44
Commentaires

Pourquoi être débranché de Twitter nous fait trembler ?

Pourquoi devient-on accro à Twitter ? Comment l'info en continu, la connexion à haute dose, s'emparent-elles de nos cerveaux, au point de nous donner des sueurs froides et des tremblements, quand on nous décroche ? Sébastien Bohler nous explique où ces symptômes se nichent dans nos cerveaux. A propos, connaissez-vous le syndrôme FOMO ?

Derniers commentaires

Finalement, il y a des choses nettement plus énervantes que les analyses de Sébastien Bohler, ce sont les commentaires lapidaires des membres de ce forum qui ont vraiment des opinions sur tout...
Ya un gag dans le texte de Sébastien Bohler: c'est quand il dit que, outre les recherches orientées vers le marketing, yen a eu une "à des fins thérapeutiques", menées par... un labo.

Compte tenu de ce qui commence à être de notoriété publique concernant les labos, leur propension à inventer des médocs pour des non-maladies (la fameuse "phobie sociale", autrefois nommée, bêtement, "timidité") voire à inventer des non-maladies pour utiliser un médoc sans objet, c'est très rigolo d'opposer les recherches marketing et les recherches labo. Vont nous sortir un médoc anti-twitter? Moi, j'ai besoin d'un médoc anti-@si.

Voir ce très instructif texte de la revue "Prescrire" sur la médicalisation de nos émotions par la psychiatrie et les industries pharmaceutiques. Il me semble qu'avec cette chronique, on est en plein dedans, et que Sébastien Bohler ne semble pas s'en apercevoir. Au fait, a-t-il des liens de type "conflit d'intérêt"?
Ca n'a absolument rien à voir, mais j'ai retrouvé Sébastien Boller sur le site d'Awkward Family Photo.
(A gauche ou a droite ^^)

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10150716135635791&set=pb.103280435790.-2207520000.1357998918&type=3&theater

désolé.
Ecoutez le bien. Ce n'est pas le FOMO qui atteint Sébastien Bohler au moment de quitter la machine, mais bien la peur
de laisser tous ces gens derrière la leur sans lui (il dit sans moi !!!!).
Tweeter, les forums, l'info en continue... De graves addictions!
C'est horrible, elles déclenchent une pression intracrânienne... Bohler se moque presque, ces pauvres junkie de l'internet...
C'est scientifiquement prouvé, imagerie du cerveau en garantie.
Évidemment, se demander si cette pression intracrânienne n'apparait pas dans d'autres situation...
Bohler, à certainement raison sur une chose... l'excès est une problème.
Mais ce dont il parle là avec ses études et ses images, c'est notre humanité, se qui compose notre personne... Il parle déjà de pathologie alors qu'il n'a rien analysé de ce comportement.
Vos enfants vous manquent quand vous ne les voyez pas? Supprimez les enfants!
Bohler me fait peur...
Je ne suis abonné ni à Touiteur ni à Fessebouq et ça ne me manque pas.
En revanche, j'ai été privé - ou presque - d'@rret sur images pendant une partie du mois de décembre à cause d'une panne de réseau internet et j'ai ressenti - je parle sérieusement - un réel malaise.
Tiens, pendant que j'y suis : un jour je me suis abonné à tweeter. J'ai jamais su m'en servir. Et j'arrive pas à me désabonner.
kelkunpeumédé ?
Odile de Ré approuve cet accent à syndrome, par souci d'égalité avec symptôme.
Orthographe sans conscience n'est que ruîne de l'âme.
Sébastien, ils ou elles vous ont dans le nez, c'est foutu pour vous vous êtes catalogué :)
Nouvelle démonstration de l'invocation des neurosciences (et d'expériences avec 1000 individus, vous vous rendez compte!) pour dire... rien du tout... Avec tout ce qui est dit, écrit depuis tant d'années sur l'angoisse de séparation et ses avatars... dommage, ce genre de propos me parait plat, en tout cas ne fait pas penser (mais il n'en tient peut-être qu'à moi)
Moi, c'est si je me branchais à Touiteur que je tremblerais.

