192
Commentaires

"Pourquoi je ne suis pas venue au pique-nique d'@si"

Après notre pique-nique de dimanche, notre @sinaute Christine D. nous a adressé le mail suivant, pour nous expliquer...les raisons de sa non-venue.

Derniers commentaires

"Pourquoi je ne suis pas venu au pique-nique d'ASI ?"
Pour ne pas finir sur les rails de la gare Montparnasse...
Suite à gemp, et aussi à Jules.
Je le mets ici parce que si c'est trop étroit, Youri Llygotme (j'ai bien écrit là?) va croire que c'est encore trop long.

Je viens de finir de visionner le lien cochon.

Savoir que le ressort qu'on m'a mis dans le tuyau c'est grâce au cochon, cet être si sensible et intelligent*, ça m'a fait un coup au cœur.
Me voilà avec une ascendance cochonne.

Merci encore Jules, je t'en serai redevable jusqu'à... notre prochaine engueulade pour un bout de salade quelconque. Je me demande si j'ai pas été sevré un peu tôt. Tu me diras, j'ai pas l'impression d'être le seul sur les forums. A quoi ça tient.

En tout cas, le sevrage, ça abonde la question de la fabrique du consentement: créer le désarroi affectif chez l'enfant, en faire un être craintif, apeuré et vous en faites un mouton ou un loup (sans vouloir culpabiliser le mouton hurleur et le loup bêleur qui ne sont pour rien dans nos conneries). T"élargis ça à grande échelle et t'as la stratégie du chaos et de la terreur. C'est pas le pistolet sur la tempe, mais pas loin.

J'ai compris ce que tu voulais dire gemp avec le HAM et le PIG.
Je me dis alors que les cochons français doivent être plus intelligents que les autres parce que COCHON c'est plus long à écrire que HAM. (Qu'est-ce qu'on est cons les franchouillards. Faut dire que CON aussi c'est court.) Mais après je me dis con doit plutôt leur apprendre à écrire qu'ils sont des PORCS. Ça correspond plus à notre mentalité, vu le succès de certains fils d'actualité sur le site (non! je n'y posterai plus, cochon qui s'en dédie).

À la fin de la vidéo, y me piquent la vanne que j'ai faite plus haut, les plagiaires: copains comme cochons. Puisque c'est comme ça je vais aller sur Fessebouc (non c'est pas du sarcasme vis à vis d'un quelconque bouc) pour avoir plein de copains-pines pas sevré-e-s trop tôt, voire pas du tout.

Grâce à Jules je vais enfin pouvoir me retrouver moi-même, retrouver mon essence de cochon. Ça ne peut être que mieux que mon essence d'HOM.

* On parle là du cochon à cause de la confiture à Jules, mais y a plein d'autres z'animaux qui sont aussi sensibles et intelligents. Y sont pas tous bœufs. Et les bœufs on sait pourquoi y sont bœufs, c'est à cause des carottes.
En tout cas, arrêtez de bouffer du cochon sinon je vous sèvre avant que soyez nés, tas de pourceaux.
ah tiens à propos de pique-nique : quelqu'un a t il vu Sherlock....mon Sherlockounet ??
...et à quand le prochain plan com'....pff une vraie diva qui sait se faire attendre gggrhumpffff...
Je préfère rester anonyme.

Le fait de se planquer derrière un pseudo permet à chacun de s'exprimer librement et de "se lâcher" sans trop craindre les jugements négatifs.
On peut ainsi proférer une sottise sans être immédiatement déclaré pestiféré. On n'a pas besoin de la caution de qui que ce soit pour s'exprimer, et, aussi longtemps qu'on n'est pas censuré par la maréchaussée, on peut s'exprimer à nouveau, quel que soit son passif . Le fait de ne pas être connu permet de ne pas être reconnu, de se faire oublier et de remettre à zéro des compteurs.

Les idées n'ont pas besoin de photo d'identité ni de fiche anthropométrique.

Je me demande si on ne devrait pas obliger les @sinautes à changer de pseudo périodiquement.

