567
Commentaires

Mais qui est François Asselineau, le souverainiste sans page Wikipedia ?

Qui est-il ? Ancien proche de Charles Pasqua, l'énarque François Asselineau a créé en 2007 "l'Union Populaire Républicaine", un parti "ni de gauche ni de droite" qui revendique 5900 adhérents. Peu invité par les médias, Asselineau, qui préconise une sortie de la France de l'Otan, de l'euro, mais aussi de l'Union Européenne, était le week-end dernier l'invité politique principal de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" sur France 2. Portrait, parcours et entourages d'un politique qui voit la main des États-Unis derrière des entités aussi diverses que l'UE, l’État islamique, ou même le Front National, puisque "Marine Le Pen est payée pour pourrir mon discours".

Derniers commentaires

Tiens! Il ne s'est pas encore manifesté comme candidat pour 2017.
Moi je l'aime bien Asselineau, ses conférences sont plutôt bien sourcées. Ce que je préfère c'est quand il nous parle de l'amérique du 19° siècle et de la tactique "prendre soin d'éviter tout débat".
Bravo Laure,

Grâce à vos talents "ASI" vient de perdre un abonné.

Arvi'Pâ
Mais qui a rédigé le droit de réponse ?
Asselineau a l'habitude de mettre des liens vers Lady Gaga dans ses argumentaires ?
Ajouter le droit de réponse à la suite de l'article qui a suscité cette réponse, plusieurs jours après la mise en ligne dudit article, c'est s'assurer que 12 personnes le liront, pas plus... ce qui semble bien être le cas d'ailleurs. Qu'est-ce qui a présidé à la décision de ne pas vouer à un traitement à peu près équilibré l'attaque et la défense ? Mystère... ou pas tant que ça... A quand un site de décryptage média qui décryptera les nouveaux procédés qui semblent avoir désormais cour sur @si ? De déception en déception.

Les germes de ce qui engendre depuis quelques années l'effondrement de la presse papier traditionnelle commencent à se faire jour ici. A défaut de se poser certaines questions assez clairement énoncées par nombre d'@sinautes dans ce forum ET dans celui faisant suite aux papiers en miroir de Daniel et Judith, je redoute un graduel désintérêt pour @si... non qu'il faille "donner au public ce qu'il demande", éternel antienne vaseuse des chaines de télé privées pour justifier leur populisme éditorial purement commercial, en revanche, tenir la ligne d'indépendance et de non conformisme, de vraie critique articulée et de pluralisme qui constituaient l'engagement, la promesse, là... C'est le contrat initial qui dévie et s'efface, celui qui a poussé des milliers d'entre nous à se manifester, soutenir, pétitionner pour que vive @si...

Voir Laure sur l'exacte ligne d'un Aymeric Caron, c'est la démonstration navrante que peut-être, désormais, regarder Ruquier ou s'abonner à @si, c'est pareil !!! Constater qu'après cette facilité éditoriale, cette fainéantise intellectuelle, un droit de réponse est volontairement "planqué" à l'endroit le moins visible du site... c'est attristant. Et je me questionne pour ma part.
Bonjour,

je prolonge (cf forum) :

Un droit de réponse c'est bien. Dommage que l'UPR comme le PG, ne répondent pas à des problèmes soulevés sans animosité par écrit.

Pour le reste je n'ajoute rien, j'ai noté ce que je pensais plus haut.
bah mince alors ...Bricmont, Asselineau, Meyssan, dieudonné, et qui d'autres de nouveaux complotistes ? Nan mais aussi Daniel Schneiderman a défendu Bush contre ces pôvres types qui voient la CIA ou des complots partout ...Rappel historique : Quand daniel défendait Bush ??

Et puis Aymeric Caron a dû s'amender par rapport à l'autre fois ou il osait défendre les Palestiniens face à BHL ou un autre pro-israelien ..Ne plus passer à la télé ça craint non ?
Dans la vidéo de l'émission "On est pas couché", la journaliste Léa Salamé s'échine à montrer qu'Asselineau est un clown...
alors que c'est justement pour cela que Ruquier l'a invité.

Trop marrant :)

Asselineau n'aurait pas dû quitter l'ombre médiatique qui lui servait jusqu'ici d'excuse politique.

ONPC a ouvert la porte au n'importe quoi avec ce conspirationiste. Dans les semaines prochaines feront-ils l'apologie de la scientologie ?

Asselineau est un ovni avec un pseudo programme fondé que sur ses phobies.

En parcourant le site internet de l’UPR, l’on comprend aisemment que le programme d’Asselineau ne porte uniquement sur ses phobies : l’Europe et les États-Unis.
Toujours sur le site de l’UPR, Asselineau propose un retour aux "médecines douces et alternatives"... en voilà une bonne idée pour régler le trou de la Sécurité Sociale :))

etc... on n'en peut plus de lire toutes les ânneries que débite ce grand adepte du complot tant sur son site, ses vidéos inter-minables, sa page de fanatiques sur facebook et autres supports web dont les agences de propagande Russes pro-Poutine (Russia today, Novosti, ProRussia TV, etc.! )

Et sans compter le grand mensonge d'Asselineau pendant l'émission jurant qu'il ne connaissait pas Serge Ayoub le plus connu des skinheads alors que celui-ci répondait en dirtect sur son compte Twitter :

@SergeAyoub
"Si j'avais su qu'Asselineau serait diabolisé à ce point par Caron, je n'aurais pas pris le risque qu'il vienne au Local. #couragefuyons"
8:48 AM - 21 Sep 2014


Merci à ONPC Laurent Ruquier d'avoir démontré à la France que Asselineau est bien un clown.
Cependant elle est rès surprenante cette émission à un moment où la France est en manque d'idées nouvelles, où la droite et la gauche sont en quête d'un projet rénovateur, de nous sortir un haut fonctionnaire à la retraite et en déshérence idéologique qui nous a servi une bouillabaisse de comptoir sur le complotisme américain. Des idées qui trainent dans les bas-fonds de l'extrême-droite depuis des décennies. Une dose d'euro et d'Europe supra nationale avec l'adhésion à l'OTAN et le programme est bouclé. On s'enveloppe dans le drapeau et dans le ni gauche ni droite. Cette soupe Marine Le Pen l'a très bien utilisée et elle l'a même oubliée sur la route de la respectabilité électorale. L'immigré paye plus que le méchant américain.
Même Philippe de Villiers a cru pouvoir la récupérer et elle lui a été fatale qu'il préfère vendre ses parcs à Poutine.

Quant au choix entre l'euro et le retour au franc, l'électeur qui n'a pas fait HEC comme Asselineau, se demande surtout pourquoi le passage à l'Union monétaire n'a pas suscité plus de grands débats publics télévisés en prime time des grands économistes prévisionnistes par essence ! Où était Asselineau ? Dans les cabinets bien au chaud au frais du contribuable !

Mais à quoi joue le service public et comment des journalistes peuvent-ils se prêter à un tel spectacle en acceptant d'interviewer ce personnage certes complotiste qui ne représente que lui-même et 5 ou 6000 adhérents qui représentent électoralement dans les urnes seulement 0,4 % des votants ? Peut-être 0,7 % lorsqu'ils seront 10 000 !
Dans la vidéo de l'émission "On est pas couché", la journaliste Léa Salamé s'échine à montrer qu'Asselineau est un clown...
alors que c'est justement pour cela que Ruquier l'a invité.

Trop marrant :)
Avec son "droit de réponse" à la mi-Poutine mi-Pinochet non encore élu, le boutiquier de la secte UPR montre parfaitement que sa petite entreprise, qui ne craint pas la crise mais surfe égotiquement sur sa vague, et les interventions de ses sbires trolls cybermilitants spammeurs est composée d'une bande de conspirationnistes illuminés d'extrême droite à la sauce Cheminade poutinienne.
A lire le niveau des commentaires sur sa page facbook on en est convaincus.
Ce personnage grisatre des années 1950 ne représente aucun intérêt pour le présent et moins encore l'avenir.
Récemment abonné sur @si j'avoue être très déçu par cet article. Un point positif, la publication rapide du droit de réponse à la suite et directement visible.

Je pensais ce site objectif et je m'attendais à des analyses un peu plus approfondies (et non basiquement à charge, ce qui est manifestement le cas). Analyser les hypothèses avancées par l'UPR et les éventuelles contradictions ou erreurs m'aurait été beaucoup plus instructif que de s'appuyer sur un historique forcément sujet à interprétations. A défaut il n'y a aucun intérêt d'être abonné...

Le moins que vous puissiez faire serait d'inviter un représentant de ce parti (comme vous le faites pour d'autres) pour aller au bout du sujet qui a été ouvert et ne pas rester la dessus... Et si possible aller sur des questions de fond (le programme de l'UPR est-il réaliste, les sources valables,..) et ne pas perdre de temps sur les questions sans intérêt (parcours, les on-dit,...).

Très décevant.
Mais qui est Laure Daussy ?
L'UPR vient de publier un droit de réponse à cet article :

http://www.upr.fr/actualite/france/droit-reponse-arret-images-calomnie-manipulation-amalgame-reponse-mediatique-aux-analyses-lupr
Une analyse approfondie (4 parties de 40 minutes tout de même, il y a matière!!!) du passage d'Asselineau chez Ruquier, c'était sur Metatv.org !!!

Lien vers le début du décryptage:
extrait:
"Ruquier: il est temps de passer à l'invité politique (...) je sais que de nombreux téléspectateurs s'interrogent: mais qui c'est? pourquoi lui?"
PAUSE
"Tépa: Alors ça commence bien puisqu'on vous pose l'interrogation, on vous le dit: mais qui c'est? pourquoi lui? Donc c'est l'inconnu du soir, c'est un peu le grand dîner de con qui se prépare. On vous explique, bon, pourquoi lui? On vous pose un cadre. On vous laisse pas dire: " il a fondé son parti, etc..." et vous laisser vous faire votre idée. C'est pas la première fois qu'il y a un inconnu entre guillemets qui passe à la télévision (...)
REPRISE
"Ruquier: il est énarque, inspecteur des finances, passé par les ministères de Beregovoy ou de Balladur ou encore de Sarkozy,"
PAUSE
"Tépa: La présentation est faite, il est vrai qu'Asselineau est inspecteur des finances (...), on vous présente un cv vous allez voir, un peu classé. On vous a parlé de Beregovoy, la seule personnalité de gauche dans ce palmarès glorieux"
REPRIS
"Ruquier: ... Mais il a été également proche du rassemblement pour la France de Charles Pasqua"
PAUSE
"Tépa: Pas bien! Mais! Déjà y'a un "mais"! Donc déjà c'est pas bien! Le mais indique la volonté de nous expliquer que bon... Beregovoy tout ça reste acceptable, MAIS.. et là on arrive sur Pasqua"
REPRISE
"Ruquier: Anti-européen convaincu, ça c'est sur"
PAUSE
"Tépa: Anti-européen convaincu, ça aussi c'est posé, ANTI, EUROPEEN, CONVAINCU. On ne nous explique pas anti-européen. Vous allez voir aussi en quoi ce mot de novlangue et comment il va être utilisé dans le débat constamment contre Asselineau, c'est assez fantastique."
REPRISE
etc...


On peut penser ce qu'on veut de ce réseau de "dissidence" comme il se présente, le décryptage est sans pitié. Regardez le si ça vous intéresse, ou pas.
François ASSELINEAU fondateur de l'UPR, le recalé de la présidentielle de 2012 avec 17 parrainages potentiels dont seulement 3 effectifs à la clôture officielle.

