142
Commentaires

Profession, femme voilée

Parmi les petits métiers saisonniers, considérons aujourd'hui celui de Symbole.

Derniers commentaires

Un nouveau coup porté à la laïcité par celui qui devrait en être garant.
L'intrusion du religieux dans l'enseignement supérieur entraîne, pour une minorité d'étudiants juifs pratiquants, le report de la date des examens.
"Le collaborateur de la ministre a expliqué que la fête juive avait été "oubliée" cette année dans le calendrier recensant les fêtes orthodoxes, arméniennes, musulmanes, juives et bouddhistes, auxquelles il est convenu chaque année de ne pas organiser d'examens."
Omission impardonnable, en effet.
Tout comme celle des druidistes et des adorateurs du poireau, inexplicablement discriminés.
Nan mais c'est vrai, je comprends mieux l'utilité d'un grand débat sur la laïcité, c'est primordial !
Il sera grand temps de s'occuper d'économie quand [s]ce sera trop tard[/s] quand on sera dans la [s]situation catastrophique[/s] dans les menus tracas du Portugal, ou bien de nucléaire [s]quand ce sera trop tard[/s] quand on sera dans [s]la catastrophe[/s] dans les ennuis du Japon.
Daniel, je voulais vous conseiller de ne plus écouter France inter, personnellement, je suis avec grand intérêt la matinale de France Culture, et je m'en porte beaucoup mieux. Le sujet a été traité ce matin, de façon mois sensationnelle, donnant la parole aux policiers qui se demandent bien comment ils vont faire pour appliquer cette loi absurde. Une jeune femme en Niqab a également réagi, sur la stigmatisation qui la frappe, ce n'était pas Kenza Drider. Il y en a donc plus qu'une.
Pas de pub, des nouvelles internationales et des chroniqueuses pertinentes, vous vous sentirez mieux sur France Cul' !
Ouais ! Moi aussi je pense comme YannickG que cette histoire n'a rien d'anodin, mais que c'est une information en creux.

Je suis persuadée que si Sarko a lancé l'idée, c'était pour foutre le bordel dans la gauche, comme avait pu le faire le débat sur le voile à l'école, en plusieurs rebonds successifs qui avaient bien gâché les liens entre les gens de gauche, des socialos aux trotskos, en passant par les libertaires et les altermondialistes. Et pour occuper l'espace médiatique, évidemment.

Et là, le bide exponentiel.... Personne n'a protesté à gauche.
Il n'y a eu que les milieux islamistes pour la ramener, et encore, l'écho a été bien faible dans l'espace médiatique français.

En fait, Sarkozy a fait mûrir la gauche, l'a remise à sa place, et au bout du compte nous a appris les vraies valeurs, nos valeurs, parce qu'il nous a fallu faire des choix que nous refusions de faire. Le fait par exemple, que la liberté d'être ne peut pas justifier n'importe quoi, qu'il faut savoir distinguer ses vrais amis, et que la laïcité est une valeur primordiale, sur laquelle s'est bâtie notre démocratie.
L'interdiction du niqab est à la croisée de la revitalisation de ces valeurs : l'antiracisme ne peut pas justifier le laisser-faire par rapport à l'offensive religieuse des Islamistes chez les Musulmans, et au contraire, ça entretient vis-à-vis des Arabes une suspicion absolument pas légitime, et qui ne fait qu'entretenir le racisme ambiant, qui n'a pas besoin de cela. Donc les Islamistes sont les ennemis de la gauche. Le rapport du niqab contre la laïcité est évidente.

D'après moi, le choix s'est fait quand le NPA a plongé suite à l'histoire de sa candidate voilée. Le débat, qui avait empoisonné l'altermondialisme, puisque Ramadan avait réussi à faire de l'entrisme dès son arrivée sur la scène médiatique des antimondialistes, a été réglé définitivement.

Désormais, les Islamistes en France sont revenus à leur véritable taille : quelques éléments isolés au milieu d'un océan, et quelques femmes névrosées.

Et ça, c'est une information. La page est tournée.

Amen.

Et de toutes façons, de tout ce qu'il y a à débattre, nos médias ne le feraient pas.
Sophia Aram s'exprime dans le Monde.
Un texte fort dans lequel elle épingle, entre autres responsables médiatiques de la banalisation du FN, une ex-collaboratrice d'@si dont les crises d'hystérie resteront les souvenirs les plus marquants de son bref passage sur le site.
http://tchadonline.com/soyez-a-la-mode-portez-les-lunettes-burqa/
C’est vrai qu’il y a d’autres sujets, autrement importants !

Mais le vrai problème, pour lémédia en général, et hélas pour @si en particulier, est l’incapacité à situer ce genre d’événement “fabriqué” dans un mouvement plus général, dans une dynamique.

Le mouvement c’est l’incessante augmentation des interdictions (et parallèlement des sanctions qui accompagneront leur non-respect)

Voici une liste non exhaustive (faute d’avoir le temps de lire et de mémoriser chaque jour les cent pages du JO) des nouvelles interdictions depuis quarante ans :

- Interdiction de rouler sans casque en ville

- Interdiction de rouler sans ceinture de sécurité à l’avant, puis à l’arrière

- Interdiction de klaxonner

- Interdiction de stationner sans payer

- Interdiction de téléphoner au volant

- Interdiction de dépasser 130 km/h sur autoroute, puis 110 par temps de pluie

- Interdiction de fumer dans les lieux publics

- Interdiction de boire l’apéritif avant de prendre la route

- Interdiction de stationner un deux roues sur le trottoir, même s’il ne gêne personne

- Interdiction de porter la burqa (ou n’importe quel signe religieux ostentatoire ?)

- Interdiction de télécharger sur Internet

- Interdiction (annoncée) aux deux roues d’avant 2004 et aux voitures d’avant 1997 de circuler en ville : “Restez dans vos cambrousses, salauds de pauvres !”

- Interdiction de … (complétez vous-même !)

Il n’est pas (encore) interdit de s’intéresser ensuite aux objectifs poursuivis par les oligarques qui ne cessent d’interdire. On trouve alors plusieurs pistes :

D’abord ils ne sont pas concernés : les chauffeurs, les relations et l’argent les mettent à l’abri de contrevenir aux lois liberticides.

Ensuite ils font semblant de s’intéresser à la santé de leurs administrés (dont ils se foutent royalement, sauf à espérer les tondre plus longtemps)… Mais revenons donc aux objectifs :

1. Faire sentir aux manants, à tout moment, qu’ils sont sous contrôle et surveillés sans répit : ce n’est jamais inutile !

2. Faire les poches des mêmes manants sous tous les prétextes pour limiter un peu la vitesse de creusement du trou sous Bercy (les manants sont pauvres mais ils sont nombreux et dociles)

3. Faire chier les musulmans afin de tenter de piquer les électeurs du FN.

4. Garantir des revenus insensés à Didier Barbelivien et à Johnny Hallyday (excellent contribuable au demeurant !)

La burqa n’est donc qu’un élément parmi beaucoup d’autres dans une volonté très affirmée de nier le peuple, de l’anéantir, de lui interdire de s’exprimer ou de défendre ses choix individuels…

Voilà ce que vous auriez pu écrire, par exemple, cher Daniel, pour tenter de faire mieux que d’ajouter un commentaire de plus sur un sujet qui, considéré isolément, n’a guère de sens.

Sans oublier qu’il serait bon de dauber un brin sur le côté inapplicable de ce texte et sur les probables plaintes auprès de Bruxelles puisque cette loi est en contravention avec la réglementation européenne.

Enfin il me semble sentir une - légère - moquerie dans votre évocation de Kenza Drider que vous présentez en professionnelle de l'opposition à l'interdiction de la burqa. Que pensez-vous alors des professionnels de la grève à la CGT, appointés à l'année pour peindre des calicots ? Leur raison d'être vous semble-t-elle aussi dérisoire, pour ne pas dire méprisable ?

Si personne ne s'oppose jamais à rien, où allons-nous ?
Toutes ces histoires de religion:l'indigestion ,la nausée!
c'est bien la preuve que c'est pas d'un débat dont ils auraient eu besoin les petits copains de Guéant mais d'un cours du soir sur le niqab !!...
ils auraient su alors que c'était l'accoutrement d'une secte qui cherche à s'implanter en France, et que des lois contre ces quelques illuminés, eh bien ils en ont déjà pondu un paquet : en particulier toutes celles concernant les sectes en France, et qu'ils n'ont qu'à faire appliquer !

preuve que toute la petite équipe de fumistes du château a pour seul objectif de nous enfumer avec des histoires de religion !!
et tout ça pour que le plus petit d'entre eux puisse se représenter dans un an sans que personne, et surtout pas les journaleux parigots tête..... ne lui posent aucune des questions qui taraudent pourtant le populus : comment va t-on pouvoir récupérer les milliards empochés par les banques et les gros patrons des CAC, 40 et autres, partagés généreusement avec les actionnaires d'un système véreux, voire mafieux, pour le redistribuer à tous ceux qui font pourtant tourner à bout de bras l'économie dans ce foutu pays !!!!

"Le niqab est un accoutrement sectaire qui s'inscrit dans un discours d'autoexclusion et d'exclusion des autres. Un discours brandi par un groupuscule salafiste depuis 70 ans. En France, où la liberté de conscience est garantie, ces "gourous" s'immiscent partout. Ils persuadent leurs adeptes, comme ceux d'une secte. Ils prônent le port du niqab alors qu'il n'est pas inscrit dans le Coran."


et pour ces endoctrinés... eh bien si leur jouissance passe par l'embrigadement et l'enrôlement.. ma foi !..... eh bien qu'ils jouissent !!
leur credo sans doute : "pour vivre heureux vivons planqués !"...
Excellent , le texte de Dounia Bouazar, qui remet bien le minaret au milieu du village :-)

Quant aux endoctrinés, pour en avoir fait partie à l'insu de de mon plein gré quand j'étais enfant, pour mesurer combien fut dur le chemin vers la sortie du tunnel (d'autant plus dur qu'on ne sait pas, au début, qu'on est dans un tunnel), je serai moins moqueur.

Plus exactement, je ne mettrai pas sur le même pied de responsabilité l'endoctriné et l'endoctrineur.
d'accord avec vous Athalouk en ce qui concerne les enfants..... et même peut-être pour certaines de ces endoctrinées adultes dont les fragilités narcissiques font qu'elles en deviennent victimes !

mais ces acharnées du niqab me font plutôt penser à de véritables soldates et me rappellent d'ailleurs d'autres combattantes aussi intégristes qu'elles, qui n'hésitent pas à mettre leurs enfants en avant, en les utilisant comme porte-drapeaux, purs objets de propagande : les Trêves de dieu et autres compagnies anti-IVG !!

à voir ce soir sur Canal Plus : Spécial Investigation : Des petits soldats contre l'Avortement
pour moi, niqab ou anti-IVG = même combat : de l'intégrisme provocateur (et parfois criminel) et qui se croit au-dessus des lois !!
Bon, ça va, j'ai compris, vous voulez me pourrir la fin de la journée :-)

Penser aux fanatiques de toutes les religions, buerk. Dire que je n'ai plus de pilules contres les aigreurs d'estomac.
Quelle magnifique carte postale pour le monde !!!

http://www.liberation.fr/societe/01012331022-interpellations-de-femmes-en-niqab-et-de-militants-devant-notre-dame
En même temps, dans les manifs anti-IVG, ce n'est pas des femmes voilées qui sont dans la rue, mais plutôt quelques femmes françaises pure souche. Blanches et catholiques. Accompagnées de leurs maris, évidemment !

Encore une fois : foutons la paix à ces femmes voilées ostracisées. Ce n'est sûrement pas en leur interdisant l'espace public qu'on les libèrera. Contre leur gré. Elles se "libèreront" toutes seules. Comme les peuples de Tunisie et d'Egypte.
En effet, ils sont plus nombreux, plus prosélytes, plus menaçants, les petits soldats de l'anti IVG. Ils ne se contentent pas de leur liberté de NE PAS, ils essaient de faire abroger la nôtre au nom de leur religion à laquelle nous ne croyons pas ou que nous interprétons autrement qu'eux. Ils essaient de faire culpabiliser les femmes qui usent d'une liberté légale. Ils troublent véritablement l'ordre public.

Je suppose que nos gouvernants, pétris de laïcité, attendent que comme aux USA ils assassinent pour les considérer comme dangereux?
"Ce n'est sûrement pas en leur interdisant l'espace public qu'on les libèrera. Contre leur gré. Elles se "libèreront" toutes seules. Comme les peuples de Tunisie et d'Egypte."

Mais il ne s'agit même pas de libérer celles qui seraient victimes de leurs conjoints, frères, pères ou voisins, pour celles-ci, il existe déjà tout un arsenal juridique, puisque personne ne peut contraindre autrui à porter ceci ou cela, à faire ceci ou cela. Le problème n'est donc aucunement dans la contrainte versus le libre choix, car le libre choix n'est pas plus admissible en l'occurence.

