208
Commentaires

Mila : neuf jours de silence

Commentaires préférés des abonnés

Vous voulez un angle d'attaque original sur ce sujet, Daniel ? Un truc que n'ont pas fait vos confrères et qui est au "coeur de métier" d'Arret sur Images ?


Je vous donne un tuyau: ce serait intéressant de voir ce que disent dans cette affaire tous ce(...)

Neuf jours de silence, ça veut dire qu'ils n'avaient pas envie d'en parler (encore un bzzzz clivant qui va faire se battre tout le monde contre tout le monde dans la confusion), mais que finalement ils ont dû céder à la pression de l'opinion nettique(...)

...le caractère complexe  (de l'affaire, et) de sa principale protagoniste ...


on fait allusion au fait qu'elle soit lesbienne ou au fait qu'elle soit Iséroise ? 


;-)

Derniers commentaires

Sur Canal, une chronique titrée «  la rhétorique du hashtag ». 

Si quelqu’un réussit à insérer le lien ... 


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Depuis Sarkozy, on a pénalisé l'injure au drapeau, l'injure au président. L'élite se bouche le nez quand elle voit des portraits de Macron au bout d'une pique.
Et d'un autre côté, insulter l'Islam serait l'alpha et l’oméga de la libre expression ?

C'est une guerre de religion, quoi.



PS. Dire que c'est Segolène Royal qui a apporté un peu de bon sens dans le débat... Autant dire un coup pour rien.

En dehors de l'affaire Mila, je pense qu'il serait peut être temps pour la presse de gauche de réfléchir sérieusement à comment traiter les cas qui font progresser la réaction, parfois du fait de son silence coupable, parfois parce que, tout simplement,  elle a eu tort et hésite à le reconnaître.


Je vais prendre des exemples volontairement assez éloignés de la France (comme pour la majorité du sujet des musulmans) mais qui font ou ont fait le plus grand plaisir de la droite (souvent extrême) internationale.

 - l'affaire Covington High School / du Lincoln Memorial qui a vu toute la presse de gauche américaine s'en prendre à un ado s'avérant ne pas avoir d'autres torts que de porter une casquette MAGA et de sourire de manière énigmatique, et qui a vu bien après que des vidéos racontant l'ensemble de l'incident ait émergé des journalistes continuer à s'acharner contre lui plutôt que de reconnaître leur erreur

 - le faux viol collectif sur un campus raconté par Rolling Stones en 2014 et largement repris par toute la presse de gauche anglophone, et sur lequel il a mis un an à revenir (et uniquement après que les locaux de la fraternité incriminée aient été incendiés), au plus grand plaisir de titres d'extrême droite comme Breitbart qui avaient immédiatement détecté le coté douteux de ce récit qu'ils ont abondamment exploité pour condamner comme de la propagande les discours s'attaquant au problème des viols dans les universités

 - la presque entièrement fausse affaire de hacking russe d'une centrale électrique US où après que la vérité des faits ait été rétablie pas mal de titres sont encore allé cherché des circonstances atténuantes au récit déformé du Washington Post

 - les affaires Johnny Depp et Evan Stephens Hall, deux cas où l'hystérie suivant #metoo a été exploitée par des personnes intéressées, sur lesquels la presse tarde à rétablir la vérité ou cherche à minimiser ses torts

 - la manière dont la presse de gauche anglaise a présenté l'affaire de Rotherham comme totalement exceptionnelle/non représentative (après avoir mis une éternité à en parler), dans un premier temps, avant qu'au moins 3 autres affaires de gangs de violeurs pédophiles pakistanais également étouffées pendant des années (Telford, Manchester, Rochdale) révèlent qu'il s'agissait, qu'on parle de l'affaire ou de son traitement, plutôt d'un fait de société

 - bien d'autres histoires de faits-divers minimisés/ignorés impliquant des migrants, du coté des pays scandinaves entre autres

 - un paquet de fake news circulant à l'occasion des "guerres culturelles" (genre l'attribution à des russian bots des réactions négatives à Star Wars The Last Jedi en faisant complètement mentir une étude à ce sujet, ou encore diverses affaires de harcèlement / menaces largement exagérées voire presque totalement inventées lors des divers ...gates)

etc..etc...

