74
Commentaires

Où s'informer sur la crise ? @si a pris son sac à dos...

D'où vient la crise financière ? De quand date-t-elle ? Comment s'est-elle propagée ? Y a-t-il des responsables, ou bien est-ce tout un système qui est responsable ? Ni les jités, soir après soir, ni les quotidiens, ne permettent toujours aux non-spécialistes de comprendre les mécanismes de la crise, au jour le jour.

Derniers commentaires

Vous oubliez un incontournable: la crise expliquée aux pigeons sur youtube. C'est du groland mais je trouve que ça résume très bien l'histoire.
si vous voulez avoir une idée de ce qu'est la FED et le dollar (et que vous êtes un lecteur patient car l'article est très long mais très documenté)
voici un site à voir :
www.horizons-et-debats.ch/31/31_21.htm

je vous invite aussi a lire mon blog : http://millesime.over-blog.com

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je signale que j'ai publié un "Episode 2" de mon billet "Bulles, krach et rebonds !" à destination de mes élèves, avec qui je dois parler cette semaine en cours de SES de la création monétaire et du crédit : c'est le programme de 1ère ES, et l'actualité me facilite les choses ! Alors autant "surfer" dessus.
Donc, j'ai fait un billet spécial sur ce qu'est la création monétaire, en quoi elle a été excessive aux Etats-Unis, comment y remédier etc. Toujours le même objectif : faire pas trop long, pas trop technique mais rigoureux, avec des illustrations par des dessins de presse, des infographies, des vidéos etc.
C'est là : http://myses.blogspot.com/2008/09/bulles-krach-et-rebonds-episode-2.html

Merci encore à Dan pour les trois "krachs d'or" décernés au premier billet. Ca fait plaisir !

Rémi Jeannin
Un autre lien sur les origines de la crise avec une vidéo de 56 minutes :
Faillite du libéralisme : États-Unis, la richesse à crédit

Site La Cause du Peuple
Je décerne 3 krachs d'or à cette vidéo (L'argent-dette):
http://vimeo.com/1711304?pg=embed&sec=1711304
Une blog/revue de presse sur le sujet:

http://pressecrackimmo.canalblog.com/
pour vous informer voici un site:
http;//
millesime.over-blog.com
la crise financiere les premiers responsables les politiques qui ont laisse le champ libre aux financiers .Depuis l'ere sarkozy encore plus (l'argent roi)Il parle de revoir les parachutes dores mais ce sont les politiques qui ont laisse faire ce systeme. mais on ne parle pas pour renflouer les caisses de reglementer les paradis fiscaux.Qui sont les grands amis de l'ere sarkozy. notre pays rentre en ressession le chomage augmente les usines partent ou ferment et le president avec son epouse part un weekend luxieux à new york .Qui a paye la facture notre argent ou le leur.Quand j'ai entendu sur canal plus qu'is etaient descendus dans le plus grand hotel luxieux.J'en ai ras le bol de ces derives financieres.par contre tf1 et la 2 motus bouche cousue .On cherchait 1 milliard pour le ras on etait là a gratter les fonds de tiroir.On impose le français moyen pour financer ce proget meme si au depart le ras je suis d'accord mais pas pour le financement que le gouvernement a concocte.En fin d'annee on aura sur les contributions sociales du 12 pour cent et quelque et tout d'un coup pour des financiers prives on trouve des milliards.On se fou de nous.Je pense que la caisse de mon pays entre les mains de l'ere sarkozy sera plus que vide et la dette collossale .Si le politique qui a ete elu aurait fait son travail de politique on en serait pas là.
Minc, Baeverez, Marseille,... (et j'en oublie) peuvent-ils nous expliquer ? D'ailleurs, il semblerait qu'en ce moment, on les entende moins ! Sont-ils en récession intellectuelle et théorique ?

ils sont en train de réviser le chapitre " la faute du (non) consommateur". Prochain débat sur tous les plateaux télé : " Faut -il sanctionner les non- consommateurs et tous ces mauvais coucheurs qui se refusent à voir le génie et la transcendance du libéralisme ?"
Dans "légranmédia", on nous explique ces derniers jours que la Crise va entraîner la Récession en France. Expliquez-moi, j'ai peur de ne pas comprendre ! D'après l'Insee la croissance a enregistré un chiffre négatif (- 3%) au second trimestre. Le second trimestre correspond-il aux mois d'avril, mai et juin ? La crise, avec son cortège de défaillances du système financier et d'annonces d' interventions politiques en rupture avec les canons néo-libéraux, s'est révélée dans le courant du mois de septembre. Comment cette crise du mois de septembre a-t-elle pu déclencher le début de la récession avec ce mauvais chiffre du second trimestre ? Quel grand économiste tel que Minc, Baeverez, Marseille,... (et j'en oublie) peuvent-ils nous expliquer ? D'ailleurs, il semblerait qu'en ce moment, on les entende moins ! Sont-ils en récession intellectuelle et théorique ?
Entendu ce matin , sans doute quelqu'un de l'opposition :) : " il ne faut pas parler de récession mais de croissance négative". Personne n'a repris ce dangereux personnage.
Salut,

juste un petit lien en direction du site inofficiel (excellent) de "Là-bas si j'y suis" (Daniel Mermet et Co sur France-Inter).

