59
Commentaires

Missak Manouchian et les FTP-MOI, 80 ans de traitement médiatique

Le 21 février prochain, Missak Manouchian et sa femme Mélinée feront leur entrée au Panthéon. Capturé en novembre 1943 avec son groupe, le résistant Manouchian est jugé avec 23 de ses compagnons en février 1944, condamné à mort et exécuté le 21 février 1944. De leur procès mis en scène par les Nazis à aujourd'hui, Manouchian et les FTP-MOI ont été tour à tour rejetés, glorifiés, célébrés, instrumentalisés.

Commentaires préférés des abonnés

Après , ce n'est pas obligé que ce soit macron qui accompagne Manouchian au Panthéon .Comment ce type peut il se permettre ?...C'est une nouvelle trahison ! Désolé mec on y est pour rien si pétain te fait entrer au panthéon !

C'est passionnant de revenir sur tout ce pan de l'histoire. Merci pour cet article !

Très bel article.Merci de nous rafraîchir la mémoire en nous rappelant l'héroïsme de ces personnes.

Derniers commentaires

"  le résistant Manouchian est jugé avec 23 de ses compagnons en février 1944 ” Tu parles d’une justice. Il n’y a que l’étiquette du produit. On en a gardé les comparutions immédiates ?

Super intéressant ! Merci pour cet article, le traitement aujourd'hui des FTP-MOI est tout de même approximatif, et la gauche ne les a pas valorisé comme figures héroiques non plus. 


Ne refaisons pas l'histoire. 

Quand on va sur le journal quotidien l’humanité (sur le site Gallica), soit près de 2300 numéros, entre 1944 et 1953, et que l’on recherche le nom d’Epstein, son nom n’est pas mentionné une seule fois dans le journal.

Le moteur de recherche serait-il paresseux ?

Le terme « affiche rouge » n’est pas mentionné de 1944 à 1953. Il n’apparaitra qu’en 1959 grâce à Léo Ferré.

Pour ce qui est du groupe Manouchian, toujours dans le journal l’Humanité, il est mentionné:

3 fois en 1944,

1 fois en 45,

aucune fois en1946 et 1947,

1 fois en 1948,

3 fois en 1949,

4 fois en 1950,

10 fois en 1951,

3 fois en 1952

et 31 fois en 1953.

Ce sont des entrefilets jusqu’en 1951.

Trois articles en 1951: un de Charles Tillon, un du général Joinville et un de Jean Fréville annonçant la parution du livre « Page de gloire des vingt et trois » du CFDL (comité français pour la défense des immigrés.).

Le PCF n’a toujours rien écrit. Enfin le 23 février 1952, pour la première fois, un certain Raymond Bossus représente le PCF dans un meeting à Paris. Il est ancien résistant et simple conseiller de Paris.

Mélinée n'apparait dans aucun article de 1944 à 1953.

Dans le seul article de 1945, c’est le CPL (Comité parisien de libération) qui appelle à se réunir au cimetière d’Ivry : « C’étaient des immigrés : ils étaient roumains, espagnols, arméniens, italiens » Il n’est pas mentionné ni les polonais qui sont 10 ni les 2 hongrois ni le fait que dix sont juifs.

Aucune initiative n'est appelée par le PCF de 1946 à 1953, mais par le comité français pour la défense des immigrés.

Jamais Thorez et Duclos n’ont participé de 1944 à 1953 à une initiative concernant le groupe Manouchian, du moins en lisant l’Humanité.

Les camarades du PCF auraient-ils des explications ?

Peut être que d'autres journaux du PCF sont plus fournis à ces mêmes dates.


Continuons:

Joseph Epstein, juif lui aussi, arrêté en mêm temps que Manouchian, n'est mentionné qu'une fois entre 1944 et 1953 dans le journal l'Humanité, le 28 Aout 1951, au détour d'une phrase dans une liste de résistants communistes, sous le nom de Colonel Gilles.

