25
Commentaires

"parler mal" : les journalistes qui "lissent", et les autres

Comment retranscrire le "parler vrai" d'un président qui truffe son discours d'incorrections et de fautes de français ? C'est le dilemme auquel font face, presque chaque jour, les journalistes qui suivent Nicolas Sarkozy dans ses incessants déplacements. Dans notre émission de la semaine, nous nous sommes intéressés au statut et aux enjeux du "parler mal" sarkozien. Restait à s'interroger, à l'invitation de Guillemette Faure, de Rue89 : les médias doivent-ils corriger les fautes de Nicolas Sarkozy ?

Derniers commentaires

D'accord avec Miki Larson. Sarkozy sait ce qu'il fait . Le plus cocasse c'est que certains journalistes ou éditorialistes l'imitent. Ils jugent bon de flatter le monarque en l'imitant. Ca s'est déjà fait!
Ce "parler mal" - "parler vrai" est évidemment maîtrisé par Sarkozy.
A noter également cette petite référence footballistique bien placée: on en change pas de stratégie "ou de système de jeu pour prendre l'image du foot"... C'est vrai que la comparaison était nécessaire pour que ces incultes de travailleurs puissent saisir le sens du discours: "stratégie", c'est un mot un peu compliqué quand même. Chez les populos, il faut passer par le foot pour parler politique, c'est bien connu.
Tout est calculé. La faute même du "qu'est-ce que j'm'aperçois" est trop grosse, trop flagrante: Sarko copie grossièrement un parler populaire qu'il imagine plus qu'il ne connait.
Je crois que ça fait partie d'une certaine culture de droite, cette façon de parler. J'ai eu un patron un peu comme ça : hyperactif, hyper à droite et parlant comme un charretier pour faire plus vrai, plus "pragma" (style je parle comme celui qui a les mains dans le cambouis, et j'assois ma légitimité et l'image de ma bonne compétence de mec qui en a, quoi... Je suis pas une tarlouze d'intellectuel qui fait des beaux mots dans des livres et sert à rien, moi...). Ce qui est lamentable, c'est pas que l'institution Président de la République parle comme ça (enfin, si, ça l'est aussi, quand même...), mais c'est que les Français aient eu envie de voter pour ça, que ça ait marché. Ca, ça pose vraiment question. Pour moi, ça, c'est la vraie question suite à cette émission.
Je trouve parfaitement scandaleux que des journalistes mettent entre guillemets des propos qu'ils ont eux-mêmes corrigés.
C'est une faute professionnelle car, par définition, les guillemets sont utilisés pour indiquer une citation verbatim.
Lorsque Quatremer recevra une photo de Sarkozy l'air fatigué et les traits tirés, il la passera par Photoshop pour la "lisser"?
Je ne comprend pas les journalistes qui mettent en exergue le français écorché par Sarkozy, comme s'ils venaient de découvrir cette propriété de l'élocution présidentielle. Ca fait pourtant des années qu'il s'exprime avec une telle vulgarité ; d'ailleurs Judith était là dès 2005 pour nous le faire remarquer. la communauté des journalistes - Kahn et deux-trois autres mis à part - a fait comme si de rien n'était depuis tout ce temps, et ça ne choquait personne d'élire un homme qui ne sait pas faire une négation ni une liaison, et qui traîne dans la boue de sa vulgarité ceux qui l'écoutent. Servir les plus riches et niveler le reste des français par le bas, voilà visiblement le principal dessein de cet homme...
Qui a dit :
Nous avons le devoir pour nos enfants, pour l’avenir de la civilisation mondiale, pour la défense d’une certaine idée de l’homme, de promouvoir la langue française. Si je suis élu, je mettrai la francophonie au rang des priorités diplomatiques de la France. Je renforcerai tout à la fois le dispositif de l’action culturelle de la France à l’étranger et l’aide à la création, parce que c’est par la création que le Français rayonne.
Je veillerai à ce que dans les entreprises installées sur le territoire français la langue de travail soit le Français dès lors qu’il n’y a aucune nécessité économique ou commerciale qui oblige à s’exprimer dans une autre langue. Je me battrai pour que, dans les instances européennes et à l’ONU, le Français continue d’être employé. Ce sera naturellement une obligation absolue pour tout représentant de la France dans des organisations internationales.

Réponse

Traduction pour le peuple :
Je crois qu't'a l'devoir en tan' qu' présidant de promouvoir la langue Francaise. J'ai pas été élu pour parler comme une vache espagnole – sans vouloir vexé les Espagnoles, hein, hein, haha – Moi j'vous dis, on va parler français partout fissa ou alors ça va jouer grave du karcher !!!

Bon, maintenant, si on revenait aux choses sérieuses. Par exemple, que sont devenus les millions de la caisse noire de l'UIMM et qui a intérêt à ce que personne ne le sache jamais ?
J'ai transmis cette vidéo à mon fils (33 ans, cinéaste, père de famille)...il ne connaissait pas...Il m'a dit "moi, ça me fait marrer..." et de m'expliquer que ce buzz, sur la forme, sert en réalité à couvrir le manque de remise en cause du fond de la politique actuelle du gouvernement.
Je comprends alors pourquoi Sarkozy peut se déclarer satisfait "d'avoir la forme"...

