Moix : éternité des réseaux
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Moix : éternité des réseaux

Réservé à nos abonné.e.s

Sur l'affaire Yann Moix, mon principal sujet d'étonnement est celui-ci :  de voir un écrivain, vivant s'il faut l'en croire sous la menace permanente d'une révélation de ses ignominies de jeunesse, ne pas choisir de lui-même de se libérer de cette menace par l'écriture. Pourquoi ne pas avoir pris les devants ? Pourquoi ne pas s'emparer, comme matériau, du petit salopard antisémite qu'il était à vingt ans, et qui, soi-disant, le dégoûte tant aujourd'hui ? Pourquoi ne pas lui régler son compte par les mots, plutôt qu'acculé sur le plateau de Ruquier ?  Quel matériau, le dégoût de soi ! Quel défi ! Quel livre impossible ! Mais les livres impossibles ne sont-ils pas les seuls qui vaillent la peine ?

Il vous reste 78% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.