157
Commentaires

Pétain : "C'est terrible de partir de Zemmour pour faire de l'histoire !"

C'est un fantôme obsédant, peut-être le plus obsédant de l'histoire de France: un vieil homme à la voix chevrotante, issu des années noires, le fantôme de Philippe Pétain. Ces derniers temps, le maréchal est partout: au cœur des déchirures de la famille Le Pen, dans la bouche du premier secrétaire du parti socialiste, et même dans la polémique entre Emmanuel Todd et Manuel Valls.

Derniers commentaires

En Allemagne le système par répartition, il est désigné comme bismarckien", parce que C'est Bismarck qui l'a instauré dans le Kaiserreich. Donc ça colle bien avec Pétain.
J'avais vraiment envie de voir cette émission mais ça me refroidit tout de suite ce début.

Marc Ferro commence cash part contredire frontalement la notice wikipedia de Pétain qui le décrit comme plutôt dreyfusard. Je ne sais pas s'il a raison ou tort mais ce qui saute aux yeux c'est que personne ne lui porte la contradiction. Puis intervient le second zozo qui commence par dire qu'il refuse de débattre avec Zemmour. A ce stade il est à peu près clair que le "débat" va plus tenir de la leçon faites aux bonnes gens par deux personnes d'accord sur l'essentiel. Avec une omission record, qui est que Zemmour se base bien sur sur des historiens. On aurait peut être pu en trouver un, non ?

Bref, sans préjuger de la vérité historique j'attends d'@si des débats contradictoires. Quand une fiche wikipedia fait mieux, c'est embarrassant.
Excellente émission, merci.
"on"...?
Je ne connais que deux " explications" du nazisme qui tiennent la route : celle de Heidegger, qui y voyait le triomphe de la Technique comme conception instrumentale et nihiliste du monde ( les chambres à gaz et l'agriculture industrielle sont gouvernées par la même logique) et celle de Lévinas le progressiste qui y voyait une rechute vers le numineux.
il y a tout de même quelquechose de pathetique a voir peschansky "couvrir" la sfio qui vote en grande majorité les pleins pouvoir a petain.....

ferro a des signes de gatisme et son explication de la zone libre , mis a mal par D.S. de façon etonnament juste , est tout bonnement absurde

emission gater par trop de non-dits
Je vois que beaucoup d'asinautes ont été enchantés de cette émission. Qu'il me soit permis de partager ce plaisir, mais de relever une tâche d'ombre sur ce paysage lumineux

Il y a le titre de ce forum
« Pas terrrible de partir de Zemmour pour faire de l'Histoire »

Or Zemmour n'a jamais prétendu faire de l'histoire. Pour défendre ses thèses qui font partie du débat contemporain, il fait flèche de tout bois et consacre une dizaine de pages à relater l'ouvrage d'un vrai historien, Alain Michel, qui en 2011, avait eu la témérité de s'en prendre de façon frontale aux historiens du courant dominant, Paxton et Klarsfeld, mais aussi un certain nombre d'autres, parmi lesquels Peschanski, présent sur le plateau. Alain Michel est un historien franco-israélien tout à fait légitime sur l'Histoire de la Shoah, thèse en Sorbonne sous la direction de Kaspi et quelques années au bureau francophone de Yad-Vashem. La punition infligée à ce pourfendeur de « doxa » fut une sorte de mise en quarantaine : Aucun des historiens mis en cause n'engagèrent le débat avec leur contradicteur.

Dans leur réponse à Zemmour, Ni Paxton, ni Klarsfeld ne citèrent le nom d'Alain Michel. Dans l'émission qui intéresse ce forum, il n'est jamais cité non plus. De la part d'Arrêt sur Image, ce n'est pas glorieux.

De mon côté, je confesse une proximité avec Alain Michel, ce que je raconte sur mon site.
http://siteedc.edechambost.net/Paxton/Alain_Michel_Zemmour.html

Et l'on trouvera sur cette page beaucoup de réponses aux questions abordées dans ce forum.

Je recommande aussi la réaction de l'historien Jean-Marc Berlière à la suite des réponses à Zemmour de Paxton et Klarsfeld.

http://siteedc.edechambost.net/Paxton/Jean-Marc_Berliere_Paxton_Klarsfeld.html
Concernant le glaive et le bouclier, je n'ai absolument aucune idée si c'était volontaire mais si ça ne l'est pas il existe en effet un phénomène connu lié à la mémoire appelé "cryptomnésie".