Émission du Mardi 30.09.2008 avec Frédéric Lordon:
Bienvenue à bord du Titanic financier !


Très bon site avec toutes les émissions depuis 2001...
j'ai trouvé celui-ci :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=27993
Ce que Lordon dit dans l'émission de Mermet

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1510

c'est que, si les gouvernements sont contraints d'injecter de l'argent public pour nous éviter une catastrophe, cela ne peut pas se concevoir sans contrepartie, sans conditions draconiennes concernant la surveillance et la règlementation de la circulation des capitaux.
Va-t-on enfin voir la fin des paradis fiscaux, où des milliers de compagnies écran permettent à des milliards d'euros ou de dollars d'échapper aux impots ? Lesquels impots vont quand même servir à colmater les brèches, venir à la rescousse de ces apprentis sorciers.

Si les dirigeants des grandes compagnies sont si follement rémunérés, c'est que leur boulot consiste à assurer des rentabiltés maximum aux actionnaires, en comprimant les couts, notamment salariaux, en licenciant, etc... cela vaut bien les quelques millions d'euros que leur accordent généreusement les conseils d'administration.
L'émission de France 5 c'est dans l'air est tres bien faite également pour ceux que ca intéresse voici les liens:

La crise financière et la communication
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_article=3486&date=2008-10-01

L'impact sur l'immobilier
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=invites&id_rubrique=981#centre
Que dire ? sinon merci pour cette abondance d'informations.
Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ? Badiou de badiou !....
Que dire ? Que faire ? sinon s'extasier, vous féliciter et vous remercier pour ce formidable travail de décryptage à la fois informatif et pédagogique.

L'expression d'utilité publique n'est même plus à la hauteur sur ce coup-là. On devrait parler d'excellence ou d'extase ou encore d'urgence de santé publique ! Que sais-je encore ?

En tout cas, je vote et je fais du buzz autour de moi.


[large]BIG UP BIG UP BIG UP pour Dan !!![/large]
Pour moi, il y a 2 sites "4 Krachs d'or", qui permettent de comprendre la crise sans se laisser enfumer dans des explications techniques qui n'expliquent rien :
- Frédéric Lordon
- Jacques Sapir
Ces 2 articles (signalés par de nombreux @sinautes) exigent un peu d'attention, mais sont compréhensibles par des non-spécialistes.
Ils MONTRENT que des actions purement techniques et/ou réglementaires seront forcément inefficaces.
Pour les plus avertis, en anglais (désolé) :
naked capitalism
big picture

Les magazines spécialisés :
The Economist
Risk

Les blogs, en particuliers nakedcapitalism.com valent vraiment l'effort, je trouve.
Lorsque Nora C. parle du "Daily Reckoning", il s'agit de la version US de la Chronique Agora, voir les sites http://www.dailyreckoning.com/ et http://www.la-chronique-agora.com/

Bill Bonner dans ses oeuvres ...
--
Laurent
• Cerise a tout à fait raison de signaler l'excellente émission que « Là-bas si j'y suis » vient de consacrer à la crise, avec Frédéric Lordon comme invité. Il convient d'ajouter que F. Lordon a récemment publié sur son blog (« La pompe à phynance ») un long texte (« Changement d’époque ? Crise financière et délabrement néolibéral ») qui est la conclusion de son livre intitulé Jusqu'à quand ? L'éternel retour de la crise financière (à paraître prochainement). Ça se trouve ici : http://blog.mondediplo.net/2008-09-08-Changement-d-epoque

• J'ai découvert la « pompe à phynance » de F. Lordon grâce à l'excellent site de recension Rezo.net (http://rezo.net/large). Autres trouvailles que je dois à Rezo.net :
1. Sur le site de L'Humanité, Lordon a également publié, en tribune libre, l'introduction et des extraits du chapitre 5 du même ouvrage. Ça s'appelle « Pour en finir avec les crises financières » (http://www.humanite.fr/2008-09-25_Tribune-libre_Frederic-Lordon-pour-en-finir-avec-les-crises-financieres). À ne pas manquer.
2. Une version plus développée du texte (excellent en effet) de Jacques Sapir vient d'être mise en ligne (avant correction, mais bon…) sur un autre site, sous le titre « Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long » (http://regulation.revues.org/document4032.html).
3. « La crise financière : entretien avec Michel Aglietta », sur le site de la Fondation Copernic (http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article180)

Il existe bien d'autres sites, sans doute moins consensuels que la rubrique Économie du Figaro, mais sans doute également dignes d'intérêt. On peut ne pas être d'accord avec les conclusions, mais les analyses sont intéressantes (et souvent aussi les commentaires !), surtout au moment où les médias officiels emboîtent le pas au gouvernement et se répandent en propos (qui se voudraient) rassurants. Voici quelques-uns de ces sites :

Alternatives économiques (http://www.alternatives-economiques.fr/) On y trouvera par exemple l'article de Christian Chavagneux intitulé « Le rejet du plan Paulson plonge la finance dans une double crise ».

