131
Commentaires

Nounours, ministre aimant à populistes

Commentaires préférés des abonnés

On a l'impression que ce nounours est bipolaire ...

Approuvé 19 fois

Onfray multiplie les contre-verités historiques pour justifier sa pensée.

Le simple fait de parler de girondisme est effrayant de bêtise. D'ailleurs son bouquin sur la révolution française est indigne d'un penseur de son rang. 

Il pense l'histoire(...)

On peut ne pas aimer Onfray 


vous avez raison !


;-)

Derniers commentaires

Un peu baba de lire vos commentaires sur le grizzli-bear à Outreau...


Il y a une toute autre version de l'affaire, que je trouve crédible


Le Dr Gérard Lopez se lâche sur Dupond-Moretti #Outreau à l'Assemblée Nationale 18/01/2018

https://www.youtube.com/watch?v=8ExIBazou7M&feature=youtu.be


"Outreau, l'autre vérité" - Serge Garde 2013

 http://mk-polis2.eklablog.com/outreau-l-autre-verite-serge-garde-2013-p1281090

Je parierais un paquet de cacahuètes que Dupont-Moretti disparaîtra de la scène d'ici 6 mois, après avoir hystérisé son ministère.  Quitte à renaître de ses cendres, tel le phénix, mais sous une autre forme. En candidat populiste à la présidence, par exemple... L'un n'empêche pas l'autre.


Que ce soit clair, la justice a besoin de flouze et d'indépendance du parquet, et c'est tout.  

Il faut qu'aucune procédure ne dure plus d'un an, pénale ou assise. Des tas d'autres pays y arrivent, et c'est une justice de qualité malgré ça, et nous, on est comme des pingouins assis sur un tas de fumiers.

Il faut que les prisons, où sont enfermés les détenus provisoires, autant dire les pauvres, soient des vrais lieux de réhabilitation.  Et pour tout ça, il faut mettre les moyens.

Que les jeunes délinquants qui sortent de zonzon ne soient pas des délinquants à vie. On ne peut éviter du déchet, mais au moins qu'on leur donne les moyens d'en sortir.


Si au lieu de ressasser ses rancunes rancies contre les uns et les autres, il pensait à ça...

Mais il a été probablement choisi parce qu'il ne demandera rien. Il s'attaquera aux gens qu'il est sensé diriger...


Superbe chronique. J’ai beaucoup ri. Même si sur le fond c’est plutôt dramatique. 

En commentant Nounours, vous suivez l'ordre du jour des communicants gouvernementaux et c'est un tort. Ce n'est que spectacle et diversion. La seule vraie info politique du remaniement, soigneusement évitée par toutes les rédactions, c'est que Castaner a été sacrifié à la colère des syndicats de police pour des propos pourtant pas très incisifs sur les violences. En somme, vous circulez et vous n'avez rien vu. 

D-M, Ministre de la Justice : "il est aussi  impossible à un avocat d'être sincère qu'à une prostituée d'être chaste "...

Et Bachelot, elle continue les Grosses Têtes avec Ruquier ou pas à la rentrée ? 

Bonjour et merci pour la chronique


Macron aura voulu déminer le danger du "populiste surgi de nulle part"  

Mais a-t-il si bien joué le coup que ça?  (héhé)


Je vais enfoncer le clou de ma spéculation d'hier. En y réfléchissant, je me dis que ce nouveau gouvernement signe la grande faiblesse d'E. Macron. On annonçait des signaux forts, on a des courtisans fallots (se pâmer devant G. Darmanin, franchement...) qui jouent aux chaises musicales. R. Bachelot est là pour amuser la galerie. Le roi est donc assez nu, et se montre sous son visage le plus clair, celui d'une radicalisation libérale-sécuritaire assumée. 


Et on a donc le cas E. Dupond-Moretti. Il viendrait seulement pour la consécration ? Possible. Au prix d'être la voiture balai d'un macronisme en perdition ? De se prendre cette étiquette libérale-sécuritaire qu'il n'a jamais revendiquée ? Je dubite. L'Elysée est incapable de faire une grosse prise, et lui serait le seul à céder ? Je m'interroge vraiment. Je me demande pourquoi quelqu'un, en position de force, décide de monter dans une barque pourrie. Et j'ai une petite idée de la réponse finalement assez pragmatique : accéder à l'ivresse du pouvoir dès maintenant, et ne rien s'interdire, dans l'effondrement qui se prépare. 


