197
Commentaires

"Pourquoi montrer le sanglot de Tapie ? C'était le point saillant !"

Même si ses audiences s'effritent, le 20 Heures de TF1 reste le journal télévisé le plus regardé de France.

Derniers commentaires

franchement j'ai pas trouve les journaliste d'asi tres bon sur cette emission (c'etait moyen, bon nan c'etait tres mauvais)
ils savent etre percutant mais la c'etait un peu creux
j'ai été décu par le traitement du sujet ou pourtant il y avait matiere a faire un truc interessant
ca c'est un peu borné a des anecdotes discutables et sans grand interet, plus axé sur la forme que sur le fond des jités (meme si la forme influence le fond)
voir parfois j'ai trouve que ca virait a la masturbation intellectuelle (comparaison entre la respresentation du christ et du presentateur mouai...)
bon j'espere que vous ferez mieux la prochaine fois...
Tribune libre sur France 2 pour Tapie mardi soir : il est invité par Arlette Chabot !
Et une nouvelle ( ?) émission de France 2 est animée par Béatrice Schönberg , il y aura C.Boutin entre autre. Une ministre dans une émission animée par une femme de ministre du même gouvernement , là pas besoin de caméra cachée , alors que pour A.Chabot , un peu d"'arme nucléaire " en piquouse de rappel ne lui ferait pas de mal.
je propose que Tapie fasse le don en ses temps de crise , de tout ce que la "justice" lui a attribué. Il n'aurait plus besoin de faire pleurer Margot pour se réhabiliter.
Lagarde dans son audition devant la comission de l'assemblée nationale , n'a pas manqué de rappeler ce grand moment d'émotion télévisuel , pour justifier à nouveau les 400millons d'euros touchés par Tapie , le pauvre chéri.
L’affiche de la fête de l’huma me fait surtout penser au logo du Mouvement des Citoyens de Jean Pierre Chevènement... une cerise avec une terre.... Jean
J'ai été surpris par l'agressivité de Judith Bernard pour une émission en fin de compte assez ennuyeuse, et sans grand intérêt...

en fait cette attitude nous a fait rater l'émission qu'on aurait du avoir, s'énerver pour des broutilles, pour des anecdotes, nous a fait rater le fond de l'émission....

En fait quand on arrive sur un plateau avec des idées préconçus et déjà en colère car on parle de tf1, comme l'a fait Judith Bernard, on évite les vrais sujets....
C'est la négation même du journalisme à son paroxysme....

Oser critiquer TF1 car il n'a parlé que des larmes de Tapie alors que dans la même émission à ASI, on fait pareil (11 minutes 23 secondes, en gros 18 % de l'émission), je trouve cela savoureux...

Contredire oui mais avec intelligence et calme et non pas comme une pasionara de bas étage, cela peut faire croire à certains crédules qu'on parle en toute indépendance mais je crois exactement le contraire....

quant à faire croire qu'un journal radio apporte plus qu'un journal télé, j'en ris encore....
j'écoute la radio le matin quand je me rase, je déjeune, dans la voiture en allant au boulot, au café, chez mon coiffeur.... donc pas au moment ou je suis le plus réceptif
(il serait d'ailleurs intéressant de faire une étude là dessus, "dans quelles conditions les français écoutent-ils la radio ?") mais bizarrement, je m'imagine très peu les Français s'asseoir dans un fauteuil et écouter religieusement la radio sans rien faire d'autres....
Même ceux qui l'écoutent sur Internet, surfent et font autres choses en même temps...

Une comparaison avec la presse écrite aurait été plus valable...

enfin résumer la carrière d'un homme qui travaille à TF1 depuis plus de 20 ans en trois caricatures de reportage, on l'agresse inutilement, il suffit de voir l'acte 5 où Jacques Asline parle le plus librement et qu'il s'empêtre un maximun et nous semble le plus mal à l'aise....

A ne pas recommencer
Ouh que vous êtes méchants a ASI, qu’est ce que vous avez les idées mal placées, a voir des manipulations partout… « franchement », « honnêtement » « c’est vrai » tout ça n’est pas réfléchi, « marketisé », marchandisé, ca vient comme ça et hop on fait…. J’ai bouilli avec Judith devant autant de fausse naïveté, devant tant de fausse bonhomie. A ne nous raconter que des anecdotes, ce monsieur nous a bien promené, a ne nous raconter que des anecdotes, on en oublie l’essentiel. Mais était il étonnant de la part de ce bon petit soldat de TF1… Qu’avons nous appris finalement ? pas grand chose d’intéressant…
C'est la première émission "nouvelle formule" que je regarde et je vous dis bravo et merci. Vive le retour des chroniqueurs! Le rythme est excellent et l'intelligence n'est pas en reste. Merci encore, continuez comme ça.
Très intéressant témoignage sur la Banalité du Mal à la sauce TF1.
Evidemment, j'ai participé à la grande manipulation des images. Mais je n'étais qu'un rouage, je ne suis pas responsable. SI les choses sont arrivées, c'est que la chaîne de tous les autres qui n'étaient pas non plus responsables, a fini par faire une catastrophe.
Mais personne ne peut me reprocher ne n'avoir pas réfléchi aux implications morales de ce que je faisais.
Je n'étais pas payé pour penser.

Pour ce qui est du drapeau "Pace", il a fleuri partout en Europe avant la guerre d'Irak, mais spécialement en Italie, où il est resté longtemps dans certains centres villes de l'Italie du Nord, déchiré par le vent et les intempéries, jusqu'à ce qu'il soit réduit en morceaux, comme témoignage que les gens ne voulaient pas la guerre. Dans le centre de Milan, j'ai vu un appartement sur deux arborer le fanion, alors que les manifs avaient cessé depuis des mois pour cause de guerre déclarée. Il n'a pas été répandu en France, sauf par contagion un peu dans le sud-est, parce que le pays ne s'est pas lancé dans cette désastreuse aventure, mais il n'y a aucun doute que le PCF le connaît.

Je pense que ça leur permet de ratisser large. Les homos voient leur drapeau, et les pactifistes, leurs couleurs. Dans les deux cas, ce sont des milieux proches de l'extrême-gauche que le PCF voudrait bien enrôler. Pour ce qui est des Péruviens, j'ai un doute. Mais peut-être.... Qui sait ? Des théoriciens proches du Sentier Lumineux ?
J'aimerais revenir sur la question que soulève Judith en disant que le téléspectateur est plus intéressé par les vêtements de la présidente du Liberia que par l'information. Ah bon ? Également lorsqu'on dit que les images déconcentrent le téléspectateur. Alors quoi ? Il faut arrêter de regarder les images qui illustrent l'information ? Dans ce cas-là, écoutez la radio...
Dans ma profonde joie (et sans doute ma grande émotion), j'ai oublié de souligner le retour tant attendue de Judith !!!
Merci de revenir et d'être toujours aussi rigoureuse et brillante dans la contradiction. Un bonheur !
Bonjour Daniel et équipe!
Je me réfère au dernier point de votre sujet du jour : la musique des "Dents de la mer" versus générique TF1.
Cela me rappelle un souvenir très fort, poingnant et inoubliable pour moi.
J'ai entendu ce générique la 1ère fois mi février 1991, chez moi, à Genève.
En 1990, début 1991, j'étais déléguée de la Croix Rouge Internationale / CICR), basée à Jérusalem, mais voyageant
indiféremment entre Israël et les TO (territoires occupés, yc Gaza).
Début 1991, la menace de la guerre du Golf s'est précisée avec à la clé: alarmes, masque à gaz, chambres obstruées contre menace
d'arme chimique, restrictions de circulation et tutti quanti...
- la possibilité de voir CNN et les nouvelles du monde dans un certain hôtel de Jerusalem (il n'y avait pas encore Internet).

Et puis, par dérogation spéciale du CICR j'ai reçu l'autoristion de rentrer à Genève pour un évenement famial très important:
Départ de Jérusalem de nuit, en plein couvre-feu, avec un véhicule sécurisé, vers l'aéroport Ben Gourion Tel Aviv, rues et routes désertes, aéorport phantomatique... angoisse, peur des Scouds ... et puis : arrivée dans une Genève insouiciante ... et le soir ... ce fameux générique ... oui, il m'a fait de l'effet, et il me le fait encore aujourd'hui puisqu'il n'a pas changé depuis.
il m'arrive de mettre le TJ de TF1 juste pour les quelques secondes de son générique !
Déçu pour une fois, aussi bien par les intervenants que par l'invité.
J'ai l'impression d'avoir assisté à un enfoncement de portes ouvertes : est-ce de la naïveté de la part de Judith et de Daniel que de ne pas reconnaître que dans télévision il y a "vision" ? Et qu'à force de pousser des cris d'orfraie à tout propos : "Je n'ai pas envie qu'un présentateur du journal soit mon ami" ou "On entre dans un roman : est-ce de l'info ?" — alors qu'il n'était question que de simple fluidité entre deux plans !
Et puis, cher DS, puisque l'audimat est une telle aberration, pourquoi revenir sans cesse aux chiffres d'audience, notamment ceux récoltés par la nouvelle présentatrice, avec cet air gourmand, comme une bonne vanne ?
Tout le monde était dans un tel rôle prédéfini que c'en était une caricature :

— Le meussieur de TF1 dans le rôle du brave type un peu bouché et poujadiste qui faisait mine (?) de ne jamais avoir réfléchi aux enjeux des images qu'il fabrique (sauf pour "faire joli" ou "agréable")…
— Judith la militante excédée de la réthorique et de l'absolue rigueur informative, faisant mine d'ignorer la logique "spectacle" d'un grand média commercial… C'est comme reprocher à un marchand de savonnettes de ne pas interroger l'existence de Dieu !
— Daniel cherchant à tout prix à déstabiliser son invité, au point qu'il ne comprenait même pas bien les quelques nuances que celui-ci arrivait à placer dans ses jugements…
— Alain que j'ai vu mieux inspiré faisant de la sémiologie de comptoir (l'image des christs byzantins, c'est sympa et rigolo pour le bon mot final de la "messe du 20 h" mais c'est un peu tiré par les cheveux : on n'est pas ici devant une image fixe codée, mais dans un pseudo réel qui bouge et qui cherche à se la jouer convivial)

J'aimerais mieux qu'@SI suive de près les réels changements dans les logiques des grands journaux télé… La redistribution des sujets, l'introduction des "grands formats" sur la 2, les invités plateau qui se multiplient, TF1 copiant TF2 etc. Seulement ça change tout le temps, faut suivre ça de très près, et c'est moins confortable que de suivre les a priori prémâchés.

