56
Commentaires

Mercy France Inter, ou mercy France 2 ?

Commentaires préférés des abonnés

Merci pour la chronique. 

La non-ressemblance que vous évoquez ne me parait pas flagrante, et je trouve très délicat d'avoir placé la chronique sur ce terrain, y compris dans la communication qu'@si fait de ce texte sur les réseaux sociaux (le tw(...)

Moi j'ai bien l'impression qu'elles sont les mêmes, ce sont les mêmes traits de visages. Seulement, sur la deuxième photo, la mère doit être maquillée (donc effet plus lisse pour la peau) et a du ou changer de coupe, ou mettre une perruque (c'est cou(...)

J'étais scanneriste-couleur dans un atelier de photogravure.


Mon dernier scanner rotatif à tambour, le Hell T-380 était digital : un monstre de technologie.


On travaillait entre autres pour le groupe "Jeune Afrique" 


Au début de notre collaboration(...)

Derniers commentaires

Au moins, cette chanson est tellement nulle qu'elle a toutes ses chances au concours.


Je retiens entre autres dans cette rubrique consacrée à la chasse au scoop ou à la campagne pub de la sortie d'un disque (toutes deux aussi déplacées), cette phrase

"Ah, comme on préfère voir ces images-là, plutôt que les anoraks bleus de la petite troupe de schtroumpfs identitaires, qui ont pris en otage les réseaux sociaux tout le week-end dernier, en montant patrouiller sur le col de l'Echelle..."

car c'est vrai, on préfère voir cette photo d'une petite fille naissant à la vie que celle de cet autre petit bout ramené par les flôts... J'efface les jurons que je viens d'inscrire, à quoi ça sert de maudire ce qui n'existe pas quant on peut maudire un humain de chair et d'os qui collabore activement à l’œuvre de McRon

Tenez vous le verrez dans cette vidéo à 3:11 se rapetisser (tout rabougri comme un personnage caricaturé par Daumier), quand la caméra balaye le banc ministériel où il est assis à l'Assemblée tandis que parle Mélenchon

Quel problème intéressant !  Un enquête rapide pourrait (aurait pu?) lever le doute (if any) sur les photos. D'un intérêt mineur, par contre,  l'appel contre un   nouvel antisémitisme lancé le 21 par Le Parisien..

( Je présente d'avance mes excuses pour le côté un peu bizarre de ce message, pour comprendre en quoi consiste l'expérience que je tente, voir 

J'étais scanneriste-couleur dans un atelier de photogravure.


Mon dernier scanner rotatif à tambour, le Hell T-380 était digital : un monstre de technologie.


On travaillait entre autres pour le groupe "Jeune Afrique" 


Au début de notre collaboration, un rédacteur est venu me voir en catastrophe. Il a du m'indiquer précisément la différence de couleur entre les ethnies africaines. (les lecteurs protestaient)


Certaines ethnies avaient plus de cyan (C) dans le noir(K) ou de magenta (M), ...


Et je devais jongler malgré de très mauvais clichés (Ektas transparents ou photos)


Je voyais la multitude de visages, c'est le boulot, mais les tons de peau, c'était une autre histoire.


De plus, Kodak, le plus gros fournisseur de pellicules, n'avait pas encore fait de charte couleur ni d'équilibrage pour la population noire de peau !!!  Une photo au flash de groupe avec des blancs et des noirs : cata totale !

(Même une pellicule photo peut être raciste. Dingue, non ?)


Et inutile de parler du monde arabe ou asiatique. 


D'autres marques de pelloches s'en sont chargé (Fuji, etc ...) 


Ce problème de couleur se répète aussi, mais moins, en photo numérique sur des appareils "petits prix automatiques"




En passant, les contradictions que révèle ce téléscopage "sentimentalisme à propos de Merci" / "loi Asile et immigration", ça fait fortement penser à ce que disait Teju Cole sur le "complexe industriel du sauveur blanc" ("white savior industrial complex") : https://www.theatlantic.com/international/archive/2012/03/the-white-savior-industrial-complex/254843/


Avec cette sentence dévastatrice : "je respecte profondément le sentimentalisme américain, de la même façon qu'on respecte un hippopotame blessé. Il faut garder un oeil sur lui, parce qu'on sait qu'il peut tuer." ("I deeply respect American sentimentality, the way one respects a wounded hippo. You must keep an eye on it, for you know it is deadly.")

mercy qui ? mercy machin, mercy chose... Qui a-t-elle remercié, exclusivement - d'après les extraits que j'ai entendus) ? Je vous le donne en mille : Dieu... le même qui en fait périr par milliers dans la Méditerranée chaque année.

