133
Commentaires

Pourquoi on risque de rester embourbés dans l'euro : les "éduqués supérieurs" augmentent

Comment expliquer le vote pro-européen, majoritaire lors de ce premier tour de l'élection ? Invité sur notre plateau le 28 avril, l'historien et démographe Emmanuel Todd avait livré quelques éléments de réponse. Alors que Macron (et d'autres) ont réagi depuis à ses propos sur le second tour, Todd partage aujourd'hui quelques précisions sur son analyse du vote pro-européen et pro-Macron.

Derniers commentaires

merci todd
Oui, c’est une des raisons qui m’ont fait voter blanc ce deuxième tour. Je me sais venir de cette France lepénisée et il m’était douloureux de lui demander de se taire ou de l’effacer en acceptant un vote Macron. Mes diplômes n’avaient pas à servir à cela, je tiens à ce qu’elle soit sinon entendue, écoutée, depuis trop longtemps, d’où son amplification, elle rejetée, voire, interdite de compter.
Commentaire précédent mal placé : c'est une réponse à C. Clozel.
Avec une banque centrale soumise au pouvoir politique, les citoyens (à travers leurs représentants, dispositif qu'on peut critiquer par ailleurs), décident des orientations monétaires, et peuvent les utiliser pour servir leurs objectifs.

Personnellement, je trouve que l'idée du QE vert est intéressante, mais elle est totalement impossible.
l'euro, le franc, le franc, l'euro... et si c'était rien d'autre que blanc monnaie et monnaie blanc, le même système, des monnaies hors d'atteinte de toute décision citoyenne, des monnaies dépossédantes, des monnaies pour finance et commerce international ? je n'arrive toujours pas à comprendre l'intérêt de revenir au franc.
ce qui peut changer deux trois bricoles, pour nous autres clampins, c'est de construire nous mêmes nos systèmes d'échange locaux, nos trocs, nos dons, si besoin nos monnaies associatives, éphémères ou durables, d'en discuter les règles et de les adapter à nos priorités, à nos valeurs. le reste, c'est de la poudre de perlimpinpin (oui si je sauve un truc du programme de macron c'est bien cette charmante expression).
Comme d'autres sur ce forum, je suis bien attristé du déclin qui semble irrésistible de la pensée Todd. Il s'était autrefois montré assez convaincant en établissant, preuves statistiques à l'appui une corrélation entre le taux d'alphabétisation et le taux de fécondité, mais il nous invente maintenant une sorte de dicton de grand-mère « A bac + cinq, tu votes comme Minc » « Les études supérieures t'éloignent du travailleur » qui me laisse un peu perplexe.

Si la montée en puissance d'une classe de cadres avait été bien balisée par la sociologie des années 65-85, je pense, par exemple, à La nouvelle classe ouvrière de Serge Mallet ou Les cadres. La formation d'un groupe social de Luc Boltanski, rien à ma connaissance ne vient étayer le fait que l'allongement de la durée des études ait conduit à une modification substantielle du corps social dans la période 1992-2017, sinon par un gonflement des précaires surdiplômés. Je ne vois pas très bien pourquoi un instit à bac + 6 serait naturellement plus européiste que son ainé à bac + 2..
Sans doute, Taddei a une certaine part de responsabilité dans le déclin de la pensée Todd (en plus de la paresse de l'age qui est un phénomène naturel). Il a en son temps tellement invité notre Emmanuel à venir faire son intéressant sur le plateau de ce soir ou jamais que ce dernier ne s'en est pas remis.

Il me parait un peu léger de vouloir conclure que «la structure du vote Mélenchon, réconcilie tous les groupes sociaux » sans aller fouiller plus en détail dans l'électorat mélenchonien , mais bon, c'est peut-être une géniale intuition, une piste prometteuse. Il faudra aller analyser les résultats du scrutin à l'échelle du bureau de vote..

Pour terminer sur une note d'espoir, j'espère que la sortie du tome 2 de L'Origine des systèmes familiaux, sur l'Afrique ne va pas tarder et va me réconcilier avec le Toddisme
Comme c'est difficile de comprendre que l'idéal européen, noble au moins depuis Hugo, a été confisqué-souillé-stokholmisé par la Secte libérale !
Est-ce vraiment un résultat si important du vote pro-européen dans le vote Macron ?
En discutant, on se rend compte qu'il y a des électeurs qui ont voté Macron dès le premier tour pour s'assurer de la composition du second en ce sens qu'ils ont renoncé à un voter pour Mélenchon. Cela ne signifie pas qu'ils adhèrent ... mais juste qu'ils étaient déjà résignés et/ou influencés ? et qu'ils ne croyaient pas dans les chances du candidat Mélenchon pour être au deuxième tour. Quel pourcentage du vote Macron cela représente-t-il ? Je n'en ai pas la moindre idée... mais si vous aviez une estimation, je suis curieux de la connaître !
" la recherche en direct est un exercice difficile"
Ça lui donne cet aspect un peu brouillon.
Sans vouloir me hisser au niveau de M. Todd, je me sens obligé de réagir à sa « précision ».

