548
Commentaires

Pourquoi je ne présenterai pas d'excuses à Péan

Alors, Petit Scarabée, tu n'avais donc dans ta besace que ce mot de "cosmopolite" ? Et c'est avec ce petit mot, ce pauvre petit mot de rien du tout, que tu as osé faire peser sur Pierre Péan le soupçon infâme d'antisémitisme ? Allons, des excuses à Péan, et vite !

Derniers commentaires

Je viens de voir, avec retard la vidéo Péan et votre chronique associée.

Je rebondis, près lecture, sur une récente chronique de Judith à propos de Frédéric Mitterrand où elle cite un passage du livre, que je n'ai pas lu, dans lequel il explique à mots choisis comment il se fit mettre "jusqu'à la garde dans le cul". "Qu'en termes galants ces choses là sont dites" :

"un ouvrier immigré, assez beau gosse, qui ne pensait qu’à son plaisir et se vengeait de tout le reste, en bon macho, la lutte des classes au bout du zob enfoncé jusqu’à la garde dans le cul des jeunes bourgeois. Il m’avait blessé, infecté d’une maladie, souffrance tenace et secrète dont j’ai mis des mois à me guérir".

Oublions le fait, j'en ai lu d'autres, mais "en votre âme et conscience", cher Daniel, les deux mots accolés "ouvrier immigré"" (maghrébin sans doute) qui "blesse, infecte et fait souffrir", ce pauvre Fredo, devenu depuis ministri-cul de la cul-ture ne vous choque-t-il pas autant que le mot "cosmopolitisme" de Péan ?

Et pourtant Judith n'a pas relevé ce racisme social et ce social racisme ordinaire. Au contraire, elle commente : "Alors : viol, ou pas viol ? Cette "blessure" : morale, ou physique? Et cette "souffrance tenace et secrète ": d’avoir été offensé, ou d’avoir été infecté ? L’écriture ne le dit pas; elle dit justement qu’on ne peut pas tout à fait le dire, parce que le réel est comme le langage : parfois ambigu, flottant, indécidable."

Qui peut dire que la scène est véridique ? Et si elle n'était là que pour justifier le reste et les "garçons" du Maghreb et de Thaïlande ?

Cette scène, ces mots de FM, sont pour moi, "humaniste aux dents longues" (qui fut sujet d'un article dans le Monde dimanche de Daniel Schneider, pigiste en décembre 2009. Trente ans déjà. Hé, oui !) aussi choquants et intentionnels que "cosmopolitisme" de Péan.

Et pour vous? Puisque pour Judith, j'ai bien noté qu'elle n'avait pas été choquée par ce racisme ordinaire, mais plutôt par la "blessure" du "viol ou pas viol" dans le sauna.
Il se trouve que j'ai étudié l'hébreu - et même enseigné - et que je connais la culture et les textes qui sont le fondement du judaïsme.
.
Vous écrivez : "On a parfaitement le droit d'attaquer Kouchner sur sa politique israélienne. Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre..."
.
Or, si vous êtes vraiment honnête - ce que je suppose car je vous apprécie - vous devrez confirmer que la judéité d'une personne n'est PAS uniquement la croyance ou la religion, car il y a des juifs athées, c'est aussi un lien profond avec une culture - très riche - et une Terre, celle d'Israël.
.
A Pessa'h, chaque année, ne dit-on pas lors du Sedar : "BaSchanah haBaah b'Jeruschalajim!" ?
.
Il y a un lien profond entre la croyance, la culture (pour les juifs non-croyants) et la terre. Le gouvernement actuel a bien parlé d'un Etat juif, me semble-t-il, et demande sa reconnaissance en tant que tel.
.
Il est donc impossible qu'un ministre des affaires étrangères ayant cette culture n'ait pas une attitude affective particulière face au problème israëlo-palestinien, il ne peut en aucun cas être neutre affectivement, ni culturellement.

Soit, voulant montrer qu'il est objectif, il essaiera d'être particulièrement zélé dans sa volonté de "résoudre" ce problème. Soit il favorisera les positions israëliennes.
.
Je vous apprécie beaucoup, c'est d'ailleurs pourquoi j'ai pris un abonnement à @si, mais je n'aime pas ce côté de vous qui se retranche derrière l'antisémitisme - puni par la loi - comme le fait la "bien-pensance" actuelle ambiante, surtout dans le milieu journalistique.

Depuis quelques années, les journalistes donnent la "religion" d'une personne alors que c'était impensable dans un pays laïque il y a encore 30 ans. Je me souviens de ce jeune attaqué dans le Marais, les journalistes ont déclaré en boucle "Un jeune juif a été attaqué..." En fait, il s'agissait d'un règlement de compte et la religion ne jouait aucun rôle, elle était tout à fait fortuite dans ce contexte. Je trouve que les journalistes sont en train de contribuer à tuer la laïcité, souvenez-vous des guerres de religion en France qui ont fait des centaines de milliers de morts. Il ne faudrait pas les faire revenir...
.
Je pense que c'est grossir le trait de manière inutile et cela dessert de plus en plus la cause que veulent défendre ceux qui accusent tout le monde d'antisémitisme, dès que les gens disent les choses comme ils les perçoivent.
.
Dommage que y soyez en plein dedans, vous qui êtes d'habitude si critique sur les autres.
Merci M. Schneidermann de rédiger un article en réponse aux messages de vos lecteurs. Merci.
Car cette attitude montre une avancée du débat entre rédacteur et lecteur, une avancée dans l'intelligence collective. Merci.

Vous parlez "d'Obsessionnels, oui, mais pièces en main..." (une demande d'argumentation bien tournée), il faut dire que le fait de pouvoir réagir avec les journalistes en direct est quand même extraordinaire, alors parfois on s'emporte, on déborde et de votre côté vous devez avoir forcément l'impression du seul (en plus le seul à l'avoir lu ce livre, ca a du bien vous énerver) contre tous.

En ce qui concerne le débat sur la religion, je suis agnostique donc que ca porte sur une religion monothéiste ou multithéiste...Rien à réfléchir.

Je vous redit donc merci pour l'ouverture que vous donner au débat tout en argumentant vos convictions; du bon, très bon travail. Même si des lecteurs ne le voient pas du même oeil : "C'est bien la première fois que je vois un unijambiste se tirer une balle dans le genou !"
Ca n'atteint pas le sérieux de vos arguments mais elle m'a fait sourire!

Cordialement.
Cher Daniel
Je trouve vos arguments spécieux (ce sont du reste les mêmes que ceux de ces grands médias dominants dont vous prétendez d'habitude vous démarquer) : en quoi reprocher à Bernard Kouchner son manque de patriotisme serait-il antisémite ?
Reprocher à un ministre de ne pas se lever quand sonne la Marseillaise est-il forcément synonyme de haine des juifs?
J'ignore si l'anecdote racontée par Péan est vraie, mais je crois effectivement qu'on doit aimer son pays quand on accède aux fonctions de ministre de la République. La judéité de Bernard Kouchner n'a rien à voir là-dedans.
Comme Philippe Val, vous semblez considérer que se dire attaché au patriotisme, à la nation, c'est forcément se rallier à l'idéologie maurrassienne, donc à Vichy et à l'idéologie d'extrême-droite.
Or, Péan n'a cessé d'exprimer son attachement à un patriotisme qui se situe aux antipodes de celui de Maurras et de l'Action française. Il s'agit d'un nationalisme républicain et laïc, qui se veut l'héritier des valeurs de la Révolution française - soit l'exact opposé du nationalisme monarchiste et catholique incarné par Maurras puis par Vichy. Faut-il conclure qu'Eric Zemmour, qui se veut le défenseur des mêmes idées, est lui-même un dangereux antisémite ?
Il est très regrettable qu'aujourd'hui, même sur un site éclairé comme le vôtre, on puisse être considéré comme antisémite sur la base de contresens historiques aussi énormes.
Et il est plus regrettable encore de vous voir, malgré la fronde de vos lecteurs, participer activement à cette chasse aux sorcières dont Pierre Péan - comme beaucoup d'autres - est aujourd'hui la victime,
Je n'ai pas lu le livre.

Ce qui me fait réagir, tardivement parce que récemment abonné, c'est la critique facile sur un "acharnement" de DS. Pierre Péan au moment de cette émission sait qu'il sera interrogé sur ce choix de mot. Et même s'il y répond, il sait que DS, dans son rôle de journaliste (bien compris et accepté en début d'émission) reposera cette question. Parce que DS a une idée de la réponse. Un idée qui lui est propre c'est certain. Mais aussi parce que ce mot est passé sous les yeux de plusieurs personnes avant d'être édité et publié. Pierre Péan n'est pas le dernier des écrivains. Il sait l'importance des mots et sait aussi que l'utilisation de celui-ci sera une aubaine pour Bernard Kouchner.

Ce que je n'arrive pas à comprendre c'est pourquoi Pierre Péan quitte le plateau sous-prétexte de cette accusation. Il dit "l'enlever s'il avait à le refaire". Il me semble que cela suffit à clore le débat. Si DS s'acharne, il a là tous les moyens pour lui faire remarquer qu'il venait de répondre à la question. Le fait de quitter le plateau ressemble malheureusement à un manque d'argument. Et pourtant il semble d'après tous les commentaires qu'il n'en manquait pas. Cependant, si Pierre Péan utilise ce mot (cosmopolitisme) en réponse à Bernard Henri-Levy, dont Lisuzan plus haut rappelle les extraits où il en fait usage, pourquoi n'en parle-t-il pas ?

Je n'ai pas lu le livre. Mon avis, aussi peu important qu'il soit mais DS nous demande de juger, est que Pierre Péan est réellement blessé par ces accusations. Et que Bernard Kouchner les utilise pour discréditer l'auteur et faire passer le sujet du livre en second plan. Malgré tout, je trouve Pierre Péan complètement désarmé lorsque DS aborde le sujet. Désarmé peut-être parce que, comme il le dit lui-même, il n'écoute pas les commentaires. On les lui rapporte. Plus que l'emploi de ce mot, sa plus grosse erreur est de ne pas écouter tout le bruit que fait un tel livre à charge. Et de préparer la contre-offensive…

Et pour reprendre Mathieu H. sur les questions liées à l'antisémitisme "…dans le débat d'idée de notre époque, il est à mon sens primordial de se préparer à repondre sur ces questionnements…" Pierre Péan ne l'était apparemment pas.
Bonjour,
je suis en train de lire le livre de Péan car j'ai depuis longtemps une aversion contre tout ce que représente Monsieur K : gauche caviar, pipolisation, flagornerie etc...
Mais je pense que ce n'est pas parce qu'on n'a pas lu ce livre qu'il n'est pas possible de donner un avis sur cet interview tronqué. Monsieur D.S, vous avez été dans votre rôle de demander à monsieur Péan s'il regrettait d'avoir utilisé ce mot. Celui-ci a courageusement regretté l'usage de ce mot.
Monsieur D.S , votre insistance m'a gêné. Ainsi, vous sous-entendez dans vos propos de cet interview que monsieur Péan n'est pas un écrivain sérieux car il n'a pas pris garde au fait qu'il prête ainsi le flanc aux attaques du clan K. Que vous le pensiez et que vous le dites une fois, on a compris mais on voit bien dans cet interview que vous n'étiez pas satisfait que lorsque monsieur Péan ne se soit mis à genoux, implorant sans doute votre pardon.
J'attendrai la fin de ma lecture pour me rendre compte s'il faut constater ou non l'antisémitisme de monsieur Péan.
Monsieur K. a dans sa réponse à la question de J.M.Ayrault (je crois) à l'assemblée Nationale uniquement axé son "argumentation" sur cet aspect là en occultant complètement tout le reste : monsieur K va-t-en-guerre, monsieur K qui n'a aucune gêne à ce que Mme Ockrent soit la voix de la France à l'étranger etc..
Enfin, j'attendais de votre interview quelques demandes de détails sur, par exemple, la relation entre K. et Kagame, le fait que celui-ci a pu, grâce à la pseudo arrestation de sa ministre, accéder aux dossiers du juge Bruguière afin de mieux contrer par de faux témoignages.
Mais, cela ne signifie pas que globalement je suis assez satisfait d'être parmi les abonnés d'asi...
"sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme."


a priori, comme d'autres, je m'interroge sur cette définition.

merci de vous interroger avec moi pour creuser la question.
Cher DS, prenez la peine de me lire jusqu’au bout, je pense que vous comprendrez mieux le pourquoi du tollé que vous avez soulevé.

Pourquoi autant d’entêtement de votre part, cher DS ? Votre prestation fut, certes, des plus contestables, mais je vous absoudrais volontiers s’il n’était votre stupide obstination à nier l’évidence : vous fûtes détestable à l’encontre de votre invité, et à mon sens ce dernier mérite excuses et, ne les obtiendrait-il pas, il serait parfaitement en droit de vous demander réparation. Rendons grâce au ciel que ce pénible incident ait eu lieu en nos contrées, en ce début de vingt-et-unième siècle, nous préservant ainsi des affres de l’incertitude d’un duel auquel vous n’eussiez pu vous soustraire. Quelle perte pour la décryptologie médiatique !

Comment ! de quoi ! qu’est-ce ! De quoi se mêle-t-il celui-là !

Loin de moi l’idée de vous prendre de haut et de vous asséner ce reproche sans le justifier. Me voici donc dans l’obligation de dénoncer la confusion certaine qui émaille votre argumentaire, pour ne pas dire l’inanité de votre propos. Ne voyez aucune attaque personnelle ni vile condescendance dans un discours qui sonnera quelque peu pontifiant aux oreilles de vos affidés les plus sincères, mais qui se veut des plus impartiaux et respectueux d’une certaine objectivité dont malheureusement @si semble se départir avec facilité depuis quelques temps.

Je vous sais, ô combien, attaché à une certaine rigueur intellectuelle et n’ai jamais douté de l’honnêteté de votre approche journalistique, aussi permettez-moi, dans la mesure de mes modestes moyens, d’user de cette froide rationalité dont la logique implacable apaisera, j’en suis sûr, les éventuelles estafilades d’amour propre causées par mes reproches.

Oui ! vous devez des excuses. Vous devez des excuses car votre acharnement à prouver l’antisémitisme de votre invité était intolérable pour deux raisons :
1) L’argument de l’antisémitisme n’apporte aucun éclairage professionnel sur le contenu du livre. Cela peut paraître paradoxal, mais d’un point de vue purement journalistique, vos interrogations sur le prétendu antisémitisme de votre invité ne constituait ni plus ni moins qu’une attaque ad hominem n’ayant aucun rapport direct avec la gravité des faits dénoncés dans le livre. Ce sera le premier point de ma démonstration.
2) Il relevait de l’insinuation, de l’intime conviction et du subjectif et ne s’appuyait sur aucune base concrète. Votre présent post s’attarde à essayer d’étoffer ce sentiment diffus, légèrement nauséeux dont vous fûtes victime, mais il manque sa cible. Ce sera la deuxième partie de ma démonstration.

Premier point : une attaque ad hominem.

La démonstration est fort simple.
a) Péan formule dans son livre un certain nombre d’allégations à l’encontre de K. Votre propos, en tant que journaliste, est de déterminer quel degré de confiance on peut accorder à ces allégations. Sont-elles complètement justifiées ? les sources sont-elles fiables ? sont-elles mensongères ?

b) En quoi l’antisémitisme présumé de l’auteur peut-il alors apporter un éclairage supplémentaire pour répondre à la question précédente ? J’ai envie de répondre, en rien. Cela nous éclairerait éventuellement sur les motivations profondes de l’auteur mais aucunement sur la véracité de ses allégations. La vérité doit-elle nécessairement se parer de la vertu ? Les motivations à dévoiler une vérité interfèrent-elles avec cette même vérité. La décrédibilisent-elles ? La rendent-elles moins véridique ? Le prétendu antisémitisme de Péan rend-il ses accusations caduques ? Sacré dilemme ! On pourra méditer cette citation approximative de Le Pen : « Si Jean Marie Le Pen disait que le ciel est bleu, certains trouveraient à dire le contraire ».

c) Il resterait bien une justification, pourtant. Si Péan est antisémite et que K. est juif, on peut douter de l’objectivité de son argumentaire. Sa motivation antisémite pourrait prendre le pas sur son objectivité journalistique. Soit ! Mais alors pour le prouver vous avez deux options : soit démontrer que les allégations sont mensongères, or vous ne prenez pas la peine d’essayer de les démonter. Soit vous retenez la deuxième option qui consiste à le soupçonner d’avoir inventé certaines de ces allégations, par pur aveuglement antisémite. Vous lui faites alors un procès d’intention et vous insinuez qu’il est un menteur, SANS LE PROUVER. CQFD. Attaque ad hominem. Rien de journalistique dans cet acharnement à vouloir démontrer un prétendu antisémitisme qui de toute façon, je viens de le démontrer n’apporte rien à la seule analyse qui devrait vous préoccuper : les allégations sont-elles justifiées.

Deuxième point : une attaque injustifiée.

Votre démonstration tourne en boucle. Convaincu de la malhonnêteté intellectuelle de Péan, vous essayez, a posteriori, de la démontrer. J’ai lu le livre en question et si je devais le résumer en une phrase, ce ne serait certainement pas les attaques prétendument antisémites qu’il contient qui orienteraient mon travail.

Ce qui me gêne le plus est la manière dont vous extirpez de son contexte le cas israélien pour étayer votre thèse. Ce que tente de prouver Péan est que K., au nom du droit d’ingérence humanitaire, motive des interventions militaires dans le cadre de l’ONU pour aider les populations victimes de conflits. Le problème ? K. s’allierait systématiquement au camp du plus fort et diaboliserait le camp des plus faibles en dénonçant le prétendu génocide dont ces derniers se rendraient coupables. Une fois acquise l’opinion publique à la cause du camp « des gentils » (l’emploi du terme « génocide » y participe grandement), l’intervention militaire en découlerait naturellement.

Péan ne remet pas en cause les atrocités commises ; il dénonce seulement le rejet systématique des responsabilités des massacres sur un seul des deux camps, indépendamment de l’information dont dispose K., et le recours, tout aussi systématique, au terme de « génocide » même lorsque la preuve du contraire est apportée (terme fortement connoté et qui sous-entend une entreprise systématique d’élimination d’une population selon des critères ethniques, religieux ou autres). Un manichéisme qui ferait fi de la réalité du terrain, ignorerait les preuves contradictoires en faveur des prétendus génocidaires, jusqu’à même fermer les yeux sur un nettoyage ethnique anti-serbe au Kosovo. Et de citer le cas des Serbes, des Hutus et des Palestiniens.

Comment interpréter le traitement du cas israélien ? Vous avez choisi l’interprétation « judaïsante » (désolé pour cet horrible néologisme) qui effectivement « collerait » bien : K. prend le parti de ses semblables, les juifs, il n’est donc pas juste. Cette allusion subtile à sa judaïté (une à la page 29 et l’autre à la page 269, on a connu plus virulent comme méthode de propagande), pourrait effectivement avoir un certain relent d’antisémitisme (ou tout du moins pourrait traduire une certaine tendance antisémite de la part de son auteur. Cela reste très subjectif, et surtout, je m’adresse au journaliste, si véritablement K. privilégiait ses origines dans le choix de ses causes, comment faudrait-il le dénoncer sans pour autant passer pour un antisémite ? Tout cela demeure un problème « d’âme » comme vous l’avez si justement et si pesamment fait remarquer lors de l’émission, et à moins que vous soyez télépathe, on voit mal comment vous pourriez nous éclairer plus sur les états d’âme de votre invité).

Mais on peut aussi comprendre le cas israélien différemment - et cela suivrait mieux la trame du livre - comme un exemple supplémentaire (après le serbe et le hutu) insinuant que K. ne privilégierait pas la défense du plus faible. C’est personnellement l’interprétation que je retiens. La vôtre me semblant par trop subjective. Vous pourrez me trouver trop naïf. Mais franchement, avant même d’en arriver au traitement du cas israélien, ma foi dans le « french doctor » était déjà fortement ébranlée.

En clair, il faut beaucoup d’imagination pour dénicher un ressort antisémite dans l’argumentaire de Péan et les rares exemples que vous donnez peuvent être interprétés différemment. Moralité. L’attaque semble particulièrement injustifiée. Deuxième point démontré.

Pour conclure, avis purement personnel : on comprend mieux en lisant ce livre pourquoi la junte militaire birmane craignait tant l’intervention du même K. après le passage du cyclone Nargis. Elle ne souhaitait pas voir apportées les « preuves » d’une quelconque culpabilité. Cette remarque ne justifie, bien sûr, en rien les excès du régime birman.