La cryptomnésie, du grec kruptos « caché », « secret » et mnémè « mémoire », « souvenir », littéralement « souvenir caché », est un biais mémoriel par lequel une personne a le souvenir erroné d'avoir produit une pensée (une idée, une chanson, une plaisanterie), alors que cette pensée a été en réalité produite par quelqu'un d'autre1. La cryptomnésie peut conduire au plagiat involontaire dont l'auteur fait une expérience mnésique qu'il ne peut distinguer d'une inspiration nouvelle.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Cryptomnésie
Un erreur dans le texte résumant l'émission :
Marc Ferro fait référence, je pense, au livre L'Héritage de Vichy de Cécile Desprairies. Ce livre décrit les mesures sociales prises par Vichy. C'est Denis Peschanski qui parle de Le Crom.
Un excellent cours d'histoire de temps en temps ça peut pas faire de mal.
On renouvelle notre abo a @si pour ce type d'emission m. On y apprend que Vichy a créé le minimum vieillesse et la retraite par répartition ... La traîtrise de Pétain et sa clique a été une véritable honte pour la France, l'autre alternative aurait consister a souffrir et mourir la tête haute. Après l'atroce boucherie de 14-18, on comprend parfaitement que les français aient accueilli Pétain comme un bouclier. Avant de comprendre qu'ils ont eu la guerre et la honte. Dans tous les cas, la France aurait souffert.
lumineux
merci beaucoup ++++++++++++
Passionnant et éclairant, ça donne envie d'en entendre beaucoup plus et de lire.
Encore une émission très utile, bravo et merci.
Le dernier point de Marc Ferro sur les paysans et l'aide à la résistance est passionnant pour ce que ça dit de l'époque.
Mais je suis moins surpris que Daniel puisque j'ai fait l'expérience il y a peu, à travers le serious game sur la sauvegarde des oeuvres du Louvres, du difficile exercice de la résistance. Ce jeu vous obligeait, de manière très juste je trouve, à maintenir constamment l'équilibre entre la crédibilité vis à vis de l'occupant et la confiance inspirée à la résistance. Et donc, à donner des gages à l'un pour pouvoir aider l'autre.

On est clairement dans ce problème là, à travers le cas de ces paysans : ils étaient sans doute de bonne volonté, mais quitte à prendre des risques, autant que ça soit pour des choses vitales que pour des affaires moins graves, puisqu'ils ne désiraient pas prendre un maximum de risques. Ni tout noir, ni tout blanc, entre les deux, et profondément humain.
Bravo pour cette émission, où j'ai appris tant de choses. On ne voudrait pas que cela s'arrête ...
... du coup, je n'ai pas le courage d'écouter l'émission.
Emission bien construite qui en appelle d'autres, sur des sujets connexes. Des experts compétents et reconnus sont nécessaires pour donner un discours nuancé : à quand cela sur le service public!

Tout est toujours plus compliqué que les modèles binaires idéologiques qui visent à une récupération et qu'on nous sert sous un jour sulfureux pour faire de l'audimat. Zemmour face à Salamé et Caron, des non-historiens proclamés experts en tout par le système médiatique pour une bataille d'ego autour de déclarations chocs, de pantomime ridicule où les dogmes s'affrontent stérilement. Que les gens aillent lire des livres écrits par des historiens quand il s'agit d'Histoire.

Il est toujours difficile de se rétro-projeter dans le passé : on en oublie très vite la complexité de la psychologie humaine, que nous côtoyons pourtant au jour le jour, et la tendance à la facilité et au déni qui nous fait choisir parmi nos souvenirs personnels ou collectifs ceux qu'il faut garder. Après le visionnage de cette émission, j'ai le sentiment d'avoir avancé sur la consolidation de mes connaissances historiques mais j'ai surtout l'impression d'avoir entendu parler de personnages et de faits réels, sans polémique, et non de légendes ou de fables.