Au début d'Arrêt sur Images (sur FR 5), je m'étais plaint par courriel de la mauvaise qualité des images d'extraits d'émissions diffusés. A l'époque, D. S. avait le temps de répondre personnellement et j'avais été sidéré par sa réponse :
— C'est du Super VHS, me dit-on, mais après tout est-ce grave ? CE N'EST QUE DE LA TÉLÉVISION !

Eh oui ! Pour faire @SI, il faudrait maintenant un peu l'aimer, la télé.

Car quand je vois la page d'accueil de mon site préféré, je trouve plus de sujets d'actu et de journalisme lambda (avec une orientation rumeurs) que d'analyse véritable des médias.

NOTE SUR LES FORUMS :
Ils sont en train de se transformer en dialogues pour ados, questions-réponses etc. Dur dur d'y retrouver un peu de substance : Y a MSN pour ça !

Cordialement vôtre
Je sais pas si quelqu un l a dit déja, mais il y a une erreur dans la rubrique d alain Korkos lorsqu il parle de l affiche de la fete de l huma. Le drapeau qu il prend pour un drapeau gai est le drapeaux "PACE", un drapeau pacifiste tres en vogue il y a quelques années. La difference avec le drapeau gai c est precisement qu il est inversé et generalement avec le mot "PACE" ecrit en blanc.
Bien à vous l equipe d ASI,
Continuez votre super boulot,
Cyprien
l'interlocuteur ne faisait vraiment pas le poids dans l'émission et même énervant.....je comprends qu'il ne peut pas y avoir tout le temps des personnes passionnantes ....bon c'est TF1
J'ai regardé par respect pour les membres de asi et leur travail.
Asline, devant le "tribunal" de Schneiderman, me fait irrésistiblement penser,toutes proportions gardées, à celle de... Speer! à Nuremberg qui a du reste permis à ce dernier, à la surprise générale des journalistes et politiciens de l'époque, de sauver sa tête.Toujours adopter un profil bas, invoquer sans cesse les obligations professionnelles et/ou hiérarchiques, l'évidence des procédures professionnelles d'un metteur en scène du JT de 20 heures quelle que soit du reste la "grande chaine" en cause... pour noyer le poisson en permanence quand les questions très étayées des journalistes présents gènent!Je n'ai que rarement vu, en 40 ans de pratique médicale intense, un "faux-cul" de ce calibre, une anguille sachant à ce point éviter la nasse...alors qu'à l'évidence ce monsieur a servi la soupe avec servilité pendant des décennies et qu'il continuera à le faire sans barguigner, pour Ferrari puis d'autres. C'est sans doute pour ça que PPDA ne l'a pas cité dans ses remerciements de fin de carrière à TF1: il savait à quel valet, domaine éminemment connu du journaliste PPD, il avait à faire!...
Dr. C. Lamy.
Bonjour,
il manquait un intervenant pour nous analyser tout ça JEAN LUC GODARD je pense qu il aurait trouvé les mots et les bonnes questions pour communiquer avec ce réalisateur !!!!!!!!!!!
Pour avoir participé à deux films de JLG je peux vous assurer que ses échanges avec les techniciens restent fort instructifs.
Le cadrage, le montage, etc ... tout cela n est il pas qu une affaire de morale ?
L émission était étrange mais tout à déjà était dit plus haut .........................
Bonne continuation
J'ai bossé pendant huit ans à la Une dont, entre autres, au JT, sous les ordres de Jacques.

Aussi, je me permets de mettre mon grain de sel (gris genre Guérande) dans le sujet.

Pour vous éclairer sur deux ou trois trucs :

- C'est quoi au juste le rôle du réalisateur de JT ?
- Qui est Jacques Asline et comment s'inscrit-il dans l'histoire du JT ?
- Pourquoi répond-il comme il le fait ?

Un réalisateur de JT est quasiment un simple "presse-bouton". Grosso modo, il s'agit de "basculer" du plateau (Poivre en gros plan en direct, par exemple) aux sujets préparés par la rédaction. Présentateur - lancement du sujet - retour plateau etc.

Pas besoin d'avoir fait Sciences Po ni d'être journaliste ; pas de quoi rendre le personnage "connu". Il y a des dizaines de réalisateurs de JT en France et dans le monde, le job n'a rien d'extraordinaire. Là où, évidemment, ça suscite l'intérêt, c'est quand il s'agit de TF1 et de Jacques Asline, car le bonhomme a effectivement apporté quelque chose dans l'histoire de la réalisation des JT à TF1, et par effet "boule de neige", dans les télés.

Donc qui est Jacques Asline ? Certainement pas un journaliste. Je bouillais un peu quand, enfin, Daniel posa la "question qui tue" : Non, il n'a pas de carte de presse, puisqu'il n'est pas journaliste. Mais notez comme le personnage ne répond pas quand on évoque la chose, lui tend des perches et attend une réponse, mais laisse planer l'ambiguïté, jusqu'à la confirmation de cet élément. Merci, Daniel, d'avoir clairement établi la chose.

Et d'une certaine manière, la frustration que certains peuvent ressentir au visionnage du sujet vient de là : non, il n'est pas journaliste. C'est juste un presse-bouton.

L'apport de Jacques Asline, dans le plateau d'@si, est illustré de façon quasi pathétique : au lieu de revenir en plateau entre deux sujets, il les "enquille" directement ! ouah ! Quelle prouesse ! Quel talent ! Je rêve. Il aurait oublié de revenir en plateau que ça aurait donné le même résultat. Qui sait d'ailleurs, si ce n'est pas ce qui s'est passé, qu'il s'est pris un savon et a trouvé ça pour se justifier... Chaque JT est décortiqué, là-haut, après la diffusion et les "têtes tombent". Personnellement, j'ai revu la séquence deux fois, je ne sais pas si le "retour plateau" aurait amélioré la lisibilité, mais je trouve que ça manque d'une scansion justement et que les deux sujets se télescopent, mais, passons, ça ne vaut pas 3 lignes de comm' dans le forum à mon avis.

Pourquoi c'est utile de revenir sur le présentateur ? Ben justement parce qu'une image neutre, parce que connue (le présentateur), permet de se focaliser sur le son, principal vecteur de l'info retenue en télévision, justement. On est pas perturbé par l'image qui autrement squatte tellement l'attention qu'elle empêche de suivre le récit audio. On retient toujours mieux le contenu d'un journal radio que celui d'un journal télé. C'est connu. Et le lancement d'un sujet qui en résume l'essentiel doit être correctement perçu, ne serait-ce que pour donner envie de le voir (au grand dam des journalistes qui préféreraient un peu de suspens, ne pas être dépossédés de l'info qu'ils ont glanée et vont donner, d'ailleurs).

Donc, qui est Jacques Asline ? Un ancien électricien de plateau passé réalisateur pour une raison principale qui éclairera sûrement la compréhension du reste de son interview : Il a accepté, parmi les premiers (si ce n'est le premier, il faudrait lui poser la question), de travailler pour TF1, non pas comme réalisateur salarié permanent mais comme intermittent. Quès Aco ?

Explication : Avant, les chaînes de télé employaient leurs réalisateurs de façon permanente. En CDI. Donc payé au mois, avec des vrais droits etc.

L'intermittent, on ne le paie que quand on a besoin de lui, il peut être viré à tout moment (il suffit de ne pas le rappeler) et du coup, il est motivé, compréhensif, corvéable à merci etc.

Le problème, avec les réalisateurs, c'est qu'ils ne travaillent pas forcément tous les jours. Donc les payer au mois, c'est lourd. Et un réalisateur de JT (presse-bouton), ça s'ennuie, avec le temps, ça dort à moitié en régie, c'est pas bon, ça, il nous faut des gars motivés.

Donc Jacques Asline, qui en a marre d'être simple électro au JT, fait tout ce qu'il peut pour passer réal. Et y arrive ! Preuve de sa pugnacité, là, je lui fais plutôt un compliment, il le mérite.

Et il se vend. Comment ? Et bien justement en "vendant" des idées à la chaîne, pour la mise en image du journal et donc à son présentateur vedette, en premier lieu.

Et là, il est génial. Pratiquement personne ne s'était vraiment penché sur la question avant lui. Et lui a vraiment réfléchi à la mise en image du JT. Le premier, ou, en tout cas, le premier à le faire savoir...

Bien sûr, resserrer le plan sur le présentateur c'est lui, comme il le dit. Mais quand il dit "je ne sais pas, une intuition", il ment par omission. C'est bien pour donner plus de présence au présentateur. Pour que sa gueule te rentre dans la gueule quand tu regardes le JT.

Pas de correction de contour sur le journal ? Là, ce n'est plus par omission. Bien sûr que le contour est légèrement cassé, sur TF1, ça fait partie de la charte de la chaîne. Tous les chefs de car qui travaillent avec la Une le savent.

Le son, pas travaillé ? Mais si ! Poivre faisait exprès de parler doucement pour obliger les gens à entrer dans une sorte d'intimité avec lui. Les obliger à prêter l'oreille. A 3 m de lui, sur le plateau, on n'entendait pas ce qu'il disait. Bien sûr que c'était voulu (mais dès qu'il s'agissait d'engueuler les stagiaires qui avaient rédigé les titres pour lui, pendant les sujets, là, on l'entendait !).

Le cadrage de face pour ne pas voir la calvitie ? Mais si Daniel, vous avez parfaitement raison ! Surtout quand on place la caméra loin, donc à longue focale (ce que Poivre demandait systématiquement), justement pour lui donner plus de présence (tous les photographes savent ça). En fait, de face, il y a peu de risques. Mais dès qu'il y avait un invité et un plan "à 2", il fallait baisser les contre-jours, ne pas cadrer trop serré et surtout quand il était en amorce, faire très attention et ne pas garder le plan trop longtemps à l'antenne. On voit d'ailleurs la lumière baissée dans le plan large dans l'extrait diffusé dans votre émission.

Alors bien sûr, dès qu'on parle du fond journalistique des sujets traités, Jacques est largué, mais bien sûr, dès que ça met en cause le traitement de l'info par la chaîne (comme Judith le fait), il sort un joker, ou justifie les choix. "Le point saillant", mon cul, il s'agit simplement de rendre Tapie sympathique au français pour qu'ils avalent la pilule !

Ben oui, c'est tout simple, il tient à son job ! Intermittent tu gicles encore plus facilement que Poivre.

A qui il a léché les bottes pendant des années. Et je pense que lui n'était pas dupe (raison pour laquelle il a oublié de le "remercier" ?).