Le Blog Immobilier (http://www.le-blog-immobilier.com/). Comme son nom l'indique, surtout centré sur l'immobilier, mais avec souvent des infos d'ordre plus général.

Carnets de nuit (http://carnetsdenuit.typepad.com) Beaucoup de polémique, mais souvent de bonnes analyses

Contre Info (http://contreinfo.info). Propose souvent d'excellents textes traduits de l'anglais, notamment les analyses de Nouriel Roubini (désormais célèbre pour avoir, à l'automne 2006, prédit point par point la crise actuelle et son déroulement). On se demande bien pourquoi les médias français évoquent à peine le nom de Roubini. Voici l'adresse de son blog (en anglais) : http://www.rgemonitor.com/roubini-monitor

• L'excellent site belge de defensa (http://www.dedefensa.org) fait le lien entre la crise financière et son contexte idéologique et politique. Souvent très bien vu. Vous n'avez pas remarqué que les anayses officielles de la crise s'abritent derrière des explications moralisantes (cupidité, erreurs d'appréciation, etc.) qui sont franchement comiques ? Autant se cacher derrière son petit doigt…

La Fin du Capitalisme (http://www.lafinducapitalisme.net) propose les analyses très claires et ne manquant pas d'humour de son auteur (anonyme), Aureliano Buendia. On peut ne pas être d'accord avec les conclusions, mais l'analyse des mécanismes vaut le détour. (À découvrir, même si on n'est pas fan de García Márquez…)

• Sur le blog de Paul Jorion (http://www.pauljorion.com/blog), économiste et anthropologue, on trouve des éclairages souvent très fouillés et toujours très pédagogiques sur la crise actuelle. Les posts de Jorion sont fréquemment repris sur Contre Info, parfois aussi sur Rue89.com. Enfin, Jorion publie également des tribunes dans Le Monde.

• Intitulé Radical Chic (http://www.radical-chic.com), le blog de Guillermo s'est très souvent intéressé à l'économie ces derniersd mois. Intelligence et humour.

• Sur son blog « atlantiste » Tropical Bear (http://tropicalbear.over-blog.com), Loïc Abadie, bon connaisseur de la finance côté trading, propose des analyses souvent très techniques, mais sans concession pour le système financier.

• Enfin, sur son blog « The Conscience of a Liberal » (http://krugman.blogs.nytimes.com) aussi bien que dans sa chronique du New York Times (http://topics.nytimes.com/top/opinion/editorialsandoped/oped/columnists/paulkrugman/index.html), Paul Krugman (qui certes n'a rien d'un révolutionnaire ou d'un anticapitaliste) fait preuve de beaucoup de clarté, de bon sens et d'humour. C'est bien sûr en anglais, mais on trouve assez souvent une traduction française sur le site (déjà mentionné) de Contre Info (http://contreinfo.info/).

Voilà. Il y en a sans doute pour tous les goûts. Bonne lecture, et ne vous laissez pas enfumer par le discours officiel…
Oui c'est bien de pouvoir comprendre comment la crise actuelle a commencé mais il est encore plus intéressant de savoir quelles sont les conséquences a venir et comment se protéger financierement. Je vous conseille MoneyWeek, un magazine économique qui vous donne les bonnes clés pour comprendre les bons investissements á faire des maintenant. Je lis également la chronique du Daily Reckoning (en anglais) qui explique tres bien pourquoi nous en sommes lá (plutot d'un point de vue américain). Dans les grandes lignes, ils anticipent que l'or va doubler pour arriver á 2000 dollars l'once car le dollar se casse la figure (du a la crise et la politique désastreuse des Etats Unis), donc l'or devient la valeur refuge.
Avis aux amateurs...
Il y a une différence entre la crise actuelle et Tchernobyl ; je ne comprends pas les raisons des mensonges de l'État en 86 (j'avais 5-6 ans à l'époque), mais ceux actuels sont clairs.

Le gouvernement ment sciemment sur la crise en nous assurant que les banques françaises sont "solides", etc. pour éviter des réactions de panique.
Ces réactions se manifesteraient sous la forme des clients retirant leur argent des banques.
Les banques investissant leur argent à plus ou moins long terme, elles ne peuvent rembourser à un moment donné tout l'argent qu'elles gèrent (pour ceux qui ont un crédit à long terme, vous pourriez rembourser votre emprunt pour demain ? La banque a besoin de l'argent pour rembourser ses clients.)

