97
Commentaires

"Pour la première fois depuis jeudi dernier, je ne regrette pas ce que j'ai dit à Cohn-Bendit..."

Les hommes politiques et leur sincérité, cas de figure. En début d'après-midi, le bureau de François Bayrou m'appelle.

Derniers commentaires

Ce qui me choque dans cette affaire c'est que la plupart des medias prennent parti pour l'agresseur, a savoir Cohn-Bendit. On nous parle des attaques (notez le pluriel: sic) de Bayrou sur Cohn-Bendit alors que c'est bel et bien ce dernier qui a insulte son adversaire du soir en premier lieu. A-t-on deja vu un homme politique en prime time traiter son adversaire de "minable" ou ses opinions d' "ignoble"? C'est pourtant ce qui s'est passe et personne ne releve. Je ne souhaite pas tomber dans le discours de la cabale anti-Bayrou mais je penche plutot pour un exces de complaisance envers ce cher Dany qui a toujours raison. Car je tiens quand meme a souligner que Cohn-Bendit a publiquement exprime des remords ("J'ai ete trop loin") par rapport a ce clash, ce que personne n'a remarque alors que tout le monde s'interroge sur la capacite d'autocritique et la sincerite des doutes de Bayrou. Deux poids, deux mesures: est-ce cela notre egalite republicaine? De plus notons que la loi francaise a des dispositions pour sanctionner les injures publiques, mais si Dany ete condamne je suis sur qu'il y en aurait encore pour nous expliquer que la loi se trompe...
Je tiens a preciser que je ne vote pas Modem, mais je refuse de joindre le troupeau de la foule qui jouit de donner des coups de savate a un homme a terre. Personne n'agit en fonction de ses idees ou de ses valeurs, tout le monde se contente de suivre la bete mediatique parce qu'il a l'air cool et sympa. Et puis il a fait Mai 68... Ce qui a l'air d'etre un argument qui met tout le monde d'accord, alors qu'on juge qu'il y a prescription pour ses ecrits polemiques. Cherchez l'erreur.
Moi j'ai la nausee...
si Vous ne savez pas les votants eux sans avoir eu M. Bayrou au téléphone ont tranché d'une voix unanime suivi de près par les abstentionnistes.

En tant que spectateurs nous devrions aussi vous remercier pour l'excellent travail d'@si sur l'information et la manipulation de celle ci. Il y a 20 ans une manipulation même aussi grossière aurait fonctionné. Cohn Bendit devrait vous remercier aussi d'ailleurs sur l'impact de votre travail dans la durée.

La première réaction de tous a été de constater "l'infraction électorale" soit la référence à un truc qui date de la préhistoire et la tentative de déplacer le débat politique sur le terrain émotionnel, comme quoi on connaît notre leçon sur le bout des doigts.


MERCI
Parfaite analyse de situation et tous les doutes sont permis dans les deux sens.

En tout cas pour moi, la provo de DCB est évidente.


http://anthropia.blogg.org
DS, je vais vous apprendre quelque chose (je pense) : vous n'êtes pas le seul à avoir été étonné de recevoir un appel de François Bayrou !

Je viens de tomber sur un article de Jean-Marc Jancovici (grand vulgarisateur scientifique sur l'environnement et l'énergie) qui raconte aussi un coup de fil inattendu sur son site.
M. Schneidermann, la question que vous soyez instrumentalisé par M. Bayrou ne regarde au fond que vous.

Que vous preniez la défense de M. Modem, et avec beaucoup de talent d'ailleurs, est une chose.
C'est votre droit d'avoir des convictions, comme d'avoir des alliés.
En revanche, le faire au nom d'une fausse transparence, cela me dérange.

voici les lignes qui me font dire ça: "Il estime (à raison) plus pardonnable de s'être laissé emporter par une pulsion de protection de l'enfance venue du fond de lui, plutôt que d'avoir tenté de coller à son adversaire d'un soir l'infâmante étiquette de "pédophile", pour le détruire politiquement."
Dans cet "À vous de juger" d'anthologie pour la réjouissante mise en scène du cirque politique qu'il nous a, bien malgré Chabot, proposé (quoiqu'elle l'ait amplement et comme inconsciemment cherché avec ses "matchs dans le match", notre maîtresse des (d)ébats trop policés sur le Service public ! ) c'est tout de même moins l'aveu fielleux et fort peu crédible d'un Bayrou rosissant façon cureton effarouché que la réplique initiale de Dany qui me semble devoir passer dans l'Histoire médiatico-politique:

«Alors là mon pote, je peux te dire que tu le seras jamais, président de la République, parce que t'es trop minable !»

