51
Commentaires

Biélorussie : "Notre rédacteur en chef a été arrêté"

Dimanche 23 mai, le pouvoir biélorusse a détourné un avion empruntant son espace aérien afin d'arrêter Roman Protassevitch, opposant politique et ancien rédacteur en chef du média en ligne Nexta. Avec ses chaînes Telegram et YouTube, cette plateforme d'information réunit plus d'un million de personnes. Elle est le principal organe de presse d'opposition en Biélorussie.

Commentaires préférés des abonnés

Toutes proportions gardées cette histoire invraisemblable me rappelle celle de l'avion d'Evo Morales, président Bolivien, en juillet 2013. Lors de son vol de retour entre la Russie et la Bolivie l'avion, à court de carburant, est contraint d'atterrir(...)


Un petit complément d'information pour savoir de qui on parle. 


Notons que Roman Protassevitch a combattu au sein d'un groupe de néo-nazi ukrainien, le bataillon Azov


Andriy Biletsky le chef de ce groupe paramilitaire néo-nazi l'a confirmé (...)

C'est quand même pas compliqué. D'un côté il y a les bons dictateurs : au Tchad, au Gabon, en Arabie Saoudite, au Qatar, au Cameroun. ..

Et de l'autre les méchants : La Russie, la Biélorussie, le Venezuela. ..

Notre indignation est à géométrie variable(...)

Derniers commentaires

50 commentaires où il aura surtout été question de la couleur et de la longueur de la jupe.


Chers abonnés : suite à certains commentaires ayant relevé les liens présumés entre Protassevitch et l'extrême-droite, nous avons ajouté, en fin d'article, un encadré présentant les éléments à notre disposition. Merci pour vos remarques et votre lecture. Bonne soirée à tous. 

J'ai terminé l'article et puis ayant entendu parler d'une vidéo où Roman Protassevitch fait une déclaration depuis la prison de Minsk, j'ai été la voir


Et là que vous dire, sinon une certaine admiration pour le scénariste

Le scénario est des plus réalistes et le dialogue, enfin en l'occurrence ici le monologue de Protassevitch précédé par celui du Grand et Honorable Loukachenko laissent pantois, le premier de véracité des mots ressentis, le second de véracité des faits

Je n'ai pas tout lu, je reviendrais ce soir à l'article mais j'ai été surpris par l'expression "trouver la mort"

"L'arrestation intervient deux jours après qu'un opposant à Loukachenko, Vitold Ashurak, a trouvé la mort en prison. "


C'est incroyable comme dans ce genre de pays les prisonniers politiques ne trouvent jamais la sortie mais la mort


Quand à Loukachenko, grande ordure devant l'éternel, il a réussi à joindre au despotisme l'antisémitisme

Gageons qu'il sera perçu comme ami par toute la tribu des nouveaux relativistes qui ne craignent pas d'apporter leur soutien à des gens comme Poutine sous prétexte que la démocratie n'est pas toujours bien respectée à la lettre dans leur propre pays

Si Loukachenko dirigeait l'Arabie Saoudite, cette affaire n'aurait droit qu'à 3 ou 4 secondes entre le dernier fait divers macabre et un débat sur la "sécurité" ou "le voile islamique".

Source Wikipedia

Guerre du Donbass

Selon la BBC, les autorités biélorusses présentent Protassevitch comme un « extrémiste proche de l'extrême droite »15. Le journal d'Etat biélorusse, Belarus Segodnya, prétend que Protassevitch était un mercenaire qui se « battait en Ukraine de l'Est avec le Régiment nationaliste Azov »15. En 2020, Protassevitch déclare quant à lui dans une interview sur NEXTA qu'il a passé une année en Ukraine comme journaliste pour couvrir la guerre du Donbass et qu'il y a été blessé16,15. Selon la BBC, cette dernière version est confirmée par un ancien commandant du régiment Azov, qui indique que Protassevitch a été blessé alors qu'il couvrait le conflit en tant que journaliste

S'il y en a qui devraient se faire discret dans cette affaire, ce sont bien les représentants du régime de Macron.

