Profession, femme voilée
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Profession, femme voilée

Parmi les petits métiers saisonniers, considérons aujourd'hui celui de Symbole.
Kenza Drider, Al Jazeera
Revoilà Kenza Drider sur les routes. Vous ne connaissez pas Kenza Drider ? Vous êtes bien les seuls au monde. Faites un effort. Je vous donne un indice: on vous en a parlé l'an dernier. Mais oui, la femme voilée préférée d'Amar, de Durand, et de Paris Première, c'est elle. Aux petites heures du lundi 11 avril, jour d'entrée en vigueur de la mondialement célèbre loi burqa, Kenza Drider a donc pris le train "en niqab". C'est l'AFP qui nous en informe, sous le titre éngimatique "une femme en niqab prend le train". Il fallait en effet rien moins que l'AFP, pour couvrir l'événement. Et s'il n'y avait que l'AFP. La presse mondiale est là. Il est vrai que Kenza Drider est connue des lecteurs du Guardian, du New Zealand Herald, sans parler des téléspectateurs de la BBC, de CNN ou d'Al Jazeera.

Kenza Drider est le contrepoids obligé de l'agitation sarkozo-copéïo-guéantienne. Sans eux, pas d'elle. Sans elle, pas d'eux. Est-elle subventionnée ? Et surtout que fait-elle, entre deux convocations de l'AFP ? On n'ose l'imaginer faisant ses courses incognito, en jean et en tee shirt, ayant laissé sa tenue de travail à la maison. A quoi ressemble la vie d'une vedette de l'agenda du sarkozysme ? Et que fera-t-elle après, quand toutes ces folies Sarkozy, pour une raison ou pour une autre, ne seront plus qu'un souvenir ? Attaquera-t-elle Copé aux prudhommes, pour requalifier ses prestations en contrats de travail, comme les stars de l'Ile de la tentation ?

France Inter détaillait parfaitement ce matin le caractère inapplicable de cette loi, qui a rempli tant de pages de journaux, en France et dans le monde entier. "Que faites-vous si en sortant du studio vous croisez dans la rue une femme en niqab ?" demandait Hélène Jouan à un responsable du syndicat des commissaires. Ce qu'il fait ? Il fait de la pédagogie, pour convaincre Madame de bien vouloir ôter son voile. Et si ça ne marche pas ? Il appelle la police, pardon, le procureur. Msieu le procureur, j'ai devant moi une individue, recouverte d'un voile intégral, et qui ne veut pas obtempérer à la pédagogie. Ce traitement était parfait. Etait-il nécessaire ? Si parfait soit-il, c'était néanmoins autant de temps d'antenne soustrait à l'aggravation de la crise financière, aux menaces de dislocation de l'espace Schengen, au référendum islandais, tous titres plus nécessaires. De la même manière que le présent billet, objecteront un nombre respectable d'entre vous. Qui auront parfaitement raison. 

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.