39
Commentaires

Migrants : "En 1938, il n'y avait pas de Jean-Jacques Bourdin"

Des milliers de réfugiés sur les routes franchissant les montages pour passer les frontières, refoulés par des nations recroquevillées qui craignent la submersion. Il y a exactement 80 ans, jour pour jour, en juillet 1938 s'ouvrait la conférence d'Evian, qui devait s'achever sur un constat implacable : personne dans le monde ne voulait accueillir les Juifs persécutés par Hitler, ni les opposants politiques anti-nazis. Quelles ressemblances, quelles différences, entre deux époques (1938 et aujourd'hui), entre les deux traitements médiatiques des réfugiés d'hier et des migrants d'aujourd'hui. Pour en discuter, trois invités : Catherine Nicault, historienne spécialiste de l'histoire des Juifs et de la diplomatie ; Amélie Poinssot, journaliste à Mediapart en charge des questions de politique migratoire ; et Yvan Gastaut, historien spécialiste de l'immigration en Méditerranée.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 17 fois

Vous ne trouvez pas ça pertinent.


Mais vu la réaction des pays d'accueil, moi, je trouve que ça l'est.

Et non, ce ne sont pas que des migrants économiques.


Et puis parlons un peu migration économique. Cartes sur table.

On arrête de produire de la merde à(...)

Comparer, c'est pointer aussi bien les convergences que les divergences. Et c'est plein d'enseignements. Alors, ceux qui disent que "ça n'a rien à voir" en pointant, justement, les différences, sont de mauvaise foi (j'imagine qu'ils connaissent le se(...)

Approuvé 8 fois

C'est de la propagande nationaliste, certes. Le problème étant que c'est une opinion rependue et qu'elle est devenue acceptable.

Sur le fond du premier commentaire de DongFeng, à savoir que le parallèle entre 38 et aujourd'hui n'est pas pertinent : &n(...)

Derniers commentaires

Vous oubliez de mentionner que ces idées anti-assimilationnistes étaient à cette époque populaires jusque dans les communautés qui allaient en payer le prix le plus fort, et notamment le courant sioniste ―certes politiquement minoritaire dans la diaspora. Ainsi de Chaim Weizmann, futur 1er Président d'Israël, déclarant le 18 mars 1912 à Berlin: «Chaque pays ne absorber qu'une quantité limitée de juifs s'il ne veut pas de désordre en son sein. L'Allemagne a déjà trop de juifs». Et dans un échange avec Balfour en 1914: «Nous sommes également d'accord avec les anti-sémites cultures, en ce que nous croyons que les Allemands de foi hébraïque sont un phénomène indésirable et démoralisant».
Plus largement, on retrouve un peu partout à cette époque la recherche d'une refondation charnelle de la nation, son peuple et son territoire, laquelle devait culminer en Allemagne dans le célèbre «Ein Volk, ein Reich, ein Führer». Ces mêmes arguments étaient mis en avant par l'Organisation Sioniste Mondiale pour légitimer la création d'un État juif en Palestine ―ils sont d'ailleurs toujours d'actualité à la Knesset aujourd'hui.
Il va de soi que ces idéologies se sont avérées largement nauséabondes et formidablement destructrices. Fort heureusement, elles ont perdu énormément de leur attractivité intellectuelle presque partout dans le monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Néanmoins il est anachronique de réduire ce moment de l'histoire et la frilosité générale qui a marqué la conférence d'Évian à un simple antisémitisme généralisé. L'accueil aurait été tout aussi frileux, pour des raisons similaires, si les "migrants" avaient été noirs ou musulmans ou tsiganes ou asiatiques…

Emission très instructive! Merci

Henry Bérenger n'a pas été ambassadeur de Pétain à Ankara, confusion avec Gaston Bergery.

manuel de capitalisme pour les nuls


1) pour commencer il vous faut deja un peu de pognon de base, ou en tout cas au moins ce que vousdevez chercher a obtenir a tout prix : une possession. N'importe laquelle. Un bout de terrain c'est toujours constructible, une barque, un appart, n'importe quoi d'habitable c'est encore mieux, un champ, une usine, une mine de matieres premieres, une grosse entreprise ou simplement des parts ed celle ci c'est encore mieux. Pour ca vous devrez de plus en plus faire confiance au bol d'etre tombé sur les bons papas-mamans plus vous visez haut. Il est toujours possible de gagner au loto et de viser plus haut encore, plutot que de se ruiner en voyages au caraibes extremement luxueux et dispendieux, ou meme, des fois, rarement, de reussir a grapiller, (ou meme inventer sans se faire piquer l'idée), un bout de nouvelle technologie naissante et qui va bientot faire un boom, mais quoi qu'il en soit, la base c'est de posséder un truc.