Donc, pour éviter une panique qui provoquerait une amplification de la crise, il faut rassurer, et pour ça: double langage :
- pour la masse la plus bête et servile (ceux dont la seule et unique source d'information est le jt de TF1 par exemple), on les assure de la solidité des banques, de l'ilot français qui ne rompt jamais, etc... De toutes façon ça marche, ils croient ce qu'ils voient/entendent.
- pour les autres (les lecteurs de ce forum entre autre, qui s'informent à plusieurs sources), deuxième discours : l'État assurera qu'aucun établissement bancaire ne coulera (en même temps, on sait aussi que l'État est ruiné, et que cet argent viendra de nouveaux impôts et taxes).

Le paradoxe de "la crise ne touchera pas la France mais on prend quand même des mesures" est résolu.

Le dindon de la farce, c'est Lagarde : elle est obligée de mentir et de passer pour une conne, ce qu'elle n'est pas (il suffit de voir sa carrière avant l'entrée au gouvernement).
Sarko, toujours premier quand il s'agit de fuir les responsabilités, a déjà commencé à la transformer en fusible, et elle sautera certainement au prochain remaniement.

Notons quand même que quand ça va, c'est grâce aux réformes (chômage en baisse il y a quelques temps), et quand ça chute, c'est la conjecture (chômage en hausse en ce moment).

Et pour finir, un article de maitre Eolas sur un autre mensonge de l'État, actualité d'aujourd'hui (et ce n'est pas la crise !)
Article trés intéressant. Mais je vous trouve un peu dur avec Le Monde, moi qui ne m'informe presque exclusivement que par ce journal. J'ai en effet lu plusieurs articles pertinents sur la crise dans ce journal, son origine, son enchaînement depuis 2007, des analyses d'économistes ... Relisez Le Monde ces dernières semaines et vous verrez que j'ai raison.
Excellent article, très bien écrit et très complet.
Asi comme on l'aime !
Bon ben puisque chacun y va de son lien, de son blog, de son émission... je propose modestement celle de Daniel Mermet sur France Inter du 30 septembre que l'on peut ré-écouter : "là-bas si j'y suis" invité : Frédéric LORDON, économiste, chercheur au CNRS. Edifiant !
Tout d'abord, le dénommé Tropical Bear a fait un excellent travail sur l'intégralité de son blog consacré à la déflation en cours: http://tropicalbear.over-blog.com/
C'est béton, sérieux et très bien argumenté ...

On peut aussi faire mention de l'excellente émission de Frédéric Taddei sur France 3, que j'avais mentionnée ici:
http://www.leblogfinance.com/2008/09/exclusif-george.html
(il faut vraiment la regarder jusqu'au bout!)

Une autre excellente émission est présentée ici: http://www.leblogfinance.com/2007/09/frdric-taddi-et.html
(meme chose, il faut tout regarder!)

De notre coté (un peu de pub!), on a essayé d'informer les gens en temps réel bien avant que les media n'en parlent: http://www.leblogfinance.com/

Quelques exemples: http://www.leblogfinance.com/2007/07/subprimes-toujo.html
http://www.leblogfinance.com/2007/08/un-exemple-de-v.html
http://www.leblogfinance.com/2007/11/hsbc-prochaine-.html
http://www.leblogfinance.com/2007/11/subprimes-wacho.html
http://www.leblogfinance.com/2007/12/morgan-stanley.html
http://www.leblogfinance.com/2008/01/soupon-de-dlit.html

Plus récemment, http://www.leblogfinance.com/2008/01/les-embtements.html
http://www.leblogfinance.com/2008/04/attali-une-cris.html
http://www.leblogfinance.com/2008/08/spreads-sur-obl.html
http://www.leblogfinance.com/2008/09/quel-plaisir-de.html

Enfin, pour les anglophones, un site de référence reste celui de Barry Ritholtz: http://bigpicture.typepad.com/
Ce type est un vrai gestionnaire de fonds, qui ne se prend pas au sérieux et qui informe clairement.

Finissons en rigolant avec: http://www.wallstrip.com/2007/12/20/12-20-07-haha/
(et faites bien attention aux paroles, c'est vraiment bien fichu!)

Bien à vous,
--
Laurent
S'informer sur la crise ?
Certainement pas sur le blog de Jean Michel Aphatie.
Hier, on a pu y lire des posts antisémites, toute la journée.
Ces posts s'inquiétaient du nombre de juifs à la tête des finances américaines : "doit-on les garder à ces postes de responsabilité ?" ( sic !)
Autre variante : "est-il normal d'interrompre les cotations de Wall Street pour cause de Nouvel An juif ? "
La difficulté de cet exercice pédagogique réside sur la compréhension des procédures financières américaines qui ne sont pas toutes transposables à notre échelon européen. Du coup, on ne sait jamais si cela peut nous arriver ou non.

