50
Commentaires

Offensive de pub de Leclerc sur les prix des médicaments

Michel-Edouard Leclerc continue à taper sur les prix, dans sa communication du moins.

Derniers commentaires

Connaissez-vous un pharmacien qui vous averti des effets indésirables et risques d'abus de paracétamol ? Moi, jamais.

Il me demande si c'est en effervescent ou en comprimé, si c'est du 500 ou 1000 mg, puis me tend le grand format quand je n'ai pas d'ordonnance ou si je n'ai pas explicitement précisé le petit format.

Pourtant mon pharmacien est compétent, il me conseil sur les médicaments prescrits par le médecin, il me les sert même dans l'uregence ; il s'occupe de ses produits OTC et il a un chiffre d'affaire à assurer ; tout cela à la fois.

De grace, qu'ils changent d'exemple de médicament dans le message, pour contrer celui de E. Leclerc. Il y a longtemps que l'on achète du paracétamol avec, à la rigueur, un commentaire sur le temps qu'il fait.
se soigner moins cher point com
c´est bien ça le drame, qu´on nous mette dans la tête qu´on puisse se soigner plus ou moins cher , alors qu´on devrait pouvoir se soigner GRATUITEMENT

la franchise médicale a de beaux jours devant elle .
nous ne sommes pas loins du jou r où nous verrons dans la rue des gens distribuer des prospectus pour proposer des ristournes sur les accouchements
c´est du vécu. Au Mexique. vive le progrès
Je viens de m'apercevoir que Leclerc avait également lancé une pétition en ligne. Le meilleur c'est que les signataires (peu nombreux pour l'instant) sont autant des pro Leclerc que des antis. Lisez les commentaires s'ils ne sont pas modérés d'ici peu, c'est édifiant! --> http://www.sesoigner-moinscher.com/les-signataires.asp
Cette pub ne serait pas politique ? N'importe quoi ! Bien entendu qu'elle est politique, j'ai été scandalisé personnellement de la voir cette publicité, moi qui habituellement ne regarde la télévision que le week-end lorsque je rentre chez mes parents, je suis plus que surpris qu'un organisme tel le CSA puisse dire qu'il n'y a rien de politique là dedans ! "Leclerc demande que" ! Si ça c'est pas de la politque, mais zut alors qu'est-ce qui en est de la poltique ??? Il suffit d'avoir plus qu'un tout petit peu de jugeotte pour le voir et le savoir ! Là, franchement, je ne comprends pas.

Enfin, si, ce que je comprends, c'est que le CSA ne sert vraiment plus à rien en tant que tel.
Si j'avais une grosse migraine ou des maux de ventre necessitant de l'imodium , je me vois bien être obligé de prendre ma voiture pour trouver un Leclerc et faire la queue à la caisse .

A priori , il y a une pharmacie plus proche.
J'en peux plus de Mme Ji, tout un WE chez moi,marre, elle m'a refillé en plus ses microbes !

Ceci dit plaisenterie mise à part : dans les galeries commerçantes où sont situés "les centres leclercs" il y a des pharmacies...
Que pensent ces pharmaciens ? Sont-ils "passés" dans les médias pour donner leur avis ?
cool, leclerc aura bientôt le droit de vendre du red bull ))
Concernant les pharmaciens de chez Leclerc, je dubite, si vous me passez l'expression. Ils n'exercent en tous cas pas la profession de pharmacien d'officine puisque celle ci est réglementée de même que la vente de médicaments. La question n'est d'ailleurs pas tant de savoir si pharmacien il y a ou pas, mais bien de savoir si la vente en supermarché de médicaments est compatible avec l'indispensable activité de conseil qui doit accompagner l'automédication et l'OTC. Les plus optimistes diront sans doute que oui, qu'après tout, si déréglementation il y a alors l'activité de conseil pourra perdurer dans les grandes surfaces. Pour ma part, je pense que ce serait peu compatible avec l'exigence de profit de ces structures.
Leclerc demande que ses pharmaciens puissent vendre les médicaments à prix Leclerc.

Tout est dans cette phrase, Leclerc aussi a des pharmaciens, donc il ne s'agit pas de sortir de la légalité sanitaire.

Et le concept révoutionnaire est cette invention : le prix Leclerc. Un indice inconnu, un ratio, une marge mystérieuse, le modulo, le nombre d'or, qui affecte le médicament d'un talent nouveau.

Le prix Leclerc, comment dire, c'est le prix pas cher par excellence, il suffit qu'un produit se trouve sur la gondole Leclerc et il se pare d'une séduction exceptionnelle : le bas prix.

Il faudra tout de même faire une émission sérieuse sur ce marketing qui se moque du monde : la storytelling Cendrillon et les bas prix des Hyper.

