120
Commentaires

Pour le pigeonnariat en maternelle

Il va falloir allonger la semaine d'école.

Derniers commentaires

Avec l'association des professeurs de sciences économiques mais sociales, la revue " alternatives économiques", et ( si j'ai bien lu ) le matinaute, militons pour des plus-values raisonnables et pour une exploitation à visage humain. De même que la France veut être gouvernée au centre, la Vérité est toujours du côté du compromis. Ni MEDEF ni Mélenchon. Pile au milieu. TINA !
L'entrepreunariat, c'est aussi et avant tout des artisans, des indépendants en PL non réglementés, parfois – et souvent – dans une précarité réelle et sans filet.

Marre de lire qu'entrepreunariat = patronnat. Et M. Mélanchon ne fait pas cet amalgame je pense.
C'est ce qu'on appelle une grosse bêtise !
Ca c'est trop bon!
Mon fils en 2010 en première SES, très au courant du bordel économique mondiale et l'obsolescence du Système s'envoyait en l'air avec le programme répétant la doxa...
Ca ne l'a pas empêché de faire TB au BAC sans illusion, ni être dupe...
Mieux ou pire, des potes à moi profs de SES, en pleine crise existentielle de l'obligation d'apprendre aux élèves des choses, dont ils constataient l'imbécilité tous les jours dans les nouvelles du monde.
Yen a un qui a fini par craquer, il a racheté un commerce de proximité et abandonne l'enseignement...
Et c'était vraiment une belle intervention que celle de Mélenchon à France Inter 7/9 du 30 avril ; s'il y avait bien un témoignage à partager, c'était cela.

Jean-Luc Mélenchon, 7/9 du 30 avril
Eh bien Daniel Schneidermann, vous donnez le bâton pour vous faire rosser, et il serait regrettable que nous n'en usions pas :( Parce qu'écrire

"... s'il n'offrait une photo saisissante de l'immuabilité du débat français. Réaction de Mélenchon, sur France Inter: "un jeune élève a bien des choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Aime ta boîte comme Hollande et Parisot, ou conchie-la comme Mélenchon: c'est l'un ou l'autre. Rien entre les deux"

est particulièrement étrange. Je veux bien faire un effort de décryptage, en supposant que vous caricaturez pour mieux le faire appréhender un débat au demeurant complexe trop souvent ramené un un affrontement guerrier, mais je ne peux manquer d'être choqué par ce raccourci qui, alors que vous savez suffisamment de porte-flingues pour faire le boulot contre J.-L. Mélenchon, dénature profondément votre mode d'analyse revendiqué des médias. Ou comment pratiquer l'outrance que vous mettez si souvent en lumière.

En contrepoint, je fais appel à la réflexion subliminale que vous ne pouvez avoir manqué de souhaiter nous faire partager :

Mélenchon parle de la cupidité comme d'une composante naturelle de l'individu dont l'école devrait le protéger, attention, il y a un piège : ne pas s'arrêter à l’expression que la presse ne manquera pas de stigmatiser comme outrageante, elle révèle un océan de vérités sur la nature humaine et l'intérêt d'élever sa pensée à des considérations d'ordre philosophique, même sur une radio faite par des bourrins pour des ânes. Ou le ocntraire, à moins que les auditeurs ne soient tout simplement victimes d'un mépris très immérité. A méditer.
aussi, beaucoup ont l'air de penser qu'à chaque passage à la télé ou à la radio, JLM fait sont cirque, mais il y a aussi quelques émission où

tout se passe très bien.

quand le journaliste fait son métier, plutôt de jouer le rôle de l’opposant politique, tout va bien mais forcément c'est émissions ne sont

regardées par ceux qui sont déjà intéressés par ses idées.

souvent, ça a lieu sur france 3 région, sur france 4, ou à l’internationale.