Allons faire un tour sur Wikipedia pour nous rafraîchir la mémoire :


Le détournement de l'avion du FLN est un épisode de la guerre d'Algérie ayant eu lieu le au cours duquel l'armée française capture un avion de la compagnie Air Atlas-Air Maroc dans lequel cinq dirigeants du Front de libération nationale (FLN) se trouvaient.

L'événement suscite des réactions très négatives dans la presse française de gauche et également au Maroc, où se déroulent de violentes émeutes anti-françaises qui font une soixantaine de morts parmi la population européenne.

La capture des chefs de la délégation extérieure du FLN n'est pas une perte irrémédiable pour le FLN. Les cinq hommes étant des politiques et n'ayant pas de responsabilités opérationnelles dans la lutte armée, elle ne modifie pas le cours de la guerre d'Algérie. 


Quand au respect des droits de l'homme on rappellera que si à l'époque l'Algérie était française les algériens ne l'étaient pas. Que tout droit civil ou politique leur était refusé au nom de leur statut d'indigène et que le viol et la torture étaient pratiqués systématiquement par les forces de répression*. 


* précision pour les négationistes de service : la torture n'était nullement une conséquence de la guerre puisqu'elle était une pratique constante, parfaitement connue et assumée par les autorités françaises pendant toute la période coloniale.

Ils doivent penser qu'on a une mémoire  de poisson rouge ou alors c'est eux qui ont une mémoire de poisson rouge .J'adore quand l"Europe parle de torture ,d'acte de piraterie .On a vraiment a faire a de drôle de loustics , c'est sur c'est pas comme ça qu'ils vont regagner notre confiance .Mais bon tant que les flics tiennent z'en ont pas vraiment besoin...

Sans parler du silence sur Assange !

Le témoignage du Président de la Bolivie à propos du détournement de son avion présidentiel est à lire dans cet article du Diplo.

Pour moi, c'est au moins aussi scandaleux que l'affaire biélorusse car en plus des règles de l'aviation civile, les lois diplomatiques ont été violées. La différence est que Snowden n'était finalement pas à bord et n'a donc pas pu être arrêté suite à l'atterrissage forcé.


Le silence assourdissant des médias sur ce précédent me semble un bon angle pour un prochain édito ou article ASI.

...j'aimerais en savoir plus sur ce personnage afin de me faire une opinion.


Un petit complément d'information pour savoir de qui on parle. 


Notons que Roman Protassevitch a combattu au sein d'un groupe de néo-nazi ukrainien, le bataillon Azov


Andriy Biletsky le chef de ce groupe paramilitaire néo-nazi l'a confirmé sur télégramme :


Одразу розставлю всі крапки над "і". Так, Роман справді разом з Азовом та іншими військовими частинами боровся проти окупації України. Він був з нами під Широкиним, де отримав поранення. Але його зброєю як журналіста був не автомат, а слово.


Je voudrais tout de suite mettre les points sur "i". Il est vrai que Roman s'est battu avec le bataillon Azov et d'autres unités militaires contre l'occupation de l’Ukraine. Il était avec nous à Shirokyne où il a été blessé. Mais en tant que journaliste son arme n'était pas une mitrailleuse mais le mot. 


A noter qu'il a apparement (reste à confirmer) fait aussi la couverture du magazine du bataillon Azov qui porte le nom charmant de soleil noir. (source) Il existe de nombreuses photos de lui en uniforme et portant des symboles néo-nazis mais je ne vais pas m'amuser à toute les poster. 


Les liens de son médias avec la NED américaine sont évidemment innombrables et compilés dans cet article



PS : Bien le bonjour à Shuppy qui ne manquera pas d'arriver dans l'instant après que j'ai posté ce commentaire. Et oui je vous confirme que mes maitres moscovites se portent très bien, ils vous saluent cordialement.