Il parle donc de l’Euro. De la monnaie Euro. Il ne semble donc pas abusif de penser qu’il s’agit d’économie.
Pour reprendre une expression du très regretté Bernard Maris, l’économie n’est pas une science, c’est une façon de regarder le monde.
Dans cette façon de regarder le monde il y a ce que l’on regarde. D’après le titre je suppose qu’Emmanuel Todd regarde la monnaie, en l’occurrence l’Euro.
Et dans cette façon de regarder le monde, il y a des points de vue. Le point de vue c’est là d’où on regarde. Emmanuel Todd nous propose ici le point de vue des « agents économiques ». En effet, il nous parle d’âge médian, de niveau d’éducation, de retraités…Normal, c’est un démographe.
Le projet d’E. Todd est de corriger ou compléter la réponse à cette question : « j'avais essayé de comprendre le conservatisme pro-euro de la société française, malgré l'échec de cette monnaie qui nous a conduit à 10% de chômage structurel, à une marginalisation des jeunes et, déjà, à une montée de leur violence. »

Je ne suis pas tout à fait sûr que son complément nous permette d’avancer au sens où avancer, c’est trouver ce qui cloche pour y remédier.

Ce que l’on regarde c’est l’Euro donc la monnaie unique.

Pour regarder cette monnaie unique, on peut adopter le point de vue monétaire, la création et la circulation de la monnaie ou le point de vue réel, la production et la consommation de biens et services.
La théorie standard ou orthodoxe, celle à laquelle nous sommes soumis depuis des décennies nous intime l’ordre de séparer le regard monétaire du regard réel. C’est cette théorie standard qui nous a conduits dans le piège de l’Euro.
En effet quoi de plus séduisant, pour « échanger des marchandises et pas des obus » que de construire une Union commerciale d’abord, monétaire ensuite ? Ainsi, nous sommes passés en soixante ans du marché commun à la zone euro telle qu’elle se déchire aujourd’hui.
Je ne vais pas vous assommer avec les récits passionnants des économistes sur la monnaie.
Arbitrairement, mais pas trop, je crois, je retiens trois auteurs. En fait il y en a quatre mais je garde le dernier pour la fin.

- Jean-Baptiste SAY : « la monnaie n’est qu’un voile » Say est contemporain de Napoléon 1er et sa famille a fait fortune dans le sucre de betterave, mais rien à voir…C’est un des postulats indispensables à la théorie néo-classique de l’équilibre général.
- John Maynard Keynes, britannique jusqu’au bout de ses provocations, et qui a énoncé que l’on pouvait décider de détenir de la monnaie simplement pour se rassurer.
- Robert Mundell économiste canadien qui a affiné le concept de zone monétaire optimale, c’est-à-dire les conditions dans lesquelles des régions économiques peuvent adopter une monnaie unique.Une reférence pas trop longue à lire.

Si donc la monnaie n’est qu’un voile, quoi de plus tentant, pour créer une union commerciale, que de s’affranchir des fluctuations de change en adoptant tous la même monnaie ?

D’autant plus que la monnaie, ce n’est pas n’importe quoi dans l’inconscient collectif. Une monnaie c’est un pays. Rappelez vous des Pascal, Richelieu et Victor Hugo qui figuraient sur nos billets en francs, alors que les allemands y faisaient figurer des monuments, des grues et des bateaux…Sans parler du dollar avec son in Go(l)d we trust et de la livre à l’effigie de HM the Queen.

Nous voilà donc dans l’euro, donc dans un inconscient collectif enfin unifié. Voire…

Parce que J.M. Keynes nous dit que la monnaie ce n’est pas qu’un voile. On consomme en échangeant de la monnaie contre des biens et des services. On épargne en déposant de la monnaie sur des comptes bancaires ou sous son matelas. La monnaie ce n’est pas qu’un truc commode pour additionner des carottes et des ordinateurs.
Et cette monnaie unique, qui unifie-t-elle ? L’Allemagne et la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, la France et la Slovaquie, l’Italie et la Finlande.
Tous pays qui en aucun cas, ne réunissent les conditions nécessaires pour une zone monétaire.
Tous pays dans lesquels la consommation et l’épargne vont être conditionnées par la création et la circulation de l’Euro.