une qui m'a marqué, était sur france 3 Corse, on sent que les journalistes posent des

questions qui leurs tiennent à cœur et attendent fermement les réponses.
Mal placé
J'ai été déboussolé également par cet éditorial de D.Schneiderman, qui ne reflète pas du tout l'impression générale du discours de J.L Mélenchon sur France Inter ce matin. Editorial assez incompréhensible, inhabituel, et déroutant (à dessein ?), la lecture des intervenants de ce forum, pratiquement UNANIMES dans la condamnation de cet éditorial, m'a toutefois bien rassuré et a confirmé l'impression très positive que j'avais ressentie ce matin. J'ai noté que les interventions de Mélenchon, tant ses réponses aux points soulevés par Cohen ( parfois provocateurs, mais c'est son rôle de journaliste), que ses réponses percutantes aux "intervenants-auditeurs-pris-au-hasard", ses interventions ont pu être faites sans interruptions -ce qui est rare- et sans rudes empoignades avec les contradicteurs. Est-ce qu'on l'écouterait ? Est-ce qu'on irait jusqu'à retenir ses idées, à les prendre au sérieux ? SES idées, qui sont d'ailleurs élaborées en commun, par un collectif responsable et sérieux, économistes et politiques talentueux.
L'un des intervenants dans ce forum, évoquanr "ce gosse qui vendait ses dessins à ses parents..." m'a particulièrement frappé, et je le retiendrai comme exemple type de bambin de maternelle ou de CP, à qui l'on prêche les vertus de l'entreprenariat...
Autre remarque, je n'ai pas "voté Hollande", j'ai utilisé un bulletin marqué "Hollande" pour virer Sarkozy. Et je ne m'en mords pas les doigts, même si...C'est dur !!! Mais, "on lach'ra rien!"
Et si DS faisait toute une émission sur le comportement médiatique de JLM avec l'intéressé comme unique invité ? On serait encore dans la 'critique media', ce serait sûrement révélateur et enrichissant et ça battrait des records de visionnage ! Et je suis sûr qu'il se réconcilierait avec l'intéressé.
Comme d'autres, je suis extrêmement surpris de cette hargne de DS envers Mélenchon. Pourtant, il a participé à des émissions excellentes sur ce site (et, si je me souviens bien, DS n'avait pas été agressé. En tout cas, rien de comparable avec ce que le même DS a fait subir à Pierre Péan). Que s'est-il passé depuis?
Je l'avais déjà demandé à DS. Pas de réponse à ce jour.
Mélenchon, lui, quand il est contesté, donne sa version.
j'avoue que ce "conchie" m'a troué le cul.

outre qu'il tombe sur Mélenchon comme une merde de pigeon sur la gueule d'un passant, avec un parfum de syndrome d'attali, un petit bruit de "corée du nord", il a des allures (des relents) de roquefort qui dit au camembert tu pues...
Quoi, Shneidermann, ne compissez-vous pas allegrement l'entreprenariat, à l'alinéa précédent, d'une surenchère peu flatteuse ("Pourquoi pas le pigeonnariat dès le primaire") ?

Je suis pas fan du cirque de Mélenchon sur les médias, mais franchement, on peut dire qu'il joue pas tout seul ! (si, si, @si fait aussi partie du système médiatique)
Je trouve que ça commence à devenir ridicule ces génuflexions devant les patrons.
Comme quoi leur pouvoir de nuisance, en ces temps de chômage et de délocalisations, est considérable.

De là à accepter n'importe quoi... Des cours d'entreprenariat en 6ème, et pourquoi pas d'ornithologie ou de linguistique générale;

Bon ! Peut-être qu'une heure de plus par mois en cours d'histoire géo, pour parler de ce qu'est une société commerciale, comment ça se crée, à quoi ça sert, quel est son statut juridique... Comment ça vit et qui les fait vivre, et comment ça meurt, ce serait utile pour tout le monde. Comment fonctionnent les marchés boursiers, comment ils influencent la société, et ce qui devrait être plus important, l'économie ou l'humain.