L’UPR de Asselineau, un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste et nationaliste qui ratisse large, notam­ment chez les sora­liens, les larou­chis­tes mais aussi chez les che­vé­ne­men­tis­tes, au PRCF, au FN, etc.
Dans un com­mu­ni­qué publié sur Facebook il y a plus d’un an, des cadres de son parti expli­quaient déjà, tout en se dédoua­nant d’avoir quoi­que ce soit à voir idéo­lo­gi­que­ment avec ces gens-là : « il est tout sim­ple­ment faux d’affir­mer que François Asselineau refuse tout dia­lo­gue avec les adhé­rents de E&R, comme avec les adhé­rents de S&P, et comme avec les adhé­rents du Comité Valmy. » En conclu­sion, ils réaf­fir­maient : « L’adhé­sion à l’UPR reste grande ouverte à tous les mem­bres de E&R, de S&P, du Comité Valmy, comme de ceux du RIF, du MPEP, du POI, du MDC, de DLR, du MPF, du Front de Gauche, du FN et de tous les autres mou­ve­ments poli­ti­ques fran­çais, qui auront com­pris la légi­ti­mité de notre cause, la jus­tesse de notre Charte, la clarté de nos ana­ly­ses, la rec­ti­tude de notre com­por­te­ment et l’effi­ca­cité de notre posi­tion­ne­ment. »
Conformément à cette poli­ti­que de recru­te­ment tous azi­muts, ce grou­pus­cule se pré­tend « ni de droite ni de gauche » (slogan souvent employé par les nationalistes), la lutte contre l’Union euro­péenne (UE) étant selon lui la prio­rité abso­lue devant laquelle doi­vent s’effa­cer tous les cli­va­ges. Comme beau­coup de mou­ve­ments s’auto-pro­cla­mant « dis­si­dents » voire « résis­tants », l’UPR se réfère à la Résistance fran­çaise (avec un dis­cours pseudo gaul­liste) pour jus­ti­fier la mise en silence du cli­vage gauche-droite le temps de vain­cre ce nouvel ennemi que serait l’UE, la Résistance ayant eu des com­po­san­tes droi­tiè­res tout autant que gau­chis­tes. l’UPR tient ainsi dans sa charte une rhé­to­ri­que pseudo gaul­liste : « libé­ra­tion natio­nale », « redres­se­ment de la France ». Pourtant ce genre d’orien­ta­tion souf­fre d’un ana­chro­nisme patent, les deux pério­des n’étant pas vrai­ment com­pa­ra­bles et l’UE n’étant pas, quoiqu’on en dise, le 3e Reich. D’ailleurs, le cli­vage gauche-droite par­cou­rait l’ensem­ble de la Résistance fran­çaise, par­ti­cu­liè­re­ment dans le cadre de l’oppo­si­tion entre com­mu­nis­tes et gaul­lis­tes.
Une idéo­lo­gie réactionnaire. Cela n’empê­che pas Asselineau, qui est pour­tant assez peu com­pé­tent en la matière si on écoute un tant soit peu ce qu’il en dit, de donner des « cours d’his­toire » déve­lop­pant le mythe de la « France éternelle », vieille antienne de l’extrême droite, au cours des­quels il déve­loppe une his­to­rio­gra­phie pro­fon­dé­ment réac­tion­naire : mise en avant de « nos ancê­tres les Gaulois » comme des « pre­miers Français » et des pre­miers « résis­tants » à l’inva­sion étrangère (sui­vant une his­to­rio­gra­phie très « 3e République »), ou bien une his­toire des 19e et 20e siècle axée sur la valo­ri­sa­tion de la nation-fran­çaise-que-tous-les-peu­ples-du-monde-envient, dans laquelle n’appa­raît ni l’affaire Dreyfus, ni le Front Populaire, ni la guerre d’Algérie (au contraire, la colo­ni­sa­tion a bien entendu eu des "aspects posi­tifs) ni Mai-68. Des oublis idéo­lo­gi­que­ment signi­fi­ca­tifs, puisqu’ils ont tous trait à l’his­toire de la gauche et du mou­ve­ment ouvrier. Et quand il n’oublie pas d’en parler, Asselineau réé­crit cette his­toire : ainsi, il ne parle de la Commune de Paris qu’en tant que mou­ve­ment patriote de résis­tance à l’inva­sion étrangère. Tout ceci pour en arri­ver à la conclu­sion que le nouvel ennemi venu de l’étranger qu’il fau­drait abat­tre serait l’« empire » euro­péen.
Cette vision trans­pa­raît aussi à la lec­ture de la charte de l’UPR, qui pré­tend réta­blir la « sou­ve­rai­neté » natio­nale et « redon­ner à la France sa vraie per­son­na­lité », tout en ne disant rien sur le rôle fon­da­men­tal des Etats-nations dans la cons­truc­tion euro­péenne et la com­pli­cité de leur gou­ver­ne­ments dans la mise en place des poli­ti­ques ultra­li­bé­ra­les et des­truc­tri­ces de ser­vice publics certes déci­dées au niveau euro­péen, mais qui vont par­fai­te­ment dans le sens des poli­ti­ques vou­lues par les gou­ver­ne­ments de chaque état, et ce depuis de lon­gues années. D’ailleurs, l’UPR ne dit rien non plus sur le fait que rien de garan­tit a priori que même si l’UE n’était pas là, les mêmes poli­ti­ques n’auraient pas cours. Pourquoi ce silence ? Serait-ce parce qu’Asselineau a conseillé plu­sieurs gou­ver­ne­ments fran­çais de droite au moment où ils détrui­saient les droits sociaux et les ser­vi­ces publics qu’il pré­tend aujourd’hui défen­dre ?
Des sym­pa­thies droi­tiè­res très mar­quées. Car si on revient sur le par­cours poli­ti­que d’Asselineau, il devient évident que cet homme est de droite, et même issu de la droite dure : sorti d’HEC et de l’ENA, ancien membre des cabinets ministériels de Gérard Longuet, André Rossi, Hervé de Charette et Françoise de Panafieu il a occupé des postes de direc­teur de cabi­net auprès de minis­tres du gou­ver­ne­ment Juppé cas­seur de retrai­tes et de sécu de 1995-1996, avant de rejoin­dre en 1999 le RPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes impor­tants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors pré­si­dent RPR du Conseil géné­ral des Hauts-de-Seine. Toujours avec le même, alors allié au RPR Jean Tibéri il se pré­sente (et est élu) sur une liste de droite dis­si­dente aux muni­ci­pa­les pari­sien­nes de 2001. C’est sans étonnement qu’on le voit nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octo­bre 2004 à la tête de la direc­tion géné­rale à l’intel­li­gence économique à Bercy, et tra­vaille alors en étroite col­la­bo­ra­tion avec Jean-Pierre Raffarin, autre grand cas­seur de droits sociaux s’il en est. Il finit par être mis sur la touche par Sarkozy en raison de ses prises de posi­tion en faveur du pro­tec­tion­nisme, ce qui lui permet depuis de se pré­va­loir d’un brevet d’anti-sar­ko­zysme censé lui donner une res­pec­ta­bi­lité pro­gres­siste. Mais ne nous y trom­pons pas, et conti­nuons : fin 2004, il rejoint l’UMP. Mi-novem­bre 2008, il rejoint pour trois mois le comité direc­teur du RIF (Rassemblement pour l’indé­pen­dance de la France), un mou­ve­ment sou­ve­rai­niste situé à l’ultra-droite, puis fonde l’UPR en 2007. Lors des muni­ci­pa­les qui sui­vent, ils se pré­sente dans le 17e arron­dis­se­ment de Paris contre Françoise de Panafieu mais sans succès.
Les inter­ven­tions média­ti­ques d’Asselineau, ainsi que le choix de cer­tains lieux pour­tant répu­tés d’extrême droite pour donner des confé­ren­ces, achè­vent de le clas­ser dans le champ poli­ti­que : notre énarque a ainsi donné le 7 jan­vier 2010 une confé­rence chez les sora­liens mar­seillais de la Cobema mais aussi chez Serge Ayoub (dit « Batskin », le leader des bone­heads pari­siens, le ?skinheads? qui ?était le chef des jeunesses idenditaires?) le 8 avril 2010, soi-disant « à l’insu de son plein gré » (bien que la confé­rence ait duré quatre heures et ce soit dérou­lée dans une ambiance très cor­diale sinon sym­pa­thi­que, aux dires de plu­sieurs témoins). Il est aussi inter­venu sur la radio cons­pi­ra­tion­niste pari­sienne Ici et Maintenant à, l’invi­ta­tion de l’ani­ma­teur d’extrême droite Pierre Jovanovic, ou encore sur Radio Courtoisie et Radio Notre-Dame, ?oumma . com? (repaire de ?salafistes qui pensent que Mehrah est un complot? !), ?le Cercle des Volontaires ou autres Agence Info Libre?, certaines Agences Russes..., etc…
Ce personnage tente aussi de se faire invi­ter ou se fait invi­ter par des radios de gauche, sinon alter­na­ti­ves. Ce genre d’invi­ta­tions lui ser­vent de cau­tion contre les mau­vai­ses lan­gues qui auraient l’audace de le dénon­cer comme un per­son­nage d’extrême droite.
La première université d’automne de son micro-parti UPR a accueilli des invités eux aussi clairement marqués à droite voire à l’extrême droite, ou bien largement liés à la sphère conspirationniste ou rouge-brune : le journaliste apologiste du FN, de l’Algérie française, de la torture et de la peine de mort Robert Ménard ; le complotiste Etienne Chouard ; Alain Benajam du Réseau Voltaire France ; des habitués des soutiens aux dictateurs de tous poils (hier Milosevic, aujourd’hui Al Assad) comme Slobodan Despot ou Bruno Drweski, le compagnon de route du négationniste Claude Karnoouh. Même l’ex-président d’Attac et actuel dirigeant du M’Pep Jacques Nikonoff, qui au nom de l’opposition à l’Union européenne semble aujourd’hui de moins en moins dérangé par ce type d’alliances et dont on se rappelle qu’il avait appelé à voter pour Nicolas Dupont-Aignan aux dernières législatives, s’est rendu à l’invitation d’Asselineau.
Le discours officiel de l’UPR et de ses militants est toujours de répondre aux critiques en affirmant qu’ils « refusent le clivage gauche-droite » et qu’ils n’ont pour programme que de sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN pour « rétablir l’indépendance de la France ». Comme l’explique en substance la charte du parti, il sera bien temps ensuite « de débattre sans fin, voire de se déchirer » sur ces « sujets subalternes » (sic) que sont « la fiscalité, la lutte contre les délocalisations, le financement des retraites, l’immigration, l’environnement, etc. ».
Pourtant, l’UPR a bien un programme politique qui dépasse largement cette seule ambition de sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN et qui esquisse un véritable projet de société, qui évidemment n’est pas le nôtre. Intitulé sobrement « programme de Libération nationale » et placé sous la figure tutélaire du Conseil national de la Résistance (rien que ça !), c’est pour l’essentiel une sorte de fourre-tout démagogique allant même jusqu’à s’opposer à certaines politiques répressives (tant qu’elle sont européennes), ou à défendre une revalorisation du Smic ou la construction massive de logements sociaux. Mais ce qui est le plus intéressant est sans doute son programme économique, qui se résume à un retour à un capitalisme d’Etat et qui lui ne ment pas : l’UPR est bien un parti de droite, notamment au travers de la vision très spéciale du syndicalisme qu’il défend.
Il prône ainsi une politique productiviste et souhaite « réussir l’alliance entre le capital et le travail » et « développer l’actionnariat salarié ». A la rubrique « reconstituer un syndicalisme indépendant », l’UPR ne s’appesantit pas mais on peut deviner quelle orientation il entend donner à ce dernier : un syndicalisme de préférence nationale (« interdire toute subvention aux syndicats qui ne seraient pas d’origine française ») et à la botte de l’Etat (au travers d’un « financement public suffisant pour leur permettre de jouer leur rôle naturel de vrais représentants du monde salariés »). En bref : un syndicalisme croupion, qui n’aurait de syndicalisme que le nom, à l’opposé de ce que devrait être un véritable syndicalisme indépendant, c’est-à-dire un syndicalisme internationaliste autogéré par les travailleur-euse-s.
Sans surprise, on trouve dans ce programme un large « volet militaire » qui promeut la politique de dissuasion nucléaire et entend « réaffirmer le lien armée-nation » dans le but de « rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ». A noter que dans la vision d’Asselineau, la France ne saurait être une puissance coloniale ou néo-coloniale. Non : pour l’UPR, si « la France reste l’un des très rares pays dont l’influence politique, diplomatique, économique, commerciale et culturelle est telle qu’elle peut faire contrepoids à la superpuissance américaine », ce n’est en aucun cas lié à son passé colonial, dont son programme ne dit rien. Au contraire, le groupuscule ose affirmer contre toute logique historique (la France ayant toujours appartenu au bloc occidental) que « partout à travers le monde, les peuples et les gouvernements attendent et espèrent que la France renouera avec sa meilleure tradition, celle du non-alignement sur un bloc. » Dans cette logique, l’UPR prône un renforcement de la francophonie sous égide de la France, là encore sans rien dire de la domination néo-coloniale que font encore aujourd’hui subir à maints peuples la France, son armée et ses entreprises. ?Asselineau n’a rien a envier à son idole le nouveau Tsar de l’impérialisme Russoviétique...
A la question : Mais qui est François Asselineau