Avant de commencer à lire des touites (et j'ai vite arrêté) j'ai eu un préjugé favorable, imaginant que ces petites productions, surtout venant de VIP, pourraient avoir la force de haïkus.

Tu parles ! J'ai vite vu que, dans une proportion que j'évalue à neuf pour dix (mais passez à quatre-vingt dix neuf pour cent, je ne kazoulerai pas tout rouge), nos VIP sortaient des niaiseries niveau : tu vas à la pêche non je vais à la pêche.

La règle non dite de Touiteur : écrire d'abord penser ensuite.

Oh, on trouve de temps en temps des perles. Mais autant chercher la fève dans la galette de Gargantua.

La force de ces gadgets genre Fèces de bouc et plus avant, la pub, c'est d'arriver à nous faire croire qu'ils sont indispensables alors que c'est exactement le contraire.
On peut etre accros a tweeter, premiere nouvelle.
viiiiiite! Plein de commentaires!!! Bon alors qui 'est pas d'accord?
Moi, et ça va être facile, j'ai aucune espèce d'argumentation :
Sébastien Bohler commence à me les briser menu !!!

Arriverez vous à vous passer de Sébastien comme je me passe de Tweeter ?
je désapprouve le ton du message ci dessus, je ne vois pas pourquoi vous vous sentez obligé de nous parler de vos couilles
Il arrête pas de parler de mon cerveau, d'une je lui ai rien demandé, de deux il ne le connaît pas, et de trois personnellement je trouve que mes couilles sont plus jolies ! :-)
parait que le cervau d'un homme est dans ses cojones, alors les chroniques de Bohler sont faites pour vous...
j'rigole hein
quoique !
:)
Woody Allen : "Mon cerveau est mon deuxième organe favori".
Je désapprouve la couleur de votre message, je ne vois pas pourquoi vous vous sentez obligé de nous montrer votre agressivité...
Qu'est-ce que la révélation de votre appartenance à EELV, apporte de plus à votre commentaire ?
Dixit le Bayrouiste...
Ah merde, j'avais oublié que l'orange était la couleur de l'agonisant Modem.
Oublié? vraiment? C'est peut être une manifestation de votre subconscient....
Simple bug dans mon cortex singulaire antérieur dorsal.
Qu'on se rassure, c'est aussi la couleur des prisonniers de Guantanamo.
Je ne sais pas s'ils ont eu de la viande, vendredi dernier.
Je suis d'accord :) reste à savoir si c'est prouvé SCIENTIFIQUEMENT ? Je rigole Sébastien. J'ai déjà, malheureusement constaté le manque de tous ces outils, à part que je me refuse de twitter, jusqu'à maintenant, j'avais bien juré de ne pas ouvrir de compte Facebook, et c'est fait depuis 2 ans, le pire étant de manger des sucreries en même temps que ces activités addictives.
Facebook, pendant plus d'un an, j'y avais un compte, sans aucune activité. Puis un jour ma famille a débarqué, et j'ai enfin trouvé le lien que je cherchais, pour garder le contact avec eux malgré les 10000 km qui nous sépare. Le blog, je l'ai laissé tomber : une impression de parler dans le vide.
Twitter aussi : parce que je m'y sens étrangère. J'ai l'impression de voir des cercles s'invectiver ou se congratuler perpétuellement. Trop de messages. Peu de sens. Ça m'a amusée un temps. Mon tweetdeck est souvent éteint maintenant ...
Et j'ai aussi pas mal déserté le forum d'@si, car je ne pouvais plus tout lire, tout suivre.
Mais j'ai du mal a être déconnectée, je l'avoue. En voyage, dès que j'ai du Wifi gratuit, je me jette dessus. Principalement pour donner des nouvelles. Et si j'en ai le temps, pour visiter aussi mes sites d'information habituels. En coup de vent ... ;-)
Mais pour l'avoir vécu cet été même (ou plutôt cet hiver austral) : les bonnes coupures ne génèrent pas grande douleur, quand le temps est rempli par la découverte d'un pays qui vous fait littéralement rêver ... ou par tout autre occupation qui détourne votre attention de la toile ;-)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.