C'était juste gonflé, digne d'un Diogène, super bien envoyé dans les quenottes de l'interlocuteur, en bonne part justifié, cruel et douloureux certes pour ce destinataire… aurait-il lui aussi été victime d'un aumônier pédophile dans sa jeunesse ? au point qu'il ne sache plus depuis à qui-à quoi se raccrocher pour faire oublier ce grandiose "effet de réel"…
Je n'arrête pas de m'en délecter à chaque fois que je repasse la phrase dans ma tête depuis jeudi dernier!
[quote=Pas un instant, Bayrou n'imagine que Cohn-Bendit puisse se livrer là à une provocation, à surtout prendre au second degré, face à un vieil écrivain réactionnaire.]
J’étais prêt à croire à une grande naïveté de FB, en lisant ce papier, mais j’ai vraiment de gros doutes, ou alors ses conseillers lui ont forcé la main « à l’insu de son plein gré ».

Dans l’émission de Chabot, FB combat CBD en se servant des mêmes armes que Sarkozy concernant les déjeuners à l’Elysée (comme il a déjà été dit plus haut), mais également celles de la fille du borgne pour ce qui est des accusations de pédophilie.

Et les « bas du front » utilisent aussi la vidéo d’@si (ils vous ont fait part de leur émotion eux aussi ?:), mais chez eux pas de soupçon de naïveté.
Merci Daniel, d'avoir publié cette conversation. Et merci de vos commentaires.
.
Dans l'article de Justine que vous citez, http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2022 la dernière vidéo - instructive - est accompagnée de cette remarque:
[quote=@si]"Arrêt sur images", excellente émission qui passe alors sur la Cinquième, s'attarde sur ces "révélations" tardives et leur impact.

Surprise : on y apprend comment plusieurs journalistes français avaient été contactés à propos du "Grand bazar" et de ses passages polémiques dès 1998 par la LCR, puis, début 2001, par Bettina Röhl ... sans juger l'information intéressante.
.
C'est ce qu'on appelle la rétention d'information.
.
Libé avait le droit de savoir, mais pas les citoyens à qui on enlève toute possibilité de juger en connaissance de cause. Aucun débat sur ce sujet...
.
Parler des choses franchement, publiquement dans un débat sain et respectueux des faits et des personnes, éviterait ces cris d'orfraies par journalistes interposés et permettrait au pays de savoir comment il traite ses enfants, aujourd'hui en 2009, s'il les respecte ou les instrumentalise, les responsabilise ou les infantilise... ce qui a des répercussions sur toute la société adulte.

Ce n'est pas un problème politique, mais un problème sociétal.

D'ailleurs Marianne publie un article intéressant sur les positions de Libé dans cette affaire:
http://www.marianne2.fr/Libe,-le-Parisien,-Le-Monde,-on-se-leve-tous-pour-Dany!_a180621.html

A suivre donc...
A ceux qui disent que FB essaye de manipuler DS : qu'a-t-il à y gagner ? Vous savez, le mieux pour que les gens passent à autre chose, c'est de se faire oublier, de pas trop l'ouvrir, et hop, le peuple passera à autre chose... Appeler un journaliste pour dire qu'on est pas à l'aise, et qu'on sait pas trop quoi penser de tout ça, j'ai du mal à voir comment ça peut être considéré comme une manipulation, surtout à... un an du prochain vote !

Je pense que Bayrou se sent vraiment mal, et n'a plus assez de recul sur le système pour pouvoir faire de la politique convenablement en ce moment, et c'est le cas de beaucoup d'autres gens...
impressionnant cet appel!
c'est à chacun de se faire sa propre opinion mais merci de la transparence (même si cela va certainement vous griller avec Bayrou)...

quoique...
Je suis, pour ma part, choqué intellectuellement.


Non pas de l'attitude de Bayrou qui, en bon centriste chrétien qu'il est, ne m'a de toute manière jamais convaincu pour quoi que ce soit. Donc il aura du mal à me choquer pour quoi que ce soit. Il est juste transparent.


Non pas non plus des propos de Cohn-Bendit (pauvre Cohn comme disait Desproges), qui n'a jamais fait que vampiriser de véritables intellectuels pour se faire mousser en public.


Ce qui me choque intellectuellement, c'est que tout le monde soit aveuglément choqué par la réflexion qui remettait en cause le principe même de majorité sexuelle. Au-delà de l'instrumentalisation politique de la chose, ce qui me semble grave est qu'après tout, 40 ans après, on continue encore et toujours d'essayer d'enterrer ce qu'il y avait de plus subversif dans les réflexions pertinentes de 68.


Rappelons-le, il y a eu trois 68 en France :

- Le 68 des ouvriers. C'est un coup de force syndical, certes, mais qui finalement n'aura pas apporté grand chose. Quelque part il s'agissait de la fin de la sociale démocratie. Après de tels mouvements sociaux, la commission trilibérale a écrit dans un rapport que les agents sociaux avaient trop de pouvoir. Cela engendrera, en particulier en Angleterre sous Thatcher puis aux Etats-Unis sous Reagan une casse des syndicats selon une stratégie politique implacable. Mitterand en France suivra la mouvance, puisqu'il est lui-même l'instigateur des premières formes de néo-libéralisme en France.