2) rentabilisez votre truc de toutes les manieres possibles tant qu'il ne s'agit pas de le vendre. Developpez vous, achetez d'autres trucs. Plus c'est stratégique, meilleur c'est économiquement. Les secteurs les plus strategiques ? Banques, assurances, armes, telecom, matières premières, énergie, bâtiment.... Plus vous couvrez de secteurs clés plus grandes sont vos chances de reussite.


3) faites le maximum de profit. Pour ca trois recettes : payer moins les employés, faire payer plus les produits vendus, prêter a ceux que vous laissez dans la merde parce que tout le pognon reste dans vos coffres, en exigeant des intérêts. Attention toutefois : risque de mécontentement si ca se voit trop, ou pire, si une catastrophe économique arrive, du genre tout les pequins qui ont un tout petit peu d'epargne au lieu d'avoir des dettes demandent leur pognon en meme temps. Pas grave faites quand même. Juste : faites profil bas.


4) quand ca se voit, que la crise éclate, que la situation n'est plus tenable sans rompre l'equilibre qui vous laisse tout en haut de la pyramide sociale, faites faire la meme chose ailleurs, par d'autres gens qui coutent moins cher, et rapatriez votre production par bateau. Le chomage va commencer a augmenter sensiblement, puisque vous n'embauchez plus personne et que vos copains font pareil. Achetez alors le dernier élément clé de ce qui doit être possédé par tout bon capitaliste, surtout en temps de crise : un bon vieux média de propagande, plus il est acheté mieux c'est.


5) commencez a expliquer a longueur de colonnes que nous acceuillons trop de refugiés economiques venant des autres pays touchés par la meme crise (parce que c'est toujours international), et que c'est précisément pour cette raison qu'il n'y a pas de travail. qu'il faut arreter l'afflux d'etrangers si on veut garder notre travail et rester nous memes. La question, vous allez voir, va prendre très vite de l'ampleur. D'une parce que le chomage de masse ne demande qu'un responsable a lyncher, et qu'il faut absolument que vous trouviez quelqu'un d'autre que vous meme a leur pointer du doigt, ils ne reflechiront pour la plupart pas beaucoup plus. D'autre part parce que le gouvernement va tres vite vous aider lui aussi. Parce qu'a mesure que la crise du chomage s'étend et que le pognon se fait plus rare (a part, toujours, dans votre coffre et celui de vos potes), se pose la question du pognon qui retourne a l'etat et avec lequel il peut financer ce qui lui permet de rester un etat. Securité, education, solidarité... Tout ca s'efface peu a peu, ainsi que tout ce qui peut nous permettre de faire société, quand disparait le pognon pour s'en préoccuper. Moins l'etat a de blé plus vous le tenez par les couilles.


6) commencez a financer en dessous de table les partis qui corroborent votre version des faits : s'il n'y a plus de travail ce n'est pas la faute de la crise que nous avons provoqué par cupidité forcenée, mais la faute des etrangers trop nombreux. il est plus important de s'occuper de ce probleme que de commencer a essayer d'imaginer quelque chose qui puisse ressembler a de l'equité sociale. D'ailleurs ridiculisez ceux qui tiennent ce genre de discours le peu de fois que vous parlez d'eux. Ils doivent etre le plus inexistants possible, en pouvant pousser jusqu'a sa limite la plus extreme la notion de ridiculisation si toutefois on venait a avoir massivement conscience de leur présence.


7) faites gagner, a force de manipulation des masses, le parti qui vous arrange le plus. Puis croisez les doigts pour que cela vous fasse survivre a la crise economique encore plus grande qui ne va pas tarder. Courbez le dos, préparez vos valises de billets au cas ou il faudrait fuir, se reconstruire ailleurs... et attendez de voir si votre pays va :


-sombrer dans le fascisme et vous permettre de gagner encore plus de pognon en vendant vos matieres strategiques, armes, matieres premieres, energie, telecoms et autres dans le cadre d'une guerre, ce qui multiplie par dix leurs profits, au moins. Meilleure option pour vous, d'ou l'investissement de départ, politiquement parlant.