(tout plein de trucs dont même un abonné d'un site de critique des médias comme @si parlant assez régulièrement de la presse internationale n'entend pas souvent parler, à l'opposé de quelqu'un ayant aussi la bonne idée de fréquenter les reddit d'en face)


Aller faire un tour sur un quelconque espace lié à l'alt-right (ou l'extrême-droite en France pour les affaires similaires françaises) montre que les errements de la presse de gauche (ou centriste), qu'il s'agisse de relai occasionnel de pures fake news avantageant son camp ou de faits passés sous silence ou du temps qu'elle met à reconnaître ses erreurs, ou de sa tendance à refuser de le faire, dans toutes sortes d'affaires pouvant nuire au progressisme, sont quasiment le premier de ses sujets de conversation (au point qu'on trouve plus d'articles ou tweets de journalistes de gauche commentés sur les forums liés à l'alt-right que d'articles venant de la droite, tant ils sont de bons arguments pour elle) et certainement sa meilleur arme pour convertir des indécis à rejoindre "le camp de la vérité".


(Au passage ça dés-invalide assez largement l'argument des "bulles de filtre" qui voudrait que le succès de l'ED s'explique par la désinformation. Au contraire sur un paquet de sujets elle profite d'avoir moins de scrupules à dire la vérité que la presse bien intentionnée, tout en la relayant abondamment.) 


Si ce n'est peut être un peu moins le cas en France, cela devrait être un sujet central pour un site de critique des médias comme @si de réfléchir à comment enrayer ça. 


Selon les cas à comment la presse de gauche peut aborder certains thèmes qui risquent de faire progresser une vision du monde qu'elle combat, comment éviter les réflexes moutonniers la  conduisant à s'acharner sur certaines histoires même une fois que ses torts apparaissent (et la mauvaise influence des bulles twitters où semblent vivre pas mal de journalistes à ce niveau), pourquoi les critiques de certains articles restent elles cantonnées au backchannel et sont elles ignorées quand elles heurtent la narration progressiste, etc...  M'enfin lisez les critiques des dérives du journalisme bien-pensant (des gens comme Cathy Young ou Jesse Singal par exemple qui démontent régulièrement les errements de la presse progressiste) et vous comprendrez sa part dans les progrès de l'extrême droite.

 L'indignation de l'extrême-droite ne sera jamais ma boussole. On est aussi près de revoir la mise en place d'un délit de blasphème en France que de solutionner le réchauffement climatique. La jeune fille bénéficie de la protection de la justice. J'ai rien appris ou découvert en m'intéressant à cette histoire. Les réseaux sociaux sont un nid de cafards et les adolescents les manient parfois sans prudence. Tout regrettable que ça soit, il n'y a pas d'affaire, pas de défaillance ou de crapulerie de l'Etat, juste un fait divers très malheureux.

Qu'il existe des gens prompts à harceler en bande une jeune fille au nom de l'islam, ça n'a rien de surprenant pour qui fréquente les réseaux sociaux depuis qu'ils sont devenus des acteurs majeurs de l'opinion.

C'est intolérable dans un état de droit. Mais contrairement à l' "affaire" Benalla, aux "affaires" de violences policières, ou à l' "affaire" Fillon, les suspects seront traduits en justice.

En résumé la question est : est-ce la liberté d'expression qu'on défend ou est-ce un droit d'insulter une population en voie de stigmatisation raciste (et ce n'est pas pour rien que l'extrême droite s'est sais si promptement de l'affaire: évidemment que raisonner ainsi apporte de l'eau à son moulin. Et inversement, si la gauche s'est tue embarassée, c'est parce qu' elle sent bien qu'elle se fait piéger par l'extrême droite dans cette affaire sous un prétexte  fallacieux). 