la réponse

Voilà !
Sur un dossier de l’UPR consacre? a? Robert Schuman, on peut voir une photo de ce dernier tenu au bout de ficelles, tel un pantin dont le mai?tre serait la CIA via des officines. Dans cette lecture, la construction europe?enne depuis ses origines serait le cheval de Troie de l’he?ge?monie ame?ricaine.
Asselineau combat cela de toutes ses forces. Cela l’ame?ne a? aller partout et « ne rejeter aucune invitation », a remarque? Jean-Yves Camus. Comme ce 8 avril 2010, ou? il me?ne une re?union publique au Local 92, a? Paris, tenu par un certain Serge Ayoub, alias « Batskin » (3) : « Je ne savais pas du tout ou? je mettais les pieds et je ne connaissais pas Monsieur Ayoub [...] J’ai donne? ma confe?rence devant une cinquantaine de personnes, mais nous n’avons strictement aucun lien avec ces groupes. »
« Malgre? sa rhe?torique base?e principalement sur le rejet du ‘‘Syste?me’’, Franc?ois Asselineau reste un homme ancre? a? la droite de la droite, analyse Rudy Reichstadt. A? mon avis, son objectif est de faire une sorte d’OPA sur le public se?duit par les discours complotistes de sites comme le Re?seau Voltaire ou E?galite? et Re?conciliation, d’Alain Soral, qui re?cusent la pertinence du clivage droite-gauche. Je crois qu’il y voit un potentiel e?lectoral a? exploiter. »
Jean-Yves Camus se risque a? une autre hypothe?se : « On peut imaginer qu’il distraie les e?lecteurs du Front national. Candidat bien sous tous rapports, il peut de?tourner ceux qui sont se?duits par le souverainisme et la droite dure. »
(3) Serge Ayoub dirigeait les Jeunesses nationalistes re?volutionnaires. Le gouvernement a demande? leur dissolution a? la suite du meurtre de Cle?ment Me?ric, dans lequel certains de ses membres auraient e?te? me?le?s.

Franc?ois ASSELINEAU fondateur de l'UPR, le recale? de la pre?sidentielle de 2012 avec seulement 17 parrainages potentiels a? la clo?ture officielle.
L’UPR de Asselineau, un mouvement souverainiste et nationaliste qui ratisse large, notamment chez les soraliens, les larouchistes mais aussi chez les cheve?nementistes, au PRCF, au FN, etc.
Dans un communique? publie? sur Facebook il y a plus d’un an, des cadres de son parti expliquaient de?ja?, tout en se de?douanant d’avoir quoique ce soit a? voir ide?ologiquement avec ces gens-la? : « il est tout simplement faux d’affir- mer que Franc?ois Asselineau refuse tout dialogue avec les adhe?rents de E&R, comme avec les adhe?rents de S&P, et comme avec les adhe?rents du Comite? Valmy. » En conclusion, ils re?affirmaient : « L’adhe?sion a? l’UPR reste grande ouverte a? tous les membres de E&R, de S&P, du Comite? Valmy, comme de ceux du RIF, du MPEP, du POI, du MDC, de DLR, du MPF, du Front de Gauche, du FN et de tous les autres mouvements politiques franc?ais, qui auront compris la le?gitimite? de notre cause, la justesse de notre Charte, la clarte? de nos analyses, la rectitude de notre comportement et l’efficacite? de notre positionnement. »
Conforme?ment a? cette politique de recrutement tous azimuts, ce groupuscule se pre?tend « ni de droite ni de gauche » (slogan souvent employe? par les nationalistes), la lutte contre l’Union europe?enne (UE) e?tant selon lui la priorite? absolue devant laquelle doivent s’effacer tous les clivages. Comme beaucoup de mouvements s’auto- proclamant « dissidents » voire « re?sistants », l’UPR se re?fe?re a? la Re?sistance franc?aise (avec un discours pseudo gaulliste) pour justifier la mise en silence du clivage gauche-droite le temps de vaincre ce nouvel ennemi que serait l’UE, la Re?sistance ayant eu des composantes droitie?res tout autant que gauchistes. l’UPR tient ainsi dans sa charte une rhe?torique pseudo gaulliste : « libe?ration nationale », « redressement de la France ». Pourtant ce genre d’orientation souffre d’un anachronisme patent, les deux pe?riodes n’e?tant pas vraiment comparables et l’UE n’e?tant pas, quoiqu’on en dise, le 3e Reich. D’ailleurs, le clivage gauche-droite parcourait l’ensemble de la Re?sistance franc?aise, particulie?rement dans le cadre de l’opposition entre communistes et gaullistes.

Une ide?ologie re?actionnaire. Cela n’empe?che pas Asselineau, qui est pourtant assez peu compe?tent en la matie?re si on e?coute un tant soit peu ce qu’il en dit, de donner des « cours d’histoire » de?veloppant le mythe de la « France e?ternelle », vieille antienne de l’extre?me droite, au cours desquels il de?veloppe une historiographie profonde?ment re?actionnaire : mise en avant de « nos ance?tres les Gaulois » comme des « premiers Franc?ais » et des premiers « re?sistants » a? l’invasion e?trange?re (suivant une historiographie tre?s « 3e Re?publique »), ou bien une histoire des 19e et 20e sie?cle axe?e sur la valorisation de la nation-franc?aise-que-tous-les-peuples-du-monde-envient, dans laquelle n’apparai?t ni l’affaire Dreyfus, ni le Front Populaire, ni la guerre d’Alge?rie (au contraire, la colonisation a bien entendu eu des "aspects positifs) ni Mai-68. Des oublis ide?ologiquement significatifs, puisqu’ils ont tous trait a? l’histoire de la gauche et du mouvement ouvrier. Et quand il n’oublie pas d’en parler, Asselineau re?e?crit cette his- toire : ainsi, il ne parle de la Commune de Paris qu’en tant que mouvement patriote de re?sistance a? l’invasion e?trange?re. Tout ceci pour en arriver a? la conclusion que le nouvel ennemi venu de l’e?tranger qu’il faudrait abattre serait l’« empire » europe?en.
Cette vision transparai?t aussi a? la lecture de la charte de l’UPR, qui pre?tend re?tablir la « souverainete? » nationale et « redonner a? la France sa vraie personnalite? », tout en ne disant rien sur le ro?le fondamental des Etats-nations dans la construction europe?enne et la complicite? de leur gouvernements dans la mise en place des politiques ultra- libe?rales et destructrices de service publics certes de?cide?es au niveau europe?en, mais qui vont parfaitement dans le sens des politiques voulues par les gouvernements de chaque e?tat, et ce depuis de longues anne?es. D’ailleurs, l’UPR ne dit rien non plus sur le fait que rien de garantit a priori que me?me si l’UE n’e?tait pas la?, les me?mes polit- iques n’auraient pas cours. Pourquoi ce silence ? Serait-ce parce qu’Asselineau a conseille? plusieurs gouver- nements franc?ais de droite au moment ou? ils de?truisaient les droits sociaux et les services publics qu’il pre?tend aujourd’hui de?fendre ?

Des sympathies droitie?res tre?s marque?es. Car si on revient sur le parcours politique d’Asselineau, il devient e?vident que cet homme est de droite, et me?me issu de la droite dure : sorti d’HEC et de l’ENA, ancien membre des cabinets ministe?riels de Ge?rard Longuet, Andre? Rossi, Herve? de Charette et Franc?oise de Panafieu il a occupe? des postes de directeur de cabinet aupre?s de ministres du gouvernement Juppe? casseur de retraites et de se?cu de 1995-1996, avant de rejoindre en 1999 le RPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes importants de conseillers aux co?te?s de Pasqua, alors pre?sident RPR du Conseil ge?ne?ral des Hauts-de-Seine. Toujours avec le me?me, alors allie? au RPR Jean Tibe?ri il se pre?sente (et est e?lu) sur une liste de droite dissidente aux municipales parisiennes de 2001. C’est sans e?tonnement qu’on le voit nomme? par Nicolas Sarkozy le 20 octobre 2004 a? la te?te de la direction ge?ne?rale a? l’intelligence e?conomique a? Bercy, et travaille alors en e?troite collaboration avec Jean-Pierre Raffarin, autre grand casseur de droits sociaux s’il en est. Il finit par e?tre mis sur la touche par Sarkozy en raison de ses prises de position en faveur du protectionnisme, ce qui lui permet depuis de se pre?valoir d’un brevet d’anti-sarkozysme cense? lui donner une respectabilite? progressiste. Mais ne nous y trompons pas, et continuons : fin 2004, il rejoint l’UMP. Mi-novembre 2008, il rejoint pour trois mois le comite? directeur du RIF (Rassemblement pour l’inde?pendance de la France), un mouvement souverainiste situe? a? l’ultra-droite, puis fonde l’UPR en 2007. Lors des municipales qui suivent, ils se pre?sente dans le 17e arrondis- sement de Paris contre Franc?oise de Panafieu mais sans succe?s.

Les interventions me?diatiques d’Asselineau, ainsi que le choix de certains lieux pourtant re?pute?s d’extre?me droite pour donner des confe?rences, ache?vent de le classer dans le champ politique : notre e?narque a ainsi donne? le 7 janvier 2010 une confe?rence chez les soraliens marseillais de la Cobema mais aussi chez Serge Ayoub (dit « Batskin », le leader des boneheads parisiens) le 8 avril suivant, soi-disant « a? l’insu de son plein gre? » (bien que la confe?rence ait dure? quatre heures et ce soit de?roule?e dans une ambiance tre?s cordiale sinon sympathique, aux dires de plusieurs te?moins). Il est aussi intervenu sur la radio conspirationniste parisienne Ici et Maintenant a?, l’invi- tation de l’animateur d’extre?me droite Pierre Jovanovic, ou encore sur Radio Courtoisie et Radio Notre-Dame.

Ce personnage tente aussi de se faire inviter ou se fait inviter par des radios de gauche, sinon alternatives. Ce genre d’invitations lui servent de caution contre les mauvaises langues qui auraient l’audace de le de?noncer comme un personnage d’extre?me droite.
La premie?re universite? d’automne de son micro-parti UPR a accueilli des invite?s eux aussi clairement marque?s a? droite voire a? l’extre?me droite, ou bien largement lie?s a? la sphe?re conspirationniste ou rouge-brune : le journaliste apologiste du FN, de l’Alge?rie franc?aise, de la torture et de la peine de mort Robert Me?nard ; le complotiste Etienne Chouard ; Alain Benajam du Re?seau Voltaire France ; des habitue?s des soutiens aux dictateurs de tous poils (hier Milosevic, aujourd’hui Al Assad) comme Slobodan Despot ou Bruno Drweski, le compagnon de route du ne?gationniste Claude Karnoouh. Me?me l’ex-pre?sident d’Attac et actuel dirigeant du M’Pep Jacques Nikonoff, qui au nom de l’opposition a? l’Union europe?enne semble aujourd’hui de moins en moins de?range? par ce type d’alliances et dont on se rappelle qu’il avait appele? a? voter pour Nicolas Dupont-Aignan aux dernie?res le?gislatives, s’est rendu a? l’invitation d’Asselineau.

