129
Commentaires

Moix : éternité des réseaux

Commentaires préférés des abonnés

Plutôt que d 'écrire  un livre d'expiation, l'idéal serait qu il  arrête d'écrire ( ou , du moins de publier ) et de promener sa binette un peu partout .


(  Ce ne serait peut-être pas la recherche du pardon, mais ça nous ferait des vaca(...)

Encore un fois, je me permets, humblement, de recommander la lecture de "Histoire de ta bêtise" (F. Bégeaudeau), parce que ce livre vous vaccine contre les Moi-Moi-Moi-Moi-Moix. Quant au petit Furer des plateaux qui méprise les "chattes" de 50 ans, q(...)

Gardez loin de moi les antisémites. (et autres racistes)


Gardez encore plus loin de moi les philosémites.


Pourquoi les philosémites éprouvent-ils le besoin de l'être ?


Dangereux et bizarre sous apparences.

(...)

Derniers commentaires

Ta ta ta… ses réseaux ne fonctionnent pas aussi bien que vous l’affirmiez. Il n’est pas retenu pour le Goncourt, son émission produite par Barma s’arrête.

Ce dont on peut s'étonner, c'est qu'il aura fallu tant de temps à certains pour découvrir que Yann Moix était un con: il l'était déjà, quand il se livrait à des caricatures pseudo-humoristiques désolantes, il l' était, encore, quand il prétendait, avec la subtilité d'une couverture de Qui Police, nous parler de la "vie difficile" des migrants de Calais, il l' était, aussi, quand il faisait étalage de ses préférences sexuelles, et il l' est, aussi, encore, toujours, et, hélas, à jamais, quand il proclame, ubi et orbi, qu'il va cesser, séance tenante, dans la semaine, d'ici Noël, de se faire de la pub pour son dernier pensum...Après, on a pas tant d'occasion de se valoriser à bon compte, ne boudons pas notre plaisir: lisons du Yann Moix, et votons Macron!!

Merci de m'avoir rappelé le traitement subi par Mennel, j'avais oublié, ça met en évidence le deux poids deux mesures, le racisme latent, implacable. 

ya pas mal à dire sur l'idée que oui, bien sur, on peut changer, et même on peut dire que les luttes antifascistes reposent en parti sur cette idée (les fachos ne sont pas essentiellement des fachos et "condamnés" à le rester, et si ils cessent de l'être alors on les laissera tranquille), et qu'on peut revenir tout à fait revenir "parmi les vivants", à condition de prendre la responsabilité de ses actes et paroles passées. ça ne veut pas dire qu'il faut dérouler un tapis rouge au "repenti" (même si c'est de longue date); ni qu'il faut oublier le deux poids deux mesures (appelé aussi ici privilège blanc/masculin) qui fait que d'autres ont fait bien moins pire et n'ont pas eu la chance d'être "absous" par tout un milieu intellectuel.

1 zemmour , 1 moix , bravo ruquier pour ces choix plus que douteux !


On aimerait savoir ce que les autres auteurs édités chez Grasset pensent de tout cela...


Chalandon, Benamou...


On aimerait aussi savoir ce que Marie Odile Beauvais en pense, elle qui avait eu le malheur de publier son 1er roman chez Grasset la même année que Moix sortait son premier roman . 


Selon elle, Grasset avait délibérément choisi de tout faire pour propulser les ventes du livre de Moix (1996) en négligeant son propre roman .


Elle en avait fait un petit livre : "discrétion assurée" .


Pour qui a le livre, il y a peut-être là matière à comprendre comment les choses se passent dans cette maison d'édition .




(était-il vraiment nécessaire de republier ces dessins ?)

moix ... un petit-petit-piètre commentateur, écrivain ? comme ceux qui écrivent sans plus; Et la bande de crétins médiatique en font un "malin" ... aux oubliettes de "l'histoire" et notre cervelle ... pensée  ne sera plus encombrée de ce marchand de "livres" et de foutaises ! VIVE LA VIE ;

cette actualité est toujours aussi vomitive...certains pour les mêmes raisons sont jugés infréquentable et condamné à l'oubli médiatique alors que d'autres, grâce aux bons réseaux "d'amis" et surtout d'intérêt commerciaux, sont blanchis et adoubés par d'odieux cornichons...

et encore et toujours plus de grain à moudre pour la fachosphère...

Ca en dit long sur l'époque qu'un personnage si médiocre focalise autant l'attention des "bons esprits" du moment.

Finalement, considérant ce qui est arrivé à Mennel Ibtissem et à Mehdi Meklat, et écoutant ce que disent un BHL ou un Denis Olivennes, on ne peut que constater une chose : les erreurs de jeunesse sont pardonnables, une fois la jeunesse passée.