Je n'aime pas outre mesure les gens de bonne réputation et les lettres de recommandation.

D'ailleurs, je n'aime pas trop sentir que certains @sinautes (aussi sympathiques soient-ils) se connaissent . Leurs familiarités créent une connivence qui exclut les autres. Cette propension naturelle à constituer des clans m'a toujours agacé. C'est sans doute un peu comme cela que se constituent les mafias.

Les @sinautes qui ne s'expriment jamais sur les forum s'exprimeraient sans doute davantage s'ils ne se sentaient pas intimidés par [s]les
grandes gueules habituelles[/s] les ténors du barreau.

Et à ceux qui souhaitent plus de filtrage à l'entrée du club, je dirai que le projet même du site procure un filtrage suffisant.

Pourquoi vouloir transporter sur les forums d'@si les règles de comportement contraignantes de la vie ordinaire ?

P.S. : Rien ne vous oblige à croire un seul mot de ce que je viens d'écrire. D'ailleurs, je ne sais pas si j'y crois moi-même. Et c'est mon droit !
parceque j' ai peur d' y rencontrer des socialistes, des robins of the wood convaincus de leur noble cause sous un étendard libéral. Je ne vais déjà plus aux café repères de là bas, la dernière fois des socialistes y affirmaient que si des hommes vivent dans la rue c' est parcequ' ils le veulent bien, ils ajoutaient aussi que Mermet faut s' en méfier et qu' au figaro y' a de bons journalistes (ancien maire ps de Douarnenez), je suis certain d' en recroiser à votre goûté et qu' un de ces jours ça va mal finir.
J'ai peut-être raté l'info, combien de participant(e)s?
Je suis pour une fête d'Asi " tournante". Et l'année prochaine à Nantes...par hasard, évidemment
pas venu, pas pu, pas vu
comme Godinprod je ne suis pas venu au pique nique parce que j'habite la province et que dimanche c'était la dernière journée de la belle expo de la Vieille Charité à Marseille sur les peintres et l'orientalisme et je l'avais pas encore vue, c'était vraiment a voir, il me reste la collection Planque au Musée Granet à Aix heureusement ca se termine en octobre, je vais y aller dimanche prochain, il parait que c'est a voir aussi

je me retrouve tout a fait dans le commentaire de Christine D et je n'ai rien a ajouter

bon vent a tous et au plaisir de vous lire aussi longtemps que possible
Putain de bo.. de me... En France on dit sans-abris ou à la limite sdf pour faire style que ces gens ne sont pas vraiment à la rue.
Mais là "homeless" ça dépasse l'entendement. Ça doit faire vachement "hype" à entendre pour des sans-logis qu'ils sont "homeless", la vie est tellement plus belle lorsque l'on ne peut même pas être désigné dans sa propre langue maternelle ou d'adoption, en tout cas dans sa langue nationale.
Sans abris et peut-être sans nation elle doit être là la perfide idée sous-jacente de ces gens qui utilisent la langue d'Albion à toutes les sauces.
c'est drôle, en regardant les photos du picnic de cette année,
je me suis dis en moimême:elles ressemblent beaucoup aux photos de l'année dernière...
eh bien si moi j'y étais tout d'abord timidement je suis restée dans mon coin, puis une gentille dame m'a invité à partager son pique nique, et Daniel s'est approché d'un groupe qui finissait son déjeuner, immédiatement un cercle s'est formé, et nous nous sommes approchées, et petit à petit le cercle s'est agrandi et tout le monde a participé à cette discussion à batons rompus et nous avons tous passé un excellent moment avec toute l'équipe. un seul reproche, la prochaine fois il faudrait un micro pour que tout le monde puisse échanger et entendre les questions et les réponses sans demander l'aide de ses voisins immédiats (mais c'est aussi une façon de communiquer !) Au fond, c'est difficile de créer du lien en vrai ! on est bien plus hardi tout seul devant son écran qu'en plein air dans un grand espace où il faut faire l'effort de se rapprocher des "autres". l'idée des amis d'a@si est séduisante , mais combien oseront franchir le pas et se lancer dans des "relations humaines en vrai".... je ne suis pas sûre d'y arriver... du moins pas encore.
Je ne trouve pas la carte, je ne trouve rien au sujet de ce pique-nique et des associations sur le site à part "Et si on se voyait, les amis ?" du 24 aoüt. Ai-je bien cherché ? Pourrait-on me donner les liens ? Merci ! :)
Quelle déception de voir tjrs ce pique-nique organisé à paris, chère Paris, mais si loin de ce petit pays en Caraïbes ! Mais j'ai compris pourquoi : @sinaute Martiniquais - et depuis an tan lontan comme on dit, les débuts d'@si quoi ! Je ne me suis pas vu sur la jolie carte des "militants" dans le monde... (ici : http://www.batchgeo.com/map/c2f9148e58cc99c050cdc95932c7800a). Non seulement "anonyme", là en plus je n'existe pas :( mais sans rancune, Daniel, je suis dispo pour organiser le prochain piqniq au pied de la montagne Pelée... là au moins, je suis sûr que nous serons sur la carte ! Longue vie...
ps : j'en ai profité pour mettre à jour mes coordonnées sur le site et écrire martinique en toutes lettres, puisque le code postal n'était pas suffisant pour la géoloc ;)
Je ne suis pas venu au pique-nique :
- parce que j'habite dans les Landes, et que Paris c'est loin...
- surtout parce que je me pose de plus en plus de question de la finalité de ce site (et du coup de mon abonnement). @SI fait-il de l'analyse média ou est-il un réservoir d'activistes lordonistes ?