Quand on regarde sa bio dans le dictionnaire Maitron, il est écrit:

"Le Parti communiste, au lendemain de la Libération, ne mit presque jamais en avant l’action des FTP-MOI. En 1955, à l’occasion de l’inauguration d’une rue du groupe Manouchian dans le XXe arrondissement de Paris, il demanda à Louis Aragon d’écrire un poème, Strophes pour se souvenir, devenu l’Affiche rouge, œuvre qui acquit une grande notoriété lorsqu’elle fut mise en musique et interprétée par Léo Ferré en 1961, puis reprise par d’autres chanteurs et chanteuses."

Comme bien souvent, dans ce dictionnaire, aucune explication politique sur cette "invisibilisation".

Pourquoi le PCF a caché le groupe Manouchian dans toutes ces années? Qui, parmi les dirigeants du PCF et des historiens, nous donnera une réponse claire?

Ils savent que nous savons qu'ils savent.

Une scène racontée par une amie. Au Mont Valérien, sa mère et elle sont de part et d'autre du cercueil de Manouchian. Un ministricule de je ne sais pas quoi vient vers elle et lui dit "merci d'être là". Elle se retient de rire. "Je suis là depuis mon enfance, raconte-t-elle. Lui, il est ministre depuis deux semaines à peine". Cette amie et sa mère font partie des descendants d'un des 23.  

La mère de cette amie avait écrit une lettre ouverte à Guédiguian, publiée par Le Monde, au moment de la sortie du film de Guédiguian "L'armée du crime". Elle reprochait au cinéaste d'avoir caricaturé de manière grotesque son cousin dans un film qui prétendait respecter la vérité historique.

Après cette semaine où on nous a tellement parlé de ces militants "étrangers" avec tant d'admiration, il me vient une inquiétude, que le seul "bon" étranger soit un étranger mort. 


Mort, il a droit au Panthéon. Vivant, il peut croupir dans des centres de rétention ou dans la rue.

Bonjour à tous, merci pour les retours positifs sur ma chronique, pour aller plus loin sur le sujet Arte vient de mettre en ligne le documentaire de Mosco: https://www.arte.tv/fr/videos/024362-000-A/des-terroristes-a-la-retraite/ 

ainsi qu'une postface à son documentaire réalisé pour la panthéonisation des Manouchian : https://www.arte.tv/fr/videos/118451-000-A/vingt-et-trois-etrangers-et-nos-freres-pourtant/ 


Bon visionnage et à bientôt pour une prochaine chronique !

Merci.


Magnifique résumé.

"Le PCF, alors au pouvoir sous la présidence de François Mitterrand"... il ne faudrait peut être pas exagérer. Si Mitterand avait laissé le pouvoir aux communistes on s'en serait aperçu depuis. 

Il y en avait moins que des mis en examen aujourd'hui, du coup c'est comme si on disait que les délinquants étaient au pouvoir sous la présidence du Micron. Ah merde, ça ne marche pas comme argument.

Il faut aussi rappeler aussi l'autre documentaire de Mosco Boucault : " Ni travail , Ni famille , Ni patrie , Journal d'une brigade " où est contée l'histoire du groupe FTP-MOI de Toulouse ,  ses faits d'armes , ses arrestations , ses morts ,et aussi comment ils furent dégagés de Toulouse à la Libération en raison de leurs origines. On ne voulait pas d'accents étrangers au Comité de Libération.


Puis ensuite , les refus de naturalisation ,et beaucoup plus tard encore les médailles qui n'arrivaient pas ,pour certains qui étaient des anciens de la 35è Brigade Internationale, polonais , tchechoslovaques etc. qui s'étaient battu en Espagne quelques années plus tôt.

La qualité  de "Terroristes "  que les brigades spéciales des Renseignements Généraux sous l'occupation  leur avait collée , restait dans les dossiers.