A propos de joker, l'affaire Schall, maintenant.

J'ai aussi beaucoup bossé pour la HF1 et je peux vous dire que si comme le dit Jacques "tous les cas se présentent", dans 95% des cas, Poivre ou le red'chef parlait avec le journaliste avant de le passer. Un faisceau satellite, ça coûte une fortune. Si l'info à passer est sans intérêt, on ne va pas garder le faisceau. Et puis c'est du direct, il faut le "timer". Non, on ouvre pas l'antenne HF sans savoir ce que va dire le correspondant (sauf pour le compte-rendu du conseil des ministres, et encore).

Je peux même dire que j'ai vu une rédactrice se faire aider par Poivre au téléphone qui lui disait ce qu'il fallait dire (Il l'avait lu dans le Figaro dans la journée).

Bon, bien sûr il y a eu le "syndrome du "mur de Berlin", où TF1 a raté son direct parce que le car ne pouvait pas passer sous un pont, et après, on nous passait même devant les portes fermées de l'Elysée pour dire qu'on avait rien à dire, et Florence Schall est une grande professionnelle à qui on peut faire confiance, mas bon, sa bourde a été expliquée : On lui a demandé de passer alors qu'elle était en ligne avec la gendarmerie et devant de ce fait écourter cette conversation, elle n'avait que la moitié de l'info quand on l'a passé...

Poivre lui-même a expliqué que jamais il ne l'aurait passée dans ces conditions. Et le réd'chef était en salle de montage pendant ce temps là. Donc, évidemment, que la hiérarchie est responsable. TF1 a décidé de faire porter le chapeau à Florence Schall, tout le monde l'a bien compris. Donc, évidemment, M. Asline sort un joker.

Il aimait beaucoup Poivre mais il ne veut pas non plus tirer sur Laurence Ferrari ? Ben, c'est normal ! Avant il bossait pour l'un, maintenant il bosse pour l'autre... Et je le comprends, moi, qu'il veuille garder son job...

Bon, mais ça empêche pas que je vais acheter son bouquin, hein...
Je trouvai ce Mr, Jacques Asline très intéressant, et même prêt a acheter son bouquin, mais en regardant la totalité de son interview, j'ai changé complètement d'avis, car je l'ai trouvé menteur, et a la solde de Sarko, et pour moi (C'EST A VOMIR), ne pas reconnaitre qu'au G8 son protégé était complètement bourré, c'est se moquer de nous, parce que, ayant vu le reportage en entier sur Youtube, j'ai même vu que un peu plus loin, il a même faillit vomir sur le pupitre qu'il avait devant lui.
Je recommanderais a ce Mr Jacques Asline, de regarder la totalité du reportage, et je lui conseille un peu plus de respect envers les gens qui lui font l'honneur de l'écouter, car pour moi c'est un affabulateur.
En plus trouver normal qu'un président même s'il s'appelle Sarko, s'augmente son salaire de 170% alors qu'il n'arrête pas de dire que la France qui travaille, doit faire des économies, et trouver que c'est un sujet (sans importance), c'est se moquer des retraités que eux ont eu 0.8%, il nous a bien prouvé par la qu'il tient a sa place de privilégie, et rester copain avec ses supérieurs. J'espère que ASI nous le proposeras plus. On l'a assez vus.
Pourquoi ne pas demander à un acteur (type Michel Galabru, Victor Lanoux, etc...) ce qu'il pense du quasi-sanglot de tapie ou plutot de..... "Monsieur le Ministre" ?
Bizarre cette émission : Avec dans une première partie des angles d'attaques douteux de Judith Bernard ( qui m'a rappelé en beaucoup moins énervé E. Levy) et sur lesquels l'invité se défend bien. La petite parenthèse de mon ami Korkos sur le christ byzantin etait certes interessante mais vouloir a tout prix faire le lien avec le JT de TF1 me semble un petit peu fort de Cabécou! Sur les vrais sujets du journal de TF1, tels que les contenus, rien ou presque. Merde , vous avez tous loupé l'occaz? A croire que vous aviez fumé quelquechose un peu avant. Et son avis sur les contenus de Pernaud?

Et puis, deuxième partie d'émission, l'invité tire le rideau sur quasiment toute les questions : le dérapage de la journaliste, "je n'étais pas là donc j'ai aucun avis" (c'est un peu court). "On a pas passé telle séquence sur Sarkozy : ah bon??????" Tiens donc , il aurait été question de Ségolène que cela aurait tourné en boucle... "Je soutiens Ferrari mais bon je reste loyal avec une once de fidélité sans me départir de ma gratitude"............et blablablablablablablablabla
Mr l'invité n'a rien raconté, et j'ai trouvé les habitants du plateau peu enclin à lui faire remarquer.

Merci d'avoir reussi à vous laisser aller pendant 75 minutes Mr Schneidermannnn, a quand les 150!
Gabriel Yared est célèbre dans le milieu pour ses plagiats et l'usage conséquent de "nègres" qui composent sous son nom.
Pratiqué l'écoute flottante. Je n'ai pas compté les "honnêtement" de M. Asline. Une vingtaine peut-être ?

"Il faut être honnête". "J'ai toujours été un gars honnête". Fidèle et "loyal". Honnêtement donc.

Parce que les suspicions sont sans doute excessives. Les questions chargées d'arrière-pensées. Difficile de se défendre des procès d'intentions.
Et ce gros plan, c'est pour cacher la calvitie de Poivre ?

Toujours la même histoire de la "manipulation". Haussement d'épaule. Sourires. Honnêtement.

Oui, M. Asline, un vrai chef cuisinier, consciencieux, honnête, et au demeurant charmant. Bref, un Philinte de notre temps.

Merci Daniel Schneidermann. Il faudra que nos Alceste s'y prennent plus gentillement...
Arès cette seconde émission, je crois ?! nouvelle et excellente formule, qui renoue avec ARI sur la cinq. tapie volant devrait recevoir des quantités de propositions dans le dramatique !!! Peut-être écrira t' il ses mémoires ( tapie volant et ses regrets ) ?!! créera t' il un film ?!! ( tapie au Pays des gens honnêtes ) ou ( s'enrichir sur le dos du contribuable ) ou un livre de conseils ?! ( comment choisir ses amis )

Je pense aux années tapie, aux milliers de gens licenciés sous son règne de grand homme d'affaires !! de l' OM, et des valises de billets distribués les soirées d'avant matchs dans les vestiaires !! ceux perdus au fond d'un jardin ?! et là, je me dis ........ c' est bien l'ami du nain !! admirateur de tous ces gens qui s'enrichissent sur le dos des autres.

Continuez Daniel, d'entretenir cette lueur d'espoir tournée vers la vérité, même faible, elle mérite toutes nos attentions et encouragements. Persistez et je l'imagine difficile, avec votre équipe à éclairer de ce regard si particulier notre quotidien, merci à vous et votre équipe d'être une de ces musiques différentes s'invitant au concert ambiant, cela ne doit guère apporter de plaisir à nos soit-disant démocrates ?.

Merci encore, nous vous le devons bien, continuez de nous monter la lune, les imbéciles eux, continueront encore un certain temps à regarder le doigt de notre illusionniste !!!
Emission très révélatrice à mon sens.
Un gars qui utilise autant le mot "honnête(ment)" dans son.. argumentation ?, donne vraiment l'impression qu'il essaie surtout de s'en convaincre lui-même.
Je me réfère à ce sujet aux arguments ci-dessus de Fer, de Balthaz et surtout d'Eric, qui m'a coupé l'herbe sous le pied :-)
Je ne vais pas m'étendre, afin de ne pas paraphraser leurs justes commentaires, mais juste ajouter ceci quant à Asline: compter aussi le nombre de fois où il a dit "non mais c'est vrai"..
souvent associé à "honnêtement" d'ailleurs.
Je compatis vraiment avec Judith Bernard qui, comme je le signalais brièvement à SylvN dans un autre forum, tente de discuter avec un monolithe pur bois.
Elle a vraiment dû se rendre compte qu'ils étaient vraiment à des années-lumières l'un l'autre, malgré la proximité du plateau.
Tenter des approches subtiles avec un mec venu faire une opération promo de son lieu de travail et de son livre (ce petit plus qu'il a ajouté à la 73è minute, bien révélateur qu'il n'a aucune idée de la composition des abonnés d'ASI), ça ne doit pas être évident de rester calme devant un représentant de l'univers des paillettes et du show médiatique permanent.

Quitte à a évoquer le G8, un petit regret: d'avoir focalisé sur l'image de Sarko, sans avoir demandé à Asline pourquoi cette information n'était pas parue sur TF1 pendant les 10 jours qui ont suivi ce week-end où 4000 journalistes étaient sur place. Sans même parler de la vidéo qui met en évidence les méfaits de la consommation d'eau minérale sur la voie publique.

Du reste, j'ai bien aimé la facétie du cadrage qui a inopinément fait un gros plan sur Daniel Schneidermann pendant que l'équipe parlait du cadrage serré des présentateurs qui pensent toujours qu'ils sont journalistes (le concept d'informations prioritaires me suffira comme argument face à TF1). Heureusement qu'il ne regardait pas fixement la caméra à ce moment-là, j'en aurai claqué un zygomatique.

Merci pour cette 49ème émission.
Avec Judith Bernard qui plus est, et dont la présence restera toujours trop rare quel que soit le nombre de ses interventions (clin d'oeil à ProductionLiftt123 un peu plus haut), j'en suis même étonné que la bande du BBB qui sévit encore là-bas ne soit pas encore arrivée jusqu'ici :-).. mais cela ne saurait sans doute tarder. Choc et poids des mots garantis d'avance.

Salutations à tous.
(depuis télérama.fr)

Les présentateurs de CNN
Le vidéaste israélien Omer Fast fragmente les journaux télévisés de CNN et colle bout à bout les mots des présentateurs pour donner forme à un discours aussi intriguant qu'effrayant. Une déconstruction à travers laquelle l'artiste révèle les gestes mécaniques des présentateurs-robots, leurs tics, leurs respirations nerveuses. « Ecoute-moi, je veux te dire quelque chose, rapproche-toi... », sont les premiers mots recomposés, dans une cacophonie d'images.
Dérangeant...


http://fr.youtube.com/watch?v=wNwj7WLEqkY&

Listen to me. I want to tell you something. Come closer. Don't be upset and don't get emotional. Just get near me and pay attention, please. Look, I know that you're scared. I know what you're afraid of. You mistrust your body. Lately it has been looking more and more foreign. It's been doing strange things. You suspect that it has been keeping something from you; that knowledge of your own death is already programmed inside it somehow
that it's stored in a primitive organ; that in between the crush of blood and digestion your appendix or spleen sits obliviously still like an overgrown traffic island keeping watch over a terrible secret. You worry that this knowledge will arrive at your very last moment; not as a spiritual revelation accompanied by an overwhelming cascade of sensations, but as a very public and vulgar betrayal. You're afraid of dying alone, but you're even more terrified of dying in public.
Look, it's not happening at this very moment. Perhaps, not as long as you listen and watch. People don't die in front of their televisions. In the meantime, we could probably do something about it together. I could tell you exactly what to expect. I could explain using precise words and heartbreaking imagery.