J’invite enfin les internautes à se forger leur propre opinion en lisant le livre par eux-mêmes. Livre dont le contenu est édifiant s’il s’avère exact (retenue d’usage). On aurait préféré une réponse de K. sur le fond plutôt que sur la forme.
Son attitude versus le génocide des Tutis par les Hutus, il allègue un double génocide comparant 30 000 morts de guerre à une extermination systématique des Tusis, voilà encore un dérapage de Péan, que redresse bien Sylvain Bourmeau dans son émission La suite dans les idées de mardi dernier sur France Culture.

http://anthropia.blogg.org
Bon !
Je suis venue, j'ai lu, et je n'ai rien vu !

Pas vu d'antisémitisme dans le livre de Péan que j'ai parcouru en écarquillant les yeux pour y voir de la judéophobie..

Enfin, rien vu qui soit patent.

On peut toujours trouver des liens entre différents raisonnements que fait Péan et les rattacher pour créer une argumentation qui sous-tendrait de l'antisémitisme inconscient, mais à ce compte-là, en déductions purement jésuitiques, on pourrait prouver tout et n'importe quoi. Même avec une grande sincérité.
Et un débat n'aurait plus aucune valeur, et toute parole perdrait son sens.

J'ai souvenance que je vous avais reproché pour l'argent-dette de ne pas avoir suffisamment insisté sur l'antisémitisme au moins potentiel de cette animation de Grignon, mais là je ne vous suis pas.

Pas vu.
Rien qui vaille de nous avoir infligé l'image de cet homme vieilli, ce journaliste qui a déterré tant de scandales, devoir quitter le plateau parce qu'il ne peut pas se défendre de quelque chose qui serait inconscient.

Alors, évidemment, entre cette image-là et celle des Africains qui crèvent sous la dictature de Bongo, la deuxième serait la plus terrible. Le seul problème, c'est que cette deuxième image n'existe pas. Ou si elle existe, nous ne la verrons pas.

Alors il ne reste plus que celle de Péan pour faire mal.

A propos du livre, je pense qu'il mérite d'être lu, parce qu'il dresse un panorama assez complet de B Kouchner.
Je ne pensais pas qu'il m'intéresserait autant.

Mais toute une série de trahisons de son propre idéal le rend en définitive très humain. Même si le livre ne lui fait pas de cadeaux.

Et je voudrais revenir sur un autre raisonnement qui est implicite dans le livre

C'est l'idée que chez Kouchner comme chez la bande à BHL, celle des Nouveaux Philosophes, il y a un problème, et que ce problème serait inhérent à leur identité juive.
Parce que je pense que c'est cela au fond qui nourrit vos soupçons sur l'antisémitisme de Péan.
J'ignore si cette théorie de Péan est exacte, parce que comme lui, je ne suis pas dans leur tête, mais je pense qu'elle mérite d'être examinée.

En gros, Péan dit : Kouchner se définit comme juif, Il raisonne par rapport à la Shoah où il regrette que personne à l'époque n'ait été en mesure d'analyser, de témoigner, d'empêcher. Donc quand il rencontre un phénomène historique qui pourrait être assimilé à un génocide, il plaque la lecture de la Shoah dessus :
Là les bons, là les méchants. Là les victimes là les bourreaux. Je sais, j'ai témoigné, j'ai vu, j'ai empêché que ça ne se poursuive.
Et donc je dédouane certains, qui n'étaient pas si innocents pour faire des autres des coupables, alors qu'ils ne l'étaient pas pour autant.
Et en faisant cela, je soigne ma névrose. Et je mélange tout, et j'aggrave encore les choses. Et je me fais manipuler par le premier venu qui aurait un intérêt stratégique ou économique dans l'affaire.

Et, sous-entendu par Péan, c'est la même chose pour les ex Nouveaux Philosophes. BHL, Glucksman, Finkelkraut.

Je ne sais pas si je suis antisémite, mais cette idée me semble assez pertinente.

On va d'abord revenir sur la Shoah dans le sens où un grand nombre de personnes ont été assassinées dans des conditions souvent atroces uniquement au motif de leur identité culturelle, juive la plupart du temps.

Alors d'abord, six millions de personnes ont disparu dans cet immense trou noir tandis que sept millions d'autres ont été tuées dans d'autres camps, construits par les mêmes bourreaux.

Mais évidemment, les victimes ne sont pas comparables, pour une raison très simple, c'est que ceux qui étaient sept millions à mourir avaient des raisons d'être emprisonnés, parce qu'ils s'étaient opposés aux nazis. Bonne ou mauvaise raison, il y avait une raison politique, une sorte de norme historique qui explique leur calvaire et leur mort.

Dans la Shoah, rien de tel. La plupart de ceux qui vont y mourir sont totalement innocents. Ils ne se sont souvent pas révoltés, ne sont pas une menace ni réelle ni potentielle pour les nazis.
A partir de 1942, lorsque l'Allemagne nazie est en guerre totale contre une grande partie du monde, elle continue à employer une partie de son infrastructure et de ses soldats pour éliminer des personnes qui ne les menacent pas et n'ont rien à voir avec l'ennemi. C'est une attitude totalement aberrante et contre-productive stratégiquement. Même si le massacre a un aspect rationalisé à outrance et systématique.

Alors, je ne vais pas vous infliger les théories d'Alice Miller sur la psychologie de Hitler et de son père, et d'Hannah Arendt sur l'espace politique et le totalitarisme. On n'en finirait pas, et il ne s'agit là que de théories.

Il reste que dans la Shoah, nous sommes dans une situation de perversité pure et de sadisme : des bourreaux et des victimes. Le prétexte : l'identité culturelle, la race fantasmée. Et cela fait de la Shoah quelque chose d'inédit dans l'histoire du monde, quelque chose de totalement nouveau.
Vous remarquerez que je n'ai pas mêlé l'antisémitisme à tout cela, non parce que je considère que ça n'a rien à voir, mais parce qu'il n'y a pas de rapport direct de cause à effet.

Ce n'est pas parce qu'il y a antisémitisme que directement on construit des camps et qu'on y assassine en masse des Juifs. L'antisémitisme était important et même meurtrier en Allemagne longtemps avant Hitler.

Il faut passer par des processus beaucoup plus compliqués en inventant le concept d'Untermenschen dans un contexte de totalitarisme où tout est inféodé au Führer et où tous les rapports humains sains disparaissent, où la peur règne et où aucune transgression n'est possible.

Il reste que la Shoah est unique jusqu'ici dans l'histoire de l'humanité.
Il s'est produit bien des massacres et des génocides avant et après la Shoah, et parfois dans des proportions encore plus importantes, mais on peut toujours découvrir dans ces assassinats de masse des raisons économiques, stratégiques ou politiques, une sorte d'atroce efficacité.
Ici, rien de tel.

Par ailleurs, nous autres humains, nous existons dans un processus très complexe de construction de l'individu et de son identité.
Nous sommes tous passés par cette construction psychologique qui inclut comme un de ses socles la notion d'appartenance identitaire. Tout bêtement parce que nous sommes des individus sociaux.
Je suis Bretonne, tu es Français, elle est Européenne. Nous appartenons au genre humain. Vous êtes juifs, ils sont noirs dans un monde de blancs. Nous pouvons mélanger différentes appartenances, mais il est des appartenances culturelles auxquelles il est difficile d'échapper, parce qu'elles sont très prégnantes et que nous serons juif, alsacien ou breton dans le regard de l'autre, uniquement par exemple à travers le nom que nous portons.
Et parce que nous avons conscience d'appartenir à une communauté identitaire et à l'assumer pleinement, nous sommes en mesure de trouver l'autre et de le comprendre, celui qui assume une autre appartenance. Et si certains se perdent à détester l'autre, c'est un simple défaut de construction.

Alors forcément, il y a un trou. Pour chacun d'entre nous qui devons aussi assumer notre appartenance au genre humain. Il y a un immense trou noir parce que la Shoah est advenue un jour, quelque part à l'intérieur de l'humanité. Que nous l'acceptions ou non, de toutes façons, c'est arrivé. Nous ne pouvons pas revenir en arrière. Nous ne pouvons plus rien empêcher. C'est difficile pour chacun d'entre nous. Nous devons tous nous construire et vivre avec ça.

Mais ça l'est évidemment encore plus pour quelqu'un dont l'identité culturelle, l'appartenance, est justement juive. Parce que la Shoah est intimement liée à sa propre identité et rend très difficile sa construction. Il y a mille façons de s'en sortir. Et je suppose que la plupart des Juives et Juifs s'en sortent bien.

Une façon de s'en sortir est de se dire qu'il existe quelque part un sanctuaire, un endroit où cette identité serait préservée et protégée, un endroit qu'on pourrait appeler par exemple Israël.
Et à chaque fois que ce sanctuaire est attaqué, on peut penser que ça justifie tous les bombardements possibles, toutes les ignominies. Parce qu'on a construit un sanctuaire fantasmé à l'intérieur de sa propre identité, et qu'à part soi, personne n'y est menacé.

Et on peut aussi rejouer le film, encore et encore. On peut imaginer que chaque massacre de masse est un remake de la Shoah. Qu'on trouvera des innocents et des bourreaux là, sous nos yeux. Que cette fois, on pourra changer quelque chose, témoigner, combattre, empêcher. On pourra refaire l'histoire et échapper à la faille dans notre propre identité. Mais tout se dérobe, et il faudra en trouver d'autres, transformer d'autres saigneurs de la guerre en victimes sacrificielles. Les laisser continuer à massacrer dans le pays à côté parce qu'ils ont été blanchis (dans différents sens du terme, parce qu'il ne faut jamais oublier que la Shoah s'est passée en Europe, et nulle part ailleurs) par l'obsession du bon French Doctor.

Mais l'histoire, heureusement, ne repasse pas aussi facilement les plats.

Voilà ! Vous voyez que moi aussi, je peux explorer le secret de l'âme, et l'inconscient.
A ce compte-là, je peux faire tous les procès imaginables.

Mais peut-être aussi que j'ai raison. Que ma celtité me permet de comprendre quelque chose de la judéité.

Quant à présenter des excuses à Péan, comme on dit chez moi en Bretagne :

« Cela ne sert à rien de s'excuser, il ne fallait tout simplement pas le faire.
Et surtout, il ne faut pas le refaire. »
La référence à POST ....(bof)
la référence à une directive de la Commission Européenne...(bof)
Il s'agit en fait d'un fichier .pdf sans autre référence que EUMC qui est aujourd'hui
the Fundamental Rights Agency FRA
Soignez vos références s'il vous plait!
Hier Bakchich demandait pourquoi Kouchner n'interessait pas la presse, je me demande pourquoi ce ministre disqualifié est encore en place ?
Daniel l'orgueil vous aveugle, vous n'avez pas choisi le bon angle pour accoucher Péan, et votre insistance vous range à mes yeux dans le camp de ceux qui regarde le doigt plutot que la lune. Cette lune argenté, qui éclaire les petites affaires sales des courtisans, mais trève de poésie !

L'aborigène cosmopolite (qui n'a pas voté comme vous en 2005!..) que je suis, reprendra bien sur son abonnement pour 2010.
Salut à tous,
J'ai lu plus haut" ASI a mangé son pain blanc". Cest vrai qu'après cet acharnement sur Péan,que je ne connaissais que vaguement mais me paraît respectable, j'ai regretté de m'être réabonné. L'interrogatoire de DS sur Péan frise l'indécence, et l'on se demande lequel des deux est le plus "clair". Si l'on soupçonne quelqu'un de raciste parcequ'il emploie le mot "beur" par exemple, est aussi ambigu que l'emploi du mot cosmopolite, qu'il va falloir si çà continue supprimer du dictionnaire. Cette émission me tarabusque depuis une semaine, et je vide mon sac sur le vif car je vois que je n'étais pas le seul a être perplexe. Mieux vaut retourner 7 fois son clavier avant d'écrire, j'espère ne blesser personne.
Bonjour, J'ai regardé l'émission mais pas encore lu le livre.

Néanmoins je ne pense pas avoir besoin de lire le livre pour dire que je trouve l'interview vraiment agressif voir ciblé sur l'utilisation d'un mot : "cosmopolite". Je me suis dit, regardons dans le "Grand larousse" voir si c'est un synonyme de "antisémite".

Définition : "Qui se considère comme citoyen du monde. Qui se tourne vers tout ce qui est étranger. Qui vit tantôt dans un pays, tantôt dans un autre, en s'adaptant aux moeurs du lieu".

Je vois rien dans cette définition qui justifierait l'interdiction de ce mot et qui soit en rapport avec Israël ou les juifs.

Donc, à partir du moment ou Mr Péan vous dit pourquoi il avait utilisé ce mot, je ne comprends plus votre insistance. S'il n'avait pas répondu, oui, mais là il a répondu en indiquant qu'il a utilisé ce mot uniquement pour ce qu'il signifiait et personnellement cela me suffisait. Je serais parti également.

Je regrette que de nos jours on commence à "brader" le terme "antisémite". Je suis convaincu que Mr Péan et Mr Dieudonné ne sont pas antisémites (j'ai peut être tort mais je pense avoir le droit d'avoir cette conviction).
Il faut arrêter ce cirque car le risque est de créer des clans qui ne se parlerons ou ne se comprendrons plus. On a le droit de dire du mal du nazisme, du KKK, de la colonisation (presque), de l'islamisme, du pape, des négationnistes, mais aussi du gouvernement d'Israël, du CRIF si on argumente nos dire. Le tout est de faire attention à ne peut pas confondre le peuple et les dirigeants et la manipulation des dirigeants pour que le peuple leur donne le pouvoir. Et là, c'est votre rôle de journaliste de nous éclairer !!

La bonne idée serait de faire une émission avec Mr Dieudonné, le symbole pour les médias du vilain petit canard et de voir avec lui ce qu'il pense vraiment, quel est le but de sa démarche... Mais c'est évident que s'il donne des réponses qui indiquent de bonnes raisons, il ne faut pas chercher à comprendre autre chose ;).

Bref, sans vouloir vous donner de leçon, je pense que vous devez des excuses à Mr Péan.
Je n'ai pas lu le livre, mais je vais aller l'acheter.

Péan est un infatigable enquêteur. Depuis Affaires Africaines, superbe livre de 1983, sur la mise au pouvoir de Bongo par la France gaulliste... Bongo, qui se trouve au coeur de l'affaire Kouchner aujourd'hui. Il faut absolument soutenir ce genre d'écrivains-journalistes.

Je suis choqué par la mise en accusation de Péan sur votre plateau.
Avec la petite explication de la fin qui justifie l'ensemble de l'article pour pouvoir continuer à attaquer Kouchner, je mesure la force de la calomnie jetée sur Péan!
Inconsciemment, vous vous sentez obligé de choisir votre camps?
Pensez-vous que les défenseurs de Péan seront à leur tour catalogués dans une zone qui ne sent "pas bon"?

N'est-ce pas baisser les bras un peu vite que de dire "je ne sais pas, jugez vous-même".
Laisser insinuer que c'est possible (que Péan soit antisémite) est assez lâche, je trouve.

cordialement
Je n'ai pas besoin de lire le livre pour reagir.

Cher Daniel,

Pourtant admiratif de votre travail de journaliste, je reste un peu perplexe a la lecture de votre article.
"croire les denegations de Pierre Pean sinceres tout en etant pas dans son ame"....

Ne parait-il pas evident qu'il s'agissait pour Kouchner de refaire surgir le spectre de l'antisemitisme permet d'eviter de parler du fond du livre et de discrediter son auteur.

Pourquoi justement ne pas rebondir sur cette affaire en se concentrant sur l'exploitation et la manipulation de la question de l'antisemitisme?

Stephan.
Daniel,
vous devriez lire le papier de françois darras paru dans le Marianne de cette semaine, intitulé : "Terrorisme intellectuel, le retour"...
Instructif :
pour ceux qui le désireraient, intéressante analyse de Kouchner par Michel Collon

http://www.dailymotion.com/video/k5nTgqyiOaMcvbXboU

Donc, Péan est-il antisémite pour en vouloir autant à Kouchner ?? Ou en veux t-il simplement à Kouchner ?

Analyse de Péan et de Collon sur le Rwanda sont divergentes.
Rebondissement inattendu dans l'affaire du "cosmopolisme" !

L'autre jour, je suis allé acheté une banale part de flanc dans une boulangerie - pâtisserie près de chez moi, à Saint Martin d'Hères (banlieue de Grenoble). Arrivé chez moi, je jette un coup d'oeil sur le carton d'emballage et je lis ceci :

"La Fougasse Cosmopolite
Boulanger - Pâtissier - Chocolatier
54, rue de Malfangeat
38400 Saint Martin d'Hères
Tél. 04 76 25 02 21"

Wah ! ;-)

Je vais m'empresser d'expédier le dit emballage à gâteau à ASI pour expertise, en espérant que Daniel comprenne (enfin) qu'il est, sur ce coup-là, totalement à côté de la plaque (eh oui, ça arrive à tout le monde).

JHM
Je n'ai pas lu le livre de Pierre Péan.


Bonjour,

Tout fraichement inscrit sur arretsurimag, je félicite l'equipe pour leur travail et cet espace créé:
Chaque auditeur est invité à prendre ses libertés de citoyen, si précieuses par les temps qui courent. L'auditeur est invité à se faire sa propre opinion, et il lui est possible de la confronter au débat via le forum, de la faire murir, de la confirmer ou de la revoir.
Je trouve cet espace en effet... très beau!

Concerant ce sujet Péan/K/DS et le débat sur le questionnement antisémitisme, je vous propose justement une idée (mon premier message sur le forum donc). Toute fraiche donc:

A ce jour, il n'est, à mon sens, pas nécessaire que DS présente ses excuses à PP sur le fond de sa démarche de questionnement.
Pourquoi? parce que l'accusation d'antisemitisme (légitime ou non) est une arme éfficace pour affaiblir une personne. Quelle soit légitime ou non, l'accusation d'antisémitisme est une arme puissante qui permet de déplacer le débat sur les choses qui fachent. Elle devient monnaie courante ! (Guillon encore récemment, chroniqueur France inter).
Ainsi, dans le débat d'idée de notre époque, il est à mon sens primordial de se préparer à repondre sur ces questionnements..

C'est pourquoi, je pense que PP (et autres!), doit se préparer à etre questionné et à répondre sur ce point, même si çà fait mal.
C'est la "figure imposée" du débat, avant le "programme libre" (première image sui me vient). Si vous ne vous en sortez pas, aucune chance de revenir au débat premier, qui est le bien le plus important comme nombre de "forumers" ont pu le souligner.

Ne pas accorder d'excuses à PP lui servira, à mon sens, pour la suite. Ces questionnements de DS ( dont la forme peut être sujette à réflexion) dans une atmosphere plutot bienveillante à "arret sur image" pourraient etre réédités dans d'autres interviews. Et l'environnement pourraient être plus hostile pour Mr Pean!

Bref,
Que PP panse sa blessure au mieux, et qu'il mette de l'énergie dans sa défense. C'est la figure imposée du débat, passage obligé.
Que DS réfléchisse à ces techniques d'interview pour ne pas se faire surprendre et aller vers encore mieux mais c'est déjà pas mal ! :-)
Que les "forumers" continuent à réflechir librement et qu'ils soient ouverts, respectueux, et tolérants sur la place publique.

Merci de votre attention et je vous salue chaleureusement à l'occasion de mon arrivée dans ce bel espace, et de ce premier message.

Bien cordialement,

Mathieu,
28 ans, Paris.
Bonjour,

J'ai enfin lu le livre.
N'étant pas d'accord à priori avec les arguments avancés par Daniel je me suis résolu à lire ce livre.
Désolé Daniel je n'est pour ma part ressenti aucune gène à la lecture du livre de Mr Péan.
Ce que semble démontrer Mr Péan,c'est que Mr Kouchner au delà de l'image médiatique est profondément HUMAIN.
Mr Péan ne remet JAMAIS en cause la bonne foi de la volonté humanitaire de Mr Kouchner, il lui reconnait meme un rare courage dans l épisode Rwandais quand face au génocidaire Hutus ils les menacent directement sur leur radio des mille collines.
Mr Péan reproche à Mr Kouchner d avoir une vision SIMPLISTE des conflits pas d avoir de bon sentiment.

Cher Daniel, nous attendions d'@si une lecture objective du phénomène médiatique PEAN/KOUCHNER et non une lecture qui me semble militante.

