355
Commentaires

Obsolescence programmée : où sont les preuves ?

Un réparateur nostalgique et un micro-trottoir de consommateurs mécontents. C'est en substance les (maigres) preuves apportées par le 13 heures de France 2, ce mardi 23 avril, pour illustrer ce que l'on appelle l'obsolescence programmée, c'est-à-dire la pratique qui consiste pour les constructeurs à fabriquer des appareils volontairement plus fragiles. Objectif ? Pousser les consommateurs à renouveler plus rapidement leurs appareils. Mais au final qu'en sait-on exactement, et surtout quelles sont les preuves de ces accusations contre les fabricants ? Pour le savoir, il fallait bien regarder Elise Lucet... mais en 2012.

Derniers commentaires

Anthony, n'avez-vous pas honte de nous conseiller la lecture de cet imposteur de Serge Latouche, heureusement confondu jadis par le grand Sokal ? Plus sérieusement, pour confirmer votre définition trilogique, je mets aux enchères une splendide machine à écrire en parfait état technique, n'affichant que 18 kg sur la balance. Mieux, une pendule Louis XV qui indique deux fois par jour l'heure exacte avec une grande précision, et dont la valeur marchande ne cesse de grimper, magnifique exemple d'obsolescence inversée.
On distingue:

- l'obsolescence programmée qui traduit sans langue de bois est le sabotage volontaire des produits de consommation. ( notre addiction à une croissance illimitée en est la raison)

- l'obsolescence symbolique via la publicité. Exemple: "En 2002, 130 millions de téléphones portables en état de marche ont été mis au rebut aux États-Unis." C'est la conséquence de l'obsolescence symbolique qui ringardise (via la publicité) les objets en bon état de marche afin de créer le désir chez les consommateurs et susciter l'achat! CQFD

- l'obsolescence technique qui elle est plutôt "naturelle" évolution technique majeure et donc inévitable, par exemple le passage de la locomotive à vapeur, à la locomotive électrique

Pour aller plus loin, je vous conseille vivement la lecture de "Bon pour la casse" de Serge Latouche

Pour conclure l'obsolescence (programmé, qui est indissociable de l'obsolescence symbolique) pose des problèmes écologiques (gaspillages, amenuisement des ressources naturelles...) dans nos relations sociales aussi puisque nous prenons l'habitude d'être nous aussi des jetables... ( augmentation des divorces, partenaire sexuelle, chômages, etc.)

Il est bien entendu que l'objectivité de France 2 a ses limites et si la sacro-sainte croissance en dépend, elle sera forcément moins vindicative.
Preuves ou pas de preuves, comme par hasard les "compromis" d'optimisation de paramètres vont toujours dans le même sens : ça dure moins longtemps qu'il y a vingt ans et la réparation soit "ne vaut pas le coût", soit les pièces détachées n'existent plus, en tout cas c'est mon impression.

Emission intéressante. J'aurais aimé que l'on parle un peu des puces électroniques qui se trouveraient dans les imprimentes et les désactiveraient après N impressions. Est-ce que c'est une légende urbaine ou est-ce que cela existe ?

J'essaie de ne pas faire des achats à répétitions :

Imprimante
Surtout les imprimantes bon marché ne sont effectivement pas chères à l'achat, mais les producteurs se font leur marge sur les cartouches d'encre de marque qui coutent très chères. Certaines imprimantes coûtent le prix de 2 à 3 lots de cartouches d'encre. Personnellement cela m'horripile.

Par chance j'ai acheté en 2002 (!) une imprimante X (peut-on nommer la marque dans le forum?) de gamme moyenne. Elle fonctionne avec 4 cartouches ( = une par couleur). Je n'ai jamais utilisé les cartouches de marque, j'achète des cartouches génériques en Allemagne à 1 euro la cartouche, donc un lot de 4 cartouches me coûte 4 euros. Sept ans plus tard j'ai dû changer la tête d'imprimante (75 euros) et c'est reparti pour quelques années. Toujours en Allemagne, j'ai fait faire un entretien général de cette imprimante pour 40 euros (petite boîte spécialisée dans l'entretien et la réparation d'imprimentes).

Sur ebay j'ai trouvé la même imprimante, vielle, mais dans son emballage d'origine et neuve, motié prix que le prix à l'époque.Je l'utiliserai soit pour remplacer l'ancienne si elle rend l'âme soit pour pièces détachées. Nous sommes en 2013 et ma vielle imprimante imprime et imprime... ça fait plaisir.

Voiture
Une 309GRD d'année 1986, je l'ai acheté à 56.000 km il y a 6 ans pour 1300 euros et j'ai fait faire quelques réparations (courroie de distribution, embrayage) après l'achat. Elle a passé le CT trois fois de suite les doigts dans le nez. Elle se bricole très bien (pas de composantes électroniques comme les voitures récentes). En ville elle consomme 6l/100km, parcours mixte 5,5, parcours voyage 5,0l, une bagnole qui a 26 ans! Normalement, avec le progrès technique, on devrait avoir des voitures qui consomment 3l/100 aujourd'hui, mais je n'ai pas l'impression que la basse consommation soit une priorité. Je garderai ma vielle 309 jusqu'à la "fin".

Lecteurs mp3
Aujourd'hui il est quasiment impossible de trouver un lecteur mp3 qui marche avec une pile classique (rechargeable) AAA qu'on peut acheter dans le commerce. Ces piles (rechargeables) coûtent que dalle. Pratiquement tous ont des piles rechargeables Li-on intégrées impossible à changer quand elles sont hs. Une fois je me suis résigné à acheter un lecteur mp3 à pile intégrée car soi-disant elle durerait jusqu'à 23 heures. Après une recharge, la pile est vide après 3 heures d'utilisation. J'ai racheté un lecteur mp3 pas beau et bas de gamme qui marche avec une pile AAA. Je ne suis jamais à court de jus, ça tient 8 à 10 h et avec une ou deux akkus chargés on a une autonomie de 24 à 30 heures, impeccable.

Liseuse électronique
J'ai fait le choix d'un modèle "ouvert" qui fonctionne avec une firmeware Linux GPL. Cette liseuse ne contacte pas tous les 10 minutes un magasin ou le producteur pour l'informer sur mes habitudes de lecture et il est réparable.

Ordinateur portable

Vente forcée du système d'exploitation
Je l'ai acheté il y a 5 ou 6 ans et une loi venait de sortir : les vendeurs devaient proposer aux clients une possibilité d'acheter les ordis sans système d'exploitation (SE) préinstallé. En théorie c'était possible, j'ai essayé. C'était une histoire à dormir debout. L'ordi était envoyé deux fois dans un centre de réparation pour supprimer le SE. Je devais quand-même payer le prix avec le SE et me faire rembourser après sa suppression. A chaque fois l'ordi était revenu avec une note "RAS, fonctionne bien".

Ensuite le magasin m'a demandé de l'envoyer à mes frais chez le constructeur pour supprimer le SE (et soi-disant me faire rembouser ensuite mes frais d'envoi et le prix du SE). J'ai abandonné. Il était évident qu'il n'y avait pas de volonté de se conformer à la loi. Dans la pratique il était impossible de l'acheter sans SE. J'ai envoyé une lettre au directeur du magasin pour me plaindre et pour me faire rembourser la baisse affichée du SE et pour les inconvéniants de l'avoir envoyéé deux fois dans leur "centre de réparaation" incapable pour rien, soit je ne serais plus client chez eux. J'ai eu deux coups de fils mielleux d'un commercial qui n'ont rien donné et je n'ai plus jamais remis les pieds chez eux.

Durée de vie
On peut élargir la mémoire de l'ordi jusqu'à 8Go et changer son akku. S'il marche encore dans deux ou trois ans et serait "obsolète" par rapport au SE installé actuellement (w7), il y a des distributions Linux qui ont besoin d'un dixième d'espace disque que windows 7 et qui marchent très bien, c'est même plus rapide. Ça craint un peu concernant les nouveaux Bios qui empêchent sur certains ordinateurs l'installation d'un autre SE. J'espère qu'on trouvera encore des ordis dans quelques années sur lesquels on peut installer autre chose que le "windaube" préinstallé, pourri de pub de de payware qui fonctionne pendant 2 semaines - après il faut l'acheter.
A lire tout cela, je trouve que ce débat ne mène malheureusement qu'à de fausse solutions : Un délit d’obsolescence programmée ne sera je pense jamais caractérisé. Le législateur devrait œuvrer à taxé les produits les plus couteux écologiquement de sorte que les produits les plus durables, réparable, recyclables, etc.. soient privilégiés.

Le modèle économique des imprimantes par exemple repose sur les consommables ! Le fabricant doit donc vendre l'imprimante la moins chère possible pour vendre ensuite des cartouches hors de prix. D'où l'impasse sur les capteurs de niveau par exemple (un compteur logiciel ne coute rien).
Mais par pitié ne soyons pas complotistes, cela dessert à mon avis la cause poursuivie.

Le coup des cartouches d'encre par exemple me parait complétement absurde : le fait est que les constructeurs ont préféré un compteur plutôt qu'un capteur pour des raisons économiques, et que la marge d'erreur laisse quantité d'encre dans la cartouche. Si la cartouche respecte le nombre de copies pour lequel elle est donnée c'est commercialement valable non ? Écologiquement moins. Le constructeur à préféré mettre plus d'encre plutôt qu'un capteur efficace.

La mienne, une epson pourtant se contente de me signaler l'atteinte du compteur (sans doutes suite aux réclamations), et me laisse imprimer jusqu'à la fin de la cartouche. Ce qui fait que je jette régulièrement des copies mal imprimées ! pas écolo non plus.

Epson a choisi depuis longtemps un modèle où les buses sont nettoyables d'où le réservoir d'encre usagée et le fameux compteur des 18000. Chez HP vous changez les buses avec les cartouches d'où un ressenti de qualité pour le consommateur : les buses se bouchent rarement, et quand ça arrive il suffit de changer les cartouches. Mais ce choix a un cout écologique important et les cartouches coûtent plus chère!

Bref, il me semble que l'on vit dans une société consumériste où seul compte le prix d'achat des produits (caricatural ok). Les fabricants font des choix absurdes à long terme, mais qui leurs font gagner des ventes. C'est à la loi de corriger cela, pas avec des lois de circonstances inapplicables, mais avec un calcul objectif du cout écologique des produits.
Jean-Vincent Placé illustre ici un phénomène courant : tenir pour vraie (ou fausse) une théorie non pas sur la base d'arguments sérieux mais parce que c'est utile pour défendre une idéologie. Il critique (à juste titre) la pollution, le gaspillage, la société de consommation. La théorie de l'obsolescence programmée peut y aider ? Qu'à cela ne tienne, on va dire qu'elle est vraie.
Et il semble croire que tout le monde fonctionne ainsi, donc si Alexandre Delaigue ne croit pas à cette théorie c'est forcément qu'il est est pour le libéralisme, la société de consommation, le gaspillage, la pollution...

À propos de la chaleur, qui a embrouillé le débat à un moment. Le rayonnement des ampoules à incandescence se compose de 97% d'infrarouges et de 3% de lumière visible environ. S'il avait été possible de fabriquer (comme aujourd'hui avec les fluocompactes et les LED) des ampoules qui émettent une plus grande proportion de lumière visible, elles auraient été plus lumineuses sans consommer plus, et donc sans s'user plus vite (ou autant lumineuses en consommant moins, donc en s'usant moins vite). Mais avec la technologie de l'époque, l'arbitrage se faisait seulement entre luminosité et longévité.
Les ententes d' entreprises (illégales ou non) c'est du complotisme aussi ?
Les cartels, c'est une invention de paranoïaque ?
Les nombreuses condamnations des banques, fournisseurs de téléphonie, fabriquant de TV, agences d'interim ... c'est sans doute aussi le fruit d'une imagination débridée .(faites une recherche " entente illicite" pour vous en convaincre)

Des preuves , il y en a eu concernant les ampoules ; le reportage "prêt à jeter " faisait aussi mention d'un projet de loi US (ancien )rendant l' obsolescence obligatoire .

