66
Commentaires

Migrants : le cheval comtois à la rescousse

Commentaires préférés des abonnés

Merci, ça fait du bien de retrouver de l'humanité en ces temps moroses et désespérant.

c'est vrai que si Claudette Colvin et Rosa Parks  avaient respecté la législation en vigueur dans leur pays à leur époque, tout serait beaucoup plus simple, chacun serait à sa place !


;-)

merci pour cette chronique, j'ai effectivement entendu ce reportage ce matin sur France Culture, et j'ai trouvé vraiment très beau le témoignage de cet homme et son "finir le travail " en s'occupant des autres menacés d'expulsion !


parfois la vie(...)

Derniers commentaires

Conclusion : 

1. Pour etre un migrant heureux il vaut mieux avoir un patron d'accueil. Tant pis pour les autres.


2. Si des metiers sont mal vu par les francais (peu considere, peu payes, trop physique, mauvaises horaires, etc...), ne cherchez pas a revaloriser/ameliorer les conditions de travail, prenez un migrant.


NO FUTURE.



Le raisonnement par l'exception...
Quand on en est là, c'est que la besace à arguments est vide...


Quand vous rencontrerer et reconnaitraez le réel, on en reparlera.

" Quand vous rencontrerer et reconnaitraez le réel, on en reparlera. "


Je suis curieux, quel est VOTRE réel? 

Nous sommes tous des gens qui, derrière un pseudo, blablatons.

Le réel (pas le mien, le mien n'a aucune importance) , c'est une France qui a abandonné ses milieux populaires qui en a marre qu'on lui fasse des lecons de morale et des injonctions à l'ouverture obligatoire. Ils ont fait leur part et aimeraient un tout petit peu de sécurité (physique, financière, culturelle, démographique,...).

Alors les bobos de ASI qui se pame devant 1 'chancepourlafrance' qui fait dans l'artisanat, ils en ont raz-le-bol.
En fait, pas si grave, ils ne lisent pas ASI, ils sont ailleurs. Dans le réel en question.

"le mien n'a aucune importance "

Si cela à son importance car vous aussi à part parler de votre idée de la France, qu'est ce que vous faite pour elle? 

De quel façon défendez vous les milieux populaires vous qui vous en faite porte parole contre les bobos?

Ce boulanger est vraiment un type bien, selon toute vraisemblance.


Mais, comme pour les actions de Cédric Herrou, il se trouve toujours des gens qui trouvent que, tout de même, tendre la main à des damnés de la terre, ce n'est pas bien raisonnable. Comme ces gens bizarres de "génération identitaire" qui partent à la chasse à l'homme, en montagne ou en mer, dans l'espoir de tuer des êtres humains en détresse. Étrange passe temps. On se croirait dans un film de science fiction des années soixante où un savant fou fait sur son île déserte des expériences à coup de fusil sur des cobayes humain·es.


C'est plutôt bien, finalement. Sauf pour les victimes de ces tordu·es, bien sûr. D'un côté on a des gens droits, honnêtes et forts. Ça rassure sur l'espèce humaine. On se dit que tout n'est pas perdu. C'est assez revigorant et on se sent renforcé dans ses propres actions, aussi minimes soient-elles.


De l'autre côté on a des gens qui détestent tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à de la solidarité ou de la fraternité, dès que les destinataire sont noir·es, musulman·es, homosexuel·les ou dieu sait quoi encore. Qui trouvent que les "pauvres de chez nous", qu'ils méprisent et massacrent d'ordinaire, valent encore mieux que ces va-nu-pied allogènes. Ça nous ramène sur terre et ça nous évite de rêver trop fort.


Merci de nous ramener sur terre Monsieur "Nick".

Comme ces gens bizarres de "génération identitaire" qui partent à la chasse à l'homme, en montagne ou en mer, dans l'espoir de tuer des êtres humains en détresse. Étrange passe temps. On se croirait dans un film de science fiction des années soixante où un savant fou fait sur son île déserte des expériences à coup de fusil sur des cobayes humain·es. 


Votre propos me fait penser à l'éprouvant, mais très bon film Desierto.

Je ne connais pas Desierto. Je pensais plutôt aux Chasses du Compte Zaroff (qui date des années 1930 et non pas 1960). J'imagine qu'en cherchant un peu on doit pouvoir trouver d'autres exemples de films tirés de ce scénario assez classique.

Bien sûr. Ce qui me semble "intéressant" dans Desierto n'est pas seulement la chasse d'êtres humains en tant que telle, mais que les personnes chassées le soient parce que ce sont des migrant.e.s. Cela se passe à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. 