Attention, je ne suis pas loin d'être un activiste lordoniste, et je n'ai rien contre cette tendance. Mais je regardais feu l'émission Arrêt sur Images (vous savez, avant @SI !) pour ses analyses médias, et je me suis abonné également pour l'analyse média... Et aujourd'hui de l'analyse média, je n'en vois presque plus... Beaucoup de politique, d'idée, mais plus de décorticage des approches médiatiques...

Alors voilà, je pique niquerais quand on parlera à nouveau des médias et de leurs travers d'ici là :

JE SUIS EN GREVE DU PIQUE NIQUE !
Pour ma part, je suis venu (alors que j'habite à deux pas du parc André Citroën!!)... mais j'ai mangé mon sandwich à bonne distance de la meute!
J'avais pourtant un certain nombre de questions et remarques bien senties à faire passer mais impossible de m'approcher à moins de 100 mètres ! Finalement, je suis rentré chez moi comme j'étais venu... Belle balade en somme! Beau Dimanche!
Ai-je imaginé que j'aurais l'exclusivité de l'attention de Daniel et de toute l'équipe d'@si émerveillée devant la pertinence de mes propos ?
Attendais-je une séance formelle d'autocongratulation avec discours de remerciements, powerpoint à l'appui, adressé aux excellents @sinautes présents dans l'assemblée? Ai-je espéré secrètement que l'on vienne m'implorer de rejoindre le groupe? Excès de timidité ou d'orgueil? Les deux sans doute!
Vu de loin, ça m'a paru fort sympathique. En toute simplicité (tout à mon contraire en l'occurrence!).
Peut-être à l'année prochaine, peut-être un peu plus proche encore! Je vise la barre des 50 mètres, promis!

Question subsidiaire et primordiale: y-a-t-il des témoignages d'@sinautes anonymes ayant PARTICIPE à l'événement?
Il est évident que le souhait de se rencontrer "face a face" ou pas est personnel, et doit être respecte comme tel.
Je ne saisis pas le concept des "dieux". Quand l’année dernière j'ai eu le plaisir de discuter avec quelques membres de l’équipe (dont le patron) je n'ai pas trouvé des "dieux" (je n'en attendais pas non plus) mais des personnes qui font leur travail avec le même mélange d’enthousiasme, sérieux, doutes et tâtonnement que moi le mien.
Par rapport au pique-nique, suis partagée entre l’intérêt de connaitre les autres, et ma timidité naturelle.. Chacun son caractère...Je n'y vois rien qui puisse conduire à la culpabilité ou à la moquerie.