- Le 68 étudiants. Si vous aviez 18 ans en 68, cela signifie que vous êtes né en 50. Autrement vous n'avez pas connu la guerre, la privation et les modes de la société antérieure. Vous n'avez connu que l''explosion de la société de consommation avec les 30 glorieuses. Etrangement, les deux mots d'ordre qui revenaient le plus dans les discours étudiants, au-delà des engagements politiques à l'extrême gauche qui étaient eux-mêmes souvent un peu creux (parce que répéter par coeur les livres de Mao ou de je ne sais quel autre dictateur, c'est pas forcément un acte intellectuel), donc les deux principaux mots d'ordre étaient "Liberté" et "Plaisir". Concrètement, il s'agit-là d'une population qui a intégré la société de consommation comme mode de vie et qui entend briser les ultimes barrières de jouissance, c'est-à-dire les morales répressives.


- Le 68 intellectuel. Non pas que les penseurs étaient dans la rue. Plutôt que la grande remise en question des valeurs morales (entre autres) de la société ont laissé le champ à des gens qui avaient une véritable réflexion à apporter, et qui ne s'en sont pas privés.


De ces trois héritages de 68, un seul se voit remis en doute constamment. Et curieusement, ce n'est pas la casse des syndicats ni la généralisation de la société de consommation comme mode de vie. C'est bel et bien le 68 intellectuel qui est le plus dérangeant et que l'on essaie d'évacuer. C'était d'ailleurs l'un des mots d'ordre de BHL dans sa création de la "nouvelle philosophie" à deux ronds. C'est bien ce 68 là, avec de véritables idées et de véritables outils intellectuels, que l'on essaie d'évacuer au maximum. Et la défense de Cohn-Bendit joue à ce jeu là. Il s'agit d'un personnage qui a longtemps fait sa pub sur ce point et qui finalement a laché le plus important, c'est-à-dire l'intellect, pour préserver le populisme de sa démarche politique. Autrement dit, il est plus important pour lui de sauver ses fesses plutôt que son cerveau.



Rappelons et insistons sur le fait que la remise en cause de la majorité sexuelle n'attaquait pas le concept d'abus sexuel. Donc ce n'est pas un rapport de pédophilie. Nous avons essayé, depuis le 19e siècle, de faire croire que la sexualité devait se compartimenter, se cacher dans la forme pour mieux être prise en compte dans le fond. Autrement dit, nous avons commencé à essayer de faire croire que les enfants n'ont pas de désir sexuel, que la simple évocation de la sexualité pourrait les choquer. Or cela est faux. Au 16e siècle, la noblesse copule devant ses enfants et ça n'a pas créé de psychopathes. Autrement dit, l'accusation de pédophilie prouve que l'on essaie de masquer le débat de fond en s'offusquant pour mieux se voiler la face.


Le plus grave, ce n'est pas l'accusation qu'essuie Cohn-Bendit, c'est sa stratégie de défense... Voilà pourquoi l'écologie ne changera pas grand chose politiquement, si les écolos sont des géants aux pieds d'argile, comme tous les autres "grands" du monde politique.
J'interviens assez peu sur les forums d'@si qu'au demeurant je suis avec assiduité, mais soyons fous, tentons l'expression.

J'ai 25, expatriée, suivant de loin et souvent sur un mode halluciné la politique francaise. Je fais de même pour l'Europe avec la petite différence notable que, suivant des études de sciences politiques, je passe aussi quelques heures de mes jours à en étudier la théorie.

Voilà pour la forme, le fond sera aussi succint. Là où il devrait y avoir des arguments il y a des CHOCS, des RÉVÉLATIONS.... on ne parle pas à notre raison, à notre logique mais on nous place dans le confortable fauteuil du spectateur qui appuie sur le 1 pour éliminer Z et 2 pour éliminer A.... gâvant, nâvrant, profondément ennuyeux....

Sarko vs Royal
Bayrou vs CB
Picsou vs Donald
....
Toute cette énergie pour ca alors qu'il y a tant à faire....

Que Bayrou appel, qu'il soit boulversé.... pauvre vieux.... il n'a juste absolument aucune conviction ni principes, comme ses petits camarades de tous bords. Si il assumait ses mots/maux ( soyons fous j'ai dis ;-) il ne serait pas revenu sur ses dires après sa chute aux européennes, juste il aurait assumé de trouver les dires vieux certes, mais bien réels, de CB inacceptables. Et moi, loin de ce fauteuil qui nous est si gracieusement offert j'hallucine. J'hallucine de voir à quel point TOUT et je dis bien TOUT peut être relatif. Les dires de CB sont particulièrement choquant. De la provoque? La belle affaire...