Non, ici, il s'agit de ne pas tolérer, quel qu'en soit le motif et l'origine, contraint ou librement consenti, l'expression d'un comportement sexiste dans l'espace public.

Pas plus qu'il n'est admissible qu'une femme se promène à quatre pattes dans la rue par principe, culturel, religieux ou autre parce que femme et uniquement pour cette raison, il n'est tolérable qu'elle ne se voile pour cette même et unique raison.

Car, pas plus que le fait d'être à quatre pattes n'est indigne ou préjudiciable en soi, le fait de porter un voile, un chapeau, une alliance ou quoi que ce soit ne l'est également, sauf à être le symbole d'un sexisme culturel, religieux ou autre, ce que le voile intégriste est indubitablement de par son caractère sexué inégalitaire.

Enfin, l'argument selon lequel s'attaquer à de potentielles victimes dans l'espace public, c'est augmenter le risque de voir se déplacer le problème dans l'espace privé est fallacieux, car, d'une part, faire le contraire, c'est se rendre complice des bourreaux, qui peuvent alors faire ce qu'ils veulent partout (dehors comme dedans) et surtout devant nos yeux avec notre assentiment, et d'autre part, c'est oublier qu'ils n'ont déjà pas le droit de le faire à l'intérieur.

yG
"Non, ici, il s'agit de ne pas tolérer, quel qu'en soit le motif et l'origine, contraint ou librement consenti, l'expression d'un comportement sexiste dans l'espace public"
répression parfois effectuée dans la joie et la bonne humeur http://www.midilibre.com/articles/2011/04/08/A-LA-UNE-Madame-promenait-Monsieur-enchaine-par-les-testicules-1584090.php5
Je sors.
Non, ici, il s'agit de ne pas tolérer, quel qu'en soit le motif et l'origine, contraint ou librement consenti, l'expression d'un comportement sexiste dans l'espace public.

Ne tolérons pas le sexisme !

Quel qu'il soit...

Le sexisme

Qui fleurit partout sur les murs

Sans que cela dérange personne

Surtout pas les "combattants" pour la "laïcité"...
"Ne tolérons pas le sexisme !
Quel qu'il soit...
Le sexisme
Qui fleurit partout sur les murs
Sans que cela dérange personne
Surtout pas les "combattants" pour la "laïcité"..."


Il est bon de noter Gavroche, à suivre vos liens, que vous ne savez pas ce qu'est le sexisme.
Une femme dénudée ou nue sur une affiche, sur une peinture, en sculpture, au cinéma, c'est du sexisme ?

Non, tant qu'il n'est pas interdit d'en faire autant avec un homme.
Le sexisme n'est pas le sexy, c'est un traitement différentiel lié au sexe de la personne.
Ce qu'aucune image prise isolément ne permet d'attester.

Il ne s'agit pas d'un traitement de fait, il y a plus de femmes nues que d'hommes nus dans les média, mais de droit. Car, le fait, cette sur représentation, ce n'est qu'une question d'offre et de demande.
Vous voulez plus de mec à poil en couv', regardez donc celles de Têtu.

Vous faites comme beaucoup cet amalgame grossier. Cela ne le rend pas plus valable pour autant, désolé.

yG
Entre un journal gay relativement confidentiel comme Têtu, et tout le reste partout, sur les murs, dans le métro, il y a une sacrée différence. Vous dites que c'est moi qui fais des amalgames grossiers ? Vous plaisantez, je crois.

Vous êtes de mauvaise foi Yannick, et vous voulez avoir raison à tout prix.
Si cela vous rend heureux, tant mieux. Chacun ses petits plaisirs...

Bonne soirée.
"Entre un journal gay relativement confidentiel comme Têtu, et tout le reste partout, sur les murs, dans le métro, il y a une sacrée différence. Vous dites que c'est moi qui fais des amalgames grossiers ? Vous plaisantez, je crois.
Vous êtes de mauvaise foi Yannick, et vous voulez avoir raison à tout prix.
Si cela vous rend heureux, tant mieux. Chacun ses petits plaisirs...
Bonne soirée."
: Gavroche.

Non, c'est vous qui voulez avoir raison à peu de frais et en coupant court.
Nuance.
A titre individuel, vous avez parfaitement le droit de préférer telle représentation sexuée plutôt que telle autre, c'est à votre désir personnel que répond l'offre. Aucun sexisme là-dedans. Vous voulez plus de l'autre sexe, achetez et l'offre suivra votre demande.

Par contre, si vous êtes discriminé à l'embauche ou dans votre progression salariale par une entreprise en raison de votre sexe, là, oui, il y a sexisme, puisqu'il ne s'agit pas de l'expression d'un désir privé. L'entreprise, comme le corps social, n'a pas à exprimer de préférence en ce domaine, contrairement à vous et moi.

yG
Le monsieur il a du mal à saisir que le salaire des dames et leur rôle culturel tel qu'il s'illustre (et se reproduit) dans ces pubs sont un tout pitipitipeu liés quelque part.

Mais bon, c'est pas ici qu'il va l'apprendre. Ni ailleurs.
"Le monsieur il a du mal à saisir que le salaire des dames et leur rôle culturel tel qu'il s'illustre (et se reproduit) dans ces pubs sont un tout pitipitipeu liés quelque part." : IT.

Si j'ai du mal à le comprendre, vous avez du mal à le prouver. Vous prenez une relation factuelle, les femmes sont sous payés et sur représentées dans les représentations sexuées pour une corrélation de droit. Or, on peut parfaitement avoir l'un sans l'autre, autrement dit, imposer les entreprises à payer les femmes au même niveau que les hommes, sans influer sur le déséquilibre en matière de représentation. Mais je suis certain qu'il existe, pour votre plus grand plaisir, un tas d'études, notamment anglo-saxonne (gender studies), affirmant le contraire.

yG
Le sexisme, c'est que ces représentations "sexuées", disons dénudées, soient censées faire vendre quelque chose.
"Le sexisme, c'est que ces représentations "sexuées", disons dénudées, soient censées faire vendre quelque chose."

Non, Florence Arié, encore une fois, vous faites comme d'autres, l'amalgame entre sexué et sexisme, un amalgame très puritain cela dit en passant. Car, le sexe fait vendre, indépendamment de sa nature, dès lors qu'il correspond à l'attente de l'acheteur. Têtu, à beau être un magazine de niche, minoritaire, comme l'homosexualité l'est par rapport à l'hétérosexualité, il n'en reste pas moins l'illustration que le sexe et le désir qu'il incarne fait vendre. Que cela soit comme désir d'avoir (l'être représenté) ou d'être (avoir le pouvoir sexuel de l'être représenté), cela ne change rien.

Et cela n'a rien de choquant, d'inquiétant ou de malsain, le sexe est effectivement un moteur de désir. Nous en usons tous, selon nos possibilités, à titre privé pour obtenir le même genre d'avantage que les marchands.

yG
Mais bon, c'est pas ici qu'il va l'apprendre. Ni ailleurs.

Les femmes voilées, fo les enfermer, les cacher, fo tirer dans le tas...
Et même, les lapider, tiens, tant qu'on y est.

Le Monsieur il a raison, épicétou. Il a pas besoin d'apprendre des autres. D'abord, y veut pas.
Nanmého...;-))
Je ne comprends pas en quoi le voile constituerait un acte sexiste sans que, part ailleurs, l'épilation (plus ou moins intégrale), le port de jupe, de robe, de soutien-gorge, de maquillage... ne le soit pas. Il s'agit toujours de comportement que les femmes accomplissent, parce qu'elles sont femmes, et uniquement pour cette raison...

Dans les deux cas, il s'agit d'actes sexistes ayant pour fonction de signifier le rôle de la femme : le voile la renvoie à la discretion, le reste à la séduction.

Quelle serait la différence de nature entre ces deux sexismes qui justifierait qu'on légifère sur l'un mais pas sur l'autre ?
"Je ne comprends pas en quoi le voile constituerait un acte sexiste sans que, part ailleurs, l'épilation (plus ou moins intégrale), le port de jupe, de robe, de soutien-gorge, de maquillage... ne le soit pas. Il s'agit toujours de comportement que les femmes accomplissent, parce qu'elles sont femmes, et uniquement pour cette raison...

Dans les deux cas, il s'agit d'actes sexistes ayant pour fonction de signifier le rôle de la femme : le voile la renvoie à la discretion, le reste à la séduction.

Quelle serait la différence de nature entre ces deux sexismes qui justifierait qu'on légifère sur l'un mais pas sur l'autre ?"


Votre question est classique, Noëmie Cravatte. j'y ai déjà répondu plusieurs fois depuis que nous abordons ce sujet sur les forums d'asi. Le sexisme ne tient pas à un comportement qu'un sexe adopterait plus qu'un autre, mais à une discrimination qu'opère ce choix comportemental.

L'élégante qui porte son foulard type Hermès peut l'enlever quand elle veut, sans se soucier de suivre le moindre code, elle n'est pas entravé par son vêtement et personne ne la bloque pour cela non plus. Elle est libre, si elle veut ne pas en porter, se laisser pousser les poils des jambes, mettre un pantalon, des caterpillars au lieu de hauts talons, personne ne peut lui interdire dans un sens ou dans l'autre. Si des patrons imposent un type d'uniforme sexué, il est de notre devoir de le dénoncer et donc de les faire condamner pour ce type de sexisme. Aucune contradiction, le sexisme d'entreprise n'est pas épargné par le fait qu'on puisse s'attaquer ici à un autre type de sexisme, bien au contraire. Un problème n'en cachant pas un autre, on peut traiter les deux simultanément, et le sexisme culturel/Religieux et celui de l'entreprise.

La femme qui porte une jupe ne dit rien de ce qu'elle pense sur les rapports homme-femme, pas plus que celle qui porte un pantalon, car, du jour au lendemain, d'une rue à l'autre, d'une école à une autre, elles peuvent l'ôter, en changer, sans problème, au grès de leur fantaisie ou non, aucun de leurs vêtements ne fait signe pour une idéologie sexiste, contrairement au foulard que porte ces femmes que je stigmatise ici et maintenant.

Il ne s'agit pas de savoir ce que pense la femme qui porte ceci ou cela, on s'en fout, mais de ce que cela signifie de le porter non pour elle, mais pour nous qui en sommes témoins, c'est en cela qu'il est inutile de s’intéresser aux motivations de la personne, car, elles n'entrent tout simplement pas en question. Peu importe que vous ayez connaissance de la Shoah ou ce que vous en pensez, vous n'avez pas le droit d'arborer une croix gammée, idem avec un t-shirt marqué "sale pd", pour vous donner des exemples peut-être plus explicites.

Peu importe que vous soyez forcé par votre père, frère, cousin, lorsque vous sortez avec un slogan homophobe sur votre t-shirt dans la rue, vous êtes responsables de ne pas dénoncer ceux qui vous y contraigne et qui rien qu'en cela sont déjà coupables, et vous êtes complice de la transmission des valeurs que vous affichez que cela soit avec votre accord ou non, cela n'entre pas en compte, cela diminuera peut-être votre peine, mais pas la nature délictueuse de votre comportement. C'est là l'essentiel, il n'est pas admissible d'afficher certaines valeurs dans l'espace public et le sexisme fait partie de ces valeurs honnies, tant mieux.

Mais aucune jupe, aucun pantalon, maquillage, talon haut n'incarne pour l'heure de telles valeurs inégalitaires. Lorsque cela sera le cas, le jour où ces vêtements deviendront des symboles, ce qui s'attestent, de valeurs condamnables, il faudra en condamner les porteurs. Pour l'heure, ces vêtements ne sont que les symboles de la liberté féminine à envoyer se faire foutre tout ceux qui veulent lui imposer un uniforme parce que femme, alors que l'homme, lui, serait libre.

C.D.F.D.

yG
Mais une femme voilée aussi peut enlever son voile, le remettre, ect...

Le code vestimentaire dont nous parlons ici n'est pas plus sexiste que les autres : vous ne m'avez pas répondu... Pourquoi interdire tel type de vêtement et non tous les autres ? En quoi le voile est-il plus sexiste ? L'argument du sexisme n'a aucun sens dans ce contexte (qu'on me parle de laïcité, je ne serais tjs pas d'accord, mais cela me semblera déjà moins hypocrite).