Macron n'était pas obligé de prendre une incarnation "populiste" dans son gouvernement pour désamorcer la "menace". Il pouvait la combattre avec des anti-populistes. C'était la manière la plus logique de faire. S'il l'appelle, c'est qu'il est faible, qu'il subit. (Imaginez vous par exemple à la tête d'un gvt de gauche pour combattre la menace de droite, a priori vous n'allez pas prendre un(e) ministre de droite à forte personnalité pour ça. Sauf si vous êtes aux abois). Regardez comment N. Sarkozy a déchiqueté J. Chirac qui, affaibli, voulait le contrôler en le rappelant à Beauvau. Regardez comment F. Hollande s'est fait dévorer par M. Valls en fin de quinquennat (même si celui-là était tellement médiocre qu'il s'est aussi auto-dévoré au passage.).


Donc E. Macron embauche un "populiste", pour profiter de la lumière. Et comme il n'est pas si brillant, il a pris celui qui est peut-être le plus malin, le moins clivant : imaginez un E. Dupond-Moretti qui parvient à faire passer une réforme de la justice qui passerait à peu près bien dans l'opinion (il est quand même bon pour vendre sa came, convenons-en). C'est même, j'imagine, le but : E. Macron ne l'a pas mis là pour planter des choux, il veut un retour sur investissement, et donc une réforme à mettre à son actif. Bon, mais voilà, ça ne se passe pas comme prévu : E. Dupond-Moretti capitalise, construit une relation avec les Français (comme disent les zéditorialistes), déploie sa personnalité forte  dans ce marigot de macronistes flasques, et démissionne fin 2021 pour dénoncer l'eau tiède ou la radicalisation libérale du projet Macron 2020, et tracer sa route, plus incarnée, plus populiste, plus charnelle. A mon avis, ça peut marcher, d'autant que je pense qu'il plie a peu près n'importe qui en débat, de J.L. Mélenchon à E. Zemmour, sans parler des baudruches ectoplasmiques comme F. Baroin ou X. Bertrand qui finiraient dans la stratosphère. 


Non, vraiment ? 

Avez-vous déjà entendu -ou même lu- Dupond-Moretti plaider quand il chauffe à fond lors d'un procès?


Il s'en prend au juge et à la partie adverse très, trop, souvent avec une brutalité  sans retenue.


Ce n'est pas la stratégie de rupture, c'est le jeu du Chamboule Tout avec pertes et fracas.


Il montre ses dents de grizzly affamé.


De là à sa surprenante conversion en Teddy Bear, pourquoi ne pas le caricaturer en Nounours tout gentil ?


Faux Nounours tout gentil et tout doux, bien sûr. Qui peut y croire à cette fadet... Euh pardon, fadaise ?

Silence, silence, la queue du chat balance ...


Mon fils à moi, après avoir vécu de divers boulots, a commencé ses études de droit à trente ans passés. 

Spécialité le droit social; il a fini et il va tenté le barreau. 

"Pour se faire plein de fric" m'a-t-il dit. Mais d'où lui vient cet humour idiot ?

Bref, d'après lui, l'ambiance pour les assistants de Nounours est plus que pénible.


A tout soudain !


Sarkozy était un populiste surgi de quelque part

le milieu mafieux de Neuilly

Macron est le populiste tombé de la sphère néo-libérale à la manière de Mr Bean

On aurait pu croire que le modèle de Macron fut le Général

on a vite vu que c'était le Maréchal et que c'est maintenant Sarkozy


Réforme des retraites en vue, 

CSTX "a expliqué que « la crise a aggravé fortement le déficit de nos régimes de retraite »" 

Voilà de la pédagogie !!!

 et en plus Raymond Soubie "avait soufflé son nom pour le remplacer en tant que conseiller social de Nicolas Sarkozy" 


Ce matin France Info s'est cru obligé de nous citer in-extenso le message vidéo de Emmanuel aux bacheliers sur Tiktok

Radio d'état, vous avez dit.... comme si nous étions dans un régime populiste, vous exagérez !

Chronique  très gay aujourd’hui, non ?

Quand les doigts des médias te montrent la lune, pense à regarder à tes pieds (bis).

"Nounours", c'est Pedobear dans le procès d'Outreau ? :D

Pas la peine, je connais la sortie.

Un petit souvenir supplémentaire sur les envies de politique de EDM :)

 https://twitter.com/i/status/1280551311457628160

Tiens, si Eric Dupond-Moretti est Nounours, quels sont les animaux sympathiques que vous réservez (purement au hasard) au physique de Roselyne Bachelot ou Barbara Pompili ?


