231
Commentaires

Mélenchon, le journaliste et sa tapette

Suite à la chronique de Daniel Schneidermann "Mélenchon et sa tapette", nous avons reçu le post suivant de notre @sinaute Mouffette.

Derniers commentaires

Apparemment, comme tout enthousiasme celui de Mélenchon est communicatif. Ca nous apprend beaucoup sur ce qu'il faut entendre par "charisme". N'oublions pas qu'avec la Raison, la Loi, et la Tradition, le charisme est l'un des fondements de la légitimité du pouvoir.
Juste pour signaler que la vidéo en version longue a peut être été mise sur le site Daylimotion le 20/02/2010 mais en version privé donc visible uniquement par son auteur.

Ivan Valerio expliquait d'ailleurs sur twitter qu'il ne la révélait que maintenant car à l'époque cela aurait pu faire un buzz positif pour Mélenchon et le parti de Gauche.
Je comprends votre colère à tous. Difficile en effet de gagner sa place dans un milieu qui ne vise qu'à vous dénigrer. Pourtant, Jean-Luc réussi à faire passer ces messages qui ont disparu du PAF il y a bien longtemps.

Mais la démarche de Daniel me parait très saine et un avertissement fraternel vaut mieux qu'un lynchage public.

Mélanchon a son caractère et il pourrait bien amuser les journalistes qui auraient vite fait de l'exhiber pour faire rire les Français. N'oublions pas qu'avec notre regard partisan chaque estocade de notre champion nous parait imparable. Mais pour celui que l'on aimerait voir rejoindre nos rangs, ces coups sont peut-être moins fédérateurs et entre séduction et moquerie son cœur pourrait balancer.

S'il est irréfutable que les journalistes font preuve d'une grande détermination pour empêcher Mélanchon de s'exprimer ou pour ignorer ses arguments, il faut se souvenir de ce qui est arrivé à Georges Marchais et au déclin du PCF sur la même période. Marchais n'arrivait plus à placer un mot sur un plateau sans devoir expliquer 10 fois pourquoi il ne répondait pas aux questions plus qu'orientées des journalistes.
Rien de mieux pour discréditer un prétendant à la plus haute fonction de l'état amené à gérer des situations difficiles.

Enfin, je suis lassé de certains sites d'information baignés de complaisance dans lesquels je ne peux pas prendre le pouls de la société dans sont ensemble.
Daniel Shnedeirmann n'a rien fait d'autre que de nous ouvrir une fenêtre sur des propos tenus ailleurs.

J'appelle cela du journalisme.
Plantu reçoit une dotation de 10000 euros du Qatar:
http://www.legrandsoir.info/Quant-Plantu-recoit-une-dotation-d-une-dictature.html
Pour monter au mât, il faut avoir le derrière propre !
Bravo Mouffette. J'ai découvert Mélenchon en cherchant pourquoi beaucoup l'attaquaient. Apparemment, il dérange. La plupart des politiques emploient la langue de bois, lui non. Il dénonce ce que quelques-uns d'entre nous connaissent déjà car nous nous informons, mais la majorité des téléspectateurs de TF1 l'ignore. Certains le qualifient de populiste, ce qui, dans leur bouche, prend une connotation négative. Je crois que Mélenchon , un jour, a repris ce mot, en a expliqué l'historique et l'a revendiqué dans le sens où s'appuyer sur le peuple, c'était ce qu'il désirait.
D'autres lui reprochent ses emportements, disent même qu'il en joue. J'ai regardé pas mal de vidéos et les fois où il s'emporte , ce n'est pas feint. Je réagis parfois de cette façon, à la fin d'un repas, lorsque surgit inévitablement la politique......
Je lis actuellement son dernier livre; un asinaute dit qu'il a du mal à comprendre, le style et le vocabulaire n'ont pourtant rien de compliqué. Lors d'un changement de page, il y a eu un raté, mais l'ensemble est très clair.
A l'heure de bouleversements au nord du continent africain, les sociétés occidentales qui veulent donner des leçons au monde entier, respectent-elles les libertés de ses citoyens? Offrent-elles la même justice pour tous? etc.......... etc..............
Sans être toujours d'accord avec ce que dit ou ce que fait Melenchon, je trouve à la fois ce post jouissif et utile ; et bravo à @si d'avoir le recul nécessaire de publier ce post.
D'autres seront jaloux que le leur ne soit pas publié ; c'est normal.
Ne demandez pas non plus de justification à une initiative sympa et pleine d'humilité.
Jubilons tous ensemble.
Toujours en Une, toujours pas d'explication de la rédaction sur la mise en avant de ce post.
Je ne voudrais pas donner l'impression que j'en fais un foin, mais je trouverais plus correct d'indiquer la raison de ce choix en entête de la page en question.

Si c'est un droit de réponse donné à l'homme politique ou au parti concerné par l'intermédiaire d'une militante, je ne vois pas le problème, tant que c'est indiqué clairement ou la rubrique intitulée de façon ad hoc.

Merci d'avance.
Récapitulons:

Acte 1: l'appel

Mélenchon, brute encagée
le 08/11/2010

« Rendez-nous la brute, en liberté! »


Acte 2: la harangue

Aux mélucho-ségolénistes, et autres bachi-bouzouks
le 01/12/2010

« Nous n'avons pas créé ce site, nous ne nous sommes pas débarrassés de tout risque de pression extérieure, pour succomber à la pression la plus perverse: celle de nos abonnés. Fin de la harangue, mille sabords. »


Acte 3: le chiffon (rouge)

Mélenchon et sa tapette
le 25/01/2011

« Soyons kamikaze, réveillons les forums, faisons un point sur Mélenchon. Ca faisait longtemps. Mais il nous tend la perche. »


Acte 4: le brouhaha

Mélenchon, le journaliste et sa tapette
Par Mouffette, @sinaute le 28/01/2011
« Suite à la chronique de Daniel Schneidermann "Mélenchon et sa tapette", nous avons reçu le post suivant de notre @sinaute Moufette. Voyons, voyons... »


Questionnement (ou « quiiiizzzzzzz »):

Selon l'une des hypothèses suivantes (à resituer dans l'année préélectorale):

1)L'entreprise de presse en ligne du « surmoi bœuf-carotte de la profession » a besoin d'un coup de fouet éditorial pour relancer les abonnements et améliorer son positionnement sur le marché. D'où création d'un brouhaha (c'est curieux qu'avec "brouhaha" c'est plus difficile de s'exciter sur le clavier qu'avec "buzzzzzzzzz") en provoquant là où il est quasi sûr que ça va fonctionner: avec les pasionarias du site promptes à chauffer la « perche tendue ».

2)Comme certains le supposent, DS roule pour Mélenchon. En connivence avec les mélanchonniens affichés il monte une manip pour faire parler encore et encore de leur leader.

3)Comme d'autres le supposent, DS ne roule pas pour Mélenchon. En agitant le chiffon rouge il vise à provoquer les outrances du genre en espérant discréditer Mélenchon, soit en l'"usant" par l'usage intempestif des vociférations, soit en finissant par trouver des porte-à-faux (Drucker, la médaille de la révélation politique de l'année,...).

4)Pour d'obscures raisons (pour les non initiés), la mise en éditorial d'un post d'abonné prépare une orientation nouvelle (ou une étape d'un projet) d'@si s'appuyant sur les abonnés puisqu'il s'agit de la « création d'un média alternatif » et que « les forums exercent une pression. Nous on les lit, ils nous nourrissent. » ("Souriez, vous êtes informés"...par @si (France Inter) le 27/01/2011)

quelle sera la prochaine étape?

Le gagnant ou la gagnante recevra au choix:
1)Un an d'abonnement gratuit plus une invitation en première classe au prochain pique-nique-nique de la grande famille d'@si.
2)Un bannissement à vie du royaume des cieux de la critique des médias.


Pendant le jeu, vous pouvez participer à cet autre jeu

et gagner au tirage au sort un merveilleux lot
"30 ans de ps le mélenchon, j'ai fait 2 ans de syndicat j'ai vite compris le système"

grosso modo, une citation de johan livernette

Désolé pour ceux qui placent leurs espoirs (encore) dans les urnes....

Idem pour besancenot, marine le pen, etc....

Kemi seba, alain soral, que des mecs infréquentables et qui tiennent eux un discours politique concret

au passage, au revoir au asinautes, mais arret sur images n'est malheureusement plus assez 'décalé' pour moi, vous raisonnez dans la même logique que le pouvoir en place, un tourbillon d'illusions qui accompagnera ceux qui s'y laissent prendre jusqu'à dans la tombe

amitiés : ]-|
Rien compris !
La dernière de Mélenchon qui, décidément, fait tout pour désespérer ceux qui auraient envie de le soutenir :
http://www.francesoir.fr/actualite/politique/trombinoscope-fillon-et-melenchon-meme-combat-67361.html

En 2003, Besancenot avait obtenu ce même prix, et il ne s'était pas déplacé pour aller le chercher.
merci mouffette petit cadeaux http://www.youtube.com/watch?v=-pYFGXu78Pc
Il est déplorable que cet article, publié en première page du site d'ASI soit si peu digeste... Il a beau être intéressant, le style le rend incompréhensible.
On peut rétorquer que sur le style, l'article provenant d'un post du forum, il ne correspond pas au format journalistique. Il n'empêche que lorsque je lis le papier en une du site, j'aimerais avoir un texte clair et précis, si possible dans une langue compréhensible, et non pas bourré de phrases lourdes et fourré de formules comme "Gniiiiiiiooooonnnnnnnn!".
Bref, je trouve cet article inutile, et à mon avis, il ne devrait pas être mis ainsi en valeur par la rédaction.

Ajoutons à cela que je ne m'identifie pas au parti de Gauche. Tous les jours ASI tape sur d'autres partis et figures du paysage politique français, pourquoi les ASInautes de gauche devraient-ils bénéficier d'un traitement de faveur? Pourquoi devrait on publier la réponse d'un partisan du parti de gauche, alors que d'autres personnes sont critiquées au travers d'ASI...
Force est de constater que cela fait des mois que vous attaquez, par exemple, le libéralisme (voir la série d'émissions et articles sur "Lesmarchés" et la crise) et ses partisans n'ont pu que très peu s'exprimer jusqu'à présent !

Merci pour votre attention et bonne continuation,
Jérémie
Superbement analysé Moufette! Et je précise, je ne suis pas "Mélenchoniste". Mais vous avez décrit parfaitement le journalisme d'aujourd'hui. Ou comment faire le buzz en accusant les autres de le faire.
Et,bravo à Daniel S. d'accepter les critiques avec autant de fair-play!
Un peu estomaqué de lire ce genre de tirade hystérico-branchouille sur un site qui a d'habitude mieux à proposer à ses internautes. Le mieux, c'est encore de passer mon chemin… Circulez, il n'y a rien à voir ici.
(...) Ca serait sympa de remettre plus de lignes jaunes vous avez bcp baisser dans le rythme des emissions (...)

C'est qu'on manque de sujets qui autorisent le passage de la ligne jaune, l'oeil de Moscou nous guette, et les murs ont des oreilles.
Je ne vois pas d'autre raison.
C'est quoi, l'image qui accompagne le texte ???
Moufette, pendant que je tiens quelqu'un d'actif au parti de gauche, je dois vous dire que j'ai cherché à contacter les comités de mon département, je suis tombée sur ça.
J'ai essayé de faire copier/coller sur mon navigateur, mais ça n'a abouti à rien. Avez-vous des infos ? Les Hauts de Seine, ce n'est pas au bout du monde.

Plutôt que vous répandre sur les forums et critiquer les autres, vous pourriez vous remettre en cause et bosser, au PG.

Parce que si on veut vous rejoindre, c'est mal parti. Il n'y a pas que les médias, il y a aussi le militantisme....
Article salvateur ! Les journalistes n'ont tellement plus l'habitude de parler du fond qu'ils sont tout simplement désarmés. À force de s'arrêter aux petites phrases, de ne rien préparer sur le fond, ils sont totalement désemparés dès que l'on sort de ce petit pré carré à l'horizon limité !
Mélenchon n'est pas dans le cadre, il refuse de répondre aux petites phrases, ça énerve ! Merci pour l'article ! Sur mon BLOG
Eh ben moi aussi je suis d'accord avec Mouchette, quelle énergie ce Melenchon, rien que pour ça je vais voter pour lui, il a tout le monde contre lui (enfin beaucoup de monde qui le traite avec un tel mépris) et même s'il a des défauts, ses qualités politiques sont largement supérieures....
A propos de fond, si ASI nous parlait de l'exploitation des gaz de schiste en France au lieu de brasser de l'air sur Mélenchon qui n'a pas besoin de ça le pauvre, tout le monde lui tape dessus.
C’est M. Mélenchon prit d’autodérision qui l’auteur de ce bleu ?
J'ai toujours trouvé horripilants les posts monomaniaques de Moufette... Mais je me suis un peu habitué, et je suis finalement assez content d'avoir de ses nouvelles de temps en temps, comme d'une vieille tante foldingue et saoûlante, toujours fidèle au poste. J'espère cela dit que JF Launay prépare un long post de représailles centristes, et que vous le publierez aussi.
Quant au dessin de Plantu, il n'était vraiment pas terrible, pourquoi aller chercher Le Pen, alors que le modèle de narcissisme tribunicien proposé par Mélenchon aujourd'hui rappelle le Sarko à la "racaille" facile et terroriseur de journaliste, autant que les autres populistes (surtout de droite) qui ont éclos en Europe ces dernières années. A mon sens, c'est un mauvais calcul, personne n'a envie d'un nouveau Georges Marchais ou d'un Chavez européen, ni même d'un Berlusconi de gauche (j'imagine très bien un Mélenchon au pouvoir se manifester en direct lors d'une émission de télé pour enguirlander le présentateur, comme Silvio l'a fait l'autre jour...). Qu'il se calme, il est intelligent et a des choses à dire, pas besoin de faire le pitre pour se faire entendre, c'est so 2006... S'il continue il fera même pas ses 5%.
j'adore! je suis tout à fait d'accord.
Quand on est on dit trop, ca ne va pas; quand on ne dit rien, ca ne va pas non plus ;
quand on est un etre de conviction, il est normal d'attaquer celui qui met fondamentalement a cause vos convictions
quand on est un etre humain, il est normal de dire des conneries, de ne pas se faire comprendre => dans ce cas, un petit temps de parole pour éclaicir le propos serait de bonne augure (enfin je dis ca, je dis rien...)

il est sur que dans cette société qui pousse au conformisme,à la dépassion du discours de la polis , à la sacro-sainte soit disante courtoisie et politesse avec le pire des opposants, quand on parle fort, on fait des vagues et donc du buzz. Pourquoi? parce que l'on sort du lot, et sortir du lot, affirmer sa différence ce n'est point la règle dans ce bas monde..