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que le maquillage, les jupes, les soutiens-gorge... ne portent aucune valeur inégalitaire ? Vous n'êtes pas au courant que, symboliquement, précisément, ces objets sont importants (cfr loi autorisant les femmes à porter le pantalon...).
Vous avez du être ravi de "la journée de la jupe" initiée par Ni pute ni soumise et reprenant votre idée selon laquelle la jupe est un symbole de liberté pour les femmes...
Cela me fait penser à ces femmes voilées, qui portent le voile précisément comme un symbole de liberté : je refuse le rôle de la femme-séductrice qu'on m'assigne, je suis autre chose qu'un corps...
Comme quoi, les symboles de liberté ne sont pas tjs là où on les attend.
(Dans les deux cas, il s'agit pour moi d'une aberration : reprendre un vêtement discriminant et en faire un outil d'émancipation... Drôle d'idée. Mais peu importe car le fait est que, entre la burqua et le mini-short, le spectre est large et que chaque femme choisira - en espérant qu'elle soit dans les conditions pour le faire - ce qu'elle veut porter. Mais, soyez sûr qu'il y aura tjs qqn pour lui dire "c'est trop court" ou "c'est trop long".)

Il s'agit bien, ici, comme ailleurs, maintenant, comme avant, de dire ce qu'une femme peut ou ne peut pas porter...
Alors l'argument de la lutte contre le sexisme pour interdire le port du voile... C'est du simple foutage de gueule
"Mais une femme voilée aussi peut enlever son voile, le remettre, ect...": Noëmie Cravatte

En pratique oui, en théorie, non, c'est bel et bien pour cela qu'elles militent pour que le voile soit acceptée lors des sorties scolaires dans les écoles publiques, dans les postes administratifs, partout, là, où normalement, ils ne devraient pas l'être.

"Le code vestimentaire dont nous parlons ici n'est pas plus sexiste que les autres : vous ne m'avez pas répondu... "

Si, mais vous ne m'avez pas entendu, nuance. Porter une jupe ne signifie pas que je doive en porter une parce que femme, seulement que j'en porte une, c'est juste un fait, il ne fait symbole pour rien, alors que porter un voile sexiste, si, il indique que je le porte parce que je suis femme et seulement pour cette raison. L'un est un constat, l'autre un mot d'ordre. Apprenez à faire la différence, cela vous évitera de faire des amalgames indus.

"Pourquoi interdire tel type de vêtement et non tous les autres ? En quoi le voile est-il plus sexiste ? L'argument du sexisme n'a aucun sens dans ce contexte (qu'on me parle de laïcité, je ne serais tjs pas d'accord, mais cela me semblera déjà moins hypocrite)."

Parce qu'il fait symbole d'un comportement sexiste, je dois faire ceci parce que mon sexe me l'impose. Une femme voilée ne vient pas un jour sur deux à l'école, à la mairie avec un voile et le lendemain sans, ce n'est pas une élégante qui passe de la jupe au pantalon à sa guise, le foulard ici fait symbole de la place qu'elle revendique en tant que femme et que nous n'avons pas à lui laisser occuper, car, cette place est tout bonnement sexiste.

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que le maquillage, les jupes, les soutiens-gorge... ne portent aucune valeur inégalitaire ? Vous n'êtes pas au courant que, symboliquement, précisément, ces objets sont importants (cfr loi autorisant les femmes à porter le pantalon...).

Outre que la loi sur le pantalon à plus d'un siècle,et que les connards de ce siècle là ont été depuis dénoncé, l'essentiel, c'est qu'aujourd'hui, porter un pantalon ne signifie rien de répréhensible, contrairement à porter un voile.

Ce n'est donc pas dans le fait de ne rien signifier qu'est l'essence de mon engagement, c'est dans le fait que cela signifie, le port du voile, une pratique sexiste, la femme doit se voiler, je me voile donc. Il n'y a rien de tel qui transparaît dans le port d'aucun autre vêtement féminin.


"Vous avez du être ravi de "la journée de la jupe" initiée par Ni pute ni soumise et reprenant votre idée selon laquelle la jupe est un symbole de liberté pour les femmes..."

Oui, la liberté d'emmerder les puritains de toutes les religions, c'est une sacré liberté qu'il faut défendre. Maintenant, lorsqu'un patron en fait la règle, il est un devoir de l'emmerder aussi en n'en portant pas.
Une femme à poil n'est pas une pute, voilà ce que souligne la jupe qui dévoile ce que d'autres veulent instamment que les femmes respectables cachent. Qu'ils aillent se faire foutre ces intégristes. En tout cas, je m'y emploie.


"Cela me fait penser à ces femmes voilées, qui portent le voile précisément comme un symbole de liberté : je refuse le rôle de la femme-séductrice qu'on m'assigne, je suis autre chose qu'un corps..."

Ce qui une passable connerie, puisqu'une liberté consistant à s'imposer une contrainte n'en est pas une. En se voilant, elles ne font qu'entériner le fait qu'elles ne sont que corps et qu'il faut qu'elles le dissimule, parce que ce que produit ce corps sur autrui, elles en sont responsable.

Or, c'est totalement faux, ce n'est pas à elles de se cacher parce que leur corps susciterait de la convoitise, c'est à ceux qui y réagissent de se contrôler.

Il y a là une intériorisation de la culpabilité de la femme dans le déclenchement de la pulsion sexuelle masculine, un comble inadmissible, totalement sexiste, surtout que l'homme lui peut engendrer toutes les pulsions sur autrui, il est totalement libre, voilà l'hypocrisie et l'imbécilité de ces femmes et de ces hommes-là.

Mesdames, promenez-vous en jupe, à poil, en jean's moulant, vous n'avez pas à subir des outrages pour cela, vous ne serez pas et jamais pour autant des choses réductibles à votre simple corps. Que vous vous cachiez ne fait que valider ce propos sexiste et non le dénoncer, voilà encore une hypocrisie de ces femmes voilées et de leurs partisans.


"Comme quoi, les symboles de liberté ne sont pas tjs là où on les attend."


Comme quoi surtout, il ne faut pas croire ce qu'avance connement ces dernières, fussent-elles des millions à travers le monde pour le répéter avec le soutien de leur conjoint, frère, oncle...

"Il s'agit bien, ici, comme ailleurs, maintenant, comme avant, de dire ce qu'une femme peut ou ne peut pas porter...
Alors l'argument de la lutte contre le sexisme pour interdire le port du voile... C'est du simple foutage de gueule"


Non, car, le sexisme ne consiste pas à autoriser une femme ou un homme à faire ce qu'il veut, voilà le véritable foutage de gueule qu'on rencontre dans toutes les discussions sur la question.

Porter une croix gammée, un t-shirt homophobe ou un voile sexiste se dénonce et se combat, que cela se fasse contre la volonté de certaines personnes d'un certain sexe n'en fait du sexisme pour autant. Interdire n'est pas sexiste, tant que cela touche pas un sexe en fonction de son simple sexe, mais en fonction de sa pratique.

yG
1. La différence entre le voile et la jupe serait donc : le voile DOIT être porté par une femme pcq elle est femme, la jupe PEUT être portée par une femme pcq elle est femme. D'où sort cette obligation ? Certainement pas du Coran.... Vous mettez dans le voile ce que vous voulez y voir : il ne s'agit pas d'une obligation. Alors, je répète ma question, en quoi, porter le voile serait-il un comportement davantage sexiste que porter une jupe ?

2. Vous maintenez que porter le voile comme un signe de libération est une connerie, et je vous suis. Mais pq ne pas admettre que portez une jupe comme signe de libération est tout autant une connerie puisque, comme vous le dites " une liberté consistant à s'imposer une contrainte n'en est pas une.". Je suppose que vous imaginez bien la contrainte qu'il y a à porter une jupe si vous ne l'avez jms fait. Et quelles contorsions cela demande... Niveau contrainte, franchement, c'est pas mal aussi, la jupe (plus elle est courte, plus elle est contraignante, cela va de soi). Il s'agit dans les deux cas d'un vêtement que l'on porte PARCE QUE l'on est une femme.

3. Vous avez l'art d'extrapoler mes propos : qui a dit qu'il fallait autoriser les femmes à faire ce qu'elles voulaient ? Se limiter à les laisser porter ce qu'elles veulent serait déjà pas mal. Ou alors, je le répète, qu'on interdise TOUS les vêtements sexistes (que les femmes portent pcq elles sont des femmes).

4. Ce que je ne comprends pas dans votre raisonnement, c'est que vous semblez faire du voile LE symbole par excellence du sexisme. Or, il y a des symboles que je juge bcp plus forts et qui, bizarrement, ne sont jms attaqués. Pour ne prendre qu'une exemple, parlons de l'Etat civil : celui-ci est particulièrement sexiste mais cela ne semble pas déranger outre mesure les nouveaux féministes : il y a deux sexes, et trois Etats civils... (Mme - Melle - Mr). Pourquoi ? Parce que les femmes sont tjs définies par leur rapport aux hommes. Quel homme s'est déjà vu appelé Mondemoiseau ? (Et ne parlons même pas du nom de famille de la femme mariée). Bref, comment peut-on prétendre faire une loi au nom de l'égalité des sexes et laisser des choses aussi élémentaires sous silence ?
1. La différence entre le voile et la jupe serait donc : le voile DOIT être porté par une femme pcq elle est femme, la jupe PEUT être portée par une femme pcq elle est femme. D'où sort cette obligation ? Certainement pas du Coran.... Vous mettez dans le voile ce que vous voulez y voir : il ne s'agit pas d'une obligation. Alors, je répète ma question, en quoi, porter le voile serait-il un comportement davantage sexiste que porter une jupe ?

Je n'en ai rien à battre, Noëmie Cravatte, de savoir où se trouve cette injonction, ce n'est pas le problème, puisqu'elle se manifeste et se démontre comme sexiste par la pratique même de celles qui s'y soumette, puisqu'elles s'interdissent d'elles-mêmes de rentrer là où l'on doit se découvrir, de sortir sans, alors, qu'une femme portant une jupe peut mettre un maillot de bain, un pantalon, selon le besoin de l'activité, son désir, pas une femme voilée, c'est bien pour cette raison qu'elles veulent que leurs revendications, non pas vestimentaire, mais idéologique, les accompagne partout et que nous les acceptions. A ce désir égoïste, car, propageant dans l'espace public des valeurs sexistes, nous devons nous opposer.


"portez une jupe comme signe de libération est tout autant une connerie puisque, comme vous le dites " une liberté consistant à s'imposer une contrainte n'en est pas une.".

Mais qui vous impose la jupe ? Hormis un patron sexiste que je vous incite à faire condamner ?
Vous pouvez vous imposer dans le secret de votre psyché un vêtement, du moment que cette imposition ne fait pas signe, cela ne me pose pas problème. Le jour où un modèle de jupe sortira pour signifier que les femmes doivent en porter une parce que femme, je condamnerai le port de cette jupe-là, comme je condamne, non pas le port du voile (le carré de la Deneuve ne me dérange pas), le port de ce voile-là. C'est une pratique, pas un vêtement, mais un uniforme que je combats, une pratique sexiste.

"Je suppose que vous imaginez bien la contrainte qu'il y a à porter une jupe si vous ne l'avez jms fait. Et quelles contorsions cela demande... Niveau contrainte, franchement, c'est pas mal aussi, la jupe (plus elle est courte, plus elle est contraignante, cela va de soi). Il s'agit dans les deux cas d'un vêtement que l'on porte PARCE QUE l'on est une femme."

Non, on le porte parce qu'on le peut, le veut, et si vous voulez montrer votre culotte, libre à vous, la contrainte ne s'impose à vous que si vous voulez respecter une bienséance que nulle n'est en droit de vous imposer.

Si un homme veut porter une jupe, je n'y vois aucune objection.

Ne pas prendre le fait, le plus grand nombre de jupe pour femme que pour homme avec un droit ou une interdiction de principe.


"Vous avez l'art d'extrapoler mes propos : qui a dit qu'il fallait autoriser les femmes à faire ce qu'elles voulaient ? Se limiter à les laisser porter ce qu'elles veulent serait déjà pas mal. Ou alors, je le répète, qu'on interdise TOUS les vêtements sexistes (que les femmes portent pcq elles sont des femmes)."


Je n'extrapole rien du tout, c'est déjà de trop que de laisser la liberté à quiconque de se vêtir comme il veut. Je suis content que les uniformes SS n'est plus le droit de sortir en dehors d'un plateau de cinéma ou d'une scène de théâtre. Pas vous ?

Et encore une fois, vous démontrez par votre remarque que vous ne saisissez pas ce qu'est le sexisme, le confondant comme beaucoup avec le sexy. Qu'une femme se promène à poil n'est pas sexiste, sauf si cela s'impose unilatéralement à cette dernière parce que femme et non à son homme en vertu pourtant des mêmes principes. Or, c'est précisément ce qui se passe pour les femmes voilées, c'est le traitement différentiel parce que femme qui est condamnable, pas le vêtement ou l'absence de vêtement en soi.

