453
Commentaires

Medias et sciences : "Aujourd'hui il faut absolument combattre les créationnistes"

Internet peut-il devenir le média de la vulgarisation scientifique que la télévision n'a jamais tout à fait réussi à devenir ? C'est le pari que s'est fixé l'émission culte de France 3 C'est pas sorcier, qui tente de ressusciter sur la Toile. Mais les techniques de l'un et l'autre média sont-elles les mêmes, et que peuvent s'apporter mutuellement leurs praticiens respectifs ?

Derniers commentaires

Justine, s'il vous plait, pourriez-vous parler moins vite ?
Merci
Un peu de science : le biologiste Eric Karsenti, médialle d'or du CNRS expliquant son travail.
Au menu : cartographie mondiale du plancton et division cellulaire par auto-organisation, chose que n'aiment pas les créationnistes...
L'Alabama, à l'unanimité d'un groupe de 40 membres contrôlé par le Parti républicain, a approuvé le nouveau programme rendant obligatoire l'enseignement de la théorie de l'évolution1 et du changement climatique. Selon Alex Shanda, qui écrit pour le compte de l'officine Numerama, il s'agirait d'« [une] évolu[tion p]our le meilleur ».

1. N.d.T. : “a controversial theory some scientists present”.
Pourquoi je ne peux pas lire les vidéos sous Android il me semble en tant qu'abonné je devrais pouvoir le faire
Tout à fait d'accord avec Pierre Barthélémy et Marie-Charlotte Morin, il faut impérativement combattre les créationnistes.

Car, quand bien même la baisse du nombre de croyants notamment en occident est incontestable, il ne faudrait pas en conclure un peu trop rapidement comme le font de trop nombreux sociologues, que les problèmes liés à leurs croyances, eux, diminuent.

C'est négliger, d'une part, le fait qu'une majorité silencieuse (qui en l’occurrence ne croirait pas en une explication théologique pour rendre compte de la vie) ne l'emporte pas automatiquement sur le plan politique et sociétal sur une minorité religieuse agissante et, d'autre part, que la sensibilité à ces questions (le fait de trouver que la mise à égalité des discours scientifiques et métaphysiques est une aberration) n'a pas à être constante, elle peut parfaitement et légitimement augmenter.

Pour ce qui est du risque d'user d'un langage téléologique en matière de darwinisme, il est dû essentiellement au fait que notre manière d'appréhender le monde est façonnée depuis des millénaires par notre volonté de trouver des intentions, de débusquer des finalités. S'exprimer correctement d'un point de vu darwinien revient donc en quelque sorte à désapprendre à parler couramment. Ce n'est pas pour autant un exercice vain, lorsqu'on sait ce que draine avec soi de dangereux les visions finalistes de l'existence.

Cependant, et bien que j'apprécie fortement l'idée d'un spectacle de théâtre répondant aux imbécillités des créationnistes, il faut garder à l'esprit qu'une telle démarche ne s'adresse pas tant à ces derniers ou aux indécis, qu'elle ne permettra d'aguerrir les darwiniens en herbe, de renforcer leurs biais de confirmation pourrait dire Gérald Bronner que cite d'ailleurs Marie-Charlotte Morin. Et c'est déjà bien.
Car, le tout, ce n'est pas tant de faire changer ses adversaires que de ne pas leurs abandonner le terrain.

Merci donc à eux, Pierre Barthélémy et Marie-Charlotte Morin, d'entretenir ce nécessaire et crucial combat.

yG
L'émission et le débat sont fort intéressants.Ceci dit les choses avancent très lentement et,depuis le "procès du singe",les arguments des créationnistes ont évolué.On ne cite plus la lettre de la bible mais on cherche plutôt à déstabiliser par une insistance sur les questions non résolues comme si la science avait une réponse toute prête à chaque question. C'est le propre des religions de dire LA VERITE sans évolution ni contradiction possible alors que la science procède plutôt par essais et erreurs. Même les mathématiques n'échappent pas à cette méthode comme le montre par exemple l'évolution des notations (symboles,chiffres...). A ce sujet on peut lire "ROUTES ET DEDALES" d'Amy DAHAN-DALMEDICO.Qui paierait un "chercheur scientifique" s'il n'y avait plus rien à chercher?
Je regrette toutefois que le bilan des rares émissions scientifiques n'ait pas été fait:nombre de spectateurs,lecteurs,auditeurs,experts et comparaison avec les sites de désinformation du WEB.
Je suis d'avis qu'elle vit sa vie, la Vie.
Je ne sais pas d'où Marie-Charlotte Morin tire son chiffre de 9% de l'opinion française créationniste, mais personnellement j'ai été élevé dans un milieu catholique et je n'ai jamais rencontré qui que ce soit qui ait tenu ce discours devant moi...

On se trompe de débat: à mon avis, il y a bien plus urgent à faire pour la diffusion du savoir scientifique que de partir en croisade contre les créationnistes, à commencer par expliquer comment travaillent les scientifiques.
Rappelons que l'année dernière, les média se sont laissés avoir au sujet d'une photographie de Rimbaud : Rimbaud, l'arnaque
"Quel divin architecte aurait l'esprit assez tortueux pour faire descendre le nerf auditif de la girafe depuis l'oreille jusqu'à la base du cou, avant de le renvoyer au cerveau, lui faisant parcourir plusieurs mètres inutiles ? [...] L'étude des êtres vivants révèlent tant de bévues qui sauteraient aux yeux du premier ingénieur venu: seul les hasards de l'histoire évolutive peuvent les expliquer"
Le petite rétrospective de documentaires scientifiques est intéressante bien que relativement brève.
J'ai trouvé que le plus ancien était loin d'être "vieillot" car tout en modestie. Incomplet bien sûr.
Le problème de la vidéo du "créationniste américain" est qu'il cause d'avant le big-bang alors que les invités et la théorie de l'évolution causent surtout de ce qui advient après le big-bang.
Comment vouloir dans ce cas-là arriver à argumenter contre le créationnisme, puisqu'on ne parle pas des mêmes choses !? (Même si elles sont liées, surtout dans la théorie créationniste).
Il faut simplement admettre que la science ne pourra jamais tout expliquer, et généralement que l'homme n'est pas un "Dieu tout-puissant" capable à terme de tout savoir. Pour le reste, c'est une question de 6ème sens, de "feeling", et de croyances. Donc de subjectivité, donc de non-science (en considérant que la science soit objective, ce qui hélas n'est pas toujours le cas).
C'est bien pour cela que les créationistes et les religions font encore recette, parce-qu'ils et elles parlent à la base de choses impossibles à contredire scientifiquement,, la principale étant la création de la vie. C'est un mystère et le restera toujours pour l'homme..
Invoquer un ou des dieux dans cette histoire, permet de jouer "joker, je triche" afin de soit - disant résoudre les questions existentielles. Mais ne résoudre rien à l'affaire puisque ce joker, d'où pourrait-il venir ? D'un autre big-bang ? Belle blague.
Connaissez-vous la série "La boîte noire" ? :

http://www.universcience.tv/video-bacteries-a-l-unisson-6790.html
L'émission Archimède (Arte) ; perdue définitivement, personne pour l'évoquer ?
Derrière certaines interventions, j'ai cru comprendre que s'esquissait la question du format du documentaire scientifique. Long contre court? Technique contre ludique? C'est un débat qui est en vogue depuis plus de 10 ans au sein des organismes de recherche. Il s'est d'autant plus imposé que quelques disciplines ont perdu beaucoup de public étudiant (la physique par exemple). Mais ce n'est pas la seule raison; on (qui?) rappelle souvent aux chercheurs qu'ils sont dans une tour d'ivoire, que la moindre des choses serait qu'ils expliquent bien ce qu'ils font (ou mieux qu'ils inventent des nouvelles machines pour les vendre, relancer l'économie, abaisser le chômage, faire reculer Le Pen et gagner un mondial de foot). Enfin, dans un contexte historique où l'esprit commercial irrigue toutes les activités humaines, les têtes d'institutions telles que le CNRS ou les universités incitent à la conformité en matière de divulgation; combien de fois ai-je ri en entendant nos chefs nous demander d'être plus "sexy"?
Marie-Charlotte Morin, sûrement d'une dizaine d'années plus jeune que moi, est arrivée en bio, une discipline qui, elle, a le vent en poupe. La concours auquel elle a participé est évidemment une opération de com' du CNRS. Pourquoi pas. Seulement, quelle com? 180 s pour expliquer son sujet de thèse. J'imagine déjà comment le service com du cnrs est tombé sur ce chiffre magique: "au 20h, c'est 90 s par sujet, en gros, nous on fait de la science, on peut bien doubler". Ce que je veux dire ici, ce sont deux choses: 1) le modèle commercial et médiatique s'impose sur la question du format, 2) les directions de communication et la direction tout court du CNRS ne fait que se conformer à l'air du temps parce que ce sont des nuls.

