20
Commentaires

Mort d'un chauffeur de bus : nommer ou non les suspects ?

Marine Le Pen s'est excusée sur France 2 d'avoir publié sur Facebook la photo d'un homme qu'elle avait accusé -à tort- d'être l'un des auteurs de l'agression ayant mené à la mort d'un chauffeur de bus à Bayonne, Philippe Monguillot. Mais elle a aussitôt répliqué en demandant aux médias de publier les noms des suspects. Pas si simple, répondent des journalistes joints par Arrêt sur images.

Commentaires préférés des abonnés

- noms qui resteront ad vitam æternam sur le net, et ce quelque soit la suite des événements

- nuisances éventuelles pour la famille

- nuisances éventuelles pour les homonymes


je vois plein de raisons de ne pas publier les noms... aucune de le faire.

(...)

Ayant eu l'occasion de travailler dans des centres de détention, j'ai entendu la plainte unanime des détenus: la publication de leur nom - avec la mémoire du Net que vous évoquez - est considérée comme une double peine, voire une forme de perpétuité.

(...)

Magnifique démonstration de déontologie et d'humanisme de la part de M.Goldnadel, qui est tout de même avocat et qui est par ailleurs très prompt à brandir la présomption d'innocence dans le cas de M.Darmanin. Le respect de la loi à géométrie variabl(...)

Derniers commentaires

Les gens veulent une "ethnie", une nationalité, une origine, qu'un nom.

Nommer les suspects, c'est à dire des gens dont la culpabilité n'est pas établie. Et en plus se tromper.  Vous trouvez pas que "la question elle est vite répondue"?

Concernant l’incendie de la cathédrale de Nantes, les télévisions n’ont pas forcément le nom de l’homme qui est en garde à vue, mais ils ont trouvé qui interviewer. :-D Il est noir donc bon...

Lejeune l'appelle, l'auteur lui indique avoir confirmé deux des prénoms dans Le Parisien (qui n'en a publié qu'un, voir ci-dessous, ndlr), ainsi qu'avec la femme du chauffeur, et deux autres dans la rubrique Checknews de Libération... qui n'a rien publié sur l'agression de Bayonne


J'ai souvent remarqué que plus on est de droite, plus on a une relation conflictuelle avec la vérité.


Tous les élus du RN cités dans l'article en sont également de bons exemples...

Magnifique démonstration de déontologie et d'humanisme de la part de M.Goldnadel, qui est tout de même avocat et qui est par ailleurs très prompt à brandir la présomption d'innocence dans le cas de M.Darmanin. Le respect de la loi à géométrie variable tendance extrême-droite : en taule les racailles et on livre leur nom à la vindicte populaire y compris quand ils ne sont pas les auteurs des faits , mais les mecs accusés de viol sont forcément des mecs injustement mis en cause, à fortiori s'ils sont des hommes de pouvoir. Et priées de fermez vos gueules les féministes, on parle de trucs un peu plus importants quand même. Après tout, il est possible que cet avocat ne connaisse pas le droit et ne sache pas que le viol est un crime, au même tire que le meurtre...

Intéressante, la remarque du Chollet d'OJIM selon qui à partir du moment où c'est un nom extra-européen, on doit le taire : puisqu'il est ici question de prénoms, il faudrait peut-être lui faire remarquer que ça fait maintenant un moment que les prénoms cités sont devenus des prénoms européens... qui d'ailleurs en disent de moins en moins sur les ancêtres du porteur de prénom, ce qu'on a bien vu avec les cas de convertis jugés pour des affaires de terrorisme islamiste.

Chouette article

"Massacre d'un chauffeur de bus" me semble un titre plus approprié.

- noms qui resteront ad vitam æternam sur le net, et ce quelque soit la suite des événements

- nuisances éventuelles pour la famille

- nuisances éventuelles pour les homonymes


je vois plein de raisons de ne pas publier les noms... aucune de le faire.

De la part de la droite, on ne peut jamais rien dire. ils sont pourtant au pouvoir et médiatiquement omniprésents .... quelle bande d'ordures.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.