Merci.
http://jeanchristophegrellety.typepad.com/lactionlitteraire/2015/05/asi-%C3%A0-propos-de-p%C3%A9tain-des-juifs-fran%C3%A7ais-et-europ%C3%A9ens-un-entretien-avec-marc-ferro-et-denis-peschan.html
Etrange émission : avec 2 historiens réputés, à partir des débats récents, dont les propos de Zemmour. Peschanski explique s'exprimer, "contre" Zemmour, y compris en niant tout débat avec lui parce qu'il n'est pas historien. Or celui-ci parle comme un pétainiste de 2015 : Pétain a protégé les Français et notamment les juifs français. Et en réponse à cela, nos deux historiens se retrouvent être mollassons et fatigués. Comme lorsqu'il s'agit de la Chambre qui a voté les pleins pouvoirs : Peschanski n'est jamais parvenu à dire ce qu'il laisse entendre pourtant, à savoir que c'est la droite (assemblée nationale + sénat) qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain, avec la collaboration de certains de la SFIO, mais donc, ce n'est pas la gauche qui a voté ces pleins pouvoirs, ne serait-ce que parce que les élus communistes étaient interdits de siéger depuis plusieurs mois déjà. Et comment s'étonner que "les pleins pouvoirs", le lendemain, permettent de mettre en place une dictature, qui va collaborer avec une autre dictature ? Oui, comme Blum l'a dit, les nervis de Pétain ont menacé. Ils se sont préparés pendant des mois à cette journée décisive, en plus de celles de Bordeaux (juin). Mais comment comprendre que ces deux historiens aient l'air d'ignorer les liens de Pétain avec la Cagoule ? sa rencontre en 1939 avec l'ambassadeur allemand en Espagne ? Enfin, concernant la politique antijuive du régime de Pétain, j'ai été très surpris par l'absence de développement sur l'aryanisation des biens juifs. N'est-ce pas une attaque radicale contre des personnes, que, dans un Etat qui défend partout la propriété privée, il soit permis à des individus de voler/piller, y compris par des actes d'achat sans rapport avec les valeurs des objets ? Et les camps partout en France ? Et les arrestations, dont la plus célèbre, avec la rafle du Vel d'Hiv ? Si les Juifs français n'ont pas été AUTANT exterminés que l'ont été les Juifs de Pologne, ou de Grèce, ils le doivent à une série de facteurs, indépendants de la volonté du régime pétainiste : le fait que bien des Juifs français aient fui, se soient cachés, se soient engagés dans la Résistance; que les Nazis, malgré toute leur "volonté", ne pouvait liquider en quelques mois toute la population juive européenne, puisqu'ils avaient déjà beaucoup à "faire" avec celle d'Europe centrale; et que si le sort de la guerre leur avait été favorable, les non-assassinés l'auraient été. Le processus était là. Les dirigeants français l'approuvaient. La milice créée pendant la guerre l'a été pour y contribuer. Et de tout cela, ces deux grands historiens n'ont pas dit un mot, n'ont pas su en parler. Je suis intrigué. Je le suis tout autant sur le sujet de "la politique sociale" du régime. M. Schneidermann s'étonne. Il cite, cumule : ils ont fait ceci, ils ont fait cela. Oui, MAIS POURQUOI ? Certes, le fait que cette extrême droite était "sociale" quand celle de notre époque est "libérale" y a contribué, mais ce n'est pas l'essentiel. Si ce régime a pris des décisions parfois "favorables" à la population, il ne faut pas oublier que : ce régime avait besoin de trouver du soutien dans la population, et ce n'était pas facile; ensuite, prendre des décisions "positives", quand on n'a pas les moyens de les mettre en oeuvre, cela ne coûte rien, mais permet de prétendre aux yeux des travailleurs que l'on fait des choses pour eux. Et susciter cette "croyance" était une intention fondamentale pour ce régime : sans cette once de prétention, il se révélait tel qu'en lui-même, un deuxième Etat nazi en Europe. Parce que, pendant que ce régime jouait à cette comédie, les Français modestes morflaient, avec le rationnement de tout.
merci pour cette très passionnante émission
Juste pour dire : l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) sont des créations de Vichy, l'une directe, la première, avec pour mission de nourrir la France, et l'autre indirectement via l'Institut National d'Hygiène qui incluait l'hygiène raciale évidemment épurée.

Autre créature de Vichy : la police nationale, ce qui nous évite le chaos états-unien en la matière.

Signé : le fils d'une terroriste et d'un traîre comme disait Henriot en parlant des résistants et des FFL (Forces françaises Libres) Henriot qui a failli faire basculer l'opinion française, comme l'a dit fort justement Marc Ferro et c'est pour cela qu'il a été assassiné, c'est ce qu'ont toujours dit mes parents.
Tres bonne émission.

