50
Commentaires

Offensive de la fachosphère contre une expo d'art contemporain à Marseille

Extrémistes de droite et autres frontistes de tout poil s'en prennent depuis quelques jours à une exposition installée à la Friche de la Belle-de-Mai à Marseille, et fermée depuis le 27 août dernier. Que montrait cette exposition ?

Derniers commentaires

Eh beh ! Si toutes les peintures, BD, films et livres qui évoquent la sexualité adolescente doivent être qualifiés de pédophiles, on va en passer, des livres et de la pellicule à la moulinette.

J'aime bien la Friche de la Belle de Mai, j'ai vu l'annonce des ces expos de Stu Mead et Reinhard Scheibner et je me suis posée la question d'y aller, puis non, ça ne me parlait a priori pas assez. Avec du graphisme juste à peine différent et des sujets très proches, j'aurais pu faire partie du public.

Ce que cette histoire montre assez bellement, c'est l'ineptie de notre fachosphère, qui met des semaines à découvrir l'outrage, est incapable de prendre en compte le concept de date pour la clôture de l'exposition, est incapable de comprendre les dessins et de se rendre compte qu'un dessin n'est pas équivalent à une photo dans la représentation et le sens de celle-ci, est incapable de comprendre la notion de contexte et de voir que des dessins de ce genre exposés dans un lieu à l'ambiance plutôt punk ne leur donne pas le même sens que s'il étaient sur des site porno, etc...
je l'ai pas vu comme un truc pedophile (les images que alain a mis sur son article), plus un truc sur les premiere decouverte sexuels, les souvenir, la nostalgie, et l'imagerie, le passé,

je pense que seul un pedophile peut trouver cette image pedophile, donc cela pose pas mal de question sur qui regarde quoi , et donc la maniere dont l'image est regardé ne fait plus la meme image , et donc s'en suit aussi que l'emotion provoqué n'est pas toujours celle voulu par un artiste , et donc l'ouevre est quoi, sinon le regard qu'on lui porte. Ca ramene a Gombrich je pense .

question question ??????ca pose plein de question .
"Art comptantpourien"... Pas de moi...

Cordialement.
On a l'impression que "les deux font la paire", que l'un ne va pas sans l'autre: des expos aux limites du malaise, qui transcendent dans le sens du poil et une réactivité de la fachosphère, aussi bien que de notre envie impérative de censure.

Mon impérieuse envie de censure se contente de savoir que la portée de ces expos et la probabilité qu'on me matraque ces images est faible, et préfère rester en sommeil.

Alors que la fachosphère est aux anges et prête à faire de la publicité à ces artistes pour mieux réveiller la censure autoritaire.

Cela montre que dans notre regard, l'Art (de la peinture) est une banalisation des images, une validation, le possible en passe d'être une norme. Pour l'esthétique, c'est-à-dire en vite-dit "pour la forme", c'est du vrai, du tangible, de l'empirique, du prouvé. Pour le reste les tabous vont le rester, on dirait bien que oui.
De très chouettes dessins. Bien rentre-dedans, plutôt mauvais goût, mais c'est bon comme ça aussi. A force de se faire caresser dans le sens du poil par le marketing, on s'habitue au lisse et au poli, et on ne voit plus que ça. Vive les artistes qui réveillent les esprits endormis!

Ça n'a rien à voir avec les escroqueries versaillaises ou vendômienne, plug anal de Noel et chatte de reinette en tole ondulée, moches usines à vent pour spéculateurs friqués et (trop) généreusement subventionnés, et je ne comprends pas bien qu'@si ne fasse pas plus clairement la différence.

Quant aux identitaires, ils ont vraiment de la merde dans les yeux...et même dans les oreilles! Le hard-rock et la messe, en même temps si possible, quel programme! Le jour où ces gros cons s'envoleront, poussés par un bon coup de mistral, c'est apparemment le maire Ravier qui sera chef d'escadrille. La DCA sera alors une oeuvre d'art.
Une oeuvre parmi d'autres, dont je ne saurais dire si elle était présente à l'exposition.
Cependant, vous trouverez peut-être vous-même qu'il n'y a là rien de choquant, et que le message est la dénonciation de la pédophilie, mais vous admettrez que cela reste une appréciation très subjective et pour le moins personnelle. D'autres pourrait y voir exactement l'inverse, à savoir l'apologie de la pédophilie et sa représentation comme quelque chose de festif et sympathique.

Ainsi, si cela choque certaines personnes, ce n'est pas comme vous le sous entendez de manière très manipulatoire, parce que cela éveillerait des "ardeurs inavouables", mais plutôt parce que ça donne à voir des scènes de sexe entre adultes et enfants ou entre enfants et animaux.
Après la crise autour du "sapin" de la place Vendôme qui a permis à la France entière de parler de plug anal, celle autour de l'expo sur le zizi sexuel de Titeuf, le vagin de la reine antisémite et maintenant ça, je ressens une grand lassitude...
Je pars réécouter Frank Lepage dans les 3 réacs à la FIAC
Montrer dans un endroit public des enfants qui se touchent de manière ostensible. Montrer un chien qui leche la foune d'une fillette. Comment en effet ne peut on pas etre choqué. Certains se mobilisent, tant mieux. Si l'artiste montrait des croix nazies ou un incest ce serait pareil. Bien sur que l'on ne peut pas tout montrer et que cela dépend des moeurs/valeurs et époque de la société.
- Papa, qu'est-ce qu'il fait le chien avec la jeune fille ?
- Alors, tu vois cette bouteille de lait...
Excusez-moi mais ce que fait Stu Mead c'est plutôt joli, et c'est presque un défaut dans ma bouche ce qualificatif de "joli", car c'est gentillet, pompier, notamment au niveau des couleurs. Je crois que c'est ça qui est vraiment dérangeant : c'est que c'est très académique en fait, sous des dehors provocants.
Scheibner, lui, est un vrai dessinateur quant il veut, comparable à Willem quant à l'intensité, et pas plus inquiétant que celui-ci. Mais que font les fachos contre notre bon vieux Willem, immigré qui plus est ? (J'espère que je ne leur donnerai pas de mauvaises idées, car c'est quand même notre dernier survivant de l'époque historique Charlie, laissons-le tranquille...)
Il y a quand même un pas entre la promotion de la pédophilie, la marchandisation de l'être humain, et ce que donnent à voir les artistes présentés ici. Si on ne peut pas distinguer ce qui ressort de l'art de ce qui ressort de l'ignominie, alors il va falloir sérieusement toiletter nos musées. Balthus (auquel Stu Mead me fait penser) et Bosch peuvent numéroter leurs abattis. Pour ne citer que ces deux-là.
Moi je suis d'accord avec l'action des ces militants dont je ne partage pourtant pas les idées. On ne peut pas dire d'un coté la pédophillie est mal ou un crime et d'un autre soutenir par l'argent public des artistes qui l'exposent et donc en font la promotion!
Le problème est qu'il n'y a que ces groupes d'extreme droite qui combattent la pédophile ou la marchandisation de l'etre humain (GPA), cela pose question non? Pour la plupart les citoyens se sont-ils endormis?
Les manifs contre cette expo auront permis au grand public de connaître ces deux artistes.
Je n'en avais jamais entendu parler avant de voir cette page Facebook appelant à la manif.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.