Restons-en là. Ce jeu n'en vaut plus la chandelle, il n'y a plus qu'une valeur sûr, le chocolat... ( fallait bien que je le place celui-là ;-)

Bonne journée

Nathalie
On pourrait parler de transparence si vous n'aviez pas conscience de l'impact de votre article, qui réhabilite l'image froissée de M. Bayrou.
Je ne suis pas dans le secret de votre âme M. Schneidermann, mais il semble que vous ayez été instrumentalisé, ou bien que vous prenez part à un coup politique dissimulé derrière une fausse naïveté.
"Deux hypothèses, oui. Dans un cas, un homme qui souhaite partager une émotion avec un autre homme. Dans l'autre, un politique qui tente d'instrumentaliser un journaliste.

Entre les deux, je ne tranche pas."

Je ne vous crois pas assez naïf pour ne pas trancher effectivement.
Pour la seconde hypothèse of course.
D'ailleurs le titre de votre chronique est assez éloquent.

Je crois que vous devriez lui faire savoir que vous pensez à la tentative d'instrumentalisation .
Histoire de le chatouiller et lui proposer de venir en débattre ici.
Ce qui nous ferait augurer d'une fort bonne et juteuse émission !
Il a un côté "pas fini" quand même Cohn-Bendit.
Avec Sarkozy, on voit le topo, quand il y a eu cette histoire avec la Chine. En public, beau causeur qui tremble d'émotion et de sincérité, puis en privé il se laisse manger tout cru (Sarkozy lui demande une liste de prisonniers pour qu'il en cause... Et Cohn-Bendit le croit, que Sarkozy, président de la république, a besoin de lui pour avoir de la doc, que c'est la panade dans les ministères..).
Malheureusement c'est Francis Lalanne qui tient par ailleurs ce discours sur "Sarkozy en est content de Cohn-Bendit". Pas facile après ça, surtout que Bayrou a du mal, il voudrait surfer sur la dénonciation de plein de choses, les médias phagocytés, les sondages bidonnés, les opposants trop complaisants et il n'est pas dans le bon registre, ça sonne faux, ça fait flop.

Pour Cohn-Bendit, le problème qui apparait n'est pas trop l'accusation de pédophilie (les faits manquent et il juge ses écrits avec les mots justes sans bégayer, ou presque), mais les limites de ce penchant à provoquer à tout prix sont bien mises en lumière, et ça ne le met pas en valeur. Quand il harangue Bayrou "tu ne seras pas président parce que tu es minable", c'est pas trop argumenté et on voit qu'il n'est pas très bon pour élever le niveau des téléspectateurs, des électeurs, du débat.
Bayrou ne pouvait lui-même pas trancher pendant la conversation pour clarifier entre les deux hypothèses, car qu'aurait valu sa parole?

Par son appel téléphonique, il semble reconnaître à @si sa faculté à apporter intelligemment de l'eau au débat, mais comme il laisse entendre que cela apporte de l'eau à son moulin à lui en particulier, c'est embêtant.

Peut-être voulait-il prendre la température justement, (par exemple si il se demande "est-ce qu'on roulerait pour moi par ici?"). Si après le coup de fil, il n'était pas tellement fixé, après cette chronique, il voit à peu près : c'est froid, la température.
Glacé.
"blabla deux zypothèses", un jet d'azote liquide qu'il se prend!
Un jour il regrette, le lendemain il ne regrette pas. Et réciproquement.

Il nous fatigue, pour tout dire.
Deux hypothèses, oui. Dans un cas, un homme qui souhaite partager une émotion avec un autre homme. Dans l'autre, un politique qui tente d'instrumentaliser un journaliste.
Entre les deux, je ne tranche pas
.


euhhh en nous partageant cette info n'auriez vous pas "tranché" un tout p'tit peu quand même ???.....

s'il s'était agit d'"un homme partageant une émotion avec un autre homme" vous n'auriez pas laissé sortir l'info de votre salon........ou alors ?!
Merci pour votre transparence.
Bravo de n'avoir pas tranché !

Mais la fraîcheur est si rare en politique...

Ce qui est certain c'est que les écrits et les propos de Dany le Rouge sont intensément ignobles,

N'importe quel père ou mère de famille ne peut qu'être révulsé devant ce style "d'éducateur",

Et la pseudo provoc n'a rien à voir là-dedans, c'est du vécu massif... N'était-il pas "interdit d'interdire" ?

Aujourd'hui ce sympathique garçon fait sa petite pelote (si j'ose dire) dans l'Europe, si accueillante et profitable pour les bras cassés de tout genre (n'est-ce pas, Nana Mouskouri ?)

Grand bien lui fasse, mais je ne suis pas surpris que François Bayrou soit un peu dégoûté de voir triompher ce grossier personnage...

François Bayrou a 6 enfants et 11 petits enfants, il mène sa carrière en France

J'ignore si Daniel Conh Bendit s'est reproduit, mais cela ne me semble pas indispensable...