Hommes/Blancs/Chretiens > Femmes > LGBT > Juifs > Musulmans/Racisés

Les medias et nos élites ne s'indigneront que si l'aggression se fait dans le sens la flèches.
Jamais en remontant.

Cette affaire me désespère de la France. Une adolescente tient des propos injurieux envers l'islam. Elle est reprise par des milieux d'extrême-droite. Elle est injustement menacée. Ce qu'il faut condamner. Mais pourquoi invoquer la liberté de d'expression et le droit au blasphème? Imaginez un seul instant qu'elle ait injurié les Juifs, les Chrétiens ou les Hindous de la sorte. On est dans un contexte islamophobe, où les propos haineux sont légions. Pourquoi faire de cette jeune fille une martyre? Pourquoi y consacrer autant d'énergie, d'articles, de sujets, de débats? A quoi, ça sert ? Pourquoi faudrait-il forcement prendre position? Pourquoi Daniel a jugé bon de ne pas faire un article sur l'affaire Piketty/Filippetti et pourquoi se sent-il obligé de faire une chronique sur ce qu'est devenu l'affaire Mila? Je pense que la gauche a bien fait de ne pas réagir sur cette affaire. Mais bon, en même temps que cette histoire, il y a une poussée de fièvre anti-asiatique en France. Et dire que certains ont voulu supprimer le mot "race" de la constitution. Au revoir et bon week-end. 

Qu'elles auraient été les réactions politico médiatiques si une certaine LAMI (lesbienne ou pas, ado ou pas ) avait posté :


"Je déteste la religion, La Thora, il n’y a que de la haine là-dedans (…) Votre religion c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul." 


?????????

j'essaye de penser comme vous et de me dire que ce tweet permet au moins de mettre sur la table le sujet de la légalité du blaspheme qui visiblement mérite d’être approfondi vu que certains s'y perdent  .... mais c'est dur.


J'ai surtout l'impression d’être pris en otage par la fonction retweet , veritable cancer, apogee du commérage numérique qui transforme des propos sans intérêts, tenus depuis toujours sur les newsgroup, les forums, les blogs sans qu'on y prette la moindre attention,  en  polémique nationale avec injonction a clef : il faut prendre position.


Ce qu'a fait  Mila a un nom " Trolling" et la regle d'or suivie jusqu'il y a peu était "don't feed the troll" autrement dit , "ne prettez pas attention a ces propos et passez votre chemin".  Twitter c'est tout le contraire.....

Le Monde, presse de gauche ? Ah bon ?

Finalement tout se résume à : peut on insulter l’Islam ? Quelle époque de merde. 

questions et malaises dans cette affaire: d'abord, dans un premier temps si j'ai bien compris, cette (très)  jeune fille s'est faite insultée (menacée de mort?) pour son orientation sexuelle. Déjà là je ne vois pas pourquoi ses agresseurs  ne sont pas recherchés, poursuivis et condamnés dès ces mots prononcés  (et gageons que parmi ceux-ci, il y ait autant d'extrémistes genre extrême droite que pratiquants d'un islam dur car sur l'homophobie les militants extrémistes des deux bords se rejoignent ). Deuxième temps, elle réagit non pas en "critiquant" (euphémisme trompeur) une certaine pratique radicale de l'islam, mais plutôt  en insultant globalement tous les musulmans  en incrimetinant une religion unique. Alors il paraît que chez nous  il n'y a pas de délit de blasphème. Je parlerai  plutôt de "droit d'insulte" au vu des paroles Je ne suis pas sûr que si quelqu'un proclamait "la thora est une religion de merde et je mets un doigt dans le cul de leur dieu"  ou des paroles équivalentes pour les catholiques ou tout autre religion (je ne suis pas un connaisseur), on n'incriminerait pas cette personne. Et on ne ferait pas vraiment  progresser l'indifférence aux manières de vivre différentes des nôtres qui est la vraie tolérance en république. Un journaliste du Monde Diplo (à 'occasion des caricatures de CHarlie Hebdo) faisait remarquer que faire aujourd'hui des caricatures sur les manières de vivre des petites gens immigrés (dont la pratique de leur religion), une population menacée par l'avancé des idées racistes du FN, c'était comme si l'on défendait que faire des caricatures des juifs sous la montée d'Hitler était  sans conséquences. La réaction de cette fille est exploitée par l'extrême droite bien évidemment.  Tu m'étonnes.....Un tel cheval de bataille "légal" ça ne se refuse pas. Pour la conquête d'un droit d'insulte à ciel ouvert des musulmans., d'après moi c'est ce qui se joue sous prétexte de "liberté" dans cette affaire. Et cran par cran, la banalité du racisme anti-musulman s'installe....Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas poursuivre ceux qui menacent de mort cette jeune fille bien évidemment....mais  ne parlons pas de "critique" de l'islam défendu dans cette histoire, mais plutôt de "droit d'insulte". Ce serait plus honnête;

