191
Commentaires

Mélenchon, pépère, les salopards, et Chypre

L'AFP avait mal entendu. La retranscription de Mediapart était la bonne.

Derniers commentaires

"Enfin pris ou quand le naturel revient au gallop..."

Lamentable analyse .... c a se demander si vous ecoutez et lisez vos propres émissions et vous propres chroniques ?!

A force de vouloir être tjrs dans une prétendue neutralité on en devient non pas neutre mais creux....

Bref je répond juste pour le plaisir car je doute bien que DS lise nos posts.....ou y réponde..

On lache rien !

#ahbravoDaniel
#TLT
Tout le monde se crêpe le chignon pour savoir qui insulte qui, l'a dit l'a pas dit, l'était obligé de le dire, mais pas du tout, et perd de vue l'essentiel: cette décision de l'EUROGROUPE, ou est le loup? Privatiser les pertes et socialiser les profits n'a jamais été le genre de la maison...ça a toujours été le contraire même, alors pourquoi? Visiblement le but a toujours été de la part des 17 salopards de détruire la confiance dans le système bancaire de Chypre, et donc de dynamiter son économie. Le plan A, qui a été rejeté par le parlement, était de leur propre avoeu une idée Chypriote, car ce plan A avait pour seul mérite, à part de socialiser les pertes comme d'hab, de sauver l'économie financière de l'ile qui aurait pu continuer. Le plan B, lui, éradique cette économie et met le pays à genoux, ce que dit Méluche...Alors pourquoi cet acharnement des 17 à détruire une économie? Rappelez vous qu'au départ, y'avait une solution simple: 10 Mds de l'europe, et 6 Mds de Gazprom, et l'affaire était dans le sac lui même dans la poche (de gaz). La mère Angela à crié bas les pattes à Gazprom, le gaz c'est pour moi, et on en est arrivé au plan B...Et voualà la solution sent le gaz, c'est ça le loup... Une fois l'économie du pays détruite, on pourra négocier l'exploitation des gisements pour une bouchée de pain... Etonnant non? aurait dit Desproges...
C'était la minute nécessaire de M Cyclopède..
@ D.S:
Ne serait-ce qu'oser critiquer la forme du discours du Grand Timonier pour en discuter l'efficacité aux yeux des destinataires (c'est à dire nous TOUS et pas seulement les encartés au PG), voilà ce que ça vous rapporte : une volée de bois vert bien méritée...Pas touche au Guide infaillible !
(Question : Vous attendiez-vous à tant de posts vous jetant aux poubelles de l'Histoire en écrivant cette rubrique qui se voulait, on le sent bien, équilibrée et même un brin trop prudente ?)
La pensée, ça divise. C'est dans sa nature, parce qu'elle crée des catégories et des classements. Un discours qui ne divise pas est un discours creux; un discours de communicant. C'est intinsèquement de droite, parce que ça réserve la pensée, la vraie, la robuste, aux experts de la chose.
La parole médiatique est un sirop qu'on verse dans son café le matin pour adoucir l'agression du réveil. Elle ne dit rien, elle babille, elle répète, elle touille, et par dessus tout elle empêche la pensée. Quand tu sors d'un "débat" médiatique, 99 fois sur 100, tu te sens con. C'est conçu pour ça. C'est une arme de ramollissement massif. Mélenchon propose une tactique stendhalienne: le coup de pistolet dans le concert, pour faire ressurgir la conflictualité au bon endroit, pas dans le buzz, qui est la marge, mais en plein dans la page, qui est le projet politique; ça marche, ou pas. pour ce coup là, on verra.
Discutons donc: le PS est-il, ou non, dirigé par des gens dont la pensée et/ou les intérêts sont attachés par mille liens aux puissances économiques? On a le droit de penser que c'est nécessaire, qu'on ne peut pas gouverner démocratiquement si on n'établit pas ce compromis avec le capitalisme. Mais il faut le dire de façon absolument claire et accepter de se faire rentrer dedans tout aussi explicitement à ce propos. Ce qui est insupportable, pour nous autres critiques du capitalisme (et le spectre est large!), c'est la chanson à double texte du PS. Des militants et une partie des élus qui se vivent encore comme de vigoureux ennemis de la mainmise des affaires sur la politique, dirigés par une équipe qui admet pleinement, dans la réalité de ses décisions, la légitimité de cette puissance. C'est ça qui nous envoie dans le mur, et empêche la question du projet politique de se poser clairement. Nous voulons quoi, en fin de compte? nous faire "protéger" par les second couteaux du libéralisme, façon clientélisme sicilien, ou prendre en main, en gros et dans le détail, l'orientation, l'organisation et la gestion de notre propre vie collective? Il faut décider vite, parce que le bren prolifère en ce moment sur les ambiguités.
Ah oui !....Au fait , D.S. , que faire pour Chypre....? Comment ...? C'est pas ton rôle de repondre..? Ah oui....c'est vrai .....c'est pas ton rôle ! Ton rôle , c'est qu'on se pose tous la bonne question....Merci , merci , merci.....Que deviendrait-on sans D.S.....?
[large]Sur Canal +, le Grand Journal du soir est sur la même ligne que D.S du matin. Mélenchon n'a pas dit: "blabla"; il a dit "lablab" Ah que c'est bon d'être main stream de temps en temps ! Surtout quand Mediapart fait de l'ombre. M'enfin, quel mal y a-t-il dire qu'il fait beau quand le soleil brille?[/large]
Cher Daniel,
Votre sens du décalage matinal permanent pour être finalement toulours au bon endroit de la pensée et éviter les coups devient agaçant ; Il n'y a plus de place dans le contexte actuel pour la défausse. Ceci même, voire surtout, pour les intellectuels exigeants comme vous. Les coups pleuvent, on en donne, on en reçoit, dans les syndicats, au Front de Gauche ou ailleurs ...mais jamais nous pouvons nous sentir "insultés" par ceux qui incarnent notre colère, qui la portent dans l'arène médiatique et ce, tous les jours ; Vous faites de l'esprit à l'heure du café... C'est parfois bien. Mais s'il vous plaît, ne ressentez pas à notre place, à moins que vous soyiez publiquement encarté au FDG alors on pourrait partager nos ressentis de militants et sympathisants. A un moment donné, à force de vouloir être "hors de la boîte", c'est votre souhait pour mélenchon, c'est ce que vous faites d'ailleurs depuis quinze ans à ASI, on se retrouve hors de la réalité, hors des frottements de la société, à l'abri certes, des coups, mais dans un confort modeste, sans ambition, comme l'est par exemple le mobilier de votre studio.
Coup de grâce final du" très très vite dit" vers...euh... 9H19 : vous finissez par "Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici." Moscovici lui, cher Daniel, ne s'est pas posé la question de savoir s'il était plus facile de se moquer du peuple chypriote que d'incarner un socialisme du XXIème siècle. Les miltants socialistes se sentent-ils insultés eux ?
A demain matin... vers 9h15...
Perigo
"Le plan de sauvetage élaboré pour Chypre représente un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires de la zone euro et d'autres pays pourraient devoir restructurer leur secteur bancaire, a prévenu lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe" (La Tribune)