Dans ma conception du monde, le féminisme est un humanisme. C'est-à-dire qu'il vise à rendre égaux tous les êtres humains indépendamment de leur genre ou sexe.


A chaque fois que vous réservez à un homme un traitement que vous n'oseriez  réserver à une femme, vous desservez la cause que vous semblez promouvoir. 


Je ne comprends pas la référence à "nounours", il y a une histoire derrière ?

Parmi les infos passées silencieusement hier, y aurait-il celle concernant les observations de l’INSEE selon lesquelles la surmortalité du COVID-19 a touché majoritairement les personnes d’origines africaine ou asiatique, en France ?

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4627049

C’est une information très importante, révélatrice de notre société. (Je pensais même que ce serait votre chronique du jour.)
Si le Covid avait principalement touché des riches Francais « de souche », l’info aurait fait scandale.

J’aimerais donc savoir si cette info a été bien couverte par la presse.

Darmanin qui "incarne l'ordre republicain" d'après l'entourage de Macron. Il a une sacrée palette d'acteur. Incarner un étron  dans les sketches de Pierre-Emmanuel Barré, et l'ordre républicain dans l'officialité... à moins que l'ordre républicain actuel ne soit qu'un étron....

Macron aura voulu déminer le danger du "populiste surgi de nulle part" 


Tiens,  je n'avais pas pensé à ça ! ça me parait une explication plausible, même si un tantinet capillotracté !

On peut ne pas aimer Onfray, mais l'associer à Bigard et Hanouna pour en faire une des figures emblématiques du populisme, un symbole de la "beaufitude", relève de la mauvaise foi et de la calomnie.

On peut ne pas aimer Onfray 


vous avez raison !


;-)

"On peut ne pas aimer Onfray"


Sans blague, on a le droit? 

Cf ma répo,nse à ERVE

Je ne suis absolument pas d'accord ! On est obligé de ne pas aimer Onfray si on est de gauche et normalement constitué...

ou même si on réfléchit tant soit peu...  Cf ma réponse à ERVE

C'est vrai, s'agissant d'Onfray, on est plutôt dans le petit entrepreneur pseudo-intellectuel d'extrême droite.

Cf ma (longue) réponse à ERVE

vous avez raison ; n' obscurcissons pas  le tableau  qui est déjà bien .... sombre , dirons nous .

par ailleurs , excellent chronique , monsieur Schneidermann , merci.

Réactions tellement prévisibles de la part de cette toute petite coterie asienne, pour laquelle "pluralisme" est un gros mot.

Pour Onfray, je dirais plutôt "glissement" dans le sens du courant qu'il espère (à tort?) majoritaire. On peut considérer ça comme une sorte de "pluralisme".

Onfray raisonnant hors des dogmes, des idéologies sclérosées, est devenu la cible de gauchistes à courte vue.

Son dernier livre est dédié aux Gilets Jaunes, dont il a suivi le mouvement jour après jour, pour en tirer une analyse approfondie et bienveillante.

L'ouvrage, titré "Grandeur du petit peuple" est populiste au meilleur sens du terme. Terme qui aux yeux des "élites" est une injure.

Onfray a le mérite de bien connaître le peuple dont il est issu, contrairement à beaucoup de femmes et d'hommes s'affirmant de gauche, mais que le sectarisme (on en a de superbes exemples ici) a définitivement discrédités.

Onfray multiplie les contre-verités historiques pour justifier sa pensée.

Le simple fait de parler de girondisme est effrayant de bêtise. D'ailleurs son bouquin sur la révolution française est indigne d'un penseur de son rang. 

Il pense l'histoire, et les sciences humaines en général, comme si elles n'avaient pas évolué dans leur connaissance depuis 60 ans.

J'ai beaucoup aimé Onfray, notamment tous ses bouquins sur le rapport au corps et à la vie, son athéisme, etc.

Mais depuis qu'il est dans une logique de déclin de l'occident, il enchaîne les poncifs en se pensant rebelle et subversif.

Récemment je suis tombé sur une interview où il fait l'éloge de la politique de De Gaulle, sans voir la contradiction de se présenter comme anarchiste.

Autant il est intransigeant avec les figures intellectuelles qu'il déteste, autant il est beaucoup plus coulant avec les figures qu'il utilise.

Tout est binaire pour lui. Si on n'aime pas Sartre, on aime Camus ; si on n'aime pas Mitterrand, on aime De Gaulle ; si on n'aime pas Marx, on aime Proudhon...

S'il analysait sa vie comme il le fait avec les gens qu'ils n'aiment pas, ça lui ferait vriller le cerveau.