RAMEN !

J'ai du mal à comprendre quelle est cette entité appelée Presse de Gauche. Le Monde, Libé, Le Nouvel Obs, sont des libéraux de moeurs, mais également économiques. Alors de gauche... J'ai un doute...

Je voulais juste remarquer que déjà lundi, Sophia Aram, une ex-Musulmane de gauche, a fait sur France Inter lundi une chronique où elle en rajoutait

J'ajoute qu'un célèbre chanteur est intervenu sur le sujet.

Voyons Daniel! Libé, Le monde, Télérama de gauche... voyons voyons un peu de sérieux quand même!!

Hum, hum... Dans tous les commentaires (sous pseudo comme le mien évidemment) je ne vois personne qui demande la possibilité, sur réquisition judiciaire motivée bien sûr, d'obliger les réseaux sociaux à fournir l'identité des auteurs de menaces, ou de supprimer leur compte...

Suis-je un idéaliste naïf ?

"Mila, la jeune fille qui a critiqué l'islam..." (présentation générale de la presse.

"Mettre un doigt dans le cul" = critiquer. Transmis aux musulman.es.

Depuis quand énoncer des vulgarites signifie émettre une critique. 

D'après le dico, critique:

Capacité de l'esprit à juger un être, une chose à sa juste valeur, après avoir discerné ses mérites et défauts, ses qualités et imperfections. 

Je ne lis pas dans le texte de cette jzune fillz l'examen des qualités et des défauts de cette religion. On est dans le registre de l'injure destinée à offenser les croyants de cette religion.  

Oulala que de commentaires et de furie pour un simple doigt. Heureusement qu'elle n'y a pas mis le bras.

"Conan ! Qu'il y a-t-il de mieux dans la vie ?

Taper sur les musulmans, soutenir ceux qui tapent sur les musulmans, entendre les lamentations des musulmans !"


Mieux en vrai.

Bleh.


J'aurais fait partie des silencieux. C'est rare sur twitter, les insultes et menaces de mort pour offense à personnage imaginaire ? Il y en a eu autour des ghostbusters féminisés, des minorités dans la guerre des étoiles, des analyses féministes des médias populaires, des jeux vidéos où des boules de poussière noires décrétées blackface sont re-designées en orange, parce que ouh là là les sjw nous gâchent notre enfance et ouh là là le patriarcat veut tuer tous les transgenres et la preuve en est ce tweet de ce tweeteur auquel il faut vite vite répondre qu'il doit mourir.


La routine.


Là, ça plait à certains grands médias, parce qu'il y a des bougnoules dans l'histoire, et les bougnoules ça fait vendre de la haine au-delà des microcosmes tweetiques. Mais au sein de celui-là, le marché est large et bouillonnant. Après la ruée vers l'or et la ruée vers le pétrole, facebook et tweeter ont ouvert la ruée vers le con, avec des profits monétaires et politiques équivalents. Si on voulait objectivement rendre compte de ignominies qui s'y déroulent régulièrement, en particulier des grandes vagues de harcèlements collectifs (avec morts à la clé dans les cas de "swatting"), on ne commencerait pas juste aujourd'hui, sur les fictions exclusivement bibliques.