C'est donc maintenant clair : ce qui semblait incompréhensible à la plupart des observateurs, un marteau pilon (cette mesure aberrante de taxation des dépôts au premier euro) pour écraser une mouche (7 milliards, même pas deux kerviels !) et la conséquence évidente, le dynamitage de l'économie chypriote, étaient largement prémédités.
Il s'agissait de tester in vivo l'instauration d'une dictature de la Troïka sur l'ensemble des pays de la zone euro. Les peuples européens savent maintenant l'alternative qui leur est proposée : l'enfer ou l’insurrection.
Enfin, un focus sur la vulgate inutilement agressive de Mélenchon . Les outrances dont Mélenchon est de plus en plus coutumier ne remplacent pas une argumentation respectueuse de l'interlocuteur. Revenons à l'émission Arrêt sur Images du 11 juin 2010 dans laquelle Attali et Mélenchon sont invités. Entre 13'52" et 15'37", Une simple remarque de Daniel Schneidermann sur le fait qu'Attali n'est pas marxiste lui vaut un déluge de remarques acerbes et déplacées où Mélenchon se défoule allègrement. Petit florilège du verbe mélenchonien:" Très, bien, on s'en fout!."; " Vous m'interrompez au milieu d'une démonstration pour pinailler sur un mot" ; " Ne faites pas de remarques, c'est pas intéressant" Et de relancer inutilement la courte algarade qu'il a lancée tout seul. J'invite les pros et anti-mélenchoniens à regarder attentivement cette courte séquence, c'est édifiant.
Invectiver n'est pas argumenter. Il serait temps que Mélenchon utilise ses qualités de tribun pour autre chose que la vaine polémique. Tout cela me rappelle Marchais dans ses grandes heures, trublion politique dont d'ailleurs Mélenchon se revendique.
J'approuve complètement le billet de Daniel qui pointe opportunément les dérapages populistes de Mélenchon.
A j'adore ce forum, D. S. a lancé un bel appeau à trolls et tout le monde a dégainé comme un seul homme. Disclaimer, j'ai voté pour Mélenchon au premier tour de la présidentielle mais en n'étant pas d'accord avec son programme économique. Je ne crois pas au caractère révolutionnaire de ces propositions économiques. Je vérifiais mes souvenirs sur le chiffrage de son projet économique et les grands axes et il est bien conforme à mes souvenirs.
A mon avis, la gauche fait une erreur fondamentale en pensant que la crise est le résultat d'une main mise de la finance. Du coup, elle attaque frontalement celle-ci qui nous tient par les ****** depuis un bon moment. La finance a certainement jouée sa partition pour mettre en place le problème actuel mais en pratique il y une erreur sur la cible. Je veux dire par là comme O. Berruyer le dit sur son blog de manière régulière la création de richesse des pays occidentaux baissent depuis 40 ans de 1 % par décennie (si on prend par habitant pour le cas des EU) et la finance n'a rien à voir avec. La question maintenant est de savoir comment gérer l'économie sans croissance contrairement à l'époque où l'ensemble des acquis sociaux ont été mis en place. (rappel : il n'y avait quasiment pas d'excédent dans le budget de l'état avec 5 % de croissance) De plus, j'espère que cette situation avec une croissance 0 va durer le plus longtemps possible mais j'ai de fort doute là-dessus.

Je mets quelques réflexions sur les réactions du FdG face à l'actualité récente.

Je suis assez surpris que personne ne trouve suspect qu'au même moment en France, une usine de pneus, de voitures et une raffinerie ferment et personne ne se pose la question du lien qui unit ces outils. Je veux dire actuellement plus personne ne parle de délocalisation mais bien de fermeture. Bien sûr, je trouve admirable la défense de l'outil de travail mais il est peut-être temps de se poser de bonnes questions sur son usage et sa finalité. ( Pas très révolutionnaire sur l'analyse économique le Front de gauche)

Je suis toujours surpris que la gauche est toujours contre les mesures tarifaires de dissuasion sous prétexte qu'elles sont inégalitaires. Le refus de voter le bonus malus sur la facture électrique est exemplaire de cet aveuglement. On peut au moins tirer de la taxation du diesel cet enseignement. Le seul moyen disponible pour changer les comportements se situent au niveau du porte-monnaie, on peut le déplorer mais c'est un fait. ( Pas très révolutionnaire sur le social voir très archaïque.

Comme cette polémique sur la troisième classe dans les trains qui rappelle une autre époque où les anglo-saxons en pleine crise d'approvisionnement sur le charbon proposaient ce genre d'idée. Oui je sais c'est loin le 19 ième siècle ; en même temps quelle idée de vouloir tous voyager à plus de 300 km/h.

Je me souviens avoir entendu quelques voix soutenant nddl à gauche ( et oui les aéroports donnent du boulot) malgré le fait que seulement les 2 premiers déciles de la population prennent l'avion pour leur loisir.(d'ailleurs quelle position du FdG sur le grand Paris, Lyon Turin)

Je pense que les allocations familiales vont être l'objet d'une belle levée de bouclier. Pour ma part, j'aurais été pour la fin des allocations au delà du deuxième enfant. Après tout les enfants tombent plus du ciel depuis 2 013 ans et la contraception existe. Les parents doivent assumer leurs choix. ( l'argument = fait des enfant pour payer les retraites est idiot surtout si les enfants n'ont pas de quoi se nourrir eux-mêmes). Donc pas d'idée révolutionnaire la dessus non plus du côté de chez Mélenchon. Par acquis de conscience je suis allé voir même logique que les autres.

Allez, je vais même faire de la provocation, je suis pour une défiscalisation du travail pour aller vers une fiscalisation de la consommation d'énergie. D'ailleurs une fiscalité écologique sur les produits d'importations (voir l'idée proposé par Coutrot dans une émission) seraient révolutionnaire et légale vis-à-vis de l'ensemble des engagements de la France OMC Europe, après il faudra expliquer que les dernier i phone coutera X euros plus cher bon courage.