MELUCHE, je ne l'aime pas plus que cela, mais je lui reconnait une chose : c'est un homme de convictions qui refuse de se soumettre au calme que notre société nous impose. Je ne suis pas en accord avec ces idées, j'ai halluciné quand je l'ai entendue dire qu'il considérait pas cuba comme une dictature mais cela n'a pas rendu sa parole peu probante et ces actions insensées... clairement, cela m'a simplement rendue curieuse... curieuse d'entendre ses arguments... pour mieux les contrer... et peut être curieuse de l'entendre dire "putain j'ai dit de la merde" car je reconnait a meluche une chose: l'honneteté de son discours...

Et dans ce monde où la sacro-sainte "bonne parole" est de rigueur, pour ne pas dire que notre monde nous pousse sans cesse à nous soumettre à la parole du dominant, cela me fait grand bien d'entendre certains dont meluche nous dire sans détour ce qui est à ces yeux et nous montre sans détour ces défauts, ces bourdes, ces merdes!
Tout le fil de discussion résumé en une phrase par notre camarade @sinaute EM :

<< Son grand problème, c'est qu'il rugit contre les médias, et que les médias ne retiennent que le rugissement et pas les raisons qui le motivent. >>
"Le cas" Mélenchon pose, selon moi, le problème plus général de la démocratie et du rôle des médias. Il n'est pas le premier à vouloir lutter contre le capitalisme, vouloir une constituante etc...Des personnes l'avaient fait avant lui, sans grande résonnance, ni considération de la part des médias...
Or, comment pouvoir porter des idées au plus grand nombre quand l'accès est déteminé par les scores réalisés aux diverses élections, qui elles-mêmes dépendent de la médiatisation des idées que vous voulez exposer?
C'est un serpent qui se mord la queue, ou plutôt c'est l'assurance de n'avoir qu'une vision partielle et partiale d'un paysage politique...
D'autre part, du fait de la main mise d'oligarchies sur les médias, et du fonctionnement en vase clos de ces derniers, toute voix, forcément discordante du consensus implicite à ce système se retrouve discréditée...
Les médias ont progressivement pris "le pouvoir", ont leurs lois propres (en l'occurence pas très..), et se sont érigés comme "reflet de la société"...
Par exemple, des groupes commandent des sondages, dont les résultats sont considérés comme des "bases "de travail journalistique. Au vu de ces sondages, on invitera tel ou tel, non pour exposer un programme, mais pour commenter des sondages et répondre aux questions d'un journaliste, qui lui-même s'est auto investi du rôle de déterminer de quel ou quel sujet il est bon de parler...
L'épisode médiatique sur la constitution européenne, et le parti pris pour le oui de la plupart des médias, aurait dû conduire ces derniers à analyser leurs attitudes. Il est vrai que le résultat contraire à la pensée dominante, a pû laisser penser que les médias n'avaient finalement pas tant d'influence que celà, mais cela ne devrait pas compromettre une analyse globale du système médiatique...
Au lieu de nous aider à réflêchir en nous donnant les informations nécessaires, les médias, pour diverses raisons, nous font du "pré-maché" et sous pretexte de vulgarisation, n'abordent pas les problèmes de fond.
Les contraintes économiques, le dieu audimat, les réseaux d'influences déresponsabilisent l'ensemble des intervenants des médias, qui ne deviennent que leur propre caisse de résonnance...
Mélenchon, par ses interventions où il ne ménage pas le système, bouscule un peu "l'ordre établi", avec le risque assumé je pense, de rester enfermé dans ce rôle...
Celà a au moins le mérite de faire réflêchir et d'essayer "d'élever" un peu le niveau.
Pour être totalement clair, je suis militant PG, actif dans la création d'un Front de Gauche élargit, pour une constituante et une refonte des institutions (médias compris, vous l'aurez compris..) et pas Mélenchonâtre ou iste, bien que soutenant sa candidature (je pense qu'à l'heure actuelle, il est celui à même de fédérer le plus de monde pour porter nos idées de changement, mais c'est un autre débat...)
Les différences de traitement suivant que l'on soit "puissant" ou "faible" ne sont pas acceptables, les médias ne sont pas au dessus de la société, ils en sont partie prenante et doivent pleinement assumer leur rôle d'information.
Merci, je suis tout à fait d'accord et comme le demandait insistamment la journaliste de Canal +, j'espère que cela fera réfléchir notre cher Daniel, qui en a bien l'habitude et grâce à qui j'ai "découvert" Jean Luc Melenchon dans les très bonnes émissions sur la crise qu'il lui a consacré.
Rien à rajouté; je me met à la place de cet homme politique et me dit que me lever si tôt pour parler si peu de ce qui m'habite, me donne du sens à ma vie et... justement me fais me lever le matin; serait énervant, chiant (surtout que je suis pas matinal alors je serai encore plus désagréable que lui),...
Aller Daniel : une petite invitation à Jean Luc pour discuter de tout ça et peut être vous, qui connaissez bien les rouages médiatiques, lui donner votre opinions et vos conseils.
A quand aussi une invitation de Jacques Généreux? Un économiste très intéressant qui a écrit un livre remarquable (la grande régression).
Je reproche des choses à Mélenchon (et lui en ai fait part par mail) et me pose des questions sur le front de gauche, son parti,...mais des questions qui n'auront aucune réponse de la part des médias tant ils s'obstinent à ne rien vouloir creuser et à prendre ce personnage pour un pion solitaire, sans appareil derrière lui, sans programme.... qui n'aurait qu'à faire des analyses sur les stratégies des autres et faire peur pour relancer la magnifique idée du vote utile....
Vive la révolution citoyenne, même si elle devait venir de droite; mais qu'au moins on fasse des débats, on propose, on présente des projets... et que le peuple CHOISISSE ce qu'il veut!!!
Merci! Mouffette. Je me sens moins seule. Je suis pas une fan de Mélenchon (faudra qu'ils nous explique comment il veut traiter d'égal à égal avec la chine) mais ça fait du bien de l'entendre parler. Dire ce qu'on à envie d'entendre enfin dans la bouche d'un politique. Et si c'est une grande gueule, tant mieux, sinon on ne l'entendrait pas!
Une chose qui me frappe, en tant qu'observateur très superficiel de la politique en France, c'est le parallèle entre le ton de Mouffette et celui de Mélenchon, décrit (et décrié) comme gueulard, sanguin, caricaturalement poing-sur-la table. En parallèle, je connais très mal Eva Joly, mais les critiques de forme qui lui ont été adressées (registre trop intello-académique) me la rendent sympathique par défaut. Elle m'inspire confiance en reflétant le ton avec lequel je m'efforce de participer, ou, plus précisément, elle choisit de participer au débat politique sur un mode que nous valorisons tous les deux, ce qui me la situe dans un univers intellectuel familier (par ses codes). Je lui attribue, sans la connaître, une mentalité spécifique, dans laquelle je reconnais certaines de mes valeurs. Je préfèrerais a priori être "représenté" par elle, avant même le premier contact avec le contenu de ses positions politiques (ou, disons, le second contact : je sais qu'elle fait partie d'une sorte de gauche alternative, sans avoir creusé ce qui la distingue politiquement des autres gauches alternatives). J'avais le même a priori en écoutant parler Christiane Taubira.

Tout cela pour souligner que la forme joue un très grand rôle en France (en Suisse nous votons pour des partis plus que pour leurs représentants, sauf à l'extrême-droite où le culte de la personnalité est très développé). Et que les critiques vis-à-vis de journalistes trop occupés de la forme et de la personnalité des candidats me paraissent suspectes quand je soupçonne que cette forme et cette personnalité jouent un rôle fondamental dans les adhésions politiques - y compris des gens qui émettent ces critiques. Bref, je ne crois pas que ce mimétisme entre le ton de Mouffette et celui de Mélenchon (tel qu'il se voit et tel qu'il est décrit) soit un hasard. Pas plus que mes propres réflexes envers Joly (telle qu'elle est décrite), ou le succès du "parler mal" d'un Bush ou d'un Sarkozy. D'une part ces attitudes formelles sont des messages en soi, d'autre part ceux qui les dénoncent comme hors sujet ne sont pas nécessairement ceux qui leur ont donné la plus faible importance.


Bon. Voilà. Un truc. Un autre, c'est que l'image qui accompagne l'article est rigolotte, très explicite mais pas très gentille. Je n'aime pas beaucoup la façon dont on aime bien Mouffette : avec une forme de condescendance amusée vis-à-vis de ses petites griffes, due au fait que nous savons qu'elle est une 1) jeune 2) fille 3) auto-nommée "Mouffette". Je ne suis pas le dernier à être coupable de cela (ce qui joue un grand rôle dans le fait que ses insultes ne me touchent pas tellement), et elle n'est pas la dernière à en jouer. Je pense tout de même que cette ambivalence n'est pas très saine, et que ses messages, écrits sous un autre pseudonyme, par une personne qu'on se représenterait différemment, seraient accueillis d'une autre manière. Avec plus d'agacement peut-être, avec moins de complaisance, mais peut-être (paradoxalement) avec plus de respect et de sérieux. "Mouffette attaque" est un peu un double-jeu, entre la présentation des critiques et leur neutralisation d'office ("L'énervement d'une jeune militante exaltée c'est plus facile à circonscrire", écrit Goulven pendant que je tape cela). J'aurais préféré, une fois encore, que Mouffette se donne les moyens d'être prise plus au sérieux, et que ses interlocuteurs en jouent le jeu. La reprise de son post en première page, que j'ai interprétée comme une reconnaissance de son discours par @si, aurait été plus intéressante sans cette disqualification ironique et paternaliste par l'image.
Bravo Moufette, tout à fait d'accord avec cet article plutôt marrant. J'ajoute pour certains incultes : "que se vayan todos" ça veut dire = qu'ils s'en aillent tous ! Pas: tous pourris (même si c'est le cas), ni virez les tous.
Bonjour
Personnellement je trouve que JLM ne fait pas que se défendre, il contre-attaque et marque des buts
D'autres en marquent aussi mais plutôt contre leur camp
Mélenchon, auteur du "virez les tous", se plaint de sa sort.
Ne l'a-t-il pas cherché ?
J'aurais préféré que vous mettiez en avant cet excellent post, à mon avis bien plus à même de faire évoluer @SI ...

Mais c'est sur que c'est moins confortable pour vous. L'énervement d'une jeune militante exaltée c'est plus facile à circonscrire ...
Personnellement, je trouve les idées de Mélenchon, et la façon dont il les exprime, de plus en plus intéressantes. Lui reprocher de se défendre contre Plantu, c'est pas correct, l'attaque de Plantu est une attaque très dure et très malhonnête sur le FOND, et elle ne vise d'ailleurs pas que Mélenchon, mais tous ceux qui se situent à gauche du PS, sur le thème rebattu de la convergence des extrêmes, de l'assimilation du poing levé au salut hitlérien, c'est pratique un dessin, parce que c'est très polysémique et qu'on peut ensuite se défendre d'y avoir mis ce que certains y ont vu.

Il a tendance à être "grande gueule", façon tribun du front popu, finalement, c'est pas mal, ça nous manquait un peu en ces temps de consensus mou et insipide. Et d'ailleurs, il se soigne, il a compris que ça donnait lieu à manipulations et détournements vers le buzz. Nous aussi, on en a marre des journalistes qui détournent toujours vers des broutilles ou des faux problèmes les (rares) politiques qui parlent du fond. Mais si on tombe dans la polémique, on accentue le mouvement. Pas facile. Par ailleurs, il est aisément compréhensible, il utilise des mots simples, des formules imagées et populaires (ce qui lui vaut cette appellation infamante (?) de "populiste" où l'on retrouve l'idée de collusion extrémiste droite/gauche, le mot ne sert d'ailleurs qu'à ça).

Pour ma part, c'est tout simple, quand ça buzze autour de Mélenchon, je vais voir sur son blog (en vla une idée originale et nouvelle, aller voir à la source quand on nous ballade!). Je prends pas pour argent comptant tout ce qu'il dit, mais ça devient généralement plus clair, plus logique. Par rapport à Cuba, je le comprends: c'est très désagréable de voir comme les journalistes SOMMENT les politiques (de gauche) de prendre parti contre Cuba: pourquoi ne pas démarrer une interview de Copé en le sommant de déclarer que le régime colombien est une dictature sanguinaire, avec escadrons de la mort, charniers clandestins et meurtres de paysans pauvres? Il y a, à Cuba, des prisonniers politiques et de la misère, mais certainement pas autant que dans ces républiques bananières où des élections truquées servent de cache sexe démocratique.