Parfois, quand je doute de ma foi, j'écoute George Carlin

et je suis réconforté

et je retrouve ma foi dans l'absurdité de la Foi

@si peut il vraiment s'exclure en la matière de "la presse de gauche", aussi ?


Si @si était un simple site de critique des médias installés/professionnels ça se défendrait qu'il ait mis autant de temps à en parler, mais depuis déjà quelques années une partie non négligeable des articles est basée sur des polémiques twitter / des hashtags à la mode (ou encore porte des histoires de cyber-harcèlement).


Et à ce niveau, ne pas avoir identifié les #jesuismila / #jenesuispasmila comme des phénomènes largement aussi importants que #pasdevagues ou autre #balancetonporc, ou encore ne pas avoir considéré ce harcèlement aussi important que celui de Nadia Daam par des internautes fréquentant le 1825 de jeux-vidéo.com ; et consacré avec la même vitesse un article à la chose, me semble très douteux.


Il y a bien eu, même par rapport à la propre mission que s'est assigné @si, une réticence particulière à traiter de cette histoire, avant qu'elle devienne un sujet politique majeur dans les médias mainstream du fait des interventions de Schiapa et Belloubet.

Alerte : Déprogrammation sur France 2 : Nous voulions procéder ce soir à une réhabilitation en règle du sieur François Fillon, mais devant l’urgence, nous nous devons d’annuler sa prestation et d’inviter la jeune Mila en lieu et place pour une émission en son honneur.

Mila sans remords :


C'est pas comme une course de vélo ?

N'ayant pas suivi de près l'affaire et voyant ici et là des commentaires qui semblent insinuer que la gamine a préparé un discours de haine réfléchi envers une religion ou la dépeignant comme une mauvaise gosse, j'ai essayé d'en savoir plus et ce que j'ai trouvé semble plutôt indiquer qu'elle a juste réagit de manière épidermique à des propos particulièrement violents qui la visaient dans le cadre de ce qu'on appelle un "raid" sur les réseaux sociaux : 


"Selon le site Bellica, qui est revenu sur l'histoire, Mila a simplement lancé un live sur l'application Instagram avec ses abonnés afin de discuter de sa passion, le chant, sans aborder le sujet religieux. Des commentaires haineux envers sa personne seraient alors apparus, après qu'elle a écarté les avances d'un garçon sur le réseau social. Celui-ci aurait alors rameuté d'autres internautes, et le live se serait alors mis, d'après Marianne, à tourner au vinaigre. Des insultes comme «Française de merde» ou encore «sale gouine», ou encore des menaces de morts auraient alors afflué, avant que les insultes ne se teintent de religion, «en invoquant Allah» d'après le récit de Bellica. Selon l'hebdomadaire, la jeune femme se fait alors «apostropher par des internautes qui l'accusent d'insulter "notre dieu Allah, le seul et l'unique" en lui souhaitant de "brûler en enfer"». Dans la suite de son direct, Mila aurait alors abordé le sujet, «déclar[ant] rejeter toutes les religions», selon le récit du site. Après cet épisode, plutôt que de s'excuser de sa prise de parole, Mila tourne une autre vidéo, celle dont des extraits seront largement repris sur Twitter, dans laquelle elle assume, dans un langage fleuri, rejeter l'islam en particulier : «Je déteste la religion, le Coran est une religion de haine, il n'y a que de la haine là-dedans. L'islam c'est de la merde. [...] Votre Dieu, je lui mets un doigt dans le t*** du ***. » Elle poursuit : «Je ne suis pas raciste, on ne peut pas être raciste d'une religion. Je dis ce que je veux.»"

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/70581-adolescente-mila-menacee-mort-apres-avoir-declare-islam-est-de-la-merde-sur-internet 

Vous voulez un angle d'attaque original sur ce sujet, Daniel ? Un truc que n'ont pas fait vos confrères et qui est au "coeur de métier" d'Arret sur Images ?