Globalement, je reproche toujours à la gauche la même chose. Elle manque de pragmatisme et veut faire correspondre son idée au réel. Je suis donc assez d'accord avec D.S., les rodomontades de Mélenchon sont contre-productives auprès du grand publique et permettent de donner du grain à moudre aux médias dans leur activité favorite la polémique creuse (je précise, je suis désolé de ne pas pouvoir pleurer sur les chypriotes (un peu comme les irlandais) qui choisissent des gouvernements qui permettent l'évasion fiscale : pomper l'activité économique des autres à des conséquences. D'ailleurs je pense qu'ils ne viendront pas pleurer sur les français quand 30 ans de dettes nous tomberont dessus. Une petite concession, ils auraient dû rincer les actionnaires des banques et je rappelle que Chypre est un paradis fiscal depuis les Croisades http://www.youtube.com/watch?v=dk06ehbr8RI )

La gauche est figée dans son discours avec l'accroissement du pouvoir d'achat et ces espoirs de retour à la croissance comme l'ensemble de la sphère politique. Pour finir, il faudra un jour accepter le fait que le smicard est actuellement "riche" si on définit la richesse par la capacité à se payer des services : il peut se payer une voiture de plus 50 cV, chauffer plus ou mois son logement au dessus 17 ° C, téléphoner, se payer une Télé pour regarder les anges sur NRJ 12. Un tas de trucs que Louis XIV n'aurait jamais pu se payer alors qu'il disposait de plus d'or que le smicard, et je précise ceci n'a rien à voir avec un quelconque progrès technique.

PS : comme tous les ans, j'espère que vous avez passé une heure dans le noir samedi (belle hypocrisie l'éclairage étant ce qui consomme le moins d'électricité, comme dirait Coluche "j'ai commencé un régime, je mange plus de pain avec les nouilles" ) ; comme quoi il y a pire addiction que le tabac pour lequel on s'engage pour une journée sans tous les ans. Enfin, j'attends toujours la milliseconde sans pétrole. Personnellement, j'ai essayé la semaine sans chauffage (j'ai gardé l'eau chaude sanitaire, je précise) et c'est dur (même dans le sud de la France en Mars).
Sinon, la réponse de Delapierre, quand même...

http://www.francoisdelapierre.fr/a-propos-de-moscovici-et-des-salopards/
[quote=DS]"Doit-on se préparer à commenter la tête qu’aura "pépère" dans son cercueil le moment venu ? Devra-t-on alors commenter l’état de ses cheveux implantés et celui de ses rondeurs ?" s'est-il interrogé, en réponse au ministre Victorin Lurel, qui avait risqué quelques plaisanteries inoffensives sur la dépouille de Chavez.

Pourquoi ce sont "des plaisanteries inoffensives" venant de Lurel, et des attaques personnelles venant de Mélenchon? Alors même que Mélenchon ose ces attaques (de mauvais goût) pour mettre en évidence le mauvais goût des plaisanteries de Lurel.

[quote=DS]Il reste que, si une poignée de journalistes, et le PS, ont démarré si vite sur l'accusation d'antisémitisme, c'est parce que Mélenchon, dans les dernières semaines, a, comme on dit "radicalisé son discours".

En gros, c'est de sa faute, l'avait qu'à pas devenir méchant? Est ce que c'est mal de "radicaliser" son discours, indépendamment des motifs tout à fait légitimes qu'on pourrait avoir? Est-ce que ça mérite l'accusation d'antisémitisme?

Non, décidément, plus je relis ce 9.15, plus je le trouve spécieux.
Juste une question, comme ça...

Si Mélenchon et le PG s'étaient contenté d'un congrès fait de longs discours policés, argumentés, de longs débats posés, permettant d'aborder toutes les complexités des sujets qui nous préoccupent actuellement, sous différents angles, avec mesure et précaution, est-ce que les chaines d'info, Apathie, Quatremer, Arrêt-Sur-Images, les journaux de 20h, auraient relayés ses discours, ces débats, avec le même empressement ?

Mélenchon et le PG ont-ils le choix de faire autre chose que d'employer l'artillerie lourde pour se faire entendre ? Bien sûr que non ! On sait très bien que s'ils respectaient les bonnes manières médiatico-politiques, ils seraient totalement ignorés, étouffés par le ronron du discours dominant. Ils auraient droit à un sujet de 2 minutes sur les chaines info, et encore...

Le fait est qu'il est impossible de porter un discours différent sur l'Europe, l'Euro, le système financier international, si on gueule pas bien fort, si on ne renverse pas la table !
Il se trouve que je suis tombée, par hasard et sur LCP (merci à eux) sur le discours (intégral et sans commentaires sarcastiques) de Mélenchon au Congrès du Front de gauche. Les attaques politiques nominales (c'est différent des attaques personnelles) il les assume résolument, en expliquant que les structures qui broient nos vies ne sont ni sans noms, ni sans visages: que des hommes les portent, ces structures, ces décisions, ces projets. Que Moscovici fait partie de ceux qui les ont soutenus. Il exprimait quelle blessure c'était pour lui de se voir accusé d'antisémitisme, pour une attaque très politique (tenir davantage compte des intérêts de la finance que de ceux de la France). Il expliquait aussi l'expression des "17 salopards" alors même qu'il n'en était pas l'auteur.

Du coup, ça fait tout drôle de voir la différence entre ce qu'il a vraiment dit, la manière dont il l'a argumenté, le contexte dans lequel il l'a inséré... et ce billet qui a tous les défauts des commentaires "mainstream" habituels, la réduction à quelques mots, quelques "insultes", une ou deux "petites phrases" et, in fine, l'inévitable accusation ou la simple insinuation de dérapage antisémite.

Inversement, l'argumentation de Moscovici me semble un peu faible: on peut avoir des déportés dans sa famille, se sentir profondément Français, et se laisser séduire par la finance, il n'y a ni lien, ni incompatibilité entre les deux.
Un congres du PG ces trois jours ci et la seule chose qui ressort dans les medias: Delapierre a traité mosco de salopard et melenchon le soutient, en marge une polemique debile sur l'antisemitisme de Melenchon (ça change, certains proches du FN le disaient sioniste).Merci Daniel de nous avoir montré que le systeme mediatique auquel vous appartenez pleinement par le biais de ce 9:15 nullisime d'aujourd'hui, fait tout ce qu'il, peut pour ne pas informer la population sur nos idées et nos positions mais on le savait deja.
Militant PGiste, je peux vous dire qu'on ne parle pas de salopards à propos des faux socialiste-vrais liberaux qui nous gouvernent, non, entre nous on emplois plutot le terme d'en..lés; ils ne sont pas nombreux les notres qui votrons à nouveau pour un type du PS, et l'unanimité de mes camarades du front de gauche local pense que la politique du gouvernement actuel est plus à droite que celle menée par sarko en son temps, avec l'hypocrysie de se dire de gauche par dessus le marché.
Nous n'avons pas de mal à connaitre les propositions concretes parce que ce n'est pas dans les medias pourris que nous cherchons l'info et en outre, tant mes camarades du PCF que ceux du PG, sommes fiers des paroles de Melenchon qui sont en phases avec ce que pense la base militante.
Faites votre metier, montrez l'enfumage mediatique, denoncez le neant de l'information de masse et n'y participez pas; votre role est de faire l'analyse du traitement de l'info et non critiquer tel ou tel propos.
Laurent Joffrain, sorts de ce corps!
Allons, faites Buzzer cette video les amis, Nostradamus
Bravo DS pour cette chronique tout en 2e degré.