Et tous ces pays qui constituent la zone euro sont tout sauf une zone monétaire optimale. Il est donc inévitable que les ajustements s’opèrent sur autre chose que la monnaie.

Autre chose que la monnaie, c’est les salaires, les pensions, la dépense publique.
Il est donc aussi inévitable que les états doivent se plier aux contraintes de la monnaie, indépendamment des conditions économiques locales. D’où la rigueur budgétaire, alignée sur celle des pays les plus favorisés.

Mais pourquoi un tel aveuglement de la part de nos généreux dirigeants ?

C’est là que je rejoins un peu E.Todd. Il y a le rôle des « intelligentsia » qui ont établi le discours dominant dans un contexte de triomphe du libéralisme contre l’économie dirigée.

C’est là que je sors du chapeau mon quatrième auteur, K. Marx qui a si pertinemment analysé l’influence de l‘infrastructure (en gros les conditions de production et d’échange des biens et services) sur la superstructure (en gros les conditions de production et d’échange des idées)

Et pour résumer ma vision de l’euro : La monnaie n’est qu’un voile. Un voile qui pour le capitalisme financier a plutôt des airs de burqa.
L'euro n'a pas fait convergé les économies des pays membres. Au contraire il y a divergence.
juste mon point de vue qui a contribué à ce que je ne vote pas Melenchon, (mais pas plus Macron et je ne sais pas si je suis éduquée machin chouette), c est la question de l'euro, avec derrière la question de l'europe
Sur la question de l'euro, il y a eu beaucoup d articles et d emissions pour evoquer la sortie de l euro, le pb de l'euro etc. sur lequel je ne reviendrai pas.
Mais pour moi, la trentaine, l europe, meme si c est lojn d etre rose, la construction européenne c est ce qui fait qu on a arreté de faire pousser des cimetières militaires ces dernières décennies

et tres clairement, la sortie de l euro remettrait en question le projet européen ...
j ai meme des amis qui n ont pas voté Meluche parce que les aspirations de la russie les inquietent
Deux remarques :

l'euro n'est pas synonyme de l'UE (il y a des pays dans l'union qui n'ont pas l'euro comme monnaie).

l'euro tel qu'il est fera exploser à terme le "projet européen".
certes, l euro n est pas synonyme de l UE, mais il me semble que étant donné la place de la France dans la construction européenne, la sortie de l'euro viendrait grandement fragiliser le projet européen.

par contre je suis tout a fait d accord avec l idee que l euro tel qu il est actuellement pensé/utilisé menace à terme le projet européen et que c est pour cela qu il s agirait maintenant de le repenser collectivement (et pas d en sortir)
On revient à l'idée du plan A/plan B.

Personnellement, je crois que repenser collectivement ne serait pas facile.
pas facile, c est peu de le dire, la question, et je n'ai pas la réponse, (il parait que je suis trop confiante et optimiste) c'est, est ce impossible?
La seule methode pour "le repenser", c'est d'organiser des transferts de 10% du PIB Allemand chaque annee vers les autres pays de la zone.

Les Allemands sont ils ok pour ca ?

Poser la question, c'est y repondre.

C'est pour ca que cette histoire de parlement de la zone Euro est une enorme blague : autant dire aux Allemands : eh les gars ? on prepare un hold up contre vous, vous voulez participer ?
S'agit-il de dire aux Allemands qu'on fait un hold-up contre eux, ou de leur demander de cesser le hold-up qu'ils pratiquent contre d'autres?

Cela ne change pas grand chose à la réponse, remarquez.
Apres 2 guerres mondiales, des dizaines de millions de mort, des pays a reconstruire, c'est un peu facile de faire de l'UE une cause, alors qu'elle semble bien plus une consequence, les gens qui ont vecu ces drames n'etaient de toute facon plus disposé a la faire, la guerre...
A noter aussi que l'ere atomique, au vu de ces consequences, a aussi drolement ete efficace pour "geler" certaines ardeurs...
Aujourd'hui on a un peu trop tendance a oublier que c'est jouer un jeu dangereux d'augmenter la tension entre pays detenant l'arme atomique, surtout quand 2 des principaux antagonistes, ont tout deux des doctrines "defensives" de premieres frappes....


Et donc on peut se poser la question : qu'a fait l'UE de cette aspiration a la paix ? elle s'est surtout contente de construire un gigantesque marche, si ce n'etait que cela ca irait, mais elle e decide de faire du marché son principe politique fondateur...
complétement d accord avec vous pour la question du jeu dangereux d augmenter la tension entre pays
d accord sur le rôle de l arme nucléaire
d accord aussi sur le fait que l'UE passe/est passé à côté de beaucoup de choses dont cette aspiration à la paix, et qu elle se résume trop à une logique de marché.