Par contre, récemment, je trouve beaucoup plus parlant les exemples chez nous des crédits-relais : ceux qui ont anticipé un mouvement à la hausse de la vente de leur maison ont toutes les chances d'être les prochains cocus de l'histoire si le coup d'arrêt dans l'immobilier est confirmé.
http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=credit_hypothecaire

:-)
Très bon boulot, sur le fond et la forme.

Je serais super intéressé.... si j'avais 3 sous de côté.

edit de conjugaison : je copierera 10 fois l'accord des temps du condionnel
La Revue de la Régulation. Capitalisme, Institutions, Pouvoirs publie en avant-première sur son site une analyse de la crise financière par Jacques SAPIR: "Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long", version fortement remaniée et actualisée du texte signalé par ASI sur le site d'André Gunthert

Vous pouvez consulter cet article à l'adresse suivante:

http://regulation.revues.org/document4032.html

Bonne lecture !
La réalité de ce monde passe par le truchement des marchés et de tous les mécanismes financiers,
le reste n'étant que de l'habillage.
Malheureusement peu de monde ne s'y intéresse, hormis ceux qui ont quelques billes placées dans ce système.
Encore faut t'il une bonne crise pour que monsieur lambda sorte la tête de son sac,
la peur au ventre en regardant la lourde menace sur son livret A.
La politique est toujours au service du financier et inversement.
Les rouages de cette mécanique sont complexes, comme le jargon du trader
et c'est aussi la raison pour laquelle nous arrivons à des crises sans nom,
tant le système s'est complexifié, étouffant du même coup les grands analystes bancaires.
Ile flottante ou Iceberg, tout dépend de ce que nous voulons bien regarder.
Denis Robert et Clairstream, une saga qui se paye comptant.
Les Hedge funds restent une nébuleuse pour celui qui ne connaît que le placement à la caisse d'Epargne,
même si Natixis est étroitement lié à la Caisse d'Epargne.
Donc monsieur lambda , avec son épargne pépère, participe indirectement à cette folle course au profit purement spéculatif.
Cette pièce du rouage, négligeable, devient une tragédie quand tous les monsieurs lambda veulent récupérer
en même temps leurs économies.
Nos banquiers cyniques oublient très vite que les petites fourmis vivent pas très loin d'une fourmilière,
sauf quand le miel vient à manquer.
Alors le politique rassure, pour éviter l'implosion du système, car si il y a des garanties
pour les épargnants, limitées à théoriquement 70 000 euros par compte, le dernier chifffre avancé serait de 30 euros,
ceci dans la limite des stocks disponibles.
Dans la finance, contrairement au BTP, le manque de fondation n'est pas un problème;
car même si l'argent venait à manquer, la planche à billet ne serait pas en reste.
Mais ceci est une autre histoire....et il faut toujours faire confiance à la justice de son pays....
comme dit Denis Robert...
Blog de Denis Robert
Voici le copier-coller du texte de Laurent Levy, intitulé « Une privatisation des fonds publics », publié le 30/09/2008 sur le site « Les Mots Sont Importants ».
L'auteur analyse l'emploi abusif du mot « NATIONALISATIONS » à propos des aides publiques octroyées aux banques depuis le déclenchement de la crise monétaire mondiale.

Le texte original se trouve sur: http://lmsi.net/spip.php?article805

On n’entend plus que ce mot là: « NATIONALISATIONS ».
Les Belges, nous dit-on, auraient nationalisé une grande banque, à l’imitation de ce qu’aurait fait le gouvernement des États-Unis. Ce mot, sorti par la porte du vocabulaire politique d’une gauche devenue sociale-libérale depuis 1983 revient ainsi par la fenêtre dans celui de la droite néo-libérale. Mais comme il se doit, c’est au prix d’un pervertissement complet de son sens.
Article:
Si les nationalisations ont trop souvent pris la forme de simples étatisations, leur vocation dans les politiques de gauche était de restituer à la collectivité nationale les moyens matériels, industriels ou financiers de la production et de l’organisation économique. Il s’agissait d’orienter l’économie dans un sens qui lui permette d’échapper à l’emprise du capital. La nationalisation, autrement dit, était un moyen de socialiser, de collectiviser certains secteurs de l’économie, pour déterminer de nouvelles logiques de production et de distribution.
De substituer à celle du profit, celle de l’intérêt public. De mettre en cause la domination privée de l’économie, le pouvoir de l’argent, le règne d’une jungle où les puissants se nourrissent aux dépens des petits.
Les nationalisations devaient ainsi concerner des secteurs sains, puissants, riches de l’économie, pour que cette richesse, cette puissance, cette santé économique cessent d’être orientées dans l’intérêt des boursicoteurs de tout poil, et puissent servir de levier à d’audacieuses politiques sociales et démocratiques, dans l’intérêt du plus grand nombre.
Il ne s’agit pas ici d’embellir le principe de ces nationalisations, ni de surestimer le potentiel qu’elles pouvaient représenter, non plus que les conceptions politiques générales qui y avaient présidé. La vérité est d’ailleurs qu’un tel programme n’a jamais été vraiment réalisé, faute sans doute d’un courage politique suffisant, faute par le gouvernement de la gauche, de 1981 à 1983 d’avoir su, voulu, cherché à s’appuyer sur un mouvement populaire actif, et sur une démocratisation radicale des secteurs économiques ainsi nationalisés.
Mais cela n’autorise pas à y assimiler la tentative de sauvetage d’un système financier prédateur par le renflouement sur le dos des contribuables – et donc au préjudice de toute politique sociale – des caisses des spéculateurs.
Les opérations en cours dans divers pays capitalistes n’ont rien à voir avec ce que l’on pourrait appeler des nationalisations: non seulement il n’est pas question de remettre à la collectivité les pôles les plus forts de l’économie, mais bien au contraire, on demande à la collectivité de mettre la main au portefeuille pour fournir des béquilles à un système bancaire et financier affaibli par la logique même de leur fonctionnement naturel; de lui donner, en somme, un souffle nouveau pour pouvoir reprendre le cours de son règne sans partage sur le monde et sur la vie des plus humbles.
Loin de donner à un secteur public développé les moyens sur lesquels le capital assoit sa domination, il s’agit de donner au capital les moyens de la poursuivre. Ce n’est pas à la nationalisation des banques que l’on assiste, mais à la privatisation des fonds publics.
Vous oubliez ATTAC (ATTAC france)
Très bons articles, vidéos explicatives, conférences, etc...