"Ce que je ne comprends pas dans votre raisonnement, c'est que vous semblez faire du voile LE symbole par excellence du sexisme. Or, il y a des symboles que je juge bcp plus forts et qui, bizarrement, ne sont jms attaqués. Pour ne prendre qu'une exemple, parlons de l'Etat civil : celui-ci est particulièrement sexiste mais cela ne semble pas déranger outre mesure les nouveaux féministes : il y a deux sexes, et trois Etats civils... (Mme - Melle - Mr). Pourquoi ? Parce que les femmes sont tjs définies par leur rapport aux hommes. Quel homme s'est déjà vu appelé Mondemoiseau ? (Et ne parlons même pas du nom de famille de la femme mariée). Bref, comment peut-on prétendre faire une loi au nom de l'égalité des sexes et laisser des choses aussi élémentaires sous silence ?"

Je suis totalement d'accord avec vous, il y a plus d'un front ouvert sur la bataille du sexisme (les salaires notamment) et certains progressent plus vite que d'autres, mais cela n'en fait pas un argument recevable pour ne pas se préoccuper de celui qui nous occupe ici et maintenant. On peut traiter plus d'un problème à la fois, y compris lorsqu'ils traitent tous de la même dérive.

La banalisation du voile rend nécessaire de stopper sa progression rapidement et de le remettre à sa place. Dans la sphère privé, faites ce qui vous plait (ou presque), mais dans la sphère publique, gardez vos valeurs rétrogrades et criminelles pour vous. That's all.

Nous avons déjà un tas de sexisme englués dans nos pratiques, ce n'est pas une raison pour en tolérer une de plus, bien au contraire, car, après, il sera encore plus difficile de s'en débarrasser et lorsqu'on constate combien il est déjà difficile de se débarrasser d'autres manifestations du même genre, plus insidieuse, mais plus ancienne encore, on comprend la nécessité de s'occuper de celles qui ne sont pas encore totalement admises.

yG
Vous revenez avec ce principe d'obligation : le voile serait imposé alors que la jupe ne le serait pas. Vous extrapolez donc. Le voile n'est pas obligatoire. La jupe non plus. Les deux sont un traitement différentiel des femmes. Quelle est donc leur différence ? Selon moi, il s'agit du positionement de Lâfame sur le spectre Sainte - Pute. Dans les deux cas, on comprend à quel point le corps des femmes (et son caractère plus ou moins dévétu) reste un enjeu central quant à cette question du rôle dévolu aux femmes dans une société donnée.
L'uniforme comme pratique sexiste ne se limite pas au voile et aux uniformes imposés par les employeurs...

Se focaliser sur le voile comme pratique sexiste en niant le carctère sexiste des autres uniformes que nous voyons tous les jours me semble particulièrement hypocrite et de mauvaise foi.
Parenthèse : Je suis toujours un peu partagé quand je vois de nouveaux participants s'engager dans cette discussion avec yg. D'un côté, c'est leur problème, c'est leur tour, il n'y a pas à s'en mêler, et autant qu'ils cernent les fonctionnements du personnage par eux-mêmes. D'un autre côté, j'ai un peu pitié pour cet investissement absurde, et le malentendu qui se trouve à la base - dans ce nécessaire et indulgent a priori qui postule l'intelligibilité mutuelle. Je vais juste signaler que cette discussion a cours depuis des années sur ce forum, avec différents utilisateurs défilant (avec des arguments similaires, appuyés par différentes références bibliographiques) devant le même inébranlable autisme. Avant d'en venir aux alka-seltzer pour avoir pris l'interlocuteur trop longtemps au sérieux, vous pouvez jeter un oeil sur l'historique et constater que ce n'est faute d'avoir été soumis à des perspectives plus fines et plus respectueuses du réel que yg tient sa position monolithique. Il s'agit d'un rejet de principe de tout élément qui ne cadre pas avec sa cartographie de base, au centre de laquelle il trône sur des positions morales généralistes (archi-légitimantes à ses yeux), d'une grossièreté qui nécessite de redessiner le monde à leur image pour maintenir l'illusion de leur pertinence telles quelles. C'est une position purement narcissique et cloisonnée, dont l'enjeu est soi-même (le thrill des déclarations totalitaires moralement justifiées et des postures héroïsantes qu'elles permettent), et qui fait délibérément l'économie des réalités d'autrui - en l'occurence des personnes ("oppresseurs" ou "victimes") sur lesquelles portent ces déclarations. Ce ne sont pas des informations sur la complexité du réel qui chagrineront yannickg, qui a déjà régulièrement affirmé leur non-pertinence, la validité transcendentale de ses catégories de pensée, l'inutilité de considérer les usages symboliques qui ne sont pas les siens. Elles sont neutralisées par un système hermétique, dont le principe même est la non-perméabilité aux informations sur le monde extérieur.

Continuez si vous avez du souffle, mais gardez en tête la possible futilité de cette discussion. Dans le doute, observez comment fonctionne votre interlocuteur sur de tout autres sujets de discussion (aussi innocents que des questions de goûts artistiques), et mettez en parallèle la nature de ses positionnements...
"Parenthèse : Je suis toujours un peu partagé quand je vois de nouveaux participants s'engager dans cette discussion avec yg. D'un côté, c'est leur problème, c'est leur tour, il n'y a pas à s'en mêler, et autant qu'ils cernent les fonctionnements du personnage par eux-mêmes. D'un autre côté, j'ai un peu pitié pour cet investissement absurde, et le malentendu qui se trouve à la base - dans ce nécessaire et indulgent a priori qui postule l'intelligibilité mutuelle. Je vais juste signaler que cette discussion a cours depuis des années sur ce forum, avec différents utilisateurs défilant (avec des arguments similaires, appuyés par différentes références bibliographiques) devant le même inébranlable autisme."

Le vôtre d'autisme et celui de vos comparses en idéologie, IT. Ce qui ne vous donne à aucun le moindre argument.

"Avant d'en venir aux alka-seltzer pour avoir pris l'interlocuteur trop longtemps au sérieux, vous pouvez jeter un oeil sur l'historique et constater que ce n'est faute d'avoir été soumis à des perspectives plus fines et plus respectueuses du réel que yg tient sa position monolithique."

Allez-y, brossez-vous dans le sens du poil une nouvelle fois, IT, ce n'est pas moi qui vais vous servir la soupe. Votre mépris à mon égard vaut largement le mien à l'encontre du vôtre. Pour être monolithique, il faut se heurter à aussi immuable que soi, cela ne vous ai jamais venu à l'esprit visiblement.


"C'est une position purement narcissique et cloisonnée, dont l'enjeu est soi-même (le thrill des déclarations totalitaires moralement justifiées et des postures héroïsantes qu'elles permettent), et qui fait délibérément l'économie des réalités d'autrui - en l'occurence des personnes ("oppresseurs" ou "victimes") sur lesquelles portent ces déclarations."


Narcissique ? De la part d'IT ?

Non, il y a de quoi rester hilare. Lui qui estime sa parole si censée, si importante qu'il ne nous la délivre qu'avec parcimonie, bon, quand même, il n'est qu'à un septième des miens, mais moi, je n'ai pas l'inconséquence de croire que le nombre fait la qualité, on peut avoir la rareté, la qualité littérale et néanmoins une totale inconséquence, vous me l'avez amplement démontré, malgré vous..

"Ce ne sont pas des informations sur la complexité du réel qui chagrineront yannickg, qui a déjà régulièrement affirmé leur non-pertinence, la validité transcendentale de ses catégories de pensée, l'inutilité de considérer les usages symboliques qui ne sont pas les siens. Elles sont neutralisées par un système hermétique, dont le principe même est la non-perméabilité aux informations sur le monde extérieur."

Et la complexité allouée par IT, sachez-le, est l'argument pour tolérer tout et son contraire, hormis moi, évidemment. A l'écouter, on finirait par croire que la météo est si "complexe", ce qu'elle est, qu'on ne devrait pas pouvoir fournir de prévision à la journée sur une quelconque région et qu'on devrait tout le temps sortir avec à la fois une ombrelle et un parapluie.

IT est à ce point inconséquent depuis des années que je ne serai pas surpris de le voir un jour venir, les points Godwin m’indifférant, nous dire qu'il y avait des SS charmants, très bon médecins, des amants formidables, littérateurs hors-pair, et fins connaisseurs de Wagner, pour peu qu'on s'en approche et qu'on les étudie sociologiquement et par conséquent, qu'il ne fallait pas leur foutre sur la gueule, les traiter en justice, les stigmatiser, mais au contraire, les comprendre et bien sûr négocier en attendant quelques décennies qu'ils changent miraculeusement d'attitude.

Voilà l'usage dévoyé de l'anthropologie qu'il nous sert régulièrement, une posture d'autorité sur l'humain pour nous empêcher de traiter de l'humain en dehors de sa main mise. Oh là, pas touche, domaine réservé aux anthropologues qui à l'écouter n'en font rien, si ce n'est passer leur temps à interdire aux autres de se préoccuper de ce qu'ils ne font que regarder benoitement et avec tendresse, tandis que nous nous les coltinons, eux et ce qu'ils dissèquent dans leur tour d'ivoire.

IT ou quand l'usage du terrain sert à masquer l'inaction et le relativisme à tous crins.

"Continuez si vous avez du souffle, mais gardez en tête la possible futilité de cette discussion. Dans le doute, observez comment fonctionne votre interlocuteur sur de tout autres sujets de discussion (aussi innocents que des questions de goûts artistiques), et mettez en parallèle la nature de ses positionnements..."

Oui, observez-moi et observez aussi, si le cœur vous en dit, IT et comment son langage châtier au demeurant et sa suffisance sont mises à rude épreuve à mon contact.
Tant mieux, autant que le verni de pseudo rigueur intellectuelle de mon acolyte vole en éclat.

Si vous voulez botter en touche facilement, vous octroyez une bonne conscience à faible frais, IT et Djac vous accueilleront les bras ouverts, mais cela ne leurs fera pas un allié supplémentaire pour autant, juste un ITem de plus.

yG
IT est à ce point inconséquent depuis des années que je ne serai pas surpris de le voir un jour venir, les points Godwin m’indifférant, nous dire qu'il y avait des SS charmants,


Les SS ? Ah oui, ceux qui disaient que les juifs sont tous pareils et qu'il faut absolument régler ce problème et que si on écoute tous ces intellos qui compliquent tout on agirait jamais ?

Et que rhôô ces intellos, ils critiquent jamais les judéomaçons mais quand nous on dénonce le problème bin c'est seulement sur nous qu'ils disent des méchancetés, et pis ils trouvent qu'on généralise sur des critères de n'importe quoi mais eux ils font rien qu'à nous dire "vous les nazis". Le relativisme et les déconstructions de catégories, mais toujours pour les autres, hein ? Ah là là.

...Moui, bon exemple ça. T'as bien fait d'aller le chercher. N'hésite pas à en amener d'autres, hein ?
"...Moui, bon exemple ça. T'as bien fait d'aller le chercher. N'hésite pas à en amener d'autres, hein ?"

Merci IT de répondre ainsi, car, vous ne faites qu'étendre à ma personne ce que je vous reproche, ce qui ne vous en disculpe aucunement.

:P yG
"Vous revenez avec ce principe d'obligation : le voile serait imposé alors que la jupe ne le serait pas. Vous extrapolez donc. Le voile n'est pas obligatoire. La jupe non plus.": Noémie Cravatte.

Décidément... que de pédagogie il faut déployer pour aller contre les modes de pensée automatique.
Bon, reprenons.

L'obligation n'est pas externe à la porteuse, pas dans un livre sacré, un commandement du mari, elle est intériorisé et effective, cela se constate, tout bêtement, car, cela l'empêche bel et bien de sortir ou d'entrée ici ou là.

Or, si vous n'avez pas de jupe propre, personne ne vous interdit de sortir en pantalon et inversement.

C'est la pratique du voile qui est sexiste, pas le vêtement, et cela s'atteste facilement, il suffit qu'elles réclament à entrer là ainsi sans se dévoiler pour le constater, le prouver, ce n'est donc pas une vue de l'esprit, c'est en cela qu'elles militent pour qu'on les accepte, parce qu'elles, justement, elles n'acceptent pas volontiers de se découvrir. Une femme en jupe qui veut faire du parachute, mettra un pantalon, elle. La jupe n'est qu'accessoire, pas essentielle, contrairement au voile pour la femme voilée que je dénonce ici.


"Les deux sont un traitement différentiel des femmes."


Toujours faux, le traitement est "tout au plus" sexué pour la jupe, quoi que les écossais et JP Gaultier ont tout fait pour que cela change, mais ce n'est qu'une question de mode, cela passe, cela revient et surtout, personne n'est obligé de suivre la mode, malgré les injonctions des magazines féminins et de la publicité. Vous n'êtes pas obligé de porter une jupe parce que femme, votre parallèle est donc invalide. Alors qu'elles, elles s'imposent le foulard, uniquement parce que femme.

Différentiel ne veut pas dire différent, il implique une inégalité de traitement. Ce que le voile opère et non la jupe.


"L'uniforme comme pratique sexiste ne se limite pas au voile et aux uniformes imposés par les employeurs..."


