71
Commentaires

Meurtre d'Adrien : un avocat victime d'attaques antisémites

L'avocat de la famille d'Adrien Pérez, ce jeune de 26 ans tué devant une discothèque près de Grenoble le 29 juillet, a été la cible d'un site de l'extrême-droite radicale. Hébergé aux États-Unis, le site est toujours en ligne, et référencé sur Google.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 11 fois

Un coup de surin a la sortie d'un bal ou d'une boite de nuit est un fait divers tragique et insupportable et non supporté d'ailleurs aux vues des reactions de la presse qui la abondamment relayé . Ceci étant ce genre de fait divers augmente il ? devi(...)

Approuvé 8 fois

"Ensauvagement de notre société"

Sources ? Chiffres ? Eléments probants autres que des faits divers montés en épingle ?

Merci pour cet article et pour  votre enquête. Vous avez indiqué le  lien pour  Réseau de Lutte contre le Fascisme -Isère, qui a le premier informé et s'est demené pour alerter devant cette ignoble propagande raciste et nazie. 

Je (...)

Derniers commentaires

chacun sait que les attaques au couteau ne sont pas l'oeuvre des maghrébins ( c'est un hasard ) et n'ont rien a voir avec des individus radicalisées mais , au contraire , psychologiquement faibles et instables .OK cela concerne n'importe que bagarre , dans un bal , dans un bar , n'importe ou .....le couteau c'est juste un peu nouveau . Tout Va Bien .

Le titre de Libé est réducteur, mais une responsable d'un parti de gauche qui prend conscience des problèmes posés par l'accueil des migrants, c'est assez rare pour être souligné.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je vis une déshérence populiste


Je subis un désert rance sans ma liste


J'agonise dans un placard rectangulaire


J'antigone sans soutien populaire


A quoi bon offrir des leurres


Puisqu'il nez pas à l'heurt




Finalement, alors que les derniers survivants disparaissent, voilà que la cohorte des petits-fils de miliciens, les Lucien Lacombe du virtuel retrouvent leurs modèles reichistes, racistes, et incapables d'invention dans l'horreur se contentent de faire du sous-nazisme de bazar comme des bambins qui pour comble d'injure ne trouvent que le mot "caca" ou "pipi" et s'éclatent de rire. Eux ils affublent un représentant du monde de la justice du symbole qu'ils considèrent le plus infamant, comme si le symbole en lui-même était l'horreur alors que ce qui l'est, c'est la distinction entre nos concitoyens en fonction de leurs origines.

Un mécène pour financer mon projet de décryptage quotidien ?

Juste un petit truc : si les chiffres sont stables et qu'il n'y a pas plus d'uns qui tuent les autres alors c'est qu'il n'y a pas plus d'autres qui tuent les uns ...


Si ce sont des faits isolés en un sens, ce sont des faits isolés dans l'autre sens.


Mais finalement un plus gros truc : j'ai pris dans le pif les analthèmes placés en lien ; j'étais déjà peu encline aux interdictions mais là j'avoue ma plus parfaite consternation.


Il suffirait donc de clore le propos pour en empêcher la diffusion ?


Et bien au petit bout de mon nez je pense qu'au contraire la société civile devrait se trouver des lieux de mémorisation pour rappeler quotidiennement que la violence des uns à l'égard des autres est à la mesure de la violence des autres vis à vis des uns et que la contenance pour accepter la différence est un exercice humain qui constitue un effort qui mérite gratification et non une évidence qui pour ceux qui n'en sont pas pourvus justifie la plongée dans l’inexistence. 


J'ignore comment fonctionnent ces contorsions, mais je sais que l'angoisse de vivre est soulagée par le kata-schisme.

Et le Bataclan, ça ne vous semble pas un peu sauvage ? 


Ah, excusez-moi, vous aviez oublié....


Et puis, c'est de l'idéologie.

Pour éclairer un peu ce qui semble avoir choqué certains, voici ce qui m'a fait réagir. Le titre de l'article est à lui seul un symptôme: Meurtre d'Adrien: un avocat victime d'attaques antisémites.


Vous me permettrez de dire que le choix des mots est signifiant. Et que face à un garçon massacré au couteau, l'avocat me semble quand même une victime bigrement collatérale.


C'est ce j'appelais "le petit bout de la lorgnette". Mais apparemment, je ne suis pas majoritaire.

Merci pour cet article et pour  votre enquête. Vous avez indiqué le  lien pour  Réseau de Lutte contre le Fascisme -Isère, qui a le premier informé et s'est demené pour alerter devant cette ignoble propagande raciste et nazie. 

Je me permets de remettre le lien, car cet article RLF est régulièrement mis à jour et complété. 

Nouvelles infos, parmi  d'autres : 

>> L'avocat Denis Dreyfus, qui initialement ne voulait pas agir,  encouragé par les très nombreux soutiens, (de ses confères  notamment) a décidé de porter plainte .  (article Dauphiné Libéré)

Et aussi :

>>   "democratie participative",  en réalité "Hitlérisme et haine raciste participative",   récidive, une nouvelle fois, dans un nouvel article. 

Il est temps de faire pression sur Google pour qu'il bannisse ce site de ces moteurs de recherche  ! 

Il est temps que le gouvernement et la justice agissent et en premier lieu, et en plusde poursuitescontre les auteurs,  exigent de Google de faire le nécessaire ! 

Copié-collé de cet "article"  ci-dessous. 

 On notera,  entre autres, la transparente négation des crimes du nazisme :  " nous connaissons l’usage hébraïque qui consiste à inventer des crimes imaginaires pour justifier a posteriori les persécutions contre tous ceux qui refusent la tyrannie génocidaire de la juiverie." Avec la photo de Goebbels accompagnée d'une citation du sinistre ministre de la propagande d'Hitler, c'est de, nouveau, l'apologie du nazisme. 

Trois délits pour cette seule publication , donc : incitation à la haine raciale, négation de crimes contre l'humanité, apologie de crimes de guerre et contre l'humanité.

https://www.isere-antifascisme.org/dechainement-antisemite-contre-l-avocat-grenoblois-denis-dreyfus-rlf-indigne

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

beau travail  d'enquête . merci

C'est une façon de voir ces choses. Peut-être un peu le petit bout de la lorgnette, non  ? Car je comprends, certes, les parents d'Adrien et leur refus de récupération qui doit heurter leurs convictions les plus profondes.  


Et je comprends aussi ces convictions qui sont celles de toute une époque, des idéaux qui l'on portée, de cet antiracisme idéaliste auquel des générations ont cru, ont voulu croire.  


Et pourtant, comme je comprends aussi la rage qui peut saisir devant la lâcheté, la barbarie de ces drames qui se multiplient, devant cet ensauvagement de notre société auquel nous échapperons parce que notre génération va laisser la place, mais qui va frapper  nos enfants, nos petits-enfants parce que nous aurons été trop naïfs, idéalistes.  


Je souhaiterais que la mort d'Adrien Pérez, tué pour sa solidarité et son courage, puisse faire réfléchir. Hélas, si j'entends bien cette polémique  qui gronde; ce n'est le cas ni d'un côté ni de l'autre.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.