Ce n'est pas aussi fin que du Strumpfenstein (c'est le vrai nom d'Aloys von) mais ça suffit largement pour
faire le buzz ici.
Ce serait chouette de passer à la partie chiante de la chronique, soit après les 28 premières lignes ;

[quote=Pierre Sarton du Jonchay]Avant que la réalité ne devienne trop visible et pendant que les « autorités monétaires internationales » discutent leur « story telling », les banques chypriotes mettent à l’abri les avoirs de leurs meilleurs clients dans les banques en euros qui ne sont pas domiciliés à Chypre. Ces transferts de fonds sont absolument indétectables puisqu’ils consistent à réécrire des contrats de dépôt non écrits où le compte est géré par un ordinateur qui n’est plus à Chypre mais à Paris ou Francfort. Alors qu’en réalité l’ordinateur est à Bangalore, à Singapour ou sur… mars !

L'article complet est ici.

Les oligarques russes doivent avoir des crampes d'estomac à force de rire autant, encore une victoire de [s]conna[/s] de l'Europe.
Bonjour à tous,

monsieur Scheidermann,

je vois que les interventions précédentes du forum ont épuisé la substance ce que je voulais exprimer. A savoir, que participer aux commentaires superflus sur un exrait tronqué et même pas prononcé par monsieur Mélenchon lui-même, cela ne vaux rien. C'est la vacuité médiatique par excellence: on y apprend rien d'utile, en tant que citoyen. J'ai ainsi eu l'impression de lire une "news Yahoo". [sub]Paf, ça c'est envoyé.[/sub]

Enfin, comme d'autres, je n'ai pas apprécié le passage sur "l'insulte aux électeurs [de Mélenchon]". Je tenais à le préciser. Non, vraiment, je me sens insulté par votre chronique, mais pas par le discours de monsieur Delapierre.

Sincèrement,

Matthieu S
Très bonne chronique de Didier Porte (hélas pro-Mélenchon notoire) sur le sujet aujourd'hui même visible ici.
Lu sur Mediapart :

"Au passage, j'admire le coup de pied de l'âne de nos camarades d'Arrêts sur images, qui décrètent de leur côté en toute simplicité que j'organise la «riposte des pro-Mélenchon», et qualifiant mon précédent billet de «contre-feu»… C'est à se décourager de chercher la vérité des faits, comme dirait l'autre…"

Et PAF !
[quote=Daniel]"Sur Chypre, par exemple, et sur ces banques où se trouvent à la fois l'argent des petits déposants, et les fortunes des oligarques russes, que faire ?Quelle politique mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici."

Facile de dire que Melenchon se contente de se moquer Moscovici, pour se dérober facilement à ces questions. Comme si il les évitait dans son discours. Sauf que non mais encore faut-il l'écouter. La réponse peut ne pas vous plaire, vous paraitre impraticable ou fumeuse mais il ne se dérobe pas à la question. Je ne me sens aucunement en tant que sympathisant du FdG insulté par Melenchon, mais peut être parce que j'écoute ce qu'il dit au lieu de me contenter de ce qu'on dit de ce qu'il dit.

[quote=Melenchon]L'affaire de Chypre a été un franchissement. Je m'exprime devant vous en responsable politique qui se propose de gouverner le pays. Je suis avec mes camarades du PG et du FdG dans l'obligation sans cesse de m'exprimer de cette façon. Je suis obligé de dire ce que je ferais avec mes camarades du FdG si j'avais à affronter cette situation si c'était notre gouvernement qui avait été aux affaires au moment où la discussion a eu lieu à propos de Chypre. Nous serions partis du raisonnement suivant, le seul qui vaille quand on est un universaliste et un internationaliste, quand on pense en français (et je m'exprimerai dans un instant sur ce que cela veut dire), qu'on est d'abord soucieux de liberté, d'égalité, et de fraternité, qui constituent le cœur de l'identité française ,et le seul. Alors quand une mesure est proposée, on ne l'accepte qui si l'on pense qu'on l'accepterait pour soi, autrement dit on ne trouve pas que quelque chose soit bon surtout pour les autres , si ça ne l'est pas surtout pour soi. Ceux qui acceptent ce qui a été fait à Chypre l'acceptent demain le cas échéant pour la France. Je préfère dire que dans cette hypothèse et si c'est nous qui gouvernons cela ne sera jamais accepté quelque qu'en soit le prix.....etc »
On n'a pas droit à cette chronique sur Rue89 ?
Je comprends rien...
Ne fait-on pas à Chypre ce que préconise Mélenchon, on ne touche pas à l'argent
des pauvres (ceux qui ont moins de 100.000 euros), et on prend jusqu'à 40% de ce
qu'ont les plus riches.
A mon avis c'est excellent comme mesure, maintenant ceux qui mettent leur argent
dans un paradis fiscal savent ce qu'ils risquent !
Bon OK on ferme la banque Casino et les croupiers vont se retrouver au chômage...
mais tous les emplois sont-ils défendables?
Je suis affligé par la chronique de Daniel Schneidermann et j'ai la désagréable impression qu'il participe par ce texte à pointer la radicalisation verbale de Mélenchon pour mieux éluder la radicalisation à laquelle elle répond, celle de la Troïka envers le peuple chypriote, bien plus dangereuse pour la bonne santé de nos démocraties.

On se peut se contenter de rester à la surface des choses, faire de grands discours sur la forme, mais ce qui compte avant tout, c'est le fond. Or ce fond est constitué avant tout d'actes, de faits, de décisions politiques prises par des responsables qui parlent au nom de nos démocraties. Ils ont des visages, des noms, des adresses et... des responsabilités. Des responsabilités à l'égard de l'intérêt commun, à l'égard des peuples et à leur souveraineté à laquelle les politiques donnent corps par leur acte. Il y a un réel débat à mener sur ce terrain là, bien plus sérieux et urgent d'après moi que ces leçons de politesse et de savoir vivre promulguées par une poignée de médiacrates.

Or quand ce débat de fond est édulcoré, ignoré, travesti, confisqué, empoisonné par la langage des " réalistes ", des bien pensants, Mélenchon agit comme un anti poison sur la scène médiatique.

Je me souviens d'une émission d'@si où Mélenchon faisait référence aux Cyniques de l'Antiquité. Michel Onfray a écrit un très beau livre sur leur courant phylosophique. Il y expliquait que leur démarche provocatrice et radicale avait pour but de " dénuder les chimères ".