C'est possible, mais cela n'en fait toujours pas un argument, c'est comme si vous me disiez que les accidents de voiture ne se limitent pas aux alcooliques, mais qu'il y a aussi les mauvais conducteurs, les vieux, les malades, les accros au téléphone, etc..

Oui, et alors, il faut aussi les condamner et donc lutter contre les alcooliques, les inaptes, etc.


"Se focaliser sur le voile comme pratique sexiste en niant le carctère sexiste des autres uniformes que nous voyons tous les jours me semble particulièrement hypocrite et de mauvaise foi."


Ce qui est parfaitement hypocrite, c'est de croire que je ne me limite qu'au voile et que le fait qu'il y en ait d'autres de manifestation du sexisme, en exonère certaines.

Soyez deux secondes plus conséquente, le tout ou rien, laissez cela aux intégristes.

yG
L'obligation n'est pas externe à la porteuse, pas dans un livre sacré, un commandement du mari, elle est intériorisé et effective, cela se constate, tout bêtement, car, cela l'empêche bel et bien de sortir ou d'entrée ici ou là.
En quoi le voile empêcherait-il de sortir ou d'entrer qq part ? A moins qu'une loi soit là pour le faire, bien entendu.

C'est la pratique du voile qui est sexiste, pas le vêtement, et cela s'atteste facilement, il suffit qu'elles réclament à entrer là ainsi sans se dévoiler pour le constater, le prouver, ce n'est donc pas une vue de l'esprit,
En quoi la pratique du voile est-elle plus sexiste que celle de la jupe ? Les femmes en jupe réclament aussi d'entrer là sans se dévétir... ce n'est pas une vue de l'esprit non plus et cela ne prouve rien du tout.

c'est en cela qu'elles militent pour qu'on les accepte, parce qu'elles, justement, elles n'acceptent pas volontiers de se découvrir
Nous y voilà : elles, elles n'acceptent pas volontiers de se découvrir. Mais pour quoi faire se découvrir (du parachute ?).

Toujours faux, le traitement est "tout au plus" sexué pour la jupe
Un traitement sexué ne serait donc pas un traitement différentiel selon le sexe ? Un traitement sexué ne serait pas un traitement inégalitaire selon le sexe ?


Vous n'êtes pas obligé de porter une jupe parce que femme, votre parallèle est donc invalide. Alors qu'elles, elles s'imposent le foulard, uniquement parce que femme.

La femme qui s'impose le foulard le fait pcq elle est une femme. La femme qui s'impose la jupe le fait pcq elle est une femme. Il n'est pas question de mode ici. Et si Gaultier n'est pas parvenu à faire changer cela c'est précisément pcq la jupe reste un symbole du rôle de séduction dévolu aux femmes et non aux hommes... Une femme n'est pas obligée de porter ni le voile, ni la jupe. Celle qui le fait le fait pourtant pcq elle est une femme.


Ce qui est parfaitement hypocrite, c'est de croire que je ne me limite qu'au voile et que le fait qu'il y en ait d'autres de manifestation du sexisme, en exonère certaines.

Ce n'est pas du tout ce que j'ai dit, relisez-moi... Ce que je dis c'est qu'il est hypocrite de prétendre que le voile est signe de sexisme alors que la jupe ne le serait pas. Prétendre que celle-ci ne correspond qu'à une mode est hypocrite. Prétendre qu'il n'y a là aucun symbole du rôle de la femme dans notre société est hypocrite. Prétendre que le voile est une obligation intériorisée par la femme qui le porte alors que la jupe ne le serait pas est hypocrite. Prétendre que le voile interdirait aux femmes l'accès à certaines choses alors que la jupe ne le ferait pas est hypocrite. Est-ce plus clair ?
En quoi le voile empêcherait-il de sortir ou d'entrer qq part ? A moins qu'une loi soit là pour le faire, bien entendu.

Mais ce n'est pas à moi, Noémie Cravatte qu'il faut le demander, ou plus exactement, ce n'est pas moi qui l'impose, cela se constate tout simplement, elles ne sortent pas sans et demandent à entrer là où s'est interdit avec ou n'entrent pas si cela l'est, preuve manifeste que leur comportement attaché au voile n'en fait pas un simple accessoire, mais un élément symbolique auquel elles se soumettent.

Comble de la chose, en vertu des mêmes croyances, leur compagnon mâle, lui, n'a pas à dissimuler sa chevelure, une fois dans l'espace public. Le principe ne s'applique qu'à la gent féminine.

Or, votre exemple de la jupe n'impose pas non plus que l'homme doivent se cacher ou montrer ses gambettes, il est libre de porter short, jupe (que vous n'en voyez pas ne veut pas dire qu'il n'en a pas le droit) ou pantalon.

Égalité de traitement, aucune zone du corps féminin ou masculin n'est ici plus sacralisée que sa partie homologue chez le sexe opposé.


"En quoi la pratique du voile est-elle plus sexiste que celle de la jupe ? Les femmes en jupe réclament aussi d'entrer là sans se dévétir... ce n'est pas une vue de l'esprit non plus et cela ne prouve rien du tout."


Si, votre analogie est une pure vue de l'esprit, car, les femmes en jupe, en talons hauts, se maquillant, si elles doivent faire une activité incompatible avec le port de la jupe, des talons hauts ou du maquillage, de l'escalade, de la natation, par exemple, les troqueront volontiers, sans problème (si elles ne sont pas des connasses sexistes pour lesquelles la femme se doit d'être en jupe, et/ou talons hauts et maquillé systématiquement, partout, tout le temps), contre une tenue plus adéquate.

Donc, non, contrairement à ce que vous martelez, aucun de ces apparats ne trahit une idéologie sexiste, puisqu'ils peuvent s'ôter, ne pas de mettre, au grès des fantaisies, sans que cela ne soit une obligation en terme de lieu et de sexe, un homme peut tout autant montrer ses fesses, ses jambes, avec ou sans poil dessus qu'une femme. Et j'ajouterai plus important encore, si cela n'était pas le cas, cela serait tout autant condamnable. Nous allons vers de moins en moins de sexisme vestimentaire, nous prenons la bonne route, tant mieux, ne recommençons pas ce que nous avons déjà du mal à établir en repartant de zéro.

Quant à l'injonction de séduire, si elle ne s'opère pas selon les mêmes critères et donc est bien différente d'un sexe à l'autre (ce qui est déjà discutable), elle n'est pas unilatérale, il n'y a pas de traitement différentiel, juste un traitement différent, ce qui n'a rien de sexiste.

Nous y voilà : elles, elles n'acceptent pas volontiers de se découvrir. Mais pour quoi faire se découvrir (du parachute ?).

Pour ne pas afficher un comportement sexiste, tout simplement. Si elles restent constamment envoilées, elles marquent par là, non pas leur choix, mais celui qui s'imposent à elles en tant que femmes et auquel elles adhérent par leur pratique sexiste. Ce que nous n'avons pas à tolérer.

"Un traitement sexué ne serait donc pas un traitement différentiel selon le sexe ? Un traitement sexué ne serait pas un traitement inégalitaire selon le sexe ?"

Bien évidemment, un traitement sexué n'est pas inégalitaire, tant qu'il ne s'impose pas, personne ne vous oblige à porter quoi que ce soit dans le civil et si un employeur vous impose un uniforme sexué, une coupe de cheveu sexuée, vous pouvez le dénoncer, je vous soutiens de tout cœur et milite avec vous.

Vous n'êtes pas obligé de porter une jupe parce que femme, votre parallèle est donc invalide. Alors qu'elles, elles s'imposent le foulard, uniquement parce que femme.


"La femme qui s'impose le foulard le fait pcq elle est une femme. La femme qui s'impose la jupe le fait pcq elle est une femme."


Mais cette hypothétique femme qui s'impose une jupe est tout aussi coupable que l'autre qui s'impose le voile, seulement, elle, n'affiche pas cette préférence sexiste dans l'espace public en déambulant avec sa jupe, puisqu'elle ne revendique pas qu'en aucun lieu on l'accepte comme telle. Et si elle le faisait, elle serait tout autant coupable. Elle est donc invisible avec sa jupe et la connerie qu'elle incarne n'est donc pas imposée à la face de tous. C'est là l'essentiel, non pas faire changer les mentalité, mais ne pas autoriser qu'elles s'expriment. Vous pouvez croire ce que vous voulez sur la relation homme-femme, vous ne pouvez pour autant l'exprimer publiquement, voilà le principal.

Le tout n'est pas de faire changer cette conne-là non plus, seulement de ne pas subir son idéologie toute aussi nauséeuse et sexiste que celles de ses consœurs envoilées.

Pour faire symbole, il faut que le symbole soit perceptible.

Le gros con du FN, puor prendre un autre exemple, peut sortir dans la rue, sans qu'on le reconnaisse, tant mieux, le tout n'est pas de le faire changer d'avis, de lui interdire de sortir, seulement qu'il ne manifeste pas ses croyances en exhibant ses armoiries. Voilà ce qui compte avant tout. Il a déjà son espace pour s'exprimer, chez lui et dans l'urne, c'est déjà bien assez.

Lorsque la jupe sera récupérée par un mouvement tout aussi sexiste que celui que je dénonce, il sera tant de porter un élément pour s'en démarquer et de nouveau de condamner le comportement sexiste qui s'est emparé de cet accessoire pour promouvoir son idéologie rétrograde.

"Il n'est pas question de mode ici. Et si Gaultier n'est pas parvenu à faire changer cela c'est précisément pcq la jupe reste un symbole du rôle de séduction dévolu aux femmes et non aux hommes... Une femme n'est pas obligée de porter ni le voile, ni la jupe. Celle qui le fait le fait pourtant pcq elle est une femme."

Outre que le rôle de séduction n'est aucunement dévolu aux femmes, il n'y a qu'à voir le nombre qui ne s'en préoccupe plus, voire ne s'en sont jamais préoccupé, chacun des deux sexes joue sa partition pour séduire l'autre, du sexe opposé ou du même sexe. Les hommes jouent de plus en plus des codes de séduction traditionnellement dévolu au sexe féminin, taille base, pantalon bouffant, chevelure longue, soin du corps, type de tissu, de couleur, etc. vous prenez un dimorphisme sexuel secondaire d'origine culturel, un type de séduction donné, pour une imposition, mais personne ne vous oblige à user de tels appâts stéréotypés, si ce n'est la facilité, le manque d'imagination et d'audace. La mode en variant quotidiennement les look, au niveau des cheveux, des longueurs de vêtement, prouve assez que la séduction fonctionne quelque soit les oripeaux qu'on ajoute sur soi. Et aujourd'hui, nombre de femmes recherchent le même genre de séduction qu'une certaine tradition masculine s'arroger, le pouvoir, politique et/ou par l'argent. Bref, les lignes bougent de plus en plus, et c'est tant mieux, c'est la bonne direction à prendre, n'allons donc pas chercher des exemples de conservatisme dans nos comportements pour en faire accepter de nouveau. Condamnons les deux.


"Ce que je dis c'est qu'il est hypocrite de prétendre que le voile est signe de sexisme alors que la jupe ne le serait pas."


La jupe peut l'être, puisque cela ne tient pas au type de vêtement comme je l'ai déjà souligné, mais au comportement. Toutefois pour l'heure, je ne vois pas où elle l'est, hormis chez les catholiques intégristes façon Boutin et encore, je crois l'avoir déjà vu en pantalon... Donc, de symbole sexiste envahissant l'espace public, je ne vois pas, car, il ne modifie en rien le comportement de celles qui portent des jupes, contrairement à celles qui portent des voiles qui modifient leur trajet, leur mode d'être et veulent qu'on accepte qu'elle modifie leur vol.

"Prétendre que celle-ci ne correspond qu'à une mode est hypocrite. Prétendre qu'il n'y a là aucun symbole du rôle de la femme dans notre société est hypocrite. "

Mais je ne cautionne aucunement le fait que certains ou certaines estiment que la jupe doit être portée par les femmes systématiquement.

"Prétendre que le voile est une obligation intériorisée par la femme qui le porte alors que la jupe ne le serait pas est hypocrite."

Non, ce n'est pas hypocrite, car, hormis deux-trois cas de traditionalistes catholiques que je condamne également, je n'ai jamais croisé une femme quotidiennement qui ne mettait QUE des jupes, quelques soient les conditions climatiques, les pratique auxquelles elles s'adonnent, et qui militent pour que par exemple la course à pied et le saut en hauteur en classe de gym puisse se faire en jupe... Mais vous avez peut-être des chiffres concernant ces tarées-là ?

"Prétendre que le voile interdirait aux femmes l'accès à certaines choses alors que la jupe ne le ferait pas est hypocrite. Est-ce plus clair ?"

Plus clair, oui, plus juste, aucunement, la jupe n'interdit rien en droit aux femmes et si vous rencontrez un obstacle à cela, vous avez déjà la loi pour vous y opposer et mon soutien, si cela peut vous apporter quelque chose. Donc, oui, il existe des connards sexistes qui exigent la jupe et oui, il faut les dénoncer, mais cela ne fait pas pour autant de la jupe l'objet que vous en faites. Votre parallèle ne tient donc toujours pas.