Je me demande si je ne devrais pas, moi aussi "en rire"...
Car, à bien y regarder, cette com' semble beaucoup plus maitrisée que ce que vous pensez...
Car, à bien y regarder, cette com' semble beaucoup plus maitrisée que ce que vous pensez...

je suis tout à fait d´accord . n´oublions pas la com de bush ( ainsi que reagan, dans une certaine mesure) qui écorchait volontairement la langue de son pays pour se faire passer pour un vrai texan qu´il n´était pas. Issu d´une famille bourgeoise de nouvelle angleterre , il a eu besoin de ce subterfuge pour se faire accepter à dallas.
Cela ressemble presque à un cas d´homme politique originaire des hauts de seine qui chercherait à se faire accepter par la "populace" qui vit en dehors de son ghetto pour riches. Et qui de surcroit s´inspire largement de ce qui se passe outre atlantique avec son beau T-shirt "Haine-ouaille-pidi"quand il va faire son jogging. Com super maitrisée où le personnage politique devient un héros de série télé pour attirer le vote de ceux qui passent beaucoup (trop ?) de temps devant le petit écran. Ceux là même qui ne lisent pas la princesse de clèves et qui ne réalisent pas à quel point le petit préz les méprise, et prépare uen politique élitiste qui tend à supprimer les cours "inutiles" dans les écoles [s]pour pauvres[/s] publiques pour les réserver aux "méritants". pas besoin de socrate pour visser des boulons. Profondément dégueulasse comme le dit si bien madame cassin.

A revoir la très belle définition du français "numéro 1" et français "numéro 2" dans Saint Jacques la Mecque avec Muriel robin dans le ròle de la prof
Extension du sujet.


]Le parler des journalistes[/b].L'avalement du "e". Hier, sur la chaîne météo: "Pas mal de nuages circul'ront ..;" "ils avanc'ront ..."

Langue française et pratiques sociétales en devenir.
Nos voisins britanniques sont plus malins, pas de sexe pour les noms, seulement une adaptation phonétique de l’article. C’est nettement plus pratique. Ainsi, on ne verra jamais un médecin devenir une médecine !
L’art et la manière de vivre une langue, sujet qui masque bien des réalités.
Pragmatisme british encore, men pour désigner l’espèce et, pour le sexe des humanoïdes, man and woman. Les Frenchies n’ont que le mot homme qui désigne à la fois l’espèce et le sexe masculin !
Remarque : femme est le féminin de mari. C’est à tort qu’on l’emploie comme féminin d’homme.
Pratiques administratives désuètes : un garçon devient Monsieur dès sa majorité mais une fille non mariée reste toute sa vie une demoiselle. Pourquoi ne deviendrait-elle pas Madame à dix-huit ans ?
S’il n’y a plus de Damoiseau, il n’y a plus guère de Dame Oiselle, n’est-il pas ?
Je prends toute liberté de mélanger les langues qui, de tout temps, se sont infiltrées les unes dans les autres selon les migrations. Ceci n’empêche pas de goûter les bons textes quelle que soit l’époque ou la langue.
Une des pires étant Colombe Schneck que j'écoute avec beaucoup de "souffrance". Quand elle a reçu l'équipe d'@si pour l'émission littéraire, Daniel Schneidermann (cité dans une phrase) est devenu D'nel Schneidermann et tout est à l'avenant.
Écouter Colombe Schneck est déjà une souffrance en soi.
lorsque le président n'a pas de texte écrit, il fait des fautes de français et quand il a un texte écrit, il fait des fautes de goût à la limite de la nausée (voir le discours de Dakkar ou celui à la basilique du Latran sur la laïcité, ou...etc...)
j sais pas trop koi en penser. C vrai pour un chef d'Etat, c po terrible, de prendre le bon peuple pour un tas de couillons et de travailler des formules populo; A voir les articles en ce moment sur le sujet, on sent bien que tout cela est organisé et plannifié. Comment se fait il que depuis une semaine tout le monde en parle alors que des fautes il en commet régulièrement. Qui a commis ce plan de com' suivi de pret par ASI, La Rue, Le Monde, repris sur Yahoo etc??Quelqu'un voudrait il nous faire croire au hasard? Ou quelqu'un préférerait il nous dire la vérité sur ces plans de com' très suivis dans le journalisme parisien, et surtout par ces médias si indépendants...?
Si ces discours sont volontairement truffés de fautes pour faire populo, on atteint les sommet de l'absurdité en terme de com. Sans compter que c'est lamentable et insultant ... et méprisable.
On en est réduit à reprendre les discours du Président de la République.
La honte!
Les discours du chef de l'état corrigés commes des devoirs de CM2!

On peut aussi corriger ses raisonnements?
Non!
Zut.

Encore trois ans.
Je préconise que pour qu'il puisse se représenter en 2012 il passe un examen
de français avec comme épreuve obligatoire un commentaire de "La princesse de Clèves".
Pourquoi alors le site de l'Élysée laisse les fautes? Il serait intéressant d'avoir leur avis.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.