Comment a t'il fait pour donner cet effet d'intonations naturelles (les divers présentateurs donnent l'impression de dire une seule et même phrase, or, en coupant des séquences, le jeu des intonations ne serait pas aussi naturelles que ça..

PS : ça vaut le coup d'oeil malgré la mauvaise qualité de la vidéo trop compressée..
Une perspective que je trouve intéressante pour comparer les 45 Millions d'€ (au bas mot) d'indemnité pour préjudice moral versés à Bernard Tapie.

Patrick Dils a purgé 15 ans de prison suite à une erreur judiciaire.
L'indemnité qui lui fut versé, je cite l'avocat, pour la réprobation, l'atteinte à l'honneur, la privation de liberté, l'arrêt brutal de sa scolarité, l'arrachement à l'affection de sa famille et les violences subies en prison : 1.8 Million d'€

çà aurait pu être un point saillant court et efficace. non ?
Je me suis aperçu récemment qu'on pouvait désormais télécharger toutes les vidéos.
(Je n'étais pas venu sur le site pendant un certain temps.)
Pour ceux qui doivent se contenter de 512K, qui imposent une lecture en différé, c'est vraiment devenu parfait.
Et puis on peut se délecter à lire et relire les scènes les plus succulentes, même quelques jours plus tard!
J'avoue qu'avec le temps, j'avais fini par perdre espoir.
Merci donc à ceux qui ont permis cette évolution essentielle.
Malgré quelques tentatives pour élever le débat, stoppées très rapidement par le "patron", tout ça est resté très superficiel. Il y a même un passage où l'on est carrément dans la promotion d'un bouquin d'anecdotes gonflé de beaucoup de vide si je me réfère à son volume et à son auteur.
le symbole de la lutte pour la paix réduit à un "clin d'oeil" aux homos, c'est quand même un peu gros ... c'est parce qu'il s'agissait du PC qu'il fallait trouver un truc genre dérision ?
(vrai aussi pour certains commentaires sur BT, de pur style bistrot du coin).
En bref, je n'ai pas été au bout, j'avais la vague impression d'assister à une interview de BHL au JT de TF1 ...
Pour être franc, je me suis bien ennuyé.
Dan fonce un peu trop, bafouille et j'ai eu du mal à comprendre. Je sais bien que ce n'est pas facile.
Judith bout trop rapidement. Ou peut-être que l'invité n'est simplement pas très intéressant, un artisan du bois linguistique couplé beaufard st-tropezien.
Le korkos de cette semaine, hm j'ai vu mieux.

Et pour finir notre invité prend les petites choses à ajouter, à la toute fin de l'émission, pour un espace publicitaire en rab.

Aller, ça ira mieux.
URBIDAN : Vous êtes toujours prompt à relever les erreurs prétendues ou réelles des autres, à endosser le costume de Meussieu Je-Sais-Tout. Peut-être faut-il des gens comme vous. Quoique.

En ce qui concerne ce drapeau, je préciserai ceci :
1. Sachant compter jusqu'à sept et n'étant pas daltonien, j'avais bien remarqué la couleur surnuméraire.
2. On me parle d'un drapeau de la paix inventé en Ombrie (le lien que vous indiquez, je l'avais moi-même signalé dans un comm'), on me parle d'un drapeau de la paix brandi par des Amerlocains, on me parle même d'un drapeau inca.

Toutes ces objections n'ont absolument aucune importance. En effet, quand je vois cette affiche, j'identifie ce drapeau comme celui de la communauté gay ; je vérifie (bein oui, chuis pas aussi benêt que vous le pensez et je sais accéder à la Ouiquipédia et à Goût-Gueule), je constate la couleur en trop. Et alors ? L'important, c'est que je l'ai identifié comme tel. Et même s'il n'est pas tout à fait identique, il y a fort à parier que de nombreuses personnes l'auront également perçu comme le drapeau gay. Qui est bien plus connu à Paris que le drapeau de la paix inventé en Ombrie, que le même brandi par des Amerlocains en Amerloquie, que le drapeau inca ou que celui des amateurs de fondue au chester.

L'important, c'est ce à quoi ce drapeau fait penser au premier regard. Après, vous pouvez passer l'essentiel de votre temps à sodomiser les diptères en plein vol tout en enfonçant des portes ouvertes (activité à haut risque), ça ne changera rien à l'affaire ; ce que nombre de passagers du métro parisien auront perçu au premier coup d'oeil (et souvent de manière inconsciente) aura produit du sens : drapeau arc-en-ciel =drapeau gay. Un point c'est tout. Et comme vous n'êtes pas derrière chaque voyageur métropolitain pour lui signaler qu'il n'est qu'une buse pétrie d'inculture crasse, vous ne pourrez rien y changer. Trop dommage.

Cordialement,

AK.
J'interroge la prétendue mauvaise foi de l'invité.

Il semble que sur certaines questions, il ait répondu de manière elliptique, ou alors franchement en disant n'en rien savoir avec un regard complice qui montrait volontairement l'inverse. La "loi du silence".

Mais pour certaines questions, on sent bien que le type est pris dans des codes et logiques propres à son métier et qu'il manque de recul, tout simplement, pour analyser comme le font les chroniqueurs et le présentateur d'@si. Exemple: quand il parle d'intuition pour l'idée de mettre PPDA en gros plan, il n'est vraiment pas sûr qu'il mente mais qu'il ait assez "intériorisé" les logiques du métier (le savoir-faire) pour qu'elles aient été "naturalisées" par lui ("mais c'est naturel de faire comme ça!") et donc qu'il ne lui soit plus possible de verbaliser les intentions derrière!

Je pense que quelqu'un qui a travaillé autant d'années là-dedans ne remet plus en question certaines logiques puisqu'elles font partie des obligations du métier et qu'il est soumis à une telle pression sur l'exécution (rapidité, efficacité, tous ces mots qu'on affectionne... =D) que cela fait bien longtemps qu'il n'y a même plus songé.

Quand on y réfléchit bien, c'est exactement ce problème-là - des routines institutionnalisées à tel point que n'importe quel acteur du monde social ne fait que reproduire un schema dominant/dominé - qui font que le monde social est sclérosé par endroits. (Monde social = le monde des gens en général, au sens sociologique, hein, pas celui du "social" au sens politique du terme)

Voilà. Il me semble qu'il y a de la mauvaise foi avouée par des coups d'oeil complices d'un côté, et tout simplement un manque de recul sur d'autres questions. On voit bien qu'il ne parle pas le même langage que Judith Bernard, ils n'ont pas la même définition du mot "spectacle". Quand pour l'un, il s'agit de la télé qui induit a fortiori du spectacle, de mettre "une belle image sur des faits", pour l'autre il s'agit du spectacle au sens debordien, de la mise en scène de la vie politique et sociale en général. Donc d'un côté une conception restrictive (spectacle = dimension imagière), et de l'autre une conception bien plus large, référencée théoriquement, qui inclut dans le spectacle toute la dimension idéologique dominante de notre société qui donne tant d'importance et une orientation particulière à la médiatisation de l'élite politique. Partant, quand l'un parle de" faits", il est bien incapable de dire pourquoi on présente plus un fait qu'un autre (encore une fois, par intuition routinière et connaissance intériorisée des attentes de son métier), et de se mettre au même niveau de lecture que Judith Bernard qui lui parle de politique de choix et mise en scène d'informations.
Asline, quelle déception. Gentil, sympa, mais manifestement un peu en arrière de la main. Pas un intellectuel. C'est édifiant, mais il ne fait pas faire prendre un réalisateur pour un rédac teur en chef. Il n'est pas journaliste, bien heureusement, mais il ne faut pas faire comme si. Mib-Paris
Bonjour,

J'ai noté deux omissions. Elles sont apparemment anodines; nonobstant, venant de vous, elles sont au moins surprenantes:

Concernant la vidéo montrant l'émotion de B. Tapie, vous auriez pu souligner qu'elle correspondait aux "5 dernières minutes" accordées à "l'auditionné" pour sa défense (je viens de voir l'émission par morceau, sur le site de La Chaîne Parlementaire). A mon sens, c'est un élément de contexte qui a son importance : il était aisé, pour les journalistes, de ne s'intéresser qu'à la conclusion du débat.

Concernant l'interview de L. Ferrari, vous n'avez pas rappelé, étrangement, les liens qui unissent -- ou unissaient ? -- cette journaliste à son interlocuteur, Thomas Hugues.

Tamanaco
on a senti que Judith s'est retenu de répondre à la distanciation brechtienne, et elle a bien fait )), vu que Assline n'a utilisé que 10 mots différents pendant l'émission, il a fait comme on fait dans les soirées mondaines, un mot tranche avec le reste et on passe pour un intello. malin !!
Honnêtement, si j'avais le temps je ferai un couper/coller de toutes les phrases dans lesquelles Assline glisse ce mot "honnêtement". J'ai vraiment eu l'impression d'y voir les moments les plus patents de sa mauvaise foi.
Certains vous ont critiqué pour ne pas avoir taper assez fort, d'autres d'avoir d'avoir choisi cet invité. Eh bien pour ce qui est de la force de frappe j'estime qu'elle était là. Toute l'équipe a largement contribué à identifier le positionnement d'Assline. A l'issue de l'émission on ne peut que difficilement approuver son point de vue. Qu'aurait-il fallu de plus? L'insulter? Le cuisiner à la gégenne. Non nous sommes en démocratie.
Assline est un représentant idéal de ce qui fait que nous n'aimons pas le JT de TF1 et beaucoup d'autres. De ce qu'il a de "ah non je ne vois pas du tout ce que vous voulez dire. Les choses sont ainsi parce qu'elles sont ainsi. Nous sommes du côté de l'évidence. Il n'y a que des faits dans nos reportages, aucune accointance avec le pouvoir". Et tout ça avec le sourire. C'est en cela qu'il est hyper juste de le faire venir et de démonter un par un ses petits travers. Cela permet aussi de garder ouverte l'idée que peut-être ces gens croient bien faire. Je gage en tout cas qu'ils sont moins conscients du mensonge qu'ils véhiculent qu'il pourrait n'y paraitre. Ils pensent être dans le REEL et le NATUREL.
Enfin bon je vote pour la première fois pour une émission tant celle ci m'apparait comme répondre très justement à la vocation d'arrêt sur image qui est de déconstruire les principaux outils de désinformation(construits par nous mêmes?) de notre société.
Mouais !!!
Asline c'est un peu comme Tapie… du bling bling tout à l'esbroufe et de mauvaise foi. Le mal du moment.