Et je vous trouve bien désagréable, DS, avec Mélenchon. Pour une fois qu'il ne hurle pas à tous les vents et explique son point de vue posément, affolant le bon Patrick Cohen qui en prend plein la tête en tant que représentant démédias. Lequel Patrick Cohen conteste quand Mélenchon explique que les auditeurs qui posent des questions ne sont pas sélectionnés en fonction du fait qu'ils vont mettre en danger l'invité, alors même qu'il a expliqué il y a quelques semaines que les journalistes sont là pour diriger l'opinion dans le bon sens. .
qu'est-ce que vous voulez nous dire, Daniel, que si on veut de la critique des médias, il vaut mieux allez voir ailleurs?

vous avez été là, aux heures les plus sombres de notre histoire, (2007/2012), et pour ça, je vous en suis reconnaissant, mais faudrait quant

même pas trop pousser...

bon, c'est vrai il nous reste Judith, Alain, Laure...etc
« Mais nous ne sommes pas là pour la faire aimer ou non, mais pour la faire comprendre » explique à Libé Marjorie Galy présidente de l’association des professeurs de SES »
J’ai un peu de mal à comprendre comment de l’énoncé très clair et sans ambiguité de Mme Galy, vous passez à la conclusion qui dit exactement son contraire :
« Ils vont se sentir bien seuls, les profs de SES. Mais ils ont l'habitude ».

Depuis quand un enseignant a besoin de l’assentiment des politiques de tel ou tel bord pour ne pas se sentir seul ?
Le Président de la République démocratiquement élu décide que "l'entrepreunariat » sera enseigné dès la 6ème (entre parenthèse cela se fait déjà dans le cadre de la technologie), dont acte,
Le chef de l’Etat est dans son rôle.
Une commission se réunira pour déterminer les compétences à développer pour ce nouvel item, les professeurs les mettront en œuvre en utilisant les méthodes pédagogiques de leur choix sans se soucier de l’avis de Mme Parisot ou de Mr Mélenchon.
L’Inspection générale et les professeurs seront dans leur rôle.
Mme Parisot applaudie cette initiative, Mr Mélenchon manifeste son désaccord.
Cette syndicaliste et ce politique sont dans leur rôle.

Parmi les politiques et aussi la population, il y a les pro napoléon et les anti napoléon c’est un « immuable débat français » et alors ?
Les professeurs d’histoire sont-il pris pour autant entre les deux injonctions de l'amour et de la détestation de Napoléon ?
Je suppose qu’un prof d’histoire répondrait ce que répond Mme Galy : Nous ne sommes pas la pour faire aimer ou non Napoléon mais pour faire comprendre cette période de l’histoire.

Pourquoi passer par l’interview de Mme Galay et la faire parler à votre place ?
Quel est le problème ?
Vous n’êtes ni d’accord avec Mme Parisot et Mr Hollande qui aiment les boîtes, ni avec Mr Mélenchon qui les conchient ?
C’est leur droit et le vôtre, cela s’appelle la DEMOCRATIE.
Vous êtes journaliste, comme dirait E. Plenel, nous avons « le droit de savoir » ou plus exactement de connaître le plus de point de vue possible afin de nous forger ensuite notre propre opinion.
Exprimez vous franchement, donnez votre point de vu, argumenter
Vous serez alors dans votre rôle de journaliste.

« Ce ne serait qu'un fumigène parmi d'autres, qui ne vaudrait pas particulièrement qu'on s'y arrête, s'il n'offrait une photo saisissante de l'immuabilité du débat français »
A moins que le problème, ce soit la notion même de débat et d’idées contradictoires ?
Le monde idéal serait-il le « village du prisonnier » ?
C’est vrai quand on redonne aux gens le goût du débat « clivant », on sait quand cela commence mais on ne sait pas quand cela finit.
La preuve, ce week-end… voilà que même des socialistes s’y mettent, ils veulent débattre, mon dieu quelle horreur, ils dérapent. Quel aveu de Libé.

Le décryptage des mots est très à la mode, j’en soumet un aux asinautes :
« Aime ta boîte comme Hollande et Parisot, ou conchie-la comme Mélenchon »

Conchier : Souiller avec des excréments
Mme Parisot et Mr Hollande aime, Mr Mélenchon souille avec des excréments…..
Violence, vous avez dit violence !!!!
Je suis pas le premier mais je le dis aussi: DS me déçoit sur ce coup avec Mélenchon, qui pourtant n'est pas à l'abri des critiques. C'est même pas de la mesure, c'est encore un petit coup de pouce à la pensée dominante qui rabâche que Mélenchon représente un extrème....et qu'il faut se rabattre un peu vers le centre...où les gens biens s'assurent que rien ne change trop.
Daniel!
Cessez de parodier Mélanchon, On a besoin d'une critique des médias, pas d'un autre chien de garde. Et la, vous faites "Waf! Waf!"; encore une fois.