Le discours officiel de l’UPR et de ses militants est toujours de re?pondre aux critiques en affirmant qu’ils « refusent le clivage gauche-droite » et qu’ils n’ont pour programme que de sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN pour « re?tablir l’inde?pendance de la France ». Comme l’explique en substance la charte du parti, il sera bien temps ensuite « de de?battre sans fin, voire de se de?chirer » sur ces « sujets subalternes » (sic) que sont « la fiscalite?, la lutte contre les de?localisations, le financement des retraites, l’immigration, l’environnement, etc. ».
Pourtant, l’UPR a bien un programme politique qui de?passe largement cette seule ambition de sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN et qui esquisse un ve?ritable projet de socie?te?, qui e?videmment n’est pas le no?tre. Intitule? sobrement « programme de Libe?ration nationale » et place? sous la figure tute?laire du Conseil national de la Re?sistance (rien que c?a !), c’est pour l’essentiel une sorte de fourre-tout de?magogique allant me?me jusqu’a? s’opposer a? certaines politiques re?pressives (tant qu’elle sont europe?ennes), ou a? de?fendre une revalorisation du Smic ou la construction massive de logements sociaux. Mais ce qui est le plus inte?ressant est sans doute son programme e?conomique, qui se re?sume a? un retour a? un capitalisme d’Etat et qui lui ne ment pas : l’UPR est bien un parti de droite, notamment au travers de la vision tre?s spe?ciale du syndicalisme qu’il de?fend.
Il pro?ne ainsi une politique productiviste et souhaite « re?ussir l’alliance entre le capital et le travail » et « de?velopper l’actionnariat salarie? ». A la rubrique « reconstituer un syndicalisme inde?pendant », l’UPR ne s’appesantit pas mais on peut deviner quelle orientation il entend donner a? ce dernier : un syndicalisme de pre?fe?rence nationale (« interdire toute subvention aux syndicats qui ne seraient pas d’origine franc?aise ») et a? la botte de l’Etat (au travers d’un « financement public suffisant pour leur permettre de jouer leur ro?le naturel de vrais repre?sentants du monde salarie?s »). En bref : un syndicalisme croupion, qui n’aurait de syndicalisme que le nom, a? l’oppose? de ce que devrait e?tre un ve?ritable syndicalisme inde?pendant, c’est-a?-dire un syndicalisme internationaliste autoge?re? par les travailleur-euse-s.

Sans surprise, on trouve dans ce programme un large « volet militaire » qui promeut la politique de dissuasion nucle?aire et entend « re?affirmer le lien arme?e-nation » dans le but de « re?tablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ». A noter que dans la vision d’Asselineau, la France ne saurait e?tre une puissance coloniale ou ne?o-coloniale. Non : pour l’UPR, si « la France reste l’un des tre?s rares pays dont l’influence politique, diplomatique, e?conomique, commerciale et culturelle est telle qu’elle peut faire contrepoids a? la superpuissance ame?ricaine », ce n’est en aucun cas lie? a? son passe? colonial, dont son programme ne dit rien. Au contraire, le groupuscule ose affirmer contre toute logique historique (la France ayant toujours appartenu au bloc occidental) que « partout a? travers le monde, les peuples et les gouvernements attendent et espe?rent que la France renouera avec sa meilleure tradition, celle du non-alignement sur un bloc. » Dans cette logique, l’UPR pro?ne un renforcement de la francophonie sous e?gide de la France, la? encore sans rien dire de la domination ne?o- coloniale que font encore aujourd’hui subir a? maints peuples la France, son arme?e et ses entreprises.

Voir aussi cet article sur la manipulation propagandiste de ce groupuscule : http://justpaste.it/2yhc
Il faut 3' pour ouvrir une porte protégé par une serrure de "sécurité" et pourtant tant de gens s'estiment en sécurité.
Bravo François Asselineau.
Sinon j’ai plus court, plus facile, comme toujours, avec l’extrême-droite qui présente un fort culte du chef, il faut s’intéresser à ses fanatiques, plutôt qu’au chef lui-même, sinon c’est déjà entrer dans leur mentalité. Et là la conclusion s’est imposée d’elle-même de mes contacts avec ses gens-là, bien présents sur ce site aussi d’ailleurs (on va dire que les commentateurs des sites d’actualités sont à l’image de la ligne éditoriale du site…)?:

«?Vautours qui se repaissent du cadavres de la démocratie, attirés qu’ils sont par l’odeur de la pourriture politique actuelle.?»

Vivement qu’on ressorte la guillotine. C’est avec ce genre d’énergumène que j’ai compris que le «?Tous pourris?» avait ces vertus…
Perso, ce que je sais c'est que j'ai appris des choses, factuelles (le contenu de la loi, les articles européens,etc..), dans les conférences de monsieur Asselineau, que je n'ai pas appris ailleurs !! (à des endroit où j'aurais du) et c'est cela qui est troublant :) épistémologiquement, on est toujours reconnaissant envers quelqu'un qui nous émancipe par le savoir ! si ce parti enregistre les adhérents et les sympathisants ce n'est pas pour rien, malgré le passé du monsieur qui le placerait à "Droite" sur l'échiquier classique (mais obsolète de nos jours avec les pseudos ennemis de la finance qui gravitent ici où là).

Les courants souverainistes de "Gauche" n'existant plus ou étant quasiment mort (par compromission électoraliste/carriérisme), le compromis (l'idée d'un nouveau CNR) qu'offre l'UPR est tentant.

Toujours bien avoir à l'esprit que, en 2005 le NON fut victorieux et que la presse était à 90/95% pour le OUI !! et que ces derniers se sont mollement ému, voir pas du tout, du procédé, qui si il est légal est contraire à l'esprit de la loi et de la démocratie, même dite "représentative", que de désavouer un référendum en le contournant par la réunion des 2 assemblées ! en fait sociologiquement bien des gens dans la presse ont sous estimé l'impact à long terme de cet affront, et ils nous ont prouvé par la même occasion que les lâches et/ou vendu ne nous émanciperont jamais (il faut avoir du coeur et de l'altruisme qu'ils n'ont pas ou plus) ! :) L'ironie du sort c'est que c'est le traité de Lisbon qui introduit l'article 50 :) cela fera rire les historiens de demain :)

Le cirque médiatique de l'épisode "Arcelor Mittal" de notre passé récent, n'offre pas le même spectacle, en fonction du fait, qu'on a l'esprit ou pas, la connaissance des article 63 et 32 du Traite? sur le Fonctionnement de l'Union Europe?enne ! quant on les connaît, on savait que le gouvernement ne peut rien faire mais ne veut pas l'avouer et pire, que les médias de masse (dit "main stream") ne le disent pas et participe au cirque (faut bien qu'ils mangent ces gens). Résultat: UPR 1 / Média de bobo culcul concon, je fais la défense (consciemment ou pas) de ma classe sociale et fait le parie cynique, que dans un monde qui s'écroule, j'ai la chance d'être encore du bon coté de la barrière alors pourquoi changer de système 0
Le boulot des journalistes, c'est d'aller vérifier si les EU ont des liens avec l'EI, non ? Ou de ne pas faire le boulot, et de gloser à longueur d'articles sur les complotistes ?
Copain de Pasqua, Au RPF de De Villiers , au RIF de Paul-Marie Couteaux; j'ai beau essayer de le croire quand il dit qu'il veut revenir au CNR, bah j'ai du mal .

Je crois que son parcours parle de lui même.
J'ai regardé l'émission chez Ruquier. Léa Salamé et Éric Caron: de quoi regretter les Muppets du début (Zemmour-Nauleau).
le passage d'asselineau chez ruquier,motive surement quelques europhobes piteux...
j'ai vu pour la première fois des affiches de ce groupuscule.upr.fr: orange sur fond bleu.

udr c'était avant le rpr.
upr c'est sinistre avant et filandreux après...
Bonjour tout le monde,
bon, bon, bon... j'ai lu beaucoup de choses là. Alors je fais classique et j'explique.
1 Je connais localement les militants UPR, d'autant plus que j'ai fait 2 mini conférences sur les années 30, 40 et le CNR pour eux.
2 J'ai été à la gauche du PS puis au PG, départ sans éclat ni conflit et avec des contacts qui continuent
3 j'ai eu l'occasion de faire diverses prises de parole et d'envoyer des travaux donné soit aux instances locales soient à la coordination (PG)
4 J'ai déjà expliqué aux militants UPR que la question clef pour eux c'est cet angle d'attaque : secte/complotisme

5 Concrètement la totalité des militants localement et je suppose nationalement que c'est le plus grand nombre n'ont aucune adhésion politique précédente ; il s'agit donc de personnes non formatés par le discours assez rôdé de tel ou tel parti. Cela se traduit par une ouverture d'esprit tout à fait réelle, une absence de rejet nette quelle que soit votre provenance politique. Deux face d'une même médaille : ils sont dans un sens moins vertébrés politiquement et donc plus sensible à des discours dits "complotistes" mais aussi moins enfermés dans le jeu politique actuel, ce qui me permet de faire le lien avec le point 6

6 la logique de fond de l'UPR est une logique gaullienne, pas gaulliste. Il s'agit de la logique de dépassement du clivage droite gauche pour la libération du pays. Il existe plusieurs discours de mise en cause du clivage traditionnel (Verts logique WAECHTER, fascistoïde ni droite ni gauche, démocrate chrétien assez proche de la poisition de BAYROU et celle ci).
Dans ce périmètre intellectuel vous avez DLR et MRC, et plus récemment M'PEP et PCRF
DE GAULLE était un homme de droite à la tête d'un ensemble qui eu une dynamique vers la gauche. Ce point me permet d'en venir au point 7

7 J'ai eu l'occasion de parler à énormément de militants, je ne compte pas mais localement ça fait beaucoup. Aucun, je dis bien aucun ne connaissait la période 30 40 et le CNR véritablement. Au mieux c'était quelques noms, quelques bribes notamment à gauche sur 36 et c'est tout. Je ne suis déjà pas expert et je peux affirmer qu'ils ne connaissent presque rien. Or cet article montre exactement la même chose, une inculture quasi totale de la période.
Pour faire ultra court, avoir un homme comme ASSELINEAU avec son parcours à la tête d'un parti qui dérive vers la gauche est tout ce qu'il y a de cohérent historiquement. Rien n'est compréhensible sans avoir en tête ceci (qui n'est pas la vision de ZEMMOUR trop déséquilibré dans son analyse lui aussi) : la résistance est parcellaire au début et comprend la totalité du prisme politique dès le départ, la portion d'extrême droite y est sur représentée et à l'inverse la part de gauche est massive dans la collaboration. Par ailleurs l'ensemble évolue vers la gauche et la république et propose un projet largement inspiré des travaux de l'époque du Front Populaire et des planistes par des hommes qui étaient pour beaucoup dans le camp adverse, sans compter le prolongement de ce que fit Vichy notamment dans le cadre du planisme. C'est donc droite/ gauche contre droite /gauche avec une évolution vers la gauche de la résistance malgré ses fortes composantes de droite et d'extrême droite du début.
Bref l'auteur de l'article fait preuve d'un manque de connaissance historique patent. Ca arrive à tous mais c'est dommage car tout l'article pêche de ce fait. Reste la question du caractère sectaire! Point 8

8 L'enfermement dans une logique de parti qui excommunique notamment les groupes les plus proches comme DLR alimente cette image sectaire. L'organisation en parti accentue le caractère fermé contradictoire avec la logique gaullienne. De plus certains éléments d'analyse (Ex : W. HALLSTEIN) sont basés sur un seul ouvrage, qu'on pourrait au moins discuter. J'avais d'ailleurs souligné à ASSELINEAU par mail qu'un point posait problème concernant le présence et le travail d'HALLSTEIN en 1938 à Rome. J'avais fourni un lien vers le travail d'un chercheur italien. Je n'ai eu à ce jour aucune réponse. Donc effectivement il y a matière à critiquer.
Je précise d'ailleurs que si on tape sur ASSELINEAU pour le côté sectaire, il est possible de le faire ailleurs. J'ai rencontré un sectarisme tout à fait identique, ce qu'on peut qualifier de foi sans raisonnement, au PG. Eric COQUEREL, par ailleurs estimable sur sa manière de débattre, a fait un article dans MARIANNE sur le travail de GUILLUY, ce qu'il avancait était l'exacte contraire de ce que j'ai vu localement. L'interpelant sur ce site, d'autant qu'il vient faire une conférence au PG, à côté de chez moi, il était en mesure de répondre et même d'avoir par les responsables locaux le travail que j'ai effectué. Visiblement il ne répond pas aux commentaires lorsqu'il aurait moyen d'avoir un échange basé sur un travail chiffré et cartographié. Manque de temps ou autre cela montre là encore la difficulté que j'ai vu en interne au PS et au PG, si ce n'est l'impossibilité de parvenir à simplement mettre un débat sur la table.
De même l'excommunication de l'UPR fait écho à celle des autres. Il suffit d'aller voir dans les sites UPR et M'PEP les analyses du vote des européennes pour constater ce jeu de ping pong.

