Pétain : "C'est terrible de partir de Zemmour pour faire de l'histoire !" [Avent2020]

Arrêt sur images

Vichy "protecteur" ? Ferro et Peschanski recadrent

Télécharger Écouter
C'est un fantôme obsédant, peut-être le plus obsédant de l'histoire de France: un vieil homme à la voix chevrotante, issu des années noires, le fantôme de Philippe Pétain. Ces derniers temps, le maréchal est partout: au cœur des déchirures de la famille Le Pen, dans la bouche du premier secrétaire du parti socialiste, et même dans la polémique entre Emmanuel Todd et Manuel Valls.

C'est l'occasion de s'arrêter sur l'image de Pétain et de Vichy, et de faire le point sur ce sujet hautement polémique en compagnie de deux historiens: Marc Ferro, le premier historien biographe de Pétain (Pétain, Fayard, 1987), et Denis Peschanski, historien auteur de La France des camps, 1938-1946 (Gallimard, 2002) et co-auteur avec Jorge Amat du documentaire Maréchal nous voilà? La propagande sous Vichy, diffusé sur France 2 en 2008.

Le résumé de l'émission, par Justine Brabant

Il est revenu. D'abord dans la bouche d'Eric Zemmour, assurant face à Léa Salamé sur le plateau de France 2 que "Pétain a sauvé des juifs français". Puis dans celle de Jean-Marie Le Pen, expliquant à Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV que tout comme il y a "de fervents gaullistes", il y a de "fervents pétainistes" au FN. Le fantôme de Pétain a ensuite surgi chez le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, qui a utilisé sa célèbre image du "glaive et de l'épée"... pour qualifier respectivement François Hollande et Manuel Valls. On l'a aperçu, enfin, rôder chez Emmanuel Todd, qui le 8 mai dernier a asséné: "l'optimisme de Valls, c'est l'optimisme de la révolution nationale et du maréchal Pétain".

Sur Pétain et les juifs

Pétain est donc de retour dans le débat public français, et nos historiens passent aux crible ce qui en est dit – et ce qu'on en oublie – aujourd'hui. Ce qu'en dit Eric Zemmour, d'abord. "C'est toujours terrible de partir de Zemmour pour faire de l'histoire", soupire Peschanski. Mais sans accorder au polémiste le statut d'historien, il est possible, et nécessaire, de rappeler certains faits: le fait que Pétain était "essentiellement un homme antisémite", d'abord. "Parmi les plus antisémites du régime de Vichy", estime d'ailleurs Marc Ferro. Deux exemples: "En 1943-44, quand les Italiens protègent les juifs à Nice et à Grenoble, Pétain proteste", rappelle le biographe du maréchal. "On a retrouvé récemment l'exemplaire originel de projet de loi sur le statut des juifs: toutes les remarques faites par Pétain sur ce document vont dans le sens d'un durcissement", explique Denis Peschanski.

Quid de l'argument qui voudrait que Pétain ait sauvé des juifs français, au détriment des juifs étrangers ? Ceux qui l'avancent s'appuient généralement sur les chiffres des déportations : sur 150 000 juifs étrangers présents en France en 1940, 50 000 sont déportés, et sur 160 000 juifs français présents en France, 25 000 sont déportés - soit une proportion plus faible. Mais on pourrait tout aussi bien faire dire à ces chiffres que "Pétain a sauvé les juifs étrangers" puisque les deux-tiers ont été sauvés, rétorque Denis Peschanski, pour qui l'argument est avant tout idéologique.

Sur «le glaive et le bouclier»

Pour Jean-Christophe Cambadélis, François Hollande serait donc un "bouclier pour les Français", et Manuel Valls un "glaive dans les réformes". Est-il possible d'ignorer, lorsque l'on est premier secrétaire du PS, que reprendre la théorie du "glaive et du bouclier" revient à comparer le président actuel au maréchal Pétain? Pour Denis Peschanski, qui travaille, au-delà des Années noires, sur les questions de mémoire, "il ne pensait pas du tout à ça quand il l'a dit – il n'aurait d'ailleurs aucun intérêt à faire cette comparaison", mais c'est sa "mémoire sémantique" qui a mobilisé cette image, sans se souvenir de sa source.

Mais d'où au juste Pétain tirait-il son image de protecteur ? D'abord, du contexte de guerre : "La question de la guerre est centrale, rappelle Denis Peschanski. Si Pétain arrive à capter le soutien de la majorité des Français, c'est parce qu'il leur dit « Je vais vous épargner la guere »."