Je vous donne un tuyau: ce serait intéressant de voir ce que disent dans cette affaire tous ceux (vous savez, tous ces éditocrates toutologues) qui avaient insulté Greta Thunberg après son discours à l'ONU. Reprendre leurs arguments sur l'age de la jeune fille, forcément manipulée par ses parents, etc. Et comparer le comportement de ces éditocrates à ceux des harceleurs qui s'en prennent à Mila.


Ou un autre: peut-être que ce qui explique (aussi) la retenu d'une partie de la gauche, c'est le lien avec l'examen, en ce moment, de la loi "anti haine internet" qui aura pour conséquence (si elle est un jour effectivement appliquée) de censurer tout et n'importe quoi sur internet. Vous pouvez illuster que la rapidité des réactions (des dizaines de mails d'insultes et de menaces en quelques minutes) montrent bien que quel que soit le délai imposé par le législateurs, les harceleurs auront toujours assez de temps pour faire leurs dégats avant que la plateforme ne puisse supprimer les contenus "haineux".


Il y a même de quoi faire une émission intéressante sur le sujet ... plutôt que de simplement relayer les accusations de la presse de droite à l'encontre de la presse de gauche.

Boudiou, Daniel, si Marlène Schiappa ne met pas un lien vers votre édito sur sa page Twitter, ce sera bien étonnant.

Le nouveau statut de la gamine mal élevée qui tient des propos orduriers sur l'Islam est d'être une victime. On ne peut pas faire plus consumériste.

Ce me rappelle ce compte Twitter d'un type revendiqué militant LGBT qui soutient sans réserve la police en insultant les Gilets Jaunes.

De chouettes consommateurs comptables de rien, patrons de leur petit monde.



Pause musicale :      "pourquoi cette pluie ? "  IDIR

Neuf jours de silence, ça veut dire qu'ils n'avaient pas envie d'en parler (encore un bzzzz clivant qui va faire se battre tout le monde contre tout le monde dans la confusion), mais que finalement ils ont dû céder à la pression de l'opinion nettique (on va participer à la confusion générale, désolés, on pouvait plus s'abstenir, on allait être victime de cette même confusion). 


Daniel avait pas envie d'en parler, mais finalement il s'y sent "obligé". Moi non plus, j'avais pas envie d'en parler, mais finalement... pfff, dire qu'on se plaignait des villages où "les fenêtres nous guettent" et que maintenant on est guettés de partout!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Alors, je parlerai d'une forme de sodomitophobie, de la part de cette Mila pour exprimer son aversion vis à vis des cultes musulmans .


« Nous devons supprimer ce mot de notre vocabulaire. Dans les manifestations on entend : « Macron, enculé ! » Une accusation sans fondement. Une insulte pour tous les sodomites, hommes et femmes – ne les oublions pas. On entend : « le pape est est un enculé ». Et bien c’est péjoratif ! Et c’est irrespectueux. À juste titre, on dénonce la judéophobie, l’islamophobie, et il faut désormais dénoncer la sodomitophobie. » https://la-bas.org/la-bas-magazine/chroniques/contre-la-sodomitophobie


Et d'une autre manière je suis une favorable à une sacralisation de la liberté d'expression, mais pas à une sacralisation de la parole, à mon avis tout doit pouvoir être questionné,  même si je déconseille de douter de tout. https://youtu.be/-Oi_UwRd9sk?t=143

selon le Daupniné Libéré :

le procureur de la République Vienne annonce ce jeudi 30 janvier avoir classé sans suite l'enquête portant sur la nature des propos de l'adolescente.


« L'enquête a démontré que les propos diffusés, quelle que soit leur tonalité outrageante, avaient pour seul objet d'exprimer une opinion personnelle à l'égard d'une religion, sans volonté d'exhorter à la haine ou à la violence contre des individus à raison de leur origine ou de leur appartenance de croyance »


Par contre une enquête est ouverte pour retrouver les auteurs des messages de menaces

Où l'on peut voir comment une certaine gauche refuse toute critique de l'Islam:


Le 19/1/ au soir sur LCI. Mélenchon interrogé sur le communautarisme. Ça commence par des affirmations aussi préalables que péremptoires :


 1° Affirmation : « Je dénonce tous les communautarismes ». Bien. Très bien. Sauf que ça mange pas de pain.