pour la crise c'est : ici, je vous le conseille vivement.(video pour lecteurs flemmards)
J'ai commencé à lire un peu ce que Dan a listé, et c'est globalement la même chose: le capitalisme dangereux et débridé.

Alors mesdames et messieurs les @sinautes, laissez-moi vous rappeler gentiment que le capitalisme dangereux et débridé, ça n'existe pas. Le capitalisme à l'américaine est bridé.

Il y a des instances de régulation. Elles étaient en éveil au moment des faits.

Mais oh surprise, elles ont laissé faire.

En fait, le Congrès a même passé des lois encourageant les banques à augmenter le nombre des prêts subprime !!

Comprenez bien que les gouvernements travaillent pour l'intérêt de l'élite dirigeante, l'intérêt du 1%.

Le Système de la Réserve Fédérale a intentionnellement changé les taux pour faire retirer l'argent des banques, et faire croire que ceci est un problème de liquidité:
De Karl Denninger
The Effective Fed Funds rate has been trading 50 basis points or more below the 2% target for five straight days now, and for the last two days, it has traded 75 basis points under. The IRX is demanding an immediate rate cut. The Slosh has been intentionally drained by over $125 billion in the last week and lowering the water in the swamp exposed one dead body - Washington Mutual - which was immediately raided on a no-notice basis by JP Morgan. Not even WaMu's CEO knew about the raid until it was done....The Fed claims to be an ‘independent central bank.’ They are nothing of the kind; they are now acting as an arsonist. The Fed and Treasury have claimed this is a ‘liquidity crisis’; it is not. It is an insolvency crisis that The Fed, Treasury and the other regulatory organs of our government have intentionally allowed to occur.
Le taux des Fonds Efficaces Fédéraux a échangé 50 points de base ou plus sous la cible de 2% pendant 5 jours entiers, et ces deux derniers jours, il a chûté de 75 points de base. Le IRX demande une coupe immédiate du taux. The Slosh a été intentionnellement coupé de plus de 125 milliards la semaine dernière et abaisser l'eau du marécage a exposé un cadavre - Washington Mutual - qui fut immédiatement raflé sans préavis par JP Morgan. Même le boss de WaMu n'était pas au courant de l'OPA avant qu'elle n'a été menée... La Réserve Fédérale prétend être une "banque centrale indépendante;" Elle n'est rien de telle; elle agit comme un pyromane. La Réserve Fédérale et le Trésor ont prétendu que ceci est une 'crise de liquidité'; c'est faux. C'est une crise de faillite que la Réserve, le Trésor, et les autres organes régulateurs de notre gouvernement ont intentionnellement laissé se produire.

De Mike Whitney
If there's going to be a bailout, let's get it right. Paulson's $700 billion bill does nothing to fix the deep structural problems in the financial markets; it merely pushes the day of reckoning a little further into the future while shifting the burden of payment for toxic assets onto the taxpayer.
S'il y a un renflouement, que tout soit clair. La loi de Paulson à 700 milliards de dollars ne fait rien pour régler les profonds problèmes structurels dans les marchés financiers; elle ne fait que repousser la minute de vérité un peu plus loin dans le futur tout en déplaçant le poids du paiement des passifs toxiques sur le contribuable.


Get it !? GET IT ?

C'est Wall Street qui se défausse sur le peuple, rien de plus. Alors pas de cette merde chez nous, par pitié ! La régulation est inutile quand les gouvernants sont main dans la main avec les plus riches !
Ah, chouette, c'est l'article-bibliographie commentée que j'attendais depuis un moment (je comptais même vous signaler son absence criante) !

