info "policière" du jour :
le forcené de je ne sais plus où est décédé... tué par l'arme de poing du policier chargé de le maîtriser...
Ben tiens !
La psychologie de l'arme de poing, qu'ils travaillent, les keufs ;o)
Parfait comme ca on voit bien que la police est elle aussi decomplexé et est raciste ouvertement , pas seulement qd ils sont seuls face a une personne qui ne leur plait, pas du fait de sa couleur , de son origine supposé .
Oui notre police et notre armé sont raciste et mysogine (l'etat aussi en passant) , maintenant qu'on le sait agissons contre . On ne peut pas demander a des humains quelqu'il soient d'etre chaque jours en contact avec la misere humaine et de devoir agir; sans jamais de soutiens de mise en perspective , en prenant du recul ..
C'est comme les psy qui voient la société a travers les 'cas' qui viennent les consulter , alors que ce n'est qu'une infime partie de la population .
Evidement que la pauvreté engendre l'injustice qui engendre la dinlinquance , le controle des femmes ... ect mais seulement pour une petite partie de la population pauvre , les autres s'en sortent sans violence tout en revendiquant (les assos , les partis ) leur droit a l'egalité ou bien en se soumettant . Il faut permettre aux agent de l'ordre de connaitre des realités plus diversifiées , pas juste le petit prisme qui prend toute leur vie de travail .
Je me suis contente de lire l'article, donc, je n'ai pas d'idee si des commentaires plus explicites ont ete publies ou pas.

C'est pas pour jouer les emmerdeurs, mais a l'exception de l'evocation du ramadan, aucun des commentaires publies dans l'article n'est explicitement raciste :

1) Le commentaire sur le "bon nettoyage" ne fait aucune mention de l'origine des personnes concernees. Il pourrait tout a fait etre entendu dans la bouche d'une personne parlant de ceux qu'elle considere comme des voyous, peu importe d'ou ils viennent.

2) Considerer le souhait de l'election de MLP comme un propos raciste est tout de meme un sacre racourci ! Dans ce cas, il ne reste plus qu'a penaliser l'appartenance au FN.
Une autre version des évènements de Trappes.

http://www.youtube.com/watch?v=9Wb93wIZp7M

A méditer!!!
bizarre des posts ont disparu depuis hier soir... La modération pourrait au moins prévenir de ses interventions... Pas que ce soit grave hein mais Zigoto et les réactions qu'il a suscitées c'était plutôt rigolo.
les policiers ne sont pas des super héros mais garder son calme devant les provocations et dans un climat médiatique où les faits sont utilisés à des fins de politique électorale, "relativiser" et penser ses actions sous les insultes et les coups, c'est un vrai métier dont on devrait reconnaître la difficulté et l'utilité publique.
A l'opposé des propos racistes sur face-book, les lignes politiques comme celle de certains députés verts qui demandent l'abrogation de la loi sur la burkha dans les lieux publics (ce matin, porte parole du gouvernement) pour résoudre le problème sont au mieux angéliques au pire presque anarchistes. La laicité, le droit des femmes sont à la base de notre bien vivre en France.
En France, pour des politiques, justifier les tchadors, qui sont autre chose qu'une tenue vestimentaire, c'est ouvrir directement aux propos extrémistes, (qu'on pourra ensuite condamner...)
on peut encore discuter de tout celà sur un forum comme ASI, sans qu'une charia ou un fascisme quelconque vienne nous apprendre à vivre.
Désolée, Laure, votre article méritait mieux que ces deux derniers commentaires.

Autant je peux comprendre que les policiers et CRS à Trappes doivent en avoir ras le bol, autant ces propos sont inexcusables venant d'agents de l'Etat en face de voyous qui se servent de ces ratiocinations pour justifier leurs propres turpitudes.

Et justifier, ça attire sur les forums tous les Françoisdesouche qui s'ennuient dans la chaleur de cet été impossible.

J'espère que vous aurez le temps de suivre cette affaire et savoir les décisions de l'IGPN.
arrêtons les propos diffamatoires envers notre police républicaine nationale, qui ne fait que faire respecter la laïcité et contrer le communautarisme rampant des Franprix halals, des Quick halal, et des tournantes.
tenir ces propos dans le vif de l'action(encore faut-il que l'action soit à leur avantage) peut être qualifier de pétage de plomb plus déplorable que condamnable mais avant d'écrire sur Face book il y a ou il devrait y avoir le temps de réfléchir et de se reprendre.
Très révélateur de l'atmosphère nauséabonde qui régne en France. Il n'y a plus aucun respect ni d'un côté ni de l'autre. La parole s'est bel et bien libérée grâce aux tenants de la droite forte. Maintenant si certains s'imaginent que l'arrivée de Le Pen changera quoique ce soit, ils se trompent lourdement. Car un parti comme le FN n'est viable que dans l'opposition; au pouvoir, 2 alternatives s'offrent à lui : appliquer son programme, intenable sur le long terme qui aboutira en moins de 6 mois à une crise majeure avec à la clé des élections anticipées ou accepter le principe de réalité, devenir un parti comme un autre et disparaître.
Propos difficiles et tristes à lire, mais pour penser un peu contre moi-même je me demande ce que je deviendrais à la place de ces policiers. Des types "normaux", pas forcément très âgés et expérimentés, envoyés en première ligne pour tenter de calmer et colmater les conséquences effroyables de dizaines d'années d'errance dans les politiques urbaines successives et la ghettoïsation accélérée de ces quartiers. On peut être révolté par leur propos mais que voulez vous qu'ils pensent d'autres ? A moins de développer une capacité de réflexion plus large et plus profonde (ce qui sera sans doute difficile, sans aucun mépris de ma part, pour des policiers et CRS qui n'ont sans doute pas fait de formation de sociologie, d'ethnologie etc.) comment pourrait-il en être autrement ? Comment réagirai-je après une "grosse intervention" avec toute cette violence donnée et reçue en pleine figure ?
Alors les forums de policiers et autres pages Facebook deviennent des exutoires, des moyens de relâcher l'énorme pression que nous tous leur mettons sur les épaules en les chargeant d'aller régler avec des moyens "dérisoires" les profonds dysfonctionnements de notre société. Ils mettent leurs mots sur les problèmes et l'immense désespoir qu'ils rencontrent, et ces mots ne sont pas ceux des chercheurs, sociologues ou philosophes. C'est moche oui. Ça heurte les oreilles chastes sans doute. Cependant je réfléchirai à deux fois avant de me boucher le nez et de les résumer à de simples brutes sourdes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.