De plus Mr Péan cite 2 fois Daniel de manière assez sympa d'ailleurs

Cordialement

Francois
Moi, ce we, j'ai lu un livre. Pas celui de Péan (non, merci...), mais un manuel de jeu de rôle. Dedans, dans le chapitre consacré au peuple Yodotai (des genres de romains antiques), dont les personnages ont accès à un nouvel avantage intéressant.

Cosmopolitan
5 points
The Yodotai Empire encompasses many different culture from different lands. Though the Yodotai compel each conquered land to mesh with the rest of their nation, many citizens still retain their former cultural identity. You are skilled at adapting to thoses quirks and making people feel comfortable with your presence. You gain a [bonus] to all Social Skill Rolls.

Plutôt sympa, non?
des excuses non mais peut-être admettre ses erreurs

m schneiderman n' a jamais tort !!! quelle chance d' être comme çà dans la vie
pour le site, c'est la multiplication des émissions qui dérapent.

Il y a eu celle avec Joffrin...au sujet de laquelle J. Bernard nous a expliqué qu'il y avait eu des malentendus, une transmission non assurée etc.
Il y a eu celle sur la téléréalité qui n'a guère apporté d'informations, contrairement à "J'ai mes sources" sur France Inter.
Et maintenant celle avec Péan, dont DS nous dit qu'il a eu grand tort de l'avoir mal préparée.

Dans l'intérêt commun du site et de ses abonnés, je suggère donc de ralentir le rythme des émissions, mais de mieux les préparer.
Justement, André Gunthert emploie aussi le terme de "chasseur d'antisémites". Voyez ce qu'il écrit à leur sujet :

Le mercredi 11 février 2009 à 07:50, par André Gunthert

"J'avais déjà eu l'occasion de noter ("Il faut sauver l'argument d'antisémitisme") à quel point les chasseurs d'antisémites empruntent leurs méthodes et leurs tics aux vrais antisémites. Comme Pascal Riché avec la vidéo de Grignon, on constate que Schneidermann, faute de preuves convaincantes, traque l'antisémite à l'odeur. Si l'on retournait contre ces nez fins la technique accusatoire qu'ils appliquent, on aurait beau jeu de leur faire remarquer que l'argument de l'odeur est lui-même assez nauséabond. C'étaient autrefois les plus enragés des antisémites qui se faisaient fort de repérer le juif à son fumet. Bref, on ne sait pas ce qui pue le plus dans cette histoire. Quelqu'un pourrait ouvrir la fenêtre, SVP?"
DS court-il à la défense de BK au nom d'une solidarité tribale? Est-il un "chasseur d'antisémite"? D'antisémites en actes ou en pensée consciente et inconsciente?

Donc DS, sous le couvert d'une émission sur les médias, se prend pour le Klarsfeld des médias. Le Torquemada de la télé. En charge de purifier les médias des mauvaises pensées. Donc, la chasse à l'antisémite. Ça a plusieurs avantages. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut choper un Dr Mengele. Mais un antisémite, là, y a des réserves. D'ailleurs, comme les critères sont assez flous, on peut facilement se faire un joli carton... à défaut de qualité on à la quantité. Le mieux, le plus fastoche, c'est l'antisémite qui s'ignore. Le Monsieur Jourdain du sectarisme... lui, il s'y attend pas... innocemment, il écrit "cosmopolite"... et toc, pris la main dans le sac! Emballé c'est pesé.. on vous fait votre certificat d'infréquentablilité, odieux personnage, va!
Bonjour, Fan de Canard, vigilant contrôleur des posts, dévoué agent de circulation des forums encombrés.
Vous aviez raison (satisfait ?), je repasse par ici. Il ne s'agit pourtant pas d'une rechute dans la dépendance, mais plutôt de la dernière étape de ma cure de désintoxication.

« Obsessionnel » ? Non.
Ce n'est pas moi, le vieux professionnel qui a foiré lamentablement une interview puis pondu deux chroniques successives soulevant plus de questions qu'elles n'apportaient de réponses.

De sérieuses interrogations concernant le fond de l'âme de Mister Schneidermann m'ont tenues éveillé, comme en suspens.
Il faut que j'ai toutes les réponses pour me rendormir.
Comme DS ne nous les donnera pas (voir ci-dessous), je me les fabrique. Et je les pose dans ce forum qui est leur place légitime. Enfin, quand je dit forum… À cette heure, c'est plus tranquille. J'ai moins le sentiment de déranger.

Ainsi, Daniel Schneidermann a l'intime conviction que Pierre Péan est antisémite.
D'où lui vient cette conviction ?
De la lecture du dernier livre de celui-ci ? Du jeu parfait de l'acteur Bernard Kouchner interprétant le grand air de la calomnie sur les planches de l'Assemblée ? D'une discussion au sein de l'équipe d'@si (« Si, si, moi j'te dis qu'il l'est ! ») ? …ou en famille ? De confidences qui circulent dans les milieux bien informés sur les turpitudes ou aveux secrets de Pierre Péan ? D'un flair culturel qui a toujours fait ses preuves (« Ils ont beau se dissimuler, jouer les hypocrites, ces gens-là, je les sens. Je suis expert en nauséabondeuseries. ») ?
Ça, c'est pour l'intime conviction. OK. Chacun y a droit, dans le fond de son âme.
Mais les preuves ?
Sincèrement, je ne vois toujours pas de preuves dans les très mauvaises citations relevées par Daniel Schneidermann dans sa dernière chronique consacrée au sujet.
D'ailleurs, si les « cailloux blancs » évoqués étaient aussi visibles et nombreux qu'ils puissent à l'évidence servir de munitions, pourquoi, effectivement, ne pas les avoir tous ramassé - en parcourant rapidement le bouquin - afin de les jeter en rafale à la face de Pierre Péan ?
Non. Il semble bien que Daniel Schneidermann soit parti à l'assaut du monstre, armé de sa seule conviction intime et du mot « cosmopolitisme », si puissant, si émouvant dans la bouche de Bernard Kouchner (comme quoi, les fictions bien montées et bien interprétées vous font vraiment décrocher d'avec la réalité…).
Lorsque l'on a ainsi la conviction de défendre le bon droit, tous les moyens sont bons : la cause elle-même les justifie et en même temps les absout (« Leur morale et la nôtre »).
Selon ce principe, un nom commun littéralement tiré de son contexte - non seulement sans la phrase qui le contient, mais également privé de l'adjectif qui le qualifie - c'est de bonne guerre, et plus personne n'y fera allusion une fois le dragon terrassé. C'est comme une fiole douteuse exhibée par un général charismatique devant les caméras pour justifier une offensive prétendant sauver le monde libre.
La grande faute de Daniel Schneidermann - et je pense qu'il en est conscient - c'est d'avoir abandonné son métier de journaliste pour prendre la position du missionnaire… et de s'être fait prendre la main dans le tabernacle (comme le renard du jeune spartiate).
Quand on sait à quel point DS (vieux scarabée !) a de la bouteille et des aptitudes diplomatiques, on est forcé de constater qu'il a disjoncté grave. Rien, pas le moindre petit déclic mental pour l'arrêter en haut de la pente savonneuse. Il faut qu'elle soit puissante, la pulsion qui vous pousse ainsi, au-delà non seulement de l'intelligence mais du réflexe professionnel acquis.

L'« antisémitisme inconscient » : l'invention et l'usage persistant de la notion reste un vrai mystère, sauf…
Sauf si elle évite le procès.
Et oui : si réflexe in-extremis de lucidité il y eut de la part de Daniel Schneidermann, ce fut probablement celui-là.
Intimement convaincu que Pierre Péan est antisémite, il ne faut surtout pas qu'il le dise clairement ; qui plus est avec l'autre en face de lui.
C'est pourquoi nous avons eu droit au couplet trois fois interprété : « Je crois Pierre Péan sincère quand il dit qu'il n'est pas antisémite. Je ne désigne pas mon admirable confrère comme coupable. C'est son inconscient, le fond de son âme, qui l'est. »
Donc, si Daniel Schneidermann reste en deçà de cette barrière à ne pas franchir, Pierre Péan n'est pas en mesure de porter plainte pour diffamation. Peut-on imaginer un vrai procès au cours duquel un tribunal de la République laïque aurait à statuer sans preuve sur le fond de l'âme de quelqu'un ?
J'ai écrit « sans preuve » parce qu'effectivement - à ce moment là - Daniel Schneidermann réalise un peu tard qu'il n'a comme munition que son intime conviction, laquelle se révèle absolument inopérante (le super-pouvoir a disparu : kryptonite ?).
La référence au « fond de l'âme » de Péan, c'est donc son dernier recours, son super ABS. Une fois tiré ce frein de secours, l'avion pique du nez irrémédiablement (sur le plateau, il n'y a pas de siège éjectable).

Mais depuis l'émission ?
Et bien, Daniel Schneidermann se refuse toujours à dire - à nous dire - son intime conviction : à savoir que Pierre Péan serait antisémite.
Constat enfin réaliste du manque de preuve ou refus d'affronter un procès (même AVEC preuves) ?
Askolovitch s'est défendu contre Siné : « Je n'affirme pas que vous êtes antisémite (« pas fou, quand même »), je dis que considère votre chronique comme telle. »
Schneidermann se défend préventivement contre Péan : « Je n'affirme pas que vous êtes antisémite (« pas fou, quand même »), je dis que votre inconscient pourrait l'être. »

L' « antisémitisme inconscient » est donc à la fois une ligne d'attaque et une ligne de défense. C'est une véritable tranchée, comme en 1914-1918 : il faut beaucoup de courage pour en sortir, un tir d'artillerie considérable contre l'ennemi et on a quand même beaucoup de chance d'y laisser sa peau.

Voilà pourquoi il faut que nous comprenions subliminalement ce que DS veut nous dire, sans espérer davantage d'explication. C'est bien entre les lignes qu'il faut lire le fond de sa pensée : là où le risque de procès est inexistant.

Que le monde est complexe…
Je ne suis pas pour autant "du côté de" Pierre Péan, camp auquel je suis sans doute assigné par les fans adeptes de la pensée binaire. Encore moins depuis que j'ai lu ceci :
http://kagatama.blogspot.com/2008/09/au-rwanda-le-tutsi-et-menteur-et-la.html

Le patriote Pierre Péan voulant défendre à tout prix l'honneur de la France accusée de complicité au Rwana et qui reprend à son compte la propagande raciste des génocideurs… le journaliste Péan qui s'appuie sur des experts tels qu'un dessinateur affabulateur se présentant comme historien et un touriste colonial du 20e siècle… Bof aussi.
D'autant plus "bof", qu'il s'agit dans ce cas de milliers de massacrés réels et pas de la bonne image d'un homme politique égocentrique dont les arrières sont assurées.

J'espère aussi que c'est ma dernière prise de tête - forme de "vidange" mentale - sur le sujet.
Je regrette que nous n'ayons pu écouter PEAN sur le fond à cause de votre dérive qui n'est pas une maladresse pour quelqu'un de votre professionnalisme.

M. K est un personnage abject et cela n'a rien à voir avec ses origines mais avec sa politique (et aussi son comportement personnel car certains hommes de droite que je combat ont au moins la délicatesse d'êtres polis et avenants avec les femmes de ménages et les ouvriers qui travaillent pour eux).

Sa politique en AFRIQUE a conduit à couvrir les massacres et la destruction d'états nationaux (SOMALIE).

Il a revêtu l'habit du préfet romain au KOSOVO et en SERBIE.

Peut-être, certainement, il a été bien payé pour cela (Birmanie démocratique pour TOTAL).

J'aurais aimé avoir l'avis de M. PEAN dont je ne partage pas du tout les opinions.

M. K a levé le voile de la judéité contre l'opprobre, suivi en cela par l'hémicycle bien assis de la droite et de ses amis de gauche... facile et écœurant et vous suivez avec votre trottinette au lieu de rester sur le terrain des faits.

facile, trop facile.
Voilà le résultat. L'abattement de Péan est aussi visible à l'écran pendant votre émission que l'abattement que l'on lit sur celui de Kouchner alors qu'il répond à l'assemblée nationale. Malaise, tristesse. D'un côté un journaliste reconnu de l'autre un homme politique reconnu aussi. Deux hommes qui s'estiment intègres mais qui face à des questions précises, tatillonnes pour reprendre le terme se retrouvent désarmés et comme dit Péan : Blessés.


Loin du cynisme Pierre Péan ne supporte pas l'exercice auquel pourtant il astreint Bernard Kouchner et auquel il a astreint beaucoup d'autres avant lui. L'instrospection et l'interrogation sur les réelles motivations. Je suis surprise que contrairement aux personnes qu'il oblige à répondre en place public des conclusions qu'il a pu tirer sur leur parcours Pierre Péan refuse de répondre.


La réponse pourtant était simple : "J'ai mis beaucoup de soin à écrire ce livre, l'emploi du mot cosmopolite ne s'est pas fait à dessein contrairement à ce que cette mode actuelle de ramener le vocabulaire aux détournements qu'il en a été fait sous Hitler voudrait le faire croire. Cette accusation est déplacées et injustifiée. Le mot cosmopolite étant employé ici dans son sens propre et non pas détourné et en aucun cas je n'ai à répondre des vos accusations sur un prétendu antisémitisme. Je suis d'ailleurs très surpris que vous Daniel S. soyiez comme le tout venant des médias pris dans ce fonctionnement qui n'est qu'un effet de mode."


Bon c'est l'histoire de l'arroseur arrosé. Pierre Péan dont je ne voulais pas lire le livre et que je n'avais jamais vu "à l'écran" me semble être un homme de valeur pour ce qui est d'exercer son métier et semble tenir au fait que cela soit entendu. Je l'ai entendu et je lirais très certainement son livre et peut être les autres. Je trouve dommage qu'il n'ait pas rencontré Bernard Kouchner le livre n'en aurait eu que plus de valeur et nous aurions peut être pu éviter cela : Deux hommes blessés, inutilement car ceux qui suivent l'actualité "off" savent très bien quelles ont été et sont les activités de Monsieur Kouchner qui ne s'en est jamais caché.


Pour ce qui est de s'excuser. Je ne vois pas en quoi. L'interview que vous avez menée est brillante, votre comportement courtois et votre ennui de l'avoir blessé est manifeste. C'est à Péan de répondre de ce dont on l'accuse - la phrase proposée plus haut est libre de droit - et éventuellement de s'excuser en privé auprès de Kouchner d'avoir pu en ne faisant par relire son manuscrit par des personnes compétentes laisser prise a de telles allégations. Le responsable c'est bien évidemment Péan.
Cher Daniel, c'est bien déprimant tous ces forums. Par pure amitié, un passage d'un texte qui me remonte toujours le moral dans ces cas là.

"Elle était là, elle est toujours là ; on la sent, peu à peu, remonter en surface : la France moisie est de retour. Elle vient de loin, elle n’a rien compris ni rien appris, son obstination résiste à toutes les leçons de l’Histoire, elle est assise une fois pour toutes dans ses préjugés viscéraux. Elle a son corps, ses mots de passe, ses habitudes, ses réflexes. Elle parle bas dans les salons, les ministères, les commissariats, les usines, à la campagne comme dans les bureaux. Elle a son catalogue de clichés qui finissent par sortir en plein jour, sa voix caractéristique. Des petites phrases arrivent, bien rancies, bien médiocres, des formules de rentier peureux se tenant au chaud d’un ressentiment borné. Il y a une bêtise française sans équivalent, laquelle, on le sait, fascinait Flaubert. L’intelligence, en France, est d’autant plus forte qu’elle est exceptionnelle.
La France moisie a toujours détesté, pêle-mêle, les Allemands, les Anglais, les Juifs, les Arabes, les étrangers en général, l’art moderne, les intellectuels coupeurs de cheveux en quatre, les femmes trop indépendantes ou qui pensent, les ouvriers non encadrés, et, finalement, la liberté sous toutes ses formes."
Extrait de Philippe Sollers, "La France moisie", Le Monde des livres, 1999
OUI, J'AI LU LE LIVRE TRES SOIGNEUSEMENT...

Péan laisse perplexe c'est certain, il y a comme une détestation du personnage Kouchner fort dérangeante, mais celui-ci a bien cherché de se prendre des baffes, même si certains passages du livre sont fort désagréables, comme un acharnement à "démontrer" qui fleure la mauvaise foi et l'imbécillité.
Mr Schneidermann je vous ai trouvé odieux ! Le passage concernant "cosmopolitique" est en toute fin du livre, et ne porte à aucune confusion, je comprends la douleur de Péan. D'autres passages sont plus gênants. Vous avez fait montre de beaucoup de vanité, et il m'a semblé__à votre corps défendant ?__ que de toute façon vous n'aimez pas Péan.

Souvenons-nous des remous lorsque le même Péan a révélé l'amitié soutenue de Mitterrand pour Bousquet.
Alors ? Il y a un Péan que l'on aime et un que l'on n'aime pas selon sa sensibilité ?
J'ai entendu Péan dans l'émission de Mermet aussi.....mais je sais que ce dernier a aussi de féroces ennemis comme des fans inconditionnels.

J'ai soigneusement lu le livre.
J'ai vérifié bien des dires à travers les diverses publications, rapports Bruguière, rapport Mucyo entre autres. Combien le feront pour se faire une idée la plus objective possible ? Il faut aussi voir le film de Jean Hartzfeld : "tuez-les tous". Alors ? Je ne livrerai pas le secret de mon âme.

Cela m'a permis de comprendre un peu plus le drame du Rwanda, indirectement. Je note aussi que ce n'est pas bon pour l'action humanitaire et les milliers de volontaires anonymes, généreux, courageux et compétents, pour qui seules la souffrance et la misère sont insupportables.
Encore une illustration du prix à payer pour la liberté d'expression, le talon d'Achille de la démocratie.

Je suis quand même frappée de constater que les poursuites judiciaires se font attendre. Étrange silence !
Et je constate que dès qu'on prononce ou écrit les mot "juif", "judéité", tout le bric à brac d'accusations d'antisémitisme se met en branle. Nous n'avons pas fini de payer les horreurs d'Auschwitz sur ceux que la chrétienté criminelle a nommés "peuple déicide".
Quand cela finira-t-il ?
Monsieur Daniel,

Ce qui reste à la lecture de vos explications, comme de l'interview, en ce qui me concerne, et contrairement à ce que vous sous-entendiez, c'est votre certitude de vous être payé un anti-sémite.

Bravo. vous l'avez bien crevé, il s'est enfui à faire pitié. Mais certainement n'en méritait-il pas, l'infâme...

Tout d'un coup me vient cette idée qu'on a intérêt à faire attention, quand même un peu, avec les gens comme vous.
Oui, là vous aviez raison, le cochon. Mais si tout autant que d'avoir raison, vous alliez vous tromper?

Quelle chute! Alors bonjour la chasse aux sorcières, et la fraternité de comportement avec ces maccarthystes qui voyaient des rouges partout,
ou ces gens du FN qui soupçonnent facilement le mauvais français, et ce sarkozyste moyen qui repère à cent lieues le socialo apoplectique débordé, dans la moindre ménagère pas contente, du prix de son panier.

Y aurait-il actuellement dans le monde de l'information une catégorie de journalistes, visiblement inscrits dans une enquête tous azimuths,
presque un Graal, pour certains, visant à la traque d'un esprit antisémite, qu'ils ont tôt fait de débusquer là où on l'attend le mieux, à savoir dans la mise en cause d'un quidam qu'on ramène à chaque fois forcément à sa judéité supposée, plutôt qu'aux manques tout autant supposés, de sa conduite en tant qu'homme public?

En gros, un juif est-il d'abord juif, avant toute chose, pour quelques journalistes?

Du coup, je me demande ce qui dort au fond de vos âmes, pour certains, à ne voir que du juif, là où j'aurais tendance à voir plutôt de l'humain, parfois même trop humain.

Quelle pitié! Mais heureusement, vous avez raison, et le scribouillard ethnique, en dormance d'assassin, a été débusqué. D'où votre façon de le prendre de haut, en enfonçant le clou de manière à découvrir dans le bouquin de Péan, effectivement, une espèce de manifeste anti-sémite, c'est assez intéressant. Pour moi, peu évident, c'est que je ne sais pas lire, heureusement, vous êtes là, pour les points sur les i, ouf!

Mais je vais vous laisser creuser la méthode tout seul, avec ASI, quelques temps, examiner le fond de votre âme, après celui des autres.
Tout cela, finalement, me dépasse.

Par contre, un type de gauche, avec un passé humanitaire long comme le bras, qui marche avec sarko, l'homme de la retraite à 70 ans, des 60 heures, plus si possible, et le raccourcissement à la mode dati, si on laisse faire, du congé maternité, oui, cet homme là, à coup sûr, ne me laisse aucun doute.