Au delà de la question des faits historiques, je trouve proprement EFFRAYANT que cette balance odieuse entre les vies des juifs français et celles des juifs étrangers ne soit pas dénoncée dans son PRINCIPE même comme étant une aberration morale.

Cette idée absurde d'une Allemagne nazie vue comme un Moloch réclamant son quota de juifs, et avec laquelle il fallait négocier pour sauver des vies et CHOISIR celles qui seront sauvées et celles qui seront sacrifiées autorise absolument toutes les justifications, tout en déresponsabilisant les bourreaux et leurs complices et en déréalisant leurs victimes derrière une comptabilité absolument sordide.

Comme s'il fallait sacrifier des gens pour en sauver d'autres - on retrouve ce même raisonnement spécieux du "mal nécessaire" chez tous les réacs lorsqu'il s'agit de défendre la peine de mort, la torture ou la "guerre contre le terrorisme".

Par extension, c'est encore ce raisonnement du "mal nécessaire" qui conduit aux lois liberticides, à la chasse aux Roms et aux étrangers en situation irrégulière et à tous les reculs démocratiques actuels, au nom de la préservation face à des dangers supposément plus grands encore: pas étonnant qu'on parle autant de Pétain, la mentalité de SALAUD et de COLLABO ne s'est jamais aussi bien portée en France depuis 1945.

Zemmour cumule le mensonge avec l'ignominie, tout comme un nombre grandissant de français, et c'est ça qui fout le plus les jetons, j'aurais pas aimé être son voisin durant l'Occupation, mais je commence avoir la trouille d'un nombre grandissant de mes voisins...


Le pire de tout cela est que ces raisonnements sont tenus au nom du "courage" et de la "responsabilité": par quel renversement inouï peut-on faire passer le comble de la veulerie, de la soumission et de la lâcheté pour des vertus?

Pas étonnant non plus que l'inconscient pétainiste de Cambadélis parle à l'insu de son plein gré: toutes proportions gardés, il s'agit par analogie de la même "fausse conscience" des socialistes, qui tentent de faire passer leur trahison pour du courage et l'expression du sens des "responsabilités", afin de justifier des politiques iniques sur le plan économique et celui des libertés publiques, comme l'a dénoncé Todd.

C'est assez cocasse que le patron des socialos, avec son glaive et son bouclier, donne ainsi raison à Todd sans le vouloir...
Pourquoi fait-on remonter l'image du glaive et du bouclier à Pétain ? Ces images n'ont pas été inventées par les pétainistes ou les négationnistes.
- si on parle de cette métaphore comme faisant partie de la culture commune, elle évoque bien plus la justice, armée du glaive mais aussi bouclier des innocents. Il y a plus de gens qui ont oublié la thèse du glaive et du bouclier que de gens qui veulent s'en souvenir...
- si on cherche précisément d'où vient cette image, il faut remonter au moins à Cicéron. Ce n'est d'ailleurs pas une métaphore très recherchée, et on la retrouvera probablement dans toutes les cultures qui ont à une époque manié la langue et l'épée (je dirais même que c'est une métaphore très éculée).



Sinon, je ne reviendrai pas sur les débats inconsistants sur la question de savoir si la France a perdu ou non la guerre: faire la guerre, c'est toujours la perdre. Demandez à Achille ou à Ulysse...
Ca change, d'avoir d'avoir invité de "vrais" spécialistes d'un sujet, plutôt que comme souvent des journalistes ou des politiques... ;) Merci pour l'émission, qui mériteraient d'être prolongée d'une manière ou d'une autre.
[quote=Yanne]La France a été bombardée par les Alliés en tant que territoire ennemi.
C'était un de mes étonnements d'enfant: mais pourquoi ils "nous" avaient bombardés puisque c'étaient nos alliés? Mine de rien, c'est la question du massacre des civils que je posais. Pourquoi Modane, par exemple, a été détruite en quasi totalité, avec des bombes incendiaires en plus, par des avions qui soi-disant visaient la gare mais l'ont manquée? Mais j'aurais aussi bien pu demander "Pourquoi Dresde? Pourquoi Hiroshima?" Et aujourd'hui, la liste serait longue aussi.

