Militant de "Désarmons-les" arrêté et libéré : les "grenades" du Point étaient... désamorcées
article

Militant de "Désarmons-les" arrêté et libéré : les "grenades" du Point étaient... désamorcées

Réservé à nos abonné.e.s
Deux articles, deux points de vue. Ce 26 mars, Le Point relayait l'arrestation d'un "fiché S d'ultragauche qui transportait des grenades". De son côté, le collectif Désarmons-les expliquait depuis le matin qu'il s'agissait d'un militant revenant d'une conférence sur le maintien de l'ordre, avec des munitions utilisées.

Le Point se serait-il un peu emballé ? L'hebdomadaire a publié ce 26 mars à la mi-journée un article sur la mise en garde à vue d'un homme, Cédric D., décrit dans le titre comme "un fiché S d'ultragauche qui transportait des grenades" - de quoi alarmer. 

Le point article 1 munitions

L'article, qui s'appuie largement sur des documents des forces de l'ordre, raconte que Cédric D. avait été "assigné à résidence durant l'état d'urgence en 2015", est "considéré comme un membre de l'ultragauche par les services de renseignements", et même comme un "leader de la mouvance anarcho-autonome susceptible d’inciter ou de se livrer à des actes subversifs violents contre le...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.