2° Affirmation : « pas de religion en politique, pas de politique en religion ». Encore mieux. Attendons les analyses :

Ah ! non : Dernier préalable : Les bretons forment une communauté, et ça ne gêne personne. Ouf ! On l’a échappé belle. Il y a des communautarismes sains. Mais venons en aux faits :


1° suspects ? Les catholiques ; Ah ! on ne s’y attendait pas vraiment. C’est vrai que le catholicisme a longtemps frayé avec les pouvoirs, de droite de préférence. Mais ce qui nous intéresse c’est le communautarisme, déjà ; et aujourd’hui, pas au Moyen Age…  Voyons l’argumentation :

Les députés ont été invités à la messe lors de l’enterrement de J.Chirac. ! Et alors, Ils étaient obligés ou libres d’y aller ? Et quel rapport avec le communautarisme ? Donc De Gaulle, à N.D de Paris le 26 Août 1944, faisait preuve de communautarisme ? Bon, mais laissons le continuer.


2° suspect ? Le CRIF !!!! C’est sa bête noire ; il ne sait apparemment pas que s’en prendre au CRIF parisien,  c’est tout simplement montrer qu’on ignore qu’il y en a d’autres en province et qui ne suivent pas béatement les prises de position parisiennes. Mais, C’est vrai que les juifs sont partout, dans les banques, les médias, le pouvoir et j’en passe. (Comme quoi, le bon vieil antisémitisme n’est pas mort…) D'ailleurs, le Bataclan, Charlie Hebdo, si on savait… Et même le 11 septembre. C’est bien la preuve, ils sont partout. CQFD


Il y a pourtant plus intéressant, mais dont il ne parlera pas, hélas : On ne compte plus les juifs qui décident de retourner en Israël, changer de quartier ; ou d’enfants juifs contraints de changer d’école, pour une autre, laïque ou catholique…  Voit on beaucoup de musulmans contraints de repartir dans leur pays d’origine, (vu l’islamophobie ambiante !!!) Ou changer d’école, sous la pression des congénères juifs, catholiques ou bouddhistes ? Ou encore des cimetières musulmans profanés ? Il y  a-t-il un militaire à l’entrée de chaque mosquée ou de chaque école coranique ?


Mélenchon a réussi à parler de communautarisme sans mentionner une seule fois la montée du communautarisme musulman, la pression des frères musulmans, l’annonce de listes musulmanes aux élections. Tout son propos portait sur les cathos ou les juifs.  Ah non ! Une fois ; à la fin ; Il a juste dit, à toute vitesse, qu’il était « contre les communautarismes catholiques, musulmans ou juifs ». Ouf, c’est dit. Ça a dû lui coûter. C’est même pas le minimum syndical. Tout juste la rançon de son hypocrisie. Sauf qu'à mettre du communautarisme partout revient à ne le voir nulle part !


Cette interview est une honte. Mais finalement pas si étonnante. Il est quand même regrettable qu’on soit obligé de rappeler à Mr Mélenchon que si quelqu’un critique l’Islam, ( et non les musulmans) c’est lui qui est placé sous protection policière, (Cf. l’affaire Mila ..) avec toutes les difficultés que cela implique, alors que les auteurs de menaces de mort jouissent d’une entière liberté, y compris celle de recommencer ! Alors qu’on peut, et c’est heureux, critiquer sans crainte le catholicisme ou dénoncer son rôle à telle ou telle occasion, par exemple son activité protectrice de dignitaires nazis à la fin de la guerre…


Mais ce qui est bien avec Mélenchon, c’est qu’il n’a pas peur des incohérences. Au contraire,  on dirait même qu’il les recherche. Par exemple, il répète « Urbi et Orbi » qu’il aime pas les curés. Tous les curés. C’est même pourquoi il a pris le parti des dirigeants chinois, des « démocrates populaires », dans le conflit contre les tibétains et le Dalaï Lama. (sic)  Mais, les imans, avec leur attirance pour la démocratie et la liberté de croyance, c’est vrai que… c’est autre chose. Il a un faible…