Mais un peu de mesure, de travail historique et d'introspection sur ses propres blocages intellectuels feraient du bien à l'auteur de cet article pour ASI.

Bien cordialement (et désolé pour les fautes par avance car je dois y aller)
On peut trouver Asselineau un peu théâtral et ridicule sur la forme, mais rien ne justifie le ton de ce papier consternant.
Bon pour ceux qui ne connaissent pas François Asselineau. Voici un discourt de François Asselineau lors des européennes de 2014 qui synthétise toute la pensée de l'UPR.

Je ne vois pas de pensée raciste, extrémiste la dedans. Rien qui ne rapproche ce monsieur du FN.

C'est bête..je me sens proche "naturellement" d'Olivier Berruyer, d'Etienne Chouard et de François Asselineau.

Je dois être complotiste...

Merci Laure pour ce beau papier ! C'est du beau travail ! Chapeau l'artiste !
Vite , vite , chasser la femen pour qu'elle ne revienne plus crier trop fort son désarroi et déranger les féministes bon-chic-bon-genre à l'abri de leurs démocraties : http://www.arretsurimages.net/breves/2014-09-25/Femen-Amina-Sboui-reconnait-avoir-invente-une-agression-id17989

Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux
Merci pour ce portrait.

On voit bien que l'angle classique gauche-droite n'est pas pertinent pour appréhender l' UPR-Asselineau qui se présente comme au-dessus des clivages afin de rassembler pour sortir de l' UE.

S'intéresser à ses valeurs et positions sur certains points produit un portrait assez conforme à ce qu'il est (je suis l' UPR-Asselineau depuis un peu plus d'1 an).

Une des meilleures conférences à mon avis: "Les partis politiques respectent-ils l’intelligence des français ?".
Je ne suis pas un sympatisant de l'UPR mais l'interview des deux "journalistes" m'a rappelé la campagne présidentiel et leurs différence de traitement entre les petits candidats sur lesquels en général ils s'acharnaient et la déférence envers ceux susceptible de gagner l'élection.
Quant à la question du 11septembre, je ne vois pas trop le lien de cause à effet qui unit la simple probité qui consiste dans le scepticisme (c'est quand même pas le doute hyperbolique cartésien) face à de nombreuses anomalies patentes et le fascisme le plus débridé. Quand par exemple les fascistes, les vrais je parle, ont renversé Allende un fameux 11septembre 1973 au Chili, est il complotiste d'y voir la main de Washington ourdir cette conspiration?
Merci de bien vouloir nous expliquer tout cela par le menu dans un de vos futurs articles.
Article d'une grande médiocrité intellectuelle (volontaire ou inconsciente). Tout ce qu'il dit, on le retrouve très officiellement dans des bouquins type Circus Politicus, la Stratégie du Choc pour les plus connus... évidemment, comme les auteurs sont de gauche...
Sinon au delà de l'Argumentum ad hominem purement réthorique, qu'est ce qui, dans son programme et sa thèse générale, tient du canevas de l'extrême droite? Vous êtes au courant que beaucoup de gens de gauche sont contre l'UE et l'euro? Qu'ils dénoncent la main mise des USA sur la superstructure colonisatrice de l'UE? Mais non, rien vu, rien entendu, emballé c'est pesée on colle la jolie étiquette infâmante de l'extrême droite pour s'épargner l'effort de contredire dans les règles du libre débat et au suivant...
Bon, après avoir lu tous les commentaires, il me semble que le minimum que devrait faire @SI (s'ils respectent leurs adhérents) c'est de s'expliquer sur ce papier de Laure Daussy.

Sinon je crains que dans quelques temps ils ne soient obligés de quémander une "aide (de l'Etat) à la presse en ligne" pour équilibrer leur budget...
Je cite :

"Tout ceci nous amène à la question fatidique : quelle est la position de l'UPR sur le 11 septembre"

...

Mais on s'en cogne complètement ! C'est ça la question fatidique ?
Asselineau se casse le dos à parcourir la France avec ses conférences depuis des années. (parfois il y a 10 personnes dans la salle... ça fait de la peine, mais il fait son boulot pendant 3 heures)
Il arrive par son énergie, son obstination et ses analyses a se faire connaitre, à grappiller des soutiens uns par uns. Il fait le buzz, il monte son partit politique, organise des journées de discussion trans-courants, se présente aux Européennes, 6000 adhérents, et finit enfin par accéder à une emission télé de grande écoute.

Et là... La seule chose qu'on lui demande c'est de prouver qu'il n'est pas un nazi... J'étais mort de honte en regardant cette émission.

Mais c'était pas finit. Je me connecte à @si et là Laure Daussy en remet une couche. Les chiens de gardes avait oublié un truc. Et oui les cons, ils ont oublié de lui demander pour le 11 Septembre !
Merci à @si pour faire le service après vente de Ruquier.

Sinon elle est où l'analyse des médias ? Il y avait de quoi faire là non ?

Au fait quelle est la position d'@si sur le 11 septembre ? J'aimerais une réponse pour chaque journaliste. Et signé !
FA a t il parlé de "terroriser les terroristes " comme Pasqua ?
du "bruit et l'odeur " comme Chirac ?
du "trop grand nombre de noirs" dans l'equipe de foot comme LP ?
de la place non prise dans l'histoire de l'homme africain ,
ou de "racailles "et de "karcher" comme Sarkosy ?
de "la vocation des roms a retourner en Roumanie " comme Vals ?

alors j'aimerai que l'on m'explique pourquoi FA DEVRAIT être d’extrême droite ?

c'est parce qu’il prétend que les liens sont plus fort avec l'Afrique du nord qu'avec les derniers entrants de l'ue ?
c'est parce qu’il démontre la stigmatisation des musulmans en France ?
c'est parce qu'il dénonce la construction raciale de l'ue ?
pour sa volonté de s'ouvrir à d'autres cultures que celle des US ,comme l'Inde ,la Chine ,le Japon ,l'Afrique...?
Vu l'interview d' Asselineau à ONPC... Horreur de voir deux petits procureurs déchainés, s'autorisant amalgames (vous voulez qu'on devienne la Suisse....?), insinuations sur les fréquentations qui revèlerait qui on est vraiment ( conférence chez un certain Ayoub, n'est-ce pas, c'est vrai ou c'est pas vrai?, répondez à la question!!!) et surtout mépris absolu... Bref une honte!!! Objectifs: que rien d'intelligent ne puisse sortir, pas un mot, pas une idée pas un souffle...
Moi qui suis un vieux de gauche, je vois dans la personne de Caron, la caricature de tout ce qu'il y a en germe dans ma famille politique...Cela m'afflige . La posture des proces stalinien est toujours là en sommeil prête à se réveiller lorsque l'occasion est donnée (il faut lire "Le zéro et l'infini" du grand Arthur Koestler).
Quand à Francois Asselineau, je l'ai parfois écouté sur le net...Il doit y avoir des choses intelligentes à discuter avec lui. Il apporte une matère à discuter.Interessant ou pas interessant, cela dépend de ce que l'on en fait.
Cet article est vraiment d'un bas niveau, affligeant. Pour un site se voulant comme @SI de décryptage, comment se fait-il que pas une seconde dans l'article vous émétiez l'idée d'inviter François Asselineau ?

Bah oui, 100h de vidéo (IMAGES) sur des sujets souvents abordés par ailleurs (euros, géopolitique, Eurpe) ça ne vous donne pas envie d'inviter ce Monsieur ? Faut croire que non... Ou alors votre "critique" des images s'arrête à votre "rôle" dans le paysage journaliste : celui d'orienter et canaliser les "dissidents"...

Je vais me coucher où on va finir par me traiter de complotiste.

Et juste avant je me désabonne.
Bonsoir,

J'avais prévu de m'abonner à @si ce mois ci mais je crois que je vais revoir mes plans... Cet article m'a coûté 1€ et c'est cher payé.

Pour avoir vu la quasi totalité des vidéos, pour être allé à plusieurs conférence de Mr Asselineau, je n'arrive pas à comprendre cet article de la part des média qui se veux critique.

Plusieurs questions me viennent à l'esprit :
- l'article 4 et 5 de notre constitution sont souverainiste et nationaliste ?
- Croire que les complots n'existe pas n'est pas complotiste ?
- Les documents mise en ligne par Snowden sont des faux ?
- L'écoute téléphonique entre Catherine Ashton et l'ambassadeur américain d'Ukraine est un fake ?

Inviter Mr Asselineau chez vous afin qu'il réponde à des questions de journaliste critique qui posent des questions de fond serait une bonne idée.

En attendant un rectificatif de votre part, bonne continuation et au revoir
Moi aussi j'ai fait mes recherches, puisque vous n'en faites que de partielles, Laure...

- Pourquoi ne précisez-vous pas qu'Asselineau a travaillé au Cabinet du ministre des affaires étrangères de la Waffen SS Hervé de Charette.
- Pourquoi son passage au cabinet de Françoise de Panafieu, la factieuse cagoularde, n'a pas retenu votre attention ?
- Pourquoi son poste de Délégué Général à l'intelligence économique sous Thierry Breton vous a-t-il échappé ? Poste confié à Bercy aux experts les plus brillants, ça vous empêchait de le ternir à loisir je suppose...
- Pourquoi n'évoquez-vous pas que cet incapable, dans le rapport qu'il a remis au ministre des finances en 2005 en tant que DGII, prévoyait que l'endettement privé américain déboucherait à brève échéance sur une crise majeure aux USA, sans doute systémique, vouée à se commuer en crise monétaire en Europe ? Combien ont eu la compétence de déceler 3 ans avant la crise la survenue de celle-ci ?
- Pourquoi ne citez-vous pas les quelques autres cadres de son parti ? J'en note deux :
- Régis Chamagne d'abord, jeune colonel en retraite de l'armée de l'air marqué trrrès à gauche (ha ben c'est pour ça, j'suis con, ça fout vos thèses parterre) et seul auteur Français d'un ouvrage de stratégie militaire distingué par l'Académie des Sciences Morales et Politiques... un con quoi...
- Et, Vincent Brousseau, l'un des deux économistes Français de la BCE à Francfort, Saints des Saints de l'euro ou il passé 15 ans à piloter la monnaie unique avec une vingtaine d'économistes européens, de son introduction dans les échanges internationaux en 1999 à sa chute finale (depuis deux ou trois ans... patience) en passant par son arrivée dans nos poches en 2002. Là encore, une buse de première à vos yeux je suppose. C'est tellement plus intéressant de parler de Meyssan, qu'il n'a jamais rencontré que je sache... et d'Ayoub... qu'il ignorait de même à ce qu'il semble... Ou du 11 septembre qui n'a jamais été son sujet (mais demandons-lui, on sait jamais... c'est LE marqueur !)

Bref, vous eussiez pu jeter un oeil aux conférences de ces deux hommes absolument brillants, véritables insiders en matière de défense et en matière monétaire, et qui ont beaucoup à dire.... D'autant que personne,jamais, ne fait référence à leurs travaux ou leurs arguments. C'était l'occasion, une fois dans la semaine, de faire quelque chose d'original et d'intéressant non ? VOus auriez vu que Vincent Brousseau vivant à la BCE depuis 15 ans a des choses précieuses et JAMAIS entendues à révéler sur ce qui s'y passe (je ne sais pas, ne serait-ce que par curiosité intellectuelle, même pas par conscience professionnelle, vous auriez pu regarder et rapporter l'info, non ?)