Tout ça, tout en me disant que la truite à 1 euro, nourrie au vivier durable, de Carrefour, dans le genre, c'est pas mal non plus.


http://anthropia.blogg.org
Décorticons, à la manière d'@si, d'abords les images de cette publicité. Dans une première partie, la voix off explique que la dame présentée est un être humain, vivant en France, qui prend des médicaments lorsqu'elle a un rhume. C'est à l'évidence une Madame-Tout-le-Monde. L'image qui suit est celle d'un savant fou, tel qu'il peut être décrit par l'imaginaire collectif, entouré de verreries de laboratoire bouillonantes et fumantes. Il a le regard allumé d'une flamme maléfique et un rire sardonique. Nous sommes dans le contexte du film d'horreur du cinéma noir et blanc. La ressemblance est flagrante avec le plus célèbre savant fou, Herr Victor Frankenstein. Sauf qu'en l'occurence, dans le contexte de cette pub, il est fait clairement référence aux pharmaciens qui créent, vendent et distribuent les médicaments. Le pharmacien est donc immédiatement diabolisé dès les premières secondes de cette publicité. La voix off continue par un constat évident pour tous, les médicaments sont remboursés ou non et ceux qui ne le sont pas voient leurs prix flamber. C'est la conséquence directe de la politique actuelle de déremboursement de certains médicaments qui sont effectivement de plus en plus nombreux. Evidemment, cette phrase surfe aussi sur l'angoissante question du pouvoir d'achat qui est au centre du débat politique depuis de nombreux mois, comme il est dit dans le spot "ça tombe mal pour Madame J. et son budget". Il y a donc un contexte politique clairement identifié à cette publicité. Le film se termine par une demande qui était attendue dès le début: "E. Leclerc demande que ses pharmaciens puissent vendre les médicaments non remboursés à prix Leclerc". Jetez enfin un dernier coup d'oeil à l'image finale du clip: "parapharmacies Leclerc". Car évidemment, les pharmaciens des Grandes Surfaces Leclerc ne sont pas habilités pour l'instant à vendre de la pharmacie, c'està dire des médicaments à proprement parler.

Le Bureau de Vérification de la Publicité avait émis en fin de semaine un avi défavorable à la diffusion de cette Publicité, jugeant qu'elle était de nature politique, ce qui est interdit en France. Mais le BVP n'est qu'un organe consultatif et TF1 et M6 sont passés outre cet avis. Samedi matin, le CSA réuni en Assemblée Plénière Extraordinaire a rendu un avis contraire, jugeant que ce clip n'était pas à caratère politique... Pourtant si l'on reprend le spot, il y a un contexte politique fort, celui de l'OTC (Over The Count). L'OTC, c'est simplement la vente de médicaments par les pharmaciens, sans ordonnances. Il y a ensuite une demande au pouvoir législatif clairement exprimée: "E. Leclerc demande à ce que ces pharmaciens puissent vendre les médicaments non remboursés à prix Leclerc". Car actuellement ils n'ont pas le droit. Une demande en bonne et du forme de changer la loi actuelle. Si ce n'est pas de la Publicité Politique alors aucune ne le sera jamais! Je serais curieux de voir la décision du CSA afin de comprendre leur argumentation. Si quelqu'un la trouve...

L'attaque contre les pharmaciens est violente, notamment avec l'utilisation du cliché du savant fou. Curieux d'ailleurs, l'Ordre National des Pharmaciens n'a toujours pas réagit à l'aggression. Force est de constater pourtant que les pharmaciens essuient aussi un peu les conséquences de la volonté de certains d'entre eux d'être des commerçants, parfois bien avant d'être des professionnnels de Santé. Alors évidemment pas tous, il y a, comme dans toute profession, les bons et les mauvais pharmaciens. Les bons étant ceux qui s'attachent à leur activité de conseil. Nous y reviendrons un peu plus loin. Là n'est pas le sujet pour le moment. Toujours est il qu'on voit ici la mécanique bien rôdée d'E. Leclerc. une attaque en règle d'un secteur d'activité réglementé afin de pouvoir s'y engouffrer. Ils avaient déjà utilisé cette technique pour les pompes à essence. Et à chaque fois, ce sont les petits commerces qui en ont pris pour leur grade.

Encore plus intéressant que la question de la politisation de la publicité par les grandes enseignes commerciales, vient le problème de Santé Publique qu'une telle décision induirait. je ne doute pas qu'en ouvrant le marché à la concurrence des grandes surfaces, les prix des médicaments OTC vont baisser, c'est quasi mécanique. Mais il ne s'agit pas d'un bien de consommation anodin mais de médicaments, définis en France par l'article L5111-1 du Code de la santé publique :
On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou chez l'animal ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique. Sont notamment considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits, soit des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d'épreuve. Les produits utilisés pour la désinfection des locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés comme des médicaments. Lorsque, eu égard à l'ensemble de ses caractéristiques, un produit est susceptible de répondre à la fois à la définition du médicament prévue au premier alinéa et à celle d'autres catégories de produits régies par le droit communautaire ou national, il est, en cas de doute, considéré comme un médicament.