À moins qu'il n'y ait une autre raison ?


"Etre antisémite a 20 ans, puis reconnaître ses erreurs, militer contre l’antisémitisme : chemin honorable"


Ah bon. J'espère qu'il a juste mal écrit sa phrase, car si passer par l'antisémitisme puis la reconnaissance de ses erreurs est honorable, le sens de l'honneur se perd le sens de l'honneur se perd  et on est mal barré !


Un chemin honorable serait plutôt de ne jamais être passée par cette case non ?


Il me semble que Rokaya Diallo a parlé de privilège blanc ; il y a sûrement un peu de ça mais à mon avis il y a principalement un privilège de classe.

Je pense que Moix est un très grand malade ... Maltraitance ???  Il y a forcément de ça ...

Encore un fois, je me permets, humblement, de recommander la lecture de "Histoire de ta bêtise" (F. Bégeaudeau), parce que ce livre vous vaccine contre les Moi-Moi-Moi-Moi-Moix. Quant au petit Furer des plateaux qui méprise les "chattes" de 50 ans, qui s'époumone en procès d'intention contre ceux qu'ils considère ses rivaux et qui, en passant, plonge la tête de son frère dans le vase des chiottes, je souhaite qu'il nous serve au moins à une chose utile: justifier de ne plus avoir à s'acquitter de la redevance audiovisuelle.


Quand je songe à cette édition de ONPC où, chroniqueur en son trône, il a préfabriqué une attaque en antisémitisme contre Aymeric Caron qui défend l'antispécisme, et que je vois ses dessins de "jeunesse", je me dis que le ver a toujours été dans le fruit. Et non, je ne regarderai pas le replay d'ONPC où il fut l'invité rédemptionnaire d'un Ruquier en bout de course. Et cela, car je considère que le mal, trop de mal, a déjà été fait.


Comme avait dit une autre invitée de ce même plateau, une certaine Caroline de Hass, ces émissions nous mettent du caca dans le cerveau. Et le caca, ça pue. Et le visage ultramédiatisé de Y.Moix, il pue rien qu'à le voir. Ce mec transpire l'odeur de mort, le putride, l'ignoble, le décomposé, l'hystérie, la névrose, la dépravation sexuelle et la pathologie en forme de sociopathie avancée à l'extrême.  


En toute logique, s'il était sincère sur sa prétendue rédemption médiatique, il devrait s'ôter la vie. Ce serait peut-être même son seul moment de vérité vraie. Mon petit doigt me dit qu'il n'en sera rien et que nous aurons même à subir une Goncourisation de l'abjecte personnage. Parce que ça aussi, c'est dans la logique du milieu parisiano-parisianiste-boboïsant de l'édition et de ce qu'on ose encore intituler "la culture".


PS: ne pas rater l'émission de France Culture, "Signe des temps" de dimanche, où Marc Weitzmann l'invitait, au lendemain de sa rédemption médiatique "réussie" chez ONPC, pour lui offrir (au prix de notre redevance) un tribunal où Moix fut à la fois juge, censeur, avocat et défenseur de sa propre cause sous l'intitulé à peine orienté de "Ne pas demander pardon m'était impossible". La construction de la rédemption-réhabilitation est édifiante, du grand art, même si dans l'ignoble registre de la tartuferie. Les cons de tout poil ne s'y reconnaîtront pas, tous les autres, si.

Pourquoi ne pas avoir pris les devants ?


Pour moi, c'est le principal problème de toute cette histoire. Pourquoi Moix n'a pas expliqué tout ça avant? Les excuses aussi tardives et sa proximité avec Blanrue (un proche ou ex-proche de Faurisson) jusque dans les années 2010 posent question.


Que dire du deux poids deux mesures dont on fait preuve beaucoup de médias? C'est juste hallucinant.


Je voudrais savoir combien de téléspectateurs s'intéressent au sujet, à Yann Moix, à Ruquier et à ses chroniqueurs tous plus agressifs les unes que les autres. Et quelle proportion cela représente de la population adulte du pays. Parce que, franchement, les gens que je rencontre tous les jours me parlent d'autre chose et moi-même suis au courant parce que Daniel Schneidermann m'en parle. J'avais vu sur twitter que le frère de Yann lui reprochait de l'avoir tapé quand il était petit et j'en étais resté là. 

Du coup j'aimerais bien savoir pourquoi tout ce petit binz malsain a l'air d'intéresser Daniel Schneinermann au point d'en faire un édito… ???