Pour ma part, j'ai surtout suivi/compris l'affaire grâce aux articles et aux éditoriaux de l'International Herald Tribune, cet été. Et j'ai fini par avoir une vue globale à force de lectures quotidiennes. Je ne saurais trop vous conseiller ce journal aux articles à la fois fouillés et limpides. C'est bien mieux que le Monde !
Pessin dans Le Monde d'aujourd'hui capture bien l'ironie de la situation
Ce qui est hallucinant à la lecture de l'éditorial du barbichu qui dirige Libération, c'est la facilité avec laquelle il s'exonère de toute responsabilité dans le fait qu'il donnait quasi exclusivement la parole aux économistes libéraux, stigmatisant systématiquement les "bourdieusiens" ou les "gauchistes", interdits d'expression dans le journal du banquier Rothschild.
Joffrin ose dire, avec un aplomb invraisemblable (accrochez-vous !) : "Depuis plus d'une décennie, les talibans du divin marché financier ont rejeté tous les avertissements, méprisé tous les contradicteurs et récusé toute tentative de régulation".

Alors que c'est lui qui est le directeur des journaux (Le Nouvel Obs' puis Libération) qui invitaient quasi exclusivement les Minc, Marseille, Élie Cohen, Denis Kessler, tous les économistes ou penseurs libéraux pour nous enfoncer dans le crâne qu'hors le marché, point de salut. Quand un économiste "de gauche" est invité, c'est un libéral comme Dominique Strauss-Kahn.
En une seule phrase, le cornichon Joffrin renvoie la responsabilité aux autres. À tout le monde sauf lui.
Ce type a un culot phénoménal. Il devrait faire de la politique. Il a même réussi à faire croire aux neuneus qui achètent son torchon que c'est un journal de gauche.

Bien entendu, ce n'est pas ASI qui peut dénoncer l'arnaque. Les journalistes étant employés d'un employé de Joffrin, on imagine la difficulté pour eux de mettre en cause le patron du patron.
Bravo Dan pour cette liste de liens. L'article de Sapir est excellentissime.

Au passage, professeur de Sciences Economiques et Sociales, j'ai commis un billet sur mon blog pour expliquer la crise à mes élèves de première et de terminale, avec le renfort de quelques dessins de presses, vidéos et liens vers deux articles d'économistes (Stiglitz et Wyplosz) dont les analyses de la crise sont très divergentes.

C'est là : http://myses.blogspot.com/2008/09/bulles-krach-et-rebonds.html

Pour Oblivion qui cherchait une explication "pour débutants encore plus débutants", j'espère que ça peut aider ! ;-)

Rémi Jeannin
merci pour la BD rue 89, j'ai enfin tout comprendu ))
Top de chez top ce boulot.
Face à la déferlante médiatique, je faisais ce constat d'absence d'article de fond. Dans bien des articles la prégnance du réel, ses sensations, sont trop souvent préférées à la lecture et l'élaboration des signes.
Merci Dan. J'ai de la lecture pour les prochains jours et j'espère être moins idiote sur le sujet de la finance, et pour ajouter un lien :