Il mène sa carrière en Allemagne puis en France, puis en Allemagne en fonction de ce qui l'arrange. C'est un peu répugnant, ça aussi !

***
foutre cette affaire
Bayrou a été élevé par les curés, Cohn Bendit par les barricades,
maintenant quand ce dernier affirme (voir libe) qu'il a voté pour la première fois à 41 ans et qu'il en avait les mains moites, etc., sincèrement çà ne répond pas à la question que personne ne pose véritablement : que vaut un bulletin de vote quand 70% d'électeurs s'abstiennent, la réalité est plus cruelle, une majorité qui recueille 27,8%, recueille en vérité l'approbation de 9,2% d'électeurs, pas de quoi pavoiser, non?
quel jeu de dupe.
Quant à donner du pouvoir, à des gens que çà rend dingue, faut-il supposer que 70% des citoyens l'ont envisagé, et par principe de précaution se sont abstenus?
Un excellent article sur mediapart qui explique calmement les raisons de ma fureur

-----------------------------

Sur le site de la Provence ont peut lire: "Interrogé par La Provence, l'intéressé (JL Benhamias) semble avoir tranché : "Dans les histoires de couple, quand on se met au milieu, c'est toujours là qu'on se prend des coups". Et d'ajouter : "Ce qui est sûr, c'est que Daniel Cohn-Bendit a été le premier à tirer sur François Bayrou et il l'a fait plusieurs fois dans la semaine. François est un être humain... Ils ont tous pété les plombs.""
.
D'abord Cohn Bendit n' a pas pété les plombs. Il est resté sur ses pieds face à une manœuvre médiatique, ignominieuse, minable, de la part d'un prétendant à la Présidence à la République lorsqu'il dénonce les rencontres de DCB avec Sarko en tant que Président du groupe vert au parlement Européen. Plus ignobles encore furent les propos de Bayrou sur l'ouvrage de DCB datant de 1975, d'ailleurs désapprouvés par son auteur.
.
Bayrou aurait-il pété les plombs? rien n'est moins sûr. Il semblait suivre un chemin qui le conduisait avec froideur de l'amalgame à la frontière de la diffamation prenant bien soins de ne jamais prononcer les mots fatidiques qui l'auraient fait verser du côté judiciaire. Pourtant ces mots ont les entendaient sans qu'il les prononce. Donc Bayrou est resté lucide sur sa ligne de crête entre ignominie et diffamation. Il a su maîtriser ses mots.
.
Ce qui par contre éclate au grand jour dans ce moment de télévision c'est l'absence de toute politique de la part du leader centriste qui face à la perte de vitesse de sa liste va glaner des voix du côté de la droite moralisante et maurassienne voire l'extrême droite. Laisser sous entendre une perversité sexuelle chez Cohn Bendit à une heure de grande audience, c'est manifester du glissement progressif du désir de présidence de Bayrou vers le populisme et peut-être plus. Bayrou parle de Cohn Bendit et de ses écrits de la période post soixante huitarde dans le même but qu' en 1986 un certain Louis Pauwels parlait du sida mental des jeunes manifestants contre la loi Devaquet pour les discréditer et les stigmatiser. La sexualite sert de support à un discours ultra réactionnaire et diabolisant. Bayroux montre calmement sa haine.
.
L'amalgame qui est fait par Benhamias - "ils ont tous pété les plombs"- vise à noyer le POISON instillé par Bayrou contre Cohn-Bendit : celui de l'insinuation de pédophilie. Il vise à mélanger la place de celui qui insinue avec la victime de l'insinuation.
.
Il y a une destructivité dans les sous entendus de Bayrou qui ne peut être dissoute dans des prises de position sur un mauvais spectacle télévisuel, un renvoi dos à dos des protagonistes ou un déclin du discours politique voire même un déclin du langage. Bayrou montre son visage, celui d'un homme politique réduit à sa seule ambition et donc à sa seule haine.

Bayrou, Je te vois!
"Entre les deux, je ne tranche pas."
C'est comme çà que vous dites maintenant : "Je ne suis pas dans le secret de votre âme"?
Doit être content de vous avoir appelé, le Bayrou.
Méfiance les grands esprits se rencontrent...
Si quelqu'un a des preuves de la pédophilie de Daniel Cohn-Bendit, qu'il les présente devant des tribunaux ou qu'il se taise à jamais


Je modifie mon titre, moi aussi j'ai le droit de m'exprimer sous le coup de l'émotion.
L'article de Libé reprenant l'itw de Bayrou par Elkabbach finit ainsi

Interrogé pour savoir si l’échec du Modem contrariait ses plans pour 2012, il élude: «L’élection présidentielle, ce sont les Français qui en décident et qui en décident le moment venu». «En tout cas, si je dois être dans les années qui viennent le défenseur intransigeant de ceux qui ne peuvent pas s’exprimer, je le serai sans la moindre référence à une élection», a-t-il conclu.