Il est ami avec FOG, fait (trop) régulièrement les unes de Valeurs Actuelles et Le Point mais il se vante toujours d'être un rebelle et d'être censuré.

Comparé à Friot, à Lordon ou aux Pinçon-Charlot, il est omniprésent dans les médias.


N'oublions pas d'ailleurs qu'il a fait exclure Michael Paraire d'un débat parce Paraire, philosophe spécialiste de l'anarchisme, l'avait attaqué dans un bouquin sur son imposture libertaire.

..euh, juste pour éclairer : il est en déperdition depuis le décès de sa femme, qui était le socle de son travail précédent, et dans l'ombre (pour changer), qui était au centre de sa vie et une stimulation forte de sa pensée... Allié à la noirceur du monde qu'il doit ressentir depuis cette disparition, il a basculé du côté obscur, cherchant un déclin, une raison systémique dans la société qui ferait écho à son propre deuil.


Mes deux centimes de mes discussions avec mes connaissances de son entourage

Sans cet éclairage intime, on en peut comprendre son nauffrage actuel

À l'époque où Onfray faisait encore semblant de s'attaquer à l'islam mais pas aux musulmans, il avait écrit une petite phrase concernant "un ami" musulman qui puait la condescendance. Je me suis dit alors que je n'aurais pas aimé être son "ami". 


C'était dans le dernier bouquin que j'ai lu de lui. Traité d'athéologie, je crois. Depuis, j'ai vaguement suivi son parcours, qui s'est révélé être ce que je prévoyais. En pire.

Moi-même c'est à partir de ce traité très médiocre que j'ai commencé à comprendre le personnage et là où il irait tout droit...

Marrants ces gens dont la défense du pluralisme consiste à amplifier les discours allant de la droite réac aux néo-fascistes.

Envers lequel ?

Je ne comprends pas votre question.

Manifestement il y a "calomnie" à associer ces beaufs populistes les uns aux autres. Ce qui implique un amusant jeu de l'intrus dans lequel je déclare forfait.


Non, sérieusement, les registres sont différents (l'un se la joue pseudo-intello, l'anti-intellectualisme des autres est plus assumé), mais la différence n'est que formelle. Au mieux, elle suscite l'adhésion d'une frange du public différent (une distinction sociale un peu différente, au niveau du "vouloir se voir comme"), mais la boursouflure est équivalente. Est-ce que l'outrage aurait été le même si l'Onfray, dans cette citation, avait été encadré par d'autres beaufs-à-livres, du genre Houellebecq, Deutsch, Zemmour ou Enthoven ?

Manifestement, on n'est pas du tout d'accord sur ce que représente Onfray.

Pour moi, "il ne se la joue pas", mais il est. Intellectuel certainement pas "pseudo", philosophe érudit digne d'intérêt.

Oh que si !!! Cf ma réponse plus haut

Cf ma, réponse à ERVE...

non, mais l'associer avec Zemmour parce que plus fréquentable ?

Des points communs entre Zemmour et Onfray ? Lesquels selon vous ?

Vous devriez retrouver ce "débat" sur CNews où ils ont bien failli s'embrasser à la fin tellement ils étaient d'accord, la Kelly tenant la chandelle avec gourmandise...  ;-)

Complément d'information: (Toujours visible sur Youtube !)


Il s'est instauré ici même un débat autour d'Onfray et de son "Front populaire". Procès d'intentions, défense de la victime médiatique ? Je m'en tiendrai à des faits, comme je l'ai toujours fait à son sujet.

 Le 29 mai vers 19 heures, s'annonçait un débat Onfray-Zemmour sur une des chaines d'info continue, C.News. Le thème: Le souverainisme. Intrigué, je décidai de regarder.

 Le débat commença de façon fort conviviale. Pourquoi pas? Ce n'est pas parce qu'on ne partage pas les mêmes idées qu'on doit se mettre dessus. Et je ne suis pas de ceux qui considèrent que si Zemmour dit qu'il est midi à 12 heures, ça ne peut qu'être scandaleux.
 D'autant plus qu'ils semblaient à peu près d'accord sur tout. Zemmour abonde avec une multitude de "C'est vrai". Onfray, lui, y va de son "C'est pas faux"

 Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 Jusqu'au moment où Zemmour aborda son sujet favori: La préférence nationale : "Il faut réserver les allocations aux français"(sic). La journaliste, Christine Kelly, qui menait le débat, appelle une réaction du philosophe. Il répond que " l'ISF est tout à fait défendable''!!!  Peut être un début de surdité ?