En outre et pour finir, vous n'hésitez pas (ce qui est vraiment honteux) à confondre les postes occupés au titre de ses diverses fonctions de haut fonctionnaire (qui, que je sache, ne démissionnent pas lorsqu'une majorité change ! Ca se saurait !) et ses choix politiques (puisque les hauts fonctionnaires ont le privilège de pouvoir faire de la politique)... choix qui tendraient plutôt à désigner une constance dans la vision politique : la souveraineté de son pays. Ce qui, avant que ce magnifique mot ne soit sali, signifiait tout simplement "le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple" comme il est dûment noté dans la Constitution de notre pays, et ce que nous ne pouvons nier avoir perdu si on lit avec un peu d'acuité le TUE et le TFUE.
Il y a quelque chose qu'il faudrait qu'on m'explique, c'est cette idolâtrie dont sont l'objet certaines figures du net (en gros : Asselineau, Chouard, Soral, Dieudonné). J'ai rarement vu autant de passion butée à les défendre, comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort. C'est un phénomène vraiment très étrange, comme si les nouveaux gourous avaient quitté la scène politique 'officielle' (car qui s'écharpe encore sur Sarkozy ou Hollande ? même leurs sympathisants sont prêts à reconnaître leurs torts !) pour migrer sur internet. Pour moi, c'est la preuve que quelque chose n'est pas mûr dans notre rapport à la politique, si l'on n'est pas capable de prendre un minimum de distance. On répète encore et toujours les mêmes mécanismes.

Enfin, et c'est peut-être ça qui est le plus grave, il faut reconnaître que ce qui relie ces stars du net, c'est qu'elles ont des structures explicatives qui sont calquées sur un mode maniaque, systématique. On reste fixé sur une seule idée, sur un truc simple qui englobe tout et on bloque, on bloque, on bloque, on en revient toujours au même point et on ne veut rien entendre d'autre. Cette paranoïa dont on les accuse tant, avec raison à mon sens, se base avant tout sur un comportement mental plutôt que sur un fond politique précis dont on pourrait débattre : ils me donnent l'impression d'une pensée qui tourne à vide, qui n'arrive à considérer que des points réduits et toujours les mêmes, qui se masque consciemment ou inconsciemment tout un monde. C'est en cela que ce ne sont pas des idéologies (on aurait besoin d'idéologies), car elles manquent d'intentions réellement globalisantes.

Quand j'ai découvert Chouard sur @si dans « Aux sources », il m'a été plutôt sympathique mais il m'a tout de suite fait l'impression d'un monomaniaque, dans ses recherches, sa façon de s'exprimer... C'est ce qui fait sa force, me suis-je dit au départ. Mais quand j'ai découvert ensuite que ça justifiait de sa part toutes les indulgences, du genre « non non non je ne veux rien entendre, faut pas dire du mal des antisémites et des racistes, le principal c'est qu'ils soient contre l'Union Européenne, non non non arrêtons de parler de tout le reste, restons sur le même point, y'a que ça qui compte, traité constitutionnel, tirage au sort, traité constitutionnel, tirage au sort, tirage au sort, tirage au sort, tirage au sort, mon cerveau bloque, mon cerveau bloque, mon cerveau bloque », eh ben cela a commencé à me faire peur.

Il ne faut pas confondre persévérance et persévération !
J'ai regardé la totalité de l'entretien chez Ruquier... Une de ses mesures m'a amusé : la nationalisation de TF1. Je suis surpris qu'@si ne parle pas qu'il veut nationaliser TF1. Il y a d'autres parties politiques qui font cette proposition ? En tout cas ça ne doit pas aider pour se faire entendre dans les media...
Il semble y avoir un problème avec la vidéo de l'émission de Ruquier. Je crois que vous vous êtes trompés d'extrait. Vous annoncez une interview d'Asselineau. A la place, on a de longues élucubrations d'une illuminée.


De rien.
A propos des états unis, ceci lui donne raison http://commentbienvoter.com/les-etats-unis-colosse-au-pied-dargile/
Quel joie de lire tout ses messages .

Vraiment il se passe quelquechose chez asi . Je crois qu'en fait , nous sommes le jouet d'une étude interne.....D.S. ne doit pas être "depassé" par son propre site....Bien-sur subsiste la vieille garde , fan de canard , strumberger et autre bastounet mais bon ....dans l'ensemble ça deménage ! Bravo PeterP , oui , bien-sur , elle ne l'avouera jamais mais oui , la rédaction doit être sur les fesses !

So , D.S. , tu suis.....?
Je suis presque déçu de ne pas avoir lu ni "nauséabond" ni "nébuleuse" dans l'article. Je me suis donc contenté d'un petit "mais quelle galaxie l'entoure?"
Le plus amusant c'est que la rédaction d'ASI doit être sur les fesses des réactions des Asinautes.

Laure: J'ai une idée sympa pour une enquête très fouillée sur un mec. (comprendre une enquête PAFesque)
Daniel: Roule! Les enquêtes sérieuses c'est ton truc!

Le lendemain

"Mais... mais... pourtant on l'a bien présenté comme un hurluberlu infréquentable!?!?"
Asselineau est un dangereux illuminé qui fantasme une histoire de France à la sauce Loran Deutsch...

Quel Dommage que Laure Daussy, fidèle à elle même, certes, ne cherche pas plus loin que l'argument débile du complotisme...
Argument agité comme un épouvantail et qui mériterait bien un jour qu'un site de critique des médias lui consacre une série d'émission (Si possible de meilleure qualité que celle réalisée par Caroline Fourest il y a 2 ans sur France 2)
Nan mais ASI a raison c'est tellement sympa de taper la discute avec des anciens ministres, des gentils députés socialistes et de défendre ses grands intellectuels que sont les acolytes de L.Ruquier.

C'est tellement pas de gauche la démocratie directe et la souveraineté populaire, c'est ptet même des idées dangereuses en fait !!

Je dois y aller , y a apéro participatif avec les Frondeurs ce soir.

bisou
Bon, bin, Laure Daussy nous fait une série sur "ses chers concitoyens" - bonne chance. Arrêt sur Images, comme site critique des médias, est le rendez-vous de tous les sceptiques du PAF - chaque figure "rebelle" et martyr médiatique donc va trouver ses défenseurs outrés déjà sur place.

Tant qu'@si ausculte les figures publiques les plus médiatiquement consensuelles, celles contre lesquels les marges sont déjà braquées, ça va encore. Mais lorsqu'il s'agit des représentants mêmes de telle ou telle marge, @si n'est plus aussi automatiquement en pays conquis, et il faut s'attendre à un peu de chahut dans les forums. Le sentiment de trahison est assez grand -et sonore- à chaque fois qu'un mouvement "alternatif" (d'où que ce soit) cesse de se reconnaitre dans les angles d'approche d'Arrêt sur Images, voire y est l'objet d'un regard critique. L'identification est rompue, et la cartographie des ennemis-de-nos-ennemis est redessinée.

Que @si continue à ne pas être instrumentalisable par l'une ou l'autre communauté, quitte à être accusé par chacune d'entre elles d'être instrumentalisée par toutes les autres. Que @si continue à rejeter les solidarités de marges qui font les réseaux douteux. Et que @si s'habitue aux réactions forumiques des déçus consécutifs qui constituent une bonne part de son public-cible.

Mais je pense qu'après les grosses explosions qui avaient suivi les blasphèmes sur Dieudonné et Mélenchon, @si est vacciné...
Etre souverainiste consiste simplement à penser qu'un pays doit conserver son autonomie politique et ne pas déléguer la responsabilité des grands enjeux et la défense de ses intérêts nationaux à des instances supranationales ou à d'autres pays.

Les souverainistes de droite sont pour conserver cette autonomie avec les règles constitutionnelles habituelles (c.à.d. délégation des pouvoirs législatifs et exécutifs à des politiciens professionnels, souvent liés aux puissances économiques et financières).

Les souverainistes de gauche sont pour restituer le pouvoir politique aux citoyens, qui en sont dépossédés par les professionnels de la politique et a fortiori quand ces derniers l'abandonnent à des instances supranationales ou à des puissances étrangères.

Asselineau est un souverainiste de droite.

Quand on est ET de droite ET souverainiste, on l'adore.

Quand on est de droite ET européiste ET/OU atlantiste, on le méprise ou on l'ignore.

Quand on est NI de droite NI souverainiste, on l'abomine.

Quand on est souverainiste ET de gauche, on l'écoute, on vérifie ses sources et si elles sont sérieues on évalue son argumentation pour se forger sa propre opinion.

P.S. @SI se grandirait à banir de son vocabulaire des mots-épouvantails comme "terrorisme", "complotisme" ; des mots qui servent à condamner, voire à lancer des anathèmes, sans prendre le risque d'argumenter...
Un article malhonnête de plus de la part de Laure Daussy... et pourtant, je ne suis pas du bord politique d'Asselineau.
Je regrette amèrement la période libre d'@si, avec Judith, Maja, Guy, Justine. On a bien l'impression que vous êtes rentrés dans le rang. Plus de critique des médias, mais des critiques des hommes qui déplaisent au pouvoir, Taddéi, Chouard, Asselineau, etc., sur lequel on jette l'anathème "complotisme dieudo-soralien".
Décidément, je vais finir par quitter @si, ça me fatigue.
Petit rappel: La vocation principale d’@rrêt sur images est la réflexion critique sur les médias.

Laure Daussy n'a toujours pas compris le concept de ce site.
En tant qu'@sinaute de longue date, je suis affligé par cet article !

Et pourtant, il y avait tant à dire sur le déroulement de cette émission !
Je ne connais pas bien F. Asselineau et je le découvre assez largement via ce papier (merci!). On sent, en première approche, un mélange que l'on connait bien, de discours avec des morceaux parfois intéressants dedans et d'autres plus délirants (que ce soit dans les faits ou dans le régime d'argumentation). Chacun jugera, je me garde bien de donner un avis qui n'aurait strictement aucune importance.

Mais juste un point, cependant. A la toute fin de la première vidéo, on l'entend dire "vous n'avez jamais compris ce qui consiste a financer une thèse et l'antithèse ?", pour se sortir d'un questionnement (qui semble assez serré) par la journaliste. Pour moi, c'est l'exemple même de ce qui me rend méfiant. Les gens qui m'expliquent tout et l'inverse de tout par une même cause ne me convainquent jamais a priori. Parce que, grosso modo, c'est trop facile. La preuve que les US contrôlent tout : il financeraient les "pro US", et les "anti US" qui ne seraient que des idiots utiles pour effrayer et faire monter un sentiment pro US dans l'opinion. Le problème avec cet argument, c'est qu'on le retourne comme une chaussette. Je pourrais construire le raisonnement symétrique, en disant que je suis certain que c'est EI qui contrôle tout, la preuve, ils sont capables de financer les pro EI (évidemment), mais aussi de corrompre tous les gouvernements qui, en s'agitant contre EI, ne font que le faire monter et gagner en visibilité. Ce serait tout aussi 'logique' et tout aussi peu crédible.

On ne peut pas faire des démonstrations où une seule cause explique une chose et son contraire. C'est une faille grave de logique. Et elle est très souvent utilisée par les réthoriques complotistes. (cela dit, je ne connais pas assez cette personne pour dire si on peu le "réduire" à cela)

Après, cela ne veut pas dire - bien sur!- qu'il est impossible qu'un Etat Machiavélique (les Grands Méchants zUSA au hasard) ne puisse pas de temps en temps fomenter des fausses oppositions pour exciter l'opinion. Cela est arrivé plusieurs fois dans l'Histoire. Mais alors, il faut le documenter, le prouver concrètement, et pas asséner l'argument ci-dessus comme une vérité éternelle et implacable...

Cordialement
TH
Merci, Laure, pour cet article et pour l'ensemble de votre travail sur ce site.
Un obsédé du complot américain ? C’est-à-dire un type qui croit que Pinochet a été soutenu par la CIA ? Que la CIA a soutenu les adversaires de Mao en favorisant le trafic de drogue destiné à les financer ? Que la CIA a financé FO pour saper l’influence de la CGT ? Que les EU ont soutenu les talibans contre les soviétiques ? Qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak en 2003 ?