Néanmoins, il semble qu'en ce moment, l’équipe d'@si s'interroge sur des différents formes de rencontre entre ses abonnés.
Il n'est pas absurde de supposer, qu'en moyenne, les personnes intéressées para @si PEUVENT partager QUELQUES intérêts (et différer en bien d'autres, ajoutant ainsi à la richesse des points de vue).

Bien entendu, l'augmentation de canaux diffusion du site est une motivation importante. Ceci n'a seulement rien de répréhensible, mais il est souhaitable pour les internautes qui veulent voir leur site se stabiliser et pourquoi pas, grandir.

Je vois aussi d'autres intérêts à cette réflexion. Je pense que nous vivons dans une organisation sociale qui fait tout pour nous éparpiller. Cette structuration social fonctionne comme une technique bien rodée de la nouvelle organisation en entreprise, et après la loi LRU et sa nouvelle gouvernance des universités, elle a aussi complétement envahi un milieu qui lui était difficile d’accès.

On pourrait me dire qu'a l’époque d'internet ceci n'est plus vrai (cf les révolutions arabes). Certes. Mais il y a deux particularités:
(a) il y avait un objectif dominant, clair et fédérateur, qui prévalait sur les autres (le départ du despote en question)
(b) ils sont fini par SE RENCONTRER sur les places en question. En vrai, se voir et se montrer. Dans certains cas, cela a paye.

En France (heureusement,quand-même) on n'est pas la. Il n'est pas question de renverser un gouvernement
Pour résumer: si l'on compte le nombre des personnes qui sont opposées à telle ou telle iniquité de, par exemple, notre gouvernement actuel (et la liste est longue), probablement le nombre nous surprendrait. Seulement, la plupart de ces personnes ne se connaissent pas, donc chacune se croyant isolée, pense que sa possibilité d'action sur le cours des événements est négligeable.

Chez nous internet sert à se donner l'illusion d'agir. Certains individus très motivés (et comme on me l'a reproche souvent, un peu naïfs) passent le temps qu'il peuvent à signer des pétitions variées, o à intervenir dans des forums, qui dépendent de leur sensibilité mais aussi des informations auxquels ils ont eu accès. Tout se trouve sur internet mais on ne lit qu'une petite partie, sauf à en faire son métier.

Un cas exemplaire: le reseau RESF. Il concerne des gens très motives qui comptent sur internet et un réseau de emails des gens qui se sont manifestés intéresses et qui ne se connaissent pas forcément, pour écrire des lettres à des préfets zélés qui expulsent à tout va.
On voit comment le pouvoir peut contrer simplement cette action devenue un peu gênante, car elle a donné des résultats dans des rares et précieux cas. Je sais que malgré ces réussites, le sentiment d'inutilité gagne du terrain lorsque le discours politique se "décomplexe" encore plus, assimilant "sans papier=délinquant", ou "double national=suspect" et surtout lorsqu'on apprend, par exemple, que lettres qui arrivent au préfet sont en compétition contre une prime de 60000€/an attribuée à ceux qui atteignent ce qu'on appelle pudiquement "ses objectifs". Je pense que l'anonymat dans ce groupe des personnes qui s’intéressent réellement à leur cause, facilite cette attaque de pouvoir.

Tout en respectant le droit des personnes qui veulent écrire anonymement sur des forums (et celles qui souhaitent rester dans leur coin), je crois qu'un élément de la mobilisation d'une société et de sa robustesse est la rencontre, la vraie.
Je sais aussi qu'il est très difficile de la mettre en place et surtout de la maintenir.

Néanmoins, je suis persuadée que c'est grâce à la capacité de rencontre, qui nous engage en tant que personnes (pas seulement en termes de militance, malgré mon exemple précédent) celle qui nous fait livrer quelque chose de nous mêmes dans le fait d'aller vers l'autre, ne serait-ce que le danger d'aller vers l'autre (et de recevoir une claque...), qu'on constitue le ciment d'une société saine.