Le pitch correspond exactement à la description que vous avez faite, mais dans le désert : Comme ces gens bizarres de "génération identitaire" qui partent à la chasse à l'homme, en montagne ou en mer, dans l'espoir de tuer des êtres humains en détresse.  

La tartufferie, c'est de faire passer des cas particulier pour faire avaler l'acceptation de la migration massive.
1. Ce sont les plus riches des pays pauvres qui tentent l'aventure - il faut de l'argentpour payer les mafia et passeurs alliés des ONG
2. La mondialisation, ce sont les pauvres des pays riches qui paient pour les riches des pays pauvres ; les bobos de ASI ont besoin d'escalve pour se faire livrer ou faire le leur ménage. ALors les lecons de morale, merci bien
3. Si vous saviez comme les promoteurs de migrations massives pour eteindre les natiosn nation se moque de votre bon migrant (et de vous, idiots utiles béats), vous seriex surpris.
4. Sinon, on se sent bien en s'admirant dans le mirroir de la bonne conscience de vote supériorité morale ?

Chapeau bas à ce grand Monsieur, effectivement !  ;-)

Il faudrait un Panthéon des vivants

un endroit où la Nation célèbrerait ses citoyen.ne.s exemplaires par leur vie et de leur vécu


Je regardais récemment via The Guardian un documentaire sur une vieille dame résistante de Saint Omer, Colette dont le frère est mort en camp de concentration, celui où se fabriquaient les V2

A la question, de comment elle est entrée en résistance, elle diminue son rôle : "Tu sais c'était rien d'extraordinaire, je posais mes fesses par terre et je notais dans un carnet les numéros des camions Allemands pour le réseau" et elle parle de son frère, un homme franc, décidé, un vrai résistant dit-elle

C'est amusant comme dans ma tête il y a une proximité entre ce cheval comtois de boulanger et cette vieille dame si forte qui s'en veut de fondre en larmes sur le lieu où est mort son frère, il y a plus de 75 ans


C'est amusant comme dans ma tête aussi les Zemmour et Finkielkraut et autres me paraissent des pleureuses larmoyantes comme celles des veillées mortuaires de quelques pays lointains, des pleureuses professionnelles toujours à gémir et se morfondre de ce qui fut et n'est plus


Un humoriste cette semaine a dit qu'il y a une chose étonnante concernant la fille de Lepen : c'est qu'elle qui veut tant renvoyer les immigrants chez eux devrait aller se réfugier dans leur pays puisqu'ils n'y sont plus et l'ont quitté. Cela vaut pour Zemmour et cohorte


Tiens je me remémore aussi d'un cheval comtois qui me vient toujours en exemple ; il avait quitté avec sa famille la Grèce en 1941 pour s'établir en Afrique du Sud. Jusqu'à sa mort il travailla. Le régime de l'Apartheid avait refusé de le naturaliser car il n'était "pas assez apte et honorable", lui l'avocat qui défendit Madiba et tant d'autres et qui s'était révolté de voir en arrivant en Afrique du Sud qu'en tant que réfugié blanc, il avait plus de droits que la grande majorité des Sud-Africains 

Trois mots pour Monsieur Stéphane Ravacley (et les autres parons qui sauvent notre honneur) : bravo et merci !

Ca me fait penser à cette interview du cheminement de Cédric HERROU. Bon, l'intervieweur est un peu agaçant, les opinions politiques de CH ne sont pas exactement les miennes (d'un point de vue macro j'entends), mais la réflexion sur le cheminement instructive...


https://www.youtube.com/watch?v=sSidiNHSFIo&t=4057s 

"Obligatoirement", dit-il. "Finir le job", dit-il. Le boulanger Ravacley ne tient ni un discours moral, ni un discours politique. 


Son discours n'est peut-être pas politique mais ses actes le sont. Il s'occupe de politique en considérant l'Humain et au final, n'est-ce-pas ça le plus important?

Bravo, merci, 1000 fois, 100000 fois. Cet article est aussi loin que possible du philanthropie-washing qui n'est que le prolongement socialiste de l'impérialisme missionnaire et cul-beni par des moyens que la France n'a plus. Et ce que cet article dépeint trace un chemin humaniste juste, réaliste et profitable à tout le monde (même à la France la plus rance, bien vu Daniel !). Politiques de tous bords, imprimez-le, collez-le sur votre écran de visio, et laissez le inspirer chacune de vos décisions !

Petite coquille : la page Facebook est celle des patrons solidaires et non solitaires.

Ne pas oublier que ce sont ces jeunes aussi qui feront briller la France à l´international dans quelques années. 

