112
Commentaires

Non, le chasseur ne voulait pas tuer les chats

Accusé d'avoir proposé de tuer des chats pour protéger la biodiversité, le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen a été placé sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Mais ses propos, largement relayés sur Internet, ont été mal interprétés par plusieurs médias.

Commentaires préférés des abonnés

- un chasseur reçoit des menaces de mort : protection policière

- une femme se rend au commissariat parce que son mari l’agresse : rien

- un journaliste reçoit des menaces et insultes sur les rézossossios : rien


Encore une question de camp ?

(...)

Entendre les chasseurs se préoccuper de la biodiversité, c’est comme demander à Macron de s’occuper des services publics. « Les propos ont été mal interprétés » Shraen le malade de la gâchette, fait moins le malin maintenant qu’il est sous protection(...)

C'est sûr qu'élever des faisans, des perdrix, des cailles, pour ensuite leur tirer dessus c'et un grand bond dans la sauvegarde de la bio-diversité.

Derniers commentaires

Schraen sur France Info (répondant à la question : Pourquoi êtes vous opposé à l'interdiction de la chasse à la glu ?) :

C'est une capture d'oiseaux qui est très ancienne. Les Grecs en parlaient il y a vingt-cinq siècles de ça.

Schraen sur France Inter : 

Nous les chasseurs, on est prêts à faire évoluer les choses, la société bouge autour de nous, on a envie de se moderniser.
 

Schraen, que je soupçonne d'être le fils caché de Gérard Larcher et de Roselyne Bachelot, a aussi commis un bouquin : "Un chasseur à la campagne", préfacé par son ami Dupont-Moretti.
Dans cette préface, l'actuel Garde des Sceaux s'en prend violemment aux "ayatollahs de l'écologie", dénonçant leur "dogmatisme aveugle".

Pratiquant lui-même la fauconnerie et la chasse au vol, il remercie l’auteur du livre pour "ce petit bijou". 

"Ce livre, il est fait pour que les chasseurs relèvent la tête. Enfin !", ose-t-il.
Il est en effet préférable qu'ils la relèvent avant de tirer. Cela leur évitera de prendre promeneurs et vététistes pour des sangliers ou des chevreuils, tout au long de cette nouvelle saison de carnage qui s'ouvre très bientôt.

Meuh non, voyons, Willy Schraen ne veut pas tuer les chats ! Il veut simplement massacrer les oiseaux...

Le gros beauf aux idées faisandées, éructe aux Grandes Gueules de RMC, dont Twitter offre un aperçu :

"Arrêtez de nous emmerder ! La chasse à la glu est légale."

Sauf qu'une directive européenne interdit cette pratique infecte depuis maintenant 11 ans.

Je me souviens de l'époque où Siné se délectait des accidents de chasse, dans lesquels les nuisibles de cette espèce s'autorégulaient.

ca ne me choque pas plus que ca , apres le gars étant un viandard j'aurais envie de lui dire d'aller faire la lecon ailleurs.


J'attends le moment ou quelqu'un va admettre que pour que la biodiversité et le monde survive il faudra reduire le nombre d'humains sur la planete. pas sur que cela fasse autant de buzz que l'abattage des chats.

Mouarf ! Je veux évidemment bien accorder le bénéfice du doute à Willy.

Mais pour avoir cotoyé moults chasseurs et milieux de chasseurs, et ce sur plusieurs départements, je n'ai pas l'ombre d'un doute sur le fait qu'ils ont TOUS entendu "on va tuer des chats, yes !!"
Pas mal me l'ont déjà confirmé (directement ou indirectement).

Donc oui, peut être un faux procès pour Willy, mais j'en doute très fortement : il doit savoir encore mieux que moi les mentalités qu'il représente, et ce que signifiait ses propos.

Et surtout qu'avoir même simplement "évoqué" cette solution l'a déjà enclenché, officieusement.
Quand j'entends le nombre d'animaux domestiques que mes contacts chasseurs tuent déjà plus ou moins par accident chaque année.
(avec l'excuse éternelle du "toute façon, qu'est ce qu'il foutait à passer devant moi, cet animal, hein ? Il a pas vu que j'avais mon fusil ? Quelque part, il l'a cherché !")

Planquez vous animaux de compagnie, la battue a déjà commencé, mais là ça va redoubler d'efforts pour coller une balle dans votre boule de poils, je les connais, les affreux :/

chasse pêche tradition 3 pastis et l'addition. Comme ils arrivent à tuer leur propres  chiens en chassant la galinette cendrée,ils essayent d'équilibrer.


Grâce aux chasseurs les rongeurs vont prospérer. Quant aux oiseaux, parlez-en à Dugrain Dubourg

Avant de se proposer  pour "agir" sur les chats, concurrents sur le  terrain, des chasseurs avaient "agi" sur d'autres concurrents, mais sans pouvoir avancer l'argument fallacieux de la défense de la biodiversité


https://www.dailymotion.com/video/x7p85at


Le chasseur caricatural ne dit tellement pas, qu'on entend très très  bien et qu'on perçoit la force de son  lobby .



C'est précisément le genre d'article qu'on voit habituellement débunké par ASI, qu'est ce qu'il s'est passé ?