K ne me trompe plus. Péan, ou pas, depuis un bon moment.

Heureusement, vous êtes là, vigilant. Ce qui peut permettre, quelque part, qu'on ne le finisse pas, à terre. Avec se douce moitié, en plus, qui elle aussi, dans le mélange des genres, ne fait pas si mal.

Bof, après tout, c'est de l'époque, on peut tout faire. Notre conscience journalistique veille partout, de I télévision, par LCI, jusqu'à ASI, tiens, qui l'eût-cru? Quoique après Charlie....

Salutations consternées.
Quote: On a parfaitement le droit d'attaquer Kouchner sur sa politique israélienne. Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre, avec une cordelette à la solidité douteuse, ("faisant souvent état...") c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme.

Là je ne suis pas d'accord... bien évidemment que l'appartenance religieuse détermine en partie les actes politiques des gens. Au minimum elle les influence. On ne peut pas dissocier le religieux du politique: ce sont les deux face d'une même chose. 99.9% des sionistes sont Juifs, et 99.9% des membres du Hamas sont musulmans. Cela me semble d'une telle évidence que je suis surpris de de lire ça de la part de DS. Même sur une petite minorité des Juifs et des Musulmans ne supportent pas nécessairement les vues de la majorité de leur groupe religieux. Certains sont de gauche et plutôt libéraux et d'autres de droite et plutôt conservateurs. Quelles que soient leur inclination politiques, ils sont souvent d'accord sur la direction générale mais divergent sur la manière d'atteindre les objectifs.

Dire que: "son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme" me fait bondir. La religion et la race sont deux choses totalement distinctes. Vouloir amalgamer les deux relève soit de l'ignorance, soit de la malhonnêteté intellectuelle. Le monothéisme abrahamique est pratiqués par des gens de toute les races dans le monde entier. Il y a des Juifs, des Musulmans et des Chrétiens de races Chinoise, Africaine,Caucasienne et Sémite. C'est après la naissance que l'on impose aux enfants les normes religieuses du groupe, nous ne sommes pas nés avec. En devenant adulte, grâce au libre arbitre, on peut se faire une opinion et s'apercevoir que les écrits religieux nous enferment dans le tribalisme qui est la cause de la quasi totalité des guerres.

D'un point de vue logique l'assertion: Appartenance religieuse = Croyance Politique = Racisme = Antisémitisme est hautement pernicieuse. Dans une démocratie on doit pouvoir critiquer les croyances religieuses et politiques des gens sans être suspecté de racisme, et encore moins d'antisémitisme. Introduire cette notion est insultante: je suis complètement capable de différencier ce qui relève:

1/ de vos idées et croyances ( c'est votre responsabilité).

2/ de ce qui relève de votre nature biologique ( vous êtes né comme ça).

Donc, je promeus le droit de critiquer les idées politiques et religieuses, je m'interdis de critiquer la race des gens, et j'interdis aux autres de m'appeler "antisémite".
pas lu le livre

DS vous avez enconre foiré, par pitié ne vous justifiez plus ou alors exprimez ce que vous avez vraiment au fond de votre ame.

Pour ma part c est un peu un etat de grace que s acheve...
licenciement de Florence Cousin et grève de la faim

Ce sujet ne mériterait-il pas un approndissement ? Pourquoi Schneidermann n'en parle que brièvement dans les "vite dits" ? Il s'agit pourtant d'une collègue du journal Libération.
J'ai bien pris soin de lire le livre de Péan, avant d'émettre une quelconque opinion.
Ce livre est une charge féroce contre Kouchner. Péan m'a convaincu des piètres qualités de ce triste personnage.
En tout les cas, il faut être très fort, pour trouver des traces d'antisémitisme dans ce livre.
D'anti quoi d'ailleurs?
antiZozo oui. Kouchner n'est qu'un politicard barbouzeux assez pitoyable, qui n'a survécu que par la frime et la com.
Ce qui est effrayant dans ce personnage, c' est le manque de rigueur et de droiture.Défendre un tel tordu en taxant l'auteur du livre d'antisémitisme est une trouvaille de première grandeur. Qui a d'ailleurs été suggérée par Kouchner lui-même devant l'Assemblée Nationale

Que DS défende Kouchner par des arguments indignes c'est son droit. Mais le mien c'est de me tirer de ce site si intelligent qu'il en devient marécageux.
Pour penser juste il faut être debout.
Signalons aux @sinautes la chronique de Pierre Marcelle sur ces questions parue dans "Libération" de ce jour (13 février).
Daniel,

Que vous estimiez avoir des arguments que vous n'avez su faire valoir lors de l'interview ne vous autorise pas à refuser de présenter des excuses, si vous pensez précisément que vous avez mal conduit l'interview, avec les conséquences que l'on voit dans l'émission.
On pourrait d'ailleurs presque en conclure que, n'avoir pas utilisé des possibilités normales à votre dispositions aggrave la faute !
Dans tous les cas, c'est en utilisant ces possibilités au cours de l'entretien que les @sinautes auraient pu en juger le niveau d'efficacité et la pertinence.
Pour ma part, n'ayant pas lu le livre et connaissant si mal Pierre Péan, je me garderai de tout avis hâtif le concernant.
Je me permets tout de même de vous souhaiter véritablement de tirer des enseignements de cet incident qui, visiblement, a tant terni l'image que nombre d'@sinautes avaient de ce site ! On peut constater à la lecture du forum la qualité de la réflexion des abonnés au site et l'attachement qu'ils ont pour celui-ci.
Mais, comme pour toute erreur, cet incident est peut-être une belle opportunité pour vous, après tout !

Bon vent !
Pas lu le livre, lu Marianne (2 semaines) Il apparaît,comme d'habitude que BHL et compagnie peut faire avec sa petite chemise blanche ouverte sur son torse imberbe n'importe quelle déclaration dans un char Isralélien (il y était donc il sait). De grâce il faut arrêter de culpabiliser les cytoyens si ceux-ci ont l'outrecuidance de critiquer des "personnalités"dîtes juives.
De nombreux déportés étaient de confésions différentes.
Ceci ne justifiant pas celà.
Que Les B, K et HL soient des personnages peut reccommandables, il y a longtemps que les citoyens le savent.
A propos "d'obsédés" :

http://valestderetour.wordpress.com/2009/02/11/judeobsede/

"Mon hypothèse – que je vous serais reconnaissant de ne pas déformer, comme vous le faites systématiquement avec les propos de vos détracteurs –, c’est qu’après vous être fait connaître comme humoriste-chansonnier gauchiste, vous n’assumez pas d’être devenu, en un peu moins de dix ans, l’un des néo-conservateurs les plus exaltés du pays. Alors, pour donner à votre revirement idéologique une profondeur humaniste, vous en êtes venu à assimiler judéité et néo-conservatisme, vous faisant ainsi passer pour le Primo Levi de Saint-Germain-des-Prés."
pourtant, vous devriez

encore quelques "émissions" de ce style et je me désabonne
la question était de savoir si Péan avait raison contre BK
et pas de questionner P Péan sur son choix de vocabulaire
Pour les marathoniens :
mon dernier (vraiment dernier) post, s'est collé plus haut.
Par Pierre LABATE - Où j'arrête d'emmerder le monde… - 11:06 le 13/02/2009
Pierre Labate,bonjour, j'approuve toujours vos analyses et vous remercie car vous passez beaucoup de temps, mais pour moi ça n'est pas inutile. Tout est bien décortiqué et sauf ceux qui ne peuvent être que de mauvaise foi, tout est clair et bien argumenté. Je n'ai pas pour habitude de féliciter, mais je ne voudrais pas que vous pensiez que ce que vous faîtes nous ne l'apprécions pas. Vos efforts ne sont pas vains quoique puissent en dire quelques rares récalcitrants.

ps : Pourquoi dites vous "mon vraiment dernier post" ? Et pourquoi j'arrête "d'emmerder le monde" ? A part Fan de Canard, nous sommes nombreux à lire attentivement vos posts. Mais bon je ne peux exiger de vous d'écrire encore. Juste je voulais vous dire mon ressenti et que je regretterai votre honnêteté et votre clairvoyance.

Alors, encore une fois grand merci pour tout ce temps et cette énergie. Cassandre

(J'ai fait un doublon pour ce post, car il a été placé plus haut)
Idem Pierre Labate. Nous apprécions vos écrits.
A bientôt !
@ Bastien Viart
Merci pour votre post qui correspond à ce que j'avais l'intention d'écrire.

Je ne comprends pas certaines réactions. Entre l'agressivité des uns et l'amertume des autres, je ne vois même plus l'intérêt de lire les commentaires des différents forums.

Longue vie à @si. Bonne continuation à DS et à toute l'équipe !
Eh oui, quand je pense au jour où j'avais écrit ceci...
Je n'aurais pas dû...
A titre personnel, contrairement à Daniel, je souhaite présenter mes excuses à Pierre Péan.

A titre personnel... en tant que que discret abonné d'@SI.

Cela représente bien peu de choses, je le sais, disons que c'est symbolique.

Cela représente même bien moins que ce que peut représenter un petit actionnaire d'Eurotunnel,
puisque je n'attends naturellement aucune contrepartie financière à ma modeste contribution annuelle
à l'équilibre financier d'@SI.

En tant que "PDG" d'Arrêt sur Image (histoire de filer un peu la métaphore), Daniel dit bien ce qu'il veut dire comme il le sent,
et s'il décide d'adopter une posture à la torquemada, il en a le pouvoir.

Pour autant, si je n'y peux rien, j'estime tout de même en porter une part de responsabilité.

Après tout, j'ai conscience que sans mon modeste abonnement, renouvelé récemment, associé à celui de quelques dizaines de milliers d'autres comme moi,
Daniel n'en serait pas aujourd'hui à pouvoir torquemader en hors piste.
Il serait peut-être plus prosaïquement en train de rechercher des financements auprès de je ne sais qui, avec plus ou moins de bonheur,
à l'instar de Bakchich.info... Appréciant globalement @SI, je suis heureux que ce ne soit pas le cas, mais cela n'enlève rien à ma part de responsabilité.

"Arrêt sur Image", à la base, ce n'est pas un lieu où on est sensé pratiquer la chasse aux sorcières, fussent-elles "inconsciemment antisémites".

"Arrêt sur Image", à la base, ce n'est pas un lieu où on ne laisse pas d'autre option à une personne accusée
pour ses écrits que d'accepter l'ordalie comme seule possibilité de se disculper et d'éclaircir
ce qu'il y aurait de diablerie inconsciente dans le fond de son âme.

Toutes mes excuses donc, à Pierre Péan, pour ce dérapage...
Cher Pierre Labate,
Soutenir, ne veut bien sûr pas dire "ne plus formuler la moindre critique négative". J'avais moi-même vivement critiqué (car très choquée par) une chronique d'Alain Korkos (comme nombre d'asinautes à ce moment là), mais il me semblait que le forum avait été plus contrasté et plus "constructif". D'ailleurs, contrairement à Daniel Schneidermann, Alain Korkos était resté totalement rigide dans ses positions et imperméable à la critique qui lui était faite.
Il me semble au contraire que DS s'est rapidement excusé pour son comportement, sans aller il est vrai jusqu'à s'excuser auprès de Pierre Péan ce qu'il a expliqué par la suite.
Il ne s'agit donc pas de "la stratégie de l'autruche", mais tout simplement, et en toute bonne foi, je ne comprends pas cet "acharnement" qui s'est abattu sur lui.

Évidemment, comme beaucoup, je regrette que d'autres questions n'aient pas pu être abordées et en particulier la thèse "révisionniste" (les Tutsi seraient autant responsables que les Hutu et auraient quasi autant massacré (sic) ?) défendue par Pierre Péan, qui me semble plus que discutable pour toute personne qui s'est un peu intéressée à la question, même si je suis loin d'être spécialiste, j'ai lu quelques ouvrages sur ce génocide - je recommande d'ailleurs au passage, à celles et ceux qui veulent lire un autre point de vue (qui est quand même me semble t-il un point de vue assez consensuel au niveau mondial) :"Nous avons le plaisir de vous informer que, demain, nous serons tués avec nos familles" de Philip Gourevitch, journaliste au New Yorker.

Mais, pour ma part, la "faute" de cet arrêt d'émission vient autant du journaliste qui réalise l'interview que de celui qui est interviewé qui a décidé de quitter le plateau (d'ailleurs, dès le départ, Pierre Péan avait annoncé "être fragile" et ne pas "regarder les émissions le concernant" ce que je trouve surprenant de la part d'un polémiste qui écrit un bouquin "à charge"). Avec ce type d'ouvrage, il ne faut quand même pas qu'il soit surpris d'être questionné et amené à se justifier sur ce qu'il écrit.

Voilà, et franchement, je n'ai aucune espèce d'affinité pour Bernard Kouchner en tant que personnalité publique (je n'ai jamais compris cette expression de "personnalité préférée des Français", lesquels ???); ce n'est donc en aucun cas lui que je veux "défendre" dans mon propos.

Cordialement !
Je n'ai pas lu le livre mais ai regardé "l'émission" et lu votre récent article. Exercice d'autojustification pitoyable comme l'ont été les dernières minutes de votre interview de P.P. Pitoyable car dans cet exercice (l'interview) vous m'avez rappelé les pratiques d'un certain Delarue si utilement vilipendé sur le site d'@si, mais votre façon de poser à plusieurs reprises la question "qui tue" agrémentée de considérations "je ne suis pas dans le secret de votre âme" m'a paru tout bonnement odieuse. Quant à votre excuse de n'avoir pas préparé votre sujet, car il faut bien le dire sur cette question de l'antisémitisme vous êtes paru à court d'arguments pour étayer votre attaque,ce n'est pas sérieux, ça fait un peu "élève de 6èm"...
Afin d'éviter de semblables infortunes je me permettrai de vous conseiller de vous faire accompagner de modérateurs ainsi vous éviterez l'écueil de l'exercice solitaire du pouvoir(!!). J'ajouterai enfin que déjà il y a quelques mois votre interview de Robert MENARD (ex président de Reporter sans Frontières) m'avait irrité au plus haut point, votre soucis lors de cette émission ayant été de le ridiculiser lui et ses combats. Mais le "bougre" ne s'était pas laissé bousculer, étant en pleine forme intellectuelle et physique, ce qui, sur ce dernier point, n'était pas le cas de Pierre PEAN...
[quote=Daniel Scheidermann]Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre, avec une cordelette à la solidité douteuse, ("faisant souvent état...") c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme.
Alain Finkielkraut lors du procès de Daniel Mermet pour antisémitisme avait déclaré : « 95 % des juifs de France sont sionistes, dans le sens où ils ont une solidarité de destin avec Israël. Mettre au banc de l’humanité cet Etat, en tant que fasciste ou nazi, c’est exclure, sous le masque de l’antiracisme, tous ceux qui, en tant que juifs, le soutiennent. »
Au regard de la définition du racisme et l’antisémitiste par Daniel Schneidermann, Finkielkraut est profondément antisémite.

CQFD.


Sinon, j'ajoute qu'il est toujours très agréable de se faire traiter d'obsessionel-le-s. Que les @SInautes qui reprochent à la majorité des intervenant-e-s sur le forum d'être agressifs/agressives avec Daniel Scheidermann m'expliquent en quoi le ton condescendant de la chronique est plus agréable.
"Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre, avec une cordelette à la solidité douteuse, ("faisant souvent état...") c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme."

Ouh là Daniel !

Il me semble ( sans avoir besoin de lire le Péan pour cela) que l'antisémitisme, ou le racisme, ce serait d'attribuer systématiquement une conduite politique, sociale,... à un groupe donné ( caractérisé par exemple par sa croyance religieuse).
Prouvez -nous donc que dire de Berlusconi que son identité catholique détermine ses actes politiques ( cf le débat récent sur l'euthanasie) est une forme de racisme ! Tous ceux qui ont dénoncé l'incursion de l'obscurantisme religieux dans la politique de Bush ...racistes ? intolérants ?
Vous reprochez à Péan d'enfermer les juifs dans un déterminisme ( "tous les juifs fondent leurs actes politiques sur leur identité ou leur religion")? Ou vous reprochez à Péan d'affirmer que Kouchner se détermine dans ses choix politiques d'après son credo religieux ?

Votre définition est d'une solidité douteuse, non ?
Vraiment, je n'écris que très rarement dans les forums, mais là, je suis effarée par cet acharnement sur DS, j'en reste sans voix!
La plupart des asinautes reprochent justement l'acharnement de DS vis à vis de Péan... et ne trouvent rien d'autre à faire sur ce forum vis à vis de DS. La différence : c'est bien facile de de déverser sa haine confortablement assis derrière son écran et son pseudo; DS s'implique et c'est toute la différence!
Personnellement, je ne suis pas une "fan de DS", je reconnais qu'il m'est arrivé de le trouver parfois un peu méprisant lors de l'époque Arrêt sur Images à la TV, mais :
- j'ai trouvé très courageux de sa part d'avoir écrit la "boîte noire", je ne suis pas sûre que beaucoup de journalistes l'auraient fait;
- Beaucoup d'asinautes reprochent à DS de "s'enfoncer" dans "pourquoi je ne présenterai pas d'excuse à Péan" mais c'est justement leur acharnement dans les forums à "exiger de DS" des excuses auprès de Péan qui l'a incité à se justifier;
- Beaucoup d'asinautes demandent à DS de "passer à autre chose" mais la plupart des réactions continuent sur le ton de l'acharnement.
- Personnellement, je n'ai pas lu le livre (comme la plupart des asinautes sur ce forum) donc il me semble difficile de me prononcer sur le fait qu'effectivement j'aurais trouvé ou non un relent d'antisémitisme à sa lecture. Je ne vois donc pas comment les asinautes, qui comme moi, ne l'ont pas lu peuvent juger que DS commet un "crime de lèse-majesté" à l'égard de Péan en le questionnant sur ce sujet.

Par contre, vraiment, je ne comprends pas ces réactions de haine. Je trouve cela méprisable, j'ai l'impression de voir une meute s'acharner sur quelqu'un. DS a été lourd sur la question de l'antisémitisme dans son interview et il s'en est excusé. Il me semble que c'est quand même quelqu'un capable de se remettre en question, quand on lit ses propos (contrairement à ce que beaucoup disent ici dans ce forums). Pourquoi les asinautes ne demandent pas à Péan de s'excuser auprès de Kouchner qu'il attaque dans un livre à charge ??

En tous cas, la différence entre Daniel Schneidermann, Pierre Péan et les auteurs haineux du forum, est que les deux premiers "mouillent leur chemise" en exposant leur point de vue en public, les autres écrivent masqués et c'est quand même bien plus facile.

Merci ASI et DS pour ce site, merci de continuer de nous offrir une autre façon de voir ce qui se passe en France et dans le monde.
Cordialement,
@ Raplouf

[quote= OK, OK. Admettons que l'on puisse être juif sans être de religion "israélite". On peut se poser la question de l'identité juive. On pourrait éventuellement parler de culture (habitudes, traditions, littérature, etc…) et concevoir un juif athée. Mais dire qu'il y a des "juifs qui ne savent pas qu'ils sont juifs, c'est pousser le bouchon un peu loin". C'est quoi alors? C'est hérité (par la mère ?) dans les gènes???? Il est ou le racisme???]

Non, tous les juifs ne sont pas israëlites. Enfin!.. Et Woody Allen, par exemple?..

(...)

Sous le IIIème Reich, il y a des gens qui se sont découverts "juifs" parce qu'ils ont été désignés comme tels (cf. La Destruction des juifs d'Europe, de Raul Hilberg qui montre par ailleurs toutes les difficultés de la définition "juridique" construite par les nazis). De même, en ex-Yougoslavie, beaucoup se sont découverts "musulmans" au moment où le processus génocidaire a commencé. Mais qu'est-ce qu'être "juif"? Une question de "sang"? Une filiation? Une "identité" culturelle? Le désir de s'inscrire dans une histoire?

Le sang étant un critère non-scientifique et raciste, je laisse. La filiation, c'est problématique parce que insuffisant. L'identité culturelle, ça varie dans le temps et dans l'espace. C'est donc un très mauvais critère (celui que choisiront toujours les nationalistes, au demeurant). Le désir de s'inscrire dans une histoire? Peut-être. Mais là encore, on se perd dans les origines. Je crains qu'il n'y ait donc pas de définition rigoureuse de ce terme et que celui-ci se prête à toutes les bizarreries de l'esprit humain.

Il n'y a pas d'ipséité ou d'essence juive. Il y a une histoire... ou plutôt, des histoires.

(...)