Ça me rappelle un vieil album de "Paulette" (qui se souvent encore de Paulette?), où Paulette est le ballon dans une partie où l'une des deux équipes lui veut du mal, tandis que l'autre.... lui veut du bien.
Excellente émission très éclairante.

Merci à vous,
Etrange étonnement de la découverte de Daniel de certaines mesures sociales du régime de Pétain…Le volet social a toujours été le coté « face » de tous les régimes totalitaires, dictatures, partis d’extrême droite, nationalistes de tous poils. D’ailleurs le FN s’y met aussi (pas la peine de développer).
Quant aux corpos elles servaient de substituts aux syndicats et permettaient évidemment de regrouper toutes les professions ou corps de métier sans hiérarchie apparente, de niveler bien entendu toute lutte de classes et de soutenir aveuglément « L’unité nationale ».
Émission salutaire.
Pour une fois, DS faisait une synthèse et demandait pas mal d'explications. Vu que ses interlocuteurs étaient des spécialistes et œuvrent davantage sur les détails que sur les généralités, nous aurions eu du mal à tout suivre, pauvres profanes que nous sommes.
Au sujet de la Normandie qui a été bombardée, ce qui fait beaucoup de victimes. Il y a beaucoup d'émissions actuellement sur la télé publique qui expliquent l'étendue des dégâts qu'ont fait les Alliés en France, et le nombre de morts de civils français.
Je voudrais tout de même faire remarquer que la France a perdu 2 fois la seconde guerre mondiale. Une fois contre les Allemands en 1940 et une fois contre les Alliés.
Parce que la France n'était pas seulement occupée, le gouvernement légitime était celui de Pétain, juridiquement.
D'autres gouvernements était partis en exil, mais pas le gouvernement français.
Et Mers-El-Kébir, même si la destruction de la flotte est davantage due à l'incompétence du vice-amiral qui la commandait, en est la preuve.
C'est De Gaulle, et uniquement De Gaulle, qui n'avait pas la moindre légitimité qui, officiellement, combattait les Allemands.

Le roman national fait de la France un des vainqueurs de la seconde guerre mondiale, mais c'est une illusion totale.
La France a été bombardée par les Alliés en tant que territoire ennemi.
Point.
Il y aurait peut-être une autre explication au retour de Pétain dans l'inconscient des discours:

Une comparaison possible entre hier, la collaboration de Vichy avec l'Allemagne nazie, et aujourd'hui, la position de carpette du gouvernement de Hollande-Valls devant l'Allemagne ordolibérale dominant l'UE.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Emission passionnante, cohérente, magnifiquement documentée, invités passionnants. Bravo et merci.
Salut et respect à Marc Ferro que j’ai eu moi aussi comme prof à l’EHESS et qui continue à m’inspirer une immense estime et sympathie.
Dommage qu’il n’ait pas eu la parole plus souvent car il se fait rare et c’est un plaisir tout aussi rare de l’écouter...
Merci pour cette émission, les 2 historiens et la maniere d'animer pour faire ressortir des elements instructifs, intelligibles pour des novices, notamment cette forme de resilience entre résistance passive et degre d engagement en fonction d une urgence : l'Histoire passée qui peut permettre d entrevoir le sens de l Histoire future ?
Une émission qui prouve que même lorsqu'il n'y a qu'une feuille de papier à cigarette entre deux invités le débat peut-être riche et passionnant.
Encore une émission regardée en famille pour avoir une vision claire de l'histoire de la 2e guerre mondiale. Les politiques sous vichy, l'ambivalence du comportement de nos grands-parents pendant ces heures noires et enfin les détournements actuels dans le débat politique. L'histoire doit être sue, apprise et comprise si on ne veut pas qu'elle se répète.
Merci à vous 3!!!!

Arnaud
A la 5eme minute, juste après la diffusion de l'extrait Zemmour/Salamé, Daniel lance ainsi le débat :
« Dire que Pétain a sacrifié des juifs français en sacrifiant des juifs étrangers, c'est quelque chose qui ne correspond pas à l'histoire de Vichy telle qu'on la connaissait jusqu'à maintenant »

Ce qui veut dire que Daniel n'a apparemment jamais lu la destruction des juifs d'Europe de Raul Hilberg qui n'est pas précisément un obscur historien du sujet, et qui écrit au en introduction à son chapitre de 100 pages consacré à la France :