ça prouve au moins qu' il n'est pas absurde de penser que ce genre de stratégie commerciale soit toujours d'actualité .
Je suis en train de regarder Ce soir ou jamais, également sur l'obsolescence programmée, et François de Closets soulève un point intéressant! Les versions de Windows! En voilà un de produit qui ne dépérit en aucune façon, puisqu'il est immatériel. Et pourtant Microsoft s'empresse de sortir une nouvelle version tout le temps! Et le consommateur, peut-il réfléchir, peser le pour et le contre et décider s'il la veut ou pas cette nouvelle version? Pas du tout! Parce que dès lors qu'il achète un nouvel ordinateur, on lui enfile d'office (sans jeu de mots) la nouvelle fantastique incroyable merveilleuse (et qui ralentit tellement la machine) version de Windows! J'aimerais bien connaître la réponse de ceux qui pensent que non, les entreprises ne poussent pas délibérément à la consommation.
Je n'ai jamais eu de doute sur l'existence de l'obsolescence programmée. Mon père m'a parlé très jeune d'un de ses amis ingénieur dont le travail était de trouver un moyen pour réduire l'espérance de vie des néons qui duraient trop longtemps.

Quant à moi en tant qu'informaticien on m'a très vite expliqué que pour gagner de l'argent en faisant des logiciels de services, le mieux c'est de les concevoir comme défectueux. On les vend pas cher pour attirer le pigeon, on rend le client dépendant et ensuite quand il tombe en panne grace à notre sabotage on facture très cher un dépannage évidemment très simple... Heureusement j'ai échappé à ça mais je sais que c'est courant. Et l'obsolescence programmée dans un logiciel, ça prend tout son sens non ?

Mais des preuves ? Ben non je n'en ai pas !
Certes il n'y a pas de preuves formelles (ils sont quand même pas si stupide), mais de fortes présomptions persistent.

L'obsolescence programmé existe aussi dans l'alimentaire, c'est la date de péremption.
Il y a quelques années en arrière, les dates de péremption sur la charcuterie ont été raccourcie suite à un problème sur un produit dans cette branche.
Conséquence, des dates raccourcies pour toute cette industrie et comme les gens sont des moutons, ils jetent lorsque la date est dépassé.
Pour ma part avant de jeter, je regarde l'aspect, je sens l'odeur, eventuellemnt je goute et aprés je prends ma décision de le mettre aux ordures ou pas et ce même sur des produits "fragile" comme la charcuterie, la crème fraiche, la viande.....
J'ai eu l'occasion de travailler dans l'industrie alimentaire (mise en bouteil d'huile d'olive) et bizarement la même cuve d'huile rempli une bouteil destiné au marché français et un pour le marché des Etat-Unis. Celle vendu en France reçoit une date limite de consommation alors que l'autre en est dépourvu (???).

Je me pose une autre question qui n'a pas directement de lien avec le sujet, mais qui l'a mis à jour.
Si les personnes travaillant aux services communications de ces entreprises ne communiquent pas, comment appelez-vous ça?
Moi des "Emplois fictifs".
[quote=L'auteur de l'article]« Ce que l'on appelle l'obsolescence programmée, c'est-à-dire la pratique qui consiste pour les constructeurs à fabriquer des appareils volontairement plus fragiles. »

Non ! Fabriquer des appareils volontairement plus fragiles, c'est la partie caricaturale, et à mon avis, extrêmement marginale, du débat. Oubliez le doc d'Arte et le reportage d'Elise Lucet qui, en grande partie, y fait écho et regardez simplement autour de vous. L'obsolescence « programmée » (le qualificatif lui-même sert-il la cause ?), c'est aussi est surtout tout un tas de problèmes infiniment plus concrets et communs, comme :
— l'impossibilité (et/ou la non information de la possibilité) de changer les pièces consommables sur certains produits (batteries, disques durs des ordinateurs, chargeurs, charbons des appareils électriques, pièces détachées à prix prohibitifs…). Qui est au courant que les charbons d'une perceuse s'usent naturellement, coutent quelques euros sur internet, et se changent en 5 minutes sur certains modèles ? ;
— dans l'informatique, on pourrait aussi parler des mises à jour logiciel qui ralentissent les machines anciennes sur des tâches pourtant très simples (qui se faisaient très bien quelques années plus tôt avec le même matériel), ou de celles qui ne sont carrément plus assurées par les fabricants au bout de seulement 3 ans (entrainant d'autres restrictions fonctionnelles) ;
— les connectiques et formats propriétaires qui coincent les utilisateurs sur une marque et/ou obligent à racheter du matériel compatible (chargeurs, câbles, docks, …),
— ect. etc.

Quant à la très grande majorité des autres produits, fort heureusement, ils remplissent très bien leur rôle sans contraindre le client d'une manière ou d'une autre. Personne n'a jamais affirmé que TOUS les industriels étaient répréhensibles. Personne n'a jamais dit non plus que tous les produits d'autrefois étaient plus costauds que ceux d'aujourd'hui.

Les 2 ou 3 économistes qui se sont autoproclamés spécialistes de la question après un article de blog (et dont on ne comprend d'ailleurs pas trop la finalité de leur « combat » ?) se cantonnent à des théories commerciales généralistes alors qu'il s'agit plutôt de problèmes particuliers, à étudier au cas par cas. De même qu'on ne peut pas le réduire le débat au documentaire d'Arte, on ne peut pas non plus tout balayer d'un revers de mains en affirmant avec arrogance que les râleurs n'ont rien compris à l'économie de marché et que l'obsolescence « programmée » (ou plutôt « encouragée » ?) n'existe pas.
D'après les débats que je lis ici, j'ai l'impression qu'il serait utile de rappeler la définition du concept d'obsolescence programmée. Selon l'étude du CEC :

le sénateur Jean-Vincent Placé rappelle la définition de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) : « la notion d’obsolescence programmée dénonce un stratagème par lequel un bien verrait sa durée normative sciemment réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée d’usage pour des raisons de modèle économique ». Ces techniques peuvent notamment inclure l'introduction volontaire d’une défectuosité, d’une fragilité, d’un arrêt programmé, d’une limitation technique, d’une impossibilité de réparer ou d’une non-compatibilité logicielle »

Un cas d'obsolescence programmée doit donc inclure le critère de choix délibéré de conception qui réduit la durée d'utilisation du produit, et ce choix doit être guidé par la volonté de vendre un nouveau produit de même type plus rapidement. Je pense qu'on peut donc exclure les cas où il s'agit d'un choix de minimisation du coût en vue de vendre le produit à un tarif plus compétitif, ou de minimiser le coût de certaines parties du produit afin de proposer plus de fonctionnalités à coût équivalent (interprétation acceptable ou non ?). Il me semble intéressant de noter aussi que selon cette définition il s'agit d'une décision malveillante (un "stratagème").

Ensuite le CEC classifie les cas d'obsolescence programmée en 4 catégories : obsolescence technique ou technologique, par péremption, esthétique, et écologique. Il me semble que l'essentiel des débats porte sur la première catégorie : l'obsolescence par péremption ne concerne que la catégorie alimentaire ; l'obsolescence esthétique est avérée et ne fait pas vraiment l'objet de débat (au passage la responsabilité de celle-ci me semble partagée par le producteur et le consommateur) ; enfin l'obsolescence écologique est assez particulière : apparemment les exemples donnés sont liés à des décisions politiques qui créent des effets d'aubaine, par exemple la prime à la casse (personnellement j'ai un peu de mal à voir comment cela entre dans la définition d'obsolescence programmée ?).

J'ai l'impression que beaucoup se basent en fait sur une définition d'obsolescence programmée moins restrictive. Par exemple, si on inclut dans la définition le choix de composants de qualité moindre pour vendre à un prix plus compétitif en sachant que la durée de vie en pâtit, il est certain qu'on trouvera beaucoup plus de cas. On rejoint là le problème du consommateur idéalement rationnel dans le modèle économique : bien sûr, le consommateur a rarement les informations nécessaires pour estimer la perte en durée de vie d'un produit de coût inférieur. Cela cause de fait une obsolescence prématurée générale : pour de très nombreux produits, le consommateur ne peut quasiment que choisir le moins cher, donc les producteurs minimisent leurs prix en rognant sur la qualité, et donc les produits durent moins longtemps.

Cependant, si on reste sur la définition officielle, jusqu'ici je suis d'accord avec l'article : où sont les preuves ? J'ai l'impression en effet qu'on ne croule pas sous les preuves accablantes : en dehors du cas des ampoules qui date quand-même d'un siècle, jusqu'ici il semble n'y avoir d'éléments probants que dans quelques cas assez discutables, au sens où il n'est pas démontré qu'ls remplissent la définition au sens strict (voir par exemple mon commentaire plus haut pour les imprimantes Epson). Or il me semble raisonnable de penser que si cette pratique industrielle (délibérée et intégrée au modèle économique) était si répandue, on aurait quand-même plus d'éléments et de sources : pour le moment on a seulement un documentaire, un mémoire de master et une étude du CEC qui s'auto-citent les uns les autres et reprennent la même série d'exemples... c'est un peu léger non ?
Ce sujet est une vraie bombe! Mais pas de vagues dans le medialand
Pierrot
C'est dommage, je ne trouve plus le lien vers cette nouvelle de science fiction qui parle d'un monde ou l'obsolescence programmee a disparu.
(Ca doit etre un vieil episode d'escapepod ou de starshipsofa).

Dans cette nouvelle, le narrateur s'occupe de maintenance, et est entoure d'incompetents. Il se retrouve a devoir etudier l'ingenieurie a partir de vieux livres pour etre capable de reparer des pieces essentielles (mais centenaires) pour le bon fonctionnement de sa cite: les compagnies ayant cree ces pieces initialement ont toute mise la clef sous la porte, faute de clients.

(Une solution alternative a l'obsolescence programmee existe: l'expansion, autant technique que demographique, dans le systeme solaire.)
L'antonyme de "obsolescence programmé" est-ce "stakhanovisme" ?
Un plan quinquennal est-il organisé pour l'obsolescence programmée ?
Sinon, l'obsolescence programmée des ouvriers qui finissent par se suicider à cause du harcèlement quand ils ne sont pas d'accord avec l'accord "compétitivité-emploi", ça ne mérite qu'un suivi sans forum ?
Ah bon...
Bon.
http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2011/03/07/1773-le-mythe-de-l-obsolescence-programmee
De mon modeste point de vue, un système, qui a pour seul but de vendre sa production et qui pour cela doit créer la demande par tous les moyens, comporte dans ses gènes même l'idée d'obsolescence programmée. Pour moi c'est une solution évidente, mais parmi d'autres.
Il y a certainement de la vraie magouille et j'aimerai bien avoir des infos sérieuses sur ce sujet croustillant, mais pour beaucoup de produits, leur durée de vie limitée (et décroissante) est tout simplement à mettre sur le compte de la logique capitaliste et de sa gestion du rapport "coût de production/profit".