Je crois que c'est exactement ce que fait Mélenchon. Son discours " dru et cru " dénude les chimères du néo libéralisme qui jouit d'une totale impunité en Europe grâce au déni des " réalistes " autoproclamés. Cette impunité n'existe que grâce à l'inertie des peuples à ne pas prendre en main leur destin. Mélenchon joue le rôle d'éveilleur de consciences ankylosées par la résignation. Il veut redonner confiance au peuple, pour qu'il agisse non pas pour l'intérêt de quelques uns mais pour l'intérêt de tous. En ce sens, il fait sien la pensée d'Etienne de la Boétie :

" Soyez résolu de ne plus servir et vous voilà libre ".
D'accord avec Daniel, bonne analyse. Mélenchon est en train de se faire balader par Solférino qui est en train de réussir à "refermer le cercle de la raison" comme dirait Acrimed. S'ils commencent à le traiter d'antisémite maintenant, qu'est-ce que ce sera quand le PG se mettra à discuter de l'euro, ce qu'ils sont en train de lancer... Les deux réunis et Mélenchon ne sera plus audible.

Là où le Mélenchon et le PG ne sont pas du tout responsable, c'est qu'il ne représente pas que lui même et son parti, mais 4 000 000 de personnes, qui attendent un projet de société (je pense sincérement que DS a lu "l'humain d'abord") et une analyse des faits à l'intérieur de l'espace médiatique. les spécialistes de pol. que nous sommes n'ont pas de soucis pour comparer des projets de sociétés en se docmentant,, mais pensons aux socialistes et écolos déçus et à tous ceux(ouvirers, employés, cadres au bord du burn out,..) à qui un projet de société "socialiste" ferait du bien... Est-ce que la guéguerre entre Mélenchon et les socialos est bien digne de tout ca ?

Je crois que tous ceux qui tapent sur DS dès qu'il parle de Mélenchon (Libé, papier chavez/méluche ou ce matin) se gourent. Moi, ca me fait du bien de lire ses CRITIQUES CONSTRUCTIVES et finalement AMICALES du leader du FdG.

Est-ce qu'on va retomber dans le vieux délire du tribun inattaquable parce que parfait (ce que les forumeurs d'@si semblent être) ? où alors on "attends pas les consignes" et on se permet de critiquer de façon constructive la personne qui a symbolisé les idées dont nous sommes les plus proches afin de garder un "contrôle" une "veille" citoyenne sur ceux qui nous représentent ?

bref,
merci DS de faire le job.
Je n'avais pas vraiment compris en quoi ce que pointe Daniel sur cet article était négatif - par exemple, l'ironie sur "pépère" qui n'était qu'en réponse a une phrase irrespectueuse d'un autre. Je suis assez soulagé de voir que je ne suis pas le seul dans l'incompréhension, et espère moi même une plus grande "prudence" dans l'interprétation de certaines phrases et dans l'utilisation certains clichés. Par exemple, il parait aujourd'hui naturel de dire que quelqu'un qui n'a pas dans les 10 jours fait le buzz sur ses propositions via twiter ou autre n'a pas de programme... J'imagine que des propositions existent, et sont écrites quelque part... Il faut juste les chercher, ce qui relève du journalisme, non? J'ai pris un abonnement ASI pour justement pouvoir ne pas me faire avoir par ce genre d'interprétations fumeuses, pitié, ne vous y mettez pas....
Quelle chronique incompréhensible ! Vraiment c'est un bêtisier, c'est pas possible ! Mélenchon est juste quelqu'un qui parle de manière emportée et caustique, maniant volontiers le pamphlet et la caricature, alors après on n'aime ou pas ce style, mais c'est celui qu'il a depuis le berceau, je ne vois pas ce qu'il y a de foncièrement nouveau, dérangeant ou révoltant. Là, Daniel, vous faites clairement preuve d'un regard engoncé dans une vision 'critique media', analysant froidement Mélenchon comme un animal médiatique à petites phrases, alors que c'est juste sa nature, son caractère à fleur de peau qui forcément monte en gradation quand la situation sociale et politique s'empire.
L'heure n'est plus à la tiéditude :-D
Ainsi il faudrait que Mélenchon se calme, modère son propos, s'attiédisse pour mieux combattre un système et la violence qu'il inflige à une bonne partie de la population. Peut-être tous les commentateurs aussi critiques à son égard n'en sont pas victimes eux mêmes ? Je l'ignore mais s'ils la subissaient dans leur chair peut-être ne désapprouvaient-ils pas autant l'attitude de Mélenchon dont je ne partage pas toutes les idéees. Peut-être Mélenchon est-il plus capable que d'autres d'empathie, de révolte et de colère. Dans cette guerre économique menée contre les peuples c'est une chance de voir surgir des politiques comme lui, capables de monter au créneau pour la dénoncer. Il dérange et c'est bien, il est capable d'excès mais je préfère ses excès à l'indifférence au sort des peuples qui ressort de tous les commentaires politiques. Il serait plus correct qu'il supplie poliment M Hollande de mener la politique qu'il avait promis pour se faire élire et que ferait Hollande ? Vous le savez aussi bien que moi, sauf à vouloir ignorer que tout est rapport de force, que l'écomie est violence.
Un mélenchoniste modéré, est-ce que cela existe ?
Houlala! Dire le mot salopard c'est pas bien!
J'ai l'impression que ceux qui viennent commenter le vocabulaire de Mélenchon n'ont qu'une envie, surfer sur le buzz. Alors Daniel, on s'est senti grisé par le buzz avec Patrick Cohen et on en redemande?
En attendant, on ne parle pas des 48% du FN dans l'Oise. On ne s'interroge pas sur la cause de l'élimination du PS au premier tour. On n'envisage pas que la politique menée par le gouvernement puisse avoir un quelconque lien. On fait semblant ne pas voir que le casse de Chypre ne fait qu'empirer la défiance des peuples contre leurs dirigeants, et pas que en Grèce. En qualifiant Mélenchon d'antisémite et ne donnant pas de consigne vote contre le FN, à quel jeu joue le PS?

Blâmons Mélenchon et le Front de Gauche de ne pas résoudre la crise européenne, et oublions les vrais responsables de la catastrophe vers laquelle nous nous précipitons un peu plus chaque jour!
Bonjour
Ce matin Daniel vous êtes au niveau de Quatremer et d'Apathie. Belles références !!!
"Ce matin je me présente devant un guichet automatique pour retirer 120€ pour payer le mécano ( il accepte pas de chèques ) , mais je ne pouvais pas car J'ai le droit qu'à 100€ par jour, (alors que je sais que j'ai un dépôt chez la banque assez confortable gagné grâce à mon travail ), j'ai crié AH LES SALOOOOPARDS !!! "
C'était une journée ordinaire d'un chypriote , et qui sera peut être la mienne si personne ne les dénoncent !
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS
SALOPARDS.
Ah qu'il est difficile, qu'il est scandaleux d'admettre que Mélenchon n'est pas un homme politique comme les autres, qu'en un sens il a plus de droits que les autres, que la vie politique ne se résume pas à la juxtaposition plantuesque des opinions...
Pffff....
Expliquez-nous, DS, cette nouvelle aversion pour Mélenchon. Que vous a-t-il fait?
Il y a quelque temps, vous preniez le temps d'écouter ce qu'il disait, de lire ce qu'il écrivait.
Et maintenant, vous rejoignez les guetteurs de dérapage, en ne retenant de son discours que les morceaux tronqués par ses adversaires.
Par ailleurs, en ce qui me concerne, pour l'accusation d'antisémitisme, l'affaire n'est pas close. En particulier quand ASI continue à diffamer Théodorakis. Ce que je comprends chez un Copé (que je méprise profondément), mais me révulse ici.
non, mieux vaut tout casser, et ça va venir.
Ah Daniel,

Apathie et Quatremer, les socialistes ont eu tort, mais ils avaient un peu raison d'avoir tort.

un raisonnement digne des personnages de Faulkner spécialement dans "l'intrus".