Je terminerai en disant que je n'ai pas prévu de voter pour lui, pour une question de fond justement: pour moi, les luttes sociales et les luttes écologiques doivent non pas simplement se juxtaposer à dose variable, mais il faut en faire une SYNTHÈSE ce que, jusqu'à présent, aucune tendance politique ne fait de façon claire et satisfaisante.
Je pense que Mélenchon s'est fait dépasser par sa stratégie. Il était venu il y plusieurs mois expliquer sa méthode qui peut se résumer de façon simpliste à cela :

1. Les médias traditionnels n'aiment pas mes idées/ma personne. Ils véhiculent la pensée dominante. Ils caricaturent mes positions, mes idées.

2. Alors, dans ces médias classiques, mon objectif est de discréditer mon interviewer, de le prendre la main dans pot de confiture, en flagrant délit de raccourci malhonnête, quitte à l'attaquer personnellement;

3. Donc, chaque fois que je rembarre efficacement un journaliste, la machine à faire l'opinion tourne dans en sens inverse : "si c'est le journaliste (qui pense que le Mélenchon est dangereux, bête et méchant) qui est en fait malhonnête alors Mélenchon est quelqu'un de bien"

Cette stratégie agressive a bien marché au début surtout qu'en parallèle Mélenchon est un très bon pédagogue (ancien prof de français) doublé d'un bosseur. Il connait ses sujets à fond. Aujourd'hui il souhaite se sortir de cette posture agressive, pour paraitre plus présidentiable, mais les médias se sont rendus compte que les colères de Mélenchon créaient le buzz. Maintenant, ils le provoquent exprès pour faire augmenter leur audimat.
Je remets ici, comme test :
Jean-Luc & Mélenchon
Hum... Je n'imagine que personne n'est assez dupe pour penser que Mélanchon est un imbécile. Il suffit de voir quelques débat sur @si pour s'en rendre compte. je n'ai pas la prétention d'entré dans la tête de cet particulièrement intéressant. je ne parle ni de ses opinions ni de son programme mais juste de ce que je m'imagine qu'il fait.

Il est indéniable qu'il fait le buzz partout où il passe, télévision radio et j'en passe. Si je ne me trompe pas ce qui l'exaspère profondément c'est qu'il lui est impossible de développer ses arguments sans qu'il ne soit interrompus par des remarques concernant des points de détail ce qui a le mérite de brouiller le discours que ce soit de Melanchon ou bien d'un autre c'est de l'ordre du générale.

Jusque là ça se tient il me semble.

Qu'on aime où aime pas il s'avère que ce qui nourrie le monde audiovisuelle c'est le spectacle. Or si on ne propose aucun spectacle on est pas entendus.
Les média se désintéresse pas de parution etc...

Je pense que cet homme s'efforce d'attirer l'attention sur lui afin de faire passer ses idées. Parfois il se laisse emporter mais j'imagine aussi que pour trouver le juste milieux c'est assez compliquer.

Bon je ne dis pas que ce qu'il fait n'est pas sincère, je pense qu'il le fait avec beaucoup de sincérité parce qu'il est bien plus compliqué de simulée un emportement sur un débat alors que l'on est pas d'accord avec ses propres idées.

si on regarde a peu prés tout les débats qu'il puisse y avoir, c'est remplis de remarque sans intérêts de la part de journaliste. même vous monsieur Schneiderman vous l'avez fait a quelques occasion. c'est tout à fait normale. mais c'est ce qui porte le plus sur le système de Melanchon a mon sens.

Bref pour simplifier, les coups de colère de Mélanchon peuvent avoir pour rôle d' aiguiller la curiosité des téléspéctateurs. Même si c'est pour une simple recherche de rugissement de Mélanchon sur internet. car après ces coups de gueule il s'efforce de prolonger ses idées.
Ce que vous dites ne démontrerait que ceci: mélenchon se gourre complètement dans sa comm.. A beugler comme il le fait, il se ravale au rang des matamores médiatiques à la tapie, marchais pour rester "à gauche" (humour).
La télé est un monde de spectacle lissé à la mandarine, dont la caisse de résonance est si forte qu'il ne sert à rien de beugler pour que l'on vous entende crier...N'importe quel interprète vous le dira...
Donc, n'étant pas plus idiot qu'un autre, mélenchon sait tout cela et ne l'applique pas...

Il cherche par conséquent autre chose, et pourquoi pas la narcissique ivresse du tourbillon qu'il provoque.
hahaha bravo mouffette, j'ai toujours su que vous aviez un sacré verbe^^


je suis bien d'accord avec vos propos.


cependant je recommande à tout les gens, sympatisants mélenchonistes ou non, qui sont dérangés énervés par l'agressivité de Melenchon, même ceux qui ne le sont pas^^, de regarder attentivement ce débat entre lui même et Mr. Julliard, débat qui a eu lieu sur france culture en fin 2010:

http://www.dailymotion.com/video/xg5eu0_les-controverses-du-progreys-melenchon-julliard_news

C'est la première fois que j'ai entendu des arguments constructifs, pertinents et intelligents, à l'encontre de la stratégie de "com'" de Melenchon, qui n'est pas dénuée de maladresse, si on reste objectif, (et ça n'empêche pas d'en soutenir le fond) et qui pourrait bien être son point faible.

Ce dernier a dans cette vidéo, également pu se défendre calmement et s'expliquer clairement. ça parle effectivement de la forme, mais pas du tout en mode diffamation, ou autre formule choc à two cents. Tout ces ingrédients permettent, il me semble, de prendre beauuuucoup de recul sur tout ça et de se faire une opinion vraiment objective. (il me semble^^).


Je me permet de vous recommander ce visionnage Mouffette, ainsi qu'a Mr. Schneidermann
Je souscris entièrement au propos de Moufette.

Et j'aurais même tendance à penser que les politiques (et les médias) s'arragent pour faire buzzer Mélenchon par sa colère et son attitude, ce qui évite de le faire parler sur le fond. Car peut-être que, finalement, les politiques ont peur de lui et seraient incapables de le contrecarrer sur le fond.

Sur Culture, Mélenchon a pu un peu développer sa pensée lors d'une émission visant à débattre de la question suivante : "Le peuple a-t-il toujours raison ?" Dans ses réponses, Mélenchon déploie sa pensée (http://www.franceculture.com/emission-les-controverses-du-progres-le-peuple-a-t-il-toujours-raison-2010-12-31.html). Et ce n'est pas inintéressant, surtout lorsqu'il traite de l'Islande, qui a refusé de rembourser les puissances financières et autres créanciers (il l'a dit sur le plateau d'ASI, et un Frédéric Lordon avait lui aussi, sur ce même plateau, incité à faire cela). Qui plus est, l'Islande a mis en place une constituante, bref a fait sa révolution citoyenne. Ce genre d'informations ne doit sans doute pas être trop du goût de certains...

Quant à l'image de Mélenchon, je pense qu'il est sincèrement colérique (comme d'autres), qu'il sort des sentiers battus, et qu'il mène aussi une lutte contre la fonction d'écran déformant que remplissent les médias. Son grand problème, c'est qu'il rugit contre les médias, et que les médias ne retiennent que le rugissement et pas les raisons qui le motivent. Par ailleurs, le format actuel des émissions télévisées ne propose guère de possibilité de développer sérieusement ses théories politiques.
Je vous signal un debat spécial sur Europe1 Dimanche entre Melenchon VS Valls . Et pas oublier le 14 février le débat Melechon VS Marine Lepen sur BFM
Ayant une tendance melencho ( mais pas du tout Ségoliste attention!!) je suis pourtant plutôt de l'avis du papier de Daniel-"heu... j'veudire...heu...j'veudire"- Schneidermann. Melenchon est un sanguin, il est invité partout parce qu'il fait du Buzz et n'est invité que pour ça parce que les journalistes se fichent de ce qu'il a à dire, ils espèrent juste extorquer une petite séquence qui tournera sur le net pendant une semaine et fera mousser leurs émissions. Ils se fichent de Mélenchon parce qu'il est dans un petit parti et qu'il fera tout au plus 7 ou 8 % ( s'il y avait des chances qu'il fasse plus, jamais Demorand ne se serait montré aussi condescendant avec lui, il lui aurait montré la même déférence qu'à un BHL par exemple.). Donc Melenchon- dans sa parole- est quantité négligeable et est invité principalement pour le spectacle. Melenchon est content, ça lui fait une tribune mais il va finir prisonnier de son propre show. On commence déjà à le comparer à Marchais, dont, rappelons le, tout le monde rigolait de son vivant. Marchais c'était le pitre qu'on invitait pour rigoler à se dépens dans les années 80. Si Chonchon ne veut pas finir comme Marchais, il faudra bien qu'il change de disque.

On sait parfaitement que les termes "poujadisme" et "populisme" sont brandis par les médias pour discréditer ceux qui tentent de leur mettre le nez dans leur caca. C'est de bonne guerre, ça leur fait plaisir et ne trompe personne. Je ne comprend pas à quoi sert de relever les piques d'un Plantu ou d'un jean Quatremer ( dont tout le monde se fout, honnêtement, à part peut-être ses collègues? et encore... ), il suffit de voir son documentaire sur l'euro et on a déjà une petite idée du niveau journalistique ( rires enregistrés).

SI l'on suit l'idée du dessin de Pantu, nous aurions, nous -peuple crétin et toujours prompt à suivre le premier populiste fort en gueule venu- le choix qu'entre 2 partis "sérieux", des partis "d'adultes raisonnables", des partis "de bons pères de famille": le PS et l'UMP. Dont le programme ne différera sans doute pas tellement ormis sur la question des reconduite à la frontière... (je ne prends pas en considération le modem qui s'est autodétruit, on peut eventuellement voter vert si on aime s'allonger dans l'herbe avec une chemise hawaïenne, un brin d' herbe entre les dents mais ça ne fait pas très serieux). Finalement, je crois que Plantu est un partisan du changement dans la continuité. :)
@Kerbraz

Vraiment du grand n'importe quoi, plus de mauvaise foi tu meurs !!!!

Le jour ou tu me trouvera un politique, droite et gauche confondu, qui épluche autant ses dossiers et qui a une analyse aussi pertinente que Melenchon tu me fais signe ....

Va faire un tout sur son blog, tu vas apprendre ce qu'est la politique !!!
bien vu Moufette et merci aussi à l'équipe d'@si pour ce coup de projot sur le forum (que je n'avait pas lu) d'autant plus qu'il est critique vis-à-vis d'un article de Daniel, mais c'est aussi pour ça que je suis fan d'@si ;-)
ce que je vois surtout, c'est que daniel publie la moufette, avec forum pour nous y escagacer les dents et les doigts. daniel, c'est clair et c'était très clairement dit/suggéré sur l'émission france-inter/dailymotion, revendique son droit à la liberté de parole, d'opinion, et d'écriture, ceci malgré quelques ronchons (sic) parmi les 30'000 abonnés, les @sinautes comme est nommée cette nébuleuse multi-médias, hyper-informée, hyper-critique, et très réactive. daniel, il fait ksssi ksssi ksssi, il adore ça. et des fois, méluche l'énerve souverainement, il le dit. ksssi ksssi ksssi. moufette trouve qu'on maltraite le méluche, parce qu'on lui laisse pas en placer une d'intelligente, et on le coince sur des conneries. logique, il pète les plombs, gueule, pas commode le méluche, se laisse pas noyer dans les filets des gentilles sirènes journalistes à voix douce, il a envie de parler de son programme. lui. la pen, elle, elle se garde bien de parler de son programme facho. elle roucoule et navigue à vue, janus, entre caresser les angoissés dans le sens du poil, vendre des idées socialistes nationales (ça rappelle quelque chose), et elle flirte.

moi, critiquer le méluche, je trouve que ça fait partie d'une bonne hygiène de la pensée, qui aime bien critique bien (des fois pas bien, mais en somme, il y a quand même un peu à critiquer : la chine et cuba, je dois avouer, ça passe mal). mais alors qu'on m'analyse aussi, et avec autant d'alacrité, la marine de guerre. et vite !
A mon humble avis, Mr Mélenchon risque de se faire enfermer dans un rôle de bon client pour les médias dominants, ce que je trouve regrettable compte tenu de la valeur de ses analyses et de son talent d'orateur. Il fait le lit de ses détracteurs en ne ne graduant pas plus l'intensité de ses réponses.
Parfois ignorer une critique est plus efficace que d'y répondre. Il est vrai que c'est plus facile à dire qu'à faire !

Laisser dire et consacrer toute son énergie à construire une alternative, peut permettre au temps de donner raison à cette alternative. Par exemple, si la revue "Prescrire" a, de fait, remis en cause la pertinence du système de d'autorisation et de contrôle des médicaments, elle a choisi comme stratégie de proposer un tri des médicaments existants.
Il y a pire que Mélenchon, car lui on le laisse parler même si ce n'est pas de son programme. Invitez Asselineau si vous voulez un débat de fond !
Je crois qu'il y a une remarque qui s'impose pour remettre le débat dans de bon termes.

On n'attaque pas Mélenchon parce qu'il ne parle pas du fond. On l'attaque parce qu'il est bien l'un des seuls à en parler. La plupart des "belles personnes" (pour reprendre ce terme mélenchonien que je n'aime pas trop mais qui est utile en la circonstance) parce que son fond est de remettre en question le système qui leur profitent à eux plus qu'aux autres. Mais aussi certains comme DS qui (et ça crève au moins mes yeux) aiment en fait bien Mélenchon, voir ne sont pas bien loin de voter pour lui, (voir y sont), et veulent l'entendre toujours plus sur le fond, parce que c'est ce qu'ils souhaitent voir plus dans les débats.