Dégager des marges en baissant les coûts de production (matériaux, main d'oeuvre) entraine mécaniquement une baisse de la durabilité; et sur ce point la responsabilité ne va pas qu'aux consomateurs qui veulent toujours moins cher (et qui sont aussi dressés ou contraints à le faire). L'obsolescence se programme d'elle même quand on privilégie pour un produit son design, sa taille, son bas coût de revient etc. aux dépens de sa durabilité et des éventuelles contraintes qui en découlent. Et ça semble le choix de beaucoup, car la publicité compense les inconvénients que peuvent engendrer une qualité moindre des produits par rapport à d'autres produits qui sont fiables, durables et en tirent naturellement une bonne réputation.
La durabilité n'est pas un facteur priorisé, c'est normal car ça serait un frein à l'écoulement toujours plus rapide de la production, et seul quelques produits dont c'est le concept (souvent chers et de production plus limitée) en fond un élement central.
Ca me fait penser qu'en prenant le problème à l'envers, il n'y a peut être pas de volonté consciente de réduire la durée de vie des produits, mais il n'y a aucun effort de fait pour la prolonger ou tenter de réflechir au problème en l'intégrant aux autres paramètres de design, volume etc. Bon, il y a des milliards de productions différentes, il faut donc relativiser selon chaque produit hein!
La plupart des entreprises font des choix dans le cadre de pensée capitaliste (du profit ou la mort). Penser autrement, ethiquement, durablement, à l'encontre du consumérisme, ça serait prendre un risque et la plupart n'y pense même pas.

Bon, faut pas perdre de vue que la meilleur arme pour créer la demande et le gaspillage (vu le fric qu'ils y mettent), c'est cette affreuse publicité. Elle contribue quand même à créer le fin du fin de l'obsolescence programmée: la mode.
Un article sur le sujet dans l'Humanité dimanche d'il y a quelques mois (pdf) http://pdf.lu/8106
A propos des ampoules:
Un reportage sur je ne sais plus quelle chaîne il y a quelques semaines a montré une ampoule dans une caserne de pompiers aux USA qui "brille" depuis plus de 100 ans sans discontinuer.
Tout le monde a pu constater que les ampoules à incandescence claquent le plus souvent au moment de l'allumage. Une première mesure pour faire durer une ampoule est donc de la garder allumée en permanence. C'était le cas de celle des pompiers.
Ensuite, il faut voir l'ampoule présentée en début de video sur l'entente des fabricants. Elle n'éclaire pas, elle luit. Nuance! Sa lumière n'est pas blanche, mais orangée, ce qui est dû à une sous-alimentation. Tel était manifestement le cas aussi de l'ampoule des pompiers. Donc, si vous voulez faire durer une ampoule vous la fabriquez pour, par exemple, qu'elle supporte du 220V, mais vous l'alimentez en 110. Mais alors, ne vous plaignez pas si vous n'y voyez rien à 2 mètres.
Jusqu'à preuve du contraire, ce qui est fait pour les ampoules à incandescence relève donc plutôt du compromis entre durabilité et luminosité.
Avant de crier au complot, il faudrait examiner scientifiquement comment elles sont fabriquées: quel métal pour le filament, quelles dimensions, quel gaz dans l'ampoule, sous quelle pression... et quelles conclusions en tirer.
Le comble de l'obsolescence programmée, c'est tout de même le modèle de la presse. Prenez par exemple le journal d'hier: tout est obsolète ! La météo, l'éphémèride, l'horoscope ... Et même la plupart des commentaires des journalistes. C'est à se demander s'ils ne créent pas une actualité nouvelle tous les jours pour nous inciter à les acheter tous les jours.
Dans le docu prêt à jeter passé sur Arte, un Russe est interrogé sur le logiciel qu'il a créé et qui permet de débloquer le compteur des imprimantes Epson programmées pour empêcher le matos de faire plus de 18000 copies, ainsi que les cartouches qui bloquent même si elles ne sont pas vides, il est disponible ici http://www.ssclg.com/epsone.shtml
et je peux vous garantir que ça fonctionne.
Il faut appeler un chat un chat, le fondement du capitalisme est de vendre des objets, toujours plus. Le retour de la croissance, le CAC40, tout ce bazar.

L'obsolescence programmée n'est-elle pas une tentative de mise à distance du vrai problème qu'est la société de consommation? Cela ne masque-t-il pas la façon de fonctionner du système? Obsolescence programmée, y a forcément des salauds derrière, et ouf ce n'est pas moi! Une simplification pour trouver le coupable idéal.

L'industriel est un voleur, oui on sait, mais quant est-il du consommateur qui est prêt à tomber dans tous ses pièges? Les gens pleurent sur les industriels qui mettent des pièces plastiques qui pètent mais ce sont les mêmes qui pleurent pour que ce soit le moins cher possible. Et si on remettait en cause le marketing et la publicité?

Pour 3% d'obsolescence programmée, 97% de consommation effrénée?

Obsolescence peut-être, capitalisme assurément!
Les preuves ? Il n'y en a pas car l'obsolescence programmée n'existe que dans la tête des gens qui pestent contre la durée de vie de nos machines mais cherchent en même temps à acheter à bas prix.

Il n'y a pas de complot pour réduire la durée de vie des produits. Les industriels ne font pas de produits volontairement fragiles, ils ne font que répondre à la demande des consommateurs qui au fond sont très contents de changer régulièrements leur appareils électoniques ou leur voiture.

Mais bein sûr, dans ce domaine comme dans d'autres, c'est plus facile d'accuser le méchant capitaliste plutôt que le gentil prolétaire.
Etes-vous un disciple de consensus39 ??!
Je l'espère ;)
Pinaise quel fil... Et ben non, c'était pas du tout un disciple de consensus...
@Albert, si vous avez pas encore lu Adam Smith, ça va chauffer pour vous!!!
je suis intarissable sur Adam Smith. mais je suis feignasse, j'aurais l'impression de radoter. bonne nuit.
Bah c'est pas grave alberto du moment que tu connais ton Marx à la perfection, pas de problème on te pardonnes largement là...Hasta siempré la victoria !
Non, je suis sérieux, c'est juste que je réfléchis pa r moi-même au lieu de gober les "théories" qu'on peut trouver sur le net.
Aïe, c'est plus grave alors. Vous avez vu "prêt à jeter" ? C'est pas des théories, et c'est pas sur le net.
J'ai vu, et j'ai rigolé tellement c'est ridicule.

Au sujet de ce 'documentaire', l'excellement billet des éconoclastes qui démonte le truc mieux que moi.
Pas le temps de lire le billet "qui démonte le truc", mais en jetant un oeil en diagonale je n'ai vu trace de ce que je dis dans mon post plus bas concernant les imprimante (et cartouches) Epson, programmées pour ne pas dépasser un certain nombre de copies, ridicule ?
Bon tant pis.
Vous vouliez une réponse ? Désolé, j'attendais que vous lisiez le billet en détail. Tiré du billet en question:


Le fil rouge du reportage se termine - un espagnol ayant essayé, très difficilement, de réparer son imprimante à jet d'encre parce qu'il ne voulait pas en changer, suivant les conseils des vendeurs lui suggérant plutôt d'en acheter une neuve pour une trentaine d'euros. Sa situation est mise en abîme avec celle du Ghana, qui reçoit par containers entiers du matériel informatique jeté dans les pays développés. Le documentaire insiste lourdement sur le parallèle entre ces africains sages qui ne gaspillent pas, par opposition à ces occidentaux gaspilleurs qui mettent leur matériel à la poubelle à la moindre occasion. Là encore, l'explication économique est simple. Comme le montre l'exemple de l'espagnol essayant de réparer son imprimante, réparer certains matériels consomme énormément de temps; au Ghana, récupérer des choses utilisables dans le matériel informatique jeté prend aussi énormément de temps de travail, occupant des familles entières sur des décharges. cela ne représente aucune sagesse africaine particulière; dans nos pays développés, les produits fabriqués en grande série ne coûtent pas cher, parce que nous disposons d'un immense capital productif; par contre, le travail est très cher. La situation est inverse dans les pays en développement. Résultat? Chez nous il est bien moins coûteux de racheter du matériel neuf que de consacrer du temps de travail à le réparer. Au Ghana, le travail est abondant et ne coûte (et ne rapporte) presque rien. Le documentaire se garde bien de demander à ces gens qui passent leurs journées à farfouiller dans des ordures quelle existence ils préféreraient : la réponse n'aurait pas cadré avec le ton général.
Je ne parle que du cas de ce que je raconte plus bas avec le logiciel qui bloque l'imprimante comme expliqué dans le doc juste après la séquence sur le Ghana.
Ce billet est totalement à côté de la plaque, je suggère que son auteur fasse justement un tour au Ghana et questionne lui-même les gamins qui crapahutent dans les décharges bourrées de saloperies.
Moi je croyais que les multinationales dans un système capitaliste de consommation de masse recherchaient le profit maximum. Et que, pour ce faire, elle favorisaient par le marketing, la publicité et "l'innovation" (genre une coque pour portable qui change de couleur quand il pleut) une sur-consommation qui entraine une gabegie écologique et un désastre social dans les pays du Tiers Monde.
Maintenant grâce aux éconoclastes j'ai compris que les africains ne sont pas les exploités dans ce système... ils rationalisent simplement leurs coûts de production. J'ai compris qu'acheter du neuf c'est pas du gaspillage puisque ça coute moins cher. Le système est génial et logique, circulez y a rien à voir.
En gros la bonne vieille rengaine néolibérale, l'offre et la demande la rationalité de l'homo œconomicus...
Ecoeurant et à côté de la plaque.
Merci pour le lien, voilà enfin un avis argumenté qui ne se contente pas d'aller dans le sens du vent ("hou les vilains industriels !")


Il n'y a pas de complot pour réduire la durée de vie des produits. Les industriels ne font pas de produits volontairement fragiles, ils ne font que répondre à la demande des consommateurs qui au fond sont très contents de changer régulièrements leur appareils électoniques ou leur voiture.


j'ajouterais sans originalité aucune l'argument du coût : surtout dans le cas d'appareils électroniques assez sophistiqués, comme de toute façon le consommateur est incapable de se faire une idée de la durabilité de ce qu'il achète, à produit équivalent il préfera évidemment acheter le moins cher. L'industriel doit donc anticiper ce comportement et réduire son coût, ce qui implique de ne pas utiliser les matériaux les plus résistants qui sont plus chers, CQFD.
"'excellement billet des éconoclastes ".

Laissez-moi pouffer. L'argument est : puisque la libre concurrence entre les entreprises est parfaite, que les acteurs sont rationnels, toute chose étant égale par ailleurs, il ne peut en résulter autre chose que le meilleur produit sera toujours préféré au produit inférieur.

C'est oublier :
1. L'assymétrie d'information entre le producteur et le consommateur au profit du premier.
3. Le marketing et la publicité.

A quoi il faut ajouter l'éducation à la consommation auquel les populations sont soumises depuis plus de cinquante ans, le fait qu'elle concerne les enfants de plus en plus jeunes dans toutes les sphères de la vie quotidienne.

Le problème du raisonnement au coeur d'éconoclaste c'est qu'a le généraliser nous vivons dans le meilleur des systèmes possibles où tous le monde à accès à toute l'information présente, passée et future et aucune information n'est jamais cachée ou minorée. Puisque la concurrence est le meilleur système, c'est le plus efficient, et comme il est le plus efficient c'est le meilleur système (tautologie), à l'allocation des ressources la plus efficace.

Or nous constatons tous les jours le contraires. Je suis donc désolé de préférer le réel empirique à la perfection théorique de votre éconoclaste.
Si j'ai bien compris ( je découvre), les iconoclastes en sont encore au paradigme de l'homo œconomicus. Ce n'est même pas la philosophie qui leur fait défaut ( rappelons qu'Adam Smith était philosophe), mais un minimum de sociologie et d'anthropologie. Des mutilés du ciboulot, quoi. Que sortent-ils, quand ils entendent parler de culture ?
heu ? Des perles ? J'ai bien répondu ? Qu'est-ce que je gagne ? Merci moun chéri !
Non, ce n'est pas du tout leur argument. Leurs arguments, les voici:

[quote=]
Bien sûr les choses ne sont pas si simples, et en pratique, beaucoup des produits que nous achetons ne sont pas particulièrement durables. Il peut y avoir deux raisons à cela. La première tient aux contraintes de la production. La durabilité est une qualité désirable; mais il y a d'autres, nombreuses qualités désirables, comme un faible coût de production, ou des caractéristiques spécifiques. [...]

