28
Commentaires

Marche pour le climat qui tourne court : à qui la faute ?

Pour les JT, la chose est entendue : à Paris, la marche pour le climat a été "confisquée par les black-blocs". De leur côté, les organisateurs de la mobilisation ainsi que certains médias présentent la situation sous un autre angle, insistant sur la "réaction disproportionnée" des forces de l'ordre.

Commentaires préférés des abonnés

J'étais aux deux manifs parisiennes, celle du vendredi et celle du samedi.

D'après ce que j'ai vu, il y a en tous cas un abus manifeste et pervers du "maintien de l'ordre"

Vendredi soir, après un défilé festif et sans histoire de Nation à Bercy les CRS(...)

L'usage de la violence policière dans les manifestation est devenu systématique (systémique?) car il a quelques vertus assez opportunes en ces temps d'information continue.

1/ Cela permet de tenir une antenne et de faire défiler des experts qui ont qu(...)

Tout ce petit monde est prêt pour la Le Pen. 

Derniers commentaires

de toute façon les manifs sont systématiquement qualifié d'ultra violentes pour légitimer l'abus(doux euphémisme) des FDO et empêché les rassemblements pour mieux pouvoir dire qu'il n'y avait personne, donc quitte à être qualifié de violent pourquoi ne pas l'être vraiment une bonne foi pour toute et éclater tout ces connards en bleu qui obéissent bêtement comme des toutous écervelés...?

ça changerait pas grand chose dans le traitement de l'infos par ces pseudos journalistes dominants et au moins on ne subirait plus...

marre de subir, d'en prendre plein le museau, d'être pris pour des cons par le pouvoir et ces pseudos journalistes dominants, écrasons ces clébards une bonne foi pour toute et reprenons notre pays en main avant que la couille bleu Marine de l'affront national ne le fasse...!

que les manifestants ne soient plus les seul à perdre des dents, des yeux, des mains, il faut que ces pseudos journalistes dominants et les connards en bleu y goutent aussi...qu'ils goutent à leur propre violence...

rendons coup pour coup, le pacifisme ne nous sortira pas de cette impasse, au contraire c'est une limite morale qui nous empêche d'avancer, la violence c'est les manifestants qui la subisse tout en les pointant du doigt comme en étant le cause...combien de temps encore allons nous supporter ces conneries ?

toute révolution passe par des actes de violences, une révolutions pacifique est un rêve qui ne se réalisera jamais !!!

alors putain qu'est ce qu'on attend ? d'être complètement impuissant ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Sur l'excellent site Lundi Matin, découvrez une méthode toute simple et sans accessoires pour ne plus être affecté par les lacrymos lancés par grenade. Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas la méthode qu'utilisent les bourres quand ils chargent au milieu des gaz car on ne les voit pas porter de masque.

Ici :


http://lundi.am/Comment-limiter-les-effets-des-gaz-lacrymogenes

Je me demande si les black-blocs ne sont pas les idiots utiles du gouvernements comme les 'autonomes' des années 1970 qui venaient foutre le bordel dans les manifestations ce qui permettaient aux gouvernants de  discréditer celles-ci. Si les black-blocs veulent casser des banques ils pourraient plus facilement le faire la nuit et avec plus d'efficacité avant l'arrivée des flics. Il n'y aurait pas de caméras mais rien ne les empêche de monter une section vidéo pour diffuser les films des cassages.

J'ai la haine... J'ai regardé RT France (entre deux manifs "vertes et jaunes" (car je suis verte et jaune) à St Nazaire... ce sont les seuls, à l'heure du déjeuner, dont les journalistes témoignaient que les gens étaient empêchés de se réunir... mais envoyés dans des petites rues avoisinant les Champs... à coups de gazages ! Journalistes y compris... Le soir, et le lendemain, j'ai lu des centaines de témoignages et ce matin, un témoignage d'une "de chez nous"... (qui a participé à la 2e ADA à St Nazaire)... complètement écoeurée par l'attitude de la police... mais qui dit qu'elle est revenue encore plus fortement regonflée pour les luttes à venir. 

C'est tout ce à quoi "ils" seront arrivés... Malgré l'empêchement de manifester, malgré les nassages, malgré les brutalités policières (il paraît que le compte "Allo Place Beauvau" a des problèmes ? ) , c'est à donner la rage, même à des vieux cons comme moi. Je n'ai pas du tout envie de monter à Paris, je ne veux plus voir cette ville qui me dégoûte avec son préfet s'inspirant des meilleures méthodes des anciens services ayant inculqué le pire aux pires dictatures (car la France exporte et exportait très bien ses tortures et mauvais traitements, humiliants avant tout)... 

Et puis, bon, sur les réseaux sociaux, on voit des petits loubards de la BAC se transformer en petits loubards de black-blocs... en plus, j'aimerais bien savoir comment les "black-blocs" ont réussi à passer le harcèlement policier... Il est vrai qu'il y a de + en + de formations pour échapper à ces harcèlements... 

De toutes façons, hier soir, j'ai regardé Karim X (me souviens plus de son nom) sur F.5... ça a mal commencé... mais après, on a parlé d'autre chose. N'empêche qu'il a sacrément mis de l'eau dans son vin... à moins que je ne me sois radicalisée... Mais, comme disait Angela Davis, se radicaliser, c'est prendre le mal par la racine ! 

Je les emmerde, tous ces réprimants déprimants... du haut de mes 70 balais ! Je leur pisse à la ... etc. je les roule, les enroule dans la m... je les réduis en miettes dans ma tête... J'ai la haine, quoi !