PS: le revenu de base (ou quelque nom qu'on lui donne) est en débat au sein du parti de gauche, qu'on se le dise....
Bonjour,

Les propos de JLM n'avaient absolument pas l'extrémisme simpliste que vous lui prêtez, il a eu une réponse nuancée.

Pourquoi cette réaction péremptoire ?
C'est pas beau de tronquer les citations! JL Mélenchon a bien pris le soin de faire une distinction entre les authentiques chefs d'entreprises qui avec un collectif humain céent de la richesse et effectivement les cupides qui créent une start up par exemple et la revendent peu de temps après en empochant une belle plus value, exigeant au passage une exonération d'impôt !.Notre crise vient précisément de tous ces "cupides" qui spéculent sur du vent ou amassent des sommes considérables non gagées sur des services utiles ou des biens matériels.
De plus ils pensent être les seuls "méritants" et refusent de verser leur obole au collectif à qui ils doivent pourtant tout:nos infrastructures,notre consommation, notre appareil judiciaire,notre santé ...notre ...notre...

Donc oui l'exercice vis à vis de nos jeunes sera délicat pour distinguer le bon grain de la mauvaise graisse cupide s 'étalant souvent par milliards d'euros dans nos paradis fiscaux
Décidément, dès qu'il s'agit de Mélenchon, les semaines passent et DS se quatremerise, ce qui n'est pas un compliment.
Il ne devrait pas se sentir visé et revisionner l'émission DPDA qu'il a manifestement suivi d'un oeil distrait pour en avoir rapporté tant de bêtises Lundi, Méluche y a rendu hommage aux petits patrons qui bossent dur sans se goinfrer. M'enfin, si ça éclate le matinaute de persister et signer, après tout, pourquoi pas...

Quant aux cours de SES, titulaire en 93-94 de ce qu'on appelait alors un Bac B, j'ai relu ma copie qui m'a valu 15/20 en éco et je n'ai absolument rien compris de ce que j'avais écrit. De mémoire c'est Lordon qui racontait que les programmes d'économie sont écrits par des libéraux, tout comme Chouard relatait dispenser ses cours sans même se poser de questions sur ce qu'il enseignait avant d'ouvrir les yeux.
Jésus et les "pigeons" :

"La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables; et il dit aux vendeurs de pigeons : otez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic".(Evangile selon Saint Jean).
Remarquons que le Christ ne se prononce pas sur le bien fondé d'une économie de marché ni sur l'entrepreneuriat. Il ne propose pas d'interdire les marchands.
Il se contente de rappeler (à coup de fouet... car il était pacifiste, mais pas fanatique de la non violence !) cette règle de bon sens :
à chaque fonction sociale, son espace.

Il faut des lieux pour prier et d'autres pour commercer ;
des lieux pour apprendre et d'autres pour faire du business...

On pourrait appliquer cette règle dans bien des domaines :
des médias pour informer et d'autres pour communiquer
des instances pour recevoir et écouter les groupes de pression, d'autres pour voter les lois
des plateaux télé pour amuser le téléspectateur, d'autres pour faire de la politique
etc.
je ne sais pas ce qu'a dit Mélenchon, je n'ai pas écouté. Moi qui me sens plus proche de lui que des autres politiques, je ne "conchie" pas les entreprises. Mais que l'on veuille enseigner l'entrepreunariat dès le collège, çà me choque. C'est un apprentissage qui peut bien attendre quelques années, non ? Et quand tout le monde sera entrepreneur, que chacun essaiera de vendre sa production à tout le monde, ce sera une belle pagaille, vous ne croyez pas ?
Je serais, pour ma part, partisan de faire confiance aux enseignants qui seront chargés de s'approprier ce type d'enseignements, tout comme je pourrais faire confiance aux profs chargés d'enseigner la "morale".
Cela dit, si je fais confiance aux fonctionnaires pour se montrer impartiaux dans l'exercice de leur métiers, je suis contre ces deux types d'enseignement.
Il faudrait plutôt en remettre une bonne couche sur les savoirs fondamentaux (lecture, écriture, calcul, puis littérature, H-G, sciences, langues etc...) plutôt que de multiplier les modalités psychologisantes et professionnalisantes d'aborder l'enseignement.