Entre le mythe de la fourrière qui fait stériliser les chats à la spa, l'argument de l'Australie qui justifierait que "piéger" veuille dire simplement "mettre en enclos" mais qui finalement n'arrange plus quand on apprend que la finalité de la loi est l'euthanasie, l' "ambiguïté" autour du piégeage alors que quand on étudie un minimum le sujet on sait que dans le domaine de la chasse il a pour unique but de tuer (voire de servir d'appât).

Il n'y a aucun flou autour de l'activité du piégeage dans la chasse, le sujet est très clair.
À l'inverse, les cages dont vous parlez, ce sont des bénévoles qui, partout en France, les utilisent déjà pour "gérer le chat" : trappage des chats sauvages pour stérilisation puis mise à l'adoption ou réinsertion dans un milieu sécurisé pour les chats trop sauvages pour la domestication, refuges spa qui débordent, asso locales qui organisent des réseaux de familles d'accueil et d'adoption, campagnes auprès des maires pour assurer des vagues de stérilisation... Pas un mot là-dessus, alors qu'on voit très bien que ce n'est pas ce qu'évoque M. Schraen.


Visiblement les propos n'ont même pas été mis en perspective avec les précédentes turpitudes de M. Schraen ni la politique actuelle de la FNC, comment est-ce possible quand en même temps l'article évoqué une ambiguïté insurmontable ?

Ça soulève beaucoup de questions sur la manière dont la rédaction travaille quand elle est confrontée à des sujets qu'elle connait peu, et ce n'est pas rassurant. Il y a des paragraphes entier qui font bondir tant la méthodologie et les conclusions sont bancales.

l' indignation du NOUVEL OBS . .....Les chats de ses lecteurs sont mieux  nourris que  moults habitants du 93

Deux lointains souvenirs de scènes de carnage , mais qui aujourd'hui encore restent bien présents dans ma mémoire :

Les cadavres d'un sanglier, d'une laie et de leur progéniture, quatre ou cinq marcassins, alignés côte à côte dans une cour de ferme, entourés de leurs exécuteurs, contemplant réjouis leur sanglant tableau de chasse.

Celui d'un chevreuil, attaché sur le capot du 4X4 de mon voisin revenant de sa battue, trophée sanguinolent exposé aux regards des habitants du quartier.

A vous écœurer définitivement de ces pratiques de viandards, qui non seulement prennent un plaisir malsain à massacrer, mais en tirent fierté.


Un peu sidérée par le nombre de réactions suite à cet article équilibré et évoquant un problème réel... Y a pas que les vidéos de chats qui font un tabac, apparemment!

Il me semble me souvenir que l'extermination des chats, considérés comme des suppôts de Satan, a contribué jadis à certaines épidémies de peste. En effet s'ils boulottent les petits oiseux ils croquent aussi les rats.

Alors là, j’ai pris une bonne tranche de rigolade, merci! Par les temps qui courent ce n’est pas du luxe!

Après les journaux de confinement vous pouvez lire la série pour enfants de Ane Fine « Journal d’un chat assassin » .


Quel est le problème ? La prolifération des chats? Si le chasseur se met dans la chaîne écologique, comment nous, autres animaux humains, régulerons ce niveau? 

L’euthanasie comme en Australie (après 2 récidives)? Comme la gestion des sans-papiers? Comme le refoulement des migrants? ... un moment, j’ai pensé envoyer les chasseurs réguler les invasions de criquets en Afrique.

Mais on ne va pas externaliser nos pollutions!


Laissons la biodiversité se réguler elle-même si « elle » peut. Qui sait? Avec le réchauffement climatique, les chats nous aideront quand les criquets arriveront sous nos latitudes ?


Ha ha ha ha!

Vous savez, je tue des chats. Si, si..

Voyez vous, j'ai une chatte, vieille demoiselle stérilisée - c'est chronologiquement mon 4e félin domestique - et elle va sur ses 12 ans. Sa gamelle est DANS la cuisine. C'est une chatte de "luxe" qui ne bouffe que des croquettes de qualité "vétérinaire". Donnez lui du "whiskat", elle renifle, vous regarde et s'en va d'un air dédaigneux. 

On lui laisse un passage dans la cuisine pour aller et venir la nuit. Régulièrement depuis des années, par période, il se trouve des traines savates qui entrent, mangent sa gamelle, essaient de trouver autre chose dans la cuisine quand elle n'est pas là. Quand elle traine dans la maison, la véranda ou le jardin, c'est bagarre féroce et intervention en pleine nuit pour faire fuir l’intrus. J'en ai même eu en plein jour qui entrait comme chez eux. Ca gueule, ça pisse, ça chie, bonjour pour nettoyer quand c'est à l'intérieur.

Ce qui fait que régulièrement quand il y a quelques loustics (ouais, il y en a des fois plusieurs; une fois jusqu'à 4 probablement une fratrie) qui m'ont cassé les c...  pieds, j'enferme ma chatte une nuit ou plusieurs si nécessaire, j'empoisonne une gamelle de whiskat avec de la mort au rat, sans aucune pitié et ensuite, tranquille pour quelques mois.