Serais-je naïf ? Mais je m'étonnes encore de la présence de gros réacs sur le site. Ils doivent être malheureux de voir tous ces articles dirigés contre la propagande des puissants à qui on dit Amen et qui manipulent allègrement l'opinion. Comme ces 8 milliardaires qui possèdent la presse et autres industriels qui nous polluent le corps, l'esprit, l'environnement, qui prônent la régression sociale en nous montant les uns contre les autres, bien à l'abri dans leur tour d'ivoire. Tandis ce que les gens souffrent des inégalités toujours plus criantes. Je peux le dire ici sans prendre le risque, je pense, d'être insulté car ici commentent, j'en suis sûr, une majorité de "bonnes âmes".

Musique, chanson...dans les profondeurs rurales un gars rencontré dimanche, de passage, de gentillesse, sans média, ce que le monde va voir ailleurs......j'envoie

https://www.youtube.com/watch?v=gX4H4iSfPS8


bonjour M. Schneidermann,


je ne réagis pas souvent , mais là j'en ai un peu assez. ... Abonnée à votre site depuis le début, où vous répondiez parfaitement à mes attentes, je suis aussi restée patiente tout au long de la phase de rodage de votre nouvelle version et j'attendais avec impatience la possibilité de pouvoir imprimer la "chronique du matinaute" pour mon mari qui la lit à distance... mais depuis quelques jours je constate qu'il faut maintenant imprimer toutes les photos que vous pensez nous mettre pour illustrer vos propos... Là ça m'exaspère grave car je ne vois pas en quoi cela peut enrichir votre analyse, et la critique média ! j n'ai pas besoin d'un livre d'images pour comprendre et me faire ma propre idée, si non je regarde la télé ... et vous êtes bien placé pour savoir à quel point une photo ou un reportage peuvent être orientés . 

Ceci dit j'use l'encre de mon imprimante pour rien et je préférerai que vous évitiez de remplir l'espace de votre chronique par des photos pour faire joli....


merci de bien vouloir en tenir compte ou de l'ignorer si vous préférez, mais dans ce cas il m'appartiendra aussi de prendre mes dispositions pour ne pas subir votre choix  .

salutations.

adc

Allez, ça se complique : si on en croit ce blog , ce ne sont ni France Inter ni France 2 qui les ont retrouvées.

Et les dates sont floues : quand la maman a-t-elle su que la chanson existait ? Selon les sources c'est très différent.

Ça vaut le coup d'approfondir, parce que le plan com' de l'album semble présenter quelques incohérences.

Le blog est celui du correspondant de France 2 qui a fait l'interview, pas d'incohérence.

Pour la chronologie, de ce que je comprends, il est allé la voir la veille de l'interview avec caméra et c'est à ce moment qu'il lui a montré la vidéo pour la première fois. C'est "rejoué" le lendemain avec la caméra.

Rejouer la scène, c'est déjà moyen, mais en plus, sur France Inter un article affirme que la maman a découvert la chanson en mars.

C'est là.

Si on regarde bien les photos de cet article, présentées comme étant réalisées le lendemain de la 1ęre visite, donc le jour de l'interview, la maman et l'enfant changent de vêtements, dans la campagne, sur un après-midi.

C'est techniquement possible, mais c'est bizarre.


François Beaudonnet,  le journaliste présent dans le sujet du JT de France 2, y affirme le 22/04 " elle n'a pas entendu parler de la chanson", et les images le montrent en train de lui faire découvrir.

Le même, à la même date, écrit sur le blog dont j'ai mis le lien dans un message au-dessus, " ce n'est que depuis peu qu'elle sait que son histoire a été mise en musique".


Ce n'est déjà pas tout à fait la même histoire, et elle ne colle pas avec celle racontée par France Inter.


Y'a un loup, je sais pas lequel, mais le nom de Beaudonnet n'est pas cité sur France Inter et lui ne cite pas les 2 journalistes ( dont celui d'inter) qui ont twitté qu'ils les avaient retrouvées et avaient fait découvrir la chanson. 


Légère impression qu'on nous prend pour des cons, et que le storytelling promotionnel de la chanson de l'Eurovision est plus important que l'établissement des faits.


En plus, on trouve sur certains sites une interview filmée DANS le camp, alors que d'autres disent que c'est interdit...