Mélenchon a raté sa vocation : Prestidigitateur. Escamoter un lapin c’est rien à côté de la disparition de la pression politique d’ imans de tout poil ! (Oui, je sais, il y a quelques imams laïcs, de même que tous les flics ne sont pas des tabasseurs et qu’il y a des curés non pédophiles…)


Mélenchon, un possible président du pays ? Vous rigolez….. Ou alors au concours du pire : Après Sarkozy, Hollande, Macron… C’est vrai que ça aurait de la gueule…


La presse de gauche ! C'est quoi ? Selon quels critères ? Socio-économique, place des femmes dans la société, relations aux religions,... ? Je vois que Le Monde en fait partie ?!,.... ça brasse large. Et puis malgré, ou surtout à cause des enjeux sous-jacents du fait divers, faut-il que tout le monde dégaine aussi vite que Belloubet, au risque de dire des conneries. Que la presse de "gauche" prenne le temps de réfléchir à cette affaire avant de l'ouvrir n'est peut-être pas un mal au fond.

9 jours de silence : on dirait le titre d'un film.

Un mauvais film. Qu'on en juge :


- Un représentant du CFCM : "elle récolte ce qu'elle a semé"

- le Parquet ouvre contre la gamine une enquête pour des faits "d'incitation à la haine raciale"

- Nicole Belloubet : "l'insulte à la religion, c'est évidemment une atteinte à la liberté de conscience, c'est grave".


En même temps, Mila est une femme et elle est lesbienne, donc elle cumule les handicaps.


Mais elle a raison quand elle dit 'L'islam fait peur", même s'il faut nuancer par l'exemple.

Dans un métro, voir monter un Rabin avec sa kippa, son chapeau à bords large et ses papillotes ou un curé en soutane, donc des religieux sans doute rigoristes, ne fait peur à personne.

Voir monter un individu avec une longue barbe, une djellaba ne fait pas peur, mais on ne peut s'empêcher d'avoir un léger sentiment de malaise.

Car, aucun dessinateur n'a été assassiné en vengeance du sort des chrétiens d'orient ou des actes d'antisémitisme. Et ça, c'est un fait.

 

Merci pour la chronique. Peut-être démontre-t-elle, au passage, l'utilisation problématique que vous faites du terme "islamophobe". Habituellement, et plusieurs vous le font remarquer régulièrement, ce mot est, sous votre plume, égal à racisme anti-musulman. Or es qualités, un raciste ne peut pas avoir "raison". Mais ce matin, précisément, vous leur donnez " raison". Évidemment pas par racisme, mais parce que ce matin, "islamophobe" est, pour vous, équivalent à tout ceux qui veulent critiquer l'islam (et oui, il y a des racistes là dedans, mais pas que). 

Évidemment vous êtes libre de vos mots, mais il semble ce matin que vous faites éclater au grand jour l'ambiguïté d'un mot que vous avez choisi d'utiliser régulièrement, et dont vous savez qu'il est instrumentalisable . 

Ma modeste suggestion constructive : parler plutôt de racisme antimusulmans quand c'est cela que vous voulez dire, et cantonner "islamophobie" à la critique de la religion, qui n'est pas la même chose que la critique des individus. Même si je conviens que le suffixe -phobie (=peur) n'est pas génial. Peut-être pourrait-on trouver mieux et mettre ce terme à la benne. 

- les réseaux sociaux sont des sacs à merde ( ou des pompes à merde )


- la presse française est médiocre et insuffisante


- la Ministre de la Justice est incompétente ( ou nulle )


Vive la République, et, Vive la France


...le caractère complexe  (de l'affaire, et) de sa principale protagoniste ...


on fait allusion au fait qu'elle soit lesbienne ou au fait qu'elle soit Iséroise ? 


;-)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.