Tout problème d'ingéniérie nécessite d'optimiser entre différentes qualités incompatibles. Bien souvent, la réparabilité ou la durabilité passent au second plan, derrière d'autres qualités, comme le prix. Produire en grande série standardisée permet de réduire considérablement les coûts; réparer est un artisanat qui coûte très cher, parce que dans nos pays développés le travail coûte cher. [...]

Et cette optimisation entre des qualités concurrentes rencontre les aspirations, elles-mêmes variées, des consommateurs. Une observation modérée de mes semblables de sexe féminin m'a ainsi permis de constater que nombre d'entre elles changent très régulièrement de tenue vestimentaire, et qu'elles semblent y attacher beaucoup d'importance. Dès lors, il ne me semble pas absurde d'envisager qu'elles préfèrent acheter 26 paires de collants dans l'année - ce qui permet d'en avoir des différentes - plutôt que de porter toujours les mêmes à longueur d'année. Ce sont peut-être des dindes écervelées qui ont le cerveau lavé par la presse féminine et les diktats de la mode; plus probablement, elles font de leur tenue vestimentaire une façon de manifester leur goût et leur charme.

Et c'est la seconde raison qui explique pourquoi les produits ne sont pas toujours très durables; soumis au choix entre des produits durables et des produits rapidement obsolètes, nous avons souvent tendance à préférer les seconds. Nous aimons la variété et la nouveauté. Consommer n'est pas seulement satisfaire un besoin utilitaire; c'est aussi une source de satisfaction, de démonstration de diverses qualités personnelles à notre entourage.


Voila leurs arguments. Nulle part dans ce billet ils n'écrivent, je vous cite: " L'argument est : puisque la libre concurrence entre les entreprises est parfaite, que les acteurs sont rationnels, toute chose étant égale par ailleurs, il ne peut en résulter autre chose que le meilleur produit sera toujours préféré au produit inférieur. " Nulle part !

Vous êtes donc quelqu'un de profondément malhonnête intellectuellement. Bon vent.
Et cette optimisation entre des qualités concurrentes rencontre les aspirations, elles-mêmes variées, des consommateurs. Une observation modérée de mes semblables de sexe féminin m'a ainsi permis de constater que nombre d'entre elles changent très régulièrement de tenue vestimentaire, et qu'elles semblent y attacher beaucoup d'importance. Dès lors, il ne me semble pas absurde d'envisager qu'elles préfèrent acheter 26 paires de collants dans l'année - ce qui permet d'en avoir des différentes - plutôt que de porter toujours les mêmes à longueur d'année. Ce sont peut-être des dindes écervelées qui ont le cerveau lavé par la presse féminine et les diktats de la mode; plus probablement, elles font de leur tenue vestimentaire une façon de manifester leur goût et leur charme.

Et c'est la seconde raison qui explique pourquoi les produits ne sont pas toujours très durables;


Ce texte n'a rien de scientifique, c'est le point de vue d'une personne qui pense certainement que l'obsolescence programmée est une thèse complotiste.
Il y a certainement du vrai la dedans, mais ce n'est pas une raison pour ne pas croire que l'obsolescence programmée n'est pas une réalité sociologique, économique, anthropologique.... L'anti-complotisme est aussi ridicule que le complotisme!!!
Oui et non. Ce n'est pas une démonstration matématique, mais un rappel de ce qui guide réellement les choix industriels. De toute façon, même avec l'aide de la science, il est impossible de démontrer que quelquechose (les fantomes, dieu ou lo'bsolesnce programmée) n'existe pas. Tout au plus peut-on relever que ces choses-là ne se manifeste pas dans le monde réel...
C'est un rappel non exhaustif de ce qui guide réellement les choix industriels. Le sujet dont nous parlons n'est effectivement pas tranchable de façon "scientifique". Dans ces conditions, embrasser le complotisme est aussi peu rationnel que de le nier.
Je ne nie pas le complotisme, je le dénonce ! :)
[quote=Tristan Le Gall]Dès lors, il ne me semble pas absurde d'envisager qu'elles préfèrent acheter 26 paires de collants dans l'année - ce qui permet d'en avoir des différentes - plutôt que de porter toujours les mêmes à longueur d'année.

Vous faites bien de parler de collants! c'est l'exemple extrême, toute femme vous le dira. Les premiers "bas nylon" étaient inusables, quasiment indestructibles. Les fabricants ont diminué le diamètre du fil jusqu'à l'absurde: on nous a vendu des bas qui "filaient" avant même qu'on les enfile, pour peu qu'on ait la peau des mains un peu rêche.Je vous dis pas l'exaspération! Au point que de nombreuses femmes ont fini par préférer le pantalon l'hiver, les jambes nues l'été. Ayant ainsi tué leur propre négoce, ils ont récupér leur clientèle avec des collants fun, mignons, variés, etc... Qui durent un peu plus longtemps, certes, mais pas au point qu'on puisse se contenter de 26 paires par an.

J'aime bien quand vous écrivez "porter toujours le mêmes à longueur d'années". Même pour les chaussettes les plus épaisses, ça n'est pas possible, elles sont usées bien avant.

Pour moi, le documentaire "Prêt à jeter" n'a rien eu d'une révélation. Simplement un complément d'explication. J'imaginais quand même pas qu'ils puissent pousser le vice jusqu'à programmer une imprimante pour qu'elle se bloque toute seule, et qu'il suffise d'une manip de genre piratage pour la remettre en marche. Ou jusqu'à mettre une puce qui empêche de vider une cartouche, puce qu'il suffit de désactiver pour continuer à imprimer. .
Tristan devrait porter des collants lui-même pour voir ce qu'il en est . ..Et faire lui-même les tests de la non obsolenscence programmée ou non car j'ai pas d'a priori du tout. Pas besoin d'évoquer un quelconque complotisme de la part des consommateurs, si l'histoire de la puce est vraie c'est réellement pire que ce que l'on pensait.

Il faut savoir qu'avec le fordisme et le rendement accéléré des machines et des hommes (ceux qui s'usent aussi plus vite !) il y a surproduction et les consommateurs achètent moins à cause de la crise. Alors ou est le sens de ce rendement mécanique qui usent les hommes physiquement et moralement avec un salaire très bas ? Tristan ne peux me répondre sur ces questions là car cela ne le concerne pas.

L'obsolescence de l'humain les économistes s'en tapent et s'en contrefiche adonf. Les TMS et les suicides, le harcèlement moral de la part de la DRH fait des victimes de plus en plus nombreuses. Est-ce que Tristan peux mieux nous expliquer l'économie à ce sujet ??
"les aspirations, elles-mêmes variées, des consommateurs."

"soumis au choix entre des produits durables et des produits rapidement obsolètes, nous avons souvent tendance à préférer les seconds."



Excusez-moi, dans les deux cas cité, l'auteur postule que le choix du consommateur est rationnel. De plus, que ce choix oriente en dernier recourt production d'un produit - une entreprise qui ferait un produit plus durable prendrait des parts de marché sur les autres entreprises, les entreprises n'ont donc pas intérêts à faire des produits non durable.

J'ai opposé des arguments à ce qui à mes yeux est tout simplement l'explication de l'efficience du marché, de la libre concurrence. Or pour postuler cela il vous faut : symétrie d'information (passée, présent et future) - chose impossible -, rationalité du choix - idée elle aussi battue en brèche.

La malhonnêteté intellectuelle n'est pas toujours où l'on croit.
Non, l'auteur ne postule pas que le choix du consommateur est rationnel. Il rappelle juste que le consommateur a des attentes et que ces attentes ne sont pas seulement la fiabilité ou la durabilité. Et oui, les entreprises ont intérêt à proposer des produits qui répondent aux attentes des clients. Sinon, ils vendent moins, voire pas du tout, et se font détruire par la concurrence.

Vos "arguments" se ne réfutent en rien les arguments de l'éconoclaste., ils les renforcent même. L'assymétrie d'information joue dans le sens "produire du moins durable" car le consommateur, ne pouvant pas juger de la durabilité d'un produit, va choisir en fonction d'autres critères (prix, fonctionalités offertes, esthétique, etc).

Je vous rappelle que mon propos, comme celui de plusieurs autres personnes ici ou sur le blog que j'ai cité, est de dire que la (relativement) faible durée de vie des appareils n'est pas le résultat d'un complot mondiale mais plutôt des contraintes du marché (à savoir les attentes des consommateurs). Si vous n'êtes pas d'accord avec moi, vous devez prouver que les industriels s'entendent pour délibérément réduire la durée de vie de leur produits. Chose que personne ici, ni ailleurs, n'a jamais fait.
"Et oui, les entreprises ont intérêt à proposer des produits qui répondent aux attentes des clients. Sinon, ils vendent moins, voire pas du tout, et se font détruire par la concurrence. "
"les contraintes du marché (à savoir les attentes des consommateurs)"

Pour moi ceci revient à l'argument de l'efficience du marché - que j'ai critiqué plus haut. Je n'ai pas à prouver quoi que se soit, d'ailleurs. Au passage, le billet que vous citez ne démontre pas non plus, selon moi, que ces pratique sont impossibles.

Etant donné que :
1. en goûtant à l'aveugle les consommateurs préfèrent pepsi-cola à coca-cola alors que c'est l'inverse dans la vraie vie..
2. General Motors a été capable de racheter les compagnies de tramway des villes américaines pour virer les rails et vendre leurs moteurs, bus, voitures, etc..

Il est tout a fait possible qu'un constructeur choisisse délibérément d'augmenter le taux de remplacement de ses produits et compte sur le marketing pour ne pas se faire écrabouiller par la concurrence. Et tout aussi possible que cela fonctionne très bien et que ladite entreprise voie ses cours de bourse crever le plafond

D'autre part, l’éconoclaste réduit la notion d'obsolescence programmée à l'une des ces formes les plus extrêmes sans prendre en compte les autres :

cf :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/mortel-gaspillage_1775437_3234.html

Débat Latouche / éconoclaste
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-l-ipod-de-nos-grands-meres-etait-il-vraiment-plus-solide-2012-10-03
Merci Norbix pour ces liens précieux.
encore un complotiste ce Latouche.
oui ou non parce que pour se faire une idée c'est dure : alors vrai ou faux ou entre les deux ? : encore un site ..

On va pas y arriver à avoir un avis tranché sur ce sujet ...
Warging; Attention le lien donné plus haut amène vers un lien "fascisant "..Je m'en excuse car j'ai pas lu la logique qui les fait supporter le site "ami" (?) éconaute com etc.....

Par contre l'internet pourrait être proche du limité et rentrer dans le champ de l'obsolescence programmée ? :internet limité en Allemagne
"un avis tranché"
Voilà un couteau qui ne semble pas menacé d'obsolescence.
Et oui Roro le couteau date bien de la préhistoire et donc on peux en déduire qu'il a son usage utile et pas prêt à être mis en tant qu'objet obslète.
http://www.laboutique.biz/boutique/boutique-victorinox.cfm
L'homo silexus : le boutiquier
j'attends de voir l'équivalent bonobo
Ho ! Mais si que les singes supérieurs comme chimpanzés, bonobos, Oran outan utilsent des outils pour leur permettre de surivre ou se nourrire .Pfuuiit tu est dur alberto voyons. Bien sur qu'ils ont une culture de l'outil qui se transmet par apprentissage. Je dis pas qu'ils créent des arts et métiers mais déjà ils nous montrent comme nos ancêtres ont évolués. les primates pêchent et chassent Et là En fait c'est l'enfance de l'homme qui nous ai donné à voir. Les homos ont appris a faire des outils comme les primates supérieurs que l'on voit ici ..