Pas d accord pour dire que les gens qui ont vécu la guerre n étaient plus disposés à la faire et que c est cela seul (plus l'arme nucléaire) qui a mené à cette paix...: comment savoir sans la construction européenne si les générations d'après auraient partagé cette aspiration à la paix?
et que la construction européenne n'a joué en rien dans la pacification de l Europe?
Et... aller bidouiller un partenariat à la con avec l'Ukraine qui nous a fait une belle guerre civile et une annexion de la Crimée, c'est ça que vous appelez ne pas faire pousser des cimetières ?

Le "léger petit bordel" au milieu des années 90 dans les Balkans avec la gestion Européènne "exemplaire", pas de petits cimetières mmm ?
Les gestion des clandestins et réfugiés, pas de cimetières non plus ? mmm ?
En gros, tout n'est pas rose, c'est donc un bilan globalement positif ?

mmmmm ???
je trouve que vous grossissez un peu le trait
certes, je reconnais, je ne développe pas les arguments sur la construction européenne et la paix, et c est un tort, (pardonnez mes neurones qui vont d ailleurs aller se reposer) mais je suis loin de penser que l'UE est parfaite, et je me garderais donc de faire un bilan quelconque.
De même, très clairement "le léger petit bordel" dont vous parlez est à mes yeux une honte pour l'UE, mais pour la question de l'Ukraine, je me dis -peut etre à tort" que si l'UE etait embourbée un peu plus sur ces divisions, et notamment monétaires, on aurait pu faire pire (si si, c est possible)
"Mais pour moi, la trentaine, l europe, meme si c est lojn d etre rose, la construction européenne c est ce qui fait qu on a arreté de faire pousser des cimetières militaires ces dernières décennies "

C'est la menace nucléaire qui fait que les pays ne s'attaquent pas entre eux, en plus de dispositions à volonté pacifique (tel que l'ONU). L'Euro et les traités européens n'y sont pour rien dans cet équilibre qui est, oui, effrayant en soi.
L'Euro comme monnaie unique impose une uniformisation économique à toute la zone Euro (prétendre le contraire, c'est pour ainsi dire prétendre que la monnaie n'a aucun pouvoir intrinsèque).

Ça veut dire que même si TOUT n'est pas bloqué effectivement, une forte convergence économique se produit implicitement entre TOUS les états de la zone Euro.

France, Grèce, Espagne, Allemagne, Italie, tous dans le même sac ! Aucune dévaluation possible par exemple. Même pas un petit ajustement de rien du tout.

L'Euro n'est pas responsable de tous les maux, mais il est l'un des facteurs explicatifs du bourbier économique Européen.

Mais rassurez vous, aucun rouge ne vous en fera sortir, cela se fera tout seul par la montée de l'extrême droite et les effondrements qui iront avec.
ça serait intéressant "le quart de siècle écoulé depuis 1992 [...] a [...] vu la proportion d'éduqués supérieurs passer de 12% à 25% du corps électoral. Autrement dit, la base socio-culturelle du macronisme est très élargie par rapport à celle du maastrichtisme.", ça serait intéressant si le rapport des éduqués supérieurs" au reste de la population, si la structure de ce groupe, si son statut économique n'avaient pas changé radicalement depuis un quart de siècle.
les "éduqués supérieurs" se sont prolétarisés. ils sont jeunes, ils font partie de cette classe des "moins de 30 ans" (de 35, de 40 ans bientôt...) paupérisée, et dont le diplôme n'est plus un capital, ne vaut plus rente de situation, ne leur laisse que la sueur de leur front pour (sur)vivre. Pour une large part d'entre eux, même après la ronde infernale des stages non rémunérés, il ne reste que des emplois "aidés"* payés au lance pierre et pour lesquels leurs qualifications valent moins que leur débrouillardise et leur flexibilité. Les conditions de travail (salaire, précarité, autonomie dans le travail) d'un titulaire de master sont de plus en plus proches de celle d'un ouvrier qualifié, voire d'un OS... À part pour les plus citadins (encore beaucoup quittent-ils les villes) et les plus privilégiés, ils ne sont pas tellement macronisés : 30% des 18-24 ont voté mélenchon, les 25-34 se répartissent entre macron, lapen, mélenchon, avec 2 point de plus seulement pour le premier.
Dans le même temps d'ailleurs les prolétaires se sont "supérieur-éduqués". chez les ouvriers et les employés, surtout chez les jeunes, on trouve de plus en plus de bac+2 et plus, soit par la formation initiale soit par la formation continue, et surtout, l'accès aux connaissances s'est ouvert largement aux non diplômés, aux autodidactes, grâce à internet en particulier.