Je veus bien cesser d'être (raciste, antisémite, anti arabe..anti pauvre anti-mélachon, anti communiste. .- encadrez la motion que vous voudrez..) mais c'est eux qui persistent à vouloir être (nègres, youpins, bicots, hargneux , cocos...).

Oui ça se radicalise, mais la politiques est là pour canaliser la violence en mots et paroles, eh oui ça fait mal, mais ça vaut mieux que tout casser.
Jean Quatremer n'a pas finit son autocritique il me semble. Il doit se repentir de tous ses pêchés enduit de goudron et de plumes, tout nu sur le rond-point Schuman . :-p
Cher Daniel,

C'est une plaisanterie ? Vous avez voulu faire le rigolo, vous vous êtes dit, "vu le tas de mélenchonistes effrénés qu'il y a parmi les asinautes, je vais faire mon petit effet bien connu, l'effet du contre-pied, etc.". Soit dit en passant, il commence à vieillir, votre petit effet...

Mais venons en au fond de votre réthorique apathienne du jour. C'est toute la "communauté" des sympathisants FdG qui devrait se sentir insultée par la radicalité de Mélenchon-Delapierre. Ah bon ? Merci de nous avoir quand même épargné "c'est la République qui est insultée, à travers l'insulte au ministre", ça aurait fait trop copier-coller depuis les déclarations umpistes de ces derniers jours. Avant de vous prononcer sur ce que doivent ressentir les sympathisants du FdG, et même les gens de gauche tout court ou les gens tout court, voudriez-vous bien vous souvenir que nous sommes quelques-uns, de sensibilité diverses, à avoir voté pour F.Hollande en mai ? Pourrait-il vous venir à l'idée que, sans être un inconditionnel du FdG, nous puissions aussi être un certain nombre à nous sentir copieusement insultés par la veulerie d'un ministre des finances socialiste qui ne voit pas de scandale dans la manière dont se règle le sort de Chypre, comme nous nous sommes déjà plusieurs fois sentis copieusement insultés par les rapports Gallois, l'ANI, la disparition du projet de droit de vote pour les étrangers, et des tas d'autres babioles sans importance dans ce genre ?
Vous qui veillez parait-il attentivement au monde des médias, vous n'aurez pas pu manquer que Mélenchon comme de nombreuses voix de gauche (Filoche, par ex., dans une tout autre stratégie) s'évertuent depuis maintenant plusieurs années à mettre en garde contre la tentation d'une politique de gauche qui dérive vers le centre et la droite. Avez-vous le sentiment que ces paroles soient bien entendues ? Vous le savez très bien : ne sont entendues que les répliques extravagantes et sensationnelles. Et les 17 salopards, c'en est une. L'argumentaire qui la sous-tend est beaucoup plus captivant et nuancé que son "slogan", mais sans celui-ci, il n'a même pas une seule chance d'atteindre d'autres cibles que celles qui sont acquises d'avance à la cause, sympathisants, militants, etc.

Quant aux lignes sur "pépère", Daniel, vous êtes décevant. Vous faites avec ces propos de Mélenchon précisément ce que vous avez reproché aux médias (à juste titre) de faire avec Lurel. Lurel a repris la "doxa" journalistique voulant que Chavez soit un dictateur en la détournant ironiquement. À aucun moment il n'a fait l'apologie de la dictature, comme n'importe qui le comprend. C'est pareil lorsque Mélenchon s'offusque des mots déplacés de Lurel à l'encontre d'un cadavre : il reprend le même champ lexical à l'endroit du président actuel, chez nous, afin de bien faire sentir le ridicule des propos de Lurel. C'est une leçon de communication par l'absurde. Il faut vraiment être d'une mauvaise foi appuyée, pour faire semblant de croire autre chose.

Faudra pas vous étonner si Apathie finit un jour par citer élogieusement vos chroniques sur son Blog ou sur Canal...
Cher Daniel, vous me decevez. D'habitude vous êtes meilleur que ça. D'abord :
"Il n'est pas certain que même la version fausse de l'AFP justifiait l'énervement du week-end mais ne faisons pas les difficiles, l'incident est clos."
Certainement pas. Alors que le PG tenait Congrès, nul compte n'est tenu de la qualité des débats et des interventions, nul compte n'est tenu de l'écosocialisme, de l'internationalisme ou de quoi que ce soit qui a bien pu s'y dire. Non. Seulement de la calomnie qui tourne en boucle. L'incident est peut-être clos dans les médias, mais pas dans la bouche des gens, et fait beaucoup de dégats, et vous le savez très bien.


"Puis lors des obsèques de Chavez: "Doit-on se préparer à commenter la tête qu’aura "pépère" dans son cercueil le moment venu ? Devra-t-on alors commenter l’état de ses cheveux implantés et celui de ses rondeurs ?" s'est-il interrogé, en réponse au ministre Victorin Lurel, qui avait risqué quelques plaisanteries inoffensives sur la dépouille de Chavez. Quel est le sens de cette phrase ?"
C'est pas bien compliqué à deviner pourtant. Il suffit de lire la fin de la phrase.

"Et maintenant en soutenant son lieutenant"
Lieutenant ? j'ignorais que le PG était une armée. @si passe son temps à traquer la métaphore gratuite, s'il vous plait, ne vous y mettez pas.

"Elles sont, avant tout, une insulte aux sympathisants et aux électeurs de Mélenchon, et à tous ceux qui attendent beaucoup de lui, et notamment une pensée "hors de la boîte" sur des questions compliquées, qui n'appellent pas de réponses toutes faites."
Curieusement, les intéressés ne se sentent pas insultés, si j'en crois les images du meeting qui a clos le Congrès. Curieusement, ils ont l'impression que dire que Moscovici pense seulement en termes de finance internationale, c'est un propos politique, et non pas une réponse toute faite. Curieusement, ce propos souligne juste que, contrairement à ce que tout le monde raconte, une autre politique est possible, et elle ne consiste pas à faire les poches des épargants.