Les propriétaires de chat qui ne s'en occupent pas, les nourrissent pas correctement et qui les laissent proliférer n'ont qu'à venir me demander des comptes... :-)

Ha ha ha ha, les chats toujours une valeur sure sur Internet... pour le buzz. MDR :-)

PS: J'aime les chats. :-)


Insultes , menaces, généralisations, mépris de classe ... ce n'est pourtant  pas la page commentaire du Figaro

Eh ! Mais j’avais oublié que Nicolas Hulot avait démissionné suite au lobbying des chasseurs !


Paris Match

Willy Schraen, puissant président de la Fédération nationale de la chasse, a la reconnaissance du ventre. «Si j’avais pas stoppé tout de suite, ils étaient 500 000 sur les ronds-points (...). J’ai beaucoup parlé, beaucoup écrit, mes gars ils étaient tous gilets jaunes», confie-t-il à Emilie Lanez dans «Noël à Chambord», un livre joliment écrit et fort bien informé.


Science et avenir.

L'Elysée a indiqué suite à cette réunion entre le président, Nicolas Hulot, Willy Schraen et ce Thierry Coste, que le prix du permis national de chasse sera bien divisé par deux : il passera ainsi de 400 à 200 euros. Celui-ci permet de chasser sur tout le territoire. En 2015, la France comptait plus de 1,1 million de chasseurs pratiquants et environ 8% possédaient un permis national.

...

Le président de la Ligue de Protection des Oiseaux reproche aux chasseurs français de tuer des oiseaux protégés.

Biodiversité, souffrance animale et humaine, ruralité et néoruralité: http://www.boulesdefourrure.fr

L'excellent blog d'un véto de campagne.

Pour moi qui cultive modestement quelques mètres carrés de jardin potager, les pires sont les chats végétariens.

J'ai constaté à mes dépens qu'ils sont friands des petites pousses tendres de salades. L'an dernier, certains ont même commencé à dévorer mes tomates. Je vais tenter de les pister pour voir s'ils font plus de 300 m pour venir saccager mes légumes. Si c'est le cas, je serai sans pitié.

Après relecture, je dois me rendre à l'évidence que cet article est une erreur journalistique.

Le titre annonce : "non, le chasseur ne voulait pas tuer les chats."

Le chasseur dit en substance : "je veux faire comme l'Australie où on tue les chats DOMESTIQUES au bout de la troisième capture." Il dit vouloir capturer les chats des gens et prend immédiatement exemple sur l'Australie. Où on TUE les chats capturés.


Je crois qu'à force de vouloir faire du fact checking à tout prix, on a un bel exemple de journaliste qui s'emmêle avec la vérité. L'article contredit littéralement le titre. OUI, ce chasseur veut tuer les chats... au bout de la troisième capture.

Je crois avoir lu qu'il aimait bien les combats de coq aussi.


Ça me déprime de voir les anti-chasseurs souhaiter du mal aux chasseurs, les anti-chats souhaiter du mal aux chats, etc.


Il est toutefois important de stériliser les chats pour réguler la population. Ne pas le faire n'est pas responsable et à long terme va nuire aux chats qui risque d'être vu comme un nuisible et donc de subir pire.

Ils ne se sentent plus les chasseurs depuis que le pouvoir en a fait des "acteurs de la biodiversité" .

C'est que ça vote bien un chasseur acteur de la biodiversité...


Bon, ça met ses doigts dans son nez , tout en se sachant filmé parce que ça n'en a rien à foutre de l'effet produit sur ceux qui regarderont, ça prétend se préoccuper de la dite biodiversité en balançant des opinions (pas des idées hein  ! juste  des opinions ) bien lourdingues, ça dit sans dire, mais ça  en jouit parce que ça sait bien que tous ceux qui vivent à la campagne connaissent le sort des chats en période de chasse. Oui, je crois déceler un zeste de sournoiserie. 

Et ça a l'air finaud sous protection policière .... (là je ricane , c'est mal je sais...)


Les chats sont des prédateurs, certes, mais que dire des chasseurs ! 

Des chasseurs-acteurs de la bio diversité ,pardon . Comme si la faune sauvage n'avait déjà pas assez de difficultés avec le monde merveilleux où nous vivons , morcelé, rempli de bruit et de lumières artificielles, de pesticides et plastiques en tous genres, sans cesse sous la menace d'une pelleteuse ou d'une tronçonneuse.

Pour eux, ce qui reste de nature n'est vu que comme un parc de loisirs où ils peuvent jouer avec leurs fusils. 

Ça pose son homme un fusil. Et ça peut dézinguer tout ce qui se présente, du pseudo gibier relâché depuis peu, une espèce protégée, un chat (à 300  de chez lui, c'est sa faute à ce redoutable nuisible ), un promeneur, un cycliste, un sportif, parfois un collègue de chasse ... arff ...


Dans un jardin avec chat(s) stérilisés , on peut réfléchir à la façon dont on installe les mangeoires, on peut aménager des abris pour toutes sortes de bestioles . On peut faire cohabiter un chat et la petite faune sauvage. Le problème commencerait à 300 mètres ? Les chasseurs savent donc estimer les distances ? Super , c'est nouveau, par chez moi ils ont un mal fou à  respecter celles qui sont réglementaires entre les maisons et la campagne qu'ils s'approprient pour leur terrain de jeu.

