Moix : éternité des réseaux
chronique

Moix : éternité des réseaux

Sur l'affaire Yann Moix, mon principal sujet d'étonnement est celui-ci :  de voir un écrivain, vivant s'il faut l'en croire sous la menace permanente d'une révélation de ses ignominies de jeunesse, ne pas choisir de lui-même de se libérer de cette menace par l'écriture. Pourquoi ne pas avoir pris les devants ? Pourquoi ne pas s'emparer, comme matériau, du petit salopard antisémite qu'il était à vingt ans, et qui, soi-disant, le dégoûte tant aujourd'hui ? Pourquoi ne pas lui régler son compte par les mots, plutôt qu'acculé sur le plateau de Ruquier ?  Quel matériau, le dégoût de soi ! Quel défi ! Quel livre impossible ! Mais les livres impossibles ne sont-ils pas les seuls qui vaillent la peine ?

Pour le reste, le principal intérêt de l'affaire, c'est une petite séance de révision des réseaux qui gouvernent aujourd'hui "le champ politico-culturel", comme dit Elisabeth Roudinesco.  Ce réseau Grasset-BHL, machine à prix littéraires opérationnelle et identifiée depuis si longtemps, et qui conserve cahin-caha une partie de son pouvoir. Cet étrange réseau sans cervelle Ruquier-Barma, qui a fait tant de mal, en greffant Zemmour au Panthéon des idées, et qui continue de faire la loi dans l'audiovisuel public et privé (puisqu'à en croire Le Monde, c'est Catherine Barma, productrice de l'émission de Ruquier, et de l'émission Chez Moix sur Paris Première, qui a imposé à la direction réticente de France Télévisions le maintien de l'invitation de Moix). Notons, après beaucoup d'autres, que parmi les auteurs d'insanités, ce réseau aura été beaucoup plus indulgent envers le jeune Moix qu'envers la jeune Mennel Ibtissem, ou le jeune Mehdi Meklat.

Constitué comme un fleuve de ces réseaux et de quelques autres, le sur-réseau Moix est apparemment appelé à perdurer. Dans le tourbillon de la polémique, on a peut-être moins remarqué le tweet de Denis Olivennes, comparant Yann Moix...au secrétaire de Jean Moulin Daniel Cordier, lui-aussi passagèrement égaré dans l'antisémitisme de l'Action Française quand il avait vingt ans. 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.