Enfin, combien même votre exemple serait avéré, ce dont vous ne m'avez absolument pas convaincu, il ne permet en rien de disculper celles dont je m'occupe à présent, puisqu'on peut s'attaquer à un sexisme et à un autre parallèlement donc en même temps. Le tout, c'est de ne pas au nom d'une pseudo hypocrisie faire croire qu'on est dans le tout ou rien.

yG
Il ne s'agissait pas de disculper quoi que ce soit mais de mettre en lumière le "deux poids deux mesures" de le lutte contre le sexisme qui serait à l'origine d'une loi interdisant le port du voile.

Je terminerai cette discussion (puisque nous en sommes à répéter nos arguments) par cette citation de Colette Guillaumin (Sexe, race et pratique du pouvoir) qui explique mieux que moi le symbole que constitue la jupe (pour celles qui la portent une fois de temps en temps ou tous les jours - comme certaines femmes originaires de l'Europe de l'Est).

« Les jupes, destinées à maintenir les femmes en état d’accessibilité sexuelle permanente, permettent de rendre les chutes (ou de simples attitudes physiques atypiques) plus pénibles pour l’amour-propre, et la dépendance mieux installée par la crainte qu’elles ne manquent pas d’entretenir insidieusement (on n’y pense pas clairement) sur le maintien de l’équilibre et les risques de la liberté motrice. L’attention à garder sur son propre corps est garantie, car il n’est nullement protégé mais au contraire offert par cette astucieuse pièce de vêtement, sorte de volant autour du sexe, fixé à la taille comme un abat-jour. »
"Il ne s'agissait pas de disculper quoi que ce soit mais de mettre en lumière le "deux poids deux mesures" de le lutte contre le sexisme qui serait à l'origine d'une loi interdisant le port du voile."

Je ne vois pas justement l'existence d'un deux poids deux mesures comme vous l'affirmez.

"Je terminerai cette discussion (puisque nous en sommes à répéter nos arguments) par cette citation de Colette Guillaumin (Sexe, race et pratique du pouvoir) qui explique mieux que moi le symbole que constitue la jupe (pour celles qui la portent une fois de temps en temps ou tous les jours - comme certaines femmes originaires de l'Europe de l'Est).

« Les jupes, destinées à maintenir les femmes en état d’accessibilité sexuelle permanente, permettent de rendre les chutes (ou de simples attitudes physiques atypiques) plus pénibles pour l’amour-propre, et la dépendance mieux installée par la crainte qu’elles ne manquent pas d’entretenir insidieusement (on n’y pense pas clairement) sur le maintien de l’équilibre et les risques de la liberté motrice. L’attention à garder sur son propre corps est garantie, car il n’est nullement protégé mais au contraire offert par cette astucieuse pièce de vêtement, sorte de volant autour du sexe, fixé à la taille comme un abat-jour. »


Oui, votre citation est très éclairante Noémie Cravatte, sur l'amalgame que vous faites et que Colette Guillaumin fait par votre entremise, car, ce que ce passage ne dit pas, ce qu'il y a dans l'implicite de son discours, c'est qu'il n'y a rien de sexiste à jouer de son sexe, voila en quoi l'argument de la jupe n'est pas recevable.

Il n'est pas grave que la jupe entrave, rende visible, disponible, que cela soit même son objet, son propos, que la jupe soit aguicheuse, car, le fait de s'établir comme disponible ou désirable sexuellement n’est pas en lui-même le moins du monde condamnable.

Autrement dit, une femme peut user d’apparat sexué et/ou sexuel sans alimenter le moins du monde le sexisme.

Ce que je traduis régulièrement par le fait du "même si elle est à poil, on n'a pas le droit de harceler une femme pour autant". Soit une logique diamétralement opposée à celles qui portent le voile "parce que sinon, vous comprenez, on attise la libido de ces messieurs qui ne savent pas et ne doivent pas être contrôlé, d'où le fait que c'est nous qui devons-nous cacher". Totale injustice que je n'ai pas à entériner.

yG
Nous ne serons peut-être pas d'accord au final, Noémie Cravatte, mais peu importe, l'essentiel pour moi, c'est que vous m'ayez permis par vos réactions de préciser ma pensée sur ce point et de rappeler ce fait crucial ci-avant, à savoir, jouer des atouts de son sexe n'est pas faire preuve de sexisme, ne pas en jouer systématiquement et sciemment, l'est par contre, puisque cela fait de vous l'objet d'un seul homme, soit une dépersonnalisation totale, vous vous niez en tant que personne pour n'être plus qu'une possession, ce que vous avez le droit de faire dans votre intimité, mais pas d'afficher.
Enfin, si vous voulez ne pas jouer le jeu de la sexualité, ne pas être un être sexué, ce n'est pas en vous dissimulant que vous y parviendrez, mais simplement en refusant de répondre aux sollicitations qu'on vous fera, ni plus, ni moins. Inutile de vous voiler la face pour préserver votre intégrité.

yG
jouer des atouts de son sexe n'est pas faire preuve de sexisme, ne pas en jouer systématiquement et sciemment, l'est par contre, puisque cela fait de vous l'objet d'un seul homme, soit une dépersonnalisation totale, vous vous niez en tant que personne pour n'être plus qu'une possession

C'est ici évidemment que je ne vous suis pas : pour moi, dans les deux cas, il s'agit de se définir par le regard de l'homme, c'est-à-dire d'être dans une position de "pour-autrui", de dépersonnalisation pour reprendre votre expression. (Et le voile ne signifie évidemment pas que la femme qui le porte soit l'objet d'un seul homme, nombre de femmes le portent sans être en couple).

Nous ne tomberons pas d'accord, mais je pense, comme vous, que ce n'est pas l'essentiel.
"C'est ici évidemment que je ne vous suis pas : pour moi, dans les deux cas, il s'agit de se définir par le regard de l'homme, c'est-à-dire d'être dans une position de "pour-autrui", de dépersonnalisation pour reprendre votre expression. (Et le voile ne signifie évidemment pas que la femme qui le porte soit l'objet d'un seul homme, nombre de femmes le portent sans être en couple). "

Évidemment que nombre de femmes portant le voile ne sont pas ENCORE en couple, mais c'est bien cela qui est visé par ce symbole, comme pour la virginité avant le mariage, il s'agit là d'un signe d'appartenance, de soumission, avant même l'acte de vente, euh, de mariage. Il n'y a donc rien d'incompatible.

Et enfin, plus important encore, non, mille fois non, Noémie Cravatte, il n'y a toujours pas réciprocité, car, la sexualité féminine ne se définit pas par rapport au regard de l'homme, la sexualité appartient aussi à la femme, elle a le droit d'en user, seules celles qui dérobent leur être sexuel se conditionnent négativement par rapport aux préjugés d'une certaine masculinité, mais les autres, elles, ne font que vivre ce qui leur appartient de droit, à elles, autant qu'à moi, en tant qu'homme, à savoir leur sexualité.

Je n'affiche pas ma sexualité pour faire plaisir à autrui, mais déjà pour moi, parce que ma dimension sexuelle m'appartient en propre et que j'ai le droit d'en user, n'en déplaise à ceux qui estiment avoir un droit de possession sur celle-ci. Si je joue des codes de la sexualité de mon époque, c'est d'abord et surtout pour satisfaire ma propre sexualité. Il n'y a donc aucune équivalence entre se montrer et se cacher pour cette raison, cela ne constitue pas, au delà des mots, les deux faces d'une même pièce. Bien au contraire.

yG

Encore une fois : foutons la paix à ces femmes voilées ostracisées. Ce n'est sûrement pas en leur interdisant l'espace public qu'on les libèrera. Contre leur gré. Elles se "libèreront" toutes seules. Comme les peuples de Tunisie et d'Egypte.


pour les femmes voilées ça fait bien longtemps que nous avons, nous les femmes sans voiles, perdues le combat ! elles sont de plus en plus nombreuses dans nos villes, dans nos cités, à faire confiance à la religion (ou à leurs mâles c'est selon l'angle de vue !) et non à nos vies, sans voiles, sans soumissions à un dieu quelconque !!...

en ce qui concerne les "niqab" , désolée Gavroche, elles ne sortent pas souvent non plus sans leur mâle, dont l'accoutrement par ailleurs n'est pas moins space : barbe, robe longue et tout le tintouin !
inutile d'en faire des débats, des lois etc ; traitons les comme une secte, ce qu'ils sont ni plus ni moins !...
notre gouvernement, toujours si prompt à interdire, juger, condamner, etc.... continue pourtant de les traiter comme une "religion" ??
preuve , s'il en était encore besoin, qu'il n'a pas d'autre objectif que de semer la [s]m....[/s] zizanie dans ce pays !!!
pour les femmes voilées ça fait bien longtemps que nous avons, nous les femmes sans voiles, perdues le combat ! elles sont de plus en plus nombreuses dans nos villes, dans nos cités, à faire confiance à la religion (ou à leurs mâles c'est selon l'angle de vue !) et non à nos vies, sans voiles, sans soumissions à un dieu quelconque !!...

Tu vois, je ne crois pas que nous ayons "perdu le combat".

D'abord, parce que, en tous cas en ce qui me concerne, ce n'est pas une guerre. Ces femmes-là sont aussi mes "frangines", comme toutes celles qui dans le monde entier essaient de s'en sortir. Avec les moyens du bord, souvent.

Comme les caissières des supermarchés payées au lance-pierre, à temps partiel non choisi.
Comme les femmes qui se retrouvent seules avec des gamins à élever.
Comme toutes les femmes, occidentales celles là, qui sont payées un tiers de moins que les hommes à qualification égale...

Etc...

Ensuite, parce que ce n'est pas en les enfermant davantage encore qu'elles auront envie de changer. Il faut bien dire que ce tu appelles "nos vies sans voiles et sans soumissions" n'est pas forcément enviable pour tout le monde. Sommes nous vraiment si libres, nous autres bonnes femmes, hein ? Le fait de montrer une bonne femme à moitié à poil sur une réclame pour une bagnole est-il vraiment un signe de "libération"...?

Et enfin, dernier point : personne ne se pose la question du "pourquoi ?"

Pourquoi ces femmes qui jusque-là vivaient "comme nous", se mettent tout d'un coup à porter un foulard ?
Pourquoi ce sentiment "d"insécurité" (soigneusement orchestré, c'est certain) pousse t-il les gens à se replier dans le communautarisme ?
Pourquoi nos politiques montent-ils les gens les uns contre les autres ?

Quand on aura répondu à ces questions, on aura sans doute résolu une grande partie du prétendu "problème" du voile. Qui arrive (comme par hasard) au moment ou l'islamophobie n'est même plus rampante dans nos sociétés, mais devient carrément officielle.

Le "choc des civilisations" marche bien, on dirait.
"Pourquoi ces femmes qui jusque-là vivaient "comme nous", se mettent tout d'un coup à porter un foulard ?": Gavroche.

Ben wouai, pourquoi on ne fait pas son anthropologue à la petite semaine en se posant ce genre de question, au lieu de stigmatiser, de sanctionner, de combattre, pourquoi on ne se demande pas pourquoi ces électeurs votent FN ?

Oups, me suis trompé de forum.

Ah ben non, c'est la même raison pour laquelle il n'est pas nécessaire de se préoccuper du pourquoi, car, peu importe celui-ci, le résultat est là et il est inadmissible, quelles que soient les raisons invoquées ou susceptibles de l'être pour soutenir ce comportement sexiste, on a affaire à des adultes et ces derniers sont responsables.

"Qui arrive (comme par hasard) au moment ou l'islamophobie n'est même plus rampante dans nos sociétés, mais devient carrément officielle."

Qui de l’œuf ou de la poule...

yG
Bonjour,

Je ne sais pas si cette discussion est toujours active mais je pense que ce que Gavroche avance c'est qu'au delà de l'effet immédiat le port d'un voile (qu'il soit partiel avec le foulard, plus étendu comme celui des nonnes catholiques, ou intégral comme le niqab), il faut se poser un certain nombre de questions avant de décider quelle est la réponse à apporter.

La première question est effectivement : de quelles natures sont les actes qui consistent à se voiler (soumission à un ordre extérieur, décision militante, etc...) ?
Parce que voyez-vous, il me semble que les femmes qui font ce choix ne le font pas toutes pour les mêmes raisons.
La seconde question est : quel est l'objectif de la réponse à apporter (rétablir un soit-disant "ordre public", faire avancer l'égalité hommes-femmes, etc...) ?
Ensuite, il faut se poser la question : quelle réponse apporter pour avancer vers l'objectif fixé ?

Il me semble qu'en se contenant d'enfermer des femmes qui portent un voile on va peut-être rétablir une norme dans l'espace public mais qu'on ne fera pas avancer l'égalité hommes-femmes.