Quant à Zemmour, comme disait fort  justement Philippe Corcuff dans les matins de France Culture, il est la version médiatico-compatible de Dieudonné. 

Ici le lien de l´émission pour ceux/celles que ca interessent:

https://www.franceculture.fr/oeuvre/la-grande-confusion-comment-lextreme-droite-gagne-la-bataille-des-idees

"Je rêverais qu'Éric Zemmour [...] ou Alain Finkielkraut..."


Ça supposerait que ces gens-là soient de bonne foi.

Je suis très gênée par les exemples donnés pour illustrer l'inhumanité de l'administration face au droit au séjour de  2 des 3 personnes citées par DS.  Le droit au séjour implique une application de textes de lois et de décrets permettant de situer dans quel cadre est autorisé un étranger sur le territoire français. Cette autorisation varie selon les motifs de la demande formulée auprès des services de la préfecture ( Texte applicable en fonction du type de demande - les procédures à suivre pour être accueilli en France diffèrent si la demande de séjour porte sur "un état de santé", un "regroupement familial", "poursuivre des études" etc... Le droit des étrangers est particulièrement complexe certes et les lois successives, qui s'empilent sous tous les gouvernements n'aident pas à s'y retrouver.  L'étranger souhaitant s'installer en France doit donc déposer une demande complète pour chacun des motifs pour lesquels il estime pouvoir bénéficier d'un titre ou d'une autorisation de séjour (de droit ou provisoire)


S'agissant du marin M. NDIAYE, le peu de ce qu'on puisse lire de l'article de Ouest France est qu'un titre de séjour en tant que conjoint de ressortissante française, qui est de droit sauf en cas de séparation et/ ou dans son cas, pour  violence conjugale et s'agissant de Madama, la préfecture refuse le titre de séjour en raison d'un état civil falsifié. 


Dans les 2 cas, indépendamment de la volonté de travail et leur qualité de bon travailleur des 2 hommes, la loi demeure la loi et dans le 1er cas, nous ne savons pas si un titre de séjour au titre de salarié accompagné d'une demande d'autorisation de travail des patrons de M. N'Diaye est en cours d'examen par les services de la DIRRECTE pour l'admettre au séjour et, a été déposée  pour ce nouveau motif et dans l'autre cas, le doute sur l'identité et l'âge de M. Madama empêche de connaître le cadre réglementaire sur lequel il peut être doté d'un titre de séjour "salarié". Le titre en tant que salarié étant différent dans le cas où vous êtes d'abord entré sur le territoire français en tant que mineur isolé ou  comme majeur avec pour objectif de travailler. Dans ce dernier cas, les règles sont plus contraignantes dans l'idée générale de favoriser d'abord l'emploi des personnes  déjà présentes de manière régulière en France.

Il y a aussi les situations où les personnes, pas forcément jeunes, ont des emplois non déclarés, je suis en contact avec une, dont les employeurs ne font même pas les attestations nécessaires pour leur permettre de continuer à travailler malgré le confinement. Peut-être que pour celui-ci, la personne de ma connaissance va pouvoir malgré tout aller au boulot, peut-être...

Oui, il nous montre qu'on a mieux à faire que parler à la droite. 

Il y a un boulot à commencer/terminer. 

Le lien pour la pétition:

https://bit.ly/2P0uVPW 


Pétitionnez chers colocataires du Forum !

Stéphane Ravacley donne l'exemple; faites aussi votre job !


L'Histoire bégaie et se répète quand même.





Ce boulanger et ce marin se proposaient comme « donneur » d’une partie de leur humanité à ceux qui nous dirigent, mais le risque de rejet était trop important.

merci pour cette chronique, j'ai effectivement entendu ce reportage ce matin sur France Culture, et j'ai trouvé vraiment très beau le témoignage de cet homme et son "finir le travail " en s'occupant des autres menacés d'expulsion !


parfois la vie nous réserve des surprises, et on se retrouve au devant de la scène, faisant preuve d'un courage exemplaire et menant, en première ligne,  un combat  auquel on avait même pas imaginé prendre part un jour. 


je ne résiste pas à la volonté de faire partager ce lien  ( déjà posté lors de votre 1ere  chronique consacrée à ce Monsieur ) pour la lueur d'espoir qu'il suscite, et parce que j'ai eu l'occasion de rencontrer l'un ce ces jeunes migrants courageux


https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/trieves-terre-accueil-1734021.html

Merci, ça fait du bien de retrouver de l'humanité en ces temps moroses et désespérant.

Tu m'étonnes qu'il aura mieux à faire...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.