Il existe où ce livre de 1951 préface d'Aragon? Sa portée me laisse dubitative. Et je ne le retrouve pas sur le net, contrairement aux lettres de fusillés de 1946, avec un qui fait remarquer que le mot résistants est absent du vocabulaire de ces résistants, dans leurs lettres. Ça alors. 


La présence de communistes au gouvernement (santé, transport, administration, ..) qui censure le documentaire, peut-être, mais par quel biais? 

Ou le départ de Pierre Desgraupes? Qui coïnciderait aussi bien.


Le documentaire, j'ai hâte de le voir. Est-ce qu'il instrumentalise les ftp moi pour appuyer là où plus globalement ça fait mal chez les communistes? Ou est-ce un juste rappel à la mémoire collective du rôle et du sacrifice de ces hommes de l'Affiche rouge? 


On a beaucoup voulu effacer les communistes, il faut dire. Donc qu'il se trouve des gens pour les remettre à leur place et éviter qu'on minore leur rôle pendant le seconde guerre, n'est pas scandaleux à mes yeux. Surtout Mitterrand voulait effacer, car un peu à cause d'eux il a bien eu du mal à se faire une place au soleil. Voir l'histoire de l'immédiat après-guerre, la reconnaissance des communistes par leur place dans les gouvernements provisoire, et ce qu'on doit à Ambroise Croizat etc. (et ce qu'on ne doit pas à Charles Tillon qui semble-t-il s'est fait avoir comme ministre, avant comme beaucoup, d'avoir le titre de gloire d'être exclus du parti). Car il faut voir que Mitterrand n'arrive au PS en 1969, il est resté bien à distance avant, et il est déterminé à se servir des communistes plus qu'à les servir. 

Donc les communistes qui feraient la pluie et le beau temps parce qu'ils sont au gouvernement de 81 à 84, je n'y crois pas une seconde. Que des dirigeants du PCF d'alors pèsent par d'autres réseaux occultes de copains, en faisant appel à leur "loyauté"(=cherche pas fait ce qu'on te dit) me semblerait plus ressemblant. 


 P.S. je ne comprends pas le sens du "pourtant" dans une phrase à la fin de l'article.

Peut-être manque-t-il un élément du contexte du début des années 1980 : la bataille interne au PS menée par la "nouvelle gauche" (Rocard, CFDT, les "nouveaux philosophes à supposer qu'ils soient de gauche) pour isoler le PCF à l'époque de l'Union de la Gauche finissante...et ça va marcher, ,on ne s'en est pas encore remis.

Récapépète impeccable !! Merci beaucoup !!

Merci pour ce bel article. Il est tout de même dommage que ce soit le Président Macron qui préside à cette cérémonie, lui qui élève la préférence nationale au rang d'institution française. L'indignité rendant hommage à la dignité ? c'est un paradoxe, une sorte de "et en même temps" de pacotille!   


Autre remarque, l'ambivalence du PCF  qu'on retrouve dans l'article est bien décrite d'une manière plus générale dans "Ils étaient juifs, résistants et communistes " d'Annette Wieviorka" (si je peux me permettre de le signaler)

Merci pour votre article.  Le PC n'avait pas été très au clair avec la mémoire des Résistants étrangers dans l'immédiat après -guerre. Je me souviens de la polémique lors de la diffusion ( vous rappelez  très bien que le film a failli ne pas être diffusé) du film de Mosco Boucault.

Passionnant. Merci beaucoup.

Il y a un point d'ombre qui n'est pas vraiment abordé dans cet article qui insiste sur la question de la trahison éventuelle du groupe Manoukian par le parti communiste clandestin. L'historien Denis Peschanski et l'ancien responsable de la section juive des MOI, Adam Rayski expliquent que la trahison est venue de l'un des leurs, Joseph Davidovitch (liquidé ensuite par les membres de la MOI). Après quoi, la police avait les noms et les adresses qui lui ont permis d'arrêter 108 membres des FTP-MOI en quelques jours. Ce qui est reproché in fine aux communistes, c'est de les avoir abandonnés alors que se sentant en danger ils avaient appelé à l'aide et demandé au parti qu'on les mette à labri.
On lira avec intérêt cet article qui laisse penser "qu’en refusant le repli des chefs MOI, le parti avait hissé en haut de ses priorités et critères stratégiques “les intérêts immédiats du PCF” - plutôt que leur survie".