C'est gentil de sa part. Mais on insistera cependant jamais assez sur ce qui a déclanché l'ire de CdB : un amalgame douteux de la part de bayrou tentant de faire passer CDB pour copain comme cochon avec N.Sarkozy. Non pas que la pique ait été bien efficace mais qu'elle témoignait, si l'on exclut la bêtise, d'une volonté de prendre les spectateurs pour des imbéciles et d'une certaine forme de malhonnêteté intellectuelle.
Tout le monde est tombé dans le panneau. Sarko va encore tirer les marrons du feu avec la bénédiction de médias illuminés et lobotomisés.
La presse est en délire, la palme à Libé ! Attendons les hebdos avec fébrilité. Abattre collectivement Bayrou pour une phrase malheureuse dans un débat-traquenard, quelle bétise. C'était l'homme à abattre et tous les veaux suivent. On ne peut se joindre à ce concert de crétins (je n'inclus pas ASI bien sur). La bulle écologique, pourtant légitime mais instrumentalisée, se dégonflera et il faudra bien en revenir aux fondamentaux de l'esprit républicain foulés au pied comme jamais. Combien d'autres ont fait des bourdes totalement absoutes ...

Deux hypothèses, oui. Dans un cas, un homme qui souhaite partager une émotion avec un autre homme. Dans l'autre, un politique qui tente d'instrumentaliser un journaliste.

Entre les deux, je ne tranche pas.

Vous ne savez plus lire dans le secret des âmes ? Pour ma part, pour avoir "pratiqué" Bayrou, je choisis la deuxième.
A parte... mais puiske les zoreilles de F.B. semble trainer par ici, je glisse, tout juste arragé, copie d'un petit mail envoyé ce jour à Gilles Klein




Une petite question : est-ce que la personne qui a conseillé F. Bayrou d'attaquer D. Cohn Bendit sur une supposée connivence avec Sarkozy (amalgame très douteux que DCB a bien fait amha de souligner - qui n'est rien d'autres en outre qu'un recyclage de tentative de pique sarkozyène à l'encontre de DCB au passage) est la même que celle qui lui a suggéré ce rapprochement avec Zizou Christ (selon la formule Abikerienne sur le BigBangblog - sans reference aucune avec un quelconque touché de Vierge ), ou est-ce qu'il trouve tout ça tout seul ?


[quote=Libération.fr ce jour]"Revenant sur son violent accrochage avec Daniel Cohn-Bendit, à l’avant-veille des européennes, le président du Modem, qui avait accusé à mots voilés le leader d’Europe Ecologie de complaisance envers la pédophilie dans un livre paru en 1975, a comparé ce débordement au «coup de tête de Zidane en finale de la Coupe du Monde». Lequel était pourtant «homme à garder ses nerfs en général», invoque François Bayrou."
http://www.liberation.fr/politiques/0101572529-bayrou-dans-la-peau-de-zidane-en-finale-de-coupe-du-monde


Pas de bol, Zidane est justement connu pour son caractère un rien chatouilleux.


Cf. Vidéo de quelques cartons rouge de Zidane
http://www.youtube.com/watch?v=tikIo3kaDcM

[quote=Cf² Wiki]Cf². Source Wiki ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Zinedine_Zidane ) reprenant "Il était une fois Zidane" in L'équipe magazine, numéro 1255, samedi 15 juillet 2006

# Pendant sa carrière, Zidane a eu au total 14 cartons rouges, le tout en près de dix-huit années de carrière.
Détails de ses cartons rouges : 3 avec Bordeaux, 6 avec la Juventus, 3 avec le Real Madrid et 2 en équipe de France.
* Avec Bordeaux : expulsé le 18-9-1993 lors de OM-Bordeaux, le 22-8-1995 lors de Bordeaux-Karlsruhe, le 27-10-1995 lors de Martigues-Bordeaux.
* Avec la Juventus : expulsé le 2-9-1996 lors de Pérouse-Juventus, le 5-1-1997 lors de Parme-Juventus, le 25-10-1998 lors de Juventus-Inter Milan, le 17-10-1999 lors de AS Roma-Juventus, le 26-9-2000 lors de Juventus-La Corogne, le 24-10-2000 lors de Juventus-Hambourg.
* Avec le Real Madrid : expulsé le 11-2-2004 lors de FC Séville-Real Madrid, le 1-5-2004 lors de La Corogne-Real Madrid, le 23-5-2005 lors de Real-Madrid-Villarreal.
* Avec l'équipe de France : expulsé le 18-6-1998 lors de France-Arabie Saoudite, le 9-7-2006 lors de France-Italie.



