12
Commentaires

Militant de "Désarmons-les" arrêté et libéré : les "grenades" du Point étaient... désamorcées

Deux articles, deux points de vue. Ce 26 mars, Le Point relayait l'arrestation d'un "fiché S d'ultragauche qui transportait des grenades". De son côté, le collectif Désarmons-les expliquait depuis le matin qu'il s'agissait d'un militant revenant d'une conférence sur le maintien de l'ordre, avec des munitions utilisées.

Commentaires préférés des abonnés

Des munitions qui ont été utilisées ne sont plus des munitions, ce sont des déchets, des "res delictae". Il n'y a aucune infraction a transporter des déchets, que je sache.

Les éboueurs de Paris qui ont ramassé les 13 000 projectiles - sans compter le(...)

La ligne entre incompétence et auto-censure est de plus en plus floue chez les journalistes.

Pour un journaliste ne pas recouper ses sources, ne pas faire de rectificatif sur de fausses informations,  voire calomnier quelqu'un relève de la faute professionnelle grave.

Dans d'autres endroits des gens sont virés pour moins que ça...

Et ils (...)

Derniers commentaires

Merci Juliette : toujours aussi pertinente !

Ouh ! là ! là !

Mon épouse possède une petite collection d'étuis d'obus en cuivre de la dernière guerre héritée de sa grand'mère et dans lesquels elles se livrent de temps en temps à des arrangements floraux, parfois en démonstration sur le rebord intérieur de nos fenêtres.


Je vais lui demander de bien vite remiser tout cette quincaillerie dans un endroit discret. On ne sait jamais et il faut être prudent avec la tendance actuelle répressive qui a cours dans notre société.

Pour un journaliste ne pas recouper ses sources, ne pas faire de rectificatif sur de fausses informations,  voire calomnier quelqu'un relève de la faute professionnelle grave.

Dans d'autres endroits des gens sont virés pour moins que ça...

Et ils s'étonnent que les journalistes soient hais...........

La ligne entre incompétence et auto-censure est de plus en plus floue chez les journalistes.

Quand le pouvoir interdit le port d' un couteau à beurre (à l' exception des bouchers, œuf corse), tous les moutons applaudissent des quatre patounes...Comme nos (ex) gauchos applaudissaient, quand ce même pouvoir autorisait la "perquisition domiciliaire" chez les (supposés) dealers, au prétexte que "l'opium ne pouvait devenir la religion du Peuple"!

Moi, j' ai une maxime: "quand ça pète, vaux mieux être un gros con surarmé en treillis qu' une militante non-violente en minijupe"...Mais, perso, je considèrerais comme un moindre mal la militante non-violente surarmée en treillis, plutôt qu' un gros con en minijupe!

Carpe diem...

De toute façon, les électeurs de Le Point savent lire leurs propres pensées à travers les lignes même si ces lignes rectifient les mensonges d'un article précédent qui n'était là que pour asseoir leurs convictions

Des munitions qui ont été utilisées ne sont plus des munitions, ce sont des déchets, des "res delictae". Il n'y a aucune infraction a transporter des déchets, que je sache.

Les éboueurs de Paris qui ont ramassé les 13 000 projectiles - sans compter les enveloppes de grenades ou leurs morceaux - sont alors aussi de dangereux suspects.

Ce rappel à la loi est complètement infondé, il est juste dicté par la volonté de maintenir le dossier des poursuites contre l'individu et de justifier sa surveillance. 

Cela montre que la justice est aux ordre de la police et non le contraire alors que la justice a pour mission de contrôler la police et de garantir la légalité de ses actions.

Bravo Belloubet ! Quelle honte. Allez jusqu'à incriminer des déchets. C'est l'histoire du SDF condamné pour s'être nourri dans une poubelle, alors qu'il ne peut pas y avoir vol.

La France est bien mal barrée...

Vite fuyons ce pays"de dingues".

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce journaliste qui fait preuve de constance dans son grand souci de la vérité mérite au moins le prix Albert Londres.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.