En effet, j'espère qu'ils vous paient bien pour sallir l'image d'un opposant à un dictateur et que vous vous savez monayer votre honneur. à un prix intéressant


Vous êtes un dictateur chinois, vénézuellien, russe ou biélorusse ? Appellez Camille Bolivar, toujours prêt(e) à relayer votre propagagande et salir, au choix, les ouighours, les journalistes ou n'importe quel opposant politique sans défense. N'hésitant pas à taper sur les plus faibles, à mépriser les démocrates et à citer des sources douteuses, CamilleBolivar assurera une propagande efficace, quoi que peu subtile, sur les forum d'ASI (audience limitée mais fidèle et généralement sensible à un discours anti-américain).









Je vous signale que Новая Газета que je cite dans mon commentaire, est un journal d'opposition libéral pour lequel travaillait notamment Anna Politkovskaïa, et qu'il confirme toute ces informations.


Je vous signale aussi que c'est le chef du bataillon Azov lui même et pas je ne sais quelle officine biélorusse, qui reconnait que Protassevitch s'est battu à ses cotés. Sans intention de lui nuire mais au contraire pour rendre hommage à un camarade de combat (néo-nazi). 


Déclaration reprise et authentifiée par Новая Газета.


Ou est la salissure ? C'est un fait avéré et Protassevitch n'a jamais cherché à cacher son implication dans le conflit ukrainien. 


C'est un fait point barre.

D'une part, vos "informations" sur Protassevitch sont tendancieuses, rien n'indique qu'il est un néo nazi.


Il a couvert le conflit ukrainien en tant que journaliste,-militant et contrairement à ce que les gens comme vous pensent, la plupart des révolutionnaires ukrainiens étaient des gens qui voulaient plus de démocratie et moins d'emprise russe sur leur pays, c'est tout.



Mais surtout, mon commentaire fait référence à plus de chose que l'affaire actuelle. Vous prenez systématiquement le parti des dictateurs (chinois, russe, vénézueliens), pourvu que ceux-ci aient un discours "anti-occidental". Et vous vous empressez de taper sur leurs victimes. C'est ça que je trouve dégueulasse.


C'est quasi systématique, vos critiques des médias occidentaux se terminent souvent en défense de la dictature .

La bataille de Shyrokyne a eu lieu en 2015 et Roman Protassevich avait à peine 20 ans et n'avait pas encore quitté la Biélorussie.


Alors Biletsky ment. Je vous présente simplement sa déclaration. Pensez en ce que vous voulez.

Je ne connais absolument pas le sujet mais par contre je sais reconnaître une articulation logique dans une phrase quand je la lis.


Si vous écrivez ça :

"Notons que Roman Protassevitch a combattu au sein d'un groupe de néo-nazi ukrainien "


à partir de ça :

"Je voudrais tout de suite mettre les points sur "i". Il est vrai que Roman s'est battu avec le bataillon Azov et d'autres unités militaires contre l'occupation de l’Ukraine. Il était avec nous à Shirokyne où il a été blessé. Mais en tant que journaliste son arme n'était pas une mitrailleuse mais le mot."


C'est que vous êtes sacrément partial parce que visiblement le message tient à mettre les points sur les i en précisant justement que Roman Protassevitch n'a pas combattu au sein du régiment Azov au sens propre mais qu'il faisait des reportages sur les lieux du combat et pas seulement avec ce groupe Azov. Le message Télégramme est clair sur le fait que "s'est battu" est au sens figuré alors que dans votre conclusion c'est le sens littéral qui prévaut avec le "au sein" d'un bataillon.

Ce que nous pouvons en déduire c'est qu'il couvrait la bataille du côté ukrainien. Rien de plus ou alors il faut d'autres éléments.


Je ne sais rien de ce gars et de ses accointances avec la pensée néo-nazi mais ça sent la tentative de déshonneur par association. C'est pas beau ça.

Ce ne sont pas mes mots ce sont les siens : 


Роман справді разом з Азовом та іншими військовими частинами боровся проти окупації України.


