60
Commentaires

Ogeret, Aragon, et les larmes

Commentaires préférés des abonnés

" les regards bleus des vaincus sont gênants..." humanisme, internationalisme...je  relierai, ce vers à la citation de Valéry: "La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacren(...)

Inoubliable Marc Ogeret, merci de cette évocation.

Ogeret, la chanson de Craonne , la chair de poule et l'émotion ...

Derniers commentaires

juste merci

Qu'est-ce que je savais de la défaite
Quand ton pays est amour défendu
Quand il te faut la voix des faux-prophètes
Pour redonner vie à l'espoir perdu 


ce couplet a sauté dans l’interprétation.

https://www.youtube.com/watch?v=3R3cXi2A_r4

merci de l'évocation... d'Aragon ? je ne comprend pas que la moitié du texte sois sur un auteur et pas sur le chanteur, pour discréditer encore la gauche, par énervement , du a nos messages et a nos défections de sites de propagande de @lautredroite ?  

Hep !  On vous attend demain sur cette histore de BHL dans "On n'est pas couché".

L'ayant connu par Radio Libertaire, je le pensais anarchiste....


Quelle découverte ! Merci.


Chanson pour aujourd'hui : 

Eh bien Marianne avec tes flics

A jouer la démocratie

Sur trois passants y a deux indics

Et le troisième est en habit

T'es bien Marianne avec ta clique

A jouer on est mieux en Grèce

Sur trois passants y a deux indics

Et le troisième est CRS


Mais sous tes airs de fine gueule

Y a la Révolution qui gronde,

Il y a la Révolution qui gueule

Et moi j’aime Marie ma blonde


Eh bien Marianne avec tes armes

Dressés le long de nos cercueils

A Paris devant tes gendarmes

Il faut oser porter le deuil

Tu nous as déjà fait Charonne

C'était bien pour un premier tour

T'as rempilé à la Sorbonne

Et t'as gagné en Billancourt


Mais sous tes airs de fine gueule

Y a la Révolution qui gronde,

Il y a la Révolution qui gueule

Et moi j’aime Marie ma blonde


Tu me feras l'âme soumise

Tu interdiras mes chansons

Et pour peu que tu me relises

Je finirai dans tes prisons

Et l'on y fait vite finir

On dit que le silence est d'or

Mais j'écrirai pour le plaisir

T'es bien Marianne avec tes morts


Mais sous tes airs de fine gueule

Y a la Révolution qui gronde,

Il y a la Révolution qui gueule

Et moi j’aime Marie ma blonde


Et qu'on ne vienne pas me dire

Que je fais commerce de mots

Je ne joue pas les faux martyrs

De la faucille et du marteau

Je ne joue pas les faux Mao

Ou les anars façon seizième

Convaincus d'apprendre aux prolos

A chanter gloire au dix-septième


Mais sous les airs un peu bégueules

Y a la Révolution qui gronde,

Il y a la Révolution qui gueule

Et moi j’aime Marie ma blonde


La liberté qu'on assassine

Je ne la vends pas en chansons

J'habite à côté d'une usine

Et ne connait pas les salons

Mais j'ai vu de mes yeux de gosse

Tant de vérités sur les murs

Que j'ai la révolte précoce

Et tôt mes premières blessures


Mais sous les airs un peu bégueules

Y a la Révolution qui gronde,

Il y a la Révolution qui gueule

Et moi j’aime Marie ma blonde

Marc OGERET était un grand artiste qui a mis superbement en chansons un grand poète français. 


Je vais réécouter les chants du double disque daté de 1974 "Ogeret chante Aragon", grand prix du disque catégorie lettres françaises. ( Ref. SLVLX.675 Vogue)

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je ne connaissais pas ce Aragon, il écrit bien.
Merci.

Louis Aragon rédigeait des éditoriaux dans "Ce soir" .


Sa position sur le pacte germano-soviétique , publiée le 26 Août 1936 est ici ( pages 1 et 3) :


union des Français contre Hitler



"Comme s'il justifiait, finalement, le nazisme"

c'est surtout qu'une balle dans le corps, une maison qui s’écroule sur ses habitants, une famine ou un incendie fait autant de mal, que la responsabilité incombe à la patrie no 1 ou la patrie no 2.