Je commence à en avoir assez de l'excuse à 10 balles "on ne peut pas faire autrement, on a qu'une minute trente"
Ils trouvent bien le temps de nous parler pendant de longues minutes de faits divers qu'on ne trouvait il y a 30 ans qu'en pages intérieures de la PQR (des faits locaux).

Je pense que Judith a eu raison de peu intervenir bien qu'on la voyait bouillir.
Un tel personnage qui s'écoute parler ne mérite pas d'interlocuteurs.
Bonne émission. Celui fait depuis bien longtemps que je n'avais pas vu DS interroger un salarié de TF1...
La partie la plus intéressante me semble être le rapport entre Pouvoir et Information traité un peu tardivement. A ce titre, s'il avait été possible de poser une question au réalisateur du 20 heures, je lui aurais parlé de cette fameuse coupe de champagne que l'on voit sur un coin de table près de Chazal et Poivre d'Avor le soir de la victoire présidentielle de Sarkozy. J'aurais aimé entendre sa réponse. On aurait pu évoquer aussi les fameuses critiques de Bayrou (au passage bravo DS pour votre intervention aux universités d'été du modem - voir Dailymotion).

J'en profite pour dire qu'il manquerait peut-être juste une petite dose d'interactivité avec les internautes concernant ce type de format d'émission : on pourrait par exemple soumettre à l'invité à la fin quelques questions des internautes tirées d'un forum ou chat improvisé. Cela suppose évidemment de connaître à l'avance l'invité qu'il va y avoir. Je pense que techniquement ce ne serait pas trop difficile à mettre en place.
Cette fin de guerre froide entre ASI et TF1 prend la forme d'une émission décevante. Comme l'avait confiirmé l'enquête, les asinautes ne regardent majoritairement plus le JT de TF1. Alors pourquoi perdre du temps avec des lieux communs comme "TF1 fait du spectaculaire", ou des débats pour le coup sans contenu informatif ("c'est mieux un gros plan ou de profil ?"). A part permettre à AK de caser sa chronique, je ne vois pas l'intérêt. Ce qui m'a gêné ce n'est pas l'archarnement à enfoncer l'invité et à démontrer la nullité du traitement de l'info par TF1 mais le peu de nouveau et vrais questionnements sur le sujet (au fond, la question "les JT de TF1 et F2 font-ils de l'info ?" est dépassée, on n'en est plus à la dénonciation mais à la compréhension au sens sociologique du terme, c'est-à-dire l'analyse des faits sociaux et contraintes qui poussent les JT à ne plus donner d'information).

Pour ma part j'aurais aimé entendre une conversation sur la justification par le réalisateur de la différence de traitement entre les morts pauvres et les morts riches (entre nord américains et indiens par exemple) ou encore dans quelle mesure les annonceurs mettent leur grain de sel (non traitement de sujets qui pourraient leur nuire). Ou encore quel est le feed back des téléspecateurs ainsi que leur profil. Il a fallu attendre 50 min pour avoir une vraie nouvelle info sur le JT de TF1 : les infos des envoyés spéciaux ne sont pas vérifiées (merci de n'avoir pas essayé de nier, M. Asline). Mais le thème suivant est râté : pour parler des ingérences avec le pouvoir, on se focalise sur Sarkozy, comme s'il était plus puissant que les annonceurs. J'aurais aimé qu'il soit souligné que ce sont toujours le même profil d'invités ou presque (comment sont ils selectionnés? A quand des hauts fonctionnaires européens et des smicards sur le plateau ?). J'aurais aimé enfin qu'on l'interroge sur l'équipe et les idées reçues : sans se limiter à l'anecdote de la coupe de champagne, sont-elles de droite ? les minoritaires sont ils à l'aise ? comment la rédaction réagit aux critiques ? comment était vécue l'interdiction de se rendre sur le plateau d'ASI ? Le jour où des manifestants ont attaqué en direct le plateau et que PPDA a fièrement dit "comme nous ne sommes pas habitués à céder aux pressions nous allons rendre l'antenne" comment la décision a été prise ?

J'espère qu'il y aura une prochaine fois, et avec DA pour la touche de sociologie, ça sera sûrement mieux. L'impression qui se dégage est celle d'une émission pas suffisamment préparée.
Un suppôt de la société de spectacle, certes mais...

L'émission d'arrêt sur images était comme toujours fidèle à ce que son public - dont je suis - attend d'elle : pourfendre le JT à travers une de ses chevilles ouvrières chevronnées. Elle y parvient en effet. Son représentant est un objet de curiosité, pour ses descriptions où aucun raisonnement ne peut émerger, son simplisme abyssal, sa mauvaise foi de morue, ses poissons noyés... Il peut y a voir un intérêt à examiner les artisans du JT parler à la lumière d'@si : quels sont ses mécanismes de défense, ses propos évitant de "se mouiller" soi-même... Mais n'est-ce pas là une vanité moderne que de se délecter dans l'analyse de ces images médiatiques, par celui qui les fabrique somme toute pour un public qui n'est pas celui d'arrêt sur images? Le non-dit assourdissant de la fin d'émission ne se situe pas seulement sur le nez rouge énorme que tout public d'@si peut saisir, mais sur ce que propose une chaîne à des personnes qu'on ne peut et/ou ne veut tirer vers le haut. Ne touche-t-on pas là aux limites de la critique de certains médias qui demeurent inchangés, parce qu'on ne peut pas changer positivement les gens qui les regardent?
Sur le plan purement technique, qualité du son et image, c'est nickel.

Sur le fond maintenant.
Les interprétations d'Alain Korkos et de Judith Bernard sur le message visuel quasi subliminal du 20h00 est particulièrement intéressant, sauf que l'interlocuteur, Jacques Asline, est totalement incapable de renvoyer la balle correctement, je dirais même qu'il ne parvient pas même à la toucher.

Mr Asline est certainement de bonne compagnie dans un repas de fête de mariage, quand on arrive au dessert, pour les amateurs de blagues qui pèsent des tonnes.
Mais pour ce qui est de prendre du recul sur son travail, soit il refuse de le faire soit il en est incapable.

Je lui reconnais malgré tout plus d'habileté dans l'enchaînement des images du 20h00 que dans la construction de ses phrases. Un ton gouailleur ne justifie pas une syntaxe aussi désastreuse, mais après tout TF1 ne le paie pas pour ça.

J'aime arrêt sur image car l'équipe ne prend jamais le spectateur pour un imbécile. En revanche, pour ce qui est des invités et pour garder une métaphore tennistique, pas la peine de sortir le grand jeu pour un adversaire qui a peine à tenir sa raquette. Donc désolé mais à cause de ça, l'émission fait un petit "flop".
Je trouve qu'il y a suffisamment à dire sur TF1 pour ne pas avoir à s'embarquer dans des remarques douteuses sur les ressemblances entre PPDA et le Christ ou BigBrother...
Il y a des jours où on rit de bon coeur sur @si.

C'est sûr que les réalisateurs de TF1 sont gentils, très gentils.

Ils font du beau, que leur demander de plus.

Ils sont sincèrement persuadés de bien faire. Que vouloir d'autre ?

Après tout, t'aimes pas le JT de TF1, tu vas voir ailleurs.

C'est d'ailleurs ce que je fais, tous les soirs. Et quand je vois cet homme-là, je comprends bien qu'il ne peut faire plus que ce qu'il fait.
Il est convaincu d'être Bunuel mâtiné de Bresson, avec sa narration enchâssée dans le récit off de PPDA et ses gros plans plans.

Et puis Il ne se mouille pas. Il a trouvé la poule aux YEUX d'or, pourquoi la quitter ?

http://anthropia.blogg.org
séguéla est aussi réalisateur du JT ? c'est un vrai scoop, ça !!
il fait preuve d'une mauvaise foi impayable, ce brave homme à propos du G8. pur produit TF1. Il aurait du dire qu'il était en vacances à ce moment là.
Oui bien sûr ! C'est le drapeau PACE qui est arboré dans toutes les manifestations anti-guerre. Mauvaise interprétation de Korkos, en plus des couleurs afro-rastas, bizarre ce qu'il est allé chercher.
Un réalisateur de J T de TF1 sur le plateau d"@si :Nonce est pas possible ...
A part ça , on mesure le vide intersidéral qui sépare la façon de penser de ce type de celle d'@si ; il y a comme de l'incompréhension au minimum , voir de l'autisme .
Ses réponses sont d'un simplisme et d'un convenu très bouyguesque , c'est à dire bétonnées et peu étonnantes.
Mais bon , au moins il était là et c'est déjà un évenement en soi .
Merci @si d'avoir réussi à mettre un petit coup de projo sur ce vieux poisson ! Même s'il est clair que ce type est ultra "corporate" et qu'il ne livrera pas grand chose au final, c'est toujours intéressant de voir comment ces gens réagissent face à la lumière. En effet, je crois malgré tout ce discours très prudent de l'interclocuteur, je crois qu'il était assez facile de cerner le profil du personnage (ou comme on dirait de "l'animal"), ce qui peut constituer en soit une information intéressante. Par la suite, il est évident que le résultat de ce que l'on voit à l'écran sauf cas exceptionnels non maîtrisés, ne peut être que le reflet de ses auteurs.

Cela dit, il y a en effet d'un côté ceux qui fabriquent et diffusent ces images, infos etc... et de l'autre tous ceux qui les avalent sans se poser de question, et franchement j'aimerais qu'on puissent aussi parfois se pencher un peu sur ces derniers. Certes certaines personnes ont l'air d'exploiter l'ignorance des gens, mais il me semble que beaucoup aiment également à s'y complaire et de s'y accommoder profondément. Finalement TF1 n'est elle pas simplement le reflet façonné par notre société actuelle représentée sous forme d'audience ? Sans quoi ça ferait un bail que des chaînes comme Arte caracolerait en tête d'audience ce qui est loin d'être ,voir sera jamais le cas.