D'un coté donc Mélenchon doit comprendre qu'il ne doit pas se disperser et en particulier éviter l'ad hominem. Je pensais que J4M était une merde bien avant qu'il fasse son attaque grotesque et ma foi, une réponse, pourquoi pas. Mais quel erreur de troll (et je m'y connais) de ne pas répondre à l'agressivité de J4M par une civilité irréprochable ? L'invective ne déshonore que son auteur dans un débat - rien n'est plus vrai. Et puis se laisser emporter dans un troll, après... Il aurait mieu fait de gérer comme Lagarde et de faire copain copain dans un train.

De l'autre il est vrai que la critique de Mélenchon est immédiatement instrumentalisée dans une guerre de l'opinion et à ce sujet, on peut garder à l'esprit que certaines remarques ont des échose néfastes en public qu'elles n'ont pas en privé - et ce même quand on fait profession d'une parole publique. Ceci dit, ayant invité les deux, dont un récemment, il était difficile à DS de ne pas en toucher deux mots, d'une façon qui me semble raisonnable au demeurant. J'ose espérer que les plus anxieux de la candidature de JLM auront compris, dans cette mise en avant de lettre de défense, qu'@si a une affection particulière pour cet homme politique là en particulier et se doit paradoxalement de composer une attitude autre qu'un soutien non critique qui la décrédibiliserait.

J'espère que JLM a lu la critique de DS et en a tiré quelque chose. Je ne doute pas que c'est ce que DS espère aussi.
Bravo Mouffette.J'avais déjà voté pour la chronique qui dénonce justement les excès conjugués des journalistes à propos des évènements d' Egypte. Dommage. Même si je ne partage pas toutes ses idées,je déteste aussi ce qui s'est tissé autour de cet homme.Et j'apprécie votre coup de gueule.
La critique la plus evidente qu on peut faire à Melenchon c est qu il est impulsif et ses reponses souvent cinglantes .Alors bien sur ,c est facile aprés de le decribiliser, en le faisant passer pour un excité qui insulte les gentils journalistes. Mais sur le fond, à chaque fois qu il essaye de parler de politique ou de son programme on le coupe ,pas interessant.. . L exemple le plus criant c est quand Melenchon est venu dans la salle d interrogatoirede Demorand à europe 1. A voir sur Youtube.atterrant.. ceci dit quoi qu on dise , c est le rare politique de gauche qui defend les plus demunis ,en ce moment helas les socialistes ils sont muets comme des carpes. C est à celui qui sera chef à la place du chef. Lamentable,s ils se cassent la gueule ils vont encore dire que c est la faute des autres..
Voilà, le site est devenu officiellement un site politique qui soutient JLM. Ou le nombre de pages vues était-il en baisse pour qu’il faille sortir un marronnier spécial ASI ?

Sinon pourquoi succomber aux forums et mettre en Une cet avis de Mouffette qui a le mérite d'exister mais ne représente en rien une analyse ou un travail journalistique mais est une opinion militante qui assume de grosses approximations. Mouflette ne reconnait en rien ce que JLM reconnait de lui-même, c'est-à-dire que même si les questions des journalistes ne lui semblent pas toujours scandaleuses il peut choisir (ce qu’il fait souvent) une position agressive, de déstabilisation pour se positionner dans un schéma simple : les médias sont du côté de la droite et sont contre JLM (cad que si l’on est contre JLM on est à droite).

« Le plus célèbre caricaturiste français dessine Mélenchon en nazi » nous dit mouflette surement sincère. Non il y a dans le dessin ce poing serré de JLM et sur le brassard qui raconte une autre histoire. Plantu n’a pas fait là son meilleur dessin notamment car il ne permet pas aux soutiens de JLM de se poser un peu plus de questions sur sa manière de faire de la politique et sa façon d’assumer le populisme. « Tous pourris » vs « qu’ils s’en aillent tous » … poser la question du parallèle à faire ou non me paraît au moins nécessaire.

Quand à interdire à JLM de parler sur le fonds… Rigolons un peu. Vous l’avez entendu expliquer un peu comment il allait obtenir l’unanimité des pays de la Zone euro pour réviser une nouvelle fois les traités et mettre en œuvre la gouvernance à son goût. Quels sont ses partenaires dans cette stratégie ? La gauche Allemande ? Raté … Ou veut-il sortir de l’euro ? Etudions ça, pourquoi pas ! Mais avec peut-être avant une petite étude d’impact. Son livre reste à la surface des problèmes. Il nous rappelle beaucoup de vérités dérangeantes, d’inégalités scandaleuses mais ne est très pauvre sur les différents leviers politiques et leur niveau d’exercice (local, nationnal, européen, mondial …). Mais il n'est pas le seul, les Français n'aiment pas parler du fond. Tout au plus ils aiment la philosophie ou la théorie politique … mais lorsqu’il faut parler milliards, détail des propositions, effets indirects, rapport de force dans les décisions… basta trop compliqué … pas assez de clic sur mon site.

Admettons que JLM ait été mal traité par Plantu mais Aubry, Royal, Bayrou … pourquoi ne pas créer à chaque fois un comité de soutien à ces pauvres politiques que Plantu arrange à la truelle ce qui fait sourire la majorité mais peu heurter les fans.

Et si les réactions au dessin de Plantu montraient qu’il avait touché un peu juste. S’il était vraiment hors sujet aurions nous droit à une telle polémique ? S’il était seulement un peu au-delà de la ligne jaune ?
"il ne permet pas aux soutiens de JLM de se poser un peu plus de questions sur sa manière de faire de la politique et sa façon d’assumer le populisme"

Ne t'inquiète pas pour nous, on sait lire : http://www.jean-luc-melenchon.com/2010/11/le-populo-et-le-populaire/

"Vous l’avez entendu expliquer un peu comment il allait obtenir l’unanimité des pays de la Zone euro pour réviser une nouvelle fois les traités et mettre en œuvre la gouvernance à son goût."

Oui. Plusieurs fois même. Renseignez-vous. Mots-clés : opt-out, compromis de Luxembourg, referendum, souveraineté nationale...

"Ou veut-il sortir de l’euro ?"

Il dit que sortir de l'euro ne résoudrait rien. Renseignez-vous.

"Quels sont ses partenaires dans cette stratégie ? La gauche Allemande ? Raté …"

Die Linke c'est quoi à votre avis ?

"Son livre reste à la surface des problèmes."

Vous n'avez qu'à lire les autres. Ce livre est une introduction accessible au plus grand nombre. Pour inciter les gens à s'investir dans la vie politique. Lisez Jacques Généreux en complément si vous voulez rentrer dans les détails.

"Il nous rappelle beaucoup de vérités dérangeantes, d’inégalités scandaleuses mais ne est très pauvre sur les différents leviers politiques et leur niveau d’exercice (local, nationnal, européen, mondial …). Mais il n'est pas le seul, les Français n'aiment pas parler du fond. Tout au plus ils aiment la philosophie ou la théorie politique … mais lorsqu’il faut parler milliards, détail des propositions, effets indirects, rapport de force dans les décisions… basta trop compliqué … pas assez de clic sur mon site. "

Regardez le débat Attali-Mélenchon sur @SI. Lisez les propositions de programme partagé du PG.

"Admettons que JLM ait été mal traité par Plantu mais Aubry, Royal, Bayrou … pourquoi ne pas créer à chaque fois un comité de soutien à ces pauvres politiques que Plantu arrange à la truelle ce qui fait sourire la majorité mais peu heurter les fans. "

L'idéologie dominante nous bourre le mou depuis des années avec "les extrêmes qui se rejoignent". Nous sommes obligés de lutter contre ces débilités afin de pouvoir proposer une autre orientation politique qui ne soit pas libérale.

Ne t'inquiète pas pour nous, on sait lire : [www.jean-luc-melenchon.com]


J'avoue que moi aussi, j'ai toujours considéré que je savais lire, et pourtant j'ai toujours du mal à lire les textes de Mélenchon. Je n'y arrive pas, je le trouve pompeux, fatiguant, confus, il m'ennuie.

L'autre ennui, c'est que toujours, ses fanboys (et girls, ne soyons pas misogynes) balancent toujours un lien vers le blog du monsieur comme justification de ce qu'il a, aurait déjà dit, comme marque page au grand livre auquel toujours se référer. Jamais personne pour redire, ré-expliquer, reformuler sa pensée. Moi, ça me semble toujours louche ce genre de situation, surtout quand la pensée de base me semble confuse. Ça sent le truc pas clair, quoi (mais j'ai mes limites aussi, peut-être que je ne sais pas si bien lire, après tout).

Mais bon, je me dis que cette fois fais l'effort.

Dès le début du texte : "donner quelque chose de saignant à la meute qui gémit d’excitation" ; Jetez un os et aussitôt la clameur des chiens. Alors voilà, j'arrête un instant, et j'ai une petite pensée pour ceux ici qui considèrent qu'il est victime et uniquement victimes des autres, les journalistes, les méchants, la meute, les "éditocrâtes", les sociaux traites et le monde entier qui n'est pas d'accord avec lui, bref, tous ceux qui l'insultent, lui, alors que lui n'a rien demandé à personne : lui, tout ce qu'il veut, c'est parler du fond. Comprenne qui pourra, je suppose que cette fois là (le texte date un peu), il avait déjà une bonne raison d'insulter.

Mais si je résume le ressenti du début de ma lecture : Je suis un chien, qui en plus à voté oui et qui fait je ne dois probablement même pas avoir le droit à la parole. En tout cas, déjà, j'ai l'impression de me faire aboyer dessus, ce qui n'est pas bon signe pour espérer me faire adhérer à son système de pensée et son diagnostic qui semble si lumineux.

Et puis je continue, difficilement, je relis trois fois le chapitre suivant, mais arrive ce qui arrive toujours avec sa prose, des lignes sautent, des mots aussi, parfois des paragraphes entiers. Je reviens en arrière, saute en avant et puis à la fin, je ne comprend rien. Non, je n'y arrive pas, désolé. Il accumule, vitupère, se fache très fort contre "ils", amalgame dans tous les sens, mais pardon de le dire un peu abruptement, pas l'ombre d'un bout d'articulation logique, c'est de la bouillie, et je ne comprend pas ni ce qu'il veut me dire, d'où il part, où il veut m'emmener.

A la fin me reste de ce très long texte de Mélenchon, dont j'ai lu attentivement et péniblement quelques paragraphes et vaguement survolé le reste un peu dépité, l'impression qu'il me prend potentiellement pour un chien, il n'est pas content et énervé et qu'il est de gauche mieux que les autres : tout ça, je m'en fous royalement. C'est peut-être injuste pour lui. Mais je n'ai jamais réussi à dépasser ce stade avec ce bonhomme là.
A la fin me reste de ce très long texte de Mélenchon, dont j'ai lu attentivement et péniblement quelques paragraphes et vaguement survolé le reste un peu dépité, l'impression qu'il me prend potentiellement pour un chien, il n'est pas content et énervé et qu'il est de gauche mieux que les autres : tout ça, je m'en fous royalement. C'est peut-être injuste pour lui. Mais je n'ai jamais réussi à dépasser ce stade avec ce bonhomme là.

En somme, vous n'êtes pas du tout qualifié pour donner un avis éclairé, même négatif, sur ce que pense et propose Mélenchon, puisque vous dites vous-même ne pas arriver à le lire.
Et pourtant vous le donnez, votre avis, et de façon péremptoire avec ça.

Pas gêné GM !
J'ai écris aussi : "je ne dois probablement même pas avoir le droit à la parole".

Au moins j'ai la réponse.
Comment ça vous n'avez pas "le droit" à la parole ? Que croyez-vous donc faire en écrivant ici ? Vous vous exprimez, c'est votre droit, mais vous dites n'importe quoi puisque vous reconnaissez vous-même ne pas savoir exactement de quoi vous parlez ! Assumez mon vieux, vous n'aurez pas écrit pour rien.
hum, en somme, j'ai "le droit de parole", mais je ne suis pas "qualifié pour donner mon avis". Assumez aussi de votre côté, comme ça les cochons seront bien gardés (et diantre, je ne suis pas si vieux, et en aucun cas je ne suis le votre).

Dans mon précédent post, j'évoque :

-> l'usage de l'insulte par le sieur Mélenchon, qui, s'il n'est pas systématique reste tout de même fort courant, et semble faire partie d'une stratégie assez assumée (il faut "nourrir la meute", dit-il lui même, "et même les chiens" pourrait-il ajouter dans un moment d'égarement poétique humaniste qu'on lui connaît si bien)

-> le fait que ses écrits, pour long qu'ils soient, sont à mon avis aussi *très* confus, et en tout cas *très* pénibles à lire, ce qui n'aide pas à la diffusion de sa parole ni de son diagnostic, aussi lumineux soit-il.

-> le fait que parmi ses partisans, à part : "lisez mieux", "regardez mieux", "renseignez-vous", (à cet égard, la réponse de hsyl20, quelques messages au dessus est exemplaire), personne pour expliquer en quoi consiste sa pensée et son diagnostic, aussi lumineux soient-ils (mais franchement, vous espérez convaincre quelqu'un en lui expliquant qu'il est un con, qu'il n'a qu'à mieux lire ?).

Je pourrai ajouter que je ne me prononce pas sur le fond de sa pensée, vu que je ne la comprend pas, et que personne parmi ses partisans n'ai l'air de s'en inquiéter alors que vous devriez considérer, à mon avis, que ça fait partie du problème. Au lieu de ça, on insulte ("la meute de chiens"), on disqualifie ("pas qualifié pour donner son avis"), tout en assurant, la main sur le coeur que tout ce qu'on demande, c'est de parler du fond.

