36
Commentaires

Olivier Berruyer, blogueur fâché contre médias hostiles

Complotiste, pro-Kremlin... C'est ainsi que certains chercheurs et journalistes ont qualifié le travail d'Olivier Berruyer, blogueur très influent du site les-crises.fr. Fâché, il a engagé une dizaine de poursuites pour diffamation. Revue de détails.

Commentaires préférés des abonnés

Olivier Berruyer fait un travail remarquable pour mettre en évidence les 2 poids 2 mesures permanents dans les médias mainstream. Il a vraiment raison de se défendre même si ça peut paraitre exagérer pour certains.


Face à un decodex du Monde qui souha(...)

Et si le fait que son avocat soit aussi celui de RT n'a pas eu beaucoup de poids, c'est sans doute que celui-ci est connu pour un tas d'autres choses, qu'il a même droit à sa page Wikipedia avec pour clients des candidats de télé-réalité, la ville de(...)

Je ne suis pas spécialement fan du bonhomme, mais quand je vois la liste de ses ennemis, il m’est de suite beaucoup plus sympathique !


Quelqu’un qui se fâche contre Joffrin et Quatremer ne peut pas être complètement mauvais.

Derniers commentaires

voici 3 extraits passionnants de la plaidoirie de Maitre Assous - et en particulier les aveux de Mme Vaissié elle-même

"Le deuxième témoin, l’historien-chercheur, nous a dit très spontanément, comme un cri du cœur : « J’imagine que Cécile Vaissié a réalisé des entretiens pour écrire son ouvrage ». Lui-même semble surpris quand je lui explique que tel n’est pas le cas. Priée de s’expliquer sur sa méthodologie, Madame Vaissié confirme même paisiblement : « Je ne suis pas journaliste. J’analyse des textes. Quand vous travaillez sur des textes des années 30, vous n’allez pas voir les gens ». Les bras nous en tombent… Est-il réellement nécessaire de l’aider à distinguer les vivants et les morts, l’exploitation de sources historiques avec le recul du temps et l’interprétation très subjective de prises de position « à chaud » ? Indépendamment de cette erreur épistémologique majeure relative au statut de ses « recherches » dont le caractère scientifique et objectif devient à la lumière de ses propres déclarations plus que douteux, ce refus catégorique de dialoguer avec ses contradicteurs la conduit à formuler de nombreuses erreurs grossières qui sont pourtant autant de pierres dans leur jardin : ainsi, page 179, consacre-t-elle deux pages entières à un colloque de 2010 (soit six ans avant son livre) qui, selon elle, « concrétise la collusion des réseaux du FN, des royalistes, des catholiques traditionalistes et du Kremlin », ce qui témoignait selon elle précisément de l’existence d’une nébuleuse « pro-Russes » à la botte de Moscou, hostile aux intérêts français… Pourtant, une simple conversation avec les personnes qu’elle cite et dont elle affirme qu’elles y ont participé lui aurait appris que ce colloque n’avait jamais eu lieu…"

..

"On me dit, par exemple concernant Olivier Berruyer, qu’il est « un actuaire qui ne connaît rien ni à la Russie ni à l’Ukraine, pourtant il a immédiatement pris des positions très marquées sur la guerre russo-ukrainienne ». C’est faux. « Il a immédiatement pris ». Mais la prévenue était incapable au début de ce procès, d’évaluer le nombre d’articles qu’il avait rédigés sur la question avant d’être en mesure de défendre ses actuelles convictions. Et entre hier et aujourd’hui, il y a manifestement eu un petit effort, que je salue, on a tapé sur un onglet, ah « 20 articles » ! Eh bien non. Des recherches, ce n’est pas le premier lien référencé sur Google. Il faut aller un peu plus loin, et lorsqu’on s’y emploie plus vigoureusement, on voit qu’il ne s’agit de rien moins que 370 articles dans lesquels Olivier Berruyer dénonce, en effet, un certain nombre de choses, tout comme il dénonce la violence, ou les atteintes aux libertés en Russie."