Mais je ne voudrais pas finir ce message sans évoquer la préparation de l'émission: n'ont été jetés sur le plateau que des acteurs de l'interface science/société pour discuter grosso modo du rôle d'internet dans la diffusion scientifique, de la difficulté de rester à la télé, des différences éventuelles entre la France et d'autres pays sur le traitement médiatique de la culture scientifique (mais ça n'intéressait pas trop Daniel). De fait, à force d'errer dans le débat -- on sent bien les flottements --, il a fini par être question du prosélytisme créationiste, une info suffisamment sexy pour être mise en exergue dans le titre et qui donne à penser, à tort, qu'il s'agit du thème - s'il y en eût un.

J'aurais proposé cette émission: un plateau avec un scientifique (qui sait parler), des journalistes scientifiques, un membre de service de com du cnrs (si possible) pour une discussion sur la difficulté que rencontre un champ scientifique à résister au rouleau compresseur médiatique, sur l'impact de ce dernier sur les politiques de publications scientifiques (porosité du système d'évaluation scientifique face au système d'évaluation médiatique - l'audimat), sur les moyens donnés à la communication, sur la capacité d'une institution non commerciale (comme le cnrs ou l'université) à faire valoir ses modalités de communication vis-à-vis du grand public. Pourquoi la science est-elle savoir et non croyance? Parce qu'elle a des conséquences technologiques ou parce que le grand public adhère majoritairement à la méthode scientifique? Voilà, bref, il y avit de quoi faire mais fallait avoir d'autre chose que d'inviter le pote du monde et Fred qui va se lancer dans une aventure à la ASI (à savoir de passer de la télé à internet).
Emission enjouée et sympathique avec des invités intéressants.

Une prochaine fois, plus spécialement sur la question du créationnisme, ce serait bien aussi, il me semble, d'inviter un "créationniste" ou un(e) "born again"(sic); ce serait sans doute instructif , si l'invité est représentatif du courant en question.
La vulgarisation scientifique c'est une chose, mais je crois que la question la plus pertinente reste la relation de la science avec notre civilisation, et notamment quelle place elle tient dans la formation des esprits de nos chers enfants.
Excusez-moi mais quand on entend une jeune fille raconter que la lune influence notre comportement parce que la lune a de l'influence sur les océans, et que comme notre corps contient essentiellement de l'eau, comme les océans, la lune a forcément de l'influence sur notre corps. N'est-il pas logique qu'une telle croyance puisse se développer simplement parce que la loi de newton ne lui a jamais été enseignée ?
Est-ce qu'il n'y a pas un problème à la base d'une transmission insuffisante des connaissances scientifiques aux plus jeunes ?
Et donc ne retombons nous pas sur les questions d'élitisme et de la sélection qui sont faits autour des disciplines scientifiques ?
En une époque lointaine( 1997), sur la cinquième: excellent petit film de quelques minutes, tous les soirs ou presque, destiné à axpliquer le fonctionnement du système solaire: Tous sur orbite.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tous_sur_orbite_!
J'ai adoré " c'est pas sorcier". Mais j'ai détesté la plupart de ses adorateurs ( sauf moi).
Un grand merci pour cette heure d'utopie : de la science sur l'écran !
J'ajoute que pour ce que je connais un peu mieux que le reste, à savoir la biologie évolutive, les choses ont été très bien dites, dans le temps disponible.

Je pourrais chipoter sur des détails, notamment sur le terme "stratégie évolutive", dénoncé par M.-C. Morin à juste titre, mais qui pourtant est malheureusement utilisé par de nombreux évolutionnistes (cf par exemple les "stratégies evolutivement stables" qui abondent dans le livre le Gène Egoiste de Dawkins et toutes ses sources, Dawkins étant le dernier que l'on puisse soupçonner de créationnisme, puisqu'il est leur bête noire). Quand il faut simplifier, on se prend vite les pieds dans le tapis, et nous les évolutionnistes devons balayer devant notre porte... Mais bravo pour cette émission et bravo d'avoir prononcé des mots simples comme "lutte contre l'obscurantisme" ou "valeurs de la science". Dans ces temps où les institutions suscitent la défiance, comme le rappelait D. Schneidermann, y compris les institutions scientifiques, il est bon de rappeler dans détour que nous, les scientifiques, nous avons un certain nombre de missions et de valeurs. Cela ne veut absolument pas dire que nous en ayons l'excusivité (plus on est de fous plus on rit), ni que nous n'ayions pas commis de très sérieuses sorties de route dans notre histoire, mais c'est bon de dire les choses simplement, de temps en temps.

Un dernier détail. Je ne suis pas sûr que les concepteurs d'Interstellar peuvent se prévaloir des premières représentations réalistes de trous noirs. Il y a 3 ans, l'astrophysicien français Alain Riazuelo avait réalisé des modélisations très convaincante dans un dvd pédagogique qui, si je me souviens bien, était très solide scientifiquement. Le film s'appelle "Voyage au coeur d'un trou noir", on le trouve facilement en vidéo en ligne.

Un très grand merci pour cette heure consacrée à la science, de la part d'un de ses modestes petits artisans
Pas une seule allusion à Jérôme Bonaldi ni à il était une fois la vie... Snif...
La théorie de l'évolution est-elle applicable aux zombies ?
Pour Merle... Je ne parle pas d'une classe... mais de mes classes, pas toutes mais presque ( environ 300 élèves par an).

Ou alors pendant le cours ça se passe super. Le public... les élèves sont attentifs mais ça se limite à l'heure de cours. La séance suivante il ne reste pas grand chose. Et là, finalement la vidéo c'est pas mal, on peut se la repasser :-)
Oui, je pense qu'Orwell est important. Mais il me semble que vous surestimez ( au point que j'y vois quelque chose de religieux) la continuité en science au détriment de la discontinuité. On ne peut pas être un peu né, un peu mort, un peu enceinte, on ne peut éclater un peu de rire. Le big bang n'est pas continu. That's why votre évocation de l'interminable apprentissage de la parole par les dauphins me fait sourire, ce qui est peu scientifique. Penser la discontinuité ( théorie des catastrophes de René Thom) serait-il la tâche impossible de la science ?
Je remets ce texte ici, je crains que personne ne le lise là où il est, perdu dans les réponses aux réponses, et comme cela me semble important (mais je laisse au modérateur le soin d'en juger), je me permets de le recopier:

J'ai lu quelque part, et on m'a enseigné, que Dieu avait créé l'homme à son image; vu le merdier créé par l'homme sur notre pauvre planète, je ne serais pas fier, si j'étais dieu, de mes oeuvres et de la piètre image de moi qu'on voit partout quotidiennement et depuis des siècles et des siècles (massacres, destructions, cupidité, ..). Il me semble que cette constatation est rarement présentée dans les media de masse ou les lieux de culte (pour autant que je sache, vu que je fréquente rarement les uns et les autres).
Religion et science n'ont pas du tout le même objet, la science étudie la réalité telle qu'elle se présente à nous et ses découvertes sont vérifiables, la religion invente une réalité idéale invérifiable venant des fantasmes de certains qui s'autoproclament prophètes, fantasmes érigés en systèmes, le but étant d'avoir du pouvoir sur les hommes assez naïfs (et là je suis gentil) pour se faire prendre, en les asservissant et les divisant. Les hommes qui ont besoin d'être rassurés se tournent vers la religion. Les autres comprennent que c'est de l'auto-illusion et essaient d'assumer leur solitude. Alors, laissons Dieu dans son coin et occupons-nous intelligemment, faisons de la science.
La science se remet perpétuellement en question à mesure qu'elle avance. La religion, c'est le frein serré à bloc contre toute évolution (pas la peine d'évoluer, ni même de chercher, puisqu'elle détient la vérité).
Mais ça n'empêche pas certains scientifiques d'être religieux ni certains religieux d'être scientifiques (tant qu'on ne mélange pas tout, c'est bon), et vivre ses contradictions, c'est le sel de la vie ..
Encore un mot: j'ai entendu beaucoup parler de darwinisme dans votre émission; certes, c'est bien d'en parler, mais je n'ai pas entendu beaucoup parler d'épigénétique, et ça les scientifiques en parlent beaucoup en ce moment, et ça, c'est plutôt du lamarckisme renaissant, une théorie qu'on avait condamné sans espoir; et pourtant, elle revit; ben oui, tout n'est pas dans l'ADN de vous et moi; comme je l'ai entendu dire par Jaccard, nous avons (nous, H. sapiens) 25000 gènes, on ne peut pas imaginer que les millions de milliards de connexions nerveuses de notre cerveau soient programmées par ces 25000 gènes; il y a autre chose, pour ça, qui intervient, à savoir l'environnement auquel le cerveau est confronté. Alors, une fois de plus, attention aux systèmes idéologiques, restons l'esprit ouvert (bon, enfin je suppose que les religieux ne comprendront pas, pour changer, et encore moins les créationnistes)
"25000 gènes, on ne peut pas imaginer que les millions de milliards de connexions nerveuses de notre cerveau soient programmées par ces 25000 gènes; il y a autre chose, pour ça, qui intervient, à savoir l'environnement auquel le cerveau est confronté."

Il y a certes environ 20000 gènes chez l'homme mais vous oubliez que la simple idée un gène = une protéine = une fonction est obsolète depuis bien longtemps. L’épigénétique est un domaine relativement neuf et effectivement passionnant mais ne le sur-estimé pas. Ce n'est ni plus ni moins qu'un contrôle supplémentaire dans la transcription de l'ADN et donc in fine dans la production des protéines.

Concernant le cerveau, les eucaryotes unicellulaires comme les levures possèdent déjà 12 000 gènes. Il est donc facile de supposer que la formation du cerveau chez l'homme et plus spécifiquement de l'identité des cellules nerveuses ne nécessite pas 25000 gènes mais largement moins.

Je ne comprends pas très bien ce que vous appelez "environnement auquel le cerveau est confronté"
Il ne faut pas oublier que les gênes sont des codeurs de protéines. Par conséquent, ils sont peut etre 25000 ... mais ils interagissent entre eux. On obtient alors une complexité bien plus importante ... De plus, vous devriez peut etre aller voir des publications scientifiques d'intelligence artificielle. Des algorithmes simples comme celui de la rétropropagation permet de proposer un début de fonctionnement du cerveau. Il ne faut pas forcément beaucoup de lignes de code pour produire quelque chose de tres complexe ... Et tant mieux, car nous n'aurions sans doute jamais vu le jour.

Algorithme de rétropropagation, permettant de reconfigurer des neurones pour obtenir une structure adaptée :

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9tropropagation_du_gradient

On peut aussi parler des autoencodeurs, qui permettent aussi de "conceptualiser" et de raffiner un réseau de neurones :

https://en.wikipedia.org/wiki/Autoencoder

Ce sont ces algorithmes que Google utilise pour la traduction, la reconnaissance d'images, vocale, etc.

Je vous souhaite une bonne lecture, moi je retourne y travailler... Science ou religion ... De toutes façons l'intelligence artificielle va bientot annihiler les conceptions de l'homme qui ont jusqu'aujourd'hui perdurées sans fondement. Thomas Hobbes revient mettre un deuxieme coup de grace.

Finitude, Science et Loi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9viathan_%28Thomas_Hobbes%29
Et si nous n'avions jamais vu le jour, on aurait manqué kekchose.
Mais si nous n'avions pas existé, cela n'aurait aucun interet pour nous que nous n'ayions jamais été : ]
Non, non, je n'oublie pas qu'il y a bien plus de types de protéines que de gènes, avec des épissages alternatifs, des modifications post-traductionnelles, des coupure, .... Et puis il y a des protéines qui peuvent être là, mais inactives parce que pas encore à leur bonne localisation intracellulaire ou tissulaire, etc .. Mais ça fait le nombre ? Et combien d'exemplaires de chaque protéine par cellule ? pas beaucoup, sauf exception, je pense. On n'a souvent qu'une vue globale, quand on regarde l'expression des gènes, et on obtient la moyenne de millions de cellules, qui en fait, et c'est un grand progrès de la recherche récente, sont toutes différentes: d'une cellule à l'autre (d'un même type cellulaire), il y aura un peu plus de cette protéine-ci, un peu moins de celle-là; ce qui est la règle, c'est la diversité d'une cellule à l'autre. Et c'est peut-être la cellule qui aura par hasard un cocktail particulier qui sera le mieux à même de se développer ou de réagir dans un milieu/environnement particulier (même si toutes les cellules ont le même ADN, seules quelques-unes pourront pousser, par exemple, à un moment donné).
Par "environnement auquel le cerveau est confronté" je fais allusion par exemple à des expériences qu'on m'a enseignées sur les souriceaux (à moins que ce n'aient été des petits chats, désolé, c'est un peu loin, les années 70) à la fac; si on les mettait dans un environnement avec uniquement des lignes verticales dès la naissance, ils étaient complètement perdus dans un environnement avec des lignes horizontales une fois leur croissance terminée. Bon, c'est schématique, mais je veux dire par là que l'apprentissage est essentiel pour le développement du cerveau même si celui-ci parvient à s'adapter ensuite si l'environnement change (un peu).
Ce que j'ai compris du développement du cerveau (notamment avec les cours de J-P Changeux, que j'espère avoir compris), c'est qu'au départ, on a un nombre de neurones énorme, qui établissent des connexions sans arrêt, mais ces connexions ne sont pas définitives; elles ne sont stabilisées que si elles servent à quelque chose, c'est-à-dire si des signaux passent, sinon elles se défont et les neurones meurent (il y a énormément de mort cellulaire dans le cerveau très précocement). Ce qui veut bien dire que les stimulations que le cerveau reçoit précocement sont essentielles pour son développement et ses capacités ultérieures. Ce qui est codé par l'ADN, c'est le plan général sans doute: voilà tant de cellules nerveuses de tel type, à tel endroit, mais si celles-ci ne reçoivent pas les signaux qui leur permettent d'avoir une fonction, ou de se différencier dans un sens ou dans l'autre, elles disparaissent.
Dans cette optique, pas besoin en effet de milliards de gènes. Et donc on est obligé de penser que tout n'est pas codé par l'ADN. L'apprentissage est essentiel. D'ailleurs, est-ce qu'on a réussi à faire parler les enfants sauvages ? je crois que non (mais à vérifier)
Les neurones ne servent que de matrice d'apprentissage. Il y a donc en effet apprentissage : ]

Il est possible que certains réseaux ne soient que cablés, et ne subissent pas d'apprentissage par retropropagation. Cela doit etre le cas pour le systeme optique ... A moins de considérer que chaque etre humain possède un cablage different et donc un systeme visuel unique et different. Et là, comment savoir ? Peut etre que ce que je vois sensoriellement comme du rouge est pour vous du bleu.

Les premieres experiences dans le domaine semblent montrer que le systeme visuel est entre les deux :

- il est cablé de maniere rigide pour gérer les intrants et les agencer d'une certaine façon pour qu'un reseau neuronal puisse les gérer.
- Il est muté par la retropropagation de manière à ce que l'analyse de l'image se fasse.

En somme, la formation de l'image dans notre esprit est innée (cablé par les genes), l'interpretation de l'image est acquise (et donc retropropagée).
Evidemment, ce n'est qu'un exemple approximatif et grossier.
La retropropagation ne s'applique pas aux neurones biologiques. C'est un concept purement informatique, des "neurones formels".

