9
Commentaires

Presse : les non-dits d'une aide d'urgence

Le syndicat patronal de la presse quotidienne nationale et régionale a décroché près d'un demi-milliard d'euros d'aides publiques supplémentaires, au bénéfice principal de ses adhérents. Le gouvernement les encourage certes à moins précariser les journalistes, mais sans y conditionner les aides.

Commentaires préférés des abonnés

Un truc que je ne pige pas, c'est pourquoi les journaux reçoivent des aides de l'états en fonction de leur vente. Corrigez-moi si je dis une bêtise, mais en gros, plus un journal est vendu, plus il touche d'aide. Si c'est bien ça, c'est complètement (...)

Oh, ça va ! On s'occupe d'abord de maintenir à flot les chambres d'échos de la politique gouvernementale, et des cris d'orfraie des "oppositions". Le spectacle vivant du théâtre démocratique, quoi...

Maintenant, s'il faut, en plus, secourir les gueux (...)

" Valeurs actuelles " ( qui est esclave de ses préjugés ) va-t-il être aidé  ?

Derniers commentaires

"le crédit d'impôt aux abonnements " : comme tous les crédits d’impôt, c'est une mesure non égalitaire et une attaque contre les plus pauvre.

Comme pour adhérer à un parti ou à un syndicat, acheter de la presse va in fine revenir plus cher pour les personnes non assujettis à l’impôt, donc les plus précaire.

On en revient de plus en plus à un suffrage censitaire dans ce pays de dingue.

483M supplémentaire correspond à 57,5 poucent et pas à 29... 

Les aides Corona sont les bienvenues, mais elles semblent marquées par un "arbitraire" orienté :


Un peu comme pour la presse, les aides du fonds de solidarité pour les entrepreneurs indépendants par exemple ont des critères irréalistes. Pour résumer : minimum de 50% de perte de chiffre d'affaire par rapport au même mois de l'année précédente ou par rapport à la moyenne de l'année précédente.


Donc plus vous avez gagné en 2019, plus vous touchez d'aides en 2020.

Et si vous touchez le fonds de solidarité, vous cumulez en plus une aide régionale. Total : 1500 + 1000 selon les régions.


Si vous avez eu une mauvaise année 2019 (pourquoi ne pas prendre plutôt les 2 ou 3 dernières années pour critère, comme dans d'autres démarches administratives ?), et peut-être "seulement" 49% de perte pour tel mois (pourquoi mensualiser l'aide, sachant que les dates de paiements sont arbitraires et variables ?), vous ne touchez ni le fonds de solidarité (pas de dégressivité de l'aide en dessous du plafond de 50%), ni l'aide régionale : 0 euros, même si vous ne pouvez pas travailler à cause des restrictions, même si vous n'avez pas un minimum de revenus pour vivre, même si par exemple vous avez eu 80% de perte le mois d'avant.


Autrement dit, tant mieux pour ceux qui correspondent aux critères et peuvent cumuler les aides, mais comme par hasard ce seront surtout ceux qui en ont un peu moins besoin.

" Valeurs actuelles " ( qui est esclave de ses préjugés ) va-t-il être aidé  ?

Oh, ça va ! On s'occupe d'abord de maintenir à flot les chambres d'échos de la politique gouvernementale, et des cris d'orfraie des "oppositions". Le spectacle vivant du théâtre démocratique, quoi...

Maintenant, s'il faut, en plus, secourir les gueux (autre mot pour pigistes), et les hurluberlus (autre mot pour presse moderne d'investigation et de réflexion), alors là on arrête la fumette !

Un truc que je ne pige pas, c'est pourquoi les journaux reçoivent des aides de l'états en fonction de leur vente. Corrigez-moi si je dis une bêtise, mais en gros, plus un journal est vendu, plus il touche d'aide. Si c'est bien ça, c'est complètement stupide non? En plus, les quotidiens sont avantagés ici.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.