"Comme s'il justifiait, finalement, le nazisme, par les humiliations du traité de Versailles. Du grand poète communiste de la Résistance, ce message est inattendu,  


"les larmes se ressemblent" est un constat. Il n'est la justification de rien et le seul appel que j'y vois pourrait être une célébration   dans le refrain de notre Europe commune.  Vous ne l'interprétez  comme une justification que pour en faire le premier terme d'un "en même temps" pouvant lancer une polémique.

il n'y avait pas plus belle voix que celle de Marc Ogeret, parce que chaude, pleine et enveloppante, sans "effet" inutile,  quelque chose de l'ordre de l'évidence qui touchait directement au cœur. "le feu " chanté par lui c'était presqu'aussi beau que par hélène Martin, autre grande oubliée de la mediasphère

Je ne connaissais pas

J'ai cherché et j'ai trouvé cela

Et pourtant j'avais entendu et cette voix m'avait intrigué et plu

comme il y a longtemps, comme il y a toujours celle de Paco Ibañez,

celle de Atahualpa Yupanqui, ou celle de Victor Jara


Comment se fait-il que je vis depuis plusieurs décennies en France et n'ai finalement jamais entendu le nom de Marc Ogeret, suis je donc si inculte


si on omet les piliers de cette époque là que sont Brassens et Ferrat et deux ou trois

et puis bien sûr Barbara, Gréco, Anne Sylvestre (si rarement entendue) et quelques autres


Par contre Bruel à la pelle


Il a fallu que Daniel Schneidermann fasse son obituary (je ne sais pas en Français) pour que je mette le nom sur cette voix envoutante qui m'envahit d'amitié dès la première ligne chantée


Quant à l'occupation de la Rhénanie, on paye toujours les manquements à l'honneur des autres tout comme les Américains payent encore aujourd'hui les débarquement impromptus des GIs avec leurs grosses godasses sur les tapis des intérieurs Irakiens devant les caméras, avec le regard humilié de ces habitants dont on violait l'intimité, tout comme nous payons avec Poutine, la vantardise du capitalisme claironnant sur les décombres de l'URSS


Merci Daniel S. pour Marc Ogeret


Marc Ogeret avait aussi chanté ,  Patria prisionera de Pablo Neruda  ....



Merci Merci Merci de choisir comme centre d'intérêt du jour la disparition de cette belle personne, de cette grande voix.

"Comme s'il justifiait, finalement, le nazisme, par les humiliations du traité de Versailles." 


Hypothèse: chaque traité de paix, sournoisement,  comporte une clause qui prépare la prochaine. Souvent, en écrasant des populations. Parfois en chassant une population pour la remplacer par une autre en déplaçant des frontières. Parfois en bombardant des quartiers populaires. Parfois avec un blocus dont ne souffrent vraiment que les plus pauvres. 

Rancoeurs faciles à instrumentaliser pas la suite. Et rebelote.

"Comme s'il justifiait, finalement, le nazisme, par les humiliations du traité de Versailles".

C'est récurent que tout le monde considère que le traité de Versailles aurait été humiliant pour l'Allemagne et que cette humiliation aurait amené le nazisme.

Foutaise! mensonge historique. C'est surtout un argument de la propagande nazi...

Le traité de Versailles n'était pas suffisamment contraignant. C'est d'ailleurs pour cela que le nazisme a pu s'installer en Allemagne et notamment en invoquant cette humiliation imaginaire (propagande bien connue).

Aujourd'hui les allemands continuent à essayer de nous faire croire (avec la propagande traditionnelle héritée de ces sombres années) que le "nazisme" c'est à cause des français et de l'humiliation du traité de Versailles...

Les allemands que je côtoie me disent: les sanctions financières (réparation des dommages de guerre en réalité) ont asphyxié l'économie allemande, le territoire allemand amputé de 20% et l'occupation de la Ruhr!!

Je leur réponds que c'est faux. Les 10% du territoire allemand revenus à la France c'était l'Alsace et la Moselle... Le traité de Versailles n'a jamais prévu l'occupation de la Ruhr (mais un simple contrôle administratif de la Sarre - plus petit Land allemand). Enfin, si la Ruhr a été occupée c'est justement parce que l'Allemagne ne payait pas (et ne paiera jamais) la réparation des dommages de guerre...

 

Totalement inconnu pour moi, pourtant j’ai, autrefois, pas mal fréquenté les fêtes communistes. 


Aux spécialistes du coin : quelqu'un est-il en mesure d'expliquer le "t" à "surprit" ? 

Parce que s'il est correct, le sujet de "sont gênants" ne marche plus, et la fin non plus d'ailleurs ? Si ?

J'ai jeté un coup d'oeil ici et là et c'est chaque fois la même orthographe qui apparait...

Coquille ou astuce qui m'échappe ? ^^

 


Comme l’enfant surprit parmi ses rêves 

Les regards bleus des vaincus sont gênants 

Le pas des pelotons à la relève 

Faisait frémir le silence rhénan.... 

Ogeret, la chanson de Craonne , la chair de poule et l'émotion ...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Merci pour Ogeret… et pour Aragon.

" les regards bleus des vaincus sont gênants..." humanisme, internationalisme...je  relierai, ce vers à la citation de Valéry: "La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas."

Merci pour Ogeret en pensée de marche rouge et noire.

Magistral. 

Quelle intelligence.

Inoubliable Marc Ogeret, merci de cette évocation.

https://m.youtube.com/watch?v=GJvP9R9otmQ#


Plus connu sans doute mais poignant, cet autre poème d'Aragon sur l'occupation française en Allemagne.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.