De tout évidence, l'apprentissage biologique passe des mécanismes dynamiques basées sur les synchronisations type règles de Hebb.
https://en.wikipedia.org/wiki/Hebbian_theory

"This is due to how Hebbian modification depends on retrograde signaling in order to modify the presynaptic neuron."
Le pire de la niaiserie savante étant de cracher un pourcentage ( du genre: 42% pour l'apprentissage, 58 pour l'héritage).
A vrai dire, l'héritage est un apprentissage. La génétique est un algorithme d'apprentissage également (très utilisé en informatique aussi). On peut donc dire abusivement qu'il y a 100% d'apprentissage chez le vivant.
Non. Un apprentissage à l'échelle génétique est un déterminisme. De même, un déterminisme à l'échelle humaine ( par exemple, un dressage) est un apprentissage. La science doit regarder en face, et assumer, le brouillage conceptuel que ses prosélytes ont complaisamment répandu, au détriment de sa crédibidibilité poil au nez.
L'apprentissage génétique n'est pas déterministe du tout. Les altérations génétiques sont issues du hasard. Chose intéressante : un réseau neuronal ne fonctionne pas sans aléatoire non plus. C'est l'aléatoire qui fournit la complexité du raisonnement humain, pas sa génétique ou meme son experience. C'est un peu plus difficile a comprendre et il faut rentrer dans le détail de ce qu'est un apprentissage.
Aloys, j'ai beaucoup pensé à vous depuis que les producteurs d'@si, mettant à profit votre absence momentanée, ont mis en ligne cette émission.
Je me demandais si vous alliez oser vous aventurer dans ce forum, véritable jungle infestée de ces dangereuses créatures que vous appelez généralement "les scientistes".
Je prie pour votre salut.
Oui, il faut ajouter au moins une décimale. Sinon, ça fait pas sérieux (Voir les oeuvres de Ménard)
Je pense qu'il y a une distinction évidente à faire :

Même si nous étions capables de déterminer le gêne précis de la psychopatie, et donc de ce fait de déterminer avec 100% d'exactitude ce gêne sur nos enfants, est ce pour autant que nous devrions appliquer ce savoir ? Pour moi, il y a la vérité scientifique qui est une chose, mais il y a aussi les axiomes nécessaires pour la bonne tenue d'une société. Malgré ce savoir, nous devrions considérer cet enfant comme un autre et le juger sur ces actes.*

La science montre la porosité entre le vivant et l'inerte, certes. Mais devons nous pour autant considérer les vivants comme des cailloux ? Probablement pas. Il faut un axiome arbitraire qui définisse l'humain, qui n'est plus inerte mais vivant. Sans cela, la société ne peut pas fonctionner. Cela n'enleve rien au savoir, et cela n'enleve rien à la dignité et la sécurité de l'Homme.
J'ai vu un documentaire assez passionant sur le cancer et la piste genetique .

Ca explique que , comme souvent, les decouvertes amenent un effet de modes, un espoir demesurer, et enfin un surinvestissement.

Sur le cancer et la genetique cela donne 20 a 30 ans de recherche un peu perdu , car on se rend compte que la genetique c'est pas mal, mais ca amene aussi beaucoup de croyance, et de sur croyance, qui ont ete battu en breche dans le champ du cancer :

la voie genetique est une impasse sur le cancer, et on revient a une approche plus global, et plus axer sur le corps, et la maniere dont on vit .

Je vois dans pas mal de poste ici , surtout de merle, une passion pour la genetique, et pour les parallele cerveau humain et ordinateur, ce qui est plutot idiot .

Bien des impasses en vu
Je pense qu'il n'y a pas de grand rapports entre ce que j'énonce, et le fait de croire que la génétique ai une influence dans l'apparition des cancers. Les croyances que vous soulignez sont d'ailleurs souvent du au systeme de mécénat/investisseur. Je vois beaucoup de marketing autour de l'intelligence artificielle avec des produits se vantant d'avoir atteint l'intelligence humaine, alors que la totalité de leur brevets se base sur la recherche web (IBM) ou la requete par mot clé dans une boite de dialogue (Aldebaran).

La question est surtout : qu'est ce qui a été prouvé et erroné par la suite dans les recherches sur le lien entre génétique et cancer ? On peut parler de croyance quand l'on est dans le cadre d'une hypothèse non vérifiée. Le fait que cela n'ai pas abouti n'enlève rien à l'effort scientifique, au contraire. Beaucoup de travaux scientifiques concluent sur la non validation de l'hypothèse.

Mais que vous le vouliez ou non, le fait qu'une machine ai battu Kasparov avec DeepBlue a fait énormement bouger les lignes sur la conception de l'homme. Oui, le cerveau humain est un système informationnel et algorithmique. Comme la génétique. Un algorithme n'est qu'un traitement de l'information. Est ce que la rétropropagation du gradient est un des algorithmes du cerveau humain ? Probablement pas, d'ailleurs, il existe des centaines d'algos différents pour la rétropropagation. Et tres certainement que le cerveau humain en utilise plusieurs différents.

La question de savoir si un robot peut etre équivalent à un humain est stupide scientifiquement. Elle n'apprend rien. La question est surtout : comment le cerveau humain traite de l'information ? Et oui, l'informatique peut donner des pistes de recherche (de recherche, pas des résultats prouvés et admis) qui devront etre validés par les neurosciences. L'informatique n'est que le terrain de simulation des neurosciences dans ce domaine. Le fait est là : techniquement, on arrive à faire apprendre avec un systeme de neurones à une machine à comprendre une image, conduire une voiture, traduire un texte. Par conséquent on a un début d'explication plausible sur le fonctionnement des synapses. On ne peut plus s'en tenir à : " c'est dieu qui a fait l'humain libre et parfait, sans aucun déterminisme, doué d'une force spirituelle immense, et la terre est le centre de l'univers".

De plus, les réseaux neuronaux artificiels ne sortent pas de nulle part, mais ont bien été inspirés par deux neurologues bien avant l'apparition de l'informatique :


https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_de_neurones_artificiels

"Les neurologues Warren McCulloch et Walter Pitts publièrent dès la fin des années 1950 les premiers travaux sur les réseaux de neurones, avec un article fondateur : What the frog’s eye tells to the frog’s brain2 (Ce que l'œil d'une grenouille dit à son cerveau). Ils constituèrent ensuite un modèle simplifié de neurone biologique communément appelé neurone formel. Ils montrèrent que des réseaux de neurones formels simples peuvent théoriquement réaliser des fonctions logiques, arithmétiques et symboliques complexes."
Kasparov n'a pas été battu par deep blue, qui n'est que le nom médiatique des équipes de programmateurs qui ont réussi, en mémorisant des dizaines de milliers de parties-types, à donner un avantage déterminant à la vitesse de calcul contre l'expérience et le flair. C'est l'homme qui a vaincu l'homme. Accessoirement, Japonais et Coréens sont toujours incapables de faire jouer un ordinateur au go de manière non ridicule.
Un chercheur en robotique avait fait remarquer qu'il est infiniment plus facile de programmer un logiciel qui joue aux échecs qu'un robot qui voit, attrape les pièces et les déplace au bon endroit sans renverser tout le plateau, compétence acquise par un enfant en bas âge.
Programmeurs svp... Le programmateur, c'est sur l'électroménager qu'il se trouve.
Ce que j'en dit c'est que vous semblez connaitre le cerveau humain mieux que la science elle meme.

D'ou le mot croyance .

Tout c'est n'est que doute et conjecture, certainement interessante , mais des opinions et des croyances pour l'essentiel, qui se font passer pour de la science .

Sur les echec et Karparov, cela ne fonctionne que parceque c'est un jeu a information parfaite . Si on essaye de modeliser le poker par exemple, cela devient impossible, et il est impossible a un ordi de jouer comme un humain et de faire preuve de vrai strategie et de psychologie .


Sur le cerveau et le parallele ordinateur, Florence a laisser un lien sur un article tres brilliant qui explique justement que tout ca c'est de la foutaise .

Enfin voila Chacun ses croyances .

Sur l'art, vous arrivez a faire un ordi qui immite, qui copie, meme parfaitement, mais un createur laisser moi rire.

Picasso , Einstein, et le genie humain n'a aucun stress a se faire .
D'ailleurs, un bon exemple de ce que vous dites sont les enfants nés sourds. Jusque dans les années 80, la langue des signes était interdite. De plus, toute tentative d'apprendre à un sourd le français se soldait souvent par un echec (car c'est une langue à grande partie orale). Nous sommes revenus sur cette interdiction car l'absence d'une langue pour structurer la pensée des personnes sourdes provoquaient de graves problèmes cognitifs et une sévère déficience. Les études menées désormais montrent la(les) langue des signes comme une vraie langue remplissant ce role de matrice.