Ce qui me choque le plus c'est que ces deux enseignements vont phagocyter les horaires des autres enseignements.
Non, en fait, ce qui me choque le plus c'est qu'il ne viendrait certainement l'idée à personne d'instituer des cours de fonctionnariat.
Les entrepreneurs sont les héros des temps modernes qui se battent pour leur survie malgré l'Etat qui les oppresse de charges et malgré l'entretien des fonctionnaires que le secteur privé porte comme un fardeau.
L'idée sous-jacente (au risque de faire un procès d'intention) c'est tout de même que travailler à son enrichissement personnel est une bonne chose en soi alors que travailler pour la collectivité (dans la fonction publique) est juste un prétexte pour vivre au chaud, blotti au coeur des avantages acquis sur le dos des autres qui luttent contre la mondialisation.
J'émets une hypothèse machiavélienne : et si le PS voulait cyniquement devenir la nouvelle droite pour enterrer définitivement l'UMP, déjà bien amoindrie ? Comme ça, 2017 est assuré ! Le calcul selon lequel une majorité de français ne voteront jamais massivement ni pour la vraie gauche ni pour la vraie droite extrême, est assez sensé. Et si je continue la vision folle, en la teintant cette fois-ci d'optimisme : tout ça n'est qu'une stratégie pour se mettre les patrons et le peuple de droite dans la poche, pour ensuite faire une vraie politique de gauche dans quatre ans ! Mais oui, c'est ça, bon sang mais c'est bien sûr ! Ça ne peut être que ça ! Patientons les amis, patientons. Le changement, c'est bientôt. Amen.
"Réaction de Mélenchon, sur France Inter: "un jeune élève a bien des choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Aime ta boîte comme Hollande et Parisot, ou conchie-la comme Mélenchon:"
Non Daniel! Nous écoutons la même matinale et les propos de Mélenchon avait pourtant le mérite d'être très clairs et mesurés.Si l'on ajoute qu'il a été secrétaire d'Etat à la formation professionnelle, on imagine qu'il connait l'entreprise mieux que toi.
Il se trouve que j'ai un exemple précis sur la "cupidité" des pigeons.
Aussi je t'en fait profiter ainsi qu'aux asinautes curieux.


PIXMANIA ET LES PIGEONS

En novembre 2012, en allant chercher dans une boutique Pixmania l’appareil que j’avais commandé sur internet, je ne pensais pas que j’allais découvrir la vraie nature des pigeons.
Mais oui Daniel, les pigeons sont ces jeunes patrons de l’internet qui ont fait reculer le gouvernement en octobre 2012.
Celui-ci voulait qu’ils déclarent dans leurs revenus personnels la plus value qu’ils gagnent quand ils revendent leur société.
J’ai donc découvert que cette nouvelle génération de patrons a inventé l’entreprise internet à durée limitée.
Je crée une société de service ou de vente sur internet. Je la développe au mieux pendant 5 ans et je la revends en empochant la plus value financière.
C’est ainsi qu’en 2000 deux frangins, Jean Emile et Steve créent leur site de vente sur internet.
Pixmania sera une réussite et en 2006 ils vendent 77% de leur capital au groupe anglais Dixons pour 266 millions d’euros, tout en continuant à diriger la société.
Six ans encore, et en août 2012, ils cèdent à Dixons le reste de leurs parts pour 10 millions d’euros.
Le groupe anglais communique alors qu’il allait gérer la société conformément à sa stratégie, afin « d’améliorer la performance ».
C’est ainsi que les employés de la boutique Pixmania nous ont appris que leurs nouveaux patrons allaient fermer en 2013 toutes les boutiques Pixmania.
Qui sont les vrais pigeons ? Nos jeunes patrons géniaux et innovants ou bien leurs salariés…

Le 12/02/13 je reçois ce mail qui confirme les prévisions des employés de Pixmania:
Cher client,
Nous vous informons que votre magasin Pixmania MARSEILLE sera définitivement fermé à partir du 23.02.13.