J'ajouterai que le fait que, comme le chef, les militants qui sont toujours prêts à venir mordre (mais pas en meute, ça c'est pour les autres) en prenant une posture outragée et assiégée dès lors qu'on ose émettre une petite critique sur le fond ou la forme ou le chef finissent par dégager une impression très désagréable.

Sur ce, comme je suis au bord de l'overdose de Mélenchon pour aujourd'hui, j'arrête ici.
Allez, vieux, encore un petit pour la route ?
Vous écrivez : "à part : "lisez mieux", "regardez mieux", "renseignez-vous", (à cet égard, la réponse de hsyl20, quelques messages au dessus est exemplaire), personne pour expliquer en quoi consiste sa pensée et son diagnostic, aussi lumineux soient-ils (mais franchement, vous espérez convaincre quelqu'un en lui expliquant qu'il est un con, qu'il n'a qu'à mieux lire ?). "

Mais enfin, vous croyez que Mélenchon prend la peine d'écrire ses textes (livres ou blog), trop longs, je vous le concède, pour que ses "disciples" viennent ensuite en faire l'exégèse, commentaires éclairants et prosélytes à l'appui ? Vous croyez donc qu'il se prend pour le christ réssuscité, lui qui en appelle à une révolution citoyenne ?
On ne vous demande pas de "lire mieux" on vous demande de donner votre avis sur ce que vous avez lu, à partir de ce que vous avez compris. Et vous avez le droit y compris à l'erreur, tout comme de ne pas être d'accord. Mais parlez de ce que vous pensez savoir bon sang, au lieu de faire de l'anti-mélenchon, sans le texte !
Faut pas faire chier Juléjim et hsyl20.
Moi c'est ce que j'ai compris de ce que j'ai lu ^^
Mon avis sur ce que j'ai lu (et je n'ai pas tout lu)(et comme vous disiez, je ne suis pas qualifié) : des insultes, de la morgue, une mentalité d'assiégé et victimaire, et une non envie de convaincre, vous avez l'air de très bien vous sentir entre vous. Ça ne donne guère envie d'aller plus loin.

Pour votre gouverne, Mélenchon, je m'en cogne royalement (et Royal, je m'en cogne Mélechonnement, hi hi) et des livres, des articles, des blogs à lire, j'en ai plein d'autre. Et c'est le cas de tous ceux qui ne sont pas militants, ce qui représente au bas mot 95% des gens. Donc, si vous ne faites AUCUN effort pour aller vers ceux qui vous ne vous sont pas déjà acquis, mais vous contentez de les prendre de haut, les insulter et les mépriser avec condescendance, ne vous étonnez pas qu'ils vous le rendent et n'aillent pas plus loin.
Hoooooo,toi tu te sens exclu!!! Viens là on va faire un câlin! Làààààààà, c'est finit.... :o)
Mélenchon a toujours été méprisant et plein de morgue, ça le perdra. Non, en fait, ça l'a déjà perdu. Il se radoucira en 2012, le soir du premier tour, quand du haut de ses 4 ou 5%, il commencera à faire de l'oeil à Strauss Kahn pour s'assurer quelques élus aux législatives et une place au gouvernement.
Non, en fait, ça l'a déjà perdu. Il se radoucira en 2012, le soir du premier tour, quand du haut de ses 4 ou 5%, il commencera à faire de l'oeil à Strauss Kahn pour s'assurer quelques élus aux législatives et une place au gouvernement.

Mme Irma a encore frappé!

Non, en fait, ça l'a déjà perdu. Il se radoucira en 2012, le soir du premier tour, quand du haut de ses 4 ou 5%, il commencera à faire de l'oeil à Strauss Kahn pour s'assurer quelques élus aux législatives et une place au gouvernement.

Mme Irma a encore frappé!


Bon, je vais faire ma Mme Irma : 2012, Mélenchon ministre de l'Education de Martine Aubry. A partir de là, mène une politique de gauche dans son secteur : titularisations, création de poste : il faut dire qu'il arrive sur un champ de ruine. 2015, démissionne avec fracas, ne pouvant plus tenir le grand écart qui existe entre ce qu'il fait et les politiques de l'intérieur menées tambour battant par Manuel Valls, de l"économie menée par le ministre DSK.
Oui, lrma (dont nous sommes, cette fois-ci les avatars) avait raison. Le Diable dont on a tout dit se révèle être quelqu'un de bien. Et le Diable répond que Mélenchon est également homme de bien. Nous ne donnons jamais, nous ne faisons qu'échanger. Non, Freud n'était pas un imbécile.
J'entends cliqueter toutes ces horloges qui vont essayer de sonner à la même heure de rhétorique, les horlogers de mauvaise foi, qui vont faire que deux plus cinq font quatre, les trois escamotés on ne saura où par la prestidigitation du verbe :

La Reine de la Sociale-Démocratie Aubry est bonne femme, le Roi du Populisme Mélenchon est bonhomme, avons-nous jamais dit autre chose ?

Vérité brûlante, inaudible au pays des enfants et des rois.
Effectivement, ce n'est pas très cordial tout ça.

Il est vrai que les textes de JLM sur son blog peuvent paraître un peu longs et fastidieux pour les non adeptes.
Pour ma part, je le trouve plus clair lorsqu'il s'exprime à l'oral (je suis frappée par sa capacité à structurer sa pensée, sa rapidité à réfléchir et ses aptitudes à débattre, j'ai hâte qu'il passe à la séquence suivante : les débats avec les autres politiques).

Je vous suggère donc cette vidéo où il est en conférence à l'EDHEC business school d'Amiens (je crois) et où il expose un certain nombre chose et notamment la radicalité de son approche. J'ai trouvé le tout assez cohérent.
Je peux comprendre que cette radicalité puisse rebuter, mais je ne suis pas sûre qu'il y ait beaucoup d'autres alternatives pour se faire entendre aujourd'hui dans ce système médiatique (les journalistes sont souvent à pleurer et quelque soit la personnalité qu'ils ont en face d'eux).
JLM ne me donne pas l'impression de ne pas souffrir la contradiction, il me semble juste prêt à en découdre avec qui veut débattre pour faire avancer les idées du FG. Ça reste une lutte, et ce n'est pas en étant policé qu'on se bat, il faut montrer les crocs. Je ne suis donc pas choquée par sa radicalité, elle est cohérente.

Il y a quelques problèmes de micro, mais je trouve qu'il expose assez bien la stratégie (radicalité, critique des médias, clivage des extrêmes...) et les propositions du front de gauche (assemblée constituante, sortie du traité de Lisbonne, éducation, citoyenneté, laïcité...).
Même si on n'adhère pas aux idées de JLM, je trouve qu'il incarne une certaine authenticité (d'où les défauts, mais aussi les qualités du personnage) et un style dissonant dans un paysage politique totalement aseptisé et totalement désespérant. C'est assez long (1h50 environ) mais il faut au moins ça, non ?

Cliquez sur : Conférence JL Mélenchon à l'Edhec Business School

Essayer d'aller jusqu'au bout, vous me direz ce que vous en avez pensé, j'espère. Bonne vidéo.

Cordialement.
Ça reste une lutte, et ce n'est pas en étant policé qu'on se bat, il faut montrer les crocs. Je ne suis donc pas choquée par sa radicalité, elle est cohérente.

Exactement. C'est d'ailleurs ce qu'il a encore répété hier à Lyon, et ce qu'il répète sans arrêt.
Je complète ma réponse.

C'est ce qu'il essaie sans arrêt de faire comprendre à ceux qui lui reprochent sa brillante et violente éloquence. Je ne comprends pas comment des gens peuvent encore ignorer cela. Ils doivent vivre en bisounours land, comme Guillaume Durand qui a été choqué par les propos de Mélenchon sur le G20. Le pauvre, on aurait dit qu'il atterrissait ; il était ébahi !

Le plus fou, c'est que même pendant les révolutions tunisiennes et égyptiennes, des naïfs arrivent encore à rester coincés sur le poncif "Mélenchon intelligent mais gueulard et c'est dangereux".

En Tunisie, le peuple a crié BEN ALI DÉGAGE ! En Égypte on crie MOUBARAK DÉGAGE ! En Italie maintenant, on entend "CHE SE NE VADANO TUTTI" ! Et en France, on reproche à l'homme qui a commencé son dernier livre par ""Qu'ils s'en aillent tous !" Ce sera demain le slogan de millions de gens" et par une citation de Jaurès, "La nature et l'histoire, malgré leur brutalité et leur férocité, sont un cri d'espoir" de trop gueuler et même de desservir sa cause ?

Je vais bien, tout va bien...

Le pire, c'est que c'est un homme d'ordinaire calme et souriant, et qu'il est très gentil et humble. Allez à une séance de dédicace de son livre, et vous verrez ! Forcément, les mélenchonophobes préfèrent le voir comme un grand égocentrique (certains vont même jusqu'à compter les "je" dans ses interviews pour justifier leurs attaques, si, si !), ne retiennent que quelques vidéos (la fameuse "petite cervelle" ou le fameux "salaud") et ignorent délibérément la majorité de ses interventions calmes et brillantes (à France Culture, récemment sur France 5 avec Demorand (!), avec Bourdin sur BFMTV, dans toutes les très nombreuses vidéos du PG, etc.)
Justifier la violence et comparer la situation ici à celle de la Tunisie, l'Égypte ou toute autre dictature est quand même d'une indécence rare. Des balles réelles là bas.
Quand ai-je justifier la violence ? Vous êtes fou ou quoi ?

Je pars de constats, de faits : la situation internationale est grave. Nous courons à la catastrophe, bon sang ! Ouvrez les yeux ! Nous sommes dans une période tragique de l'Histoire - sur le plan écologique, économique, politique et social. Nous sommes en lutte, nous, anti-libéraux et républicains. Vous ne pouvez nous demander d'être calmes et doux comme des agneaux face à nos adversaires et de baisser les yeux, surtout quand chaque jour s'élève davantage la voix des peuples contre l'oligarchie qui les saignent - et ce littéralement en Égypte et en Tunisie. Chaque pays est bien sûr différent, qui peut dire le contraire ? Cela dit, vous ne pouvez dire qu'il n'y a aucun rapport entre les mouvements sociaux d'Europe contre les "mesures d'austérité", les révolutions d'Amérique latine, la révolution tunisienne, et la révolution en Égypte, et d'en d'autres pays ! Le capitalisme, avec sa chère "concurrence libre et non faussée", montre plus que jamais qu'il ne peut plus se cacher sous une enveloppe démocratique. La démocratie, la vraie, et encore plus la république, qui est fondée sur la défense de l'intérêt général, est son ennemie mortelle. Il ne s'agit surtout pas de mettre tout sur le même plan, il s'agit d'être lucide, de réfléchir, de faire avancer des débats, et de tirer des leçons du réel.

Je n'ai jamais dit que la Tunisie ou l'Égypte étaient comme la France. Cela dit, selon moi, ces révolutions nous concernent et, même si nous vivons dans une semi-démocratie médiatique (et encore, pour Serge Portelli, vice-président du tribunal de Paris, nous ne sommes plus en démocratie), et non dans une dictature pure et dure qui saigne sans limite son peuple, il est toujours de notre devoir d'analyser ce qui se passe dans le monde et de le comparer - c'est à dire "rapprocher pour mettre en évidence des rapports de ressemblance ou de différence" selon le Trésor -, et non l'assimiler, à ce qui se passe chez nous. Nous avons aussi chez nous un problème de démocratie, c'est un fait. Par ailleurs, comme l'a répété Mélenchon, ce qui se passe en Tunisie est une affaire de famille. Ce n'est pas quelque chose d'exotique qui ne nous concernerait en aucun cas. De tels évènements doivent nous faire réfléchir, nous qui souhaitons ardemment une révolution citoyenne chez nous ! Cela dit, nous souhaitons une révolution citoyenne justement pour éviter la violence réelle - les balles réelles : il s'agit d'apporter une solution politique forte, claire et nette, et de faire cette révolution par les urnes : voilà pourquoi elle est dite citoyenne. Point de violence ne doit être tolérée, autre que verbale. Et encore, dire à un journaliste, d'ailleurs très calmement, "allez au diable", franchement, il y a pire comme "violence verbale", et surtout, n'abandonnons pas notre humour, malgré la gravité de la situation.

Par ailleurs, ne voyez-vous pas que le gouvernement fait tout pour se préparer à de telles insurrections populaires, ici, en France ? J'ai personnellement vécu une de leurs "expérimentations" ou "innovations", comme l'a joliment tourné le Préfet du Rhône après ce qu'on a appelé la "garde à vue à ciel ouvert" place Bellecour, le 21 octobre dernier. Cher GM, écoutez ce discours de Serge Portelli, et vous vous ferez une idée de l'état de la démocratie en France - et ajoutez aux constats de ce magistrat le passage en force du Traité de Lisbonne contre l'avis du peuple, ou alors les projets de contrôle des budgets nationaux approuvés par la droite, les gentils d'EÉ et tout le PS sauf Emmanuelli, etc : http://www.dailymotion.com/video/xfv08z_1-3-discours-de-serge-portelli-a-lyon-le-24-11-10_news
je suis pas mélenchenophobe (d'ailleurs pourquoi devrions-nous avoir une peur irrationnelle de cet homme ?), et pas mélenchonphiles non plus; je tique juste sur cette phrase

"Ça reste une lutte, et ce n'est pas en étant policé qu'on se bat, il faut montrer les crocs"

que dire alors de Gandhi, Rosa Parks, Martin Luther King, le Daïla-Lama, Lysystrata, cette femme qui a chevauché nue pour lutter contre la guerre en Angleterre, Lady quelque chose (son nom m'échappe sur l'instant et j'ai la flemme de rechercher) et même Jésus (en tant que figure historique), etc....

combien d'hommes et de femmes dans l'histoire nous ont prouvé qu'il était des combats victorieux et qui plus est qui ne nécessitait pas de violence.
On peut être radical et avoir des discours passionnés, jugés parfois violents, tout en étant contre la violence "réelle" ou physique. Voilà la démarche de Jean-Luc Mélenchon, qui est en lutte, qui se bat, mais qui le fait par le Verbe. Je trouve personnellement ses "attaques" ou "colères" (j'aimerais qu'on les recense, qu'on rigole) toujours saines et justifiées, et ses envolées verbales souvent brillantes, voire très drôles, et non "violentes". Devrait-on qualifier tous les grands orateurs que l'histoire a connu de "violents rustres" ?