En somme, un humain ne peut que tres difficilement penser sans langue. Un enfant sauvage qui n'aura pas appris une langue jeune, subira le meme probleme. La consolation est que chaque etre vivant reste équipé d'un langage "écrit en dur", à savoir le langage des sens.
Vous tombez mal. Il y a sur ce forum de nombreux témoins de ce que les bonobos, bien que mal équipés en " appareil phonatoire" ( sic), maîtrisent la langue des signes ( je l'ai vu sur internet), et pensent malgré leur absence de langage oral, qui est quand même le seul valable, faut pas déconner. J'aime bien la science, mais je la trouve parfois un peu approximative. Un peu plus de rigueur la rendrait plus crédibible.
J'ai étudié trois ans la langue des signes. Elle est indéniablement une langue qui structure la pensée. Je ne parlais pas de cela. J'indiquais que la langue des signes avait été interdite, et que la langue francaise etait très difficile d'acces pour des enfants nés sourds. De ce fait, lorsque la langue des signes etait interdite, cela posait de gros problemes car les enfants nés sourds ne pouvait pas disposer d'une langue pour se construire.

Cette aberration est depuis révoquée. De plus, l'absence de langue n'induit pas une absence de pensée. Nous sommes équipés d'un langage de base qui se base sur nos sens (par exemple, la syntaxe des images). C'est le langage utilisé par le cinéma par exemple, pour créer de l'information à partir du montage et des plans.
Ces trois ans vous honorent. Et bien que ( = parce que) non scientifique, le problème que vous posez est profond. Diderot vous aurait suivi.
...la langue des signes [...] est indéniablement une langue qui structure la pensée

Question de béotien : Un enfant né sourd à qui on enseigne la langue des signes peut-il apprendre à lire et à écrire ?
Oui. Mais si il n'a pas été mis en contact avec une langue jusqu'à l'âge de dix ans, ça sera beaucoup plus difficile.(ça et d'autres choses). C'est pour ça que la langue des signes est importante, car adaptée. Il y a de bien meilleurs résultats dans la langue française pour ceux qui ont appris la langue des signes en premier.
La science gagnerait à méditer ses origines grecques. " Logos" donne aussi bien langage que pensée. Autrement dit, le langage n'est en aucun cas une propriété, parmi d'autres, de l'humanité. C'est l'humanité. Donc, l'expression " langage de base" n'a pas de sens. Merle, vous me posez problème : je n'adhère à rien de ce que vous dites, mais le fait que vous le disiez avec autant de candeur vous me rend très sympathique.
Le "langage de base" que j'expliquais n'est pas propre à l'humain mais propre à tout animal doué de sens. Les sens sont des briques de base qui s'articulent dans une "langue". Je pense que vous êtes aussi en désaccord avec Descartes sur le fait que les animaux ne sont pas doués de conscience ou de cognition. Ils en sont capables, et donc si il y a reflexion et conscience, il y a language. Cependant ce language est un language "interne". C'est à dire qu'il ne s'exprime pas linéairement dans une phrase avec une syntaxe.

Un exemple particulier : Une étude interessante d'éthologie à été menée sur des dauphins. Il s'avère qu'ils sont capables de communiquer ce language via leur systeme de sonar. En effet, les chercheurs se sont aperçus que les ultra sons échangés représentaient les objets observés par le dauphin. Ainsi les dauphins s'échangeaient entre eux la forme d'une balle ou d'un seau sous forme de données soniques.

Evidemment, on s'aperçoit de la relative pauvreté de ce language : il est non-transmissible (sauf pour le cas particulier du dauphin, mais l'information transmise reste tres inférieur à ce que le "language de base" exprime. ). Par conséquent il ne peut pas évoluer et ni se complexifier.

C'est pourquoi j'adhère totalement à votre propos sur le lien entre humain et la langue. Notre intelligence est intégralement due à notre langue. Il est tres regrettable d'ailleurs que tous les indices des sciences sociales montrent que notre langue s'appauvrit et que les médias de masse contribue à cette réduction drastique du champ de mots utilisés (qui a dit "mot clé google" ou "hashtag twitter" ?).

Je pense que vous avez lu 1984 et que vous soutenez aussi ce que développe Orwell sur la novlangue dans ce livre. : ]
"notre langue s'appauvrit "

Le langage courant s'est récemment enrichi du terme "flaperon" que plus personne ne peut ignorer et je profite de l'occasion de le replacer pour éviter son dépérissement (les réseaux neuronaux le concernant ne sont pas encore stabilisés).
Si nous l'utilisons dans la vie de tous les jours, alors l'académie française sera obligée de le prendre en compte.

http://www.lexpress.fr/culture/livre/zadiste-tendu-comme-un-string-et-bolos-les-nouveaux-mots-du-petit-robert_1680236.html

Je propose plusieurs expressions (à base du flaperon résolvant l'énigme de l'avion MH370) :

Chercher le flaperon : chercher l'element crucial permettant de percer le mystere.
Exemple : Le Mali est un conflit incompréhensible, il faut chercher le flaperon.

Etre le flaperon de quelque chose : dénouer le noeud d'une intrigue inextricable.
Exemple : Le divorce de Sarkozy est le flaperon de la guerre en Lybie.

Cacher le flaperon : rendre secret quelque chose.
Exemple : Pour faire passer TAFTA, les députés européens ont caché le flaperon.
Vous êtes plutot La République de Platon que Leviathan de Hobbes on dirait : ]
Merle la langue des signes , c'est une traduction de langue et de concept existant .

Un bonobo vous dira j'ai faim, ou je doit pisser, mais je vous souhaite bonne chance pour parler de mathematique .

Donc une connaissance et une elaboration de concept, d'abstraction , et de conscience , voila ce que le language libere.

Mais l'anglais apprit a un perroquet, ne lui donnera pas une nouvelle vision du monde
Absolument pas, renseignez vous. La traduction langue des signes française vers le français est un probleme bien plus complexe que ce que vous énoncez là. On utilise des modeles de traduction comme pour n'importe quel passage d'une langue à une autre.

Je ne vois pas le rapport entre un humain qui apprend une langue humaine, et un bonobo qui apprend des instructions en langue humaine. Il n'empeche que le bonobo comme l'humain, dispose d'un sous-langage commun. C'est peut etre difficile d'imaginer un langage qui ne sert pas à communiquer mais seulement à réfléchir, mais il faut faire l'effort : ]
Cela depend de quel type de language des signes, il y par lettre, et cela suit le langue.

Quant a la langue des signes dont vous parlez, elle s'appuie sur une experience du language , de la grammaire, de vocabulaire abstrait existant, qui en soit formait deja une langue, ou un language .
N’empêche: s'il fallait traduire le GauthierR en langage des signes, bonjour la galère!
Ho non , pour toi , j ai un signe tout fait , facile, simple :

J'ai le doigt qui me demange, comme une crampe a la phalange :



https://www.youtube.com/watch?v=pbqUKwlL6t8

ou alors ce geste la :

https://www.youtube.com/watch?v=71ubKHzujy8
Ici encore tu repond pas a l'argument , tu ne parle que de l'exemple prit .

Tu es constament dans l'anecdote, et jamais dans le raisonement .