..

"Pour terminer, Monsieur le Président, madame et monsieur le juge – puisqu’après je vous renverrai à nos pièces et écritures, surtout à nos pièces – on ne me fera pas croire que quand on est universitaire, quand on est en quête de gloire, quand on est si heureux de passer à la télé, de répondre à toutes les interviews, de se dire spécialiste, on choisit la petite maison d’édition Les Petits Matins par hasard. Il y a deux possibilités. Soit toutes les autres maisons d’édition ont jeté votre manuscrit parce qu’elles ont considéré qu’il ne valait rien. Soit, et ceci est la meilleure illustration de l’animosité comme de l’incompétence de Cécile Vaissié, la vérité réside dans cette petite phrase innocente qu’elle a prononcée hier tranquillement : « J’ai choisi cette petite maison et pas une grande parce que dans les petites je suis très libre ; dans les grandes, on contrôle ». Et c’est vrai. Savez-vous qui est le comité de lecture aux Petits Matins ? Ils sont deux. La prévenue, et son associé qui est scénariste à Plus belle la vie. Mais surtout, quand vous êtes chercheur, que vous voulez absolument être publié, donc passer du statut de « professeur » à celui d’« auteur », si c’est la première fois que vous essayez de publier un livre, que toutes les maisons d’édition vous rejettent et vous renvoient votre manuscrit, je comprends qu’on puisse finir dans une toute petite maison d’édition. C’est mieux que rien. Si vous écrivez un ouvrage en matière d’écologie je comprends qu’on se dirige vers Les Petits Matins, puisqu’ils ont une petite aura en matière d’écologie, c’est assez crédible. Mais si vous êtes Cécile Vaissié et que vous avez déjà été publiée dans des maisons d’édition universitaires reconnues, dans des presses universitaires comme Ellipses, à plusieurs reprises, je ne m’explique pas un tel « déclassement » autrement que par la volonté de ne pas être soumise à un contrôle trop sérieux de la thèse avancée dans l’ouvrage. Et c’est bien cela que nous vous demandons de défendre en rendant votre jugement : la liberté d’expression respectueuse de mes clients aussi bien que le refus catégorique de livrer des hommes et femmes impliqués dans la vie de la cité à la vindicte de censeurs en puissance refusant de se soumettre eux-mêmes aux exigences de l’honnêteté, de la transparence et de la rigueur les plus élémentaires…"

bref .. il aurait été intéressant pour le journaliste qui écris sur cette affaire d'assister aux débats ou au moins aux plaidoiries ..

https://www.les-crises.fr/proces-vaissie-la-plaidoirie-assous/

Si Olivier Berruyer était ce que ses enemis prétendent (agent du Kremlin, conspirationiste, etc ...) il serait facile de le démontrer par quelques liens vers des articles de son site. 

Or aucun, à ma ma connaissance, ne le fait, jamais ...

Je ne suis pas spécialement fan du bonhomme, mais quand je vois la liste de ses ennemis, il m’est de suite beaucoup plus sympathique !


Quelqu’un qui se fâche contre Joffrin et Quatremer ne peut pas être complètement mauvais.

Le problème de Berruyer (outre son tropisme pro-Kremlin), c'est surtout qu'il est le premier à utiliser les mêmes méthodes que les média mainstream quand ça l'arrange.


Je me souviens encore de son attaque immonde contre Pierre Barthélémy, un journaliste scientifique de talent et qui ne lui avait rien fait mais que Berruyer a attaqué avec violence et mauvaise foi ... simplement parce que Pierre Barthelemy travaille au monde et que ça lui servait dans la guéguere qu'il menait contre les décodeurs.


Bref, Berruyer emploie des méthodes de salaud quand ça l'arrange. J'avais plutot une bonne opinion de lui jusqu'à ce que je comprenne qui il est vraiment. Depuis, je m'en méfie comme de la peste.

Pouvez vous nous rappeler l'histoire Berruyer-Barthelemy en details ?