« Dans ses réactions aux pressions allemandes, le gouvernement de Vichy tenta de maintenir le processus de destruction à l'intérieur de certaines limites. Celles-ci eurent essentiellement pour objet de retarder l'évolution du processus dans son ensemble. Les autorités françaises cherchèrent à éviter toute action radicale. Elles reculèrent devant l'adoption de mesures sans précédent dans l'histoire. Quand la pression allemande s'intensifia en 1942, le gouvernement de Vichy se retrancha derrière une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l'on s'efforça de protéger les Juifs nationaux. Dans une certaine mesure, cette stratégie réussit. En renonçant à sauver une fraction, on sauva une grande partie. » (Destruction des juifs d'Europe, T2, p.1122, coll.Folio-Histoire, 2006)

Sur ce point, Alain Michel en 2011, écrira la même chose, mais en l'étayant un peu plus. Ce qui est surprenant, c'est qu'en France, un journaliste du niveau de Daniel puisse à ce point ignorer Hilberg.
Punaise cette émission !!!! Super, vraiment super de chez super !!!! J'en suis à 1.00.00, après le discours de Pétain du 1er mars 41. J'ai fait une petite pause pour venir exprimer mes sentiments... Bon, j'y retourne !

En tout cas, merci Daniel, très sincèrement !
Bravo et merci!
Emission remarquable !

(pour le titre, terrrible avec 3 r ça fait vraiment peur ! :) )
il me semble que Hannah Arendt, dans son livre sur le procès Eichmann, explique que du fait de la non coopération des autorités françaises pour la déportation des juifs français, les nazis c'étaient jeté sur la Hollande pour mener le plus efficacement possible leur entreprise de mort. Elle souligne aussi un accord tacite pour s'attaquer aux juifs étrangers.
Dans son livre, Hannah Arrendt fait les calculs qui sont dénoncés avec pertinence aux début de l’émission.
Une autre manière par laquelle la figure de Pétain me semble resurgir dans la bouche de certains de nos contemporains, pourrait être suggérée par Rousseau disant dans ses Confessions : "Les croyants font Dieu comme ils sont eux-mêmes ; les bons le font bon, les méchants le font méchant ; les dévots, haineux et bilieux, ne voient que l'Enfer, parce qu'ils voudraient damner tout le monde". On peut faire resurgir aujourd'hui la figure de "ce diable" de Pétain, afin en quelque sorte de damner des gens : en les plaçant, de gré ou de force, sous sa figure tutellaire, en les qualifiant abusivement de pétainistes. Mais si on fait cela, est-ce forcément, comme dit Rousseau, parce qu'on est "haineux et bilieux" ? Plutôt que par la méchanceté, on pourrait sinon expliquer ce genre d'attitude par quelque chose qu'on pourrait appeler de l'idéalisme excessif, caractérisant ceux qui ne se sont pas encore assez bien mariés avec le monde, qui n'ont pas encore assez bien accepté qu'il diffère de cet age d'Or dont ils sont encore trop nostalgiques.
L'idéaliste excessif, ou bien rejette tout ce qui lui déplait dans le monde, en niant purement et simplement que cela existe ; ou bien, en se donnant des airs de qui a tout compris à la vie, il décrit des choses qui lui déplaisent, mais avec un air de déception qui sous-entend que cela aurait du être autrement, que cela est inacceptable, alors pourtant que comprendre la vie consisterait non pas seulement à voir l'existence de cela, mais aussi à comprendre pourquoi il faut l'accepter et non le rejeter. L'idéaliste excessif a une vision de la morale qui attend des hommes et du monde plus que ce qu'ils peuvent donner, meme en faisant de leur mieux, ce qui le conduit a etre perpetuellement déçu par ce qu'il voit, à perpétuellement condamner excessivement cela, et par la à ressembler à ces "dévots" dont parle Rousseau. Mais son défaut à lui est moins la "haine" et la "bile", que des difficultés pour marier sa vision de la morale avec le monde, c'est-a-dire : revoir cette vision à la baisse, pour qu'elle attende juste des hommes le mieux qu'ils peuvent donner ; mais ainsi, la conduire à son accomplissement, en en faisant quelque chose qui sauve les hommes, parce qu'ils peuvent lui obéir, au lieu de trop les accabler ou de trop rester lettre morte.
Son idéalisme deviendrait alors un idéalisme mesuré, pour lequel l'idéal d'une chose, vers lequel elle doit tendre, est ce qu'elle peut être de mieux : il n'est pas immédiatement présent, ne se voit donc qu'avec les yeux de l'esprit, mais il reste inscrit dans le réel, en tant qu'une potentialité du réel. Par la même occasion, l'idéaliste devenu enfin mesuré, de notre temps, devrait moins souvent faire resurgir la figure de Pétain dans ses discours, car il devrait moins souvent lui arriver de confondre des attitudes humaines normales, avec celles de gens qui ont envoyé des juifs dans des camps de concentration...
Comment se fait-il qu'en 2015 ce fantôme revienne dans le débat public ? (j'ai pas fini de regarder, j'aurais peut-être des réponses)