La semaine commence très fort pour Daniel Schneidermann, qui est manifestement en pleine extase. L'actualité lui offre l'occasion de s'éclater sur ses sujets favoris : l'antisémitisme et le négationnisme. Tout ça quelques jours à peine après que l'ignoble crypto-nazi Étienne Chouard a été démasqué par Denis Robert. On est ravi pour notre Daniel même si, bien sûr,  si nous aurions préféré qu'il démasquât lui-même cette crapule de Chouard.  Car on l'aurait vu aussi heureux que s'il avait gagné la plus grosse peluche à la fête foraine, comme il le fut autrefois lorsqu'il débusqua le répugnant Pierre Péan.
A propos, Péan est mort récemment et personne ou presque n'a rappelé qu'il fut une saloperie antisémite (la preuve : il a écrit le mot "cosmopolite" dans un de ses bouquins). Encourageons notre Daniel à rester vigilant car il est encore fécond le ventre qui engendra la bête immonde.

Tant qu'on y est, il pourrait aussi écrire un livre sur ses fréquentations plus récentes.

"Pourquoi ne pas avoir pris les devants ? " pour se protéger de ses arrières


Quelle triste existence que celle de celui qui se croit obligé d'en remettre pour s'excuser de ce qu'il avait mis


"L’œil était dans la tombe et regardait Caïn" dixit Victor dont l'envergure couvrait les océans


Belle introduction de cette chronique, le reste les réseaux etc ça m'intéresse moins par fatigue des clubs dont on connaît tous, toutes les règles de copinage, d'amnésie...

Gardez loin de moi les antisémites. (et autres racistes)


Gardez encore plus loin de moi les philosémites.


Pourquoi les philosémites éprouvent-ils le besoin de l'être ?


Dangereux et bizarre sous apparences.

Pas grand chose à dire sur le fond, à part que je plains Yann Moix, je plains son frère et ses parents. Je ne sais pas qui dit vrai, qui dit faux, mais il est clair qu'il s'agit d'une famille pathologique qui a crée une dynamique du conflit et du malheur. 


Sur l'entreprise de réhabilitation de Moix, quelques étonnements tout de même. Voir Le Monde plutôt dans le parti des critiques alors que le journal me semblait proche du réseau BHL. A l'inverse, Michel Onfray nous a fait un texte de défense assez halluciné, alors qu'il me semblait être une némésis de BHL et que les échanges Onfray-Moix sur ONPC avait tourné aux insultes.  Je n'ai pas vraiment d'explication sur ces positions paradoxales, mais si ASI pouvait nous donner des explications...

"Cet étrange réseau sans cervelle Ruquier-Barma, qui a fait tant de mal, en greffant Zemmour au Panthéon des idées"

C'est vrai que mettre en avant un (1, one, uno) réactionnaire dans l'espace médiatique c'est vraiment scandaleux. La digue des 458 libéraux du PAF risque de céder à tout moment sous cette pression insoutenable. Il manquerait plus qu'ils fassent la même chose avec Frank Lepage ou Bégaudeau, et là je sais pas ce qui se passe. Sûrement la fin du monde.

Attention, évoquer les réseaux bhlo-politico-média-culturels, c'est forcément être antisémite.


Bravo pour votre chronique .Oui , c'est cela que Moix devrait  faire : expliquer pourquoi l'antisémitisme  ,le négationnisme ,la fréquentation de  certaines personnes exerçaient une telle fascination sur lui quand il avait une vingtaine d'années .Haine ?  Fascination pour la violence ? Quant à comparer Moix à Daniel Cordier , c'est vraiment honteux . Cordier explique très bien  au début  de son livre " Alias Caracalla"  que l'antisémitisme maurrassien était très répandu  dans son milieu social . Mais  c'était dans les années 1930 ,avant l'extermination , comme vous le soulignez bien . Cordier explique qu'il s'est détaché de l'antisémitisme en rencontrant Raymond Aron à Londres  et en voyant à Paris un vieil homme qui portait l'étoile jaune .

Un film passionnant et fondamental : La chute, qui raconte les derniers jour d'Hitler. 

Surtout, il démontre que même jeune on. a le choix.

Le choix pour une gamine de 20  ans de travailler comme secrétaire dans le Bunker, d'admirer le Fuhrer.

Le choix aussi, au même âge, de le combattre et d'en mourrir.

MOIX, aussi, a eu le choix. 

En 1945, il aurait pleuré sur la tombe d'Hitler.




Plutôt que d 'écrire  un livre d'expiation, l'idéal serait qu il  arrête d'écrire ( ou , du moins de publier ) et de promener sa binette un peu partout .


(  Ce ne serait peut-être pas la recherche du pardon, mais ça nous ferait des vacances )

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.