Un travail est déjà fait par les vétérinaires qui conseillent la stérilisation des chats et chattes de leur clients, en expliquant le problème du retour à la vie sauvage de nombreux "petits chats" adoptés puis abandonnés. Il me semble aussi que des associations se préoccupent du problème des chats errants, en repérant, nourrissant et stérilisant les chats errants sur un territoire. 


Un jeune homme de mon entourage habite depuis peu un hameau composé de nombreuses granges abandonnées et peuplées de chats ensauvagés.  Il les a nourris, apprivoisés, puis fait stériliser peu à peu les femelles devenues confiantes. Vous savez combien coûte la stérilisation d'une chatte? 


Il ne serait pas très difficile de lancer une action d'envergure dans ce sens, plein de gens seraient ok, assureraient la prise en charge (lourde) mais n'en ont pas les moyens matériels. Comme pour pas mal de choses qui vont de travers, des actions bénévoles se mettent en place. Une société saine les soutiendrait, par exemple en subventionnant la stérilisation. Et n'attendrait pas qu'un président d'une fédération de chasseurs parle d'encagement et d'euthanasie.

En conclusion, s'il y a une espèce nuisible à réguler, c'est en priorité celle des chasseurs.

J'habite dans les Landes et je ne compte plus les chats qui ont pu être tués par les chasseurs que ce soit tirés au fusil ou capturés dans un piège à mâchoires ( une véritable horreur à cause de la souffrance qu'elle inflige)  .  Alors, que Schraen rectifie le tir, ne m'ôtera pas de l'idée que les chasseurs considèrent et considèreront toujours TOUS le chat comme un concurrent déloyal, qu'il faut éliminer . 

ça me fait mal, mais j'suis assez d'accord avec la LPO et les propos du chasseur en chef...

ça fait des années qu'on sait que les chats errants sont un fléau pour la biodiversité...la proposition que fait le chasseur à propos de prendre exemple sur l’Australie me semble un bon compromis : c'est à la charge des proprios de faire en sorte que leurs chats ne puissent pas vagabonder avec amande à la clef et euthanasie au bout de plusieurs récidives...

et euthanasie systématique des chats errants, sans collier, sans tatouage, sans puce...

(ceci est un communiqué du CCC xD )


et cette hypocrisie des pseudos défenseurs des animaux me dégoute, je fais parti de ceux qui n'a pas de sympathie pour les chasseurs, mais lorsqu'on regarde le véritable carnage dont sont responsable les chats, je trouve sacrément gonfler de s'apitoyer sur le pauvre petit félin tout choupinous soient ils en oubliant leurs victimes...

mais comme ça touche à nos petits conforts d'humains d'avoir une peluche vivante à nos côté, forcement c'est plus grave que le massacre de milliers d'oiseux, lézard et autres petits rongeurs sauvages...ou la position paradoxale des "défenseurs des animaux"...en fait ces gens ne défendent pas LES animaux mais uniquement ceux qu'ils aiment bien, les autres peuvent bien crever, c'est pas leurs affaires...

comme les propriétaires de chat n'ont pas le tas de cadavre dont leur boule de poil est responsable sous les yeux, c'est plus facile de se conforter dans l'indignation gratuite et aveugle j'imagine... :/

puis ô scandale c'est un chasseur qui le dit, donc c'est forcement abominable, brutal et sanguinaire...ces gens sont monstrueux par nature après tout donc tout ce qu'ils proposent est forcement monstrueux aussi...pffff

On se demande d'où vient cette interprétation en effet. Quand j'étais petite, en Vendée où je passais mes vacances, nous avions recueilli deux chatons dont la mère avait été tuée devant eux par un chasseur sous prétexte que "ça prolifère cette vermine". La SPA du coin n'en avait pas voulu, trop saturée. On nous avait confirmé que les chasseurs, dans ce coin-là, ne s'embarrassaient pas de scrupules pour les animaux familiers et qu'il valait mieux tenir son chat enfermé dans la maison. Mais à part ça, bien sûr, le gentil chasseur n'aurait jamais sous-entendu qu'il faudrait tuer les chats, noooon....

https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Chats_d%E2%80%99Ulthar

Je ne comprends pas le raisonnement du journaliste qui est capable d'écrire  ces deux passages :



1) Le piégeage du chat ? Voilà qui prête à confusion, d'autant que le journaliste ne le relance pas sur la teneur précise de cette proposition. Qu'entend-il exactement ? Quelques secondes plus tôt, le patron des chasseurs a fourni un exemple qui permet d'y voir plus clair. "Vous avez des pays comme l'Australie, où vous devez clôturer votre jardin, comme une cage, pour ne pas laisser sortir votre chat. S'il sort, vous avez un PV dont vous vous rappellerez. Une fois, deux fois, puis ils euthanasient le chat."


(notons l'indicatif : a fourni)


2)Certes, les propos du représentant national des chasseurs sont ambigus, [...]  Mais à écouter l'intéressé avec attention, rien ne permet d'assurer avec certitude qu'il propose d'éliminer les chats, comme le titrent L'Obs, Le Progrès ou Grazia. Les références à l'exemple australien (qu'aucun des trois médias cités ici n'évoque) et à la ruralité suggèrent plutôt un système de clôture et d'enfermement pour les chats dans les territoires de campagne 


Alors il l'a fourni l'exemple australien ou il ne l'a pas fourni ?