Je connais pour ma part des personnes qui ont appris qu'elles étaient "juives" à l'âge adulte parce que leurs parents avaient cru bon de leur cacher. J'en connais aussi d'autres qui ne se sont jamais souciées de le savoir parce que cela n'avait aucune signification pour elles -- c'était avant la Shoah, il est vrai --.

(...)

Pour finir, bien d'accord avec certains ici. L'accusation d'antisémitisme est encore plus grave que celle de racisme. Après le génocide, il n'y a plus d'antisémitisme "innocent". Ce qui aggrave encore les insinuations déplacées (et maladives) de DS à l'encontre de Péan.
on touche le fond avec cette reponse

le pire dans l'histoire c'est qu'on ne peut pas repondre a des points cités car alors on s'ouvrirait alors a une replique sainglante nous traitant d'antisemite.

le probleme du melange de la religion et de la politique est vieux comme le monde. en france nous avions decide de separer les deux, car sinon les problèmatiques explosent et les debats ne sont plus possibles.

Israel a decide de faire le contraire : ils melangent les genres et forcent le monde a prendre parti. Du coup le gouvernement israelien nous ramenent nos vieux debats sur le front de la scene.

Personnelement je pense que l'on doit traiter le probleme à la maniere du débat sur la vie privée des peoples :
si le people decide de mettre sur la place publique sa vie privée, alors il n'a plus le droit de se plaindre qu'on en parle.

donc si un homme public decide de publiquement porter un signe religieux alors nous avons le droit de parler de sa religion et se demander en quoi cela peut affecter ses choix.

http://www.daylife.com/photo/07KO2nk99j71d

dans ce cas il est alors injuste d'attaquer un journaliste qui nous amene a une reflexion sur le sujet.
Alors autant il y a des posts (pour ou contre DS) qui vallent vraiment le coup d'être lu, autant certains n'ont même pas leurs place sur un forum!

A certains des détracteurs de DS, je vous en prie, arrêtez les attaques personelles et méchantes! On est pas dans un endroit ou l'on se défoule et je ne vois pas en quoi de telles expressions éxacerbées et pour le moins lyrique

(- "déguelasse"
- "honteux"
- "horrible"
- "DS devrait faire une psychanalise"
- "patron obsessionnel" ... et j'en passe! )

ainsi que toute les formulations de pseudo-ironie latentes a de nombreux post telle que

- "DS nous a pas ressorti le "Lévy" au lieu de Bernard-Henri Lévy" : estimons-nous déjà heureux"
la aussi j'en passe plein!

, viennent faire ici.

Vous voulez que DS arrête @si ou quoi?! (Parce que perso, si j'étais à sa place, voir tout ces commentaires incendiaires me donnerai envie de tout plaquer!)

Silvousplait, soyez constructif, argumentez et cessez de cracher votre venin!

Et en ce qui concerne le vif du sujet, je maintiens que DS a fait son travail.

A ceux qui pensent que DS n'avait pas de raison de poser des questions sur le thème de l'"antisémitisme", je reponds que DS à tenté de lever les doutes sur le bouquin, comprendre son écriture et mettre l'auteur face a ses écrits, ses responsabilités, ses contradicteurs. C'est son boulot de journaliste même sur un sujet sensible.

A ceux qui pensent que DS avait raison de poser des questions sur le thème de l'antisémitisme mais que il s'est "acharné" (attention gros mot), je reponds que la encore DS a fait son boulot : aller au bout des choses devant un invité qui manifestement était réticent au débat sur ce sujet!
Je ne doute pas que si DS ne s'était pas "acharné"(oula! re gros mot), de nombreux @sinaute lui aurait reproché de n'avoir pas été plus loin dans sa démarche et de n'avoir pas plus insister sur ce point.

Enfin, a tout ceux qui attaque DS sans argumenter, qui se défoulent, usent de formulations assassines, calmez vous et passez votre chemin.

BV
Aujourd'hui dans son édito sur blog RTL , Jean Michel Aphatie a écrit : " Mais qui en France aime encore le capital, à part Jean Lou Sulitzer, personne"...

Pierre Péan en a dit bien moins que cela.
En effet, j'ai manqué de munitions, sur le plateau, pour questionner Péan. J'avais entièrement lu le livre, bien entendu, mais n'avais pas bien préparé mon affaire, et j'ai eu grand tort. Je n'y crois pas une seconde ! Comment admettre qu'un professionnel comme vous ne prépare pas une telle émission ? Ou alors c'est de l'ordre de l'acte manqué !
"la télé sans fard"

Un vieil article de Philippe Cohen qui date de 2002.

Une phrase tirée de cette chronique : "Ne sommes-nous pas plus conciliants avec les gens de pouvoir?"

Imaginez un seul instant Kouchner sur le plateau d'@images, Daniel Schneidermann aurait-il la même impertinence qu'il a eu à l'encontre de Péan? Ses questions seraient-elles aussi incisives ? Ses accusations aussi tranchantes et n'incluant aucune défense possible ?

Pourquoi sommes nous certains que Daniel Schneidermann n'invitera jamais des personnalités comme Val, Caroline Fourest, Kouchner, Pascal Boniface, Daniel Mermet, ou bien un journaliste du monde diplomatique, ou bien un journaliste d'acrimed ?

L'impertinence, certes, mais elle est bien plus aisée avec certains plutôt qu'avec d'autres.

Alors, fausse impertinence ?
Je n'ai pas réagi plus tôt, tant d'autres l'ayant fait pour exprimer ce que je ressentais, que cela me paraissait superflu.
Mais Daniel a cru devoir en rajouter une couche, et là, c'est trop.

Oui, Daniel, l'antisémitisme, ça pue.
Comme l'islamophobie, comme toutes les formes de racisme ou de xénophobie.
Pas moins, mais pas plus.
Mais le communautarisme, Daniel, ça sent pas très bon non plus.
Or, renifler des relents d'antisémitisme dès qu'on attaque l'action d'une personnalité juive, ou la politique israélienne, comme le font certains intellectuels juifs, c'est du réflexe communautariste, et ça me gonfle souverainement.
Alors de grâce, Daniel, pas vous !! Laissez couiner les couineurs habituels, mais pas vous !!

Alors sur l'affaire "Péan-Kouchner", je n'ai pas lu le livre. Je ne risque d'ailleurs pas de le lire après tout ce fatras. Par contre, j'ai lu ce qui en est dit ici ou ailleurs. Beaucoup ici,car @si est et reste une de mes principales sources d'influence. J'ai notamment vu l'émission qui, en oubliant sa triste fin, était très intéressante, et probablement une des meilleures. Et que peut-on, selon moi et à partir de ce que j'ai lu, conclure du livre de Péan ?
- Que Péan n'aime pas Kouchner (je vous livre là un vrai scoop, Daniel, sachez en profiter)
- Que Péan n'aime pas l'usage que Kouchner fait, ou ne fait pas au gré des circonstances et de ses intérêts, de sa judéité.
- Or, dans ce que vous citez du livre, je ne vois pas où Péan dit que l'action de Kouchner est dictée par sa judéité. Et quand bien même le dirait-il, où est donc l'horreur ? N'est-on pas influencé, chacun d'entre nous, pas notre environnement, notre identité culturelle et donc religieuse ? Où est le problème ? Cela ne fait-il pas la richesse et la diversité de l'humanité ? Devrait-on considérer que les Juifs ne sont pas influencés par cette identité, et sont donc quelque part des "surhommes" ? Devrait-on considérer que c'est mal qu'ils le soient (influencés par leur indentité) ? Devrait-on considérer qu'il est forcément antisémite de les en soupçonner ?
Bon sang, mais où on va, là ?!!

Si le fumet nauséabond de l'antisémitisme vous a titillé les narines à partir des éléments que vous nous avez présentés, je suis désolé, Daniel, mais je considère vraiment que c'est du réflexe communautariste.

Alors, encore une fois, pas vous, please....
Y-a-t-il un lien entre avoir une appartenance religieuse et ses opinions politiques, la réponse est "oui".
Le CRIF soutient les massacres de Gaza, défilent dans les rues pour soutenir Israël. Voilà pour une grande partie des français de religion juive; les cathos votent massivement pour Sarko,sont plutôt de droite, les musulmans soutiennent la Palestine, c'est ainsi; quant aux protestants leur statut de persécutés en France les amènent à être très présents dans les mouvements de soutien aux immigrés, à la CIMADE... Alors, que la "judéité" de Kouchner que j'ignorais influe sur ses opinions politiques, c'est regrettable , c'est aussi une faute politique impardonnable, mais c'est malheureusement banal. Où est l'antisémitisme????
A voir tant et tant d'intervenants se plaindre d'avoir été "trahis", "bernés" ou "dupés", on en arrive à penser qu'asinautes vient peut-être du latin asinus (âne).
Bravo Daniel ! Vous avez votre opinion, Nous sommes en Démocratie alors garder la !
en gros,plus les internautes ont lu le livre,plus ils sont d'accord avec DS...
Bon si on classait l'affaire, à présent, comme le suggère Free Bird un peu plus haut ?
Il y en a qui ont fini par griller un fusible et jouent carrément au foot dans le forum...
Bon d'accord ça fait un bon coup de pub et on sait maintenant que Daniel Schneidermann sait fabriquer un forum comme peu savent le faire, mais comme le dirait le titre d'une brève du Canard Enchaîné d'hier (sur un sujet marrant et qui n'a rien à voir), ça commence à ressembler à "Areuh sur images".
C'est d'ailleurs la seule allusion (et encore je suis même pas certain qu'elle soit volontaire) que le journal ait concédé à @si, vu qu'à aucun moment, de mémoire (non infaillible) de fan, je ne l'ai lu évoquer le site de près ou de loin; et ce depuis qu'@si existe sur le net. Il a pourtant parfois cité Rue89 ou Bakchich, mais curieusement... la dernière fois, toujours sauf erreur, c'était une brève en dernière page pour informer le lecteur de la fin d'@si TV.
Ah ces gauchistes, pas moyen de s'en aider :-) et c'est pas Kropotkine qui me contredira. Pas vrai AdB ?

Bon je m'en vais voir les autres sujets à partir de maintenant vers d'autres forums "calmes et posés".
Est en train de lire le livre, a vu l'émission et lu les chroniques.

Par ce premier post sur un forum d'@si, je tenais à réagir sur la polémique en apportant mon soutient a Daniel Schneidermann.

Car pour moi @si ne doit pas être un site web et une émission de complaisance avec les invités. Bien au contraire, @si doit garder son impertinence, aller jusqu'au bout du décryptage, et cela quelque soit l'invité (de gauche ou de droite, pro ou anti-gouvernement) et quelque soit les questions (même dérangeantes).
De mon point de vue, le thème du débat (l'antisémitisme), bien que sujet sensible, ne devrait pas rentrer en compte dans cette polémique autour du départ de Pierre Péan.
Je m'explique
DS, lors de l'émission a cherché a comprendre le livre, et c'est juste cela qui compte.
Peut être Péan a t'il été blessé par les questions d'@si mais DS a tout simplement fait son travail : tenter de lever les doutes sur le bouquin, comprendre son écriture et mettre l'auteur face a ses écrits, ses responsabilités.

Pour vous dire, lorsque je me suis abonné a @si, j'ai presque été surpris qu' un tel épisode ne soit pas dèja arrivé.
Après tout, sans vouloir être mauvaise langue, @si a une visibilité dans la sphère médiatique moindre qu'au temps d'@si sur France5. Ainsi ou pourrai dire que lorsque une question dérange trop, il est plus facile pour les invités de partir d'une émission d'un site web que d'une chaine de TV visible par des millions de gens (qui, de plus est moins dépendante des invités qu'elle invite).

J'ai crains alors qu'@si avait dut devenir plus complaisante avec ses invités pour survivre.

Heureusement, j'ai vite compris que l'émission avait su garder une grande impertinence et une grande indépendance! Ouf!

Mais il peut arrivé, parfois, que [s]Pierre Péan[/s] certains invités prennent trop leur passages dans l'émission comme un simple moyen de faire leur pub. Dans ces cas la, ils se vexent plus facilement lorsque une question les chatouille un peu trop et peuvent aller jusqu'a interrompre l'émission.
C'est a ça que l'on reconnait les émissions qui visent juste, lorsque elle touche le point sensible.

Alors, Mr Schneidermann, ne vous excusez pas d'avoir fait votre travail et d'avoir poursuivi les but d'@si même si le risque, a terme, est de perdre tout candidat au (dur?) passage dans votre émission.

PS: Allez! un petit bémol pour les afficionados de Pierre Péan, peut être la formulation de vos dernières phrases pendant l'émission étaient un petit peu maladroite dans le ton. (ce qui ne mérite, de mon point de vue, pas d'excuse de votre part et, qui plus est, ne remet pas du tout en cause le sens de vos questions)

BV
En réponse au commentaire du jardinier.

Vu les réactions de haine, on peut, sans doute, dire que pour certains cela déborde largement du seuil de l'inconscience.

Je veux bien admettre que Siné, au fond, n'est pas anti-sémite, que Péan l'est encore moins, que les accusations d'antisémitisme inopportunes ou abusives sont lassantes et contre-productives, que Daniel a été très maladroit et à mon sens a commis une erreur "politique" en ne s'en étant pas tenu à "la boite noire", mais...

Je pense être parfaitement capable de distinguer l'expression d'un mécontentement justifié, même vif, et certaines colères disproportionnées.

C'est franchement hallucinant de constater qu'une population à priori très cultivée et intellectuellement plutôt élevée, se comporte comme une meute en furie prête à lyncher le fautif.

J'ai la conviction absolue que : consciemment ou pas, la plupart de ces réactions hystériques, à chaque fois qu'on retrouve le mot juif et/ou antisémite dans un sujet, ne sont pas innocentes.

Certains sont prêts à bruler Daniel qu'ils adoraient encore hier.

Je ne sais pas quel effet, ça fait à Daniel, je peux l'imaginer car moi j'ai hésité longuement à me réabonner pour ce même genre de raison.

Tiens, si j'étais à sa place et que l'état de la trésorerie le permettait, je proposerais même le remboursement à tous les haineux inconsolables à condition qu'ils dégagent au plus vite.

Certains l'ont déjà fait, au moins sont-ils en accord avec leurs états d'âme, mais je constate que beaucoup sont encore là, à répandre leur fiel.

Je comprends pas ce qu'ils foutent encore sur un site aussi calamiteux, maso ? radins ? ils ont payés et ont décidé d'amortir la cotisation jusqu'à son terme et en même temps de faire chier les autres avec beaucoup de constance.
" Le premier qui dit la vérité... Il sera exécuté ". Merci, Monsieur Péan d'oser quand même la chercher et la dire cette vérité.

Par chance mon abonnement expire dans 4 jours alors adieu @si …je vais voir ailleurs.
J'attend de voir le jour hypothétique où D. Schneidermann sera interviewé sur le fond de cette affaire sur ce mode là :

Interviewer : Oui mais quand même, quand on est comme vous un bretteur des médias, on journaliste rompu à l'art de détecter les écrans de fumée, la calomnie, on se rend compte non ? Qu'on fait le jeu de ceux qui veulent étouffer l'affaire BK. Je ne suis pas dans le secret de votre âme mais est-ce qu'on ne se rend pas compte qu'inconsciemment peut-être, on se fait l'avocat de la pensée dominante ? Au bout d'un moment on fait gaffe non ?

DS (tout à fait sincère) : mais non, enfin, je ne me suis pas rendu compte ! Si c'était à refaire, eh bien...
Après lecture de tous ces posts, et n'étant pas dans le secret de votre âme, je me demande, Cher DS : quel effet çà vous fait d'avoir été soutenu depuis 1 an et demi par des gens qui sont presque tous antisémites, au moins inconsciemment?
Je ne suis pas scandalisé qu'un grand journaliste comme Daniel Schneidermann puisse, occasionnellement, manquer d'objectivité (illusoire) bien que l'émission avec Pierre Péan ne m'ait pas donné cette impression. Ce qui m'a plus étonné c'est l'attitude de Pierre Péan qui, pour quelqu'un qui produit à la chaîne des brûlots à la limite (car relus par un bataillon de juristes) de la diffamation, m'a paru singulièrement fragile quand on le titille un peu. Il a d'ailleurs commencé l'émission en indiquant qu'il ne lisait plus les journaux pour ne pas être affecté par les articles qui pourraient ne pas abonder dans le sens de ses précieux écrits. Après avoir été le seul à savoir ce qui s'est vraiment passé au Rwanda, il est maintenant celui qui a percé à jour l'antifrance sous le masque débonnaire de notre cosmopolite ministre des affaires étrangères.
bonjour

en tout état de cause je regrette que ASI est participé et a la réplique préparé de BK en reliant les accusations d'antisémitisme (même technique utilisé sur PP pour le livre d'avant) et en faisant même le sujet choc , voir le titre choisie:"Répondre sur l'antisémitisme me fait trop mal" , DS aurait-il fait sa s'en en avoir conscience qu'il participerait a la manipulation générale des médias pour étouffé l'affaire BK, par l affaire PP l'antisémite...? (en tout cas BK et ces conseiller médiatique peuvent être fière d'eux cela fonctionne très bien ) je ne peu pas l'affirmer "je ne suis pas dans le secret de son âme " ;-)

bonne continuation quand même....
Trouvé ça sur le net.....
en voir de toutes les couleurs.....


Bonjour, Un copain m'a envoyé un diaporama et lorsque je l'ai ouvert, j'ai eu une alerte spyware et un message me disant qu'il fallait que je télécharge un certain logiciel anti spy ....... J'ai cliqué sur fermer (comme je fais toujours dans ces cas là et j'ai mon fond d'écran qui a disparu et est devenu tout bleu avec des scarabés qui sortent des cotés de l'écran et qui mangent le fond ou les icônes .........
J'ai scanné mon PC avec mon antivirus (celui d'Orange), puis avec 2 autres. A chaque fois, des virus ou spy ont été détectés et supprimés. J'ai remis mon fond d'écran avec Smitfraudfix car dans la fenêtre "Affichage", les onglets Bureau et écran de veille avaient disparu !!!
Tout est (apparemment) redevenu normal sauf que j'ai toujours les scrarabés qui sortent et "mangent" mon écran lorsque je reste un moment sans utiliser mon PC.
Que dois-je faire ?
Quelqu'un a-t-il déjà eu le problème ?
Est-ce qu'un programme, que les anti-virus ne détectent pas, est resté dans mon PC ? Comment l'enlever ?

Merci de vos réponses
La source

Méfiez vous des petits scarabées qui dorment.....
Monsieur SCHNEIDERMANN,

Je n'ai pas de mot pour vous dire à quel point je suis déçue......Je vous lisais avec tant de plaisir tous les jours......

Qui pourra maintenant nous faire savoir avec objectivité où se situe le vrai et le faux dans la si grave affaire B.K. ?

N'est ce pas là, le seul combat du journaliste ?

En effet, cette affaire me reste en travers de la gorge et me semble-t-il, vous utilisez "ce joujou pour obsessionnels " mieux que quiconque ?

Evitez, je vous en prie, de poser votre tête sur quelque billot que ce soit...Comme vous le voyez, ce sera ma formule de politesse.
je pense que l'on ne peut pas même en etant le meilleurs journaliste du monde faire abstraction des ''casseroles'' que trimbale l'interviewé.
DS à ete insistant certe mais à la mesure de l'ambiguitée de Pierre Pean.

Aux moins 800 000 tutsi et hutu modérés ont été assassinés par le régime hutu après 35 ans de montée progressive de la haine. La France avait des rapport plus qu'amicaux avec ce régime depuis 1990 (accord d'arusha).
On peut tout reprocher à Kouchner, mais pas d'avoir dénoncé ce génocide.
On peut tout excuser à Péan, mais pas de sous entendre que les tutsi soient responsables du génocide dont ils ont été victimes.
Contrairement à ce que Péan ne cesse de dire a longueur d'interviews ,l'assassinat d'Abiarimana (imputé à des proches de Paul Kagamé par le juge Brugiere) n'est pas la raison du génocide. Il est un prétexte,un événement catalyseur ;mais les machettes étaient déjà prêtes...depuis 35 ans.
La position de Péan sur ces événements est très choquante (mille fois plus choquante que l'emploi du mots "cosmopolite").
Après le pataquès navrant ayant suivi l'émission d'Arrêt sur Image avec Pierre Bourdieux et l'affligeante obstination dont a fait preuve D.S. dans cette affaire, je m'étais tout de même décidé a redonner sa chance à notre cher animateur. Arrivant à la même conclusion que Pierre Carles sur ce sujet... DS est sincère, plutôt honnête, accrocheur mais il aurait besoin d'une bonne psychanalyse... au moins pour comprendre comment il parvient à se mettre à dos les personnes qui essaient de lui faire remarquer quand il déconne. Bref je ne perdais pas espoir, DS finirait par prendre un peu de recul par rapport à cette histoire et le fait d'être déconnecté du "petit monde médiatique" conjugué au chahut des @sinautes (dont l'impersonnalité et la multiplicité des avis devait justement éviter de le mettre dans cet état désormais bien connu de frénésie égocentrique) lui rendraient la verve dont il faisait preuve au début de sa carrière.