Je crois que l'équipe d'ASI à du boulot !!! Gros sac de nœuds sur fond de drame humain/ politique internationale/ plan media/ marketing/ chauvinisme/ prétendu " art"/ bien-pensante...

le cocktail est très chargé ! 



A mon sens, le "ce n'est que depuis peu qu'elle sait que son histoire a été mise en musique" est l'aveu implicite que c'est bien France Inter qui l'a déjà mise au courant. (après tout, eux sont clairs sur les dates de la première rencontre).


Sur les questions de photos, de vidéos et d'habits et d'habits, ce serait à vérifier mais je pense que les suppositions suivantes peuvent expliquer les incohérences :

- Les photos avec les habits différents de ceux de l'interview (pour France 2) sont probablement celles de la veille. On voit des barbelés derrière, on est probablement dans le camp. A ma lecture, je les avais prises pour une façon de crédibiliser l'histoire de la première rencontre.

- Pour l'obligation de sortir du camp pour filmer : France Inter ne fait pas de la télé, la séquence vidéo est probablement filmée à l'appareil photo ou autre matériel léger. C'est autrement plus discret qu'une caméra télé, qui aura plus facilement fait tiquer les militaires du camp. 


Mais bon, c'est vrai que c'est un peu croquignolet de voir que France 2 et France Inter nous font l'exact même storytelling avec la visite préalable, la découverte de la vidéo, le témoignage de Taiwo.


Les deux témoignages de Taiwo concordent complètement, ceci dit. Sur le Nigeria, le voyage, l'isolement, l'espoir de pouvoir proposer mieux à sa fille. 

On se demande juste pourquoi une émotion apparement plus forte dans le blog du correspondant de France 2, pourquoi des larmes qui coulent et cette indication qu'elle n'avait pas écouté la chanson, qu'il n'a pas de raison d'avoir inventée.


Alors deux possibilités. Soit elle avait vu et entendu la chanson avec France Inter, mais ne l'avait pas véritablement écoutée, pas l'ensemble des paroles. Auquel cas ce qu'elle dit à François Beaudonnet prête à confusion, mais n'est pas faux.


Ou c'est autre chose. Peut-être que, confronté à la demande d'une certaine histoire par les journalistes, elle accepte de livrer l'histoire et le storytelling demandé, dans l'espoir fou que ça puisse l'aider, elle et sa fille. Difficile de blâmer quelqu'un d'usé, de seul, qui a lutté contre la dépression et espère pouvoir avancer hors d'un camp de réfugiés.


Ah mais, c'est clair que si un jour je blâme un des personnages de cette histoire, elle ne sera pas en haut de la liste.

Toute seule, depuis son camp, elle n'a pas le pouvoir ni les moyens de contacter deux grosses rédactions françaises. Dons, même si à un moment ou un autre on apprend qu'elle a donné dans le storytelling ( avec les motivations bien compréhensibles que  vous mentionnez) une chose est sûre : elle n'est ni productrice, ni réalisatrice du truc. Au pire, elle aura joué son rôle.


Merci pour la chronique. 

La non-ressemblance que vous évoquez ne me parait pas flagrante, et je trouve très délicat d'avoir placé la chronique sur ce terrain, y compris dans la communication qu'@si fait de ce texte sur les réseaux sociaux (le tweet qui annonce la chronique entonne "erreur sur le bébé?"). 


Sur un sujet comme cela, une vérification préalable vous incombait, plutôt que de jeter sur la place publique un pseudo doute, avec une légèreté déroutante, qui régalera en outre tous les complotistes anti-migrants de la place. Soit c'est une info et vous auriez été entièrement légitime à la rendre publique, soit c'est une erreur de votre part et vous deviez nous l'épargner et la garder par devers vous , assortie d'une méditation personnelle tout aussi privée sur votre incapacité à reconnaître des visages africains. Sous-traiter le fact-checking de cette hypothèse me parait manquer de dignité.

Moi j'ai bien l'impression qu'elles sont les mêmes, ce sont les mêmes traits de visages. Seulement, sur la deuxième photo, la mère doit être maquillée (donc effet plus lisse pour la peau) et a du ou changer de coupe, ou mettre une perruque (c'est courant : https://www.diouda.fr/perruque-extension-black-afro/ ). La petite fille, elle, n'a plus ses extensions de mèches.

L'eurovision ça pique les oreilles. Voici un rinçage d'oreilles de circonstance:

Mercy, mercy, mercy.


Et donc, ces deux photos, le même couple mère enfant ou pas ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le lien en début de chronique annonce France Inter mais pointe vers Delahousse, comme le 2ème. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.