On sait toujours pas ce que tu essaye de dire, a part repondre a coter de la plaque par des selections de bout de recherche .
Vue ce qui est arrivé à hitchBOT, l'IA ne changera pas grands chose avant quelques générations.
Au passage je conseil une superbe série avec des robots : Real Humans
je n'ai pas lu ttes les interventions et peut-etre quelqu'un s'est-il deja exprime sur le sujet. Ce qui me frappe dans cette emission c'est la certitude des scientifiques, l'absolue certitude qu'ils ont la verite. Sans remonter au 19eme siecle (quoi que...), les cours auxquels j'assistais dans les annees soixante-dix fourmillaient de verites non moins validees par les memes scientifiques. Certaines ont par la suite ete demontees, modifiees, infirmees. Peut-on admettre sans passer pour un obscur revisionniste religieux a la solde du capitalisme americain que, non, nous n'avons pas tout decouvert ? Que meme Darwin eut du mal en son temps a expliquer l'apparition et l'evolution de l'oeil ? Si Copernic et Einstein en etaient restes a la pensee unique dans laquelle ils baignaient, personne ne retiendrait leurs noms. Et pourtant de nombreux scientifiques, a leur epoque, justifiaient a quel point ils etaient dans l'erreur. On peut defendre ses idees, mais conserver un peu d'humilite, en particulier sur des sujets qui persistent a porter le nom de "theories"
Bon alors... du coup je suis allée voir ces youtubeurs en me disant mais que font-ils d'autre qu'un prof pour avoir autant de vues ??? Bah, en fait rien... Ils sont devant une caméra et ils parlent. Moi, je suis devant une classe et... je parle...
C'est magistral... Ah, non, il y a des petites animations, des effets spéciaux... Ça je ne maitrise en live dans une salle de classe.

Je dois avoué que mes cours, quand je parle, ressemblent beaucoup aux vidéos de e.penser mais ça n'a pas le même effet :-(

Peut être devrais-je enregister mes cours sur vidéo. Les mettre sur youtube et faire abonner mes élèves !!!
Vous les combattez à main nues les créationnistes, ou vous avez besoin de livraisons d'armes ?

Ça serait gentil de préciser parce que j'ai quelques containers disponibles, il suffit de m'indiquer qui paie !

J'ai toujours adoré les petits soldats, je ferai volontiers un prix !

D'ami !

Car il n'y a pas le moindre doute que le monde des apparences vient du néant et y retourne en courant. Ceux qui ne pensent pas ça, crétins congénitaux, doivent être détrompés toutes affaires cessantes. C'est un devoir humanitaire élémentaire : impossible de laisser des andouilles s'égarer à ce point, où irait l'humanité sans la science qui a fait la poudre à canon, les kalachnikov; le plastic, le semtex, les bombes atomiques, à hydrogène et à neutrons...

On voit bien qu'elle irait à sa perte l'humanité ignorante et crédule, sans le secours de la science !

PG
Est-ce à dessein que Marie-Charlotte nous parle de son combat contre les créationnistes?

Ca, c'était pour le jeu de mots et pour relativiser l'importance des Saints dans la science.

J'ai passé un très bon moment à regarder cette vidéo.
Emission que j'ai d'autant plus appréciée que ma petite fille visionne le "youtuber" Léo, et qu'elle m'en avait parlé.
Un peu lassant cette peur bleue du finalisme chez Charlotte Morin, au point de venir chercher la bête dans des oeuvres de fiction comme les Comics qui mettent en scène des mutations répondant à un dessein et à une intention précise... C'est aussi ridicule que les réactions de certains religieux qui passaient leur temps il y a quelques années à disséquer le Da Vinci Code du point de vue théologique alors qu'il s'agit simplement d'un roman de gare !

Il aurait été intéressant de distinguer deux niveaux de langage sur le plateau. On peut parler de finalisme ou de hasard par rapport aux théories scientifiques, il suffit juste de préciser que lorsqu'on le fait, on ne parle plus au niveau de la science qu'on est en train de pratiquer, mais on s'exprime d'un point de vue globalement philosophique. Charlotte Morin, comme d'autres, sont ici aussi naïfs que ceux qui pensent voir scientifiquement du dessein intelligent dans la nature. En effet, le hasard, tout comme l'intention, ne ressortent pas du langage scientifique pur. Une proposition comme "L'évolution est le résultat du hasard" est au mieux une proposition métaphysique, non pas biologique. Affirmer le contraire, c'est faire l'erreur opposée mais finalement similaire (symétrique on pourrait dire) que ceux qui prétendent voir du dessein dans la nature : prétendre être encore dans la science alors qu'on n'y est plus.
Bonjour,

La question que je me pose est sur arretsurimages.tv. Pour rendre cette chaine plus intéressante et permettre son développement, je pense qu'il serait interessant que asi s'associe avec des projets comme l'esprit sorcier pour proposer une "TV2.0" basée sur des plateformes web.

A bientôt
Arrosons les arroseurs.

Puisque tout le monde sur ce plateau convient de manière un peu condescendante qu'il est nécessaire d'utiliser un vocabulaire précis, il est dommage que celui-ci souffre dans ces échanges. Ne risque-t-on pas alors de faire le lit de l'obscurantisme ?

Lorsque l'on désigne une espèce par un individu, il ne s'agit pas seulement d'une "approximation" ou d'un "raccourci" (qui le rallongera ?) mais d'une figure de style bien identifiée: l'antonomase, dont le soin reviendra aux spécialistes de la rhétorique de la distinguer de la métonymie et de la synecdoque. Bref, c'est une métaphore, dont l'usage n'est en rien contestable. Le seul risque est qu'elle soit comprise au sens littérale.

Mais au fait, toutes les théories scientifiques, incluant celle de Darwin ne sont-elles pas également des métaphores ? N'y a-t-il pas un peu d'arrogance et de naïveté à l'oublier ?
je suis sous le charme de la scientifique, est ce a cause de la robe ou est ce simplement parce que son discours est passionnant et non dénué d'humour ? probablement un peu des 2 !

la croisade contre le créationnisme me semble un peu hors sujet.... si il est un danger, il reste relatif surtout avec le déclin permanent de la religion qui est le principal vecteur de ce type de croyance. de ce point de vue je rejoins plutôt le youtuber vs Marie et Pierre qui me semblent un peu obsédés par le sujet. Vivant aux US et plus généralement hors de nos frontières je peux amener mon modeste témoignage, les anglo-saxons sont aussi ignorants que nous, et si ils sont créationnistes à 40% c'est avant tout parce qu'ils sont religieux. La foi ne se discutant pas il est bien inutile de vouloir démontrer à tout prix a ces gens que le darwinisme est la seule vérité possible.

En ce sens parler de négationnisme me semble également choquant car il y a une symbolique forte derrière le terme. Je ne pense pas que les négationnistes de l’évolution soient des criminels.

le combat pour la bonne interprétation du darwinisme me parait en revanche essentiel, quitte à parler d'une théorie autant le faire correctement.
A ce propos ( ou plutôt légèrement hors de propos), j'aurais aimé avoir l'avis des invités sur le cauchemar de Darwin où l'usage d'un titre choc au service d'un documentaire idéologique médiocre.

Sinon j'ai trouvé Fred très confus sur son émission en ligne, il devrait garder un concept strictement similaire a l'original, il semble que le reste du spectre (format court, mi court) est déjà bien occupés par les youtubers. Evidemment cela reste une question de budget, mais je prefererais une émission avec des qualités de production en phase avec ce que nous avons connus quitte a avoir de la pub sur le site. (abonnements dans un second temps une fois son public trouvé).
Quelqu un aurai t il le lien de l'entretient avec un paléontologue dont il parle vers 52min50?
merci! :)

Sinon, juste un commentaire de cette émission,
perso, j'aime pas le "trop" vulgarisé , les pokémons, pour moi, ça va trop loin....
L'émission est agréable à regarder. Par contre je n'ai pas appris grand chose... La vulgarisation implique forcément approximation. Le problème est de trouver le point d'équilibre entre vulgarisation et exactitude.
Par ailleurs, je trouve dommage qu'on a l'impression que la science à la télé c'est fini depuis la fin de c'est pas sorcier. L'émission on n'est pas des cobayes allient bien pédagogies et émotions par exemple. C'est une émission à regarder en famille, une porte ouverte pour aller plus loin en science.
Je suis pas certain que pour lutter contre les créationnistes il suffit d'avoir une posture 100% rationnel, parce que rien ne justifie le monde, la vie et l'homme (y à pas d'autres animaux qui font des sépultures, à priori y à pas d'avantage sélectif) et qu'on peut difficilement regarder le monde sans des notions comme la justice (il n'y a aucune molécule de justice dans le monde et si ce monde est injuste alors qui est on pour enlever l'espoir d'aprés la vie?) l'équité (je suis plus adapté mon pote, tant pis pour toi) ou l'espoir (bah gamin tu es un tas de gènes avec des déterminismes sociaux et un peu de hasard et tu vas peut-être mourrir dans d'atroce souffrance).
Il y aura toujours de la place pour un peu de métaphysique (pourquoi pas 5% et 95% de rationnel), Serge Lehman a dit quelque chose comme la science fiction c'est dévellopé, parce que le scientisme a exclus toute métaphysique, alors celle-ci est apparue plus loin. (et le scientisme a justifié la racialisation, le progrés a marche forcé, l'Industrialisation n'a pas que des bons cotés, ni que des mauvais).
Et si il ya moins de science fiction, c'est peut-être en partie à cause de la physique quantique qui d'une certaine manière nous semble métaphysique (l'intrication et la Boite du chat zombie), qui a débouché sur des hypothèses de théories possibles pour unifier tout cela (à partir du moment où on postule qu'il y aurait des dimensions supplémentaires recroquevillés sur elle même et inopservable, est-ce encore de la physique?).
La biologie et la physique ont les mêmes problèmatiques les origines (big bang ou l'étape avant la première cellule), la suite on sait, par conséquent on peut affirmer la suite et laisser aux gens la possibilité de croire à une intention originelle, au final y à que la fin qui est certaine.
Et puis cela nourrit l'imagination, les postulats idiots c'est rigolo, imaginons que le temps soit discontinu, qu'il y est une limite dans le découpage du temps et qu'on puisse voir cette limite et le monde ce reconstruire entre deux néants, comme ci le monde était un film analogique et le néant présent entre 2 diapos (ok je sors cela ne fait rire personne :) ).
Excellente émission avec de très bons participants !