Ceci explique sans doute l'attitude peu glorieuse (honteuse ?) du parti communiste après la guerre qui, quand il ne pratiquait pas la censure, a mis longtemps à se souvenir du groupe Manoukian. C'est le même Aragon, en bon stalinien suivant la ligne du parti, qui écrivit "l'affiche rouge" dix ans après avoir biffé "d’un silence cinglant la mémoire des étrangers, juifs ou apatrides dans l’histoire de la résistance communiste" (dixit Chloé Leprince, de France Culture, dans l'article donné ci-desus en lien).

Oups, j'ai écrit Manoukian au lieu de Manouchian. On ne peut toujours pas se corriger malgré les nombreuses demandes des abonnés.

" les intérêts  immédiats du PC"  Oui c'est exactement cela.  Il ne faut pas oublier la chronologie , comme l'ont souligné les historiens de la Résistance et du  PC , notamment Stéphane Courtois.  Au deuxième trimestre de 1943 , la défaite de l' Allemagne est certaine et il faut obtenir la meilleure place possible dans la Résistance. pour préparer la Libération. D'où l' engagement au delà du raisonnable des FTP- MOI.

Stéphane Courtois, c'est pas vraiment une référence pour moi. Ancien mao, il est devenu viscéralement anticommuniste. Dans l'ouvrage collectif qu'il a dirigé, "Le livre noir du communisme", il charge la mule en gonflant systématiquement le nombre de victimes (en mélangeant victimes des purges  et autres) et en faisant un parallèle entre le communisme et le nazisme. Il est tellement outrancier que plusieurs co-auteurs de l'ouvrage ont contesté ses chiffres. Enfin, sur les massacres de Vendée, il est sur la même ligne que de Villiers en défendant la thèse du génocide.

Mosco Boucault témoigne de l'origine de ses interrogations à ce sujet et ses réflexions par la suite. Le dernier quart d'heure du film de Mosco est là, pour vous rafraichir la mémoire.

Merci pour ces liens. C'était passionnant.

Arte diffuse Des "terroristes" à la retraite dans son nouveau montage de 2014.



Sur Médiapart, Antoine Perrault rappelle "qu’en décembre 1989 encore, lorsque le secrétaire général de la CGT, Henri Krasucki, ancien de la section juive de la MOI, assistera aux obsèques de Mélinée Manouchian au cimetière d’Ivry, ce sera en catimini. Au siège du PCF, Paul Laurent affirmera avec aplomb, tout comme la Confédération générale du travail et L’Humanité : « M. Krasucki est en voyage privé à l’étranger. » Un entrefilet du Monde relèvera la supercherie."

'Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes"...la chanson de Ferré me bouleverse encore autant et la récup de macron m'enrage tout autant. Quel médiocre individu !

Après , ce n'est pas obligé que ce soit macron qui accompagne Manouchian au Panthéon .Comment ce type peut il se permettre ?...C'est une nouvelle trahison ! Désolé mec on y est pour rien si pétain te fait entrer au panthéon !

"Le PCF, alors au pouvoir sous la présidence de François Mitterrand "


Je pinaille. 

Le PCF n'était pas au pouvoir, il occupait un strapontin en croyant et faisant croire qu'il pesait sur le cours de choses.

 

Très bel article.Merci de nous rafraîchir la mémoire en nous rappelant l'héroïsme de ces personnes.

C'est passionnant de revenir sur tout ce pan de l'histoire. Merci pour cet article !

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Offre spéciale
3 mois pour 3 € puis 5 € par mois

ou 50 € par an (avec 3 mois offerts la première année)

Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.