Roi des Beaufs = Roi du monde ?
Une suggestion: Il serait intéressant que Jacques Asline nous livre son point de vue sur la réalisation de cette émission. Pourquoi pas un débat entre lui et François Rose ?
Bonjour,

J’ai eu le temps de voir sur LCP-TNT et dans son intégralité l’audition de BT par les parlementaires.

Résumer BT à des larmes sincères ou de comédien c’est vraiment le caricaturer. Il vaut plus que cela.

Sa connaissance parfaite du dossier, et pour cause, a mis plus d’un parlementaire dans l’embarras. Il a su alterner le sourire, l’ironie, l’autorité de son savoir spécifique, l’invective modérée, bref une grande plaidoirie et un BT des grands jours.

Sa description des montages financiers du CL donne le tournis…

Les JT, c’est vraiment à pleurer de médiocrité !
C'est un hystrion ce type. Il a même repris la phraséologie du président !
Une émission de mieux en mieux tenue, on sent bien qu’asi a trouvé la bonne gestion de l'émission entre chronique et interview d'un invité.
- J'ai trouvé le gros plan de la caméra sur DS (44 :04) assez comique alors que justement l'équipe parle des plans rapprochés. Ce qui montre que le plan rapproché ne va bien à Daniel, mais c'est subjectif. De plus ce dernier est quand même plus de face qu'autre chose.
- Je me rappelle d'un cours (en 2007) de graphisme/édition ou mon professeur me disait que dans une affiche le plus c'est le moins. Soit, plus il y en a, plus l'oeil est dérangé ; moins le message est clair. Si on adapte ce cours aux petits « plus » de notre invité, on pourrai dire que plus il rajoute d'artifice, plus le message est dilué, au point d'être complètement absent comme le sous entende certain.
- Le problème de ce rythme d’émission, c'est qu'au final on voie bien le profil de l'invité. Mais ... il manque un retour critique sur l'émission, sur l'invité. Serait-il possible de faire un édito sur ce que l'équipe a pensé de cette interview. Bien sur, on a un sommaire qui énumère les différentes questions abordés, mais n'y a t'il pas des moyens de montrés une opinion d'asi, sans pour autant casser du sucre sur le dos des invités une fois parti.
Pitié plus jamais ça !!!! Pourquoi faire souffrir les @sinautes comme ça ??? Ce type est imbuvable, insupportable, pénible, désagréable, fatiguant, exaspérant, agaçant, horripilant, irritant, déplaisant... Encore un qui ne comprend pas pourquoi il n'a pas reçu les honneurs de la nation tant il est persuadé que son génie, méconnu, a apporté la lumière au peuple. Hypocrisie totale. Maîtrise parfaite de la langue de bois. Malhonnêteté suprême. D'ailleurs, il n'arrête pas d'employer les mots "honnête" et "honnêtement" comme un désir inconscient d'être aimer pour ce qu'il sait ne pas être.
Merci quand même à Judith qui est la seule à refuser de rire avec lui. Parce qu'il n'y a rien de drôle. Un étrange goût de complaisance, à moins que vous aussi, Daniel, Dan, Alain, crispés par le malotru, avez passé une heure insupportable, espérant voir le supplice se terminer et refusant, ultime pudeur, de montrer votre souffrance à l'écran.
Merci quand même, Alain, pour cette belle leçon de posture christique.
Merci pour lui avoir mis en pleine figure les dents de la mer. Son malaise fut peut-être le seul moment de plaisir de cette émission.
Peut-être encore une question pour Dan : pourquoi avoir écouter en acquiesçant tout au long de l'émission ??

Et finalement reste une question : pourquoi me suis-je infligé ça jusqu'au bout ?
Alors là, chapeau bas @si !
Pour moi, le plateau sans doute le plus intéressant depuis le début d'@si, en tout cas le plus instructif.

Je vous livre quelques impressions à chaud, mais il va falloir se repasser le truc plusieurs fois pour tout décortiquer.

D'abord, je vois l'annonce de l'invité de la semaine sur la Home, et je me dis "yes, un gros bonnet, bien joué @si!"
Réflexion suivante : je me dis que le gars, il doit être costaud quand même, venir sur le plateau d'@si face à ses chirurgiens de l'image, faut avoir les c....
Et puis au début, DS qui nous dit que l'invité vient de sortir un bookin, et on comprend qu'il est là en promo ! On apprend plus tard d'ailleurs que les télé n'ont pas voulu le recevoir.
Et finalement, on découvre un type plein de paradoxes, un égo énorme avec un côté un peu beauf (et je suis gentil), plein de contradictions, et qui nous livre presque innocemment des infos incroyables sur la machine du 20h, nous donnant des preuves de la manipulation quotidienne avec un cynisme à peine croyable.
J'en reviens pas.

Bizarrement, au final, c'était tellement gros que j'ai trouvé l'équipe @si un peu à côté, ratant quelques occasions d'approfondir, ou s'éternisant sur des sujets de moindre intérêt (la mise en scène de la visite de la chef d'Etat africaine par exemple).

Malgré tout, encore bravo. Quel scoop !

Ue suggestion : puisqu'on ne risque pas de revoir le bonhomme à la télé, et vu toute la matière à disséquer, je pense que cette émission devrait être diffusée en ligne gratuitement, bon "produit d'appel" pour promouvoir le site.
Emission très agréable, comme rien n'est jamais parfait je déplore un son un petit peu faiblard en de courts moments.

A propos de l'extrait de Sarko au G8 dans le JT de la RTBF, c'était dans le "12 minutes" à 22h30, un mini-JT bien moins regardé dans lequel le ton est toujours volontairement plus décontracté. Il y a toujours quelque chose comme "l'image du jour", la petite anecdote quotidienne ; ce n'aurait pas été lancé ainsi dans le JT traditionnel.
Etant a New York et present hier a Ground Zero pour la commemoration du 11 Septembre,j'ai vu des miliers de drapeau Arc-en-ciel aux cotés du drapeau americain.

Cela conforte l'ideal de PAIX plutot que la version de M. Kourkos
Juste une precision concernant les affirmations de M. Alain Kourkos sur le drapeau Arc-en-ciel.Je m'inscris un peu en faux par rapport a son raisonnement au cours de l'emission concernant l'affiche de la fete de l'humanité.
Certainement que les Homosexuels l'ont recuperé mais au depart ce drapeau demeure celui de la PAIX.Et je suis surpris que DS ou Judith Bernard ne disent mot a ce propos.
En effet,ces couleurs ont été hissé lors de la 1ere Peace March en Italie il ya 47 ans(en Septembre 1961),inspiré des pacifistes anglo-saxons qui en 1958 avaient organisé une manifestation anti-nucleaire.Donc j'aurai tendance a penser que la fete de l'Humanité au travers de leur affiche veuille faire passer un message de paix(nous connaissons la situation actuelle en Afghanistan)plutot qu'un clin d'oeil aux Homosexuels(apres tout,pourquoi pas...)
Cordialement
PS: C'est un immense plaisir de revoir Judith Bernard
Je ne regrette pas de m’être séparée de ma télé. "Sincèrement, honnêtement, c’est vrai", j’ai toujours pas compris en quoi voir Tapie se lamenter était une information…
J’avais appris jadis que l’information était (étymologiquement) l’opération par laquelle le réel est mis en forme. Pour Mr Asline, l’information est un fait nouveau (si j’ai bien suivi). Est-ce que ce n’est pas une façon de confondre le réel et sa représentation ?
L'information objective n'existe pas. C'est un peu gênant qu'il persiste à nous faire croire le contraire.

Ah, Judiiiiith, enfin de retour en images. Merciiiii :-)
Petite remarque à Alain Korkos et au concepteur de l'affiche de la fête l'Huma, si vous regardez attentivement le drapeau multicolore sur l'affiche de l'Huma, celui-ci comporte 7 couleurs. Il est bien inversé mais ce n'est pas le drapeau gay. C'est celui du Tahuantisuyo. Il est partout dans l'ex capitale Inca, à Cusco, et bien des touristes s'étonnent qu'il y ait autant de gay à Cusco. C'est maintenant un emblème rassembleur pour les peuples andins.

Vraiment, franchement, honnêtement, monsieur Asline...
Belle émission, vraiment, où l'on voit, in vivo, comment se fabrique le JT.
On assiste à un brillant exercice de démontage de votre part. Vos interventions sont toutes parfaitement ciblées et équilibrées. Vous vous partagez parfaitement les rôles.

J'ai beaucoup apprécié, contrairement à Mourad Cherifi ci-dessus, les interventions "musclées" (c'est à dire pugnaces et pertinentes) de Judith Bernard.

Monsieur Asline est " très fort" dans son explication concernant le traitement par TF1 de l'audition parlementaire Tapie/Crédit Lyonnais.
Il arrive à défendre l'indéfendable, à confondre, bien volontairement, information et spectacle.

Beau passage (anecdotique mais hilarant) , tout à la fin, où Monsieur Plus tente de nous fourguer sa tambouille.

Plus généralement, sur la baisse d'audience de TF1, voir l'article d'Alternatives économiques de mai 2008 : "TF1, la fin d'un modèle" de Marc Chevallier.
Je résume à grands traits :

- la TNT, que la direction de TF1 avait sous-estimée, mais aussi Internet et la téléphonie mobile, captent une part croissante des budgets pub, laquelle semble
plus efficace sur ces médias. L'acte d'achat y est facilité.
D'autre part, le haut débit concurrence de plus en plus, en terme de contenus, des industries audio-visuelles lourdes, en panne d'idées ou en tous cas, à la traine.

- Face à ces problèmes, la première chaine privée se désengage de plus en plus de la production et privilégie l'achat de droits de diffusion de séries à succès.

- Le fameux livre blanc confidentiel transmis à l'Elysée (à l'origine de la décision de supprimer la publicité sur les chaines publiques) préconise la baisse des
obligations de production de la chaîne, actuellement égaux, au minimum, à 16% de son chiffre d'affaire net de l'année précédente ainsi qu'une réduction des 120 heures
d'oeuvres inédites européennes ou françaises diffusées en "prime time".

- TF1 demande également de revoir à la baisse les 3,2% de son CA consacrés au financement du cinéma (392 millions d'Euros en 2007).