La violence, la vraie, est-elle la sage femme de l'histoire ? Relisez Quatrevingt-treize. Quoiqu'il en soit, il faut à tout prix défendre la voie démocratique et républicaine ; c'est une exigence intellectuelle et morale. Si nous échouons dans cette voie, alors je ne vois pas comment nous pourrons éviter la violence, la vraie...

Mais attention : cette violence ne provient jamais de ceux qui se battent pour l'intérêt général, pour la liberté, l'égalité et la fraternité, mais bien toujours de ceux qui vivent sur le dos des autres et qui refusent d'abandonner leurs privilèges. Les premiers sont contraints de forcer les seconds à les abandonner. C'est comme ça. On ne peut pas, comme veut le faire Eva Joly, "faire prendre conscience aux chefs d'État" que ce qu'ils font, c'est mal, et espérer qu'ils abandonnent gentiment leurs privilèges. C'est une lutte. Ce serait si beau, si l'on pouvait tous s'assoir autour d'une table avec les puissants, leur expliquer pourquoi ce qu'ils font est mal, et qu'ils nous quittent changés et raisonnés. Non, c'est une lutte. Mélenchon pense qu'on doit les y contraindre par la loi, c'est à dire par des procédés démocratiques, car la France jouit encore d'élections libres. Où est le problème ?

Non, c'est une lutte. Mélenchon pense qu'on doit les y contraindre par la loi, c'est à dire par des procédés démocratiques, car la France jouit encore d'élections libres. Où est le problème ?
Modifié 2 fois. Dernière modification le 22:45 le 30/01/2011 par mouffette.


Si vous réduisez la démocratie aux élections, on est mal barrés.
Et d'une, notre système électoral, avec la présidentielle au centre, est contesté par ceux qui veulent une 6ème République et une constituante. Manque de bol, pour changer les choses, il faut gagner la présidentielle. Et il n'y a aucune garantie que le gagnant aura envie, une fois élu, de changer un système qui lui a permis d'arriver au pouvoir. Remember Mitterrand, le modèle de Mélenchon, qui avait écrit "le coup d'État permanent" pour dénoncer les institutions de la Vème République et qui s'en est fort bien accommodé, de ces institutions, lorsqu'il est arrivé au pouvoir.
Que penser, par ailleurs, d'assemblées parlementaires qui permettent à seulement 1 % d'ouvriers et employés d'être élus alors qu'ils pèsent plus de 25 % de la population ?
http://programme.lepartidegauche.fr/index.php?option=com_content&view=category&id=4:chapitre-1--refondation-republicaine&Itemid=10&layout=default
Je sais que ce n'est pas le lieu mais rien qu'un point. Je parcours la seconde page du programme du PdG et dès le Trois, je tombe là-dessus :

3) Le Sénat sera supprimé car une chambre qui ne procède pas du suffrage universel ne doit pas faire la loi.

Oui mais justement, JLM vient de nous dire que l'Assemblée était une arène, un lieu de pugilats, tandis que le Sénat voyait de véritables débats.
Et pourquoi ?

Parce que les sénateurs ne sont élus du peuple et n'ont besoin de se faire entendre de leurs électeurs par l'intermédiaire de la société de spectacle des médias, avide de petites phrases et de grands hurlements. Parce que nous suivons les personnalités davantage que les projets. La politique devient politicienne parce qu'il faut se faire élire et demeurer à son poste avant de s'occuper du Bien Public. Ou de métamorphoser la France en Suisse ou en Norvège.

Je ne reviens pas sur la question de la légitimité de sénateur soulevée par Demorand et que Mélenchon condamne lui-même dans cet article.

Ce n'est pas un détail : c'est justement un des travers les plus difficiles à combattre dans notre pays (l'Universel est plus exigeant, demeurons en France pour l'instant, notre histoire nous imprègne à grande profondeur.) C'est pour cela qu'il y a des assemblées qui ne sont pas élues au suffrage universel. D'ailleurs, ce n'est pas un déni de démocratie, puisque la gauche est bien mieux représentée au Sénat qu'à l'Assemblée Nationale compte tenu des chiffres véritables. Ce jeu des assemblées est un dispositif anti-putsch.

Attention aussi aux dictatures des majorités : 51 % des votes donneront 100% du pouvoir, au suffrage universel comme aux autres. C'est donc toujours une guerre de domination. Une véritable invention en démocratie serait un dégradé des pouvoirs fonction également des minorités. Et on voit bien la difficulté voire l'impossibilité d'une telle chose, sinon à déterminer des nations non en fonction de leur histoire, mais de ce que les hommes souhaitent vivre comme expérience.
Il y a d'autres pistes. Mais ces radicalités-là exigent des bouleversements tectoniques majeurs, guerres attaliennes ou évolutions drastiques de la pensée en réseau, ce genre de broutilles, des événements que Mélenchon a le courage de subodorer, mais il a de bonnes fréquentations et de bonnes lectures, c'est certain. Il évolue également assez vite. Il risque peut-être même un jour de surprendre ses plus proches soutiens. Pragmatique, visionnaire, aventurier ?

Mais oui, nous sommes entrés chez Irma, J'arrête donc.
Oui mais justement, JLM vient de nous dire que l'Assemblée était une arène, un lieu de pugilats, tandis que le Sénat voyait de véritables débats.

?
Gandhi : il avait derrière lui des centaines de millions d'Indiens, ça aide. Et il a aussi eu la chance d'avoir le pragmatisme anglais en face de lui.

Rosa Parks : un symbole qui a lancé une lutte, qui fut violente par la suite pour triompher.

Martin Luther King : idem que ci-dessus.

Le Daïla-Lama : le Tibet est toujours chinois ce me semble...

Lysistrata : c'est de la fiction.

Bref, sans un minium de violence (concrète ou symbolique) on obtient rien.
[quote=GM]Je n'y arrive pas, je le trouve pompeux, fatiguant, confus, il m'ennuie.

[quote=GM]Moi, ça me semble toujours louche ce genre de situation, surtout quand la pensée de base me semble confuse. Ça sent le truc pas clair, quoi (mais j'ai mes limites aussi, peut-être que je ne sais pas si bien lire, après tout).

[quote=GM] des lignes sautent, des mots aussi, parfois des paragraphes entiers

[quote=GM] j'ai lu attentivement et péniblement quelques paragraphes et vaguement survolé le reste un peu dépité, l'impression qu'il me prend potentiellement pour un chien

Toutes ces citations prouvent que tu parles d'une opinion personnelle et que tu critique pas sur le fond (qui est universel) mais sur les impressions qu'il t'as laissées.

Ce sont les tiennes et tu las le droit d'en témoigner (même si je trouve que tu te repètes trop au fil de tes paragraphes qui dégagent toujours la même idée ton post aurait gagné à être racourci en ne laissant que les deux premier paragraphes)

Bref tu ne fais pas vraiment avancer le shmilblick mais tu as le droit de témoigner ton expérience personnelle.
"pour moi, les luttes sociales et les luttes écologiques doivent non pas simplement se juxtaposer à dose variable, mais il faut en faire une SYNTHÈSE ce que, jusqu'à présent, aucune tendance politique ne fait de façon claire et satisfaisante."


Très juste cher(e) jardinier(e) ! C'est pourquoi mon coeur et ma raison oscillent depuis longtemps entre le rouge et le vert. L'alliage Front de Gauche (+NPA ?) pourrait me satisfaire pour le politico-social et l'alliage EE-les Verts est plutôt satisfaisant pour l'écolo-politique. La synthèse que je souhaite comme vous n'est peut-être possible que dans une alliance de ces deux pôles, sans que l'un ou l'autre n'ait le sentiment de renier leur spécificité, social pour l'un, écologique pour l'autre ?

Le danger c'est sans doute un mélange façon barbouille : rouge+vert... ça donne marron ! La m.... quoi !

:-)
l'alliage EE-les Verts est plutôt satisfaisant pour l'écolo-politique.

Ce n'est pas ce que pensent beaucoup d'écologistes qui ont rejoint le Parti de Gauche pour la raison suivante : EÉ/LV refuse de rompre avec l'Europe libérale, ce qui pose un énorme problème quand on souhaite opérer la grande bifurcation écologique nécessaire pour éviter des catastrophes et pour "limiter" celles qui sont déjà amorcées. Il est faux de dire que l'écologie serait "ni de droite ni de gauche", comme le prétendent des gens comme Cohn-Bendit ou Duflot, qui séparent écologie et socialisme. L'écologie est incompatible avec le libéralisme économique, qui se confond aujourd'hui avec le capitalisme et le productivisme, et donc avec l'Europe libérale. Attention au capitalisme vert ! L'écologie doit être politique, et elle rejoint la ligne du socialisme et du républicanisme : ce qui les lie est la défense de l'intérêt général. L'écologie politique est aujourd'hui représentée par le Parti de Gauche.

Je vous renvois à cet excellent discours de Jean-Luc Mélenchon prononcé jeudi dernier lors du forum du programme partagé sur le capitalisme vert, à Bordeaux. Il explique les choses bien mieux que moi, évidemment : http://www.dailymotion.com/video/xgt9vl_jean-luc-melenchon_news
On parle bien de faire passer un message, et c'est bien ce à quoi est confronté Melenchon : à lui de trouver la 3eme voix entre textes fleuves du blog, et je suis d'accord avec GM, ces textes comprennent somme toute peu de propositions politiques, et les interventions médias dont on connait les effets pervers, caricature, intervieuwer décides à "se faire Melenchon" ...

On peut toujours se mettre dans une position victimaire, je trouve qu'il y va de plus en plus souvent sur son blog (victimaire du genre "bête blessée donc mordeuse hein), mais je suis pas sur que ce soit efficace pour atteindre au delà du cercle des militants déjà convaincus.
Mais bon, je me dis que cette fois fais l'effort.
Dès le début du texte : "donner quelque chose de saignant à la meute qui gémit d’excitation" ; Jetez un os et aussitôt la clameur des chiens"


Tiens, tiens, ces phrases datent du 29 novembre dernier. Vous avez dû en mettre du temps avant de trouver une phrase assez violente pour illustrer votre propos. Je vous imagine lisant tous les articles du blog de Mélenchon en remontant jusqu'à novembre dernier avant de trouver une perle parfaite ("non, celui-ci est trop calme ; celui-là trop complexe ; celui-ci trop juste, trop pertinent... 4h de lecture plus tard : "ah, voilà ! parfait !")

XD

Ah, ces méluchophobes, ils me feront toujours rire. J'ai même l'impression qu'ils s'améliorent avec le temps ! Encore ! Encore !
euh... désolé, je n'ai rien cherché du tout, j'ai juste lu l'article lié par un "mélanchophile" dans un post précédent, lequel article était censé prouver plein de choses intéressante. Continuez donc à imaginer, c'est amusant aussi.

etpuis franchement entre ceux qui m'accusent de ne rien lire et les autre de tout lire pour trouver la petite bête, mettez-vous d'accord à la fin.
lol désolée, je ne l'avais pas vu ; je retire donc mes accusations et vous présente toutes mes excuses.
@ GM

avez-vous donc vu la video de l'Edhec ? J'attends vos remarques si vous le voulez bien.

pour rappel : Video de JL Mélenchon à l'Edhec

Cordialement.
@ GM

une 2ème vidéo pour vous JLM vs JFKahn sur libelabo.fr :

ici : Mélenchon vs JFKahn sur libelabo

re-cordialement.
Mélenchon est un littéraire pas un économiste ni un scientifique. C'est peut-être le style qui vous rebute et votre a priori sur ses idées (on apprécie plus ce qu'on partage). C'est donc normal.
Moi aussi j'ai voté oui. A l'époque, je trouvais les arguments du non trop faibles ou trop tordus, aujourd'hui je comprends mieux leurs craintes et surtout la soumission des artisans du oui (Sarkosy, les socialistes...) aux dogmes libéraux. Est-ce bien ou mal?: franchement je n'en sais rien. Mais j'aime bien confronter les opinions: je prends donc plaisir à la lecture du blog de JLM (même si parfois comme vous je saute des paragraphes un peu prechi-precha). C'est bien écrit, le personnage est vivant et haut en couleur. Quand on voit tous ces politiques passe-muraille ressasser la langue de bois, un peu d'air frais çà fait du bien... J'en sais rien pour qui je voterai en 2012 (si je vote parce que je me suis déjà abstenu délibérément) mais je trouve que c'est lui le plus intéressant. Tant que le spectacle est bon, on aurait tort de bouder son plaisir. Après tout, on parle d'arêne politique, c'est donc un métier de gladiateur...
« Le plus célèbre caricaturiste français dessine Mélenchon en nazi » nous dit mouflette surement sincère. Non il y a dans le dessin ce poing serré de JLM et sur le brassard qui raconte une autre histoire.