Tout aussi surprenant pour l'époque, bien que moins important (mais exaspérant tout de même) : comment se fait-il que des gens aient encore leur téléphone portable allumé pendant une émission créant des interférences tout à fait pénibles ?
Sujet de discorde historienne : mais quand a-t-on su que les camps Nazis n'étaient point des camps de vacances ?
Mortelle question, non ?

En mode "souvenirs de famille"
En 1938, un cousin de Berlin, militant du Bund, a débarqué à Bruxelles. Il a clairement expliqué à mon grand père et son frères (militants du Bund) qu'il fallait rapidement se tirer d'europe : " Bloïss toït !"
Si le modeste cousin Moïshé avait déjà pigé (par ce qu'il vivait au quotidien) que le funeste destin était déjà en marche ...
Alors, et les autres spectateurs de l'époque ?

Denis Peschanski, malgré le lourd sujet et l' "ambiance" actuelle torve, manie l'humour avec scélérité. Merci à lui.

PS Le frère de mon grand père et sa femme furent déportés. Depuis, on est sans nouvelle.
PPS Pour les curieux : http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_g%C3%A9n%C3%A9rale_des_travailleurs_juifs
Nazi : national socialisme.
Faut pas être surpris des politiques sociales fascisantes.

Pétain, Todd, 11 janvier, "union nationale", tradition française (cuisine, caricatures, République...), mondialisation, délocalisation-relocalisations, produire-consommer français, identité nationale etc. : fin des idéologies, mort de l'internationale de gauche, lecture du monde se refermant sur le tribal, le national, un "nous-la-France".
Faut pas être surpris que Pétain ressorte, le chêne gaulois produit des glands.

Et d'ailleurs, c'est comme ça qu'on dit aussi l'Allemagne, les Etats-Unis, la Russie, Israël, la Grèce etc. qu'on parle en terme de pays, de nations plutôt que de courant de pensée, de ligne politique, faute de structuration du langage autour de distinctions idéologiques. Même Mélenchon nous sort "Le Hareng de Bismarck, le poison allemand", pour ensuite devoir expliquer que bien sûr il critique une politique en reprenant des arguments de l'opposition allemande à Merkel.
Dans les 80 parlementaires ayant voté contre les pleins pouvoirs à Pétain il y avait 7 parlementaires finistériens ( 6 députés 1 sénateur ) tous entreront dans la Résistance ; moi qui suis bretonne, ( et dont le père lycéen de 18 ans à l'époque est entré en résistance en 1942-1943 au Front National, organisation dans la mouvance des FTP ) et apprécie particulièrement E Todd, j'aimerais savoir si les systèmes familiaux bretons et particulièrement finistériens peuvent expliquer cet acte collectif de refus !! http://www.letelegramme.fr/ig/generales/fait-du-jour/ces-elus-bretons-qui-ont-dit-non-a-petain-18-06-2010-959622.php
Ça me fait bizarre de voir sur ASI Marc Ferro, que j'ai eu comme prof...en 1973 !
Toujours de bonnes émissions sur arret sur image. C'est toujours un plaisir de les voir :)
Le titre de l'émission aurait dû être "On ne répond pas aux négationistes"...

Ça me parait être la meilleur méthode pour qu'il y en ait encore dans un siècle ou deux !
Formidable émission. Merci
Mince, Grégory, Pétain finit même par arriver dans une émission.

Ceci étant dit : formidable, Marc Ferro !!
Encore une émission qui va nous amener à Pétain ou schmock.
Ne serait-ce que parce que j'ai appris un élément fondamental : Je ne savais pas que la zone libre avait été demandée par Hitler...
Je pensais que c'était le fruit d'une négo entre Vichy et Berlin.

Cyril.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.