Quand je vois que pour saluer le recul de Hollande, la radio laisse dire à un entrepreneur que c'est la lutte contre le chômage qui est favorisée par cette mesure, je ne peux qu'être d'accord avec Mélenchon quand il dit que c'est une prime à la cupidité.
Et que la cupidité n'est pas le seul moteur qui nourrit l'envie d'entreprendre (c'est aussi du mélenchon).
Comme le disait George W. Bush (citation certes contestée mais qu'on lui prête volontiers) :
The problem with the French is that they don't have a word for "entrepreneur."
Pas oublier de leur donner des cours d'ornithologie, pour leur apprendre à distinguer les pigeons des rapaces (mes excuses, comme dab, aux vrais rapaces qui ne le sont qu'au sens propre). Dès la maternelle, et peut être même en crèche, on pourrait, en leur racontant "Le loup et les sept chevreaux", leur apprendre à voir sous la farine l'oreille du loup, et à distinguer dans ses bêlements quelque chose de bizarre (mes excuses, bien sûr, aux vrais loups).
Petite crise de centrisme de DS, encore une fois. "conchie ta boîte", c'est précisément ce que ne dit pas Mélenchon (voir son intervention aux grandes gueules hier). Quand on tombe dans tous les défauts du journalisme dominant, on ne peut pas prétendre faire de la critique médiatique.

J'ajoute une vidéo qui explique (de manière anticipée) ce qu'il y a de complètement bidon avec ce qu'annonce le gouvernement.
http://www.dailymotion.com/video/xvnj7w_l-ecosocialisme-est-avant-tout-un-combat-culturel_news#.UX9_W0I6P-Y
C'est un double mouvement auquel nous assistons : comme le gouvernement est de plus en plus de droite, le matinaute se sent obligé de se déplacer lui aussi vers la droite pour rester de centre-gauche. Sortir une phrase de Mélenchon de son contexte, lui reprocher de conchier les "boîtes" (on sent le patron qui parle là, c'est un peu gros), dire qu'on a là une "photo saisissante de l'immuabilité du débat français", ce qui revient en gros à dire "les extrêmes se rejoignent, c'est la même chose, elles sont alliées" (sauf qu'ici, les extrêmes droite et gauche sont remplacées par le centre-droit et la gauche), tout ça c'est un vrai discours de socio-démocrate, quel talent !
[quote=DS]...le projet ne dit pas si les profs de morale laïque seront les mêmes que les profs d'entrepreunariat, mais pourquoi pas ?

Des cours de morale "entrepreneuriale"? Genre comment frauder le fisc sans se faire prendre, ou remplacer un gel de silicone par un autre moins cher sans avoir d'ennuis avec les emmerdeuses, ou médiatoriser les obèses impunément? On commencerait avec les jeux de billes, comment tricher discrètement.

Ceci dit, c'était fort à la mode avant que la Bourse devienne capricieuse, de créer des clubs de jeunes boursicoteurs. Il me semble que l'enthousiasme est un peu retombé.

Mais peut-être qu'on se trompe, il s'agira surtout de faire se développer la toute petite entreprise, genre auto-entrepreneur qui peine à se dégager un smic en travaillant 70 heures hebdo, ex salarié invité à "prendre des risques" pour se transformer en sous-traitant de son ex employeur sans aucune garantie, puis à retomber, désillusionné, au RSA qu'il n'aurait jamais du quitter... sans en concevoir d'amertume, c'est comme ça, c'est la dure loi du ring.
"Mais nous ne sommes pas là pour la faire aimer ou non, mais pour la faire comprendre"
Dites madame, vous croyez pas que si vous arrivez à faire aimer une matière vous aurez plus de facilité à leur faire comprendre à vos élèves ?
Franchement il faut avoir jeté un œil aux cours de ses en 2nde par exemple pour comprendre à quel point c'est rébarbatif, pas évident d'intéresser les gosses, surtout si ils ont des orientations plutôt littéraires ou artistiques.