Sinon je répète tout à Fifine ! non mais heu...
Quelles sales bêtes ! heureusement qu'il y a Fifine pour nous réconcilier avec l' animalité.
Ah enfin ! C'est dur mais à a fin on y arrive ...Bien oui après tout nous ne sommes que des animaux mon cher. Tiens la preuve un bonobo humain ...Bonobo humain arrêté à New York

La preuve du pudding c'est qu'on le mange.
miaw !
Tiens un site pour les hommes ! Seulement eux en fait. Tous sur les homos

Ne pas confondre avec les autres hein. Pas pareil mais presque.
Yèza, tu prêches un convaincu ! j' adore ces adorables sales bêtes ! Je demande seulement que les mots aient un sens !
Les chimpanzés ont 99,5 % de gènes communs avec les êtres humains.
Moi, sans vouloir me vanter, je fais beaucoup mieux avec 99,9 %.
Faire des outils! Nous ? Pour faire quoi ?
Marrant !
Non, cela ne revient pas à dire, je vous cite encore, que "la libre concurrence entre les entreprises est parfaite, que les acteurs sont rationnels, toute chose étant égale par ailleurs, il ne peut en résulter autre chose que le meilleur produit sera toujours préféré au produit inférieur".

Je vous rappelle que le billet d'Econoclaste pourfend un 'documentaire' qui sous-entend que les industriels organisent l'obsolescence des produits alors qu'ils pourraient vendre des produits plus durables. Econoclaste, moi et quelques autres sur ce forum vous expliquent que les industriels doivent tenir compte de nombreux critères, et que s'ils ne priviligient pas la durabilité, c'est essentiellement parceque les consommateurs ne recherchent pas cette qualité et privilégient le plus souvent un prix bas, ou des fonctionalités nouvelles, ou un "design", un nom de marque, etc. Bref, il n'y a pas de complot et si les industriels pouvaient faire des produits plus durables pour le même prix que des produits moins durables, ils ne se géneraient pas pour le faire.

Ni vous ni personne n'ont prouvé qu'un constucteur "choisisse délibérément d'augmenter le taux de remplacement de ses produits et compte sur le marketing pour ne pas se faire écrabouiller par la concurrence." On peut l'imaginer, comme on peut imaginer beaucoup d'autres choses, ça n'en fait pas des vérités. Je vous met au défis d'apporter les preuves de cette thèse complotiste qu'est l'obsolesence programmée.
Au fait Tristan que risque -t'on en cas ou on est "complotiste" ou conspirationniste ? Quels sont les textes de lois qui légifèrent sur le sujet ? ON en parle trop de nos jours pour ne pas en déduire que cela débouche un jour sur quelque chose de concret ...Non ?
Des éléments de preuves dans certains de mes propres posts sur ce forum.
Non. tous les exemples concrets donnés sur ce forum ont été expliqué par autre chose que la soit disantes "obsolesence programmée". On attend toujours la preuve de ce complot. Et par preuve j'entends autre chose que "j'ai acheté un appareil il y a un an et il est tombé en panne !"

Lisez par exemple le message d'Erwan tout en bas:
[quote=Erwan]Cependant, si on reste sur la définition officielle, jusqu'ici je suis d'accord avec l'article : où sont les preuves ? J'ai l'impression en effet qu'on ne croule pas sous les preuves accablantes : en dehors du cas des ampoules qui date quand-même d'un siècle, jusqu'ici il semble n'y avoir d'éléments probants que dans quelques cas assez discutables, au sens où il n'est pas démontré qu'ls remplissent la définition au sens strict (voir par exemple mon commentaire plus haut pour les imprimantes Epson). Or il me semble raisonnable de penser que si cette pratique industrielle (délibérée et intégrée au modèle économique) était si répandue, on aurait quand-même plus d'éléments et de sources : pour le moment on a seulement un documentaire, un mémoire de master et une étude du CEC qui s'auto-citent les uns les autres et reprennent la même série d'exemples... c'est un peu léger non ?
Je l'ai lu. Mais pour revenir à ce que vous dites, je pense que vous employez trop souvent sur le mot "complot" sur ce sujet, comme si nous pensions qu'il s'agit d'une vaste conspiration émanant d'un lobby se serrant les coudes.
C'est pourtant bien moins compliqué, et ça tient en un seul mot, sur lequel TOUT tourne dans le monde des fournisseurs et des consommateurs:
Argent.
Ce que vous appelez "complot", pourrait être ce que l'on appelle des pratiques commerciales douteuses, au bas mot: aussi sûr que la technologie informatique, au moment où elle est mise sur le marché, est déjà obsolète, mais continue malgré tout à se construire.
Je parlais de l'exemple en apparence anodin de carte graphique sans ventilateur ou d'alimentations placées en parfaite connaissance de cause, à côté des processeurs, voire quasiment collées à la carte mère.
À l'échelle d'une voiture, c'est comme si on supprimait sous le capot le ventilateur, en espérant que le fait de rouler suffise à refroidir le système.
Ils savent que conçus un peu différemment, une histoire de quelques centimètres, la longévité elle-même des ordinateurs dont je parle durerait quelques années de plus à l'aise, sans surcoût particulier.
Je parlais aussi des pièces de rechange, et chacun sait quel parcours du combattant il s'agit pour nombre d'entre elles, ça va de l'interphone au lave-vaisselle où il faut parfois des pièces anormalement compliquées à se procurer, quand il ne s'agit pas de dépenser une fortune et d'attendre jusqu'à plusieurs semaines pour l'obtenir.
Je ne suis pas ingénieur comme quelques autres dans le forum, mais je baigne dans le milieu de la technologie, de l'administration informatique, avec aussi à la clef quelques réunions de type "bilans" et "séminaires" avec d'autres entités comme des téléprospecteurs et les commerciaux qui vont avec, j'ai quelques notions du type de matériel requis sur lequel ils jettent leur dévolu, et lesquels auront la garantie la plus longue - et d'autre pas.
Malheureusement, comme c'est aussi expliqué et ne vous en déplaise, démontré dans les documentaires dont j'ai donné les liens plus haut à plusieurs moments, nous arrivons en définitive à l'instant dont vous ne voulez pas entendre parler, alors que c'est très précisément la clef de voûte de ce que vous ne voulez pas admettre:
L'appareil a été acheté il n'y a pas longtemps, et il est déjà mort. Ce n'est pas un condensateur, un transistor, un fusible, un câble, une mémoire qui est grillé(e): il est foutu de chez foutu.
Qu'on parle d'un gadget fun de 8 cm pour dépoussiérer les coins de meubles qui fonctionne avec 15 piles au lithium, c'est normal.
Mais quand on parle de téléviseurs, de lave-linges, de frigos, de congélos, ou d'ordinateurs, ... bref: d'équipement quand même lourd et pour lequel il me semble très très fortement que la technologie n'a cessé d'évoluer et de s'améliorer en plusieurs des décennies passées, je ne peux pas vous dire mieux que d'ouvrir les yeux sur une pratique qui date du siècle dernier, dont je ne prétends certes pas qu'elle est généralisée dans tous les secteurs, mais qui, quels que soient les efforts que vous déployez sur ce forum: existe malheureusement bel et bien.
C'est simple à pleurer, comme pratique, tellement qu'effectivement on n'ose croire que c'est aussi grossier:
C'est gros, ça pète, ça coûte un bras, c'est mission presque impossible à réparer sans donner la moitié de l'autre bras, et pourtant, on ne parle pas que de l'entrée de gamme, mais aussi d'équipements de milieu de gamme.
Cet autre chose qui selon vous, est l'explication de ces nombreux exemples concrets, même si elle se déroule en plusieurs étapes, à plusieurs stades de leur processus de fabrication, porte un nom:
l'obsolescence programmée.
C'est exactement ça.
On sait que ça va claquer rapidos, et qu'un couple de modestes ressources, aura besoin de plusieurs exemplaires de chacun de ces modèles sur une période de 15 à 20 ans.
C'est un fait.
Et actuellement, quelle que soit la manière dont on trépigne vis-à-vis de ce système, ça se déroule de cette manière.
Pour répondre à Erwan plus bas:
non, ce n'est pas "un peu léger".
C'est du lourd, du très lourd.
Faire raquer le plus possible ceux qui n'en ont pourtant pas suffisamment les moyens.
Ceux qui investissent dans du haut de gamme, sauf manque de bol, n'ont pas ce type de problèmes.
Ce n'est pas qu'une simple question de gamme, de mauvaise et de bonne qualité.
On peut faire du pas ou peu cher, avec un minimum de qualité et de résistance, que ce qui ne se pratique actuellement.
On ne le fait pas toujours, c'est ainsi.
Je ne peux faire de meilleure illustration de mon propos.

Bonne nuitée.
On tourne en rond. Vous répétez une fois de plus ce discours sur la soit-disante obsolescence programmée, et je pourrais vous dire une fois de plus "ou sont les preuves?". Les documentaires cités dans l'article ou dans divers postes de ce forum ne démontrent en rien que les industriels font exprès de réduire la durée de vie de leur produits. En revanche, il est vrai que la durée de vie n'est pas leur priorité numéro 1, essentiellement car ce n'est pas la qualité essentielle que recherchent les consommateurs (qui eux regardent plutôt le prix, les performances, etc).

Bref, ce n'est pas ainsi qu'on peut faire avancer le débat, car ceux qui ont eu à concevoir des produits industriels (ou qui connaissent un peu ce milieu) savent très bien que la thèse d'un complot ourdi pour réduire la durée de vie des appareils est complètement ridicule, tandis que les utilsateurs qui ont disons une certaine conscience politique n'arrivent pas à sortir de leur discours "industriel= sale capitaliste prêt à tout pour augmenter son profit".

Je voudrais juste vous rappeler:
- qu'il ne faut jamais attribuer à un complot ce qui peut s'expliquer plus facilement par de l'incompétence. Si vos appareils souffrent d'un problème qui en réduit la durée de vie, c'est bien plus probablement dû à une erreur de conception qu'à une malveillance.
- que la rapidité des changments technologiques rend difficile et pour tout dire inutile la réparation du matériel informatique/électronique. Puisqu'on est capable de doubler la puissance de calcul des puces tous les 18 mois, cela signifie que quand votre appareil tombera en panne, ses composants électroniques seront probablement obsolètes technologiquement et ne seront plus fabriqués (donc pas de pièces détachées)
- qu'en dépit de ces problèmes il est possible d'acheter du matériel qui tient assez longtemps. Il faut faire gaffe à ce qu'on achète, bien lire le manuel pour ne pas utiliser l'appareil n'importe comment et il ne faut pas non plus avoir des attentes irréalistes.
Une attente irréaliste, ce n'est pas de voir un appareil électro-ménager être HS entre 1 an et 3 ou 5 ans, pour des milliers d'entre eux.
Je pourrais vous dire que continuer à croire qu'il s'agit d'erreurs ponctuelles répétées et comme par hasard, dans les gammes dont je viens de parler, est une sorte de complot visant à coûte que coûte (c'est le mot) faire croire que l'obsolescence programmée n'existe pas, au mépris des faits qui s'accumulent au fil des décennies.
Nous ne nous convaincrons pas.
Donc juste le rappel des faits: des produits, qui lâchent un peu au-delà des garanties, et quand c'est avant, le plus souvent, on remplace l'ensemble de l'achat. Il est peu probable que les mêmes marques qui fabriquent à dessein du médiocre comme le meilleur, sur le thème rapport qualité-prix, fassent preuve "d'incompétence" très ciblée concernant l'équipement du bon populo. Qu'ils ne se disent pas "nous serions bien trop cons de faire un micro-ondes à 29,90 euros qui dure plus de quinze ans, et d'autres à 600 euros qui tiendra pareil, même si les qualités des produits sont radicalement différentes".
Désolé, commercialement parlant, de l'assemblage à la finition, sans parler de "méchants capitalistes" (il faut varier un peu les caricatures, au passage, dans le forum), c'est la logique marketing qui prédomine, et si ce n'est bien évidemment pas le cas partout, les résultats sont là, et c'est bien un truc que la plupart des gens, qui n'ont d'autres choix que de se procurer ce types d'appareils, constatent au jour le jour.
Et je ne suis pas persuadé qu'ils ont des "attentes irréalistes", mais sont pour beaucoup, davantage sur le mode "tant que ça marche".
Sans parler des notices, c'est encore un autre truc qui n'a rien à voir avec ce que je dis, ni avec ce que vous dites vous-même d'ailleurs.
Ou alors, il faudrait rajouter des passages:

"Bonjour.
Merci tout d'abord, d'avoir choisi nos ordinateurs.
Il est possible que, au vu de la façon pour le moins originale que nous avons d'agencer les éléments soumis à des températures pouvant varier de 30° à 80°, la carte mère puisse littéralement fondre dans des délais plus ou moins variables en fonction de l'intensité de votre utilisation.
Pas de panique.
Veuillez juste régulièrement - deux à trois fois par semaine - ouvrir l'habitacle et de vérifier que le bloc alimentation installé avec compétence à 5 mm du chipset lui-même collé à la RAM disponible, ne dégrade la carte graphique de 1GO juste en dessous, car pour des raisons pratiques d'utilisation qui n'ont rien à voir avec une quelconque malveillance ni avec une improbable erreur de conception, elle n'a pas été dotée de ventilateur malgré sa puissance. C'est normal.
Notez que cette pratique doit être régulière, vu que vous refermerez l'habitacle à chaque fois afin de profiter au maximum de votre acquisition qui, rappelons-le, vous a été vendu en l'état par un professionnel agréé, sous cette forme étudiée et ne le nions pas plus longtemps; carrément révolutionnaire.
Vous pouvez agrémenter votre acquisition (merci encore pour votre fidélité) en acquérant un petit extincteur judicieusement placé à proximité de votre équipement, pour des raisons de tranquillité d'esprit bien compréhensibles."


Bon j'en rajoute pour déconner un peu, mais c'est néanmoins très proche de la réalité, et pas que pour les ordinateurs, loin de là.
"les industriels doivent tenir compte de nombreux critères, et que s'ils ne priviligient pas la durabilité, c'est essentiellement parceque les consommateurs ne recherchent pas cette qualité"

Mais prouvez-moi que les consommateurs ne recherchent pas la durabilité.

Je vous faisais simplement remarquer que le raisonnement de l'econoslaste n'est pour moi aucunement valide en ce que certains de ces présuposés me semblent incohérents (et personnellement je n'ai jamais parlé de complot). Stipuler la préférence des consommateurs sur la mode ou la technologie au détriment de la durabilité me semble poser deux gros problèmes théoriques.
Le premier est qu'il ne tient jamais compte de la publicité - ce qui selon moi remet sérieusement en cause l'idée même de préférence du consommateur pour quoi que se soit.
Le seconde, plus fondamental encore, sur lequel ni lui ni vous ne répondez jamais, est que la mode et la technologie sont très exactement ce que Latouche considère comme être des cas d'obsolescence programmée. L'industrie du logicielle est d'ailleurs celle dont le modèle économique porte cette logique le plus loin.
Vous pensez sincèrement que les consommateurs préfèrent changer leur système d'exploitation, remettre à jour leurs logiciels tous les ans...

Ceci étant dit, c'est un plaisir de débattre avec vous.
D'après ce que je peux observer dans mon entourage, la durabilité n'est pas le principal critère de choix. Le principal critère est "le rapport qualité prix" évalué bien évidemment empiriquement. En ce qui me concerne, je ne me pose jamais la question de la durabilité pour quelquechose qui coute moins de 100 euros, et au delà c'est un critère parmi d'autres (prix, fonctionalités, esthétique, qualité selon des avis recueillis sur des sites de consommateurs ou dans mon entourage, etc).

Sans être une preuve, je pense pouvoir extrapoler cela pour affirmer qu'une grande majorité des consommateurs ne s'intéressent pas vraiment à la durée de vie des produits, où le font uniquement selon le principe hautement objectif de "ce que fait la marque XXX, c'est vraiment plus solide que ce qui est fait en Chine" :)

A l'inverse, prouvez-moi que la durabilité est le premier critère de choix pour une majorité des consommateurs. Et quand l'éconoclaste ou moi-même disons que les gens sont bien content de changer de voiture ou d'appareils ménagers régulièrement... bien sûr personne n'est content quand un appariel casse soudainement et qu'il faut le remplacer. Mais j'ai aussi souvent vu les gens changer d'appareil ou de voiture après 5, 10 ou 15 ans, et être content de le faire alors que l'ancienne fonctionne toujours. La seule personne qui refuse systématiquement de changer d'appareil, même quand l'ancien est à moitié hors d'usage, c'est ma mère, et franchement ça lui ferait du bien de changer. Si je trouve malsain de changer de téléphine portable tous les 6 mois sous prétexte que le nouveau vient de sortir, l'excès inverse est tout aussi malsain. Maman si tu me lis...

Pour le reste, je le répète encore, l'obsolescence programmée n'existe pas, mais d'autres formes d'obsolescence sont réalité. L'obsolescence technologique, les effets de mode, oui, tout cela existe. Ce que je dénonce, c'est la croyance que les industriels complotent ou font exprès de réduire la durée de vie de leurs appareils. Complot dont on attend toujours les peuves, d'ailleurs, ce qui est le titre de ce forum.
Bon courage Tristan pour tes discussions. La dernière fois que j'ai tenté de parlé avec Yèza, il me soutenait que le peak oil était un complot des pétroliers pour faire monter le prix du barril...

Haro sur les industriels.

Faudrait pas oublier des putains de vendeurs de légumes bio dont lesproduits sont plus chers et pourrissent plus vites que les légumes de supermarché bourrés de pesticides qui résistent 3 semaines au frigo... Si ça c'est pas de l'oboslescence programmée de dingue, j'en mange mon chapeau.
Oh le délateur ! Hop tu as ta tête sur le mur des cons....Non mais sans rire là ...Petite vengeance personnelle ? Et oui on entends presque plus parler du peak oil en ce moment. La ruée vers l'Or noir au moyen orient et en Afrique le prouve. L'Asie Centrale est bien placée . C'est pas un complot mais bien une technique pour nous faire avaler les guerres humanitaires et l'ingérence humanitaire, ou le pétrôle est le truc pour faire avancer le grand hold-up sur les matières premières des pays pauvres.

Lire Zbigniew Brzezinski sur le droit d'intervenir partout pour mettre la main sur l'Or noir. Les guerres faites actuellement sont économiques et pétrolières.

Arrête ta soupe "Hotsoup" on connait le truc depuis Vichy dénoncer et médire.et stigmatiser il en restera toujours quelque chose. Jancoviciniste ? jencoviciniste Pfuiiit ! J'en c.. un tous les matins du monde.

Adiou pôvrotte ....
Vengeance personnelle non.

Le ton de vos échange m'a juste rappelé celui que nous avions eu l'année dernière. pour info, les premiers à nier le pic pétrolier sont les majors et les US. Mais vous avez raison, si on en entend plus parler, c'est que ça n'existe pas. Je vois que vous avez parfaitement compris le but du site "arrêt sur image". Si les médias ne parlent pas de quelque chose, cela n'existe pas.

Ensuite, ça ne contredit en rien le fait que certains guerres soient menées pour le pétrole. Je ne l'ai jamais nié non plus. Mais si vous voulez mon avis, mieux vaut extraire du pétrole dans un pays stable que dans un pays en guerre, toutes les compagnies seront d'accord là-dessus.

La référence à Vichy, je suppose qu'on va mettre ça sur le compte de l'énervement, je ne vois pas le rapport avec le sujet.
n'importe quoi
Hum, sur la deuxième partie de mon message, oui, ok, j'avoue, c'est n'importe quoi.

Sur la première, je continue à penser qu'il est difficile de discuter avec yèza...
Va vendre ta soupe ailleurs. et chaud devant. Ah oui il est difficile de discuter avec moi ? Quand est-ce que j'ai discuter face à face avec toi ? A quelle heure ? Ou étions nous ? Moi Yèza et toi ? Je ne te connais ni d'Eve ni d'Edam et dès que tu me "vois" tu me traites ? Tu digères pas bien ? Tu as pas changé de pseudo car je t'ai jamais vu en fait.
ça c'est envoyé ;-)
gamma
Au temps pour moi... Je me référais en fait à l'une des seules fois où je suis intervenu sur un forum (sur le fait de baisser le prix de l'essence de 30 centimes), vous ne m'aviez pas répondu directement mais à un des posts en réponse du mien: manifestement, j'avais été frappé à l'époque par votre ton véhément, et décidé de ne pas aller plus loin dans la discussion.

Je trouve simplement vos posts assez vite agressifs, je tenais juste (de façon pas très maligne certes, j'ai hésité à envoyé un message privé à Tristan) à témoigner de la solidarité à tristan quand il cherche à discuter de façon me semble-t-il argumentée.

je vous trouve donc vaguement histérique, notamment d'invoquer vichy dans la discussion me parait assez révélateur. Alors certes, vos copains Gamma gt et alain b vous soutiennent à fond, tant mieux, mais ça relève plus de comportement de cours d'école que de discussions sur un sujet pourtant complexe.

Pour moi, "l'obsolescence programmée" pourrait quasiment débuter avec l'histoire du bon marché, de boucicaud, qui a quasiment inventé: la mode, les grands magasins, le prêt-à-porter, et les soldes (vers 1860...), et se confond très largement avec la société de consommation, ce qu'essaie effectivement de démontrer Tristan.

Mais voilà, je n'ai pas le temps, ni l'envie de me faire insulter parce que mes idées ne correspondent pas aux votres.
?
Ah ha ha pôvre alain qui se retrouve embarqué à l'insu de son plein gré.Soyez gentil Hotsoup et moins soupe au lait; ne mèlez pas tout le monde dans une "non affaire". Coool man !
Bah il me répond, je lui répond, c'est tout, simple politesse ;)
Mon "n'importe quoi" réagissait à la deuxième partie de votre message seulement ;)
Qui l'était effectivement, je suis d'accord !
Pôvre petit mais c'est toi qui d'emblée a tenu a avertir Tristan alors que je me rappelle pas du tout de cet ancien mauvais contact entre nous. Je ne suis pas du tout vindicative car je ne me souviens pas de nos "accrocs". On pouvait parfaitement parler de ce sujet calmement d'ailleurs j'ai posée une question à Tristan sur le fameux "délit de complotisme". Rien de plus.

Je veux qu'on m'explique cette "manie" de traiter les gens de complotistes, conspirationniste, mots diffamants et péjoratifs. Ou est le mal ? Je m'adressais à lui qui qualifie toutes personnes qui ne veux pas croire que l'obsolence est un "mantra" sans appuis scientifique.

Donc moi perso je ne sais pas réellement si c'est avéré (l'obsolescence programmée !) ou pas. Est-ce exagéré ou y a t'il des causes économiques intrinsèques qui font que les objets fabriqués pour la plupart à l'étranger, a bas coût et renvoyé dans nos pays pour y être vendu assez cher tout de même.

Avez vous vu l'incendie au Pakistan qui s'est effondré avec plus de 300 morts à la clé ?. Les victimes étaient souvent jeunes voire des enfants qui fabriquaient à la chaine des vêtements de marques connues, et que les patons ont obligés de bosser malgré que la police avait bien dit aux travailleurs de ne pas retourner dans leurs immeubles-usines.

