24
Commentaires

Mediapart : l'art difficile du re-titrage

Un journaliste lillois proteste contre le retitrage de son article par Mediapart, dans le cadre d'un partenariat avec le site d’enquêtes locales Médiacités pour lequel il travaille. D’autres "correspondants en région", témoignent de cette habitude que certains déplorent.

Commentaires préférés des abonnés

"Le titre d'origine est assez nul, on ne comprend rien à l'enjeu."


Si on a l'énorme courage de dépasser ce nom de famille "que personne ne connaît" (à Paris, bien évidemment) on peut lire trois mots plus loin "Lille" (c'est où, Lille, c'est au delà du(...)

Et pour poursuivre l'enquête : ça se passe comment chez @si ? qui titre ? y a-t-il déjà eu des désaccords ?

"Résultat, on obtient un article où les gens, dont beaucoup ne lisent que le titre, me disent avoir l’impression qu’elle a fait quelque chose de limite, voire d’illégal." 


Il suffit d'aller voir les commentaires sur Médiapart pour constater que l(...)

Derniers commentaires

Cela révèle surtout ce qu'est devenu le journalisme : du consumérisme.

si on fait des statistiques sur les titres de Mediapart, ils sont à 70% du même acabit (négatif, décliniste et violent (mots extrêmes sans nuances.). Un exemple récent sur le coronavirus "Pékin en guerre sanitaire, le monde panique. ". Rien dans l’article sur la panique du monde. 

D’accord avec les autres commet aires sur le fait que l’important pour Mediapart semble être de jouer sur le cerveau des lecteurs rapides (qui ne rentrent pas dans l’article et s’arrêtent au titre.) 

D'ailleurs a la revelation de ces pratiques @si s'engage desormais a ne plus faire de titre putaclic !



Je lis le tweet du journaliste :

Je précise en auteur de l'article que je ne cautionne pas le titre et que comme bcp de collègues,  je suis victime d'un retitrage imposé. Pratique qui dure depuis des années dans tous les médias et qui est une des causes de la défiance des citoyens à l'égard de la presse... ok pour le problème du titre mais que pense Asi de l'analyse : une cause de défiance des citoyens à l'égard de la presse... je ne suis pas convaincue 

Disons que l'attente du lecteur en lisant Médiapart contribue beaucoup à interpréter subjectivement le titre dans le sens d'une illégalité commise, pourtant non exprimée dans ce même titre. Médiapart devrait faire attention certes, mais en même temps, nous devrions en tant que lecteur faire l'effort d'une lecture moins orientée.



Le titre d'origine ne me parait pas bon. C'est peut-être juste moi mais j'ai beau le lire plusieurs fois, je butte toujours sur le (très), mon cerveau veut mettre (gros) et trouve bizarre la formulation actuelle.
Je propose : "Dépenses de campagne : Violette Spillebout (LREM) mise très gros à Lille"


Le titre de MDP m’apparaît orienté négativement car je trouve qu'on est dans un registre sémantique négatif quand on parle "d'exploser les dépenses". Ce sentiment est nuancé par le contenu de l'article.

Et pour poursuivre l'enquête : ça se passe comment chez @si ? qui titre ? y a-t-il déjà eu des désaccords ?

Le changement dans le titre n'inverse pas le sens de l'article comme peuvent le faire les magazines de l'oligarchie, ou même Marianne que je lisais régulièrement à l'époque de RDély, il me semble. Médiapart a des défauts bien pire que celui-là.

"Résultat, on obtient un article où les gens, dont beaucoup ne lisent que le titre, me disent avoir l’impression qu’elle a fait quelque chose de limite, voire d’illégal." 


Il suffit d'aller voir les commentaires sur Médiapart pour constater que les lecteurs l'ont bien compris comme ça, quoi qu'en dise Lenaïg Bredoux.

J'avais lu l'article avec l'ancien titre, je ne le trouvais pas loin du contenu. En tous les cas loin des articles putaclic qui foisonnent sur internet, le journaliste est pour le coup impliqué ou bien c'est une ligne éditorial qui fait que l'on parle de rien avec un titre du style " et le 5eme va vous surprendre" ?


Personnelement je regrette le putacliquisme du journalisme web, mais mediapart n'est pas le pire loin de là ... alors que le point, l'obs, valeurs actuelles ...



Le titre d'origine est assez nul, on ne comprend rien à l'enjeu. Personne ne connait ce nom de famille, donc mettre "candidate LREM" est mieux ; et le titre d'origine est polysémique (recherche du jeu de mots ?), alors que celui de Mediapart dit clairement de quoi on parle.

C'est marrant ces titres accrocheurs , mediapart se lache souvent a ce jeu ,  sur MSN c'est encore plus marrant .On dirait de la pêche a la dynamite !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.