Bruce d'E-penser aurait été un must mais il n'est sans doute pas aisé de contacter des youtubers aussi célèbres.
En tout cas, j'ai vraiment apprécié et en ai tiré une grande matière à réflexion !
Je ne regrette pas mon abonnement renouvelé, bonne continuation !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Belle émission, avec une absence cruelle: celle des sciences "molles", simplement invoquées par DS pour justifier la disparition de "C'est pas sorcier".
Cette absence rejoint probablement un constat que l'on peut faire de façon plus général dans les médias: les sciences humaines n'ont, médiatiquement, de science que le nom. La science est systématiquement "dure" ("inhumaine" selon le bon mot des scientifiques expérimentaux). Il n'y aurait rien à présenter, à expliquer en "sciences" économiques, sociologie, philosophie, histoire, etc.? Pas d'avancée, pas de débats, pas de changements?
Il suffirait de regarder le nombre d'articles du pourtant remarquable blog de Sylvestre Huet {sciences²} pour percevoir la différence de traitement: 60 articles en "archéo, sciences humaines et divers" (bref, un cocktail en vrac, avec beaucoup de préhistoire et peu de sciences humaines); 81 en sciences de la terre et maths; 141 en "biologie santé"; 247 en "énergies, nucléaire et technologies"; 444 (!) en "espace et astrophysique"; 449 en "terre climat environnement".
Encore un héritage du développement des ponts, mines, chaussées etc. ? Outre-Manche, les généralement très bonnes vidéos de TED-ed tirent réellement à 360° dans les champs de la connaissance...
Pour faire de la science, il faut qu'elle soit dure?
L'evolution illustré par les Simpsons , 1 minute de genie:

https://www.youtube.com/watch?v=Te7e37XMtP0
Ah ! La société du spectacle à fond les manettes.
Bref…

J’aimerais bien savoir où je pourrais trouver la démonstration de Gérald Bronner dont parle Marie-Charlotte Morin.
Si quelqu’un a une piste, merci par avance !
Bonjour à tous

Merci pour cette émission. (Surtout Justine :))

Le discours de l' invitée en robe rouge présente toutes les caractéristiques du prêche.

Un militantisme, qui semble être athée, en suinte à chaque mot.

Restons dans la science Si vous voulez bien

Merci encore
Ah ! le ludisme et le participatisme !
Avec ça on fait croire qu'on peut apprendre sans effort et que tout le monde sont égaux devant cet effort !!!
Roh le plateau ! C'est Nuit d'ivresse !
On en vient à regretter Sebastien bohler.
Juste un petit message pour signaler un site qui fait aussi de la vulgarisation mais pour un autre public : http://www.canal-u.tv/
Et en plus c'est gratuit.
La téléologie est comme une maîtresse pour un biologiste. Il ne peut s'en passer mais n'ose sortir avec. ( proverbe chinois )
C'est fou comme le débilo-créationniste américain rensemble à Franck Ribéry ..

Un cousin d'outre [s]asymétrie cérébrale[/s] hémisphère peut-être (?)
Des préjugés, des causes finales et de l'anthropomorphisme :

"les hommes venant à rencontrer hors d'eux et en eux-mêmes un grand nombre de moyens qui leur sont d'un grand secours pour se procurer les choses utiles, par exemple les yeux pour voir, les dents pour mâcher, les végétaux et les animaux pour se nourrir, le soleil pour s'éclairer, la mer pour nourrir les poissons, etc., ils ne considèrent plus tous les êtres de la nature que comme des moyens à leur usage ; et sachant bien d'ailleurs qu'ils ont rencontré, mais non préparé ces moyens, c'est pour eux une raison de croire qu'il existe un autre être qui les a disposés en leur faveur.

Du moment, en effet, qu'ils ont considéré les choses comme des moyens, ils n'ont pu croire qu'elles se fussent faites elles-mêmes, mais ils ont dû conclure qu'il y a un maître ou plusieurs maîtres de la nature, doués de liberté, comme l'homme, qui ont pris soin de toutes choses en faveur de l'humanité et ont tout fait pour son usage. Et c'est ainsi que n'ayant rien pu apprendre sur le caractère de ces puissances, ils en ont jugé par leur propre caractère ; d'où ils ont été amenés à croire que si les dieux règlent tout pour l'usage des hommes, c'est afin de se les attacher et d'en recevoir les plus grands honneurs ; et chacun dès lors a inventé, suivant son caractère, des moyens divers d'honorer Dieu, afin d'obtenir que Dieu l'aimât d'un amour de prédilection, et fît servir la nature entière à la satisfaction de ses aveugles désirs et de sa cupidité insatiable. Voilà donc comment ce préjugé s'est tourné en superstition et a jeté dans les âmes de profondes racines, et c'est ce qui a produit cette tendance universelle à concevoir des causes finales et à les rechercher.

Mais tous ces efforts pour montrer que la nature ne fait rien en vain, c'est-à-dire rien d'inutile aux hommes, n'ont abouti qu'à un résultat, c'est de montrer que la nature et les dieux et les hommes sont privés de raison.

Et voyez, je vous prie, où les choses en sont venues! Au milieu de ce grand nombre d'objets utiles que nous fournit la nature, les hommes ont dû rencontrer aussi un assez bon nombre de choses nuisibles, comme les tempêtes, les tremblements de terre, les maladies, etc. Comment les expliquer ? Ils ont pensé que c'étaient là des effets de la colère des dieux, provoquée par les injustices des hommes ou par leur négligence à remplir les devoirs du culte. C'est en vain que l'expérience protestait chaque jour, en leur montrant, par une infinité d'exemples, que les dévots et les impies ont également en partage les bienfaits de la nature et ses rigueurs, rien n'a pu arracher de leurs âmes ce préjugé invétéré.

Il leur a été en effet plus facile de mettre tout cela au rang des choses inconnues dont les hommes ignorent la fin et de rester ainsi dans leur état actuel et inné d'ignorance, que de briser tout ce tissu de croyances et de s'en composer un autre.
"

Ethique (1677), Appendice partie I
Spinoza
Personnellement j'en ai un peu marre que tout soit toujours affaire de vulgarisation. On a vraiment l'impression que tout ce qui a une portée un peu intellectuelle (sciences, philosophie, politique etc...) doit absolument passer par la grande moulinette pédagogique. Et généralement ça revient à prendre les gens pour des cons (ce qu'ils ne sont pas tous j'espère...). Si aujourd'hui pour intéresser les jeunes aux sciences il faut leur faire le coup de Darwin et les Pokémon, s'il faut expliquer le modèle atomiste avec des knacki ballz, et qu'une scientifique pour se lancer a besoin d'expliquer sa thèse en 180 secondes, je pense qu'on peut laisser tomber tout de suite.