Longue route à @si !
j'adore le générique de TF1, vraiment c'est le meilleur
bin? à quand l'analyse de l'IMAGE? matrix? film d'espionnage? pourquoi tant de bleu?
Un petit ASI?
Bravo Judith pour le ton , la pertinence et Alain
quelle démonsration sur les icones byzantines !!!
J'aime bien "L'Oeil et L'Oreille" de Judith !!
Quand a l'invité que dire une cavalcade de mauvaise
foi , un festival de "je botte en touche" et j'ajouterai un
quasi clône de Bernard "Combine"Tapie .
Vous avez vu le mimétisme on croirait Tapie avec
des lunettes !! Pas aussi clown et grotesque mais
de la même veine . Ah Tapie dire qu'il a été ministre de la ville
sous Mitterand !! Le PS était déjà bien bas !! Tapie et Kouchner même
combat des crocodiles tout les deux "Une grande gueule et des petits bras" !!
D'ailleurs on a failli en avoir des larmes de crocodiles !!
Pathétique je vous dit !!
et si le drapeau arc en ciel n'était qu'un ....arc en ciel , vu les bandes y sont horizontales ?
pourquoi chercher midi à 14 heures ?
Sur la neutralité :

Selon M. Asline : le traitement de l'information (ou du fait ?) doit être neutre (c'est semble-t-il sa marque de fabrique...) or il met en avant que le présentateur du JT doit être perçu comme un ami d'où ce fameux face à face en gros plan de cinéma. Un ami n'est jamais neutre, une amitié n'amène jamais à la neutralité. L'amour professionnel non plus.

Le générique a été choisi pour sa force, son intensité et sa martialité : il n'est donc pas neutre puisqu'il doit susciter une accroche (un appel), une impression de grandeur et de déchaînement. La martialité est un appel à l'ordre et à la non-contradiction, à l'obéissance. La référence (par Judith Bernard) à 1984 nous revient à la figure comme il faut. Les images (royales et christiques) d'Alain Korkos ressurgissent et nous illustrent ces propos. Comment envisager la neutralité des faits lorsqu'un générique ne l'est pas ?

Sur les pleurs :

Hé oui ! Bernard Tapie pleure ! Incroyable ! C'est nouveau ! C'est un type qui ne pleure jamais et là il pleure donc c'est de l'information (euh... non du factuel !). Mais s'il pleure, c'est du drame. C'est de l'émotion, ce fait n'est pas neutre puisqu'il fait appel à l'émotion. Qu'on laisse aller en paix ce M. Tapie puisqu'on a tout oublié (c'est loin maintenant, il y a prescription), qu'il est vieux (65 ans !) et affaibli par son âge (il pleure !) Ca ne vous rappelle rien cet argumentaire ?

Sur le traitement de l'interview :

Je risque d'être en contradiction avec certains mais il me semble qu'il faut laisser parler ce type de personnage le plus longtemps possible pour y déceler les contradictions et les paradoxes. Si ce qu'il dit n'est pas intéressant en soi, en revanche l'accumulation de sa parole va permettre une analyse a posteriori : on peut y relever ainsi un mode de pensée et de fonctionnement spécifiques à TF1. Seule la mise en relation d'infos permet cela : il doit donc parler... Il faut le faire parler. C'est réussi. Je crois que @si c'est aussi l'après, c'est pouvoir analyser avec du temps, du repos. Internet finalement permet cela : y retourner pour mieux voir. Dans ce que propose @si, finalement, c'est un livre d'analyse perpétuel qui a la possibilité de s'écrire sans fin : profitons-en ! Ce n'est peut-être pas si mal Internet pour une analyse en profondeur.

Sur la comparaison des images de face :

Un élément récurrent sur les images proposées par Alain Korkos : les mains. Elles ont toutes une fonction liée à leur position et leur posture. Dans l'image du JT, elles finissent par disparaître. Or, il me semble qu'elles sont un élément de transparence car elles montrent l'acte. En linguistique, elles participent de la discussion (cela fait partie des éléments non-discursifs indispensables au dialogue : comme le corps, le regard, les expressions du visage...). Les gestes renforcent / atténuent l'intention d'une parole, etc. Dans l'image du JT, il ne reste que le regard, la bouche et le son. Il y a un manque de transparence. Le fait est donné sans geste, sans corps (qui est éliminé petit à petit) : le fait est cru, sans analyse, sans contexte.

Sur M. Asline :

Sacré personnage. D'après ce qui a été dit lors de cette émission, je pense que son livre (que je n'ai pas lu) est plus pernicieux pour TF1 qu'on ne pourrait le croire. Il se dit historien (démarche de neutralité ?) de la télévision : il décrit l'évolution du JT depuis 20 ans. Ne donnerait-il pas quelques clés de compréhension du mode de fonctionnement du JT à TF1 ?

Pourquoi ?
PPDA en couverture, qui est un amour professionnel qui peut blesser = je prends la défense de mon ami de 20 ans qui se fait virer comme un malpropre (avec un imbroglio politique...). Comme si ce fait ponctuait une profession menée depuis des décennies.
Il participe à la défaite de Laurence Ferrari (non pas pour se venger d'elle mais de la nouvelle direction).
Il dit de @si que c'est formidable ce que vous faîtes, c'est novateur, c'est essentiel (contrairement à TF1 ?).
Il nous donne un aperçu des techniques de manipulation des foules depuis 20 ans.

Je crois que ce personnage s'exprime par anti-phrases contre un système qu'il dénit aujourd'hui alors qu'il a participé à sa mise en place. Je ne me souviens plus de l'auteur de cette citation (en à peu près) : si tu ne peux pas changer le monde, décris-le... C'est ce qu'il semble faire.

En tout cas voici un personnage de l'ombre, qui participe de la vision d'un monde, apparaissant à la lumière...

Sur cette émission :

Très intéressante, très bien menée, sans longueur (pour une première écoute) et la parole de l'invité est respectée.

Vous semblez marcher sur des oeufs comme si Asline allait s'effaroucher : un type avec un tel aplomb, une telle expérience, est plutôt robuste ne croyez-vous pas ?

Nous voyons souvent des personnes se présentant comme historien de la télévision (alors qu'ils ne sont que des témoins qui rapportent des anecdotes) : serait-il possible d'en inviter un véritable ? Un spécialiste de l'évolution des JT par exemple, non pas un amoureux transit et déçu ? Pour être plus clair c'est quoi un historien de la télévision ? Ca ressemble à quoi ? Quel est son travail ? etc.

Au plaisir de vous lire,
Cordialement.
Hop, p'tit coucou pour livrer pour la première fois mes impressions (!) :

Ce qui m'a tout d'abord interpellé c'est le malaise palpable du début de l'émission, qui s'est heureusement un peu atténué pour la suite... et a laissé place a une stupeur sur le plateau de Judith et d'Alain.

Hélas sans doute le plus mauvais intervenants depuis le début d'@si ; qui coupe la parole a tout va pour ne rien dire (la photo de Mitterrand est ratée, c'est très difficile de faire plaisir a tout le monde, donc je souffre... : quelques platitudes non choisies...) Sans parler de son joker, de sa langue de bois... Cette émission a du être un calvaire pour l'équipe d'@si. C'est d'autant plus rageant que l'équipe avait des choses passionnantes a dire, des pistes de réflexion a approfondir, mais Asline n'a saisit aucunes perches... Ou a transformé les passes pour tirer direct en touche : en parlant de sa vie privée... inintéressante.

"J'ai toujours été un gars honnête, serieux, efficace, doué"... le pire c'est qu'il était parti pour continuer sans l'intervention salutaire de Daniel...
Daniel, qui a d'ailleurs été remarquablement calme et posé devant la médiocrité des réponses fournies.

Pour décompresser dans un grand éclat de rire, sur les quelques mois de plus qu'a PPDA " C'est une plaisanterie !" -> "Ah ben non!", d'ailleurs ca prouve bien que les liens entre journalistes TV et politiques sont pas si fort qu'on le croit. Si si!...
Il y en aurait tellement a dire, que je m'arrêtes la...


Progression bien positive pour Dan Israel, très agréable a écouter. Malgré les déboires inhérents a l'invité, on sent que l'émission prend son rythme de croisière.

Voila c'est comme cela que j'ai ressenti l'émission personnellement... Suis-je le seul ..?
Je suis étonnée que cet homme soit venu vendre son livre chez @si. C'est la promotion du désespoir ?
Voulait-il nous arracher une larme lui aussi avec PPDA qui "a remercié tout le monde sauf lui" ? Les larmes des crocodiles sur le plateau d'@si, c'est assez insolite.

Un vieux routard de tf1, c'est hyper rusé et aux rouages inébranlables. Sauf un tout petit peu à la fin sur la musique du JT, la fuite était plus perceptible.

Pourquoi le journal de tf1 a perdu de l'audience ? C'est très simple. Parce que tf1 est sarkoziste et que les français n'en peuvent plus de Sarkozy et que Laurence ferrari a été désignée par Sarkozy. Quand "vous ne savez pas" Monsieur Jacques Asline, vous me demandez ...
Il est normal que la voie de PPDA soit différent en "live" qu'au travers de la petite boite. Le son passe par un micro, un ampli, un machin pour l'émettre, un autre pour le recevoir, un haut parleur... la modification est inévitable.
L'émission nouvelle formule est bien, le résumé au début est sympathique, je trouve par contre que Mr Dan Israel parle un chtouille vite.
Bravo pour votre diplomatie avec cet invité, ça n'a pas du être facile.
Je suis toujours déçu de voir l'activisme subjectif de Judite. Celà fait contrast avec le calme et l'objectivité du reste de l'équipe d'ASI.
Bonsoir, avant de poster mon premier message sur ce forum, je voulais être sûr d'avoir des compliments à vous faire, donc voici mon premier post.
Cette émission m'a beaucoup plu pour trois raisons :
- Vous montrez, il me semble, que le concept de sans durée fixe (mais "raisonnable") opposé à la brièveté du journal télévisé est grandiose : en effet, vous critiquez le fait que le passage chargé émotionnellement (et politiquement arrangeant) fut retenu pour être diffusé à propos des auditions... tout en le montrant (et en générant plus tard de l'émotion), ce qui, pour une émission remplie de réflexion, laisse à l'émotion la place qu'elle mérite : elle est présente sans être omniprésente.
- L'analyse technique sur le générique m'était inconnue et je vous remercie de la relayer ; vous dîtes en avoir eu connaissance grâce aux internautes et, si c'est bien le cas, je vous remercie d'être un "agrégateur" intelligent des informations parfois si pertinentes des "gens" (L'anti-micro trottoir en somme).
- Enfin, je vous remercie d'avoir présenté cette "pièce" de la mécanique TF1 - cette "pièce" semble déformée du fait de son usure dans la mécanique, pas particulièrement plus défectueuse qu'une autre individuellement, mais au sein d'une mécanique qui, elle, l'est.
Merci.
L'audition de Thomas Clay, en réalité un véritable cours d'une grande clarté sur l'arbitrage, est disponible sur

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/com-fin-20080910-1.asp

A voir !
J'ai été surpris que Paris Match ait publié son reportage sur les talibans qui auraient été les tueurs de nos militaires. Imaginons une scène comparable entre 1940 et 1945, qu'aurait-on dit des journalistes français ?