Il n'y a pas longtemps, ceci était garanti par le milieu dans lequel on évoluait. On y avait ses amis de long date, dans tout spectre des amitiés. La mobilité imposée à la vie d'aujourd'hui a case cet état de fait: la plupart de gens évoluent dans un environnement social où les liens sont majoritairement superficiels ou conflictifs .

Le message prospectif sur les zamis d'@si, m'a provoqué une réaction partagée. D'une part, il n’était pas clair ce qu'on attendait de nous: là je me suis dit que vu mon faible réseau social (je ne suis ni sur facebook, ni sur tweeter et mes vrais amis sont loin) , je ne serais pas très intéressante pour @si en tant qu'animateur....
D'autre part je me suis dit qu'il ne s’agissait que d'une déclaration d’intérêt et que si personne ne répondait ou si tout le monde commençait à chercher les poils à un œuf qui n'existait même pas encore, rien ne se ferait.
Les ordres de grandeur données dans le forum du pique-nique son claires: 30000 abonnés, 300 intervenants occasionnels du forum, 30 permanents. Combien de ses personnes gagneraient à se connaitre?

Pour tout ceci il est clair que je suis favorable à l’émergence d'un certain type de "réseau réel", même si j'ignore quelle forme serait la meilleure. Certainement @si est mieux placé pour essayer que la plupart d'entre nous.
J'étais libre. J'habite pas loin. Comme je ne me rends compte de rien, je trouve ça chouette d'écraser le pied de Sébastien Rochat en s'avançant pour dire bonjour moi c'est poisson, de jeter le noyau de cerise dans le verre de vin de Daniel Schneidermann (j'affabule un peu), de réclamer toute déçue le cake aux rillettes à Anne-Sophie, de snober Alain Korkos, être impressionnée toute riquiqui devant Judith (souvenirs authentifiés). Non j'ai bien aimé de m'incarner, en temps que poisson, l'année dernière. Faire la bise aux pseudos en 3D.

À la télé, c'est la télé réalité, avec des anonymes qui deviennent célèbres, c'est un rien tarte, mais il y a des gens qui sont heureux de regarder ça. Pour nous qui avons remplacé la télé par le net, le pique-nique c'est la même chose, sauf que c'est inversé. Une sorte de réalité-télé. Les gens célèbres d'asi deviennent des anonymes parmi d'autres, qui causent à tous les gens du parc, ...même à des gens qu'ils ne connaissent même pas, ...si ça se trouve, à des qui se promènent par hasard: "c'est quoi ton pseudo?".
Je ne suis pas venue cette année alors que j'aime bien m'incarner, mais en face de gens qui s'incarnent aussi. Pas en photo avec le père Noël.
J'avoue que c'est l'ampleur du reportage PG qui me fait peur. Il n'est pas très correct non? De refourguer encore cette année (après des salades l'an dernier) une photo d' "enfant de", avec au détour des forums un petit récit pour montrer qu'il a une dent contre la personne dont il se trouve que c'est son môme qui est épinglé...
Bon c'est tout. Quand je me sens trop négative, j'ai peur de gâcher la fête, j'y vais pas. Et j'étais archi négative, pour ruminer tout ça, hein? Je vous mens pas... Sinon ça va. :-)
Très belle lettre Christine, je vous comprends, en fait vous ne voulez pas être déçue, vous avez tort Daniel est encore plus beau en vrai. ;-))
Moi je ne suis pas venue parce que je n'aime pas, mais pas du tout les "pique-nique" de gens qui ne se connaissent que par le net.
J'ai participé à quelques repas entre @sinautes, mais j'avoue que j'ai été frustrée parce qu'à partir du moment où on est plus de 4, on peut difficilement participer à un échange... encore plus lorsqu'on est en milieu de table (on est alors entre deux conversations) ou en bout de table (on est alors seul avec soi-même), ou qu'on est noué par un terrible lumbago.
Je ne suis pas venue parce qu'ayant côtoyé toute ma vie professionnelle des journalistes et personnes des média, je n'ai pas envie d'en côtoyer encore une fois à la retraite.
Je ne suis enfin pas venue parce que j'ai quitté Paris en début d'année et que je fais comme une allergie à cette capitale.