Certes ces initiatives sont aussi faites pour divertir un public (et certaines vidéos me font rire), mais on ne m’ôtera pas de l'idée que voir les invités s'auto-congratuler de la sorte est un spectacle affligeant. Alors même qu'on ne sait plus comment sortir de cette chienlit qu'est l'info-tainment (les news entre l'apéro redbull et la pizza dominos), on est en train de généraliser à tous les médias la science-tainment : la science pour ceux qui ne s'y intéressent pas vraiment mais qui veulent quand même apprendre des trucs qu'ils pourront ensuite raconter autour de la machine à café.

Cette façon d'aborder la science n'est pas critiquable en soi mais elle implique d'innombrables biais dont le petit florilège suivant :

-Divertir devient un but alors que c'est au départ un moyen (les audiences s’essoufflent, le public internet est versatile etc)
-C'est plus facile d'épater les gens avec des trucs nouveaux ou en collant à une actualité (coucou les laboratoires, Google, Areva etc)
-Pour les personnes s'intéressant réellement au domaine, il est souvent insupportable de se fader "l'outil pédagogique" à savoir le champ lexical d'un enfant de 7 ans grimaces comprises...

En bref, je ne dis pas qu'il faut tout l'un ou tout l'autre, mais ce qui est sûr, c'est que les émissions (ou autre) sérieuses sur des sujets requérant un minimum de connaissances ou d'attention sont bel et bien en voie de disparition à la télé ou ailleurs. Je ne demande pas de ressusciter haroun Tazieff ou les amphis de la cinquième, mais au moins que ce soit mis dans l'équation quand on invite des gens pour parler de science dans les médias...

Bon voilà... c'est un petit coup de gueule finalement.
Un spécialiste pour la vulgarisation à partir de fiction est Roland Lehoucq.
En 2004, déjà : Faire de la physique avec Star Wars
merci pour le résumé... 1 heure de gagné :)
Je souhaite le mieux pour "c'est pas sorcier", mais je suis plutot pessimiste pour son avenir sur internet.
Emission interressante, néanmoins j'aurais aimé que vous invitiez l'animateur de e-penser qui est vraiment tres bon lui aussi avec sa chaine de vulgarisation scientifique...et qui cartonne tres fort dans le secteur.
De même le scientifique E.Klein a laissé en ligne de nombreuses conférences toutes plus passionantes les unes que les autres.
... mais je n'ai pas été convaincu par la démonstration que Dieu n'existe pas.

J'ai trouvé Justine Brabant très à son aise. Daniel ne l'a même pas interrompu ni n'a paru excédé par ses interventions.

Très bonne émission, donc

PS: c'est où et quand le spectacle de Marie-Charlotte ?
Vous n'avez pas oublié de préciser que la société de production de C'est pas Sorcier était également la boite de prod de Arrêt sur Images du temps de la télé, bien sûr.
Non ?
Je suis l' heureux possesseur d' un Macbook dix ans d' âge, qui fonctionne encore... même s' il est lent parfois.
Mon système est un LEOPARD, je crois : OSX.5.8
Je suis au regret de vous dire qu je ne pourrais plus vous visionner : le Plug in FLASH ayant changé, ASI ayant sans réfléchir suivi la mise à jour... il ne m' est plus possible de visionner vos émissions !
(la mise à jour n' est possible que depuis OSX.6 et SNOWLEOPARD...
Adieu !
snif ;(
c était oblige [Message modéré - merci de respecter les règles d'usage du Forum et en particulier le respect et la courtoisie] de c est pàs sorcier , qu est a l ouest grave , qui ose dire qu il ouvre la porte aux jeunes ... la honte , en plus la question de Daniel sur çe que les autres intervenants en pensent (ils vont pas lui,dire que c est foutu sont truc , quand y a é-penser) et l oblig? vous êtes une enfant du net ´ a la femme ... Franchement en dessous de tous cette emission . Il n y a pas que les jeunes qui aiment les sciences , les vielles aussi , et avant y avait rien ( meme les journaux de science sont nul , a par La recherche , lisible meme pour des amatrices ) , heureusement que maintenant on a les conférence de Klein et de tout les autres scientificique , et meme Daniel des conference sur les sciences qui durent 2h .... et nous les non littéraire on adorent .
Ca interessera peut-être
creationnismes en astronomie et cosmologies catastrophistes : http://www.canal-u.tv/video/cerimes/creationnismes_en_astronomie_et_cosmologies_catastrophistes.14125

et sur l'évolution :
darwin et herschel la science entre la terre et les etoiles :
http://www.canal-u.tv/video/cerimes/darwin_et_herschel_la_science_entre_la_terre_et_les_etoiles.11663
Eh ça tombe bien le journal du CNRS parle de Darwin cette semaine !

<< Il y a plus de cent cinquante ans, le célèbre naturaliste révolutionnait l’histoire de la vie en mettant sur pied les théories de l’évolution et de la sélection naturelle. À l’heure où les créationnistes regagnent du terrain, retour sur ses travaux essentiels. >>
https://lejournal.cnrs.fr/articles/charles-darwin-de-lorigine-dune-theorie
Ben moi j'adore la théorie de l'évolution qui a pu, de hasards en mutations nous donner à voir les merveilleux seins de Marie Charlotte !!!
Dire que "La nature sélectionne", c'est se tirer une balle dans le pieds !

Cela suppose grammaticalement :
1) Qu'il existe une entité extérieure aux êtres vivants
2) Qu'elle sélectionne, c'est à dire qu'elle fait un choix (cf Dictionnaire)

...C'est dans la continuité du [large]Déisme[/large]. Le science n'a pas rompue avec.

Par ailleurs, les créationnistes défendent surtout une morale répressive, dans laquelle l'homme hétéro a le droit d'insulter les homosexuels, de contrôler le corps des femmes, de tuer des animaux, d'exploiter les ressources naturelles, etc. Il faut le dénoncer, sur le terrain de la morale et de la politique.

Cordialement
Bonjour,
Décidément même l'été vous ne vous arrêtez pas.
En fait la France, comme la chine au 15eme siècle, est victime d'une caste dirigeante, qui vise à nous transformer en nation d'abrutie. Et ce avec la meilleure bonne fois du monde.

C'est pour cela qu'il y a aussi peut d'émission scientifique de qualité, a noter sur France 4 "on n'est pas que des cobayes".

Ce qui se passe avec l’émission « c’est pas sorcier » ce passe aussi avec les sciences en général.
Souvenez-vous lors de la dernière « nuits des étoiles » retransmise à la télévision, les critiques que le ministre de l’époque avait reçus en direct.

Depuis, les choses ont empiré, le laboratoire ou travaille André brahic est d’ailleurs lui-même menacer.

En 2002 Jospin a fait passer la loi organique sur la loi des finances, appliqué depuis par Sarco.

Cette loi ne finance qui les organismes, mais les branches d’activités via des ANR…
Or les laboratoires « doublons », c’est-à-dire même sujet de recherches mais avec des méthodes différentes, sont amenés à disparaitre, cela représente une grande perte pour la recherche en France.

Avant on parlait de découvertes, de physiques fondamentales…

Maintenant on parle facteur indice de citation, combien cela pourra nous rapporter

Bref, comme si la science pouvait se monnayer…
Bonjour,

En effet, la vulgarisation scientifique c'est quelque chose qui monte de plus en plus sur youtube et en général sur internet. Epenser est un peu "LE" vulgarisateur francophone, aux côtés d'Axolot. Mais Il faut y ajouter pas mal de personnes (science2.0 par exemple) et aussi des sites web qui font soit des moocs ou des artilces sur des thèmes scientifiques variés.

Si je voulais réagir à cette émission, c'est surtout sur la fin, la "réponse" à donner aux créationiste et autres.

Le problème avec ces gens c'est leur virulence et leur stratégie de communication (tourner au ridicule, faire des sophismes...) et face à cela il est très compliqué de rester dans une simple explication de la science face au créationnisme. Souvent, on tombe dans le debunkage et cette attitude est particulièrement mal perçue.

En tout cas je suis très heureux que asi se prenne du sujet et que Fred lance son fork de c'est pas sorcier.
En voila une bonne nouvelle.

C'est chouette et une bonne idée.

et on etait tous triste de plus voire cette emission, meme les plus grands .



Il faudrait peut etre penser faire la meme chose sur les concepts non scientifique : philo, religions, pensée en general
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.