Il me semble également qu'imposer l'égalité entre deux groupes ne suffit pas à l'obtenir dans un régime démocratique. En effet, dans la mesure où le régime n'est pas totalitaire, il appartient à chacun d'incarner les valeurs que l'on souhaite voir appliquer.
Ainsi, c'est aux dirigeants d'entreprise à payer les femmes autant que les hommes ; c'est de leur responsabilité.
Il y a aujourd'hui une différence de salaire et ce sont bien eux les gens qui décident des salaires qui sont responsables de cette différence.
A mon sens, l'égalité dans les revenus adviendra lorsque suffisamment de ces gens là porteront l'égalité comme quelque chose d'indispensable à pratiquer.

Dans le cas du voile et en prenant l'exemple simple des nonnes catholiques, il me semble que leur interdire de porter le voile est d'ordre liberticide car je pars du principe que les femmes qui ont choisi d'être nonnes l'ont fait de leur propre volonté.
Ensuite, il y a certainement des cas où l'ordre de porter le voile est "extérieur" à la femme qui le porte.
Dans ce cas, le problème est que quelqu'un est soumis à la volonté de quelqu'un d'autre.
La solution me semble donc être l'émancipation de la personne soumise.
Cette solution ne peut donc venir que de la personne soumise et il me semble que si la république souhaite s'en mêler c'est plutôt du domaine de l'exécutif que du législatif car la seule chose qu'on peut faire et de leur permettre de s'émanciper culturellement, économiquement et socialement.

Et je me rends compte que je viens de démontrer l'incompétence de l'exécutif au pouvoir...
Je n'ai donc pas été inutile aujourd'hui :)
Je n'ai donc pas été inutile aujourd'hui :)


Hélas si étant donné l'interlocuteur. :(
Bonjour, Herr Thomas.

"Je ne sais pas si cette discussion est toujours active"


Les discussions sont actives ici, tant que vous trouvez quelqu'un pour vous répondre (quelqu'un d'autre qu'IT, si possible :P).

" mais je pense que ce que Gavroche avance c'est qu'au delà de l'effet immédiat le port d'un voile (qu'il soit partiel avec le foulard, plus étendu comme celui des nonnes catholiques, ou intégral comme le niqab), il faut se poser un certain nombre de questions avant de décider quelle est la réponse à apporter."

Autant de questions que je me suis déjà posé et auxquelles j'ai déjà eu maintes fois l'occasion de répondre sur divers fil de forum d'asi depuis le temps que j'y participe, mais personne n'étant obligé de replonger dans les archives, je veux bien reformuler mes réponses à vos interrogations. C'est la moindre des choses.

"La première question est effectivement : de quelles natures sont les actes qui consistent à se voiler (soumission à un ordre extérieur, décision militante, etc...) ?
Parce que voyez-vous, il me semble que les femmes qui font ce choix ne le font pas toutes pour les mêmes raisons."


Oui, c'est fort probable, mais vous vous trompez en estimant que cette dimension rentre en jeu dans l'interdiction. Peu importe ses raisons, elle ne doit pas le faire, voilà tout. Pas plus qu'on ne se préoccupe des raisons amenant un automobiliste à rouler bourré, à contre-sens, trop vite et/ou un téléphone portable à la main avant de l'intercepter, de le verbaliser. Or, il existe certainement de très bonnes raisons de faire l'un ou l'autre, voire tout cela à la fois, il n'empêche que c'est interdit et que vous aurez à répondre de vos actes devant la justice si vous le faites, ceci quelques soient vos motivations. Et c'est ça l'essentiel, vous ne pouvez le faire sans rendre de compte et risquer qu'on ne vous donne pas raison en vous sanctionnant. Votre comportement ne regarde pas que vous. Y compris en matière vestimentaire lorsque le vêtement est indubitablement un symbole d'une certaine idéologie pour laquelle nous ne devons avoir aucune complaisance, à savoir, le sexisme.

La seconde question est : quel est l'objectif de la réponse à apporter (rétablir un soit-disant "ordre public", faire avancer l'égalité hommes-femmes, etc...) ?

L'objectif est primo de lutter contre les discriminations sexistes, c'est selon cet axe que je défends le recours à la loi (et non ce que fait l'UMP), l'ordre public en sera certainement chamboulé ici ou là, mais au final, l'ordre public qui en ressortira sera plus équitable que celui le précédent. Les objectifs et surtout les résultats peuvent être multiple, voire dans certains cas, négatifs (suppression d'une liberté), mais comme la limitation de vitesse sauve des vies, mais coûte en même temps de l'argent à des représentants de commerce, des taxis, des transporteurs, etc. Il y a toujours un prix à payer, l'essentiel, c'est qu'il ne se fasse sur le dos de principe intangible.


"Ensuite, il faut se poser la question : quelle réponse apporter pour avancer vers l'objectif fixé ?"


L'éducation est toujours la première solution, hélas, elle n'est jamais totale, il y a toujours des cas réfractaires, c'est pourquoi, vous avez beau passer votre permis de conduire, savoir pourquoi il est dangereux de faire ceci et cela, les routes sont néanmoins saturées de connard qui les transgressent sciemment.

C'est pourquoi l'éducation se doit d'être complétée par la répression.

Le volet éducatif sur l'égalité homme-femme et la nécessité de lutter contre les discriminations sexistes a été fait la république depuis des années, mais est déconstruit par la cellule familiale dans certains cas. Le tout, c'est de réaffirmer le prima des règles collectives sur les desiderata familiaux, communautaire, individuel.


"Il me semble qu'en se contenant d'enfermer des femmes qui portent un voile on va peut-être rétablir une norme dans l'espace public mais qu'on ne fera pas avancer l'égalité hommes-femmes."

Pas plus qu'en interdisant de frapper sa femme dans la rue, on ne la sauve d'être frappé dans sa sphère privée, mais ce n'est pas un argument recevable pour autoriser le premier type de violence dans la sphère publique, sachant surtout que le second espace de violence, celui domestique, n'est pas davantage admissible.

De même, l'imposition d'un vêtement par un tiers adulte sur un autre adulte n'ayant pas autorité légale, un mari sur sa femme, un frère sur sa sœur, constitue déjà un harcèlement, donc une raison de condamner.

Il me semble également qu'imposer l'égalité entre deux groupes ne suffit pas à l'obtenir dans un régime démocratique. En effet, dans la mesure où le régime n'est pas totalitaire, il appartient à chacun d'incarner les valeurs que l'on souhaite voir appliquer.

Essayez d'être homophobe, raciste, antisémite, publiquement, et on vous le fera regretter légalement. Tant mieux.
Je ne souhaite qu'ajouter à ces évidences déjà admises, le sexisme.

Faire changer les mentalités, la loi n'est pas là pour ça, vous lui demandez de faire ce qu'elle n'a pas lieu de devoir faire, l'éducation et vous la condamnez pour cette raison. Or, l'éducation est déjà là pour remplir sa fonction, mais, hélas, elle ne peut se substituer aux tyrannies familiales et autres préjugés qui circulent dans la sphère privée.

J'ajouterai qu'il est faux de considérer que la loi ne fait pas non plus, in fine et indirectement, office de devoir éducatif, lorsqu'une action est interdite, la première question est pourquoi et en recherchant la raison, vous pouvez aisément arriver aux bonnes raisons qui justifient sa présence. Pourquoi ne faut-il pas rouler bourré ? Vous connaissez la raison, j'imagine.


"Ainsi, c'est aux dirigeants d'entreprise à payer les femmes autant que les hommes ; c'est de leur responsabilité."

Un problème n'en cachant pas un autre, oui, il faut imposer légalement le traitement salarial homme-femme. Ce n'est pas un prérequis pour lutter contre d'autres formes de sexisme, c'est juste un autre front de lutte sur cette même question. Donc, oui, je suis pour une rémunération indépendante du sexe de la personne. Et oui, les dirigeants qui ne le font pas d'eux-mêmes sont des gros cons qui se cachent derrière la concurrence économique pour agir ainsi, et qu'il faut dénoncer et condamner.


"A mon sens, l'égalité dans les revenus adviendra lorsque suffisamment de ces gens là porteront l'égalité comme quelque chose d'indispensable à pratiquer."

C'est ce que je fais et je n'attends pas les autres pour les suivre, je mène bataille.

"Dans le cas du voile et en prenant l'exemple simple des nonnes catholiques, il me semble que leur interdire de porter le voile est d'ordre liberticide car je pars du principe que les femmes qui ont choisi d'être nonnes l'ont fait de leur propre volonté."


Comme je l'ai signalé, on s'en fout qu'elles l'aient fait sciemment. Les points Godwin n’indifférant (cette histoire se doit d'être utilisée), je vous répondrai que certains se sont engagés volontairement chez les SS. La question de la volonté, de la liberté est donc tout à fait inapproprié en la matière. Ce n'est pas elle qui rend le comportement acceptable.

"Ensuite, il y a certainement des cas où l'ordre de porter le voile est "extérieur" à la femme qui le porte.
Dans ce cas, le problème est que quelqu'un est soumis à la volonté de quelqu'un d'autre.
La solution me semble donc être l'émancipation de la personne soumise."


Une femme battue, on doit l'écouter, l'aider si elle vient demander assistance et lui porter assistance si on le constate. Hormis le cas, Natasha Kampush, les femmes ainsi abusées peuvent témoigner ou nous autre, être témoin de la violence qu'elles subissent et leurs venir en aide. L'émancipation ne vient pas seule, il faut éloigner les tortionnaire et donc les condamner.


"Cette solution ne peut donc venir que de la personne soumise et il me semble que si la république souhaite s'en mêler c'est plutôt du domaine de l'exécutif que du législatif car la seule chose qu'on peut faire et de leur permettre de s'émanciper culturellement, économiquement et socialement."

Oui, il y a moins de femmes battues parmi celles qui gagnent suffisamment bien leur vie pour être libre de quitter la brute qui vit avec elle. C'est-à-dire qu'elles sont déjà plus éduquées que les autres qui ne savent pas ou ne peuvent pas.
Et pour ces dernières, alors, à vous lire, on attend que l'illumination leurs vienne subitement en les regardant crever ?
Non merci. On sanctionne les bourreaux, où qu'ils se terrent et on ne leur laisse pas l'espace public sous couvert qu'ils pourraient continuer à le faire dans le privé, non, on s'attaque aussi à eux dans cette sphère là, en recuiellant la parole des victimes et en étant attentif à ce qui nous entoure.

Cela répond-t-il à certaines de vos questions ?

yG
Ce sont vos réponses :)

Je ne suis pas d'accord avec nombre d'entre elles parce que les exemples que vous avancez sont disproportionnés : les conséquences d'avoir choisi de rouler en état d'ivresse avancée ne sont pas du tout les mêmes que celles d'avoir choisi de mettre un voile ; je justifie cette thèse par l'exemple des nonnes catholiques vivant en France car le fait qu'elles portent le voile dans un lieu public n'a pas de conséquences immédiatement néfastes il me semble donc préférable de leur permettre d'exercer leur liberté individuelle en matière vestimentaire et religieuse.

Ensuite, autant je comprends qu'une réaction de dégout ou de rejet puisse apparaître en réaction avec des injustices flagrantes comme l'absence d'égalité salariale.
Pour autant, il me semble dangereux de franchir la barrière du respect car la démocratie nécessite que les conflits soient réglés sans violence physique et que lorsque vous émettez un jugement insultant, je crains que vous ne vous rapprochiez de la possibilité de la violence physique.

Vous dites également que la loi doit servir à sanctionner les personnes ayant un comportement sexiste ; je suis globalement d'accord avec ceci mais dans ce cas, il ne faut pas interdire aux femmes de porter le voile, il faut interdire le fait d'obliger quelqu'un à prendre le voile.
Ici, votre discours donne l'impression qu'on devrait interdire aux gens de se faire arnaquer par exemple.

Enfin, lorsque je dis que ce qu'on peut faire c'est "leur permettre de s'émanciper culturellement, économiquement et socialement", ce que je veux dire c'est que je pense que pour aider des femmes assujetties à s'émanciper il faut :
- les aider à penser leur situation en des termes différents que le cadre intellectuel qui leur est peut-être imposé (émancipation culturelle)
- les aider à trouver des ressources lui garantissant une indépendance financière vis à vis de leur(s) oppresseur(s) (émancipation économique)
- les aider à s'installer ailleurs que dans le rayon d'action géographique et social de leur(s) oppresseur(s) et les aider à s'insérer dans un autre milieu social (émancipation sociale)
Et enfin, dernier point : personne ne se pose la question du "pourquoi ?"

parce que la réponse est connue depuis la nuit des temps : il est bien plus facile de suivre les ordres, les préceptes, appelons cela comme on veut, de quelqu'un d'autre, dieu, famille, groupe, secte, etc...., que de laisser parler son libre-arbitre, faire confiance à ses choix personnels, ses propres désirs (dans le respect de l'autre évidemment) et de les suivre en assumant les conséquences, dans nos sociétés individualistes et hostiles....
....ah le bonheur de faire partie du groupe, avec la reconnaissance de ses pairs et tout le toutim qui va avec..... :)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Loi inapplicable et de pure circonstance, tout est dit sur elle que je ne répéterai pas.