*
Je ne parviens toujours pas à comprendre pourquoi le retour au Franc serait la seule solution véritable de redynamiser l'économie et une chance pour la France. Je sais que l'Euro impose au maximum 3% du déficit et 60 % de la dette rapportée au PIB, des chiffres contestables et inventés au doigt mouillé par l'UE, certes. Mais je m'interroge sur ces points (sans préjuger d'autres points que je n'ai pas énoncés) :

> Quelle serait la hausse réelle du cout des importations (pétrole, marchandises, etc.) rapportée à l'augmentation des exportations?
> Comment contrer les attaques des marchés des changes sur le Franc ?
> Comment bloquer le fuite des capitaux alors que les marchés connaissent toutes les combines pour passer au travers des contrôles ?

La sortie de l'Euro présentée comme un remède par Todd, Sapir ( conseiller du FN sur ce point) ou Lordon n'est t-elle pas une incantation dont l'efficacité reste à prouver ?

Dans tous les cas les conseilleurs ne seraient pas les payeurs si l'affaire tournait mal.
et vous n'étiez a cette émission QUE dES MALES , vous avez oublié qui éduque réellement les mômes , qui s'occupe de notre société vieillissante : LES FEMMES. Et des femmes ont se fou (meme nos momes se fichent de notre don, puisque ce n'est pas reconnu), les mâles comme les femmes se fichent qu'une autre femme soie privé de confort, privé de son corps par des travaux pénible et mal payé. Etre ouvrier du bâtiment c'est être reconnu et bien payé, être aide soignante, infirmière, prof, puéricultrice, c'est être méprisé (on en parle meme pas) , et mal payé, par contre c'est hyper dure physiquement et moralement.... Mais les mâles et les bourgeoises, s'en fiche. Je l'ai assez dit ici 80% des pauvres sont des FEMMES, merci JLM de nous l'avoir rappelé durant cette campagne, les mâles ont préféré Macron.
Il reste les législative ou avec 12% du nombre d'électeurs on peut se maintenir au second tour ... En route pour barrer la route aux mâles blanc qui n'ont jamais peiné, aux oligarque, aux medias, aux éduqués de droite.... Pour l'écologie, les jeunes et les femmes.
"une monnaie qui re-ethnicise le continent, et donc une monnaie multi-xénophobe"
je dirais même plus l'euro est une monnaie raciste et négationniste, l'euro est coupable de tous les mots que prononce Todd

Ah vivement le retour à la sesterce et à la livre tournoi en Bourgogne, du Teston en Lorraine, car le Franc est une monnaie qui re-ethnicise la France, et donc une monnaie multi-xénophobe
L'euro est donc responsable de la violence des jeunes. Merci pour cette précision. Et la montée du niveau des océans?
Je ne comprends pas le raccourci fait entre le chômage et la monnaie euro.
Comme s'il n'y avait pas un tas de dysfonctionnements ailleurs qui pourraient expliquer la situation.

A mon avis la caractéristique principale de l'euro, c'est qu'on ne peut plus faire joujou avec la monnaie pour cacher les problèmes de mauvaise gestion et le court-termisme des politiques économiques mises en place par les gouvernements successifs.

Et c'est pour ça que les politiques tapent dessus. Comme ça, ça fait genre ils n'y sont pour rien dans nos problèmes.
Peut-être que s'ils passaient un peu plus de temps à travailler au lieu de gérer leur image et de cumuler les mandats, ils feraient un meilleur job.
Merci aux deux prosélytes de la bien-pensance europhile qui viennent de s'exprimer, chacun dans leur registre.

Je suppose que leur intelligence fulgurante leur permet en dix minutes de se forger une idée ferme et irréfutable sur les
précisions apportées par E. Todd (qui n'est pas ma tasse de thé).

Je suppose également que l'échéance électorale qui nous pend au nez n'est pas étrangère à cette précipitation.
On ne peut qu'admirer ce spécimen d' " éduqué supérieur " qu'est Todd , qui a su passer du " hollandisme révolutionnaire " au "fascisme rose "" en quelques mois ( ce qui est bien la preuve d'une adaptabilité remarquable et d'une intelligence malléable )
Evidemment," il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis" ( disent les idiots )
Jacques Sapir, nous voilà...

Sans déc, c'est pas parce que Macron a choisi Mediapart pour s'exprimer vendredi soir qu'@si pour se venger doit tomber dans la caricature d'euroscepticisme qu'on peut lire ici.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.