 C. Kelly, fait son boulot de journaliste et le ramène à nouveau à ce sujet passé sous silence. "Michel Onfray, vous ne répondez pas à la préférence nationale ?" Là, il ne peut pas ne pas entendre ? Et bien si. Il embraye sur les paradis fiscaux

 Alors, Zemmour revient à la charge : Toujours cette fichue préférence nationale. Il n'est pas d'accord pour que l'Etat accorde une aide sociale à tout le monde.

 Et là, miracle, Onfray a entendu et répond enfin ..... qu'effectivement, il serait d'accord pour que les patrons du CAC 40 ne bénéficient pas d'allocations familiales !!! ( et subsidiairement, il serait d'accord de ne pas en toucher, si toutefois il avait des enfants...)
 Et c'est Zemmour qui est obligé de défendre les allocations familiales, au nom de "l'universalité du système"...

 La pensée vraie passe par le courage. Il faut oser dire ce que l'on pense pour pouvoir dire qu'on le pense vraiment. Dans le cas contraire on n'est pas un intellectuel mais un amuseur public. 



Joliment bien vu. .

Je regarderai cette vidéo pour savoir exactement quels points peuvent être l'objet de leurs approbations mutuelles.

Connaissant par ailleurs quels sont ceux qui les opposent.

OK. Vous pourrez vérifier mon rapport. Par contre, vous risquez d'être déçu sur leur éventuelle opposition...

Débat visionné.


Vous avez uniquement retenu, dans votre "rapport" en gras, la séquence dans laquelle Onfray élude le sujet de "la préférence nationale". Son silence vaut-il approbation ? Est-il réellement gêné pour apporter une réponse claire ?

Toujours est-il qu'il détourne la question, en abordant celle des allocations familiales accordées aux patrons du CAC 40, et en contestant l'idée d'universalité qui, selon lui, est en l'occurrence inéquitable. Il propose même l'indexation de ces allocations en fonction des revenus de chacun. Premier point de désaccord.


Le débat s'est ouvert sur la présentation de sa revue "Front Populaire", baptisée en hommage au Front Populaire de Léon Blum dont il a fait l'éloge.

On passe ensuite au sujet de la souveraineté, opposée à la mondialisation et à sa nocivité, point sur lequel les deux débatteurs paraissent le plus en phase. Mais peut-on leur donner tort ?


Vient alors la réflexion consternante de Zemmour sur ces pauvres, drogués aux prix les plus bas (!). Onfray lui rétorque à juste titre qu'ils n'ont pas le choix. Il se montre favorable au rétablissement de l'ISF, rappelant également les fameux 5 € déduits de l'APL des étudiants, puis aborde le sujet des paradis fiscaux.

Zemmour se contente de geindre sur le montant supposé élevé de nos impôts, antienne de la droite accablée, que Onfray ne cautionne évidemment pas.


Enfin, lorsque Onfray critique la gauche, il s'agit de celle des partis, misant sur les idées d'un peuple que ces partis ne représentent pas.

Et puisqu'il faut bien se référer à "une certaine idée de la France" chère à son interlocuteur et à De Gaulle, il citera Montaigne et Descartes.


Mon "rapport" n'est pas exhaustif, mais souligne son souhait d'une politique sociale, son attachement au peuple de gauche, bien éloignés de l'idéologie réactionnaire et du mépris zemmouriens pour ce même peuple.




Premier point de désaccord ? Avec quoi ? Est il gèné pour apporter une réponse claire ? Non, pas du tout. ça réponse est même d'une clarté.... éblouissante; c'est même pour ça que vous n'avez rien vu


Vous avez lu le Tartuffe, de Molière ? On ne convainc pas un dévot, vrai ou faux. Si vous ne l'avez lu, je vous conseille son traité d' athéisme. Puis, comparez avec Nietzsche, qui doit pleurer en se disant "que c'est dur d'être aimé par des cons" !....


Et pourtant, j'avais d'abord été séduit par sa faconde. Avant de m'apercevoir qu'effectivement, il brillait, .... comme le formica. Ses ouvrages étourdissent par... la profondeur du vide. Par contre, grand illusionniste, je reconnais.

 Votre  attaque contre Darmanin est  de mauvaise foi .Il s'est rendu dans une gendarmerie  pour rendre hommage à  une jeune gendarme  ( championne militaire de judo)  tuée par un chauffard . Ce n'est pas indigne .

Et surtout, qui regarde encore la télé aujourd’hui ?

A part les vieux bien sûr. 

On a l'impression que ce nounours est bipolaire ...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.