C'est ambigu ou c'est très clair ?


(je dois acheter encore un autre dictionnaire pour le sens du mot ambigu ?)


Mais que les gens sautent vite aux conclusions : il n'a jamais dit qu'il fallait les tuer! Il a juste pris en exemple un autre pays où on les euthanasie à la deuxième récidive.

C'est différent, enfin !

(mais je vais quand même devoir acheter un nouveau dictionnaire validé par la fédération des chasseurs et lancer une guerre d'édition sur wikipaedia)

J'ai appris, en grimpant, grâce à France Inter, "Sur les épaules de Darwin" que les chats sont les protecteurs des bourdons. En effet, on se demandait pourquoi les bourdons étaient plus nombreux dans ces fameux 300 mètres autour des habitations, et on s'est aperçu que les souris détruisaient les nids de bourdons... et qu'il y avait moins de souris quand il y avait des chats. 


Les chats de ma voisine ont débarrassé mon jardin des campagnols qui y faisaient une vraie razzia. Et assurent toujours le service après vente. Je leur pardonne pour ça les semis bouleversés. Hélas, de temps en temps, quelques plumes d'oiseau me rappellent que ces gentils chats sont aussi de méchants prédateurs (mais pourquoi les oiseaux méritent-ils plus que les souris notre sympathie?). 


Un de mes voisins, anti-écolo farouche, m'a dit un jour "Vous voulez protéger les crapauds? Suffit de flinguer les hérons". Je précise que si le chat est un rival honni des chasseurs, le héron est son équivalent pour les pêcheurs. 


Restent les pullulations, résultats de nos interventions d'apprentis sorciers. Comment rétablir les équilibres détruits sans en créer d'autres? 

Je dois dire que je me délecte de ces téléscopages logiques des intégristes des nobles causes.


Donc en résumé : 

"oh le gentil minou !" qui tue des oiseaux

"oh le vilain chasseur, on va le tuer"


La haine de certains défenseurs des animaux envers certains de ces animaux que sont les êtres humains n'a pas fini de m'étonner.


Bien sûr qu'il ne pouvait pas dire clairement "tuons les chats". Mais il l'a très clairement suggéré en parlant de piéger, de grillage australien et d'euthanasie toujours en Australie. Toujours la technique du "j'ai pas dit ça" (je l'ai fortement pensé, mais vous pouvez pas le prouver). Si on rajoute qu'il y a, dans chaque campagne au moins un chasseur qui estime avoir le droit de flinguer les chats, et qui en flingue effectivement, on se demande si on doit vraiment qualifier ça de "fausse nouvelle" ou de "mauvaise interprétation". 


Ceux qui menacent de mort ce mec... appartiennent à la même confrérie de "tueurs" que lui, évidemment. Mais comme d'autres commentateurs, je m'étonne d'une réaction policière aussi rapide et importante quand on voit le mal qu'on a à obtenir une protection pour une femme menacée de mort, ou pire, la non protection d'une femme qui sera effectivement tuée par "son" conjoint ou son ex.

Si j'ai bien tout compris ce que suggère le président de la fédération des tueurs, moi qui habite un lotissement sans clôtures (elles y sont interdites), si j'adoptais un chat, il ne pourrait s'éloigner de plus de 300 m de notre habitation, sous peine d'être piégé. Mais même si ces clôtures existaient, ils n'aurait aucun mal à les franchir.

Il peut bien apporter toutes les précisions sur ce qu'il entend par "piégé", je sais ce que signifie le terme dans la bouche de ceux qui n'ont aucun respect pour la vie animale.

Entendre les chasseurs se préoccuper de la biodiversité, c’est comme demander à Macron de s’occuper des services publics. « Les propos ont été mal interprétés » Shraen le malade de la gâchette, fait moins le malin maintenant qu’il est sous protection policière. Il faut comprendre son dépit, le chat est bien meilleur chasseur que lui, et sans fusil.  Triste de voir le journaliste qui écrit l’article lui accorder encore le bénéfice du doute.

c'est un vrai sujet (ASI, une émission dessus ?)

et les vrais problèmes ne doivent pas être traités par des cons sinon, ils trouvent des solutions à la con. 


mais en effet, la prolifération des chats est dramatique pour la biodiversité

Un chat mange des lézards, des petits rongeurs, des oiseaux, des insectes... sans conter la bouffe pour chat du supermarché avec toute l'industrie agro alimentaire derrière 


Arté a fait un sujet là dessus :

https://www.youtube.com/watch?v=AsSgClacCLI


moi, j'aime bien les chats*, mais je n'en ai pas et n'en aurais probablement pas justement parce qu'il y en a trop.


et il y a sans doute plus de chats sauvages même en France que l'on ne penserait, par exemple, on en trouve sur les sites de transit et de traitement de déchet. cela permet d'avoir moins de souris. Et quand on manipule une palette, il arrive que nous ne voyons pas la portée de petits chats qui s'était cachée dessus et il lui arrive malheur...