Il faut croire que je me trompais lourdement... Sachant a présent quelle grille de lecture je dois appliquer lorsque je lis les chroniques et regarde les entretiens de M. Schneidermann, il apparait que sa manie de se tirer des balles dans le pied conserve tout son potentiel de divertissement. Pour ce qui est du décryptage de l'actualité, il va sans dire que j'irai voir ailleurs.

edit : synthaxe
Dans cette affaire Kouchner, on aura quand même battu le record d'atteinte du "point Godwin" ! Bizarre, chez nos penseurs bien-pensants, cette obsession de la période allant, grosso-modo, de 1933 à 1945 ! Comme si, de l'antiquité à nos jours, l'histoire du Monde et des Hommes se limitaient à ces sombres 12 années. Depuis lors, chaque conflit, chaque posture politique, chaque prise de position, peuvent être analysés à partir de ce mètre étalon de l'horreur. Le monde se divise depuis 1945 entre Nazis, Collabos, résistants et juifs. On devient alors juif ou nazi par procuration, quelque soit l'endroit du monde où se déroulent les événements décrits... Les drames du Rwanda, de Bosnie, de Palestine, d'Irak, les prises de position des dirigeants (Iraniens, Israéliens, ou n'importe quel autre !), les lois anti-immigration de Sarkozy, les quotas d'Hortefeux, tout est analysé en fonction de la grille de lecture 33/45. C'est ainsi qu'un Val a pu comparer la fameuse "politique arabe de la France" à la politique antijuive de Vichy, par exemple ! C'est de la folie ! Et avec le dernier épisode DS/Péan, on en vient à analyser le vocabulaire à travers cette grille de lecture ! Quand cette période de l'Histoire cessera-t-elle de susciter ces fantasmes et ces délires ? Que ce soit en toute sincérité ou pour diaboliser un adversaire politique ou idéologique, la référence à ces 12 années d'Histoire devient réellement insupportable !
Je n'ai pas lu le livre, je ne le lirai probablement pas ; K ne m'intéresse pas plus que ça.
J'ai vu l'émission d'ASI , les questions insistantes et volontairement ou maladroitement insidieuses de DS m'ont énervées.
Péan a clairement répondu et insister davantage avec autant d'ambiguïté n'avait pas de sens.

Si Péan n'avais pas mis fin à cette d'interview ratée, c'est moi qui aurais coupé.
C'est dommage le début de l'émission était intéressant.
Et la France à fric dans tout ça?
Attention je n’ai pas lu le livre…Je viens d’apprendre qu’avant de pouvoir s’exprimer sur le forum il eut été judicieux d’avoir lu les livres sujets des émissions pour être un peu pris au sérieux !!!! première nouvelle. Moi je suis de celle qui ne se précipite pas sur n’importe quel livre mais j’attends d’en avoir des échos en regardant des émissions telles que les votres. Lire ces livres qui font l’actualité en ‘’avant première’’ fait parti de votre boulot me semble t-il ou vraiment je ne vois pas l’intérêt de recevoir des invités sur le plateau du site ASI ni de recevoir des invités sur le plateau. Les réactions négatives sur le forum viennent surtout du fait que l’émission a été décevante et que vous avez été mauvais. Je me moque comme de mes premières chaussettes que Kouchner soit d’origine juive et je n’est pas d’amitié particulière pour Péan. Je dois cependant dire que votre second argumentaire me laisse songeuse. Vous énumérez un certain nombre de phrases voulant à expliquer pourquoi vous avez tant insistez sur l’antisémitisme puis vous dites ‘’ oui, je persiste et signe, cela dégage une drôle d'odeur. ’’ mais ensuite vous dites que vous le pensez sincère quand il le nie (à moins que cela ne soit inconscient.) L’antisémitisme est un crime mais insinuer que quelqu’un est antisémite sans preuve est aussi un acte très grave. On peut ruiner une carrière, une réputation, des amitiés. L’inconscient, le secret de l’âme , l’odeur… ce n’est pas très concret tout ça. A croire que vous espérez remporter le prix du forum le plus fréquenté. Dites Daniel, c'est cela le but non ?
J'ai enfin lu le livre...
Je peux maintenant me permettre (après avoir lu, en plus, les 12000 commentaires de ce présent forum.... une semaine bien remplie)
de vous faire part d'une toute petite impression.
Si l'on part du principe que ce monsieur Péan est un journaliste sérieux, "chevronné", ce dont il serait difficile de douter, on ne peut évoquer la possibilité d'une teinture idéologique (teinture un peu terne, voir caca d'oie...).
Sinon, ce serait quoi finalement, la thèse? Péan décide de poser son enquête, bien conscient de ce qu'il raconte, et, l'air de rien, de temps en temps, jette des petites allusions par ci par là, comme celle citées par Daniel, (et encore, je pourrai en sortir deux ou trois autres dans ces cas là, parce que du coup ma lecture était forcément... sensible...) pour que tout le monde comprennent qu'en fait, son vrai but serait de justifier l'antisémitisme, conneries de Kouchner à l'appui?
Vraiment, après lecture, cette thèse me semble limite risible... Maintenant, je suis peut être encore trop troublé par le contenu du bouquin lui même, qui parfois invite à aller vomir... bien conscient qu'il ne s'agit que d'une goutte dans un océan (dont le niveau monte). Contenu qui donne lieu à de bien plus larges débats que l'hypothétique antisémitisme de son auteur... (Bref, même technique que la com de Kouchner, bon là on s'répète)
Autre chose, que je tenais à rajouter... Il serait bien maintenant de passer à autre chose, lâcher Daniel S qui n'est qu'un humain (hein?) qui fait son boulot, et qui le fait admirablement bien, que je remercie d'ailleurs, et qui va finir par se taper une scoliose à cause du poid de certains messages, messages de petites malins qui prennent plaisir à "remuer la merde" (Alain Juppé) en allant tirer des citations-tions-tions, sur le vif...
Lâcher le, lisez le bouquin, et parlons d'autre chose.
Vive Daniel et sa bande! Vive @si!
Ça faisait vingt minutes que j'étais en train d'écrire un billet, puis merdre... J'ai tout effacé, car à quoi bon ?

Sur ce "coup"-là, je ne vous comprends pas, et c'est une litote.

Du coup je me suis dit qu'il serait plutôt intéressant de (re)lire...
Le cauchemar médiatique.
Daniel Schneidermann, Denoël Impacts.
BOnjour,

Citation

"On a parfaitement le droit d'attaquer Kouchner sur sa politique israélienne. Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre, avec une cordelette à la solidité douteuse, ("faisant souvent état...") c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme".


Et voila Daniel à mon humble avis c'est ici que vous déraper, par cette simple citation vous insulter la plupart des @sinautes qui n'étant pas antisemites et ayant pleine conscience de l'immense tragédie que fut la Shoa peuvent envisager OBJECTIVEMENT qu'une personne de confession juive puisse avoir un rapport à Israël plus passionnel que raisonné.Je trouve par ailleurs ce sentiment légitime.

Alors Daniel selon votre citation, oserez vous me définir comme antisémite?

Cordialement

Francois
Ça devient chiant à souhait cette histoire.
Attention chers @sinautes, vous ne voyez pas que vous faites le jeu de DS à discuter avec lui de l'antisémitisme ou pas de Péan ? Dans son dernier article on voit qu'il se délecte de ce type de prise de position, au point de cultiver la polémique par un titre accrocheur... Il en rajoute une couche, il triture la plaie... On sent qu'il jubile. J'ai le sentiment de plus en plus sûr que cette obsession relève de la psychiatrie comme nombreux ont fini par l'écrire. Nous avons affaire à quelqu'un qui règle des comptes avec son passé par invité interposé et qui utilise son entourage, via son site, en guise de thérapie.
Il serait me semble-t-il plus judicieux de savoir si les émissions à venir seront de la même veine, s'il empruntera les mêmes trajectoires tordues pour "faire avouer" à l'invité ses véritables rapports avec la judéïté. Autrement dit, lui poser la question un peu triviale : "tu vas nous la jouer encore longtemps comme ça ?". Peut-être fera-t-il le point lui même dans sa prochaine émission sur le caractère qu'il compte donner à la suite @si, non pas pour se délecter encore une fois du sujet mais pour qu'on sache dans quelle aventure il veut nous embarquer.
je n'ai pas lu le livre

je n'interviens que rarement dans les forums

pour moi, accuser quelqu'un d'antisémistisme est quelque chose de grave, surtout quand on a aucun élément tangible

Daniel, franchement, vous n'êtes pas convaincant, et ce serait bien maintenant d'enquêter un peu sur toutes ces accusations d'antisémitisme qui sont à la mode ces temps ci ; n'oubliez pas que si ces accusations sont fausses, elle dénotent une instrumentalisation de la Shoah — disons-le, car c'est sous-entendu — à des fins personnelles ; ce qui est tout à fait écoeurant
DS vient ENFIN de lire le livre. Il a quand même mis plusieurs jours... Ca m'a pris 24 H (parce que j'ai été intéressée).

Mais avec des lunettes déformantes.

Les lunettes de détection de termes relatifs à la culture juive (horreur !). Après on brûle les livres, si on brûlait certains mots ?

Les lunettes de lecture anti-antisémites, bien sûr !

Cet article est un tel raccourci que ce n'est plus de l'amalgame, c'est de la pure mauvaise foi. On dirait un édito de Philippe Val.

"sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme."

J'aimerais beaucoup savoir 1/ Où DS va chercher que la judéité est une religion ? (j'ai été baptisée à peine née, suis-je pour autant catholique ? Une religion, ça se pratique... Judéité = identité culturelle juive) 2/ Où DS trouve une définition pareille du racisme ???? (franchement c'est N'IMPORTE QUOI ! C'est presque drôle).

Par ailleurs, si Péan soutient que Kouchner a quelque peu confondu judéité et allégeance à la politique d'Israël, je ne vois pas trop ce qu'il y a d'antisémite. C'est un point de vue politique, qu'il ait tort ou raison.

Un antisémite se serait exprimé bien autrement, par exemple comme ceci : c'est parce que c'est un juif que Kouchner défend aveuglement le pays des juifs (vous voyez les jolies nuances ?). Ca c'est pas du tout un point de vue politique, c'est un point de vue antisémite !

Bref. Bonjour la fixette. C'est un peu affligeant. Blessure d'amour propre ? Vive le buzz ? Les deux ?

DS nous a pas ressorti le "Lévy" au lieu de Bernard-Henri Lévy" : estimons-nous déjà heureux...
salut à tous,

s'il y en a, qui comme moi, on besoin de se consoler, on peut se dire qu'après quelques centaine de posts, où on étés abordés les mots "juifs", "israël", "sionnistes" etc.... avec passion, cela a pu ce faire sans intervention de Thomas et sans que les vrais antisémites et autres racistes se soit crues autorisés de venir déverser leur fiel dans les forums d'@si.

çà a faillis finir par un happy end quand Mr Péan a dit à télérama que les excuses de Daniel l'honorait mais visiblement se n'est pas ce que recherche ce dernier.

j'aimerais savoir ce qu'en pense les membres de l'équipe @si.

les auteurs d'articles où l'on parle du buzz font tous la distinction entre Daniel et les @sinautes et c'est plutôt une bonne nouvelle.
Je n'ai pas lu le livre de Pean et je ne depenserai pas un centime pour l'acheter, ce que j'en sais à force d'en entendre parler me suffit largement.
J'ai en revanche lu la biographie de Kouchner écrite par Michel Antoine Burnier (les sept vie du docteur Kouchner) parue il y a 2 ou 3 mois.
Kouchner a monté 2 ou 3 boites de consulting entre deux postes de secretaire d'etat, observateur au Kosovo ou autre ministère, c'est son droit, il y fait du conseil et de l'audit dans son domaine de la santé et de l'humanitaire, rien d'anormal, c'est officiel et sans malice .
Ses associés sont des copains à lui soit, mais c'est rare de prendre des ennemis comme associés...
Quand il a un poste de ministre, il place ses copains, encore une fois rien d'extraordinaire, moi aussi je fais bosser les gens que je connais quand je peux le faire, c'est plus sur que de se planter dans le recrutement...
Bref, ce que lui reproche Pean c'est que ce n'est pas moral ! Il est qui lui qui écrit des pamphlets à charge à longueur d'année pour juger du caractère moral des gens et des actes??
Kouchner n'est pas un saint, il aime surement beaucoup le pouvoir et a certainement un ego surdimensionné, mais faudrait voir à pas oublier qu'il a fait avancer le monde de l'humanitaire (en créant les corridors humanitaires, le droit d'ingérence etc) et que des milliers (des millions?) de gens lui doivent la vie...alors bon la morale sur une question d'argent (une somme ridicule pour le Gabon eu égard aux milliards versés en pots de vins depuis des decennies) c'est discutable et c'est meme bien d'en discuter....

Pour en revenir à DS, merci de ne pas nous faire l'affront de presenter des excuses à ce "journaliste" qui se cache derrière un problème de santé et d'émotion pour ne pas répondre aux questions quand bien meme elles seraient posées avec un peu d'insistance, ce qui je le repète fait partie de son job.
Enfin une explication sur le fond: pour DS, Péan est un antisémite. Telle est la raison de son acharnement sur le plateau.
Comme pour Siné qui lui "n'est pas drôle" (sa chronique en tout cas, mais lorsqu'on se revendique de gauche comme D.S ou D.I., on ne bombarde pas avec l'ADM de l'"antisémitisme" un Siné).
C'est insupportable cette petite mafia qui fait regner sa loi en instrumentalisant des mots et des souffrances vieux de 60 ans.
Pourquoi pas une nouvelle loi Fabius-Gayssot interdisant certains mots à l'encontre de certaines personnes dans certains contextes. Au point où en est la liberté d'expression en France, l'interdiction légale aurait le mérite de la franchise.
Pas lu le livre.
Et je le lirai pas. Je ne sais pas si Péan est antisémite conscient ou inconscient, mais ce qu'il dit sur les tutsis dans un précédent bouquin est effrayant : tous les arguments racistes habituels sont là, ce coup ci c'était tombé sur les tutsis, ça pourrait aussi bien tomber sur les juifs, sur les arabes, c'est toujours le même discours, la même haine. Mais bon, circulez, y a rien à voir, il a gagné le procès que lui avait intenté SOS racisme.
Au font Péan et Siné même combat. Je crois que ni l'un ni l'autre ne se sentent antisémites, et je ne pense pas qu'ils le soient. Je pense d'ailleurs qu'il n'y a pas une "essence" antisémite, personne au fond n' "est" antisémite à part quelques fous. Mais on peut tenir des propos ambigus, on peut être aveuglé par des passions inconscientes, oui. Je pense que l'actuelle détestation délirante, disproportionnée, à l'égard d'Israël, oui, c'est de l'antisémitisme. Ah non, pardon, c'est de l'antisionisme, voyons ! Tous les états du monde voient leur existence reconnue, nul ne la remet en cause, sauf pour Israël ! Bizarre, non ?
Bon, toutes ces querelles (je parle de Péan, Siné, antisémites ou non) sont un peu vaines. Mais ceux qui sont scandalisés par ceux qui voient de l'antisémitisme partout, j'aimerais qu'ils voient l'antisémitisme quand il est là, et bien là. J'aimerais qu'ils protestent quand par trois fois, on empêche Arthur de se produire sur scène, parce qu'il est juif. Oui, parce qu'il est juif, oui, en France, oui, en 2009. J'aimerais qu'ils protestent quand Dieudonné fait remettre par un comparse déguisé en déporté juif le prix de l'impertinence au négationniste Faurisson. J'aimerais qu'ils protestent quand "l'équipe de basket sioniste est chassée de Barcelone" (admirez la formulation ! Israël n'a même plus droit à son nom ! Israël, c'est "l'entité sioniste" !)
Pour finir, et rien que pour embêter les asinautes pour les quels "Philippe Val" est la suprême injure, je donne quelques extraits de son dernier édito :
"La manière dont Péan a attaqué Kouchner est déplaisante, et pue l'aigreur néo-pétainiste... Kouchner a peut-être bien des défauts, mais rien qui puisse justifier l'expression d'une telle haine et d'une telle volonté de détruire. Il y a pire que Kouchner, non ? "
J'ai pas lu le livre, mais pour l'expression de la haine, je fais confiance à Péan.
Des excuses publiques à Pierre Péan, si vous ne le croyez pas anti-sémite comme vous dites, c'est la moindre des choses.
(je n'ai pas lu le livre)

Je pense que la plupart des accusations qui restent sur ce forum sont désormais plus que injustifiées:
1: DS a reconnu qu'il avait manqué de professionnalisme durant l'émission. Il s'est planté et s'est excusé auprès des abonnés.
2: DS n'a jamais accusé Péan d'antisémitisme.
3: DS a fait son boulot de journaliste en posant des questions (ou plutôt "une" question , mal posée durant l'émission, à savoir l'emploi du mot "cosmopolitisme") sur les aspects douteux du livre de Péan. Et pour être douteux, ils le sont! Ce n'est pas de l'amalgame:
- On ne commence pas un livre avec une anecdote aussi étrange sans même l'analyser (à savoir que le début d'un livre est, avec sa fin, sa partie la pus importante!).
- Pourquoi dire que K fait "fait souvent état de sa judéité". On ne peut poser une affirmation pareille dans un livre accusateur sans implicitement sous-entendre que c'est un défaut. Et là on tombe dans une affirmation très étrange, à la limite de l'antisémitisme.
Dans un livre ce qui n'est pas écrit peut être beaucoup plus important que ce qui l'est.
Bref je ne vais pas copier l'article de DS, mais en tout cas il m'a convaincu qu'il était tout à fait légitime et important de questionner Pierre Péan sur ces questions, dommage qu'il s'y soit mal pris durant l'émission.
Personnellement, j'ai tout d'abord trouvé cette question sur le cosmopolitisme très pointilleuse et illégitime à première vue. Maintenant, à la vue de ce nouvel article, mon avis à bien changer. Cela fait plaisir de retrouver @si.
je n'ai pas lu le livre

j'ai vu l'émission et j'ai lu tous les commentaires ... enfin ...50 % des commentaires ... droles, pertinents, etc , etc ...

alors courage Daniel ... je continuerai à regarder encore vos émissions avec ses défauts et ses imperfections

pour le reste n'en jetez plus , selon moi tout à été dit, je passe mon tour ...
STOP !

Daniel vous n'avez pas compris les protestations sur le forum ? Si je le pense mais alors à quel jeu vous jouez ? Quel est votre motivation à continuer d'affirmer que Péan est antisémite et à le trainer dans la boue (à distance c'est plus marrant.... euh lâche en fait) ? Pourquoi ne pas simplement accepter que vous avez dérapé lors de cette interview !

Franchement j'suis au bord de l'écœurement ! Je me fous de savoir si Péan est antisémite ou non. L'important sont les sujets abordés dans son livre ! Si on n'écoute plus les gens ayant eu une phrase raciste, on n'écoute plus grand monde ! Nous sommes tous un peu racistes au fond (et ne pas l'avouer est probablement un signe de racisme réel) mais avec la raison, la discussion et l'expérience on comprend vite qu'il faut surpasser nos préjugés envers l'autre... Continuez de vous focaliser sur l'antisémitisme mais ne venez pas vous plaindre après, de la réelle montée de l'antisémitisme qui va suivre !
Bonjour,

Livre non lu, mais je me suis tapé ce forum complètement ainsi que le "Répondre sur l'antisémitisme me fait trop mal" dans sa longue intégralité ( j'ai vu aussi l'émission bien sûr ).

Le sujet est éminemment délicat.
D'une part je pense qu'il y a une incompréhension lié au patriotisme de M.Péan ( Marseillaise, trahison de la patrie, etc ) comme déjà écrit ici et d'autre part le fait de constater que même si l'antisémitisme ne peut être raisonnablement évoqué dans une attaque nominative ( seul M.Kouchner est en cause ) alors que le mot implique une attaque collective ou anonyme vis à vis d'un individu uniquement défini selon le critère de son origine, l'extrapolation qui peut surgir à l'esprit est susceptible de fournir du grain à moudre aux idéologies les plus méprisables.