Ce matin à 7h50 sur Inter il y avait aussi l'interview d'un grand patron, candidat à la succession de Parisot qui félicitait le gouvernement pour les dernières mesures en faveur des entrepreneurs tout en disant qu'il fallait être vigilant avec cette majorité, surtout quand on voit ceux qui la composent, et puis quand même, c'est une honte d'avoir mis tant de temps à faire voter l'ANI et puis cette loi d'amnistie bon ils l'ont refusée mais quand même elle est apparue comme ça tout d'un coup, et puis d'abord les patrons ils attendent plus, maintenant le grand chantier c'est le dé-tricotage branche par branche des 35 heures, il a dit le monsieur.
sussurrer au foetus les cours de caca40,

faire tinter des pièces de monnaie, pour les calmer

Leur prodiguer des cours de fabrication de fausse mornifle, au lieu des affreux gribouillages habituels

Habiller les marmots en costard cravate

Pour les femelles port de talons de 12 cm dès les premiers pas

Enseignement de la lippe méprisante et du regard mauvais

Travaux pratiques pour la snifette de cocaïne

leur apprendre à salarier les parents, les mettre en concurrence sinon délocalisation, et chantage à la baisse de salaire

Leur enseigner les joies du LBO pour faire financer par les parents l'opulence de leur train de vie

Visionnage des luttes des Conti, pour se détendre et rigoler un bon coup

Etc etc
En général, Mélenchon rend hommage aux travailleurs des entreprises, qui sont tout de même les forces vives des mêmes entreprises...
Il n'aime pas les patrons qui s'en mettent plein les poches depuis des lustres, les pigeons qui créent des entreprises non pour créer de l'emploi mais s'en mettre aussi plein les poches...
Quoi de plus normal quand on est de gauche ?
Alors les Geons-pi, moi aussi, je les conchie, conchions-les, ces petits loups aux dents longues qui spéculent et veulent toujours plus...
Qu'est-ce que la cupidité si ça n'est ça ?
Decidement, la droite de gauche (je ne sais vraiment plus comment appeler ces gens la) fera absolument tout ce que la droite de droite n'a jamais ose faire... meme les petits details.
post scriptum : desole pour les accents, mais j'ecris d'un lointain pays ou les claviers sont qwerty et les accents inexistants.
bon courage
Ils sont de plus en plus matérialistes,gavés depuis leur plus tendre enfance de jouets et encore de jouets qu'ils ont à peine le temps de désirer puis de rejeter.On n'aura pas de mal à leur enseigner le triomphe de l'avoir sur l'être.Ils sont mûrs. Et moi qui croyais naïvement que l'école restait le dernier rempart contre le consumérisme sauvage...Raté...On n'arrête pas le progrès...Pauvre monde.
Vous caricaturez un peu, beaucoup (mais c'es très tendance) Mélenchon qui a fait la différence entre les patrons du cac 40 et ceux qui créent leur entreprise. Quant à la démarche du président actuel il me rappelle fortement " Vive la crise" et B Tapie qui, d'ailleurs, lui propose ses services. Lamentable ! Je n'ai même plus envie de commenter les basses oeuvres du gouvernement actuel, jusqu'à présent au second tour je votais socialo, c'est terminé. Autant avoir la droite en face, on sait à quoi s'attendre, il est toujours plus douloureux de se faire e.... par ceux qu'on imagine un peu moins mauvais.
"Aime ta boîte comme Hollande et Parisot, ou conchie-la comme Mélenchon: c'est l'un ou l'autre."

A bout d'arguments et pour obéir à l'injonction de ceux qui craignent un changement de régime , les journalistes bobos utilisent la grossièreté , la vulgarité , l'insulte .
Ce matin, on apprenait également que l'UMP 31 avait décidé de se lancer dans le soutien scolaire gratuit à la permanence du parti.
Deux remarques :
-ils veulent couler les entrepeneurs du soutient scolaire genre acadomia et cie, étrange pour un parti politique de droite
-pourquoi avoir virer des profs si c'est pour faire leur boulot gratis ?
Bah la prochaine fois qu'Hollande rencontrera les organisations syndicales ouvrières, il annoncera qu'on mettra à l'école des cours de salariat. Et puis la prochaine fois qu'il causera service public, il annoncera des cours des fonctionnariat. Et comme ça tout le monde sera content.

Sinon, il faudra à un moment penser à réformer un peu l'éducation nationale. Genre, pour de vrai.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.