Autre élément sur lequel Pétain faisait reposer son image de protecteur : la question des juifs, encore. "À la veille de son procès, le maréchal rédige un texte manuscrit, où il dit qu'il a sauvé les juifs", rappelle Ferro. Son argument principal : s'il n'y avait pas eu de zone libre, les juifs français n'auraient pas pu être sauvés. "Mais ce n'est pas Pétain qui a demandé la création d'une zone libre, c'est Hitler!" rappelle Marc Ferro. Hitler avait intérêt à l'existence d'une zone libre car contrairement aux Français, il savait que la guerre allait durer, explique l'historien: la zone libre lui permettrait d'une part de se préserver des arrières contre les Britanniques voire les Russes, et d'autre part de mobiliser moins de soldats allemands.

Sur l'attribution des pleins pouvoirs à Pétain "par la SFIO"

"Le maréchal Pétain a été mis au pouvoir par la SFIO" : l'affirmation est venue du sénateur FN Stéphane Ravier, le 10 avril, sur Europe 1. Que s'est-il passé ce 10 juillet 1940, jour où l'Assemblée vote les pleins pouvoirs à Pétain? Denis Peschanski souligne d'abord que contrairement à l'idée d'une "chambre du Front populaire", les députés présents n'étaient pas exactement ceux élus en 1936: les 76 députés communistes n'étaient plus là, le PC ayant été dissous en France suite au pacte germano-soviétique. Dans la nouvelle chambre, le SFIO était minoritaire.

Mais tout de même, au sein de cette minorité, 90 députés SFIO votent pour les pleins pouvoirs, et 36 votent contre. Un vote qui s'explique par "le pacifisme et l'anti-communisme" qui travaillaient le courant socialiste dans les années 30, estime Peschanski. Pacifisme et anti-communisme, auxquels il faut sans doute ajouter, aux dires de Léon Blum, la "trouille" des députés de l'époque, intimidés et menacés physiquement à Vichy par les pro-Pétain. Et, enfin, complète Marc Ferro, "l'aveuglement" d'élus qui ignoraient, par définition, à quoi ce vote allait conduire.

Ce qui est peut-être le plus intéressant à propos de ce scrutin, c'est le non-intérêt qu'il avait suscité à l'époque: car à ce moment là, "à part ceux qui étaient sur place, les gens ne savaient pas qu'il se passait des choses à Vichy, rappelle Marc Ferro. Vichy, c'était un non-événement: ils étaient surtout préoccupés par Mers el-Kébir [l'attaque de la marine française par la marine britannique dans un port algérien, le 3 juillet 1940]".

Sur la politique sociale de Vichy

Il y a les aspects connus du régime de Vichy: le culte du chef, ou encore la politique nataliste– incarnée par les campagnes d'affichage sur les "couples sans enfants, ménages à la dérive". Et il y a les aspects moins connus de Vichy: parmi eux, sa politique sociale. Daniel en rappelle les principales mesures : l'invention de la retraite par répartition (et la fin du système par capitalisation), la généralisation de la médecine du travail, … Si rappeler cela peut surprendre – voire nous déranger – aujourd'hui, c'est qu' "à l'époque, la logique de l'extrême droite était étatiste et sociale, pas libérale comme aujourd'hui", rappelle Denis Peschanski.

Un discours illustre bien la position pétainiste vis-à-vis des ouvriers: le discours du 1er mars 1941 à Saint-Etienne. Le maréchal y accuse notamment les patrons de ne pas comprendre "la condition prolétarienne". "Tout y est, dans ce discours: la dénonciation du Front populaire, qui aurait trompé les Français, puis l'idée d'une reconstruction de la France au-delà de la lutte des classes". Car c'est bien là l'un des objectifs du système corporatiste mis en place par Vichy: faire oublier la grille de lecture marxiste en termes de classes "pour mieux reconstruire le pays". (Sur la politique sociale de Vichy, il existe un ouvrage de synthèse, rappelle Marc Ferro: Syndicats, nous voilà, de Jean-Pierre Le Crom, paru en 1995).

Cette politique sociale n'a pourtant pas suffi à faire de Vichy un régime populaire, relèvent nos historiens– avec une légère différence d'appréciation cependant, les souvenirs du maquisard Ferro allant se ravitailler en oeufs ne coïncidant pas forcément avec l'analyse, moins personnelle, de Denis Peschanski...

Les mises au point historiques terminées, reste une question : pourquoi cette obsession pour Pétain dans la France d'aujourd'hui ? Peut-être à cause de "la singularité" du régime de collaboration, avance Peschanski. Peut-être également du fait de sa longue ambivalence, l'image de Vichy n'ayant radicalement basculé que dans les années 1990, lorsqu'elle est devenue indissociable de celle de la victime juive des camps. L'histoire dira à son tour, dans quelques décennies, comment les historiens analyseront la résurgence de la figure du maréchal au milieu des années 2010, dans la bouche d'un certain Zemmour Eric, et de quelques autres.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.