"Mélenchon joue exactement le jeu des guetteurs de "dérapages", des Quatremer et des Aphatie, qui n'attendent que l'occasion de lui coller au front l'étiquette du symétrique de gauche de Marine Le Pen, du dérapant récidiviste inaudible par essence."
Il ne joue pas le jeu de, il est traqué par. Vous avez bien vu. Il parle de finance internationale, on le taxe d'antisémitisme. C'est quand même fort de café. Que peut-on faire face à l'imbécilité consubstantielle de quelques uns qui ont le malheur d'avoir un micro devant la bouche ? n'en tenir aucun compte et expliquer une fois de plus ce qui se passe, dans le vague espoir d'avoir l'attention de gens plus malins.

"Sur Chypre, par exemple, et sur ces banques où se trouvent à la fois l'argent des petits déposants, et les fortunes des oligarques russes, que faire ? Quelle politique mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici."
Ahah, excellente question. Vous pouvez lire, si vous voulez des renseignements, le texte qui est issu du Congrès (26 pages, 6 mois de corédaction par tous les militants, pour les "réponses toutes faites" on repassera), les 18 thèses de l'écosocialisme et tant qu'on y est la résolution sur l'Euro. De préférence, AVANT d'écrire des chroniques.
Amicalement
Une question Daniel : vous transcrivez les paroles de Mélenchon comme suit : "ne plus penser en français.". Mais c'est un parti pris ça... moi, en écoutant l'enregistrement, j'ai pas entendu ça. J'ai entendu : "ne plus penser en Français". Est-ce que vous vous êtes posé la question de cette nuance, inaudible mais capitale, et que l'expression orale du mot ne permet pas de distinguer ?

Pour moi, ça change l'angle d'analyse. Et ça rend sa déclaration encore plus dure à l'endroit de Moscovici. Car oui, face au buzz de caniveau lancé par les éditocrates et l'UMP, il vaut mieux analyser un brin...

Mélenchon dit : "Français", Mélenchon rappelle que jusqu'à preuve du contraire, Moscovici est un élu du peuple français d'abord, ministre désigné a la suite d'un vote du peuple, et à son poste pour travailler au meilleur des intérêt de son pays. Mélenchon note fermement que, selon sa grille de lecture politique, (qu'il est parfaitement en droit de défendre si nous sommes en démocratie) l'homme qu'il désigne contrevient non seulement à sa fonction de défenseur de l'intérêt général et national, mais ce faisant, se place (comme une vulgaire Christine Lagarde qui, prenant ses fonctions à Bercy, a réuni tout le personnel en spécifiant qu'elle souhaitait qu'à l'avenir toutes les communications internes et les réunions s'expriment et se tiennent en anglo-américain !!!) comme un "non-citoyen", un étranger qui serait paradoxalement chargé de faire prévaloir l'intérêt de la France... le faire "prévaloir" comme on constate, c'est-à-dire au bénéfice de la troïka, elle-même dans la main des banques et de la "finance".
Ces insultes ne sont pas seulement désagréables (les insultés en ont vu d'autres). Elles sont, avant tout, une insulte aux sympathisants et aux électeurs de Mélenchon

Ok, mais :"on va lui tordre le bras en espérant que ça lui fasse assez mal", a-t-il lancé à propos de Hollande
Evoquer des violences physiques envers le président élu, même de façon métaphorique, ce n'est pas une insulte envers les électeurs de Hollande ? Envers la République elle-même ?
C'est vrai que faire référence aux 12 salopardsc'est du AUDIARD PUR JUS. et cela me plait qu'en ces temps difficles le langage s'élabore avec brutalité . C'est un monde brutal dans lequel nous tentons de redonner sens à nos vies . Le mensonge la tromperie l'argent y font bon ménage. alors pourquoi utilisé une langue soft avec des crapules !!
heu juste .....
Quand un ministre cause de l'aspect physique de Chavez sur son lit de mort c'est une plaisanterie et quand Mélenchon fait le parrllèle avec Hollande c'est du "dérapage" ?.
Les propos du ministre de l'outre mer sont a replacer dans le contexte du moment du continent et de l'auteur .... et effectivement ils sont anodins , mais se sont ceux d'un minsitre et ils paraissent déplacés comme le miroir qu'a tendu Mélenchon , CQFD.

Et franchement s'agissant d'analyse politique et de prise a partie personnelle : "ce sont les hommes qui font l'histoire , mais ils sne savent pas l'histoire qu'ils font" , certes , mais les hommes politiques, personnes physiques , FONT l'histoire , l'analyse politique ne doit pas exonérer des responsabilités des CHOIX faits.
[quote=Daniel Schneidermann] Quelle politique faudrait-il mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici.

Fin de 9: 15 on ne peut plus juste. La citation ci-dessous de la page 237 du tout récent livre d' Hervé Le Bras et Emmanuel Todd Le mystère français est à cet égard des plus éclairantes:

Où sont passées les voix trotskistes? comme dans le cas du PC, il est impossible de le savoir. Mais, comme dans le cas du PC, ces voix ne sont plus acquises à la gauche au second tour des élections, d'où un nouvel affaiblissement de la composante laïque du vote de gauche. À l'issue de ces évaporations du communisme et du trotskisme, la géographie du vote pour Jean-Luc Mélenchon (carte 9. 5a) ne correspond plus à celle de l'extrême gauche. Elle ressemble à celle du vote Hollande du premier tour (carte 9.5.b): les deux socialistes ne se partagent pas la France, ils chassent sur les mêmes terres, preuve qu'ils représentent deux interprétations de la gauche socialiste plutôt qu'une extrême gauche dure s'opposant à une gauche socialiste molle.

Est-ce trop rêver que d'y déceler et proposer ce qui jusqu'ici manque à @si: la possibilité de définir une orientation politique aussi engagée qu'informée et réfléchie ?
Faut voir aussi l'anti Mélenchon primaire avouer par les interessés :
Quatremer dit : "à chaque fois que je lis du Mélenchon, mon sang ne fait qu'un tour..."

Donc chez lui c'est physique, il réagit en bête et non en être humain qui pense, exit tout reflexion !

C'est surtout ça le problème.
Il serait injuste de ne pas saluer le remarquable article d'@si hier dans lequel l'auteur (la rédaction) n'a pas hésité à considérer Stéphane Alliès, journaliste chez Mediapart, comme un « pro-Mélenchon », sans que rien ne vienne l'étayer.

[quote=La rédaction]Dimanche matin, des "pro-Mélenchon" organisent la riposte. Sur son blog de Mediapart, Stéphane Alliès accuse certains journalistes d'avoir créé un "buzz factice" autour de l'accusation d'antisémitisme contre Mélenchon.