"J'ai jamais tué de chats
Ou alors y a longtemps
Ou bien j'ai oublié
Ou ils sentaient pas bon "



 * sauf celui de ma voisine qui vient gratter et chier dans mon bac à aromate sur ma terrasse, du coup, j’hésite à mettre du thym ou du romarin dans ma cuisine...

La question n'est pas de choisir entre la protection de la biodiversité contre les chasseurs / les chats / les pesticides / la connerie en général : je ne dis pas de rayer les mentions inutiles, il n'y en a pas et j'en oublie sûrement. Sérions les problèmes, et pour ce qui concerne le chat, oui il faut s'en occuper de façon raisonnée, et commencer par stériliser un max de chats errants ou domestiques (et de rendre la stérilisation des chats domestiques obligatoire, avec si nécessaire un permis de possession de chat), en n'oubliant pas de doter les matous domestiques d'un grelot qui rend leur progression moins silencieuse. et il y a urgence : Selon le fichier national d’identification des animaux, en Mars 2019 il existait 7 millions de chats répertoriés en France. Mais le nombre total était plutôt estimé à 13 millions. Combien en liberté totale (y compris de se reproduire) ?

Le chat tue bien plus d'animaux que les chasseurs, c'est même pas à comparer... 

Non, Willy, ce n'est pas comparable. Le nombre de cerfs, de chevreuils, de chamois, de mouflons, de daims, massacrés chaque année par ce félin, agonisant sous sa griffe et sa dent, est inimaginable.

Qui n'a jamais assisté au spectacle répugnant du chat posant fièrement aux côtés de la biche qu'il vient d'abattre, une patte posée sur son ventre sanguinolent, ne peut se faire une idée du niveau de cruauté et de vanité de ces tueurs.

c'est la taille des proies qui change entre le pithécanthrope à carabine et le matou , mais le chat bouffe de tout, des oiseaux, des lézards, des rongeurs, et même des chauves-souris, des crabes, des insectes, selon les endrois

Le chat adore jouer avec ses proies, il tue parfois même sans manger sa victime. Arrêtez de croire qu'il n'y que les humains pour avoir des comportements cruels.

C'est un comportement qui ne peut être considéré comme cruel car la qualification de cruauté pour un acte est un jugement moral. Un chat qui "joue" avec sa proie, et le terme jouer est aussi anthropomorphique que le fait d'être cruel, est un prédateur qui s'entraine. C'est une condition de sa survie qui provient de l'évolution de son instinct. 

Ce genre de considération est donc erroné pour aborder le sujet, encore plus quand il s'agit d'en conclure une culpabilité sauf à rétablir les procès d'animaux du moyen-âge.


Ce n'est même pas la simple présence de chats qui pose problème en fait. Des chats au milieu de renards, de loups, d'ours et de divers autres prédateurs s'en prenant à ses petits comme les furets, les blaireaux, les ratons laveurs et autres petits omnivores et carnivores ne poseraient pas de problèmes particuliers pour la biodiversité, bien au contraire. C'est le déséquilibre écologique préexistant de notre territoire qui entraine cette prolifération des harets dans les milieux sauvages et c'est l'élevage en masse des chats par les humains qui le crée à proximité des habitations.

Mieux qu'un politique le chat, ni responsable ni coupable, juste une cause et même pas la principale.

J'ai parlé de comportement cruel, pas de conscience morale d'être cruel. Par ailleurs les chats jouent, ne vous en déplaise. Ils jouent tout comme nous jouons aussi. Vous me dites que les chats ne jouent pas mais "s'entraînent". Très bien, maintenant répondez moi : pourquoi l'être humain aime bien jouer? Bref, pour moi ce n'est vraiment pas de l'anthropomorphisme de dire qu'un chat joue.

Dire qu'un comportement est cruel c'est déjà faire de la morale. C'est le sens du mot cruauté qui veut ça. Pour "jouer" c'est pareil. Un jeu implique du divertissement voire de l'amusement et n'est pas censé avoir un lien direct entre l’activité elle-même et ce que l'on en retire en terme d'apprentissage utile en dehors du jeu. Un chat ne joue donc pas, il s'entraine puisque les actions qu'il effectue en "jouant" avec sa proie sont les mêmes que celles qu'il effectue pour chasser. 


De plus vous parlez de "tuer sans manger" comme si cela constituait, par l'absence de nécessité de se nourrir , un signe de cette cruauté. Cela suppose une forme de conscience, toujours selon la définition de cruauté. 

La dernière phrase de votre premier message, en se référant au comportements cruels humains, vient mettre le dernier point à ce qui me semble être une grande confusion.

Je précise que les termes "jouer" et "cruauté" sont nécessairement des anthropomorphismes puisqu'ils impliquent des états psychiques. Quand vous les appliquez à d'autres êtres que des humains dont vous ne pouvez percevoir que le comportements il y a projection de ces sentiments inclus dans le sens des mots sur des êtres dont le fonctionnement et l’état psychique vous demeurent parfaitement inconnus. Ces termes sont donc ambiguës. 