On le voit, ce n'est pas rien. On n'achète pas un médicament, même déremboursé, comme l'on achète un canard pour le bain de son enfant! Il est indispensable qu'il y ait une activité de conseil allant de paire avec la politique de l'OTC. D'ailleurs, il est trés probable que cette activité devienne de plus en plus indispensable aux pharmaciens d'officine en tant que valeur ajoutée de leur commerce. Si l'Etat accède à la demande d'Edouard Leclerc, les officines qui survivront seront celles capables de faire du conseil. Parce que ce n'est pas en Grande Surface que l'on va expliquer au client les posologies et les risques de tel ou tel médicament. D'autant que certaines pathologies iatrogènes comme l'ulcère aux AINS, ce n'est pas de la littérature! Ce sont des pathologies que l'on voit régulièrement dans les services hospitaliers.

En plus, sachant que le nombre d'officine est fixé par la loi à 1 officine pour 3000 habitants, je ne vois pas comment un tel ratio pourra être tenu avec la concurrence des Grandes Surfaces. Par suite un moins bon accès aux médicaments dans les zones démographiquements faibles. Catastrophe de Santé Publique qui se surajoute aux autres déjà en cours... La Politique, en Santé comme ailleurs, c'est souvent choisir entre deux maux. Pouvoir d'achat vs accès aux médicaments et bon usage de ceux-ci. Ce débat sur l'automédication et la manière dont il faut la pratiquer est encore loin d'être tranché. Mais il existe un concensus probable pour dire qu'une activité de conseil en est un préalable indispensable. Je doute que celle ci soit mise en place avec une Evaluation de la Qualité suffisante en Grande Surface. C'est un vrai débat de fond qui révolutionne en partie les manières de soigner. Dommage qu'E. Leclerc en ait une vision uniquement en terme de profits. Les questions soulevées dans ce débat sont toutes épineuses. Mais il est certains qu'elles ne se régleront pas correctement avec les gros sabots de M. Leclerc.

http://asclepieia.free.fr/blog/ (désolé à ceux que ce genre d'autopromo choquerait!)
Il faut comparer les conditions de travail des employés des "Leclerc" aux conditions de travail des autres enseignes et région par région car tout change d'un bout à l'autre du pays et d'un Leclerc à l'autre, selon les gérants et les conditions locales de l'emploi, je crois.

Par contre les prix des produits (que je consomme, oh, eh, je suis pas journaliste, ni association de consommateur!) sont les mêmes d'un bout à l'autre du pays. Et même si on n'a un choix plus restreint, il y a moins d'entourloupe que dans les autres enseignes (la cafetière à 79 euros, au lieu de 99 euros ailleurs, en rayon mais malheureusement pas disponible en stock, les lots systématiquement plus chers que à l'unité, j'ai peur que rien ne l'interdise mais c'est scandaleux, un conseil regardez bien et n'hésitez pas à démolir les packs de bières ou sodas, tant pis pour la caissière! ou à acheter les essui-glaces de voiture vendu par un et pas par deux... voilà les exemples que je trouve dans des enseignes que je ne citerais pas, mais jamais à Leclerc).

Et il faudrait me payer cher pour me faire réagir et défendre ces "pauvres pharmaciens".
Et si les pharmaciens ,pour leur gagne-pain
descendaient dans la rue ...pour manifester
leur colère. Tous ensemble,comme un seul homme !
Comme dernièrement nos chers TAXIS . Que c'était
beau à voir, à regarder , cette entente cordiale d'une si
belle corporation.Bon c'est vrai que tout n'est pas rigolot
en ce moment ,mais tout de meme,
Que ne ferait_on pas pour ce faire de la PUB .
Pourrions-nous enfin pourrais-je avoir copie "des financeurs" à l"origine de cette "Marque" ?
Madeleine
.. on ne va plus avoir de place pour les suppositoires.
A Leclerc, ils sont forts pour faire passer les pilules.
Et comme l'homme figure aux deux bouts de la chaine alimentaire...
Les médicaments dans les grandes surfaces, ce n'est plus qu'une question de temps. Et le temps, c'est...
je clique...j'attends, je re-clique et j'attends, je rere-clique et j'attends mais ne vois rien...Toujours pas reglé les problèmes de videos...Sur Dailymotion, elles passent mieux...Vivement la fin de la "nouvelle star!"...
d'abord la pub pour les vendeurs de medicaments ensuite de la pub pour les médicaments qui feront exploseront les prix;
Leclerc se fout de faire des benefs sur les medocs, ce sont des produits d'appel comme le tabac pour les bars tabacs.
tu rentreras chez leclerc pour de l'aspirine et tu ressors avec un écran plat 21"
tu rentres dans le bar tabac pour acheter des clopes, tu ressors bourré à 2 h du mat
c'est pareil
Les pharmaciens ont un monopole non seulement sur les médicaments prescrits ce qi peut se concevoir mais aussi
sur les medicaments conseils vendus sans ordonnance avec une marge négociée avec le fabricant et un prix totalement libre
sur les produits d hygiène ou les marques passent obligatoirement par ce circuit avec des marges importantes et une vente a base d entente illicite
pour les médicaments génériques les pharmaciens se voient offrir des marges arrière importante
de toutes les professions de sante les pharmaciens sont ceux dont les revenus ont le plus progresse depuis 5 ans
et la france est dans l illégalité au point de vue du droit européen avec ce monopole étendu a des produits n ayant pas le statut d e médicament au détriment du consommateur