Ça en jette moins que du Aphatie, mais c'est sur la bonne voie…
Ouh la la attention ce n'est pas bien de critiquer Meluche... Le 9:15 me semble pourtant bien équilibre. L'accusation d'antisémitisme étant écartée on peut s'interroger sur cette stratégie de l'insulte qui est quand même bien simpliste. Après Melenchon a (parfois) des discours et un programme un peu plus subtils et il n'a pas non plus le monopole de la petite phrase démagogique... Il n'empêche que ça serait plus simple que le PS écarte toute alliance électorale avec le FDG, peut être que le vocabulaire de Melenchon et de ses sbires s'adoucira un peu...
Ce week-end à Bordeaux, face aux accusations d'antisémitisme, je me suis senti franchement insulté et blessé.
J'en fait un petit billet sur mon blog ici: http://renovitude.net/?p=6059

Comment peut-on accuser Mélenchon d'antisémitisme? Et les excuses de Quatremer ne changent rien. Il ne s'est pas comporté en journaliste ce week-end mais en homme politique. Vous devriez lui poser la question de savoir comment il vit cette dualité journaliste / idéologue politique, ce serait intéressant.
Je crois que vous vous trompez, Daniel.
Sans être militant, ni de près ni de loin, je crois comprendre l'intention de Mélenchon et consorts.
Au bout d'un moment, les grandes tribunes qui dénoncent "le système" posent un problème d'incarnation. Quand on dénonce dans le vague, ça fait du bien mais comme ça ne vise personne en particulier c'est en pratique inoffensif, et on se condamne à être l'idéaliste qui ronchonne dans son coin. Mais ce n'est pas "le système" qui prend des décisions, qui impulse des politiques, ce sont bien des gens. Et ces gens-là, à un moment, il faut les nommer.

Quant aux insultes, c'est un autre sujet. Mais là encore, je crois qu'il faut appeler un chat un chat. Les "socialistes" trahissent leurs électeurs depuis des décennies, en quels termes voulez-vous que l'on s'exprime pour ce soit entendu ? Parmi bien d'autres, Moscovici est un excellent exemple de la morgue des caciques du PS. Et fomenter un accord contraire aux intérêts populaires, c'est plus qu'une trahison à mes yeux.

Sur l'histoire des implants etc, ce n'est pas forcément la meilleure trouvaille de Mélenchon, mais cela a le mérite (au moins à mes yeux) d'illustrer ce que peut être le personnage : il a sacrifié beaucoup aux impératifs de l'image. Pour moi, lorsqu'un homme (ou une femme) politique se préoccupe de ce genre de choses, c'est qu'il oublie l'essentiel. En l'occurrence, pour Hollande, cela confirme l'impression que j'avais sur l'homme, même si c'est un détail.

Ce n'est que mon point de vue.
Je ne comprend pas en quoi tacler les personnes qui attaque Chavez sur le physique indique que Melenchon pense la politique de 'Pepere' a l'aune de son physique ?
De plus, penser que le PS attaque Melenchon parce qu'il est devenu méchant, 'lui d'habord' en attaquant les gens est de la grande naiveté : le pb, c'est la popularité en berne du PS mou et du coup, les idée bien a gauche, ca leur fait peur, voir, mal au cul.
Et pour finir, c'est aussi d'une grande naiveté que de penser que mélenchon serait plus audible en proposant des solutions réflechies au pb de notre temps. C'est ce que la gauche du PS fait depuis le debut de la crise : vous les trouvez audible, vous ? Et mysterieusement, des que melenchon se met a trompéter qq chose d'un peu idiot, ca fait tout de suite la une. Cette loi est vrai pas que pour mélenchon : la politique parlant a il'nteligence est devenu completement inaudible, surtout quand on est pas 'maine stream'.

Juste pour indiquer d'ou je parle : je vote plus vert que mélenchon, perso.
"Quelle politique mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici."

Ça, c'est ben vrai. Il n'en a jamais rien dit, ni écrit de sa politique alternative, Jean-Luc Mélenchon. La preuve ? Ben, c'est que c'est Daniel, un "espécialiste", un décripteur-des-médias-que-même-c'est-son-métier, qui nous l'affirme. Et que donc, forcément, il le saurait, Daniel, si monsieur Mélenchon, il en avait parlé, un jour, au moins une fois, de sa politique.

Ben alors oui, c'est une honte que Jean-Luc Mélenchon, il fasse rien que de "moquer" Moscovici. Et pis de toute façon, c'est celui qui dit...
"Quelle politique mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici."

Plus difficile d'écouter les discours complets et de lire les résolutions du Congrès que de lire le fil AFP et Twitter...
« Ces insultes ne sont pas seulement désagréables (les insultés en ont vu d'autres). Elles sont, avant tout, une insulte aux sympathisants et aux électeurs de Mélenchon, et à tous ceux qui attendent beaucoup de lui, «

« Quelle politique mener, autre que celle de l'eurogroupe ? Plus difficile de répondre à la question, que de moquer Moscovici ».

Cette chronique est un chef d’œuvre, et pourrait s’appeler comment prendre les mélenchiens pour des cons et les rouler dans la farine.
L’idée de fond c’est l’idée qui coure à longueur d’antenne « il n’y a qu’une seule politique possible » d’ailleurs vous voyez bien Mélenchon il fait le malin mais il ne propose rien.

Mr Schneiderman lisez le programme et les propositions du Front de Gauche et des économistes qui ne sont pas invités à longueur d’écran et vous aurez votre réponse.
Pour ce qui est des Mélenchonniens c’est par des gens comme vous qu’ils se sentent insultés pas par les choix politiques qu’ils ont fait
[quote=Ces insultes ne sont pas seulement désagréables (les insultés en ont vu d'autres). Elles sont, avant tout, une insulte aux sympathisants et aux électeurs de Mélenchon, et à tous ceux qui attendent beaucoup de lui, et notamment une pensée "hors de la boîte" sur des questions compliquées, qui n'appellent pas de réponses toutes faites]

1 - je suis sympathisant FdG, je ne me sens nullement insulté; je suis un adulte et je n'ai pas besoin de paternalisme pour qu'on me dise comment je dois prendre ces saillies.

2 - vous mettez dans la balance quelques bons mots que vous définissez comme des insultes, en passant sur toute la pédagogie effectuée lors de dizaines de meetings populaires, plusieurs livres écrits, un blog riche et prolifique, des propositions radicales et originales...comme les médiacrates que vous pointez quotidiennement du doigt en définitive.
Ou vous ne savez pas de quoi vous parlez, ou vous êtes de mauvaise foi. Je mise sur le cumul des deux.

3 - c'est vrai, les insultes c'est moche, Pierre Péan et Memona Hintermann attendent vos excuses.

Je m'étais résolu à éviter les 9.15 mais y a des fois où on ne peut pas faire autrement que de remettre un tant soit peu les choses à l'endroit.
Ah bon ? Il a des implants François Hollande ??
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.