Quand il s'agit de décrire un comportement sur l'instant ce n'est pas un problème. "Oh regarde le chat joue." ne porte pas à conséquence et je ne couperais pas les cheveux en quatre en faisant des remarques sémantiques idiotes. Par contre quand il s'agit de parler de contrôle de la population d'une espèce je préfère que l'on aille pas s'aventurer sur le terrain du comportement cruel d'un animal.

Je pense en fait que vous surestimez la capacité des humains à avoir conscience de leurs actes, de leur sens et de leur portée. Ce n'est pas parce que nous sommes capables de verbaliser nos actions qu'elles diffèrent tant que cela de ce qu'on peut retrouver chez d'autres espèces. Les êtres humains jouent, spontanément, sans qu'on leur dise de jouer, et c'est bien parce que leur système cognitif les pousse à avoir ce comportement. Pour le chat c'est pareil, c'est juste que ça nous saute un peu plus aux yeux que son jeu ressemble à sa façon de chasser, alors on peut théoriser sur le fait qu'il "s'entraîne" (c'est plus intrigant chez d'autres espèces, par exemple certains oiseaux, je ne me souviens plus lesquels mais je crois que c'était des corvidés, ont été aperçus en train de faire de la luge sur des toits enneigés). Pour moi un enfant qui joue "s'entraîne" aussi, c'est juste plus flou de savoir à quoi il s'entraîne que par rapport au chat, mais clairement le jeu est un élément déterminant du développement des capacités cognitives et physiques. La surcouche sociale qui peut exister par rapport au jeu humain est évidemment propre à notre espèce, il n'en reste pas moins que la dynamique du jeu repose sur les mêmes bases chez énormément d'espèces.

Sur la cruauté : oui c'est un concept moral et humain, là dessus je suis d'accord. Ma phrase se tenait dans un référentiel humain. Je voulais préciser par là que le discours sur "les humains sont cruels" est assez faux de mon point de vue : ils ne sont pas plus cruels que nombre d'animaux. Evidemment le sens du mot cruel et ses implications font que c'est loin d'être très précis.

"Je pense en fait que vous surestimez la capacité des humains à avoir conscience de leurs actes, de leur sens et de leur portée.  "


Je ne me rappelle plus qui a dit : "Quand un animal fait quelque chose pour une certaine raison, on dit que c'est de l'instinct. Quand un humain fait la même chose pour la même raison, on dit que c'est de l'intelligence."


Ce n'est sans doute pas la citation exacte (je ne la retrouve pas), mais c'était l'idée.

Je n'aurais pas fait de remarque si vous vous étiez contenté de parler de jeu. C'est la présence des deux termes "jeu" et "cruel" dans le même message pour parler d'un comportement animal qui a provoqué ma remarque. Les deux notions ont une dimension anthropomorphe même si elle est plus marqué pour la cruauté car toute deux renvoient à un état d'esprit humain. L'amusement accompagné de la cruauté donne le sadisme quelque part. C'est la collision des termes qui rend le tout assez malheureux.

Comme je l'ai écris dans le message précédent, le simple fait de dire qu'un animal joue n'aurait pas posé de problème.

"Je précise que les termes "jouer" et "cruauté" sont nécessairement des anthropomorphismes "


Je suis pas sûr qu'on puisse être aussi affirmatif :

https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=qy1IAgAAQBAJ&oi=fnd&pg=PA463


https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=jnEw6sPHKpoC&oi=fnd&pg=PP1#v=onepage&q&f=false

Il est sûr que quand le début de l'étude commence par redéfinir le terme de "jouer" pour l'appliquer aux animaux en lui retirant sa dimension de divertissement et d'amusement (ce qui est logique pour les raisons que j'ai données), on peut dire ensuite que les animaux jouent, c'est à dire pratiquent des comportements dont l'intérêt sera différé pour répéter ou apprendre des comportements futurs qui seront, eux, utiles à la survie.

Ils s'entrainent quoi.

Quant à la conscience de soi c'est est autre chose. Et puis nous parlions de chat. Pas de primates.

Alors là, je ne lis pas du tout la première page de l'étude comme vous - au contraire !


Et  pourquoi les petits d'humains s'amusent ?

http://www.child-encyclopedia.com/play/according-experts/learning-through-play

http://www.enfant-encyclopedie.com/jeu/selon-experts/pourquoi-jouer-apprendre


"Quant à la conscience de soi c'est est autre chose. Et puis nous parlions de chat. Pas de primates.  "


Encore une fois un problème de définition, c'est quoi l'anthropomorphisme ? Anthropo c'est bien pour 'humain'. Pas pour primate, ou j'ai tout faux ?


Je vous rappelle la phrase qui m'a fait "tiquer" :  les termes "jouer" et "cruauté" sont nécessairement des anthropomorphismes 


Et puis, d'accord vous avez vu l'image, mais le bouquin ne parle pas que des primates... et il parle aussi du jeu...


Vous préférerez peut-être ceci ?

https://www.questia.com/read/35620967/play-and-exploration-in-children-and-animals


https://www.questia.com/read/35621007/play-and-exploration-in-children-and-animals


Donc désolé, je ne crois pas qu'on puisse si nettement distinguer le jeu, ses buts  et motivations chez l'humain et chez l'animal (chat ou primate). 