J'étais aux deux manifs parisiennes, celle du vendredi et celle du samedi.

D'après ce que j'ai vu, il y a en tous cas un abus manifeste et pervers du "maintien de l'ordre"

Vendredi soir, après un défilé festif et sans histoire de Nation à Bercy les CRS filtraient les gens qui quittaient du parc de Bercy en les empêchant de repartir avec leurs pancartes. C'était mon cas, et j'ai dû faire de multiples détours, me heurter au refus à trois barrages successifs (vers le métro Bercy on la passerelle Simone de Beauvoir) et m'entendre dire "c'est la consigne" avant de trouver un endroit ou la surveillance avait des trous et passer avec mon panneau roulé et les petits bois sur lesquels il était monté. Des jeunes qui essayaient de passer près de moi ont été invités à se défaire de leurs cartons, ce qu'ils ont refusé, et un de mes amis m'a dit que sa fille avait elle aussi dû se débarrasser d'un inoffensif carton pour quitter le parc de Bercy. Soupçonner des citoyens visiblement pacifiques d'être porteurs d'un matériel dangereux alors que personne ne voit de mal à ce que vous sortiez d'un magasin de bricolage avec quelques bouts de bois et autres objets encombrants est proprement idiot. Je trouve désolant de se heurter à des gros bras en armure relayant cette bêtise, et pis encore de penser que des personnes sont payées pour abdiquer leur bon sens "parce que ce sont les ordres". En tous cas, ça gâche l'ambiance et ça pousse à la rébellion.

Samedi après-midi, lorsque ça a commencé à fumer, j'étais dans la manif au niveau de l'Ecole de Mines, et les gens ont commencé à faire demi-tour de façon calme et à peu près ordonnée. Sauf qu'à la place Edmond Rostand, toutes les issues étaient fermées par des cars et des CRS. Voir les gens refluer à cause des fumées lacrymogènes qui s'approchaient et se voir empêchés de passer par des CRS dont "c'est la consigne" est non seulement choquant, mais fait fortement monter l'angoisse. J'ai dû passer un peu en force, aidé par un autre manifestant, pour me retrouver enfin plus au calme à l'extérieur du barrage et replier mon petit matériel tranquillement.

Les black blocs sont pour les forces de l'ordre un bon prétexte pour sur-réagir. Si leur stratégie est à ce titre on ne peut plus discutable, ces black blocs ne font que des dégâts matériels assez ciblés, et tant que les feux ne prennent pas trop d'ampleur, ils représentent moins de danger pour les citoyens que des consignes obtuses imposées par les forces de l'ordre à une foule nombreuse et dense.

Le gouvernement ou le préfet aurait voulu saboter la marche pour le climat qu'il ne s'y serait pas pris autrement. Il y a des gens qui renoncent aux manifs pour éviter les situations dangereuses. Il faudrait quand même que les responsables soient publiquement interpellé sur cette façon perverse de museler une expression citoyenne légitime et pacifique. J'aimerais aussi qu'on creuse cette info qui a couru qu'un des black blocs arrêtés serait un policier.


La faute à 20 ans de gouvernements qui ont tout fait pour tuer les syndicats en s'imaginant que ça mettrait fin aux contestations. Les syndicats sont désormais historiquement faibles, inefficaces, inutiles. Cette politique a accouché d'un monstre : les Black Blocks. 

C'est une erreur de s'en prendre à la police, la police ne peut regarder des vandales détruire les biens publics et privés sans rien faire. La violence policière n'est qu'une réaction de bout de chaîne. 

Je suis d'accord. On peut même poursuivre la réflexion sur "les" violences.

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. » (Dom Helder Camara)

La violence policière de bout de chaine, que vous décrivez, est la troisième des violences. La deuxième passe en boucle sur BFMTV, et la première est celle qui a "tout fait pour tuer les syndicats" (et qui fait bien plus que ça).

Là où vous faites erreur à mon avis, c'est que le police ne se contente pas d'intervenir pour sauver les biens. Elle est souvent proactive dans la dégénérescence de la situation et a les coudées si franches qu'elle en fait parfois n'importe quoi.

très bonne citation; merci.

A lire https://www.luxediteur.com/catalogue/mater-la-meute/ Même si l'ouvrage traite plus de l'Amérique du Nord il permet de comprendre la militarisation des "forces de l'ordre".

L'usage de la violence policière dans les manifestation est devenu systématique (systémique?) car il a quelques vertus assez opportunes en ces temps d'information continue.

1/ Cela permet de tenir une antenne et de faire défiler des experts qui ont quasiment tous le même point de vue (la police se défend) état-compatible.

2/ Ca fait du buzz, du clash et permet des redif montées sur les réseaux sociaux.

3/ Le plus important, on ne parle pas du fond et de la raison pour laquelle les citoyens manifestent.

Objectivement, il faut bien reconnaître que les black blocs "sauvent la mise", très opportunément,  et très régulièrement, à nos gouvernants, non? 

Sans verser dans l'obsession du complot, hein....

À  Grenoble aussi le(s) Black bloc(s) étai(en)t dangereux ! 

Heureusement la police était là pour maintenir l'ordre ! ouf !!!


https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/violente-interpellation-grenoble-il-ete-pousse-contre-mur-projete-au-sol-recit-accablant-temoin-1726311.html


Sauf qu' à Paris, ils vont pouvoir arrondir leurs fin de mois, car comme d'hab' ils portent plainte pour outrage quand ils arrêtent quelqu'un alors qu'à Grenoble ...

Tout ce petit monde est prêt pour la Le Pen. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.