Dans la première phrase боровся 3e personne du singulier passé, sujet "Roman". боротися littéralement se battre/combattre en ukrainien (бороться en russe même sens). 


Vous trouveriez pas un peu bizarre qu'on dise par exemple de la correspondante de l'AFP au Nigéria récemment invitée qu'elle s'est battue avec l'armée nigériane contre Boko Haram juste parce qu'elle couvrait le conflit ? Moi je trouve ça bizarre. En tout cas je ne créer aucune association indue, c'est lui qui à dit combattre pas moi.


Ce sont ses phrases et vous les interprétez, j'avais compris. La suite de son message précise bien que le journaliste ne s'est battu qu'avec des mots. Si le journaliste n'est pas neutre, et il n'a jamais dit l'être, d'où le combattre au figuré, alors cela explique parfaitement le message. Et il est perceptible que ce message est une mise au point pour insister justement sur le fait que le journaliste ne s'est pas battu au sens littéral et qu'il n'appartenait pas à l'unité.


Le fait que vous arriviez à des conclusions qui sont exactement celles que réfute le message est assez vertigineux. Le fait que vous continuiez à vous accrocher à un mot du message sans considérer son entièreté est un aveuglement. Vous souhaitez penser ce que vous concluez. Il faut toujours se méfier quand c'est le cas sinon on abouti à des raisonnement comme ceux que vous faites.

J'insiste, le message seul ne suffit pas à justifier votre phrase d'introduction. Il dit même le contraire.

Quand je lis un texte comme celui-ci, je retrouve l’articulation usuelle de la Russie: accuser les opposants gênants d’être  d’extrême-droite (Ukraine, Navalny..), c’est beau de voir ce grand démocrate gauchiste qu’est Poutine nous protéger contre ces idées avec lesquelles il n’a pas de point commun.

Il y a quand même des faits concrets qui plaident dans ce sens. Même si la Russie de Poutine n'est plus l'Union Soviétique et que celle-ci ne méritait pas son titre de "patrie de tous les travailleurs", il y a quand même une tradition anti-fasciste. Et l'Ukraine a repris dans son roman national, pour s'opposer à la Russie et au communisme, des références pro-nazies, comme Bandera qui a combattu au côté du 3ème Reich. Et c'est cette mouvance qu'aurait côtoyé Protassevich

C'est quand même pas compliqué. D'un côté il y a les bons dictateurs : au Tchad, au Gabon, en Arabie Saoudite, au Qatar, au Cameroun. ..

Et de l'autre les méchants : La Russie, la Biélorussie, le Venezuela. ..

Notre indignation est à géométrie variable ! 

Toutes proportions gardées cette histoire invraisemblable me rappelle celle de l'avion d'Evo Morales, président Bolivien, en juillet 2013. Lors de son vol de retour entre la Russie et la Bolivie l'avion, à court de carburant, est contraint d'atterrir en Autriche et, probablement, d'accepter qu'il soit fouillé, parce que la France, l'Espagne et l'Italie lui ont refusé l'accès à leur espace aérien. La rumeur court en effet que Snowden est à bord et ces quatre grandes démocraties ont peur de mécontenter les États-Unis en le laissant filer. Elles n'ont pas fait le coup de l'alerte à la bombe et de l'interception par des chasseurs mais c'était tout de même gonflé. D'autant plus qu'il s'agissait d'un avion présidentiel, théoriquement protégé par les conventions internationales.


Sans aucunement sous-estimer la gravité des actes du satrape Biélorusse, il est peut-être bon de mesurer la sincérité des indignations qu'ils provoquent à l'aulne de cet autre acte de quasi-piraterie perpétré par des "démocraties respectueuses de l'état de droit et des conventions internationales".

il me semble que du temps du président hollande la France avait détourné l'avion d'Evo Morales président bolivien parce que elle pensait que Snowden le lanceur d'alerte était dedans et on n'avait pas fait un tel tintamarre.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.