-sombrer dans la révolution et vous permettre de gouter aux joies de se faire sodomiser a sec par un pal enfoncé rudement par dix mecs en meme temps. (vous aurez alors mal fait votre job en 4 et suivantes, ou bien vous aurez eu la malchance de tomber sur l'evenement "pas de bol", qui met le feu aux poudres alors que vous ne vous y attendiez pas)


-voir se developper une sorte d'"entre deux" de survie en mode kit aventurier : nous nous tapions tous sur la gueule nous les democrates d'opinions si divergentes, mais desormais faisons ami ami pour preserver nos positions de pouvoir face au bateau qui tangue entre revolution et fascisme. Finalité la plus fréquente, bien sur, mais toujours temporaire seulement, la aussi. Comme pour la crise economique, une deuxieme vague de crise politique arrivera fatalement tot ou tard, ne laissant que les deux premieres options.



Vous prenez ce calque général, ce processus, cet algorithme, vous le copiez collez, et vous l'appliquez a n'importe quelle crise economique majeure, regionale ou mondiale, partout dans le monde et a travers le temps. Ca marche toujours. De charlemagne et de sa crise des finances, a la chute de rome, la premiere ou la seconde guerre mondiale, la revolution francaise, russe, 1848, la guerre d'independance ou celle de sécession zetazunienne..... ou nos jours heureux d'aujourd'hui.... youpiiiiii. A quand le clash final de cette crise ci ? On ne peut que courber l'echine en craignant le pire... et en esperant le meilleur pour le peuple : une nouvelle révolution éclairée...

Belle et pertinente émission.

Il est fait régérence aus ositions des pays de l'Est, dont la Hongrie.
Il semble qu'on trouve là-bas une crainte effective de perdre une part importante de leur population "autochtone", en tout cas d'après ce qu'en donnait à lire le dossier du Monde diplomatique du mois dernier, notamment sur le cas hongrois.

"Migrants": nom égarant.


Le mérite principal de l'émission est d'avoir à plusieurs reprises soulevé la question terminologique. Sans quasiment l'instruire il est vrai. Et pour cause. De même en effet qu'il aura fallu nombre de décennies pour reconnaître que le terme de "réfugiés" fut, avant la Seconde Guerre (mondiale), plus qu'un nom d'emprunt: un nom trompeur pour désigner les juifs (et consorts), l'appellation de migrants est aujourd'hui un terme dont l'adoption fait fi de la question posée par ce nom. 


Une double méprise le permet, dont la déterminante est la tout à fait principielle et générale: terminologique aberration consistant à concevoir la langue comme une simple nomenclature ignorant la signification de ses termes réduits ainsi à l'indétermination, soit à l'arbitraire commun "bon vouloir",  dans leur fonction de désignation. Saussure - dont ce fut l'enseignement essentiel - attribua fort justement cet aveuglement à la philosophie du langage qui sévit depuis - et malgré - Platon  jusqu'aujourd'hui. Ainsi croit-on que "migrants" renvoie sans question:  désigne directement ceux dont on nous dit (les montrant même désormais sur écrans) qu'ils quittent un pays, qui serait le leur, pour un autre: aussi potentiellement, craint-on, que fâcheusement le nôtre! Cela donc sans s'inquiéter de l'humaine signification de cette "migration".


Or, de même que la solution, par les nazis voulue finale: définitive (Endlösung) de la question juive n'était réductible au sort infligé à une seule population, entre d'autres, de: non point essentiellement migrants, mais porteurs d'humanité, l'exil aujourd'hui de leurs successeurs rappelle à leurs contemporains de pays mieux lotis ce qu'humanité signifie: à savoir,  commune: absolument permanente: essentielle misère: devoir pour chacun avec l'aide des autres affronter l'adversité à laquelle sa vie propre est ordonnée. 


Vie propre donc, plutôt que propre vie, tel est ainsi ce qu' humanité signifie. Indissociablement solitaire et solidaire. Chacun jusqu'en sa mort dignement migrant. Verbe par conséquent, et non point nom* égarant, que ce terme de migrant.



* Conformément à cette opposition du verbe au nom en laquelle réside la saussurienne leçon - jamais jusqu'ici méditée.

J'ai lâchement lâché en cour de route ...  

Demain, je m'y recolle, peut-être.