La seule façon de faire reculer cette mode du niqab (qui n’est pas, en fait, une mode car le propre d’une mode est de se démoder rapidement) serait d’assécher le terreau sur lequel prolifèrent les intégristes islamiques (ne pas oublier de reconnaître qu’on peut pratiquer une religion sans être intégriste).

Terreau constitué de longue date par le chômage, qui a touché d’abord les populations immigrées, par les obstacles mis à l’intégration, par l’humiliation. Par la fin du communisme, qui procurait à beaucoup (dont des sincères) la sensation qu’un nouveau messianisme serait plus efficace que les anciens. Qui a donc été remplacé par le messianisme vert (voir NPA tendance islamocompatible).

La soumission des femmes à l’ordre mâle est une affaire fort ancienne, je crois même qu’elle remonte à l’affaire Adam et Eve, cette sal.pe étant et pour toujours responsable de tous les malheurs de la terre ;-)
Encore fallait-il que ce soit dit,merci Daniel,votre ironie permet de sortir de l'accablement.
La légende de la photo d'accompagnement (Apparemment extraite d'un sujet d'Al Jazeera), est juste stupéfiante : "Kenza Drider : French Housewife". Certes, techniquement, ça n'est pas faux, mais l'effet produit est tout de même assez brutal...
Savez-vous qu’à Douékoué, 800 personnes, de la tribu des Guérés, ont été massacrées par les hommes de mains de Ouatara ?

Savez-vous que Ouatara ne sera vu que comme « l’homme de l’étranger », « l’homme installé par la France » et Gbagbo sera vu comme « un défenseur de l’indépendance » ? Ouatara prétend arriver sur le fauteuil présidentiel grâce aux bombes de l’étranger ?

Savez-vous que ce qui se passe est une agression de l'ancienne puissance coloniale contre un ancien pays colonisé ? N’est-ce pas ce qui apparaît objectivement ?

Savez-vous que l’ONU a reconnu Hamid Karzaï, un corrompu notoire qui a fraudé les élections (que vaut donc l’ONU ?) ?

Savez-vous pourtant qu’on bombarde la Libye car on prétend jusqu’à maintenant que Kadhafi a massacré 6000 personnes mais y a toujours pas de preuves ?

Savez-vous qu’en Libye, le Chef du CNT, est l’ancien ministre de la justice qui a torturé les infirmières bulgares ? Est-ce le triomphe de la démocratie ?

Savez-vous que la transition en Libye c’est comme si en 1945, en France, Pétain avait été remplacé par Darnand ??

Savez-vous que c’est Bernard Henri Levy (le vrai ministre des affaires étrangères de la France ?) qui les a choisi à la va vite, dans un hôtel luxueux et pas très révolutionnaire ??

Savez-vous que Florence Cassez (que je ne juge pas) était la concubine d’un malfrat, preneur d’otages, un braqueur… elle se retrouve en tôle… en quoi la France (hélas gouvernée par Sarko) se permet-elle un bras de fer et remet en cause une décision de justice ?

Savez-vous que c’est Michèle Alliot Marie, qui faisait de petits trafics de marchands de biens en Tunisie qui se permettait de critiquer le Mexique (qui n’est pas un petit pays) ?

Savez-vous que critiquer une décision de justice en France est passible de tribunal correctionnel ? En quoi, cette ancienne Ministre a-t-elle le droit de critiquer une décision de justice ?

SEMIR
Sans vouloir être désagréable avec cette grande icone de la femme voilée... Mais on voit ses mains... Et il me semble que dans le reportage que j'ai vu elle portait des petites chaussures et que l'on pouvais donc voir une partie de son coup de pied...
Madame devrait donc aller au bout de ses convictions est cacher cette chair ostentatoire qui est de nature à éveiller les plus horribles et malfaisantes idées dans l'esprit vil et primaire de tout homme !

Dans cette montée en puissance de l'anti-liberté qui gagne ? Ceux qui sont contre la liberté bien sur ! Tout va bien alors ? Français, française, ne vous inquiétez pas, tout va bien !

D'ailleurs, ce weekend, je voulais prendre des nouvelles de fukushima... Rien vu sur itélé et bfm tv... A part qu'on reloge des gens dans des petites boites sur tirage au sort, la centrale doit être complètement réparée, parce que je n'ai pas vu mot sur le sujet...

La burka en plomb protège de la radioactivité ? Dans ces cas là, j'adopte !
Je propose une loi sur la longueur des cheveux des femmes: dans les années folles, elles ont coupé leur adorable chevelure "à la garçonne" pour symboliser leur volonté d'émancipation. Il est clair que le retour aux cheveux longs ou mi-longs est une régression du féminisme. On poursuivra par une loi sur la longueur et la couleur des jupes. On interdira les soutien-gorge, que le MLF a brûlés dans les années 70, à moins qu'on ne les rende obligatoires. Et pour les porte-jarretelles, on fait quoi?

Ma parole, ils vont légiférer jusqu'à mon slip!
Et réfléchissons deux secondes à la faisabilité des lois du FN.
Par exemple, l'emploi aux Français.

Donc, on imagine que tous les patrons de salariés immigrés doivent les fichtre à la porte et recruter à la place des souchiens.
On fait comment : pour les cinq cent mille mamies en apa, comment pour les restaurants, comment pour les poubelles, comment pour les stations de ski, comment pour les ateliers de confection, et tutti quanti.

C'est rassurant finalement, la plupart des lois iniques, des projets racistes, sont impraticables. Parce que la vie va plus vite que les dogmatismes.

Tiens, en passant, quels résultats auront les chèques essence pour les pauvres, dernière nouveauté de Sarko ?
Une envolée des tarifs bien sûr et un accroissement des dividendes versés aux actionnaires étrangers de Total, qui ne paie aucun impôt en France.
Pourquoi voulez-vous que les pétroliers se privent ? On a vu ce que les Prêts à taux zéro ont fait aux prix de l'immobilier ? La spécialité de Mme Lagarde est de donner des primes aux industriels, plutôt que de réguler les tarifs, elle subventionnent les prix.

http://anthropia.blogg.org
11/04/2011 : sarko inventa la lapidation virtuelle....

toutenbateau
Je me rappelle qu’à une époque pas si lointaine, avait été mis en place un numéro anonyme contre toute discrimination (le 114 je crois). Le nombre d’actes xénophobes enregistrés était énorme (logement, travail, loisirs, école etc etc), mais les autorités de l’époque (gouvernement Jospin) n’a pas voulu dévoiler les chiffres (tout à fait réels)… Si j’ai bonne mémoire, on nous parlait de Commission d’Accès à la Citoyenneté (Codac ou Codec…).

Des chercheurs sérieux ont dès-lors demandé la mise en place d’un Observatoire de l’Islamophobie (comme Vincent Geisser) ou même au moins un poste universitaire sur la colonisation (Pascal Blanchard). Mais que nous a-t-on proposé aujourd’hui ? : un débat sur l’Islam (sous entendu qui pose problème).

Effectivement, vous avez raison sur cette femme quel'on rencontre dans tous les médias... Aziz Senni aussi est une sorte de symbole montré dans tous les médias de la "réussite en banlieue"... C'est toujours le même discours qui tourne en rond... On met en avant que quelques personnes qui ne représentent qu'eux mêmes

Il suffit de sa balader pourtant devant n’importe quelles rues pour lire sur des murs des propos racistes contre les Arabes.
Il suffit d’aller dans n’importe quelles toilettes publiques (dans les trains aussi) pour lire des lignes et des lignes de « morts aux Arabes » et j’en passe.
Il suffit de visionner des vidéo sur Youtube, lire les posts des forums de pas mal de sites (je vous rassure pas le vôtre) pour voir que l’Islamophobie, ces actes islamophobes l’emporte très très largement en nombre sur les actes anti-juif + anti-noir + anti-gay + même anti-blanc si vous voulez aussi (j’anticipe ceux qui vont en parler) etc etc…

Est-ce vraiment le premier problème de la France ce voile ? Le chômage n’est-il pas plus important ? Les travailleurs pauvres, ceux qui travaillent et n’ont pas de logements ou vivent dans des caravanes vous en faites quoi ?

Mais qu’est ce qu’il est nul ce gouvernement ! Un gouvernement qui symbolise "la faiblesse d'une France malade"

=> Le Mexique quasi-insulté !! pas la faute de Sarko…
=> La Tunisie trahie !! pas la faute de Sarko…
=> La Côte d’Ivoire occupée !! pas la faute de Sarko…
=> La Libye hypocritement bombardée pour lui siphonner son pétrole !! pas la faute de Sarko…

Le vrai problème c’est que des millions et des millions de personnes (d’origine musulmane, mais aussi populaire) ne sont pas représentées, ni par la droite bien sûre (qui se fachise), ni aussi par la gauche (Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Jean-Marc Ayraud, ont plus une manière d’être de droite, voire du 16ème arrondissement que de gauche vous ne trouvez pas ??).

SEMIR
Ben ouais. Un non-sujet. Comme les deux heures de débat sur la prétendue laïcité défendue par le chanoine des latrines, pour faire oublier les miracles qu'il a accompli pour le bénéf de ses seuls petits copains-coquins.
Je sais pas ce qui s’est passé, mais au fin fond du Sarkosistan, le peuple des yourtes (pas des yaourts) a reçu ça, venant de la Centrale oulipienne post-pataphysicienne (kékécé ?) : « Faites un effort. Mais oui, la femme violée préférée d'Amar, de Durand, et de Paris Première, c’est elle. Aux petites heures du lundi 11 avril, jour d'entrée en vigueur de la mondialement célèbre loi, elle a donc pris le train "niquée". Sous le titre éngimatique "une femme niquée prend le train", il fallait en effet rien moins que l'AFP, pour couvrir l'événement. Elle est le contrepoids obligé de l'agitation sarkozo-copéïo-guéantienne. Sans oeufs, pas d'aile. Sans aile, pas d'oeufs. Est-elle subventionnée ? »
"'était néanmoins autant de temps d'antenne soustrait à l'aggravation de la crise financière, aux menaces de dislocation de l'espace Schengen, au référendum islandais, tous titres plus nécessaires.": DS.

L'argument bateau, éculé, que je ne cesse de dénoncer chez mes collègues asinautes depuis des années et que vous, Monsieur Schneidermann, reprenez benoitement comme si de rien n'était. C'est désespérant.

Pourquoi cet argument du "plus nécessaire" est totalement fallacieux et plus grave encore, des plus dangereux, parce que vous pouvez inverser n'importe laquelle de ces propositions et en faire une plus dangereuse, plus importante, plus urgente, problématique qu'une autre.

A jouer ce "jeu de l'urgence", on ne peut qu'être perdant à tous les coups, car, il y en a toujours une qui peut selon les desiderata d'un quelconque pouvoir, occulter toutes les autres. Fukushima peut cacher la Libye, la Libye la Côte d'Ivoire, cette dernière l'Afghanistan, la bande de Gaza, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'aucun problème, même le plus mineur, le plus facile à régler, voire surtout celui-ci, ne le soit pas en définitive, parce que vous comprendrez, qu'il y a plus important ailleurs, même ici. C'est ainsi que prospère d'ailleurs les problèmes insignifiants, parce qu'on les passe à la trappe parce qu'il y a plus urgent. C'est pourquoi, il faut un jour, en toute urgence, cocoter une loi pour tenter d'y remédier, car, on a rien foutu lorsqu'il était encore possible de le solutionner sans mobiliser autant d'énergie, de ressource.

Voilà en quoi, loin de dénoncer quoi que ce soit, vous êtes tombé dans le panneau, puisqu'on peut traiter politiquement plus d'une affaire à la fois et que rien ne stipule qu'un problème puisse en cacher un autre, sauf à jouer, hélas comme vous le faites ce matin encore, le jeu de l'urgence.

yG
Certes, il y a toujours des sujets plus importants que celui qui est traité...
Mais ça a permis de confirmer que Sarkopé et sa clique UMP votent des lois inapplicables.
Bonjour
Ce matin sur France Culture, même Alliance, le syndicat "maison" sarkoziste disait que la loi était inapplicable !!!
Passons donc à autre chose comme par exemple faire un reportage dans un foyer allemand qui s'éclaire à la bougie parce que les pauvres ils ont moins de centrales nucléaires que nous.
J'ai voté, bien que la teneur du billet m'ait déplu.
Alors, pourquoi voter? Parce ce que je suis idiote? Non, voté pour les deux dernières phrases.
Niqab, laïcité, islam, identité... bientôt l'overdose. S'il vous plaît, on peut parler d'autre chose ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.