En tout cas, cette référence amusera sûrement l'amateur et ex-pratiquant du dimanche régulier qu'est DCB, ainsi c'est la malediction de la chance à pas de bol... que le Pdt du PSG contrarié (à peine) qu'est N.Sarkozy.
Je reste malgré tout très perplexe par l'appel de François Bayrou.
Est-ce aussi votre cas Daniel lorsque finissant votre article vous dites ne pas vouloir trancher ?
J'ai regardé "à vous de juger", en direct, fait très rare car je ne regarde que très exceptionnellement la télé... Il s'agissait de me faire une idée plus précise des dires des uns et des autres concernant les européennes.
J'ai été très choquée par l'intervention de François Bayrou à l'encontre de Cohn Bendit, et chose que je n'avais jamais fait je le lui ai écrit sur le site du modem.
En effet j'ai trouvé très difficile d'entendre "revenir" cette histoire (vieille de combien d'années déjà ?), sortie de son contexte "historique" de surcroît, et faisant fi de ce qu'a pu en dire Cohn Bendit depuis.
De plus comme je le lui ai écrit, j'habite Angers... le procès de pédophilie, vous vous rappelez ?
Membre d'une association très impliquée dans un travail d'écoute des enfants en général et de ceux concernés là en particulier, nous avons beaucoup travaillé, recherchant les textes écrits des décennies plus tôt, nous questionnant tous azimuts, et en particulier sur notre société qui crie si vite au pédophile, boucs émissaires bien vite trouvés et qui évitent trop souvent de se donner les moyens en paroles d'entamer une véritable réflexion. Les prisons sont "surbookées" de ces fameux pédophiles, les personnels manquent cruellement dans les prisons. Ce sont les nouveaux parias qui nous permettent de ne pas pas penser les modifications sociales, et évitent d'envisager les moyens de penser et donc probablement d'agir auprès des enfants.
Alors franchement !... Monsieur Bayrou un peu de distance !... Ou alors un grand travail de recherche à faire, et de travail sur soi pour éviter l'amalgame, décidément si facile, trop facile...

Je me demande en effet maintenant, et en plus, et suite à cet appel à @si, si, comme bien souvent, la vidéo en question ne remplit pas l'office d'un "système de défense" (au sens psychanalytique du terme.... excusez-moi mais je ne sais comment le formuler autrement) Car François Bayrou s'est pris une sacrée claque (ce que je ne peux que regretter pour lui car il a bien à faire valoir une position qui du coup est quasi anéantie par cette "sortie" mal à propos) et que pour continuer à être "un homme debout", comme d'autres, il essaie de rattraper une balle au bond qui est lancée par votre biais.
Difficile de trancher bien entendu, et sur ce mode de réaction vitale bien sûr aussi, que je peux comprendre par ailleurs. Mais comprendre n'équivaut pas à admettre et j'aimerais bien que Monsieur Bayrou puisse se questionner sur cette dimension. Il en a les moyens. Et c'est ce que j'aimerais venant d'un homme comme lui, et politique de surcroît, car contrairement à d'autres il ne fait habituellement pas dans "ce rayon" grossier.
Chacun a son chemin à faire.
Je tente de faire le mien, tant bien que mal, dans la jungle qui nous entoure, et avec les incertitudes que cela génère, et d'abord concernant mes a priori
Je pense pouvoir aussi demander aux politiques que je considère d'essayer de faire également le leur, aussi honnêtement que possible.
Dans la même émission Daniel Cohn-Bendit avoue "avoir mangé un gâteau au haschich avant de venir", être "fidèle" et "ne pas avoir réglé son problème d'homosexualité", estime qu'il n'y avait "peut-être pas assez de partouzes" dans sa communauté etc...
Chercher la provocation!
Ils sont ou les visionnaires du collectif des "Gracques" de 2007 ?
Que dire aussi d'une partie des "têtes" du Modem qui des le soir de l'élection dimanche ont immédiatement pris le recul nécessaire pour ne pas prendre les gouttes.

Je pensais qu'il était humainement touché par cet dispute et son échec, mais si finalement il appelle encore des journalistes pour ne rien lâcher c'est qu'il a encore de l'énergie.

C'est étrange cet extrait d'apostrophe, cette "provocation du bourgeois", ce retour de Dany C-B. Est ce vraiment la liquidation de mai 68 souhaitée ?
Je vois que l'article de Justine Brabant est classé "d'utilité publique", donc en accès libre. Cela voudrait-il dire que François Bayrou ne s'est pas abonné pour visionner l'extrait que vous avez ressorti de vos archives @siennes? Ou alors... convaincu par l'énorme qualité du site (et appréciant l'ASI version France 5, comme il l'avait reconnu lors des présidentielles), avait-il depuis les débuts d'@si franchi le cap de l'abonnement? Et si oui, intervient-il sous pseudonyme dans les forums (quel sobriquet? Fan de Canard, Sherlock, Watson, Nicolas Princen, Hurluberlu, etc.:o))?