Mais pourquoi j'ai lâché ? La chaleur ... le trop plein ... la goutte qui ...


Beinh oui, again : "L'Histoire ne se répète pas; elle a tendance à bégayer" Karl, mort à Londres.




Comparer, c'est pointer aussi bien les convergences que les divergences. Et c'est plein d'enseignements. Alors, ceux qui disent que "ça n'a rien à voir" en pointant, justement, les différences, sont de mauvaise foi (j'imagine qu'ils connaissent le sens du mot "comparer").

Très intéressant. 

Mais la capacité d’indignation et de révolte me semble toujours aussi tiède et/ou résignée et/ou on n’en sait plus rien, même de la part de vos invités. On fera peut-être le même type de constat dans 20, 30, 50 ans. Allez savoir. Dur, dur, vraiment dur.

Le lien du documentaire

https://vimeo.com/115465343


très belle émission et inquiétante....coquilles vides en juillet 38, idem aujourd'hui : souhaitons que notre avenir ne soit pas aussi sous les mêmes funestes augures, quoique la montée de l'extrême-droite partout et de futures élections européennes avec comme sujet numéro 1 "les migrants" ouvrent des possibles angoissants.

Karl Marx : “Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre."


Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous ne trouvez pas ça pertinent.


Mais vu la réaction des pays d'accueil, moi, je trouve que ça l'est.

Et non, ce ne sont pas que des migrants économiques.


Et puis parlons un peu migration économique. Cartes sur table.

On arrête de produire de la merde à bas coup super polluante ailleurs.

On laisse les ressources africaines aux Africains. 


On s'organise pour ne pas piller les pays parce que nous, on en a une grosse, d'économie et d'armée, avec tous les pays en tête de classement. On ne fait pas non plus la guerre soi-disant pour défendre la liberté et la démocratique alors qu'on s'accroche avec les dents à notre bout de gras et à nos privilèges.


On arrête de soutenir pour de vrai les dictateurs.


C'est pas de la propagande, c'est regarder un peu la situation en face.


Parce que je ne me souviens pas à quel moment la gauche a proposé d’accueillir tout le monde. Et puis, dans votre lignée généalogique à vous, vous êtes sur que vos ancêtres correspondent tous à vos critères d'acceptabilité?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"car il s'agit aujourd'hui de migrants économiques, ce qui n'était évidemment pas le cas des Juifs des années 1930 "  ...spoliations , aryanisations d'entreprises , boycotts et fermetures de commerces , non tout celà n'avait aucun rapport avec l'économie ... pillage coloniaux , guerres "pétrolières" , guerres géo-économiques , non tout celà n'a aujourd'hui aucun rapport avec l'économie. Bien sûr que non , puisqu'on nous le dit ! 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

 Je serais plutôt d'accord avec vous . Les  réfugiés de 1938 étaient des juifs ou des Républicains espagnols persécutés . aujourd'hui ,il s'agit souvent de migrants économiques .  Cela n'empêche pas de saluer la qualité de l'émission et des intervenants  Honte  aux pays comme la Suisse ou le Canada qui on t fermé  leurs frontières mais rendons aussi hommage au consul du Portugal en France , M de Souza qui en 1940 a délivré des centaines de visas aux juifs persécutés ( il a été démis de ses fonctions pour cela) ou au consul du Japon en Lituanie qui a agi de même.

Tiens, un autre petit raciste qui vient nous vomir sa propagande sur ce forum. Vous devriez bien vous entendre avec l'autre clown spammer29.

Raciste? J'ai vu de propos raciste dans son post. Par contre je  pense que la differenciation entre immigration économique et politique est floue étant donné que la pauvreté de l'Afrique est en partie du a une guerre économique neocolonialiste qu'elle subi

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je me touche le zob si je veut,!!! Je vous conseille d'essayer vous verz c'est agréable 


Sinon plus serieusement  je suis d'accord pour sure que tout les problèmes de l'afrique ne viennent pas que de la colonisation puis de la décolonisation


Mais la francafrique a pillé ce continent  et les dictateur mis aux pouvoirs par les occidentaux aussi



Ensuite il y a un fort taux de natalité parcequ'ils sont pauvres

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La guerre en lybie.... Sinon au gabon le president c'est tj un bongo. On est tj dans la france afrique

Le discours de Dongfeng07 reprend toute la rhétorique du FN/LR dans sa dernière phrase:


Fatigant à la longue la propagande systématiquement pro-immigration, 

-> tout discours non-xénophobe est qualifié de "propagande systématiquement pro-immigration", il manque juste droit-de-l'hommiste pour avoir le bingo complet.


la gauche (encore une fois) se fait l'amie du patronat,

-> argument mensonger mais classique du FN qui veut faire croire qu'il sont du côté des prolétaires à la place de la gauche.