En effet, c’est un dangereux paranoïaque.
pourquoi "question fatidique" ? il y aurait de bonnes et de mauvaises réponses?

Chouard "flirte" avec soral...

on est où là, au tribunal de la pensée?
Chère Laure,

j'aimerais que sur la même thématique, vous fassiez le même genre de papier (dont les approximations et la mauvaise foi me navrent, mais ce fut déjà le cas lorsque vous avez "interrogé" avec la même "rigueur journalistique" Olivier Beruyer)) sur un autre souverainiste, un anti-américain frénétique qui a élaboré, je pense, la pire diatribe sur les Etats-Unis de ces 3 dernières décénies... j'ai nommé Mitterrand :

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment.

Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.

C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »... François Mitterrand.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_Mitterrand

C'est une phrase, je l'ai constaté, qu'Asselineau aime à citer, et c'est ainsi qu'elle est venue à mes oreilles. J'ai donc vérifié, basiquement...


Mais au delà de ça, ni vous, ni Caron, ni Salamé n'allez jamais sur le FOND des arguments que ce type avance. Je me fous de savoir d'où il vient, quel fut son parcours, (il a été proche de partis qui souhaitaient faire recouvrer à la France sa souveraineté populaire, point) ce sont ses sources qui m'intéressent.

Quand il me dit que le traité de Rome ne fut qu'une reprise du projet de Neue Europa d'Hitler et Mussolini, que le rédacteur de ce traité initiant l'UE fut le juriste nazi Walter Halstein, qui avait dès 1938 élaboré (sous les ordres direct d'Hitler) les contours juridiques de la Grande EUrope Hitlérienne qui nous était promise... que ce Walter Halstein, après avoir été arrêté à Cherbourg en 1944 sous uniforme de la Wehrmarcht fut exfiltré aux USA avant de revenir en Allemagne et d'en devenir un éminent ministre... et enfin que ce fut justement lui qui, après avoir signé pour l'Allemagne le Traité de Rome (dont il était l'inspirateur et grandement le rédacteur) fut 10 ans durant le premier président de la Commission Européenne... quand ce Monsieur Asselineau me dit ça, je me fous pas mal de qui il est, ce n'est pas la question. Est-ce que ça constitue la moindre réalité, c'est la SEULE question.

Alors comme il donne toujours toutes ces sources (lui !!!), je cherche, je trouve, j'en trouve d'autres, nombreuses, et je découvre qu'il a raison. C'est là-dessus que j'attendrais une once d'honnêteté intellectuelle de votre part, et également un travail de journaliste pour nous dire ça, VOUS, plutôt que de nous rouler dans la farine de l'Européïsme béat dont manifestement, on ne pourrait se détourner qu'en nourrissant des pensées complotistes, antisémite, racistes, que sais-je encore ! Ca ne vous étonne pas que l'URSS de Staline ait constitué un bloc géopolitique sous sa domination à partir de 44. C'est acquis ca, on peut le dire, c'est pas de l'anti-communisme primaire ! Mais Roosevelt, à Téhéran, Potsdam et Yalta (enfin, Truman à Yalta), ils ont rien négocié pour les USA ? L'organisation appelée Union EUropéenne n'est pas un glacis géopolitique à la solde des Etats-Unis ? Pensé comme tel dès le départ et piloté ainsi ? Il semble qu'il soit interdit de le dire.. et bientôt même de le penser... vous y veillez Laure, comme bien d'autres. Et quand on voit le sort réservé à un Asselineau qui ne souhaite que porter ces thématiques sur la place publique, on conçoit que pas un journaliste ne s'aventure à faire ce travail salubre d'honnêteté intellectuelle... resterait pas longtemps en poste. Attristant. Mais pas étonnant.
Difficile de nier que cet homme n'est pas un complotiste, effectivement... Je ne suis pas choqué par l'angle de l'article ; c'est plutôt un article réussissant à ne pas le présenter comme complotiste qui aurait été surprenant mais peu crédible.
Néanmoins, il est intéressant de noter qu'il est victime d'un blackout médiatique assez fort. Ce qui est gênant, car cela donne du grain à moudre à son esprit complotiste. Espérons que les wikipédiens oseront enfin créer une page à son nom, le passage chez Ruquier et le nombre de voix de son parti politique aux Européennes devrait pourtant suffire...
Intéressant d'apprendre qu'il est énarque, ce qui est plutôt surprenant de la part d'un complotiste. J'espère qu'il ne va tout de même pas jusqu'à critiquer son école !
(Petite parenthèse : Mme Salamé est-elle toujours aussi aggressive avec ses invités politiques ?)
C'est rigolo cette référence au généraaaaal ;

D'autant que le papy était lui aussi un sacré complotiste :

Quand 68 était un complot de l'estranger

Top lel
Bon, ben c'est pas avec cet article que j'aurai une idée plus claire de la tendance politique réelle de l'UPR. J'ai tout juste appris que Laure Daussy à son opinion clairement anti Asselinau... Du coup l'article a une tonalité agressive qui le dessert totalement.

De mon point de vue Asselinau est un nostalgique de la France de de Gaulle et rien d'autre. Il porte donc à la fois tout ce qui plaît et déplaît chez De Gaulle... Du coup il a une vision passéiste du problème et s'acharne sur la sortie de l'europe et de l'OTAN alors que ce n'est pas ça qui va résoudre le merdier dans lequel on se trouve.
Je suis d'accord que l'asservissement à l'impérialisme américain est clairement un problème mais je n'approuve pas du tout la prise de position "sortons de l'europe, on verra après"... Aucun projet politique clair, donc la question que je leur pose c'est : et vous ferez quoi après ? Du poujadisme à papa, la fuite en avant dans le capitalisme période néo-libérale, et au niveau des politiques intérieures et sociétales vous suivrez les tendances Pasqua et de Villiers ?? Pas pour moi tout ça !

Et aussi Laure, je vous signale que tout ce qui est raconté sur les connivences entre l'Europe et les Etats-Unis après guerre ne sont pas de la SF de bas étage à tendance complotiste. Je vous invite à lire un bouquin très sérieux basé sur des archives officielles et rédigé par des journalistes qui ne sont pas réputés pour leur côté farfelu : Histoire secrète du patronnat français de 1945 à nos jours https://www.youtube.com/watch?v=nF3Ay_6XJV4 (le bouquin commenté chez Mermet).
Le bouquin a été très peu médiatisé alors que c'est un bombe qui explique clairement comment le PS a toujours été ce qu'il est aujourd'hui (et tout ça est très bien sourcé!) : une officine néo-libérale anti marxiste. Comment Mitterrand a collaboré avec la CIA pour faire pêter la CGT, virer le communisme en France, placer quelques oligarches aux commandes des grands groupes industriels, du BTP ou encore de la grande distribution, la mise en place de l'Europe,...

ça permet de prendre du recul sur le problème et de ne pas réfuter tout ce que dit Asselinau parce que Asselinau l'a dit... C'est pas parce que le personnage est loin d'être clair et a un passé très limite qu'il ne raconte que des cracks. (je dirai facilement la même chose de De Gaulle : je ne peux pas voir en peinture ce dictateur militariste mais je dois avouer qu'il a quand même fait un sacré boulot pour se protéger de l'hégémonie américaine).
Les théories d'Asselineau sont si rarement exposées qu'il n'est pas étonnant qu'il passe pour un fou aux yeux de certains. "Un obsédé", comme le dit Laure.
On peut cependant remarquer qu'expliquées d'une manière moins frontale, ses thèses auraient plus de chance d'être prises au sérieux. Car les atlantistes disent à peu près la même chose qu'Asselineau : les Américains essaient d'attirer dans leur camp le plus grand nombre possible de nations et d'étendre leur zone d'influence, ce qui est naturel. On n'est jamais trop prudent face aux ennemis. De même qu'il est naturel d'affirmer que leur politique est impérialiste et de chercher à savoir quelles méthodes de [s]séduction[/s] persuasion que les Yankees utilisent pour ... se faire des amis.
"donc la question que je leur pose c'est : et vous ferez quoi après ?"

faudrait juste avoir un peu de curiosité quand même : leur programme est sur leur site


"Aucun projet politique clair"

leur programme est présenté sur 60 pages et sur 5 heures de video
on peux pas dire que ça n'existe pas ,faut pas pousser
et sur un certain nombre de sujet ,ils proposent ,(je sais c'est déstabilisant ! ),de...laisser choisir les français !


"sortons de l'europe, on verra après"

FA n'est pas obsédé par la sortie de l'ue ,il veux redonner la liberté et souveraineté démocratique aux français...il se trouve que cela n'est possible qu'en quittant l'ue
tout le monde bloque sur la sortie de l'europe ,mais ce qui est intéressant c'est pourquoi il propose d'en sortir


"politiques intérieures et sociétales vous suivrez les tendances Pasqua et de Villiers ?"

et si vous preniez la peine de lire leur programme ?
moi je les classes bien à gauche de Valls...
je ne penses pas que soit des mesures de droite ,par exemple ,le fait d'interdire ,constitutionnellement ,toute privatisation des services publiques et distribution d'energie ,de nationaliser tf1 ,de construire 80 milles logements sociaux par an ,de reconnaitre de plein droit le vote blanc ,d'instaurer le referendum d'initiative populaire ,et de pas mal d'autres trucs que vous jugerez par vous même...
doublon
ah encore une fausse manip
[quote=de...laisser choisir les français !]

Beh voilà, tout ce qui me pose problème chez l'UPR. J'ai pas consulté tout le programme mais j'ai pris le temps d'y jeter un oeil à plusieurs reprises. Ce qui me manque c'est une position claire affichée d'emblée sur les valeurs sociales et économiques du mouvement. On va donc laisser quoi comme choix aux français sur la question de l'immigration par exemple? Pourquoi ils ne donnent pas leur position claire sur ce sujet ? C'est un peu bizarre non ? Leur page sur le sujet c'est vraiment du vent : "le débat actuel est tout pourri, mais voilà on va pas en dire plus parce que ça va braquer certaines personnes chez nous...". Ils pourraient au moins exposer le contenu du débat "élevé" auquel ils aspirent...

Parce que bon, Soral est aussi pour la nationalisation, les logements sociaux, etc... Pour autant il n'est pas vraiment humaniste le gus... Et quand on voit le passé d'Asselineau dans la droite conservatrice, c'est un peu normal de demander des réponses claires. Et pas des "je ne me prononce pas là-dessus, j'ai pas à donner mon avis, etc". Pour un gars qui tisse les liens entre les affaires actuelles et passées de pas mal d'acteurs politiques, je trouve ça bizarre qu'il ne fasse pas le ménage chez lui d'abord. C'est un peu donner le bâton pour se battre.
" pas vraiment humaniste..." Il suffit en effet de parcourir rapidement le site " Fécalité et Reconstipation" pour en être convaincu.
Il y a un élément de la charte, et même de la définition du parti UPR (de sa raison d'être) qui vous a peut-être échappé. Il se définit comme un mouvement TEMPORAIRE, qui a gravé sa destruction dans sa propre charte. Charte à laquelle adhère ceux qui s'y rallient... et élément donc sur lequel l'UPR se saborderait en 24 heures si ce point était modifié. L'UPR a programmé sa propre destruction dans son texte fondateur. C'est ainsi.

Ca peut sembler étonnant, mais la prémisse est la suivante : le pouvoir a été transféré à des instances non élues (Bruxelles, Franckfort, Washington). Le pouvoir doit revenir aux citoyens. Le programme est donc un programme pour une mandature et une seule, visant à rapatrier les pouvoirs en France, consolider les contre-pouvoir et hautes instances publiques (assemblées, Conseil Constitutionnel, justice, défense, médias, référendums...) et graver dans le marbre de la constitution les garde-fous empêchant qu'à l'avenir le personnel politique puisse de nouveau déléguer le pouvoir (dont ils ne sont que les représentants) à des instances étrangères et non élues... Une fois que cela est fait, le jeu démocratique français doit reprendre ses droits, la population doit faire ses choix, et l'UPR n'a aucun rôle à jouer dans ce jeu : l'UPR n'est pas partisan, il ne saurait "être réélu" par exemple, ça aurait tout d'une dictature puisque c'est un parti qui n'a pas de ligne partisane ! Ca n'aurait aucun sens. Ce n'est pas le but !