Et puis, cette association de gens d'@si... bof. Il y a déjà des gens qui se retrouvent selon leurs affinités, à quoi bon leur donner un cadre ?
Et pourquoi vouloir à tout prix les organiser et les hiérarchiser ?
Non. Pas vraiment preneuse.
C'est ici le fil où on doit se justifier de ne pas être venu au pique-nique d'@si ?
Bien, alors je ne suis pas venu au pique-nique d'@si pour une très bonne raison :
J'étais en Provence où il faisait un temps superbe, et tandis que je bronzais les doigts de pieds en éventail au bord de la piscine olympique du douze pièces cuisine mis à ma disposition par des amis sarkozistes, dans la vie il faut savoir faire des concessions, je me disais qu'en cette saison, il fallait être limite taré pour se rassembler au nord de la Loire, le cul dans l'herbe humide.
Moi qui suis venue au pique-nique comme je vous comprends...

Et oui, je crois que j'aurai mieux fait de rester anonyme derrière mon écran que de venir... Pas vraiment déçu puisque je ne savais pas du tout quoi en attendre, mais quand même un peu de n'avoir pas osé discuter avec l'équipe, et surtout de ne pas avoir vraiment partagé avec les gens présents.

Un peu trop timide sans doute, mais aussi pas envie d'être comme certains, ou plutôt certaines, essayant de nous convaincre de signer une pétition ou s'indignant sur des sujets sans en connaitre grand chose. On aurait dit le déversoir du répondeur de "là-bas ci j'y suis" par moments.

Mais je pense que je ne suis pas la seule à avoir ressenti celà puisque beaucoup sont comme moi restés spectateurs de la discussion animée par Daniel.

Finalement est-ce que la non-organisation convient bien à ce genre d'évènement? Je pense qu'il aurait été plus sympa de dresser une grande table ou chacun aurait mis une salade, un paté ou un fromage, autour de laquelle tout le monde aurai pu bouger se rencontrer et discuter, et faire autour des coins discussion plus spécifiques du genre "ici on discute de tel sujet" avec pourquoi pas un membre de l'équipe ou deux à chaque endroit.

Enfin, peut-être que l'asso des amis d'asi sera une occasion de réellement échanger...
C'est bien ça le problème d'internet aujourd'hui: on est anonyme et on se cache derrière un pseudo! Mais pourquoi donc? L'homme est un être social...
"Si c’est dans l’intimité et en petit comité, je dis pas non."

Juste Daniel et vous , par exemple?
:)
Bon, mais alors, sinon, DSK il est coupable ou pas finalement ?
Moi aussi je pourrais faire une déclaration d'amour à ASI où je suis venue dès le début,frustrée d'avoir perdu "mon"arrêt sur images du dimanche sur la Cinq.Mais je ne viens pas au pique nique.Je préfère rester sans visage et pour l'équipe et pour les asinautes. Salut à tous.
C'est passionnant. Moi je devais récupérer les clés du camion sinon j'allais être emmerdé pour livrer l'armoire.
Joli texte

Moi non plus, je ne suis pas allée au pique-nique d'@SI, alors que pour une fois ce n'était pas l'époque de mes vacances.

Mais j'ai passé une partie du mois de juillet à l'hosto, et je ne me remets pas de ce auquel l'hosto n'a rien compris à part une hépatite qui ne vient de rien de spécial. La seule chose que je sais, c'est que ça continue de m'épuiser, alors même faire le tour du pâté de maison me fatigue au plus haut point, et je ne parle pas d'une petite conversation.

Alors je n'ai pas poussé à six stations de métro pour retrouver tout le monde.

Mais j'étais de tout coeur avec vous.
A l'année prochaine, j'espère.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.