Sorte de Workers-houses qui rappellent celle de l'Angleterre du XIX ème siècle. Les familles des victimes manifestent contre les patrons face à la police qui tente de calmer le jeu. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? C'est bien nous qui achetons faute de mieux, ensuite ces vêtements de marques dans nos échoppes non ?

Et de cela on n'en parle pas . On n'a pas les moyens de consommer cher ni souvent et la qualité n'est plus ce qu'elle était.

C'est notre faute ?
A propos de diffamant et péjoratif, je pense que la référence à Vichy (je sais, j'y reviens à chaque fois, mais vous ne 'mavez toujours pas répondu là-dessus) est très clairement au delà de complotiste, mais bon, je vous laisse le choix des mots et des références.

Ensuite, bah oui, c'est un raccourci de parler de complotiste ou conspirationniste. Perso, je dirai plutôt parano. Et je pense qu'il est plus intéressant effectivement d'essayer de comprendre pourquoi on en arrive à cette absurdité de faire durer les choses moins longtemps qu'on ne le pourrait par des raisonnement économique et comportementaux. Il y a déjà eu pas mal d'expérience qui montrent que les choix économiques ne sont pas toujours rationnels, et que parfois, on aboutit à la pire des solutions...

Sinon, votre réponse est exactement ce que je décrivais plus haut: je ne vois pas bien l'intérêt de commencer votre poste par "pôvre petit", et sur la fin, vous apportez un argument totalement hors contexte.

Enfin, si vous ne vous vous souvenez pas d'échange avec moi, c'est normal: vous postez très régulièrement et moi quasiment jamais. je me souviens juste vos interventions lors de l'une de mes rares manifestations, et je n'avais pas trouvé votre discours très construit.

Pour votre exemple, je pense qu'il y a un lien lointain avec l'obsolescence, mais plutôt sur le côté auto-destructeur du capitalisme quand il ne voit que la recherche du profit. je n'ai pas entendu parler de l'incendie cependant, et c'est encore un autre débat. Mais je trouve que c'est un peu hors sujet. Le débat sur l'obsolescen programmé est: Y a-t-il une volonté farouche et concertée lors de la construction d'objet pour les rendre inutilisable au bout de 2/5/10 ans. Pour Tristan, la réponse serait non, mais plutôt à trouver dans une étude comportementale et recherche de profit. Pour les "complotiste", la réponse est oui, les industriels se liguent pour créer des objets à durée de vie très courtes. le travail dans des conditions insalubres par des enfants, c'est j'imagine les mêmes causes fondamentales, mais ça rester un sujet séparé.

La faute à qui, je n'en sais rien!
Pour Vichy c'est très à la mode depuis l'ère sarkozy de l'évoquer. Et puis j'aime bien le tissu Vichy pour sa "fraicheur" : il semble se renouveler éternellement !. Peut-être un abus de language mais je fais pas dans la dentelle non plus.

Il fallait me parler normalement au lieu de parler d'un "fait " qui serait vieux de plusieurs mois. J'ai oublié ce fait. Et puis Vichy rappelle que vous utilisez trop facilement ce mot de "conspirationiste, complotiste, paranoiaque bref comme à cette triste époque le lynchage est facile.

Je trouve facile aussi vos raccourcis sur ces mots juste pour dénigrer vos contradicteurs. Vous en abusez comme Tristan qui a décidé que tout ceux qui ne le croient pas sont bien des complotistes.

Alors je lui ai demandé gentiement ce que la Loi dit sur ces mots et ce que nous risquons en tant que complotiste, conspirationniste, puisque c'est le mot TRES à la mode depuis quelques temps. Diffamant et péjoratif. Après vous pourrez me critiquer sur ma façon de parler.

La poutre et la paille vous connaissez ?
Ha yeza et ses légentaires approximations...

"Avez vous vu l'incendie au Pakistan qui s'est effondré avec plus de 300 morts à la clé ?."

-> le pakistan s'est effondré par un incendie ?? ou il manque un mot important, comme immeuble par exemple

--> c'était pas au pakistan, mais au Bengladesh, indépendant du pakistan depuis 1971.

accessoirement, la plupart des victimes sont des femmes, mais je le concède, celles ci devaient être des jeunes femmes.
Ha yeza et ses légentaires approximations...

Ha palu et cette affligeante interpellation pour gommer la réalité relevée par Yéza .
En effet j'ai écris trop vite et mange des mots ...Mais pour autant ceci est vrai et peu parlé. Les gens d'ici achètent des vetements dits de marques très chers alors qu'ils sont produit a bas prix dans des pays aussi pauvres que le Bengladesh, Pakistan, Inde, pays arabes; bref et les travailleurs souvent de jeunes enfants si vous avez bien regardé sont exploités par nos bons patrons blancs occidentaux et riches, en laissant crever ces gens dans un effondrement d'un bâtiment OSBOLETE lui.

PLus de 350 morts alignés, grêve des travailleurs, les patrons en fuite; Manifestations et demande des syndicats de meilleurs conditions de travail. En espérant qu'ils ne seront pas abattus par des milices patronales bien connues, pour faire disparaitre les syndiqués. Il y a aussi des hommes qui travaillent tu as pas bien regardé .

Comme en Chine les travaux manuels même en confection sont fait par des jeunes hommes ou femmes et des enfants. Tu crois quoi toi ? Je me demande parfois ou vous vivez certains. Dans une bulle ou tout est beau.

Oui je fais des fautes de frappes mais je pense aux victimes nombreuses des usines européennes délocalisés parce que là bas PAS DE LEGISLATION et PROTECTION des travailleurs. Nos négriers modernes n'ont pas changé depuis l'époque coloniale.
Les chefs d'états , chefs des négriers , vont signer eux-même les contrats affligeants et criminels .
"obsolète"
Non, Yèza, pire que cela : illlégal et hors-normes.
"Selon Emdadul Islam, ingénieur en chef à la CDA, l'établissement public responsable de l'aménagement de la capitale, le Rana Plaza avait été érigé sur le site d'un étang comblé avec du sable et de la terre, ce qui fait que ses fondations n'étaient pas suffisamment solides.
"Il y avait trois gros générateurs très lourds qui faisaient trembler l'immeuble quand ils étaient en fonctionnement. Ce jour-là, les générateurs étaient en service. En quelques secondes, l'immeuble s'est effondré", a déclaré Emdadul Islam."

La volonté du propriétaire de construire au moindre coût au mépris de toute autre considération est évidente et donc sa responsabilité.
Merci oui la police avait demandé que les travailleurs ne rentrent plus dans l'immeuble, il y avait des fissures; C'est un crime qu'ils ont commis; Il faudrait décider de ne plus acheter ces maudites marques. Se faire du fric sur le sang des autres, et s'habiller sur leur mort il en est pas question. Et oui le profit avant tout ..

.Déjà Marx le "hai" le disais pour l'Angleterre du XIX siècle et cela n'a pas changé ni varié d'une ride. Toujours les profits avant les vies.
Cest quoi le 2 ?
Tiens donc! ! Et c'est sur le web !
Oui, mais il réfléchit par lui même!!!
Pas l'genre à gober n'importe quoi...
Qui sont les types qui tiennent le blog "éconoclastes" et "classe éco" Classe éco par les mêmes pour les nuls pour éclairer les classes populaires ?

Les prolétaires "encrassés" dans leur béatitude d'OS à vie ou d'employés territoriaux a vie, qui oseraient donner d'autres points de vues, vont devoir écouter ces génies de l'économie Keynesienne. Oui nous sommes des ignares, oui ce sont des génies la preuve :

Alexandre Delaigue plaide pour la désindustrialisation il a fait éco chez les militaires génial à Saint-Cyr . Lire les commentaires ils sont édifiants.

Figaro : A. Delaigue éco de classe au figaro ou nos phobies économiques et encore là :Les agences de notations ? No problèmo ?

Voir sur marianne un autre article :économie sur marianne pour les nuls sexe, et autres balivernes de gens hautement instruits dans les grandes écoles écos qui n'ont jamais bossé de leur vie mais qui donne des leçons de vie aux classes dites populaires ou moyennes.

Eux se considérant sans aucun doute pour des illuminés et des pontes. Ils pondent des articles écos dans tous les journaux comme si c'était une science exacte, alors que c'est pas une science du tout ..Des gens encore trop payé pour nous faire avaler des couleuvres à nous "ignares ouvrièristes", "mélanchoniens" ou autre vocable du champ lexical du parfait Keynesien..

C'est petit Tristan de nous traiter comme tu le fais, car bien sur tu est proche de ce milieu Saint-Cyrien et loin du peuple, il faut pas s'attendre à des critiques réelles de l'économie actuelle.

Trop consensuel. .
Alexandre Delaigue a été pertinent, mais je l'attendais au tournant en ce qui concerne la production de RDA.

Il a passer une heure dans mon écran à expliquer calmement que les "généralités admises" étaient fausses, et la seule chose qu'il retrouve à redire sur la production soviétique c'est "rappellez vous les blagues sur la RDA qu'on disais dans les années 80".

Hors, sauf erreur de ma part, une Traban c'est très solide, ça roule toujours, on trouve toujours des pièces détachés et ça se répare en deux coups de cuillière à soupe pour n'importe quel mécano unijambiste et mancho. Les frigo est-allemands et soviétique des années 70-80 sont toujours massivement en service en Ukraine et en Russie (comme les Lada et autres Traban).

Vous pouvez vérifier ça en regardant n'importe quel porno russe amateur, ou bien en tapant "Russia" sur youtube.


Bref, je ricane, je viens de jeter ma télé catodique achetée par ma mère quelques mois avant ma naissance en 90-92. Oui, au moins 20 ans de loyaux services. En plus, et c'est pas une blague, c'était un samsung.
+1 (mais vous n'êtes pas sur le bon forum, pas grave^^)
J'ai lu le billet et pourrait reprendre presque intégralement son paragraphe 2:

Comme il m'avait été recommandé par diverses/(une) personnes, je l'ai visionné/(lu). Ce documentaire/(billet) est hélas d'une nullité intégrale. Parfois hilarant de bêtise, parfois nauséabond de complotisme/(capitalisme bienpensant), en tout cas, jamais informatif.
Si vous pensez que l'usure prévue à l'avance par les fabricants est une vue de l'esprit, je pense fort que vous vous trompez.
Et au passage:
"sont très contents de changer régulièrements leur appareils électoniques ou leur voiture. "
Plutôt que dire "les consommateurs", dites plutôt "une partie d'entre eux qui en a les moyens", ce sera plus juste.
Le prolétaire n'a pas les mêmes ressources que le capitaliste, qu'ils soient "gentils ou méchants".
Bien sûr que les fabricants prévoient l'usure de leur produits. Ca fait partie de leur métier. L'escroquerie intellectuelle de "l'obsolenscence programmée" consiste à croire qu'entre deux composants au même prix, ils vont choisir celui qui dure le moins longtemps juste pour embêter le consommateur.

Et les "prolétaires" sont souvent ceux qui se précipitent sur les produits à bas prix qui durent moins longtemps. Au contraire, ceux qui ont les moyens vont acheter des produits de qualités qui ont des chances de durer plus longtemps.
vous devriez lire Adam Smith, père fondateur du monde que vous défendez. Il ne demande pas à son boulanger d'être altruiste, mais de faire du bon pain. Et pour faire du bon pain, il vaut mieux être égoïste, c'est-à-dire ne chercher que le profit. L'obsolescence programmée dope puissamment le profit. Et c'est la somme des intérêts privés qui fait l'intérêt public.
Justement,choisir de produire des appareils de qualité inférieure si pour le même prix on peut fabriquer de la qualité supérieure, cela va totalement à l'encontre des intérets de l'entreprise.