Barthelemy avait fait une «expérience» de pourrissement de Wikipedia, pour démontrer sa faible valeur. Berruyer s'était joint aux critiques de Barthelemy, de là à apeller ça une «attaque immonde»…

Il me semble qu'il y avait eu autre chose.

Commentaire supprimé par un administrateur.

Commentaire supprimé par un administrateur.

Commentaire supprimé par un administrateur.

Commentaire supprimé par un administrateur.

Commentaire supprimé par un administrateur.

pas très clair cette "attaque immonde contre Pierre Barthélémy"

ne forcez pas votre nature. Dès qu'il s'agit de la Russie vous trouverez n'importe quel prétexte pour honnir n'importe quelle personne médiatique qui ne se soit pas déclaré comme un ennemi de ce pays. Et aucun détour pour y arriver ne vous paraîtra trop inapproprié.

Un commentaire peut-être sur Paul Moreira qui vient de faire condamner le comité Ukraine ?

En effet, je n'ai aucune sympathie pour les admirateurs de Poutine dans votre genre. Et comme dh'abitude vous faites comme si ceux qui n'admirent pas Poutine sont anti-russes. Vous défendez bien votre titre de "champion du monde de la mauvaise foi". Dans ce domaine, même Olivier Berruyer n'arrive pas à votre cheville !



Bon , à vous lire on comprend qu'en matière 'd'insulteurs meprisant' vous êtes un expert.

cette article ne parle pas de Paul Moreira    

   

vous pouvez préciser et sourcer SVP ?

Je le fais dans ma réponseà Dogu plus haut

Certes. Cela dit, je ne vois pas quel est le probleme dans le traitement de cette affaire par Berruyer.

Donc le fait que Berruyer raconte des trucs faux, méprise un bon journaliste scientifique et se mêle d'une affaire qui ne le concerne pas n'est pas, selon vous, un problème. J'admire votre flegme.

précision : Olivier Berruyer attaquait deux passages du livre de Vaissié, il n'a obtenu qu'une condamnation et a été débouté pour l'autre 

et j'ajoute : si vous souhaitez être honnête vous pouvez aussi relayé le fait que parmi les lecteurs/correcteurs/contributeurs du blog très nombreux sont ceux qui ont mis la main a la poche pour aider Olivier Berruyer dans ce combat contre les nombreuses diffamations … 

J'ai déjà commenté sur la page Facebook … on pourrait dire que le travail journalistique a été minimaliste et qu'il évitait surtout de se fâcher avec ceux qui sont poursuivis pour diffamation .. j'attends une correction d'une phrase particulièrement honteuse de cet article avant de décider ou pas si je me re-désabonne de ce site … "débunkage d'une catégorie particulière d'articles et d'émissions  de la presse française : ceux qui critiquent la Russie et ses dirigeants" : n'avez vous pas honte d'écrire ceci ? Combien d'articles de ce blog avez vous lu ? avez vous lu la chartre des commentaires ? vous êtes vous informé sur combien de volontaires participent chaque mois à la modération de ces commentaires ? la rigueur la rigueur la rigueur .. les écrits restent et les mots doivent être pesés .. y'a t'il des relectures avant publication sur ASI ?

Olivier Berruyer fait un travail remarquable pour mettre en évidence les 2 poids 2 mesures permanents dans les médias mainstream. Il a vraiment raison de se défendre même si ça peut paraitre exagérer pour certains.


Face à un decodex du Monde qui souhaite imposer LA VERITE façon 1984 , il est clairement du bon côté. Les journalistes du decodex essaient sans doute de bien faire mais ils ne se rendent pas tellement compte des enjeux, et que personne ne peut détenir la vérité et l'imposer.

Et si le fait que son avocat soit aussi celui de RT n'a pas eu beaucoup de poids, c'est sans doute que celui-ci est connu pour un tas d'autres choses, qu'il a même droit à sa page Wikipedia avec pour clients des candidats de télé-réalité, la ville de Paris, les accusés de Tarnac ou Isabelle Adjani.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.