l'émission de Mermet que j'ai écouté cet aprem
Merci Dan.
J'ai lu les dessins bâtons pour débutants, j'ai rien compris.
Enfin si, juste quand il dit "ta mère !".
Y'a pas encore plus débutants ? :)
LOL
Le système financier actuel est mort, c'est un cadavre puant et le plan Paulson même remanié n'y changera rien, il alourdit considérablement la dette qui pèse sur chaque citoyen américain et du monde ; si c'est Lagarde qui a inspiré le plan Paulson, on a tout lieu d'être plus qu''inquiet en France et cela montre son niveau d'incompétence et de connivence avec les requins ; ce plan est une prime au banditisme, au lieu de neutraliser les coupables et de changer le système de fêlé qui leur a permis de se faire des couilles en or , on prétend éteindre un incendie avec du combustible. Ce système en failllite doit être mis en règlement judiciaire, tout ce qui est pourri doit être gelé et non renfloué, ce qui est sain et tourné vers l'économie physique doit être sauvé ; pour cela il faut rétablir le "Glass Steagall Act " de Roosevelt aux USA et le généraliser dans tous les pays: il s'agit de cloisonner de manière étanche les activités de banque de dépôt des activités de pur investissement financier (le casino financier), pour que les banques et les assurances arrêtent d'émettre du crédit pour n'importe quoi, de créer des obligations pourries, et d'alimenter les activités de piraterie sur l'économie physique provenant des hedges funds grâce aux crédits d'effet de levier qu'elles leur fournissent . Dès le 15 août 1971, avec la dénonciation des accords de Bretton-Woods , Lyndon Larouche a annoncé que le système financier irait à la catastrophe , tôt ou tard, et que les politiques entreprendraient une politique intérieure et extérieure de destruction des Etats-Nations; on l'a vu en France avec la destruction systématique des réalisations du programme du Conseil National de la Résistance réunissant après la 2° guerre mondiale résistants,, syndicalistes, gaullistes et communistes . L'abandon de l'émission de la monnaie par l'Etat contraint d'emprunter au taux du marché aux banques privées a engendré des politiques successives d'austérité alors qu'une banque nationale républicaine émettant du crédit productif pour les infrastructures, la recherche, les services et les entreprises publiques , les PMI PME créerait les conditions pour un développement ininterrompu et renouvellement de la qualité des biens et du niveau d'humanité.
Vous pouvez retrouver certaines de ces idées développées en France par Jacques Cheminade sur le site http://www.solidariteetprogres.org/sp_accueil.php3 et participer au combat pour une nouvelle conférence de Bretton-Woods, pour un VRAI nouveau Bretton-Woods pour sortir le monde de la crise malthusienne que nos dirigeants et idéologues ont bien voulu laisser s'aggraver .
Gérard
Le système financier actuel est mort, c'est un cadavre puant et le plan Paulson même remanié n'y changera rien, il alourdit considérablement la dette qui pèse sur chaque citoyen américain et du monde ; si c'est Lagarde qui a inspiré le plan Paulson, on a tout lieu d'être plus qu''inquiet en France et cela montre son niveau d'incompétence et de connivence avec les requins ; ce plan est une prime au banditisme, au lieu de neutraliser les coupables et de changer le système de fêlé qui leur a permis de se faire des couilles en or , on prétend éteindre un incendie avec du combustible. Ce système en failllite doit être mis en règlement judiciaire, tout ce qui est pourri doit être gelé et non renfloué, ce qui est sain et tourné vers l'économie physique doit être sauvé ; pour cela il faut rétablir le "Glass Steagall Act " de Roosevelt aux USA et le généraliser dans tous les pays: il s'agit de cloisonner de manière étanche les activités de banque de dépôt des activités de pur investissement financier (le casino financier), pour que les banques et les assurances arrêtent d'émettre du crédit pour n'importe quoi, de créer des obligations pourries, et d'alimenter les activités de piraterie sur l'économie physique provenant des hedges funds grâce aux crédits d'effet de levier qu'elles leur fournissent . Dès le 15 août 1971, avec la dénonciation des accords de Bretton-Woods , Lyndon Larouche a annoncé que le système financier irait à la catastrophe , tôt ou tard, et que les politiques entreprendraient une politique intérieure et extérieure de destruction des Etats-Nations; on l'a vu en France avec la destruction systématique des réalisations du programme du Conseil National de la Résistance réunissant après la 2° guerre mondiale résistants,, syndicalistes, gaullistes et communistes . L'abandon de l'émission de la monnaie par l'Etat contraint d'emprunter au taux du marché aux banques privées a engendré des politiques successives d'austérité alors qu'une banque nationale républicaine émettant du crédit productif pour les infrastructures, la recherche, les services et les entreprises publiques , les PMI PME créerait les conditions pour un développement ininterrompu et renouvellement de la qualité des biens et du niveau d'humanité.
Vous pouvez retrouver certaines de ces idées développées en France par Jacques Cheminade sur le site http://www.solidariteetprogres.org/sp_accueil.php3 et participer au combat pour une nouvelle conférence de Bretton-Woods, pour un VRAI nouveau Bretton-Woods pour sortir le monde de la crise malthusienne que nos dirigeants et idéologues ont bien voulu laisser s'aggraver .
Gérard
Comme on dit dans le milieu geek : GG Dan !

J'aurais aussi pas mal d'articles de Mike Whitney à proposer, sur le site de gauche très connu, Counterpunch (en anglais). Le raisonnement est plutôt facile: donner de l'argent à des banques en faillite ne résoudra aucunement le problème. Et créera de l'inflation et de la pauvreté.

On peut aussi écouter Ron Paul expliquer que les Américains vivent au-dessus de leurs moyens. Et que Wall Street déverse la facture sur le peuple.

http://www.lewrockwell.com/blog/lewrw/archives/022985.html
Excellente idée!

Des initiatives de ce genre seraient à mutliplier à l'avenir.

Je me souviens n'avoir jamais compris l'affaire Clearstream malgré la lecture de nombreux articles de presse et sur internet.

Ce serait bien de l'étendre à d'autres médias radio et tv par exemple mais j'imagine que cela sera nettement plus laborieux!

Mille bravos en tout cas!
Merci Dan pour votre article très complet qui va me permettre d'y voir plus clair. Je pense que je vais commencer par les petits personnages bâton.
Je compte sur ma lecture pour sortir des affects de tous genres qu'on nous balance (la peur , l'angoisse , la joie de la démolition du capitalisme...) et me faire ma propre opinion.

Alors encore merci.
Amicalement
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.