Mais ce qui m'a le plus choqué, c'est qu'à aucun moment des voix ne se soient élevées pour dire que des uniformes pris sur des cadavres sont généralement maculés de sang et troués ou brulés, et que ceux des photos de Paris Match semblaient sortis d'un magasin. Personne non plus pour se poser la question des munitions qui devraient armer le fusil mitrailleur français du taliban masqué.

Pourquoi ne pas avoir "dégonflé" immédiatement le ballon médiatico-business de ce canard, au travers de commentaires d'autres journalistes ou d'hommes politiques ?
Comme si les uns et les autres se régalaient que l'on puisse avoir en face des objectifs, les "héros" tueurs de nos jeunes soldats.

Qu'a t-on fait de la pudeur nécessaire en face des familles touchées ?

Rien, au contraire, tout a été bon pour accroitre les audimats de chaque chaine. Même la montre d'une victime qu'une mère a reconnu. Tout ça c'est du journalisme dégueulasse !

Merci @SI, d'avoir soulevé le voile ou le tchador.
Je suis en train de regarder l'émission de ce Vendredi, au demeurant, fort intéressante ,qui est ce soir au moins autant un spectacle de bonne facture qu'une mine d'information (l'historique de la présentation de face du JT par Monsieur Korkos est savoureuse).

Mais à propos de l'invité...
Quand quelqu'un passe 75 mn à me répéter inlassablement dans le creux de l'oreille " moi, honnêtement, j'vais vous dire.." je tique, et je commence à me demander ou est la malhonnêteté dans les propos qui vont suivre.
Parce que dune part , ça me rappelle des tournures de phrases présidentielles trop entendu depuis deux ans, et surtout on sent de suite que le dialogue va être pour le moins compliqué, et que les journalistes ont intérêt à être bien équipé pour réussir à extirper des bribes d'infos à Mr Asline !

ps je constate que Mental ci-dessus a également trouvé suspect l'honnêteté du Monsieur
Quelqu'un qui ponctue son discours d'autant de "honnêtement" doit avoir bien des doutes sur son honnêteté... Non ?
...TF1 reste la chaîne qui produit le discours le plus cynique, le plus irresponsable, le plus arrogant. La preuve ?

Voici ce qui a été répondu sur ce point à Colombe Schneck dans "J'ai mes sources" récemment, par le directeur des productions de tf1 :

[large]"...Tant que dans les cours de récré et au bureau la vraie communion sociale sera autour des programmes de télé, nous n'aurons rien à redouter..."[/large]



J'ajoute que cette phrase n'a été relevée par personne dans la suite de l'émission. Il me semble pourtant qu'il y avait de quoi !




Pour réécouter ou podcaster, l'intégrale est ici :

http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/jaimessources/
Couillu, obtus, lisse, professionnel, dangereux ce type !
Le journal de TF1 est, dans cette émission, décrit comme étant (je cite) "factuel".

Eh bien justement, le problème c'est qu'il n'y a que des faits. Jamais le journal ne nous donnera d'explication permettant une compréhension plus large, comme celle des interactions interfactuelles par exemple.

Ainsi, essayez de comprendre ce qui se passe au Moyen-Orient : vous en aurez des attentats, et plein la vue même ! Des cris des larmes des résolutions de l'ONU... des guerres civiles, des bombes... Des discours tronqués, ce qui permet au présentateur de nous en dire ce qu'il veut. (Ou même carrément des discours inventés, comme Ahmadinejad qui aurait appelé à "rayer Israël de la carte", ce qu'il n'a jamais dit ni de près ni de loin... étonnant n'est-ce pas??)
Bref, je vous mets au défi de comprendre la situation du proche-orient en regardant les JT.

Ce choix est bien sûr parfaitement conscient, et le journal a recours a des procédés rebutant la prise de recul intellectuel : des zooms, des images (je cite Asline) "impressionnantes", encore des zooms...
...des images suffisamment fortes pour inciter le spectateur a se focaliser dessus (alors que si vous coupez le son elles ne révèlent en elles-mêmes, essayez); ainsi le commentaire du présentateur-explicateur est d'autant plus facilement accepté que le spectateur est déjà occupé à avaler l'image "impressionnante" qui vient de passer.
Mais ce n'est pas fini! Si les faits présentés ont un intérêt politique, ils ne vous laisseront pas le temps de remettre votre esprit critique en position ON, votre capacité de douter, et vous pouvez être sûrs de vous prendre un viol de fillette, une victoire de l'équipe de france, les violences conjugales, histoire que le bon peuple se refocalise émotivement sur l'os qu'on lui lance, et qu'il va chercher parce que c'est horrible un viol de fillette quand même, et si le fichier Edvige était là elle serait encore en vie, nous conduit-on subtilement (et brutalement à la fois) à penser.
Bonjour, j'écris ici pour la première fois et bien qu'abonné de la première heure, j'ai tardé à regardé les premières émissions...
Mais voilà, je m'y mets, je reprends goût à l'analyse, à votre regard, à votre plateau (la douleur des élections s'estompent, le temps de la reconquête s'annonce, l'aspiration d'un journalisme digne et honnête, loin des vessies grimées en lanternes par les cartes de presse des amis, des achetés du pouvoir, des peureux du pouvoir).
C'est bien de donner la parole aux djeun's, surtout quand ils ont des regards aiguisés.
Maintenant, attention à la longueur des émissions et de celle-ci en particulier. Votre fil conducteur est solide mais tendez-le quelque peu. Lissez ce qui s'effiloche s'il vous plaît, chers amis et surtout, ne soyez pas si révérencieux. Je comprends que vous voulez que les gens du moment viennent sur le plateau mais est-ce si important que les politesses en retours enlèvent la "niak" de l'analyse, le poids des arguments... JOKER, dit le monsieur de TF1, ça, c'est pas possible chez ASI ©.
Alors merci pour ce que vous faites, faites-le comme bon vous semble, mais faites-le sans concessions.
Mes 30€ ne me donnent aucun droit sur votre ligne et vos choix. Je ne souhaite que contribuer avec humilité à cette aventure. Faites-en ce que vous voulez.
Merci
Sylvain
J'attendais aussi la question sur l'épisode dit de la coupe de champagne... Pourrait-on savoir pourquoi il n'y a pas été fait allusion ?

Une émission passionnante, tout de même, parce que j'ai trouvé, moi, qu'elle informait. Sans m'étendre sur la prestation (je ne vois pas d'autre terme pour qualifier son interview) de votre invité, qui doit être plus hypocrite qu'autre chose, on peut vraiment saisir comment toute une génération de "techniciens" de l'ombre ont contribué à imposer une nouvelle conception de l'information de masse, et surtout une véritable image-information, avec ses ratés, sa (bonne) dose de cynisme et ses tentatives de séduction à coups de duplex. Le point saillant, ce doit sans doute être qu'au bout du compte, un spectateur, de nos jours, ne doit jamais sentir qu'on lui impose une information, une image, ou les deux, et qu'on l'amène à penser ceci ou cela. Tout devient d'un "naturel" si stupéfiant qu'il est à juste titre remis en cause par Judith Bernard. La propagande à l'artillerie lourde est morte, mais on a exhumé la "narration" "entre amis" et en famille de nos bons vieux grands-parents : je vais m'enrouler dans ma couverture et regarder le JT au coin du feu, ce soir.

Ce n'est pas juste une émission-constat, à mon sens, mais bien une synthèse de l'histoire des médias, et un bon cours de sociologie.
J'aurais aimé profiter davantage de la présence de Judith sur ce plateau, de son expérience de mise en scène (je pense aux possibilités de plans sur le présentateur entre autres), de sa dernière chronique (j'ai bien noté que c'était sur France Télé).
Le drapeau gay présent sur l'affiche de la fête de l'Huma, dont parle Alain dans sa chronique, s'inspire très fortement du drapeau pour la paix, dont on peut lire l'histoire ici.
Ce "bandiere di pace" reproduit exactement les sept couleurs de l'arc-en ciel, du bleu tout en haut, au rouge tout en bas.
Le drapeau gay inverse les bandes, mais ne comporte que six couleurs, chacune possédant sa signification : le rouge pour la vie, l’orange pour la réconciliation ou la guérison, le jaune pour le soleil, le vert pour la nature, l’indigo pour l’harmonie, le violet pour l’esprit de communauté.
A l'origine, s'y ajoutaient le rose pour le sexe, et le turquoise pour l'art.
C'est le rôle de Tf1 de diffuser "les points saillants" des infos.
Pourquoi s'attarder sur un fait avéré et dont Tf1 ne se cache pas vraiment; ses journalistes ne seront jamais des journalistes d'investigations.
D'ailleurs ni la une ni France télévision ne donnent les infos de fond.
Rien de nouveau comme le dit A.G
L'émission est très bien, le format de la télé est peut-etre celui qui vous convient le mieux finalement (sans durée fixe bien sûr)
Pas un très bon client, Asline, qui a du mal à saisir correctement les questions qu'in lui pose. Je plaide l'irresponsabilité pour lui, il n'a rien d'un journaliste (d'ailleurs il me semble que Judith a rapidement laissé tomber, sur ce sujet qui lui tient a coeur, car à quoi bon débattre contre quelqu'un qui se préoccupe si peu de ce qui nous intéresse)
Une preuve de plus que les JT ne sont pas, ou minoritairement, de l'information.
Rien de nouveau en somme...
Une émission trés intéressante,
enfin .... disons intéresssante malgré quelques longueurs et passages bien ennuyeux,..
enfin disons les interventions sont parfaites sauf quand Asline cause, ....
enfin disons sauf quand Asline fait du bruit avec sa bouche ...
enfin disons drôlement pénible le Bertholt de TF1. Ma compassion va pour les cadreurs ( Il comprend même pas les vannes de Sarkozy)

J'aurais franchement préféré sans le papy brushing. Mais bon, il vivait son quart d'heure warholien, il peut partir heureux maintenant.

J'attendais aussi une banderille sur ça. mais peut-être n'en était-il pas le réalisateur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.