Des tas de raisons peuvent exister dans l'esprit d'un homme politique pour orienter ses points de vue et ses choix. De ces raisons un citoyen doit pouvoir débattre dans la limite du respect des personnes. J'ai bien écrit débattre, pas faire le mariole accoudé au zinc en éructant sa haine entre deux cacahouètes. Or, l'accusation larvée semble être la suivante : lorsque les intérêts de la France diffèrent de ceux d'Israël M.Kouchner favorise ces derniers car il soutient Israël parce qu'il est d'origine juive ( il ne s'agit pas de religion en fait puisque la confession du ministre n'est pas connu ). C'est terriblement dérangeant cette accusation de collusion avec l'étranger et il faut reconnaître qu'elle serait beaucoup moins sensible si elle touchait un autre pays pour une autre raison.
Je ne connais pas M.Kouchner mais je ne crois pas que cette accusation soit fondée. Nonobstant ma conviction, si la question est posée et argumentée il n'y a pas de raison objective de l'occulter par des arguments sur sa nature même car il est aussi pervers pour l'esprit de généraliser cette accusation que de se l'interdire par peur du sophisme de la pente savonneuse qui ne voudrait pas examiner un cas particulier de peur qu'il soit appliqué à tous.

Je précise tout de même ( d'où le mot de délicat au début ) qu'il me serait extrêmement pénible de voir M.Kouchner contraint de se défendre sur ce point et que je préfèrerais entendre des arguments plus sains de la part de ceux voulant se "payer" le bonhomme.

Tout cela pour dire que les explications de ce dernier billet, Daniel, ne sont en rien satisfaisantes. Ni pour la forme de de la fin de l'émission, ni pour le fond du livre de M.Péan ni pour votre capacité à revenir sur votre première impression qui à mon sens est une méprise.
Je ne joins pas ma voix aux abonnées qui brandissent leur volonté de ne pas se réabonner pour deux raisons. La première c'est que je n'en ai pas envie car il y a trop longtemps que vous et votre équipe ( vos équipes depuis le temps ) nous donnez du bon pour qu'un écart ne soit pas pardonné. Et l'autre c'est que je ne veux pas que vous subissiez ce genre de pression quand il est question de choses qui devrait être plus importantes, honnêteté intellectuelle et réputation d'un homme. En ce sens votre billet me rassure, vous êtes maboul envers et contre tous et si aviez raison ce serait honorable. Là c'est juste dommage, mais qui a besoin d'un Daniel parfait ?
Je n'ai pas lu le livre non plus et j'ose dire que vous l'avez sans doute fait à retardement...
Super votre veste multi-réversible, vous me la prêterez ?

Je n'étais pas intervenu sur cette histoire ( les accusations d'antisémitisme, j'en ai ma claque aussi ), mais j'ai tout lu et je trouvais plutôt bien votre " mea culpa " de la boite noire...

Là, franchement, je suis sur mon séant ( pas de risque avec msieur Scotto^^ ). Comme l'ont bien dit avant moi les participants à ce forum, je ne comprends pas ce que vous cherchez avec cet article... Vous qui lisez les forums assidument, vous avez certainement du observer que les @sinautes ne penchent pas vers les dénonciateurs abusifs de l'antisémitisme... Et c'est juste ce que vous faites ! D'un côté, c'est courageux, mais de l'autre, c'est n'importe quoi.

On se rappelle de l'affaire Siné ou vous hurliez aussi avec les loups avant d'opérer un splendide retournement ( de façade sans doute )... Et quelle surprise, le parquet lui-même demande la relaxe de Siné. ( très bonne chronique dans le numéro de la semaine dernière ) Je l'avais déjà dit sur un autre fil, mais les accusations d'antisémitisme pour tout et n'importe quoi, font le jeu des véritables antisémites et participent à leur ascension.

Des " antisémites inconscients ", c'est quoi ? Du Prasquier, du Gaubert, de l'Asko, ou du BHL ? En plus, je suis toujours fan de Dieudo, c'est dire...
Quand Strauss-Kahn dit qu'en se levant le matin, il pense à ce qu'il pourra faire dans la journée pour Israël, on n'a pas le droit de s'indigner, c'est ça ? Je revendique mon droit à critiquer tout les gouvernements et tout les politiques sans me voir trainé en justice sous des accusations ridicules. ( Cosmopolite ? On aura tout entendu )

Voilà, j'aurais encore beaucoup à dire, mais je vais " refroidir " un peu. Vraiment dommage en tout cas, j'aime beaucoup le boulot que vous faites en général, mais là, je ne vous comprend plus. ( Voir d'ailleurs à ce sujet les commentaires sur votre chronique de Libé à propos de cette même affaire )
Le fond du débat, c'est la récurrence de la recherche permanente ou de la découverte permanente de prétendu antisémitisme dans tous les domaines de la vie publique en France, partout, tout le temps.

C'est une question pesante qui traverse notre société depuis des dizaines d'années et plus. Dreyfus ? avant ?

Certains mots sont interdits, certaines idées sont considérées à priori nauséabondes .Certaines mises en relation de mots sont explosives et impossibles, interdites, condamnant à mort ceux qui s'y osent. Il y aurait de l'antisémitisme partout !

C'est comme s'il y avait une loupe gigantesque qui scrute chaque mot, chaque livre, chaque attitude publiques , prête à y voir la bête immonde qui serait sur le retour...Une loupe qui aurait un a priori: l'antisémitisme est partout, même dans les inconscients, il est en filigrane de tout ce qui se dit, s'écrit ou se fait dans notre pays.

Il y a là un problème lourd qui n'a jamais été résolu en France, et encore moins depuis la seconde guerre mondiale, et encore moins maintenant...

Parler des juifs ou de la judaité dans la société française, c'est explosif. Presque impossible, comme de marcher sur des charbons ardents avec une grenade dégoupillée dans chaque main.

Dans les yeux de beaucoup de juifs, pratiquants ou non, de gauche comme de droite, l'antisémitisme est partout, ouvert mais surtout, caché. Il est là, tapi, prêt à surgir de n'importe où et à bondir, à chaque instant. En cherchant bien, on le découvre, ...
Il serait le moteur , même inconscient, des paroles, des écrits, des actes, de dizaines de personnes publiques, à partir du moment où ces personnes ont employé certains des mots tabous.

Oui, il y a des mots tabous, infâmes, interdits, dans l'enfer de la langue française, notamment depuis 1945, et ce n'est pas normal.

Je suis lassé de cette suspicion d'antisémistisme permanente qui pèse sur tout le monde, sur tout livre, article, propos.
3 mots "tabous" dans un livre de 500 pages et puis voilà: au pilori ! Au pilori ! Je suis partout ! ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je crois hélas qu'une immense partie des gens d'origine, de culture, de famille, d'ascendance, d'affilition, judaiques, sont en train de basculer dans le camp des censeurs, des soupçonneurs, des donneurs de leçon, voir pire, des juges.....

Daniel, au cours de la tuerie de Gaza, autour de Noel, nous avons été nombreux à regretter pour le moins votre distance, votre silence, votre éloignement par rapport aux faits et surtout à leur traitement unilatéral par les médias "occidentaux"...Pas un mot non plus de David Abiker, seul Gilles Klein a eu une chronique en abordant d'un peu loin le sujet, par la périphérie....

Je suis antisémite en disant cela ? sans doute le penserez-vous, et c'est dommage, mais en même temps je pense que chaque individu n'a pas à faire acte d"allégeance et à afficher sa haine de l'antisémitisme dans chacun de ses propos et plus largement, dans chaque instant de sa vie..

Ce n'est ni une question de religion, de nom, de race ou de nationalité. C'est une question de liberté individuelle fondamentale.

Jacques, Brest
Il y a eu une époque heureuse dans les années 70 où nous autres, jeunes, ne nous posions pas la question de savoir qui était juif ou pas. J'avais des amoureux, juifs, sans doute, puisqu'ils blaguaient sur leur maman envahissante, ils parlaient de fêtes de famille que je ne connaissais pas. Mais ça s'arrétait là. On pensait, ensemble, avec chagrin, à tous ces gens partis pour un voyage sans retour là-bas, dans les camps. Mais non, ça ne se reproduirait pas, car nous, on saurait créer un monde fraternel.
Parfois, certains d'entre nous allaient faire un séjour en kiboutz, parce que c'était une utopie, et qu'on aimait les utopies.

Et puis, il y a eu l'épisode du cimetière de Carpentras. Les choses se sont crispées. Des amis dont je découvrais l'origine familiale, les larmes aux yeux disaient qu'ils avaient espéré ne pas devoir parler de la shoah à leurs enfants, mais que cela n'en finirait jamais.
Et puis, on a vieilli. les jeunes juifs ont finalement épousé de jeunes juives, les mentalités se sont refermées.
Et maintenant, on en est là.
C'est pas terrible, hein. Les choses sont encore plus à vif qu'après guerre. Au nom de tous ces gens qui en sont morts, n'utilisons pas à la légère les termes de l'infamie. Concentrons nous sur les vrais racismes, nous qui avons un ministère de l'immigration...
C'est bizarre, mais par rapport au billet intitulé "La boîte noire", on a l'impression qu'il y a un retour en arrière de DS, genre: bon ca va, je me suis expliqué et ai reconnu mon erreur, on continue de taper donc je vais maintenant me justifier....
Dommage, un article un peu condescendant et donneur de leçon... je préfère la version de La boîte noire.

PS: pas lu le livre, ne le lirais pas. Et a force de crier a l'antisémitisme partout... suis 150% d'accord avec Stéphane Guillon: http://www.dailymotion.com/video/x8b61q_antisemite-malgre-lui_fun
Dieu, âme, contrition, mea culpa, de grâce, pitié, péché, diable ....
je suis tombé sur un forum religieux,
faut que je vérifie mes URL, je tiens pas à être contaminé
minable vos réactions,
antisemite ou l'inverse,
rien à cirer,
vos dieux n'existent pas,
Dans mon village, ( j'ai tout fait pour )
on me nomme :
la vieille put décadente;-)
compliment pour moi,
on me traiterait de pédophile, ou de tarlouze....
bof,
je sais que c'est faux
daniel traite PK d'antiséimite...houaaaa
il a le sida ?
c'est grave docteur ?
je me répète,
mais je l'avais dit :
il va en prendre plein la tronche,
hé voilà,
classique et petit
gamma
Dommage de vous justifier; Vous en faites trop. Et arrétez de parler de l'âme de Péan. on ne croit pas tous à l'âme, mais l'inconscient peut faire des siennes. Car l'inconscient est con, primitif, sauvage. Le votre comme le nôtre, comme celui de Péan. Si on prenait au pied de la lettre notre inconscient, on passerait son temps à s'entretuer. Le père tuerait le fils, et le fils convoiterait la mère etc.

Donc, oui, un inconscient raciste, xénophobe, egocentrique, on l'a tous. Moi qui ai fait partie de nombreuses organisations antiracistes, qui ai fait de l'alphabétisation, qui écris des livres jeunesse prônant le respect des différences, il m'est arrivé de laisser percer un brin de racisme primaire. Par exemple, dans l'un d'entre eux, j'ai parlé de mères tziganes "flanquées de leurs "petits"". Quand je me suis rendue compte que cela déshumanisait mes personnages, j'en ai rougi. Mais bon. Ce qui compte, c'est ce que consciemment je fais pour lutter contre toutes les discriminations, non?
Alors, cette façon de s'acharner à gratter la croûte, a essayer de prouver que vous avez raison, même un tout petit peu, me paraît aussi mesquine que les excuses de Zemmour après son erreur sur la lutte gréco romaine. "Oui j'ai eu tort, mais non, parce que kan-même, on pouvait se tromper, gnagnagna". Vous ne voulez pas vous excuser? On s'en fiche.
Alors, oublions cette affaire, parlons d'autre chose.
J'ai appris que Daniel était né d'une famille juive (athée). Peux on comprendre par ce biais là son agacement et cette sensibilité à fleur de peau sur tout ce qui pourrait etre suspect d'antisémitisme?
Il fait la preuve de son absence de liberté, de son incapacité à élaborer une pensée personnelle sans se cacher derrière les confrères qu'il descend en d'autres occasions. En clair, de sa malhonnêteté intellectuelle camouflée sous des dehors de "chevalier blanc".
Je suis d'ascendance juive, par mon père (donc pas juive, à moitié ou double ? qui peut le dire à ma place, qui porte cet héritage à ma place ?) mais je défends à quiconque le droit de me réduire en tant que citoyenne française à cet héritage.
Il fallait analyser le portrait de BK par PP comme celui d'un citoyen français. Mais c'est trop attendre de M. Schneidermann. A vouloir donner des gages à tout le monde de sa clairvoyance, il en devient inaudible.
Qu'est-ce que c'est que ces allusions de dire que l'on préférerait passer ses vacances avec PP plutôt qu'avec K. ? Pour donner des gages d'indépendance à l'égard du pouvoir ? Quelle nullité intellectuelle tandis que DS hurle aveuglément (?) avec les loups.
Bref, crédit zéro. Je poursuivrai mes visites par curiosité professionnelle (mais kesskidi encore ?) mais certainement plus (sauf pour les chroniques intelligentes d'Alain Korkos) par plaisir de la découverte, de l'ouverture à une réflexion critique.
So long
Cher Daniel,
Malgre votre experience d'homme publique, recevoir autant de critiques doit etre difficile a encaisser. Je me trouve donc un peu desole d'etre en ligne avec la plupart de celles qui vous sont adressees sur le forum. J'espere que vous les lirez attentivement sans les prendre comme des agressions, car elles me semblent souvent tres pertinentes et complementaires les unes des autres.
Pour autant, nous avons besoin de vous, et d'@si, et cette histoire ne remet rien en cause a mon avis, excuses ou pas... M'enfin bon, un dernier post "en toute humilite" de votre part, tout de meme, moi je trouverais ca sympa..
Je reviens après une nuit de réflexion sur ce forum (ça doit être mon côté "obsessionnel" de forumeur invétéré).

Juste pour dire que j'ai l'impression d'assister à une autodestruction en direct: Daniel Schneidermann vient d'inventer le journalisme kamikaze en sabordant avec une dextérité certaine un beau projet auquel j'ai été heureux d'adhérer... Refuser de faire des excuses à un homme que l'on a blessé: avec ce dernier exercice de fierté très mal placée, j'ai l'impression que ce qui n'était qu'un plantage difficile et douloureux, sur lequel Daniel semblait avoir reconnu ses erreurs (cf. La boîte noire), devient le suicide en direct d'un site pourtant digne d'intérêt.

J'ai tenté de convaincre plein d'amis de s'abonner à @si, j'ai fait de la pub sur mon blog, j'ai été très heureux de participer aux discussions des forums, et même invité à une émission. J'ai aimé et défendu le concept d'@si on the web.... Mais là, je dois avouer que je tombe des nues face à ce Titanic volontaire hallucinant... Je n'ai pas la force de décision de TCHD qui a déclaré "basta", je crois que je continuerai à fréquenter ce site, mais je dois avouer que ce ne sera certainement pas avec le même enthousiasme ni le même intérêt qui m'animaient précédemment.

Bref, ce journalisme kamikaze me sidère.

Seul point positif de cette triste affaire: les forums d'@si ont encore une fois démontré qu'ils étaient loin des errances douteuses de nombre d'espaces de discussion sur le net. On y discute posément, de façon argumentée, sans invective. Et en ce moment, les forums sont même bien plus intéressants que certains articles, je trouve. C'est du moins le cas pour celui-ci. C'est dommage d'assister au sabordage d'un site qui avait entre autres choses cette qualité-là: avoir des forums intéressants et posés.
Que votre argumentation est faible ! et de mauvaise foi.

Vous dîtes principalement : "c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme."

Sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques ne dit rien de plus que ce que ça dit en le lisant.

Si je reproche à un musulman d'être influencé par sa religion dans ses choix politiques, je ne dis absolument rien contre la religion musulmane, je ne lui reproche même pas d'être musulman, je ne stigmatise pas du tout le fait qu'il le soit, je lui reproche uniquement de se servir de sa religion, en l'occurrence la musulmane, pour son action politique.

Je ne me réabonnerai pas car si c'est pour vous voir suivre la meute et vous obstiner à chercher coûte que coûte de l'antisémitisme chez tel ou tel au détours d'un mot ou d'une expression, ça ne m'intéresse pas. Vous y avez passé combien de temps ?

Quelqu'un se demande, sans doute comme une boutade, si vous n'êtes pas sioniste. Je n'irai pas jusque là.

Mais ce que j'observe, c'est que vous croyez à priori aux accusations d'antisémitismes et c'est à l'accusé de vous démontrer le contraire.

Pour les autres accusations de racisme ou de quoi que ce soit d'autre, j'imagine que vous redevenez "normal", c'est-à-dire que vous ne croyez pas l'accusation sans arguments solides et vous n'auriez jamais l'idée de torturer l'accusé à ce sujet pour voir "le secret de son âme".

Ai-je raison, monsieur Schneidermann, ou ai-je tord ?
Le soupçon. La contrition régressive. Le déni et de nouveau l'inquisition. Et maintenant, contre ses propres lecteurs qui le critiquent: "obsessionnels", "d'où vous parlez", etc.

(Toute cette affaire semble avoir des enjeux autres, sans doute beaucoup plus intimes qu'il n'y paraît. C'est pourquoi j'ai bien peur que nos critiques soient peu efficaces.)
Je vous lis, Daniel, et je vous écoute aussi, du moins je m'y efforce.

Et votre dernière intervention me laisse... Perplexe.

J'en viens finalement à me demander pourquoi cette émission, quelle était au fond la véritable motivation de cet entretient avec Péan.

Du fond du livre, les "affaires" que Péan soulèvent après son enquête, on a peu ou pas parler dans cette interview, à mon goût du moins.
Ce qui me reste en mémoire : une histoire de course au scoop entre deux médias, intéressante mais qui ne traite pas du fond du livre, et puis cet "analyse" de mot(s) qui part très vite en sucette et qui n'aborde toujours pas les questions soulevées par le livre.
Pour faire court j'ai trouvé l'émission un poil hors sujet, m'attendant à quelque chose d'autre que du "Fogiel".
Péan est parti ? La belle affaire, vu la tournure que prenait l'émission son enquête n'aurait de toutes façons pas fait l'objet de plus d'intéressement je pense. Je suis donc resté sur ma faim, un coup dans l'eau, pour rien.

J'ai ensuite parcouru les réactions sur le forum, essayé de suivre et comprendre, sans pour autant prendre vraiment partie ou m'exprimer (je n'ai pas su non plus réellement interpréter votre remarque - « Comment peut-on en être à ce déferlement d'abonnés, ici et là, dont un bon nombre en sont à leur premier message (comme l'autre jour, nombre de manifestants étaient à leur première manif) ? », n'ayant moi-même encore jamais posté sur le forum d'@si), je me suis donc contenté de lire, sans réagir, comme d'habitude, espérant trouver des débuts de réponses à mes questions.

Vos excuses (faites ou non) aux @sinautes ou à Péan, je m'en moque, après tout vous ne me devez rien, et je n'en demande pas plus sur ce point.
Mais après ce dernier message où vous énumérez toutes les questions que vous vous posez sur Péan, j'en viens à me demander si ce n'était pas là le véritable prétexte à cette émission, et non l'enquête du livre comme je m'y attendais au départ ???
Que vos questions soient justifiées ou non sur "l'âme de Péan", quel était le but réel de cet entretien, in fact ?
Vos articles sur Péan, précédant l'enregistrement de l'émission, laissaient espérer un tout autre traitement que celui donné depuis vendredi.
Et de fait, de l'enquête du livre on ne parle plus, je trouve cela fort dommage, ne reste en place qu'une chasse aux sorcières (sur Péan, mais sur vous aussi Daniel, cf le forum) qui ne fait que grossir le flot déjà sulfureux des rumeurs en suspend.

Tout ceci me laisse en bouche un goût amer, tout aussi nauséabond que les mots (et maux) reprochés à votre dernier invité.
Il est sans doute temps de passer à autre chose, et de revenir aux basiques d'@si, l'analyse et le décryptage des images, sur ce point au moins je ne pense pas que quiconque trouve à y redire, c'est aussi et avant tout pour cela que nous vous regardons.

nato
Bonjour à tous,

J'interviens très rarement, mais je tenais à le faire cette fois-ci pour vous faire part d'un parallèle que je trouve fort amusant entre DS et PP.