Pour parler plus sérieusement, toutefois, je suis étonné que Bayrou n'ait pas perçu l'évidente et forte dose de provocation de Cohn-Bendit, présente dans l'extrait que vous avez retrouvé... Serait-il aussi hermétique à l'esprit soixante-huitard, libertaire et provocateur, que notre Petit Timonier, au point de prendre pour argent comptant ses exagérations volontairement choquantes? Enfin, tout choqué qu'il ait pu être par les propos passés de Cohn-Bendit, était-il vraiment pertinent de l'attaquer sur ceux-là plutôt que sur des questions de programme, de vision politique et de conception de l'Europe...?
interessant en effet, ni vous ni moi ne sommes dans le secret de l'âme de François Bayrou, cependant je dois avoir très mauvais esprit mais je pense qu'il ne sait plus à quelle planche s'accrocher.
Plus c'est gros mieux c'est , jeu dangeureux pour lui car il va lui falloir desormais etre le chevalier blanc et faire preuve d'une intransigeance à toute epreuve pour faire tomber l'odieux Dany

Allez Daniel un bon geste , il faut sauver le soldat Bayrou, offrez lui un mois d'abonnement afin qu'il nous regale de sa prose au demeurant fort bonne .
"toi tu seras jamais président de la république, mon pote"

et vous déjeunez souvent avec sarko à @si ?
"Deux hypothèses, oui. Dans un cas, un homme qui souhaite partager une émotion avec un autre homme. Dans l'autre, un politique qui tente d'instrumentaliser un journaliste.
Entre les deux, je ne tranche pas."


Maintenant que Mr Bayrou connait l'adresse du site, on peut esperer qu'il va s'abonner ( si vous ne l'avez pas deja invite ), et venir nous donner lui-meme la reponse.
Juste une (sale) impression que j'ai eue dimanche soir en voyant Bayrou commenter les résultats. Je l'ai trouvé épuisé sur tous les plans et j'ai eu peur. Qu'il fasse ce qu'on appelle généralement une "connerie". Je suis assez dure, mais là, j'ai eu pitié ...
Daniel, vous êtes redoutable. Remarquablement.
Quel talent !
Dans les moments de détresse, on a souvent besoin de parler à un ami.
Ah ! Lorsque les politiques s’intéressent à @si, c’est bon pour @si. On ne pouvait rêver plus belle publicité ou tout au moins est-ce déjà là l’esquisse d’une forme de reconnaissance pour le travail de l’équipe d’@si et de sa poignée d’héroïques abonnés qui font vivre le site, en toute indépendance. France 5 a eu bien tort d’avoir voulu supprimer arrêt sur images, mais maintenant c’est une entreprise qui assure une mission de service public.
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=122&FP=46344060&E=2K1KTS624Y7FU&SID=2K1KTS624Y7FU&New=T&Pic=109&SubE=2C6NU0XT50BS
berlusconi réélu dans un pays hyper catho, çà ne lui commande même pas d'arrêter les frais.
DS a écrit "Pas un instant, Bayrou n'imagine que Cohn-Bendit puisse se livrer là à une provocation, à surtout prendre au second degré, face à un vieil écrivain réactionnaire. A-t-il vu l'autre extrait, que nous mettons aussi en ligne, dans lequel Cohn-Bendit estime, en 2001, que ses phrases de 1975 sont rétrospectivement "insoutenables" ? En tout cas, il ne m'en parle pas."

mais vous Daniel ne lui avez-vous pas dit???
"Pourquoi François Bayrou m'appelle-t-il ? "

Parce qu'il a lu @si . Et qu'il a du appeler tous les journalistes de France et de Navarre .
Parce que ce mauvais coup lui est revenu dans la figure et qu'il ne sait pas comment s'en sortir .
[quote=Fançois Bayrou à Daniel Schneidermann]"Les grands patrons de la station sont venus me voir, pour me dire "tu as vu l'extrait sur le site de Schneidermann ?"
En tout cas lui , il tutoie (collusion?) les "grands patrons" d'Europe 1 (et peut être de toute la presse "aux ordres")
À mon avis, il doit penser que, vous, Daniel Schneidermann, êtes de son côté, un appui potentiel après la gifle qu'il vient de prendre. Il n'a rien compris, le pauvre. Je doute qu'il comprenne un jour ce qui lui arrive d'ailleurs.
Vous recevez souvent des appels des politiques ? Si Bayrou vous avait demandé de garder cette conversation pour vous, l'auriez-vous fait ?
Il avait pourtant publiquement affirmé qu'il ne regrettait rien, avant de regretter publiquement aujourd'hui (en se comparant à Zidane et à son fameux "coup de boule" comme quelqu'un qui cherche le pardon) avant de ne plus regretter, publiquement en quelque sorte, vu que le "off" n'a pas été demandé.

Il me rappelle Bongo, mort, puis ressuscité, puis mort.
Ce serait amusant si je n'étais pas déjà dégoutée en tous points par l'élection, la campagne, son traitement, l'abstention, les résultats, etc.
Mais quel gros boulet !
N'aurait-il pas été plus simple de lui poser la question ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.