Vous faites erreur. Le brassard est exclusivement et typiquement nazi.
les gens de la CGT (entre autres) serait ravi de t'entendre je pense :)

et puis aussi les gens qui ont libéré la France, ravis de l'entendre : le brassard est exclusivement et typiquement nazi :( j'en reste comme la Vénus de Milo ;))

lé brasar cé dé truk de nazzi
Les gens de la CGT, ne portent pas de brassards rouges avec un rond blanc et un logo au milieu (en fait, à la CGT, on ne porte pas de brassard du tout, parole de militant CGT). Les brassads des résistants n'étaient pas rouge avec un cercle blanc et un logo. A ma connaissance, il n'y a que les nazis qui portaient ça.

Plantu fait clairement référence aux nazis dans son dessin. C'est pas une croix gammée, c'est un poing dressé ? Ca montre juste que Plantu cumule les amalgames : Mélenchon = le Pen, poing dressé = croix gammée.
j'ai jamais parlé de référentiel rouge avec un rond blanc, si tu fais bien attention à mon propos, j'ai réagi sur la teneur générale de la phrase "le brassard", et pas "ce brassard".

Et les gens de la CGT porte des brassards pendant les grêves, paroles de marseillais qui a des amis CGTistes. Même si il est vrai, ils lui préfèrent maintenant un tissus rouge noué autour du bras, ou un autocollant sur le poitrail, et on les comprend, parce qu'un brassard sur le biceps, ça ramène trés loin en arrière :)

ça montre en effet bien que Plantu cumule les amalgames :

Marine Le Pen = Jean-Marie le Pen = Hitler déjà

puis Mélenchon = le Pen = Hitler donc (si on suit le raisonnement)

Front National = Croix Gammée

Poing Levé = Front National = Croix Gammée

Le poing dressé est un des symboles du communisme si je ne fais pas d'erreur, en plus d'être aussi le symbole des anarchistes, pacifistes, et de Jesse Owens contre l'appartheid, bref de tout mouvement de protestation. en faire une analogie avec les nazis peut se vérifier pour le Stalinisme mais est en revanche complètement stupide vis à vis de Mélenchon, qui n'a rien d'un staliniste.

Et si vraiment Mélenchon s'avère être un staliniste, nous n'avons aucun droit de le déclarer maintenant, d'ailleurs sous quelle intuition pouvons nous penser ça ? ça me rappelle furieusement "Minority Report" de K Dick ça;
j'ai jamais parlé de référentiel rouge avec un rond blanc, si tu fais bien attention à mon propos, j'ai réagi sur la teneur générale de la phrase "le brassard", et pas "ce brassard".

Oui, m'enfin, on parle du dessin de Plantu, non ? Et Plantu a dessiné un brassard de type "rouge avec un rond blanc" sur lequel il n'y a aucune ambiguité, c'est un brassard nazi.

Et je maintiens, en tant que militant CGT, que dans mon organisation, on ne porte pas de brassard. (sauf effectivement un bout de tissu, exclusivement pour le service d'ordre, mais ça n'est pas propre à la CGT)
@ le Veilleur

Voici un uniforme SA

Maintenant, tête pensante du blog, j'attends volontiers la photo de l'uniforme de la CGT, avec ou sans brassard.

Ou alors vous êtes vraiment nul.
relis ta phrase, puis ce que j'ai écrit, tu compendras par toi-même je pense.

la tête pensant du blog.
"La tête pensante "

Il n'y a pas de quoi, et puis comme ça votre signature est plus crédible.

Z'avez vu, hein, leveilleur, quand il s'agit d'aider la communauté @sienne, quel que soit son membre, je ne lésine pas, hein ?
Y'a pas d' quoi.
merci pour cette rectification bien utile à la compréhension de la phrase, "la tête pensantE" donc :)
Mais c'était un plaisir sans mélange de compléter le pensant.

les gens de la CGT (entre autres) serait ravi de t'entendre je pense :)

et puis aussi les gens qui ont libéré la France, ravis de l'entendre : le brassard est exclusivement et typiquement nazi :( j'en reste comme la Vénus de Milo ;))

lé brasar cé dé truk de nazzi

Modifié 1 fois. Dernière modification le 14:12 le 28/01/2011 par LeVeilleur.


Je crois qu'il a voulu dire "la forme du brassard dessinée par Plantu" Parce qu'il faut être sacrément de mauvaise foi pour envisager une seconde que les brassards à la Plantu, de par leur forme et leur couleur, évoquent les FFI, la CGT ou n'importe quoi d'autre, quel que soit ce qu'il y a écrit à l'intérieur.

Franchement, comparez :
http://www.lacapitale.be/zc/thumb300x200/mediastore/_2008/brassard_rouge_79c3a.jpg
http://yetiblog.org/public/.plantu_melenchon_m.jpg

Un rond blanc sur fond rouge, si c'est pas une identité graphique...
non, regardez donc le brassard en question, c'est bien un poing levé, (et non la croix gammée nazie) qui est dans le cercle rouge.

http://www.nouvelles-de-france.fr/img/article/Melenchon.jpg

Lequel poing levé rouge ramène bien plus à l'iconographie extrême gauche.

Prétendre que Plantu a dit "Mélenchon = nazi" avec ce dessin est montrer une très belle malhonnêteté intellectuelle, quoi qu'on pense de ce dessin par ailleurs, surtout venant de militants toujours très vétilleux quant à surveiller ce qu'on peut interpréter ou non des paroles du grand maître.
Oui mais des brassards rouges avec une image dans un cercle blanc y'a que le brassard nazi comme exemple.

Alors certes c'est un poing dans le cercle au lieu d'une croix gammée (manquerait plus que ça) mais faut aps se foutre de la gueule des gens. Je trouve la défense de plantu sur ce sujet "un peu courte" comme dit le journaliste.
http://www.iconovox.com/blog/wp-content/uploads/2008/12/plantu_express.jpg

Ce dessin vous scandalise donc aussi ?
Qui a parlé de scandalisé?

Je dis juste que plantu qui nie avoir voulu faire un parallèle avec les brassards nazi (il s'en défend explicitement dans une interview) est soit un menteur soit extrêmement naïf, la seconde possibilité m'étonnerait.

Si il l'avait au moins assumé ce serait déjà plus courageux, alors qu'au contraire il prend les airs de ne-pas-y-toucher.

pour le dessin que tu présentes, oui il y a une allusion nazie. Mais entre un patron de journal qui ne sera qu'un peu agacé par une caricature et un candidat à la présidentielle qu'on décrédibilise et donc influence les votes avec des comparaisons déplacées y'a quand même une différence de gravité dans la transgression.

D'autant que val le mérite bien plus que mélenchon.
"et un candidat à la présidentielle qu'on décrédibilise et donc influence les votes avec des comparaisons déplacées y'a quand même une différence de gravité dans la transgression."

vous vous attachez aux caricatures vues dans la presse pour mettre votre bulletin de vote dans l'urne vous ? Vous croyez vraiment que les gens qui ont prévu de voter Mélenchon ne vont plus le faire parce qu'un journal satirique l'a représenté en nazi ?

" D'autant que val le mérite bien plus que mélenchon."

stupide et dangereux comme propos, personne en France ne mérite d'être associé au nazisme ; pas plus val que Les Pen mélenchon ou sarko, personne.
[quote=LeVeilleur]vous vous attachez aux caricatures vues dans la presse pour mettre votre bulletin de vote dans l'urne vous ? Vous croyez vraiment que les gens qui ont prévu de voter Mélenchon ne vont plus le faire parce qu'un journal satirique l'a représenté en nazi ?

Tu es bien naïf, tu crois que tous les français suivent consciencieusement la scène politique pour se faire une idée? Sinon pourquoi on aurait élu autant de magouilleurs comme présidents? Miterrand, chirac, sarko...

Trop facile ton discours qui voudrait qu'on fasse comme si tous les électeurs étaient des génies et que la démagogie n'existait pas.

[quote=LeVeilleur]stupide et dangereux comme propos, personne en France ne mérite d'être associé au nazisme ; pas plus val que Les Pen mélenchon ou sarko, personne.

Ca reste une caricature donc une exagération, pas une comparaison "stricto sensu" qui metterai les deux personage sur le même plan.

La différence entre le cas val et mélenchon c'est que dans le cas de val il y a un trait existant sur lequel on peut se baser pour cette carcature : le coté fasciste et autoritaire du licenciement de siné qui je le rappelle à valu une condamnation au journal, le fait de vouloir museler les personnes qui n'ont pas le même avis (en l'occurrence sur le conflit israelo-palestinien)

Dans le cas de mélenchon pas grand chose... si ce n'est un coté populiste. Mais tu reconnaitras qu'on associe plus le fascisme et la barbarie au régime nazi qu'on ne lui associe la dimension populiste même si historiquement le parti nazi était très populiste et populaire. Pourquoi? Parce que le parti nazi n'a pas le "monopole" du populisme, alors que coté barbarie il est un des représentants les plus flamboyants".

Voila pourquoi la même caricature passe plus facilement pour val que pour mélenchon. Pas besoin d'être sorti de polytechnique pour le comprendre. Et puis il mérite bien son point Godwin plantu sur ce coup.
oui Teuffers, je suis peut-être naïf, mais si tu ne votes pas par rapport aux caricatures de la presse, que je ne vote pas par rapport au caricature de la presse, il est fort concevable que plein de gens n'associent pas "satire de la presse" et vote pour un candidat.

on associe surtout trés facilement les termes ou les représentations symboliques "nazi" et "fasciste" à quiconque dévie d'un chouïa de la pensée communément admise, et ce que ce soit dans n'importe quel bord de droite ou de gauche. Que les gens puissent me traiter un jour de fasciste, m'en touche une sans bouger l'autre. Si un fasciste se définie comme un régime autoritaire dans lequel l'ordre droit être privilégié au détriment des libertés du peuple, effectivement, on peut dire que notre pays par certains côtés entre dans cette catégorisation là, mais en revanche, si quelqu'un me traite de nazi, je lui met un coup de tête illico. les nazis ont décidé qu'il y avait une race inférieure et se sont employés à supprimer toute personne qu'ils jugeaient indigne de cette définition là. Or, en France, actuellement, je ne vois aucun évènement qui puisse corroborer le fait que la France est nazie.

Maintenant, que la manière de Plantu de représenter le fascisme soit symboliquement l'utilisation de son allié, le nazisme, donc de ce fait le symbole le plus universellement reconnu comme telle de la dictature autoritaire me semble pour le moins maladroit, car tout le monde (on en revient à la démagogie et à tous les électeurs ne sont pas des génies) ne goûtera pas le sel de sa représentation du "fascisme".

pour rappel : les nazis déchiraient littéralement les bébés, faisaient des expériences médicales sur les déportés et croyaient dur comme fer à l'ésotérisme et à la magie noire. Le nazisme n'est plus et qu'on le veuille ou non, la France actuelle ne correspond en rien à ces gens-là.
[quote=LeVeilleur]oui Teuffers, je suis peut-être naïf, mais si tu ne votes pas par rapport aux caricatures de la presse, que je ne vote pas par rapport au caricature de la presse, il est fort concevable que plein de gens n'associent pas "satire de la presse" et vote pour un candidat.

Là encore mon comprtement et le tien et celui de X personnes n'a rien a voir dans le débat. Tant qu'il y a une quantité non éngligeable de personnes qui ne sont pas aussi clairvoyants que toi et moi et qui ont le droit de vote alors mon argument est valable. Et comme tu n'a pas l'air de nier cette affirmation, que je tiens pour vérité, j'en conclue que tu es d'accord à ce sujet.

Pour ce qui est le la labélisation "fasciste" et "nazi", oui il y a une grosse tendance à instrumentaliser voir "prostituer" ces termes pour un oui ou pour un non, parce que c'est facile pour décrédibiliser quelqu'un dans un débat.

La différence c'est qu'ici on est dans une caricature donc forcement on peut se permettre un peu plus de liberté avec la vérité. Mais pour que ça soit drôle faut encore que la caricature se rattache un tant soit peu à un morceau de vérité sinon le lecteur ne voit pas le rapport (exception dans le cas du pur nonsens comique mais ce n'est pas le cas ici)

Tout ca pour dire : val n'est pas un nazi, mais dans le cadre d'une caricature il est compréhensible qu'il soit dépeint ainsi au vu du contexte de la caricature (affaire siné). PAr contre pour mélenchon il est beaucoup plus dur (voir impossible à mon avis) de justifier ce rapprochement, même dans le cadre d'une caricature.
Val serait donc pas si éloigné du nazisme selon vous ?

J'ai cherché en fait une caricature de Chirac en nazi par Plantu, car il me semble qu'elle existait.

Cela reste une caricature, même si je les trouve toutes les deux maladroites. De mon point de vue, l'allusion au nazisme doit être très prudente, à moins de risquer de faire perdre de sa force à ce qualificatif.

Néanmoins, je trouve la réaction de Mélanchon disproportionnée, d'autant plus que je n'aurais jamais connu cette caricature sans son aide.