Je n'ai rien lu qui permette d'affirmer que le jeu chez l'animal n'a pas aussi une fonction d'amusement, et clairement chez l'humain le jeu a aussi une fonction d'apprentissage.


https://books.google.fr/books?id=zYtlDwAAQBAJ&pg=PA74&lpg=PA74&dq=felines+and+play&source=bl&ots=L3lQiQgkF-&sig=ACfU3U3fACMXBtlaksKDQX7onu6310SIGg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjK3JK09LjpAhUfBGMBHcYbBvoQ6AEwCHoECA8QAQ#v=onepage&q=play&f=false


Une phrase a retenu mon attention en particulier :

Kittens with no or limited opportunity to play with small inanimate objects demonstrated no difference in their predatory behaviour at 6 months of age than kitten that engaged in all forms of play.


J'en conclus, peut-être hâtivement, que  1) le jeu n'est pas indispensable à l'apprentissage chez le chat, et 2) (et c'est là qu'est mon saut de la foi :)  qu'il doit donc avoir une fonction d'amusement, sinon, à quoi sert-il ?

"Je n'ai rien lu qui permette d'affirmer que le jeu chez l'animal n'a pas aussi une fonction d'amusement,  "


En toute rigueur, c'est peut-être plus à moi de démontrer qu'il a aussi une fonction d'amusement plutôt qu'à vous de démontrer qu'il n'en a pas.


En fait tout dépend si on considère comme plus raisonnable a priori que les animaux non-humains ont des comportements de nature différente de celle de l'humain ou qu'au contraire humains et animaux sont (encore) suffisamment proches pour que tout comportement qui semble similaire puisse l'être pour des raisons similaires. 


A quoi on pourrait me répliquer "canon de Morgan".

Exact.

Mais je n'ai jamais entendu un chat me donner des leçons de morale.

Un CHASSEUR qui dit vouloir PIEGER les chats des gens, évidemment que dans sa tête, ça veut dire les ASSASSINER ! C'est un CHASSEUR, emphase sur CHASSEUR dans le mot CHASSEUR. Ce n'est pas un ami des animaux, c'est un assassin d'animaux ! Il fait ce qu'il sait faire, c'est à dire opprimer des innocents, et se vautrer dans la honteuse satisfaction de tuer des êtres vivants. C'est un CHASSEUR.

Que voulez-vous montrer ?
Que le chat domestique est un prédateur de première classe ? On le savait.
Que le chasseur n'a pas dit texto qu'il voulait tuer les chats ? On sait lire, nous aussi.
Ah : qu'il faut comme en Australie, exiger un grillage/cage autour des habitations ??? Avez-vous la moindre idée de ce qu'est un chat ? Du coût d'une cage recouvrant 400m² ?
Finalement, oui, il y a deux solutions : soit on attache un chat à un piquet, soit on tire à vue.
Personnellement : j'ai renoncé à avoir un chat.

C'est sûr qu'élever des faisans, des perdrix, des cailles, pour ensuite leur tirer dessus c'et un grand bond dans la sauvegarde de la bio-diversité.

Après lecture de cet article, ma minette a déclaré : « il y a le bon chat, et le mauvais chat. ».

Pour ma part, je propose de ne pas se fourrer les doigts dans le nez pendant un entretien vidéo.

Je suis plus sensible au message d’une association comme LPO que d’un chasseur.

Ces derniers, on pourrait les piéger en cage grillagée quand ils font trop chier les promeneurs et les animaux.

Une première mesure serait d'obliger les propriétaires de chat à les faire stériliser, tout le monde a eu/entendu des propositions pour adopter un petit chaton né parce que sa maman se baladait, tranquillement selon ses propriétaires... Et ils naissent pas un par un généralement... 

Après il reste du boulot derrière.

La conclusion est : "L'objectif ce serait juste d'attraper les chats. On les appâte et ils rentrent dans une cage grillagée" ... et ensuite ? il dit juste comment le faire, il ne dit pas ce qu'il veut en faire.

On stérilise et on relache ? On tue tout de suite ? On l'envoie dans un refuge surchargé qui le tuera dans 1 mois ?


Cette affaire a permis de mettre en lumière certaines positions absurdes de défenseurs des animaux qui se sont indignés sur les réseaux sociaux sur le mode "il faut absolument défendre les chats, qui est donc ce malotru qui voudrait y toucher ?" Pourtant comme vous le rappelez, la LPO est sur la même position que ce chasseur (au moins un point d'accord !). Le chat est un vrai problème écologique et le problème ne vient pas du chat en soit mais des humains qui élèvent des chats (même si dans certaines régions du monde le chat s'est répandu dans la nature en redevenant plus ou moins sauvage, ce qui est encore un autre problème). C'est donc de notre responsabilité de limiter leur impact. Il faut aussi rappeler que les millions de chat qui ronronnent sur nos genoux sont dépendants de l'industrie de la viande (même si le packaging des croquettes fait oublier qu'il s'agit de viande ou de poisson, plus précisément de déchets de viande et de poisson). Chiens et chats sont aussi un symbole de l'anthropocène...

- un chasseur reçoit des menaces de mort : protection policière

- une femme se rend au commissariat parce que son mari l’agresse : rien

- un journaliste reçoit des menaces et insultes sur les rézossossios : rien


Encore une question de camp ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.