leclerc et les grandes surfaces ne sont pas de saints mais des fois ils peuvent soulever un problème reel
Il ne s'agit pas d'un message d'intérêt général de type caritatif (au sens de l'article 14 de la loi du 30 septembre 86) puisque Leclerc compte tirer profit de son film. S'agit-il d'une publicité pour un produit dont la loi interdit la publicité, au sens de l'article 8 ? Non, quel est le produit en question ? L'aspirine ? Non. L'objet de la publicité, c'est la loi, et plus précisément le positionnement politique de Leclerc sur la question du pouvoir d'achat. Sur le fond, le CSA aurait facilement pu trancher.

Plus intéressant, la forme choisie renforce cette impression puisque le spot est un plagiat de Ilha das Flores, un court métrage Brésilien de Jorge Furtado, l'un des premiers films alter-mondialiste (il date de 1989) ; qu'on en juge.
C'est plus que curieux que de savoir que les grandes chaînes de distribution , font des bénéfices plus que mirobolant . Chaque année , nous apprenons que ces fameuses entreprises qui se BATTENT contre la vie chère des consommateurs dégagent des profits à plusieurs milliers de millions d'€uros .
Et le fils à son père , Michel -Edouard LECLERC prendre la tête de ce trés juste combat . En ce moment , ces entreprises sont sur la sellette , pour semble - t- il entente illicite de non concurence , faire le forcing auprès des industriels par l'entremise de leurs centrales d' achats et mettre en difficulté les petites et moyennes entreprises avec des juteuses marges arrières .
Chaque reportage journalistique , démontre que ces entreprises qui nous abreuvent de publicitées radio - télévisées et prospectus , celà journellement , sont beaucoup moins disert sur le fait de communiquer , leur fonctionnement financier ( salaires de leurs employés - marge bénéficiaire - profits financiers - reversement aux actionnaires ) .
Et le petit Michel - Edouard LECLERC est passé maître en la matière , toujours en avance d'un combat pour la fameuse défense du consommateur , mais en revanche sur les conditions de travail de ses salarié(e)s d'une discrétion de violette .
Ce n'est pas par hasard ,si les propriétaires de ces entreprises et les grands actionnaires font partis des plus grosses fortunes de France entre autre ( la famille Mulliez , propriétaire d' Auchan et d' autres chaînes de distribution de bricolage et marchandises de sports , reside en Belgique , pour son climat tempéré bien connu des touristes .)
Que les journalistes fassent leur travail d'enquéteurs et nous serions surpris de connaître leurs méthodes qui s'approche parfois de références " mafieuses " .
Le journal MARIANNE et divers publications de défense de consommateurs ont tirés la sonnette d'alarme ........... Et apparement le gourvernement par ses députés et sénateurs devraient se pencher également sur la question ...... mais là , soyons plus que prudent , nous les consommateurs , car je crains personnellement , que çà soit encore et toujours les mêmes qui se fassent avoir , nous les " pauvres couillons " en restant poli ............!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Leclerc veut faire du pognon avec les médicaments, parce qu'il sait qu'il y a du business à faire. Tout comme il savait qu'il y avait du business avec les stations essence & les aires d'autoroutes...
Ses campagnes de pub provocatrices ? C'est de la pub, non ? Ça suffit à résumer le problème !
S'il s'intéressait aux consommateurs, Leclerc tiendrait une centrale coopérative citoyenne, non une grande enseigne de magasins !
Talasrum
http://thalasrum.over-blog.com
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/04/04/01011-20080404FILWWW00551-le-csa-ne-s-oppose-pas-a-la-pub-leclerc.php

tiens, le CSA laisse passer.....
Tiens, je serais cynique je demanderais la grilles des salaires des caissières de chez leclerc, histoire de voir si Michel-Edouard tient tant que cela au pouvoir d'achat...... :-D


Un blogue de plus
LeCourant.info
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.