Et je doute que vous aillez lu Adam Smith :)
La concurrence consiste à échapper à la concurrence. Deux moyens pour ce faire : la publicité, qui permet de vendre des merdes ( ça marche, sinon y en aurait pas), et le cartel ( le complot) c'est à dire l'entente entre ceux qui savent que la guerre est plus coûteuse que la paix. L'histoire des atteintes au Sherman act ( loi anti-trust) est si fournie qu'on est bien obligé de considérer les USA comme le pays des trusts et des lois anti-trusts, le pays des inventions et de la " planned obsolescency".

La concurrence consiste à échapper à la concurrence.

Ah les fulgurences de la pensée prolétarienne :)



Deux moyens pour ce faire : la publicité, qui permet de vendre des merdes ( ça marche, sinon y en aurait pas), et le cartel ( le complot) c'est à dire l'entente entre ceux qui savent que la guerre est plus coûteuse que la paix. L'histoire des atteintes au Sherman act ( loi anti-trust) est si fournie qu'on est bien obligé de considérer les USA comme le pays des trusts et des lois anti-trusts, le pays des inventions et de la " planned obsolescency".


Bien sûr l'existence de ces fameux cartels est définitivement prouvée par .. ? Par les zigotos qui confondent l'établissement d'une norme technique avec une réunion de la franc massonerie ? Bizarrement, quand les grands groupes veulent s'entendre pour tuer la concurrence (ce qui, au passage, arrive bien plus en france qu'aux USA) ils n'ont pas besoin de cette soit disante obsolescence programmée. Il leur suffit de proposer tous le même pris (anormalement haut)
[quote=Bien sûr que les fabricants prévoient l'usure de leur produits. Ca fait partie de leur métier.]

Beaucoup, mais pas tous. Un exemple : Krampouz.
Tellement robustes que les crêperies professionnelles se les refilaient sans en racheter. Du coup ils ont dû se mettre au grand public et proposer des modèles ménagers alors qu'à la base, c'était du matériel strictement professionnel.
Ah c'est bien d'avoir précisé : " les prolétaires ...qui se précipitent sur les produits à bas prix qui durent moins longtemps. Et au contraire "ceux qui ont les moyens vont acheter des produits de qualités etc....mais les prolétaires qui ont les moyens et ceux qui n'ont pas les moyens quel est la différence entre les deux ? CE SONT DES PROLETAIRES de toute façon non ?
"L'escroquerie intellectuelle de "l'obsolenscence programmée" consiste à croire qu'entre deux composants au même prix, ils vont choisir celui qui dure le moins longtemps juste pour embêter le consommateur. "


Je ne voudrais pas égratigner votre croyance qui vous permet probablement d'adhérer au système sans avoir l'impression d'y perdre de plumes, je comprends très bien, on a (quasimment) tous cru au père noël exactement pour les mêmes raisons.

J'ajoute donc de l'eau au moulin aux différentes pièces à convictions avancées par mes petits camarades :
Chez Brandt on expliquait en interne - mais tout à fait ouvertement, vu que même les stagiaires pouvaient profiter de l'explication - que l'obsolescence en question était organisée dès les premières épreuves de produit dessinées dans le bureau d'étude, depuis le choix des matériaux jusqu'aux différents composants électroniques, absolument tout y passait.

C'était une question de modèle économique, il fallait s'y faire. Le modèle économique de la robustesse, ce n'est pas tant qu'il ne fonctionne pas, on le retrouve encore dans un tas d'autres secteurs, simplement, ce n'est pas le même coût donc pas le même prix.

Souvent, les produits qui misent sur le made in quelque part, qui sont garantis à vie et dont la marque est fortement valorisée (certains couteaux multifonctions américains par exemple), jouent à l'inverse sur ce type de modèle économique.
L'ensemble des brevets permettant l'apparition de la télévision étaient déposés aux USA en 1920. Il a fallu attendre 19 ans pour passer à la commercialisation. Bizarre... Les complotistes parlent d'un lobby ( fantasme typiquement complotiste) des fabicants de TSF ( les vieilles radios des années 30). La durée moyenne de vie des bus londoniens à impériale était, jusqu'à récemment, de 1500000 km. Quelle est la durée moyenne de vie d'une bagnole actuelle ?
Les premiers téléphones portables sont apparus dans les années 80. Mais leur utilisation massive date de la fin des années 90. C'est donc forcément la preuve d'un complot à l'échelle mondiale !!!

Quoi ? La petite voix de la raison me murmure qu'entre le développement d'une telle technologie et son utilisation par le grand public, il faut d'abord construire les réseaux, rendre les appareils suffisament peu cher pour qu'ils puissent être achetés par n'importe qui, etc...

Pour le reste, la mercedes de mon père, mise en service au milieu des années 90 a tenu quasiment 1000000km (oui, 1 million). Mais c'est sur qu'une Dacia a 6000 euros ne risque pas de tenir aussi longtemps.
Oui, on ne répète pas assez aux gens : a-che-tez des Mercedes !
Tristan Le Gall a enfin découvert le moteur secret du capitalisme: le désintéressement, la pure joie d'innover, le saint travail pour la promotion de l'Humanité. Loué soit-il ! amen.
ha ha ha ! Alléllouhja ! Hossana ! Hamdoullilah ....
Erreur mon cher du moins en partie. ...Le téléphone dit "arabe" mais mondialement utulisé est apparu en même temps que l'homo sapiens sapiens. Donc il n'est pas obsolescent ni capitaliste, il fonctionne jusqu'à ce que l'état de cet homme dure.

Au delà ce sont "les esprits" du défunt qui parlent.et les bagnoles dacia ou pas ça s'entretient si on veut qu'elle dure. Nous on a une Peugeot diésel ,et elle a 25 ans passe tous les contrôles sans problèmes. Je dois dire qu'elle se porte mieux que moi d'ailleurs,

HS* : Heureusement pour réduire l'obsolescence humaine programmée limitée à 100 ans (moyenne !) nous avons la Sécurité sociale et les hôpitaux qui vont avec. J'en suis au moins à 10 opération à mon âge. Oui je sais que l'Etat voudrait bien qu'on meure à 65 ans comme autrefois. Putian cong ça coute les vieux ou les moyens vieux.

Moralité l'homme aussi peut être à obsolensce programmée. Il suffit pour cela de supprimer toute aide médicale et sociale. Comme aux Usa ou en Uk ou quelconque pays pauvre dit du tiers-monde.

* :hors sujet.
La durée de vie, comme son nom l'indique est une mesure de temps et ne s'exprime donc pas en km
Pas pour un objet en mouvement... Car il faut se demander alors si on prends le temps propre, ou le temps du referentiel dans lequel on observe. Bref, c'est assez genant, surtout pour le temps de vie de jumeaux voyageurs interstellaires.

Bref, il faut mieux baser le temps de vie sur l'action, qui prend en compte l'espace temps pour la mesure: donc un mix entre distance et temps (pour vulgariser).

(Pour une mesure sur le temps, il suffit de multiplier par c pour avoir la distance, ce qui fait que la duree de vie d'un frigidaire, lorsque l'on neglige la gravite terrestre, est de l'ordre de 9.4E13 km)

Tant que l'on est sur le probleme des comparaisons, peut-on reellement comparer un bus urbain, qui subit une maintenance frequente (quotidienne?), avec des voitures pour lesquelles on oublie de changer l'huile tous les 3 mois?
Rien ne prouve qu'une voiture d'aujourd'hui ne pourrait pas rouler pendant deux millions de kilomètres si elle bénéficiait du même entretien que les bus londoniens.
Ah! L'Angleterre et ses traditions ! Le sérieux et le savoir faire de ce peuple vertueux ! Nous sommes là en plein dans le fantasme et les légendes urbaines. Je m'étonne que personne n'ait encore parlé des fameuses Rolls Royce et de la pièce de monnaie qui tient en équilibre sur la tranche, posée sur le moteur. En réalité, les Rolls Royce, au moment où la marque a été rachetée par Mercedes il y a une paire d'années étaient des voitures complètement dépassées technologiquement, des bagnoles dont les moteurs antédiluviens nécessitaient des réglages quasi-quotidiens (j'exagère un peu...) et dont la puissance était tellement ridicule que le constructeur refusait de la révéler.
thèse intéressante, à étayer : l'obsolescence technique est destinée à épargner les coûts d'entretien. Mais si elle est utile, pourquoi donc la nier, comme si on en avait honte ?
Je n'ai jamais nié de la rapidité de l'évolution de l'obsolescence. L'évolution technique dans certains domaines de la production est spectaculaire et rend obsolètes beaucoup de produit plus rapidement qu'autrefois.
Ce que je nie, c'est l'idée (répandue parce que séduisante et séduisante parce que romanesque) de sa programmation (par des cerveaux machiavéliques, bien sûr, situés dans la boîte crânienne de méchantes gens qui veulent du mal aux braves gens que nous sommes).
Avez-vous remarqué, Aloys, que vous choisissez systématiquement l'hypothèse "magique" et que vous voulez systématiquement donner du sens aux événements dont personne ne décide ?
Vous appartenez à la famille d'Alexandre Dumas. Moi, à celle de Gustave Flaubert. Et, comme dit l'autre, on ne choisit pas sa famille.
ah bon ? Et moi à celle de Victor Hugo ? Naan je déconne sec §
J'aime cet sorte d'aplomb toujours proportionnel à l'ignorance d'un sujet.

Un bus, encore aujourd'hui dans nos temps d'obsolescence programmée décomplexée, ça roule tranquillou ses 20 ans et son million et demi de km. Comme avant, quand c'était mieux. (Mais c'est bien plus confort aujourd'hui qu'il y a 20 ans).

Pour vous donner quelques billes (en inox), pour que vous puissiez vous faire une idée de ce que vous coûterait votre voiture si vous décidiez de l'entretenir et la faire vivre comme on entretien un bus.

Ca coûte à l'achat entre 150 et 200k€ (et pas 15 à 20€, comme une voiture).

Ca passe plusieurs fois par an, voire par mois, en atelier, pour des révisions, petites réparations, entretiens divers (avec des vrais mécanos, hein, pas un type comme moi qui se demande où est la mèche quand me donne une bougie d'allumage).

Enfin, au bout des vingt ans, il n'y a pas grand chose d'origine : le moteur aura été changé une ou deux fois, parfois la carosserie aussi (et les vitrages, bien sûr)(d'ailleurs, anecdote, vous saviez que sans les vitres, la carosseries s'effondrerait sur elle même, sous son propre poids ?)
Les pièces d'usure, je n'en parle pas. Et enfin, l'intérieur aura été refait complètement une ou deux fois également.

En fait, au bout de 20 ans, vous aurez juste gardé le chassis (et le volant).

Et le plus souvent, si vos clients (ceux qui prennent le bus) étaient prêts à voyager dans les mêmes conditions de confort qu'il y a 20 ans, il pourraient même rouler encore un peu. Mais les clients qui voyagent dans les bus, ils s'embourgeoisent, et ils préfèrent quand c'est plus confort. Alors, ces vieux bahuts, on les revend (généralement, pays de l'Est ou Afrique) ou ils continuent leur petit bout de vie et à aligner quelques milliers de km.

Vot' bagnole, faites gaffe à bien choisir votre chassis (on dirait que Mercedes a bonne presse, dans ces lieux), changez lui, moteur, intérieur, carosserie : suis quasi certain qu'elle fera son million et demie de km. Mais vous l'aurez payé une deuxième fois, à la fin (au minimum).

Tout mon courage à Tristan Le Gall et quelques autres, qui n'auront pas démérités dans leur combat à faire svoir que le monde industriel n'est pas un grand complot généralisé (mais vous savez, je crains que ce ne soit peine perdue).
GM c'est pour General Motors ? ;-))