Parce que, franchement, ça se lit encore l'Express ? Je veux dire en dehors des cabinets médicaux ?
Le but de Plantu était de dénoncer les populistes et pour cela dans son dessin il a mis Le pen et Melenchon sur le même plan ce qui est scandaleux.
Mélenchon dit que les riches sont riches sur le dos des pauvres, alors que Le pen père ou fille disent que si les pauvres sont pauvres c'est à cause des immigrés ce qui n'est pas du tout le même discours.
Il faut refuser de rentrer dans le discours sur le populisme, ça ne veut rien dire et ça permet à la droite de se défiler de ses casseroles genre Bettancourt, Servier et j'en oublie.
Ce n'est pas le meilleur dessin de Plantu
"Mélenchon dit que les riches sont riches sur le dos des pauvres, alors que Le pen père ou fille disent que si les pauvres sont pauvres c'est à cause des immigrés ce qui n'est pas du tout le même discours. "

en réalité, Le Pen père ou fille disent que si les pauvres sont pauvres c'est à cause d'un nombre trop important d'immigrés (pas des immigrés dans leur entier, puisque Le Pen (le groupe père et fille) n'a rien contre LES français d'origine immigrées, surtout que bon nombre de ses votants sont des immigrés, mais bon pour le savoir il faut s'intéresser au fond de leurs propos, pas aux raccourcis démago, car pour combattre un ennemi, il faut réellement le connaitre) ; ET aussi que les pauvres sont pauvres à cause des riches qui sont riches sur le dos des pauvres (hé oui, Le Pen est un farouche anti-capitaliste et un farouche anti-libéral, pas difficile à déduire, il le dit dans chacun de ses discours ou presque :))

Et puis qui d'autre qu'un anti-libéral-anti-capitaliste voudrait revenir aux francs, franchement ? :)

C'est pas tout à fait le même discours MAIS ils se rejoignent dans le populisme sur un point, sans doute ça que Plantu a voulu souligner d'une façon que je trouve pour le moins maladroite.
Pour être précis, le programme économique et social de Lepen père était libéral (suppression de l'impôt sur le revenu entre autres si je ne m'abuse)

Lepen fille a un discours très différend sur ces points, presqu'étatique, et c'est bien cela qui la rend dangereuse.
C'est quoi au fait le point de rencontre ? Ce que nos chères élites appellent "le populisme" c'est à dire des évidences qui sont vécues tous les jours par des milliers de gens et qui doivent rester planquées.
Bien sûr ma définition était simpliste. Mais il y a des constatations simples. Dès qu'il y a un mouvement social , voir les retraites, on n'entend plus les Le Pen, on ne les voit pas dans la rue ni dans les grèves, alors leur anticapitalisme libéral c'est juste pour le décor. Pour garder leur électorat populaire ils ne se mettent pas les gens qui participent au mouvement à dos, donc ils se taisent en attendant que ça passe.
Par contre dans la rue on voit le Front de gauche et Melenchon. La grande différence elle est là bien plus que dans les considérations socio idéologiques.
Ma définition n'était pas un raccourci démago, c'étaitune simplification pour clarifier cette notion fumeuse et fourre tout de populisme qui sert à faire taire les gens qui dénoncent les réalités triviales de la société. Bientôt on ne vas plus pouvoir dire que les riches et les pauvres ça existe sans passer pour un pro nazi.
Dans la rue et j'y suis souvent on voit surtout ceux qui ont un discours d'opposition sans nuance.
Si vous commencez à être dans une structure qui dit "là pas d'accord, par contre effectivement sur tel point la réforme peut s'entendre" (cfdt en 2004 ; PS en 2010 …) vous cachez votre badge parce qu'il y a toujours de gentils militants de l'extrême gauche, de sud ou du FG pour vous dire "tare ta gueule".
C'est un peu comme sur les forums. Vous avez des partis de gauche qui font 25%, d'autres qui font 5% mais comme les premiers se font excommunier « de la gauche » dès qu’ils essayent de faire dans la nuance, ils vont convaincre ailleurs. Moi je me suis toujours méfié des curés qui me promettaient un monde meilleur pour plus tard sans vraiment m’expliquer toutes les étapes du chemin. Cependant c’est vrai qu’il y a des curés qui parlent bien et fort. On aurait envie d’y croire.
Sur les forums de droite c’est d’ailleurs la même chose on a l’impression que tous les gens de droite sont au FN ou des soutiens de Zemmour.
C'est la première fois que j'entend l'expression "tare ta gueule". En général, les gens du FN ne font pas dans la nuance et on les voit très peu dans la rue lors des manifestations pour des revendication sociales.
Je suis d'accord avec vous sur la nécessité d'expliquer les étapes du chemin pour le "monde meilleur". Effectivement ceux qui parlent de révolution ou même de rupture avec le capitalisme oublient de dire comment ils se proposent d'opérer et surtout par quoi ils vont remplacer tout ça.
Je pense que la gauche dans toutes ses composantes devrait se poser la question des institutions, et de voir comment elles pourraient être transformées pour être plus démocratiques avant de s'embarquer dans des théories et des déclarations qui ne verront jamais le début de la moindre réalisation.
Il vaudrait mieux essayer de redéfinir quelques notions plutôt que de se jeter des anathèmes à la figure. Par exemple le mot de socialisme a beaucoup souffert des "bilans du socialisme réel" dont il serait utile de faire honnêtement la critique.

Par contre le mot de populisme est le moyen de faire taire le premier qui ose parler de choses simples mais néammoins réelles.
Une émission de télé montrait une petite ville 2 ans après la fermeture de la principale usine du pays. C'était terrible, même pour ceux qui s'en étaient assez bien sortis. Parler ainsi peut vous faire traiter de populiste et je trouve ça inadmissible, parceque là, il ne s'agit pas de nuances mais de masquer la réalité dans sa cruauté.
http://programme.lepartidegauche.fr/index.php?option=com_content&view=section&id=1&Itemid=13
"tare ta gueule".

pour ce que j'ai compris c'est une contraction pour le menaçant "tu vas voir ta gueule à la récré"
Expression pourtant immortalisée par le grand Souchon :-)
("J'ai 10 ans")
est soit un menteur soit extrêmement naïf, la seconde possibilité m'étonnerait.
Moi pas. Je l'ai toujours entendu prendre des points de vue assez benêts dans ses interview et même dans ses dessins.

Le logo du brassard de Melenchon resemble au logo en négatif de la Stax. finalement Melenchon est peut-être un soul man? De toute façon "he can't turn us loose". Ou alors c'est le dernier rejeton des white panthers? En tout cas il "kick out the jam" en interview.
Alors que j'étais d'accord sur le fond avec lui (pour Siné, contre Val), j'avais trouvé à l'époque que Plantu avait dessiné n'importe quoi.

Val est un salopard, mais ce n'est pas un nazi.
Je pense que dans le langage de Plantu, ce brassard est plus là pour évoquer un autoritarisme et un manque de tolérance, voire une certaine forme de brutalité, pas une affiliation au nazisme.

Il me semble qu'il a dessiné parfois des Israéliens aussi avec ce brassard. Chaque caricaturiste a ses codes. On pourrait aussi évoquer les mouches dont il affuble certains personnages.
C'est vrai, mais je pense que Plantu a tort. Il joue avec des symboles qui ont une signification précise au risque de les banaliser.
Bravo et merci Mouffette !
J'ai passé un très bon moment à lire votre post. Moi aussi je suis sensible à cette folie générale à dormir debout et je fais du yoga.
@ Kerbraz,

je pense que d'une manière ou d'une autre @si peut difficilement passer à côté du phénomène Mélenchon, mais j'avoue que c'est un exercice d'équilibriste pour @si.
mais j'avoue que c'est un exercice d'équilibriste pour @si.


Ce qui est très drôle, c'est de voir tous les "si c'est comme ça je me désabonne" simultanés de la part des pro-mélenchon qui trouvent @si trop anti-mélenchon, et des anti-mélenchon qui trouvent @si trop pro-mélenchon. Et la façon dont aucun des deux groupes de partants ne s'étonne ou ne s'interroge en voyant l'autre faire pareil.
J'approuve a 100% le message de Moufette.
Pour qui suit le blog de Melenchon serieusement on ne peut pas dire que ça manque de fond.
Apres le personnage a ses points faibles (?) : ses fameuses coleres (voulues ou pas?) et les journalistes font souvent tout pour le faire exploser
-> qui cherche le buzz ?

Et a ceux qui critiquent le titre coup de poing de son dernier livre "qu'ils s'en aillent tous" j'invite a aller plus loin que le titre pour en lire le contenu riche de propositions intéressantes que l'on soit ou non d'accord.

Ca me rappelle l'emission d'@si sur Marine Le Pen : on regarde que la forme (le caractere "je tape du poing sur la table" des interventions propres aux etremes, rappelez-vous de Georges Marchais) et pas le fond. Sur le programme il n'y a aucune similitude entre le FN et le front du gauche c'est l'exact opposé puisque le FN a un programme anti-social comme le mentionnait le journaliste de france 3 dans l'emission. Donc c'est vraiment d'une betise et d'une malhonnêteté supreme de faire partager le meme papier (donc programme) a Marine Le Pen et J-L Melenchon sur le dessin : pourtant cette idee tres defendue dans les medias fait son chemin. Il est donc normal que la personne attaquée s'en défende, je ne voit pas en quoi c'est choquant ...
Je m'attendais a quelque chose d'interessant vu qu'on fait rarement reference a ce qu il se passe dans le forum en une d'arret sur images, mais j'ai du louper un episode. C'est illisible, ca m'a fatigué. On doit pas avoir le même humour. Si il suffit que je m'excite sur mon clavier pour faire le "buuuuzzzzz" dans arret sur images faut me le dire.

Pendant que j'y suis pour les plaintes :) Ca serait sympa de remettre plus de lignes jaunes vous avez bcp baisser dans le rythme des emissions et je suis la depuis la premiere heure.

Je vous aime quand meme.
Bravo Moufette ! Je comprends votre exaspération. Les journalistes vont finir par me faire aimer ce ringard de Guy Béart avec sa voix de crécelle : "Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté'

"Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
D'abord on le tue
Puis on s'habitue
On lui coupe la langue on le dit fou à lier
Après sans problèmes
Parle le deuxième
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté..."


Et plus ça va (pas) plus j'ai envie de voter Front de gauche dis-donc. Rien que pour faire ch... ceux qui (me) font ch... C'est bête hein ?
Là ou je suis complément d'accord, c'est qu'il en faut du courage aux Mélanchon, Cécile Duflot et autres pour continuer a aller dans les média et [s]réussir à[/s] essayer de placer 3 mots de politique. Parler politique, c'est des idées, un programme, pas dire qu'on aime pas machin ou que le dernier sondage est intéressant.
Le PS a perdu cette manche là. Je ne suis pas d'accord avec leur programme, mais, contrairement a ce qu'il est de bon ton de dire, ils en ont un, de programme en ce moment, mais aucun média n'accepte d'en parler ni même que les socialiste invité n'en parle. Non, le journaliste préfère dire que l'UMP c'est des méchants et le PS, zon pas d'idées. C'est facile, ca ne mange pas de pain, ca donne l'impression de ne pas être partisan. Parfait.

Bizarrement, la seule qui a le droit de parler politique, c'est Marine Lepen. Là, les journaliste sont près a jeter leur sois-disante neutralité par la fenêtre, ils sont tous a vouloir démontrer que le programme de l'extrême droite est stupide, donc la font parler sur le fond et essaie de le démonter. Du coup, la Marine est la seule a donner l'impression d'avoir des idées, des projets, des solutions.

Et après, les même journaleux "politique" (hahaha) morigènent les français qui ne votent pas ou "mal" (extrême droite). Et apres, on va re-avoir sarkozy.

Je n'aime pas le monde dans lequel je vie.
Pourquoi Plantu en veut à Mélenchon? Cuba, what else....

http://www.legrandsoir.info/Plantu-ne-s-est-pas-plante-il-a-regle-un-compte-en-douce-Et-voici-lequel.html
Chers camarades,

Je ne suis malheureusement pas (tout a fait) d'accord avec vous. Que Melenchon joue a fond la carte gueularde me parait evident, que sa non-complaisance revendiquee envers les medias dominants releve un tantinet de la mise en scene et que cette attitude soit - paradoxalement - la raison principale de son exposition mediatique creve les yeux. Du beau spectacle comme ca, c'est du pain benit pour les journalistes, quitte a en faire les frais. Si c'etait vraiment le fond qui les interessait, pourquoi n'interrogent-ils quasiment jamais les autres partis/militants de gauche avec un discours au moins aussi interessant ?? Les communistes n'ont pas attendu Melenchon pour etre critiques du systeme capitaliste et des medias dominants. Simplement, nous n'existons pas pour les medias parce que nous refusons de mettre en avant un leader charismatique, justement par rejet de la personnification du pouvoir. Oui, Melenchon est un produit presque entierement mediatique, mais les journalistes seraient tres mal avises de s'en plaindre, puisque c'est bien a eux qu'il le doit.
Et DEGAGE est le slogan de la revolution tunisienne un message d amour pour le savoir faire français !!qu ils s en aiilent tous..
En version courte, pour les flemmards : Mélenchon est un gentil et tous les autres sont des méchants (Sauf Drucker). "Qu'ils s'en aillent tous" est un message d'amour. Amen.
C'est simplement génial Mouffette !!!!

Vous avez dit (et de façon magistrale) tout ce que j'ai sur l'estomac depuis un certain temps !

Vous avez juste oublié le "cinq sept boulevard" d'hier soir sur France Inter, la jolie chanson de Frédéric Pommier (je crois) faite de montages ignobles pour casser Melenchon (il fait peur ou quoi ?)
Lui aussi à la fin de son odieuse prestation s'est cru obligé de répéter 3 fois : moi j'aime bien Melenchon ! (ce qui, entre parenthèse a destabilisé un court instant son interlocuteur Collin...)
Moi, je me suis juste demandé ce qu'il aurait écrit s'il ne l'aimait pas..

En tout cas encore merci pour ce coup de sang !!!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.