 ça ne va pas la faire remonter dans le cœur des gens.

-> sous entendu: les gens (comprendre, les vrai français) n'aiment pas les immigré, donc tout le discours humaniste de la gauche ne peut que leur faire perdre des votes.


Bref, c'est de la propagande pour le FN, pardon, le RN, qu'on a déjà entendue 1000 fois et qui est tout aussi mensongère la 1001e fois.


C'est de la propagande nationaliste, certes. Le problème étant que c'est une opinion rependue et qu'elle est devenue acceptable.

Sur le fond du premier commentaire de DongFeng, à savoir que le parallèle entre 38 et aujourd'hui n'est pas pertinent :  ayant écouté l'émission, les invités sont dans la nuances, ils ne disent pas que la situation est comparable, au contraire, mais ils développent l'idée qu'il y a, dans l'histoire, une récurrence de l'exclusion et de la persécution des personnes exilées. Le fil d’Ariane qui nous relie à cette période de l'histoire est principalement celui de la constante lâcheté des élites. Cette lâcheté ne sert à rien, elle ne provoque que de la souffrance, elle n'a aucune fonction. Elle n'empêche ni la guerre, ni la misère. Au contraire : elle l'organise.

Sur l'argument de la "gauche amie du patronat", je l'ai toujours trouvé intéressant du point de vue rhétorique puisqu'il détourne l'analyse de Marx de l'utilisation par le patronat d'une la main-d’œuvre immigrée afin de faire entrer en compétition des ouvriers anglais et irlandais et maintenir un haut taux de rendement. Marx conclue que c'est l’alliance des travailleurs de tous les pays qui permet de sortir de cette situation, d'où la notion d'internationalisme. Aujourd'hui, certain à droite récupèrent la chose : comme le patronat utilise la main d’œuvre immigrée pour faire pression sur les salaires, alors ceux qui aident l'immigré sont complices du patronat, car ils aident à réaliser sa stratégie. C'est débile parce que celui qui aide le fait pour sauver des vies et pour réaliser la solidarité entre des personnes et non pas pour réaliser l'objectif du capitaliste, qui de toutes façons trouvera une manière de faire pression sur les salaires, avec une solution autoritaire que l’extrême droite lui apporte sur un plateau par exemple. Ce qu'ils nous disent, c'est en substance qu'à résumé Maréchal Lepen en disant : «moins de libéralisme à l'extérieur et plus à l'intérieur». Celui qui aide l'immigré n'aide pas l'exploiteur, il sauve l'honneur de son pays et il a quelques solutions à apporter pour sortir de cette situation. Car si l'immigré est moins cher, s'il entre en concurrence, c'est parce qu'on l'exploite encore plus et qu'on ne lui donne aucun droit. Alors, la solution pour la droite c'est : tout le monde dehors, laissez nous exploiter nos blancs (ils ne le ferons jamais, exploiter de la main d'oeuvre pas cher est le but du capitalisme). La solution de gauche c'est : les même droits et le même salaire pour tous. De ce point de vue, il est faux de dire que vouloir l'accueil pour tous, et donc des droits similaires pour tous, c'est être complice de l'exploiteur.

La solidarité avec les exclus et les opprimés n'est pas seulement une nécessité morale, c'est la voie par laquelle nous pourrons lutter efficacement contre l'exploitation. En organisant la lutte à travers l'accueil, la protection des personnes, l’attribution de droits et la fin du chantage au chômage nous fraterniserons et nous sortirons de la logique mortifère dans laquelle nous sommes poussés : celui du chacun pour soi, de l'exploitation justifiée par la haine de l'immigré et des causes rabougries.

J'adore "les causes rabougries"

ouvrons la cage fermée à Loiseau, et refermons la porte : ELLE, elle pourra en sortir en bouclant la serrure ouverte de la fermeture, sans pouvoir en sortir..... trop beau, trop haut, trop fort, l'épidémie de pensée complexe !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Limpide ! ...et pourtant nulle avancée "anthropologique" à prévoir ... bien au contraire ...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.