En effet, la médiocrité rédactionnelle de PP lors de la rédaction de certains passages du livre lui font écrire des mots qui auraient pu être mieux choisis et le font ainsi passer pour un antisémite, soit; PP l'admet, le regrette mais ne s'en excuse pas car il ne considère pas avoir fait de faute morale.

De son côté, la médiocrité journalistique de DS lors de cette interview de PP le font passer pour un judéomane (je sais pas si le terme est le plus adapté, mais je fais avec ma propre médiocrité rédactionnelle), dont acte; DS le confesse dans son article "La Boite Noire", le regrette également mais ne s'en excuse pas non plus car il considère n'avoir fait que son travail (même de mauvaise qualité) et n'avoir rien à se reprocher moralement.

Ces deux histoires me semblent vraiment similaires, deux hommes qui ont été médiocres à un moment de leur carrière et qui se font harceler pour cela! J'ai envie de dire 1 partout, balle au centre, arrêtons les frais sur ce point, on aura tout le loisir de s'y remettre lors de la prochaine bourde de l'un ou de l'autre.

Et vu que j'aime les lieux communs, je me permets d'ajouter que l'erreur est humaine et que sans elle, on aurait bien du mal à remplir les forums.
Est-ce être antisémite que d'affirmer que beaucoup en France soutiennent Israel parce qu'ils sont juifs eux même ?

Quand je vois un de mes amis, juif, qui a été plusieurs fois quand il était plus jeune en Israel, et quand je vois aujourd'hui son aveuglement face à la situation Israelo-palestinienne, dédouanant Israel de toute responsabilité, excusez-moi mais j'ai un peu de mal à ne pas faire le lien entre les deux, et je ne vois pas pourquoi Péan serait anti-sémite de faire le même lien entre Kouchner et ses opinions ou ses actes vis à vis d'Israel.

Là encore vos arguments Daniel Schneiderman sont ridiculs ...

Et vous seriez plus avisé de faire vos excuses à Pierre Péan et aussi aux lecteurs d'@si, plutôt que de persister dans cette voie INFAME qui fait le jeu du gouvernement et qui permet à Kouchner d'éviter d'avoir à répondre aux vraies questions !

Ce qui est puant Daniel c'est votre parti pris dans cette affaire.
Je ne suis pas dans le secret de votre âme, et je n'ai pas envie d'y être, alors pourquoi nous l'imposer ? Ce n'est pas ce qu'on attend de vous ...
j'ai vraiment l'impression que sur la question juive on ne peut plus rien dire . Il faudrait éradiquer le mot cosmopolitisme , et ne surtout pas sous entendre qu'un juif manque d'objectivité sur la question juive. et je ne vois pas en quoi cette dernière phrase est antisémite ou alors je n'ai rien compris .
Je trouverais même légitime de défendre une cause (en manquant de recul) lorsqu'on est directement concerné .
Pour avoir par exemple discuté avec des musulmans et des juifs pendant la "guerre" de gaza chaqu'un défendait sa "cause" avec son lot de haine et d'extrémisme mais cette réaction me semble légitime . et supposé que kouchner manquait de lucidité sur la question juive me semble plausible et je ne vois pas en quoi ça fait de moi un antisémite chevronné .
On sait tous que c'est l'argument assassin qui clôt le débat .il est inconcevable de discuter avec un antisémite . point. La LICRA excelle dans l'art de manier cette arme et encore un fois elle a été utilisée .
Quand je vois des commentaires du style "@SI a mangé son pain blanc" ou qui insinuent qu'il y a eu erreur fatale de la part de D.S., je me demande s'il n'y a pas de l'aigritude dans tout ça.

D.S. a inventé @SI parce qu'il y a des abus des médias contre la démocratie, et d'une manière générale, la morale kantienne -entrave à la réalisation de l'humanité.

Le jour où l'on démontrera qu'@SI était une erreur, là on pourra parler mauvais.

Le reste, c'est de l'égo : ça fait plaisir de voir un mec qui fait ce qu'on ne fera jamais, suivre son idée, se prendre les pieds dans le tapis.

Alors ne tapez pas trop, parce que le seul équivalent à @SI n'est pas encore né.
Pierre Péan revient assez rapidement sur son entretien avec Daniel Schneidermann lors d'un interview vidéo publiée sur le site internet de Télérama (vers la fin de la vidéo).

http://www.telerama.fr/idees/pierre-pean-le-soupcon-d-antisemitisme-ca-je-ne-supporte-pas,39116.php
Il y a un bouquin d’écrit. On peut l’acheter ou pas. Chacun d’entre nous est assez intelligent pour se faire une opinion tout seul « en son âme et conscience ».

http://www.telerama.fr/idees/pierre-pean-le-soupcon-d-antisemitisme-ca-je-ne-supporte-pas,39116.php#xtor=RSS-18
J'aime ce média car il mèle débat, polémique, actu, décryptage...le tout (presque toujours) dans une ambiance de bonne camaraderie. Je comprends DS. Le monde change, l'horizon s'assombrit et vigilant nous devons demeurer face aux menaces de populisme, de protectionnisme et d'antisémitisme qui grondent.

Je me sens cosmopolite (je ne suis pas juif) de part ma naissance parisienne, mes études au milieu de cette vie intellectuelle foisonnante de la rive gauche, de ces expos, de ces polémiques, de cette histoire et de cet héritage soixante-huitard pourri-gâté mais rebelle quand même !

Mais j'ai également vécu en banlieue et je me sens proche de cette portion (immense) du monde qui est écarté, bannie, excentré, déporté aux périphéries des villes dans des villes moins urbaines, moins humaines aux architectures neutres, sales, où les galeries des centres commerciaux remplacent les galeries d'art...ce monde qui assurément n'est pas cosmopolite. Mais c'est un peu le mien.

Aujourd'hui, j'ai franchi le pas ultime, je vis à la campagne...dans une ferme (je n'ai pas trouvé mieux pour élever mes deux petites filles)...je suis un bouzeux, un plouc, un péquenot, un hippie, un néo-bab, un rurbain, un campagnard...bref, si l'on en croit les poncifs et que l'on fait abstraction du TGV, je suis dans un monde coupé du monde. Ce monde qui assurément n'est pas cosmopolite. Mais c'est un peu le mien.

BHL définit le cosmopolitisme comme l'état de celui qui vit loin de son lieu de naissance. Je suis né cosmopolite et je suis un néo-bouzeux...je suis donc cosmopolite (cqfd)...mais je ne suis toujours pas juif.

Je n'aime pas la religion, son bilan est moins bon que celui de la démocratie. Je n'aime donc ni Islam, ni judéité, ni christianisme, ni aucun autre étalage de foi qui selon moi devrait rester du domaine de l'intime le plus absolu. Suis-je anti-sémite pour autant ?

Je n'aime assurément pas les sionistes, leur ouvrage relève du mélange des genres. Je n'aime pas l'anti-sémite imaginaire qui ressemble par trop au juif imaginaire des années 30. Cette accusation définitive d'antisémitisme tombe à mon sens comme un couperet un peu trop facile. DS devrait le savoir et le prendre en considération.

Il s'agit désormais d'une formule rhétorique, d'un artefact médiatique qui pour de bonnes raisons (la vigilance des juifs et des gentils pour éviter la répétition de l'histoire), entretient paranoïa dans l'esprit des uns et confusion dans l'esprit des autres.

Je n'aime pas l'univers obscur de la finance international parcequ'il est élitiste, cynique et injuste...pas parcequ'il serait composé de personnalités juives et/ou franc-maçonnes...je me fous des obédience dont l'étalage relève à mon sens de l'exhibitionnisme.

Donc pour ma part, le débat que vous suscitez est sain. Tant qu'il y a possibilité de discussion, c'est sain. Le jour où ce genre de sujet de fera plus débat...c'est que la question sera tranchée...dans un sens où dans l'autre.

PS : Pas lu le livre
et ben maintenant on va inventer un nouveau point apres le point goldwin. Je crois que le point Schneidermann va avoir du succes vu le nombre de media qui voit des antisémites partout
Pour une fois, Aphatie est brillant, ce matin.

En ne faisant pas de l'affaire de la Marseillaise un détail (gênant, inutile, pas intéressante, barrer les mentions inutiles) du / au récit de Péan, mais en en faisant une info à prendre au sérieux, en la sortant d'une cadre nationalo-raciste dans lequel on voudrait l'enfermer, et en l'insérant dans ce cadre nationalo-patriotique avec lequel la France a autant de mal depuis trente ans - et depuis que Le Pen s'est approprié le discours sur la France, semblant de fait exclure la question patriotique du champ du discours politique républicain. Or je pense que c'est de ce lieu dont Péan parle : du patriotisme français gaulliste. C'est de ce lieu qu'il écrit cette anecdote de la Marseillaise. C'est à l'aune de ce lieu qu'il s'agit de la juger (ce que fait Aphatie). Or ce lieu, s'il doit survivre quelque part, c'est encore, probablement, au plus haut : au gouvernement, qui est là pour la France et au nom d'elle. Et dans un gouvernement, plus encore, au Ministère des Affaires étrangères.

Aphatie fait mine de faire sien l'argument (je pense qu'il s'agit d'un biais rhétorique ; que jamais, il ne partage cette opinion). Et, ce faisant, s'interroge :

Je lis les gens, et pour certains estimables, qui disent: arrêtez donc de parler d’antisémitisme. Peut-être ont-ils raison. Mais à ceux là et à tous les autres, je pose cette question: que pensent-ils d’un ministre de la République française qui n'aime pas La Marseillaise et lui préfère l’hymne d’un autre pays?
J'ai l'impression que vous n'avez pas compris les reproches Daniel, ou que vous zappiez les commentaires qui me semble les plus pertinent.
Vous vous focaliser sur l'antisémitisme, quand il est question de journalisme avant tout. Relisez le Farfadet, allez lire Aliocha qui explique mieux que moi ce que je ressens dans cette affaire, voir même le commentaire d'Huluberlu ci-dessus qui vous renvoie à celui de tchd. C'est ces questions là qui mérite le plus de réflexion, le reste c'est de la polémique.
Je ne pourrais répondre à votre article Daniel que quand j'aurais lu le livre.
Je réservais l'argent de ce mois au nouveau livre d'Olivier Lecour Grandmaison : "La république impériale, politique et racisme d'état ", qui est à mon avis beaucoup plus intéressant que celui de Péan, mais je sens que je vais devoir le mettre en "stand by"...
Et voilà comment @si étouffe *la* vraie affaire, celle des contrats *faramineux* dont aurait profité Kouchner en tant que ministre. C'est plus facile d'investiguer sur quelques phrases certes mal placées dans un livre que d'investiguer sur ces affaires...
Désolant...
Kouchner 1 - Media (incl @asi) 0
Mr Schneidermann,silence total de votre part, malgré toutes ces interventions, c'est étonnant. Êtes vous suffisamment calé sur votre siège pour ne pas daigner dire que vous nous entendez et surtout parce que l'avis de vos abonnés ne vous fait ni chaud ni froid? Je suis, il est vrai, une abonnée "fauchée" ,donc inscrite gratuitement, et pour cela j'en remercie @si, mais je considère que ceci ne m'empêche pas de donner mon avis! Je vous disais, dans un post précédent ,qu'on vous aimait quand même. Là, j'émet de grosses réserves!! ..J'ai lu ce qui suit:

http://jeanbeatles.blogspot.com/2009/02/la-chute-dun-journaliste.html. L'affaire fait tâche d'huile...comment allez vous vous en sortir?....mais peut-être avez vous déjà d'autres projets.......
pas lu le livre pour des raisons géographiques (il est pas encore arrivé jusqu'a Moscou)

Daniel, je vous soutiens, je trouve votre argumentation convaincante et vous avez raison de ne rien lacher, puisque,comme vous dites, internet vous permet d'etre obsessionel. Disons que je comprends pourquoi vous avez insisté. S'il n'y a pas lieu de traiter Péan d'antisémite, dans les exemples que vous citez, il y a bien des éléments qui vous donnaient légitimement le droit de poser des questions sur l'évocation un peu bizarre des rapports de BK avec sa judéité.

Je pense tout de meme que tout ceci n'est qu'un raccrochage aux branches, et qu'on loupe l'essentiel. Enfin, que diable, si BK a réellement profité de sa position de ministre pour réclamer des factures non payées, ca craint ! Et c'est là dessus qu'on aurait du entendre le plus Péan. L'histoire de l'évocation de la judéité de BK est selon moi moins importante. Et oui, vous auriez du avoir les arguments que vous venez de nous citer dans votre besace au moment de l'interview.

Mais pour etre plus précis : à votre avis, vaut il mieux attaquer sur ce sujet sensible les deux pieds dans le plat comme vous l'avez fait, ou prendre spécialement des précautions oratoires, tout faire pour rester objectif en citant tous les exemples disponibles, afin de prévenir tout démarrage au quart de tour? Bon, autre question pas très politiquement correcte : vous avez vous aussi un nom juif, et de ce fait, lorsque le terrain est à ce point miné, ne risquez vous pas, en étant aussi direct et un poil maladroit, de vous faire plus rapidement cataloguer comme un "outré systématique et parano de l'antisémitisme" et de détourner le débat? Et Péan de se sentir plus facilement attaqué personnellement? J'en sais rien, ce ne sont que de suppositions.

La question qu'il y a derrière tout ca, c'est faut-il prendre des pincettes particulières lorsque, en tant que journaliste, on parle d'antisémitisme, vu l'inflammabilité du sujet? Pour des raisons pragmatiques, je pense que oui. Dans notre société actuelle, j'ai l'impression que l'accusation d'antisémitisme est comparable à l'accusation de pédophilie, ultra taboue, et donc ultra dangereuse à manier car derrière ces mots il y a des fantomes terrifiants, mythifiés, et plus ou moins partagés par tous. Et on a vite fait de créer un scandale et de déchainer les passions, ce qui peut parfois avoir des conséquances graves.

Bien sur, cette "inflammabilité" de l'antisémitisme n'est pas satisfaisante, et il est bon de rationnaliser les choses en n'hésitant pas à en parler quand meme lorsque c'est justifié. Et c'est pour ca que malgré tout, je vous soutiens. Mais c'est dommage que ce caractère "inflammable", exacerbé par votre maladresse, ait détourné le débat et nous ait privé d'arguments plus intéressants.
citation de DS:

On a parfaitement le droit d'attaquer Kouchner sur sa politique israélienne. Mais rattacher cette critique à l'identité juive du ministre, avec une cordelette à la solidité douteuse, ("faisant souvent état...") c'est à dire sous-entendre que son appartenance religieuse détermine ses actes politiques, c'est la définition même du racisme, ou de l'antisémitisme.

fin de citation.

Si Rachida dati ou un autre politicien "musulman" avait une politique pro-marocaine, est-ce que le critiquer reviendrait a dire que l'on est islamophobe? Je ne croix pas...

Je ne sais toujours pas si Péan est antisémite ou pas, mais franchement les arguments de DS sont peu convaincants...
Et si DS était inconsciemment sioniste.
J'aurai tendance en vous lisant, dorénavant, à chercher
dans la moindre phrase, le moindre mot, la preuve de
cette assertion...
...et c'est dommage.
En fait, comme cela a été écrit un peu plus haut, je vais garder mon abonnement mais je ne vous lirais plus avec le même enthousiasme. et c'est au fond ce qui me dérange le plus.Marie
(livre non lu)
En tout cas s'il est un métier difficile, c'est celui de journaliste -- à moins de ne s'occuper que de la rubrique des chiens écrasés, et encore. Qu'il s'agisse de Pierre Péan ou de Daniel Schneidermann, on peut saluer le courage qu'ils ont de dire des choses qui fâchent, de s'exposer ainsi en risquant de se tromper.

L'antisémistisme, je n'ai pas le sentiment qu'il soit tellement répandu (c'est bien simple : je n'ai connaissance d'aucun antisémite, même vaguement déclaré, parmi les gens que je rencontre). Le rascisme est un truc parfaitement con. Mais la connerie est comme une braise : plus on souffle dessus, plus elle s'enflamme. Alors je crains que toutes ces accusations un peu légères et souvent tactiques (de DS certainement pas, mais de Val ou BK cela semble clair) d'antisémitisme n'aient des conséquences tout à fait négatives. Ainsi on ne pourrait plus rien dire à quelqu'un, dès lors qu'il est juif, au risque d'être accusé d'antisémitisme ? C'est évidemment le meilleur moyen de créer de toutes pièces un sentiment antisémite. Comme attitude contre-productive, on ne fait pas mieux.

Une dernière chose : dans le secret de notre âme, on est tous parfois un peu con (pas forcément rasciste, il y a bien des façons d'être con , mais cela peut en faire partie), sujets à des pulsions primitives et imbéciles. L'honneur de chacun de nous est de dépasser notre propre connerie. Ne faisons pas trop le procès du secret de l'âme. Jugeons les actes.
Carrément navrant ! DS touche le fond ... Vexé comme un poux, il a relu le livre soigneusement pour pouvoir se justifier, avouant au passage qu'il ne prépare pas correctement ses émissions. C'est tout de même un comble pour quelqu'un qui critique précise ce genre de travers chez ses confères !

DS est à côté de la plaque. Il n'a rien compris aux commentaires de ses abonnés qui reprochaient la manière et la méthode. Il s'enferre dans une justification qui n'intéresse personne. Si on l'en croit il a un 6e sens pour détecter idées douteuses, sous entendu antisémites. Ce n'est plus du journalisme mais de la voyance.

Détendez vous Daniel. Aller écouter la chronique de Stéphane Guillon sur France Inter, histoire de dédramatiser un peu.

Pour le reste, DS vient de nous faire une démonstration éclatante de son égo surdimensionné. Les derniers doutes concernant mon intérêt pour le projet @si sont balayés et je pense bien que cet épisode va réduire le nombre d'abonnés à une peau de chagrin.

so long...
La mise en scène de vos tourments ,M. Schneidermann, est désolante. Vous tombez dans tous les panneaux sous couvert de regarder en face une "terrible" réalité, celle de l'antisémitisme. Vous êtes visiblement incapable de prendre du recul sur votre pratique journalistique.
Cette fois vous nous montrez vos limites. Dont acte.
pas lu livre.

J'en ai marre que tout soit toujours ramené à l'antisémistisme.

C'est pratique d'être juif par les temps qui courrent...

Quant à Kouchner, j'attends toujours de voir son sac de riz à Gaza.
Je n'ai pas lu le livre , mais je peux ,néanmoins,livrer mon avis .Mr Schneiderman , votre propos ne m'a pas convaincu du tout. S'interroger sur les positions , sur l'impartialité ou l'objectivité de Mr kouchner à l'aune des liens qui le lient à Israel , franchement, je ne vois pas où sont le racisme et l'antisémitisme dont vous le suspectez .Mr schneiderman , vous me faites penser au parti socialiste qui a fait un procès à Mr Pascal Boniface aprés que celui-ci eut dit que la direction du PS penchait trop en faveur d'israel
Je vous explique :

Jeudi dernier, il passe à la maison vers 17 h, l'heure de l'apéro, et on commence à discuter de nos sujets habituels : les bagnoles, les femmes et le foot. On évite toujours la politique. Je craque pour Ségolène et lui kiffe Marie-George. C'est dire son absence de discernement en matière de canons féminins. Mais bon...

Après nos cinq premiers petits jaunes, la conversation s'anime, et c'est là que survient le clash.
Je le soupçonne depuis longtemps de sympathies sionistes et d'à priori anti-arabe. Cette préférence qu'il a toujours eue pour Citroën par rapport à Peugeot. Et ce soir-là, j'en ai eu confirmation.
On commentait la liste que Raymond venait juste de communiquer pour France-Argentine, et il me glisse, l'air innocent : "T'as vu ? Il a pas sélectionné Savidan. Benzema, je veux bien, mais il casse pas la baraque en équipe de France."
Mon sang n'a fait qu'un tour. "T'as jamais pu encadrer les maghrébins !", je lui ai dit, en renversant du pastaga sur mon survèt' Adidas tout neuf. Tellement je tremblais.
Lui n'a même pas fini son sixième verre. Il s'est levé, et sans m'adresser un regard, il est parti en claquant la porte.

Ce qui m'emmerde, c'est qu'on a déjà retenu un bungalow au camping des Flots Bleus à Vias-plage, pour juillet prochain. On doit partir ensemble, avec lui, ma soeur et ma femme. Ma femme qui a essayé de me raisonner: "Il s'est pas rendu compte".
Possible, mais c'est pas moi qui ferai le premier pas vers la réconciliation.
Parce que conscient ou pas, le racisme reste le racisme.
Daniel Schneidermann ne présentera pas d'excuses au sociologue Edgar Morin.