Les 6000 adhérents de l'UPR ne sont d'accord sur rien dans les thématiques actuelles, en fait... le nucléaire ? L'écologie ? Le mariage pour tous ? La GPA ? L'immigration ? Soral et Dieudonné ? Le 11 septembre (pour faire plaisir à Laure Daussy) ? J'en passe... mais ils sont d'accord sur UNE chose, une seule, qu'ils ont (à tort ou à raison, c'est un autre débat) placé au-dessus de ces sujets clivants, en haut de leurs priorités. C'est la souveraineté du peuple, de la loi pour le peuple et par le peuple, puisque nous sommes tous censés y consentir... Ils partent du principe que de toutes façons, se crêper le chignon sur l'immigration AUJOURD'HUI ne sert à rien, puisque les traités figent les règles à suivre en matière de frontière et en matière migratoire et que ce n'est pas l'Etat français qui a prise sur ces thèmes. On peut s'amuser à se diviser ad vitam aeternam là-dessus, c'est du temps perdu puisque nos bulletins de vote en cette matière ne changent RIEN. Encore une fois, on peut considérer que c'est pas vrai, qu'on peut décider de tout en France sur tous les sujets.... d'accord, parfait. Mais l'UPR pense, constate, démontre même souvent que... hé bien non. C'est son analyse. Elle vaut ce qu'elle vaut. C'est une proposition d'angle de vue... il y en a Dieu merci bien d'autres.

C'est ce qui vous explique que des communistes historiques, des horrifiés du FN, d'anciens du PS ou de l'UMP, de plus en plus d'ex-Front de gauche et SURTOUT beaucoup de primo-encartés qui n'avaient jamais adhéré à aucune chapelle ont pris leur carte. Bref, ça vient de partout sans distinction d'idéologie pré-machée. Et c'est vrai que cette ligne de conduite qui veut que certains sujets soient écartés pour l'instant des débats n'est pas toujours comprise, mais c'est le ciment qui permet de se focaliser sur la priorité qui a présidé à l'idée même de la fondation de ce parti. Je ne pense pas que les membres du CNR, en 1943, se préoccupaient de savoir de quel type d'énergie la France devrait se doter après la libération... parce qu'en 43, y'avait plus de France "politique", et pas de "libération".... donc peu importait, y'avait d'autres priorités. Alors ils se sont liés sur de grands principes, communistes, anciens de la Cagoule, patronnat, ouvriers, centristes, radicaux, gaullistes, résistants... d'accord sur rien MAIS d'accord sur leur tout petit programme qui était LEUR priorité commune. Bon, ce qui se passe aujourd'hui est une occupation plus "soft power"... mais tout de même, lire le TUE et le TFUE attentivement permet de s'apercevoir que de la même manière, l'électeur Français aujourd'hui n'a pas plus de pouvoir souverain qu'en avait un Français sous Vichy... zéro, nul, rien... pas de prise sur la monnaie, sa nature, sa fonction et son taux de change externe (souveraineté des souveraineté : la monnaie et son usage !), sur les taux d'intérêt, sur les importations, sur les flux de capitaux, sur les frontières, sur les normes sanitaires, environnementales, sur la politique sociale (retraites, salaires, "flexibilité", sécurité sociale), sur la création monétaire DONC sur la dette et les investissement publics, sur l'agriculture et la pêche, sur la désindustrialisation rampante... j'en passe... Des Trichet, Baroso, Juncker, Draghi... et des gros intérêts bancaires et industriels ont eu 100 fois plus de poids politique sur nos vie que Manuel Valls ou Sarko ces 20 dernières années. C'est ainsi.

Cela dit, pour les sujets les plus urgents, il me semble bien qu'Asselineau a dit chez Ruquier (et il le détaille dans son programme depuis des années) qu'il prévoyait un débat national débouchant sur un référendum avec 3 questions : l'une sur l'immigration justement, l'une sur l'énergie et le nucléaire, et l'autre... je me souviens plus. Des sujets dont il est certes prématuré de vouloir débattre dans un parti de rassemblement, MAIS qui ne souffriraient pas d'être "remis à plus tard". Je sais pas si ça répond à ce qui vous étonnait mais bon... c'est un élément de réponse.
l'électeur Français aujourd'hui n'a pas plus de pouvoir souverain qu'en avait un Français sous Vichy
Alors que l'électeur européen, ce salaud qu'est pas français, il contrôle tout, espèce d'envahisseur germano-hispano-italo-belgo-hollando-luxembourgeo-polono-romano-bulgaro-chyprio-croato-danemarko-estono-finlando-gréco-hongro-irlando-lettono-lituano-malto-lisutano-tcheco-romano-britanno-slovaquo-sloveno-suédo-français (ah, euh, ouais bon, y a du français dans l'tas, collabo !).
Y'en a même qui dise que l'électeur breton n'a plus de souveraineté bretonne en France et que c'est un scandale. Des corses aussi. Et puis des basques. Et des catalans, et des occitans, eux c'est carrément la France qu'ils couperaient en deux. Je ne parle pas des kanaks parce que bon, là, quand même, c'est vrai, hein, on n'est pas sûr qu'ils soient vraiment français alors que nos antillais, nos guyanais ou nos réunionnais font tout le charme coloré et parfumé de nos îles (là, pas touche !, c'est notre souveraineté).
Ah, l'électeur européen a donc du pouvoir sur l'UE ? Première nouvelle. A la limite, que l'électeur allemand en ait vaguement, je veux bien, mais bon faut pas pousser non plus...
Si les autres électeurs européens n'ont pas de pouvoir alors le problème n'est pas entre la France et l'Union Européenne mais entre tous les citoyens européens et les institutions.
Et si les autres électeurs européens ont un pouvoir, alors le français a le même.

Dans tous les cas, c'est parce qu'on se voit comme français avant de se voir comme citoyen qu'on veut quitter l'Union Européenne, qu'on peut se désolidariser des autres citoyens européens. Quelqu'un qui se sent ni mieux ni moins bien qu'un Allemand, Italien etc., qui pense aussi sa situation en tant que citoyen européen, préfère penser à une réforme institutionnelle qu'à quitter l'Union.

Donc bon, "Français d'abord" si ils veulent, pour moi c'est non merci.
"Quelqu'un qui se sent ni mieux ni moins bien qu'un Allemand, Italien etc., qui pense aussi sa situation en tant que citoyen européen, préfère penser à une réforme institutionnelle "

la 6eme ? aussi ,peut etre ,mais c'est pas parce que vous le décrétez que c'est une vérité...
tout ceux qui ne pensent pas comme vous sont donc d'affreux fachos ?

c'est pas "les français d'abord "(oui oui ,on sait ,f-haine et tout ça ,blablabla) ,
c'est "la démocratie" d'abord

vous ne pouvez pas (car je subodore un soutient au fdg ,non?) être de ceux que l'acte de dictature ,qui a été de s'assoir sur le vote des français de 2005 ,ravit !
renegocier avec 28 pays pendant 50 ans sur le prix de vente du beurre ? non merci ,
on se dégage de là ,c'est rapide et efficace...

et ,boudiou d'boudiou ,ça n'a RIEN à voir avec l'extreme droite (qui d'ailleurs ne veut surtout pas quitter l'union ) !
arrêtez votre propagande bordel !
il me semble que le fdg subit la sienne ,de propagande ,dans certains media et cela ne doit pas vous faire plaisir ,alors pourquoi utilisez vous cette même arme contre d'autres ??
"arrêtez votre propagande bordel ! "

Traduire par:
"laissez-moi exercer la mienne peinard !"
oui oui ,voilà ,c'est cela ,et je serai le maitre du monde ahahah (rire dément)

vous êtes sur que ce n'est pas " fiente de canard " plutôt ? :)
Incroyable,... "fiente de canard".. votre grand esprit rejoint l'inénarrable Julot Iglézias un peu plus haut.
Aaaahhh... les grands penseurs de l'UPR qui se veulent être une alternative à la Pen ou Dupont-Aignan, mais qui sont au final, encore plus extrémistes qu'eux: un vrai bonheur.
D'autant que second tour, ils finiront tous par rejoindre la danseuse du bal de Vienne...
mais oui voilà ,c'est bien ,tu as fait ton rot
Setti7 best-of:

"tu as fait ton rot - fiente de canard®Julot - Mélenchon est une petite salope, vendu, gourou de secte" etc

Laissez-moi deviner: les forums de Fdesouche étaient trop mous, donc vous vous êtes dit "je vais aller jouer les bourrins Kadors ailleurs pour voir" ?
Incroyable, vous écrivez comme les petites frappes au cuirs épais de Youtube qui s'extasient sous les vidéos de leurs pseudos dissidents de l'extrême-droite !
C'est troublant, quand vos collègues sont en train de suer - mais en termes corrects - afin de faire croire et de convaincre que l'UPR n'a rien à voir avec les fachos dieudo-soraliens et/ou frontistes - sans succès, suffit de voir les similitudes entre les vidéos de leurs militants respectifs.
La peinture n'était pas sèche, sans doute, un rien la fait tomber ?
Surtout ne vous arrêtez pas, continuez :-)
fiente de canard ? Et bien dites donc fanatique vous l'avez bien cherché là la merdasse ...A force d'insulter les gens de cracher face au vent le crachat vous reviens dans le bec ...Maazel Tov !
Je n'insulte pas, je constate.
Mais c'est logique que vous vous serviez de commentaires de fachos et les repreniez à votre compte.
Vous fonctionnez comme ça, c'est ce que vous êtes.
Vous bloquez avec les questions simples, du coup vous allez farfouiller dans des forums au hasard en tapant le mot clef "setti7" que j'ai évoqué il y a peu de temps dans un autre forum, afin de récupérer à votre compte des propos sans rapport avec ce dont il était question à l'origine.
À peine prévisible...
"serviez de commentaires de fachos "

hey ,le larbin des antifa ,groupuscule extrémiste qui veux instaurer le régime stalinien ,
qui se prend vraiment pour la police de la pensée en plus ,
présent sur tous les forums d'asi (en no-life ou en tans que salarié ? )
a distribuer ses "fachos" à toute pensée qu'il estime déviante ,
spéciale dédicace pour ta petite propagande ,
oui JE SUIS DE GAUCHE,
et oui je te vomis toi et ta minuscule dictature ,
vous ne valez pas mieux que les tarés d'extreme droite ,avec lesquels vous partagez tant d'idées et de méthodes
continu d'aboyer ,avec tes potes du FN , en bons petits chiens de garde du système ,la caravane des démocrates continuera d'avancer
setti7 est de gauche en majuscule. Parce que dit normalement, ça doit pas sauter aux yeux.
En 9 lignes, vous venez surtout de démontrer brillamment que vous faites partie de ceux qui tiennent la batte.
Un bel affabulateur insultant et à côté de vos pompes, ça c'est une certitude.
Vous êtes l'exemple parfait de l'extrémiste de gauche, depuis que vous postez, qui préfère défendre les fachos et traiter de "salopes" ceux qui défendent le FdG.
Il vous fallait bien trois mois après mon commentaire, pour arriver à pondre une diatribe pareille.
C'est ce qu'on appelle "tout donner".
"les grands penseurs de l'UPR qui se veulent être une alternative à la Pen ou Dupont-Aignan"

Pas faux du tout si l'on en juge que ces deux-là sont les plus attaqués par Asselineau.
Entre extrémistes ç'est la guerre pour le podium, Asselineau veut la médaille d'or :))
N'exagérez pas, ce sont tous des gens de droite, et ils ont tous un problème avec les immigrés, mais en matière d'extrémisme le FN est quand même loin devant, les immigrés et aujourd'hui les musulmans sont leur obsession.
Ce n'est pas dutout le cas de l'UPR ou de DLR qui se rapprochent plus de la droite gaulliste et républicaine, donc de la droite modérée, que de l'extrême droite.

Quand à leurs militants, ils ne sont que des militants, ils ne représentent pas ces mouvements.
En tous cas, ce ne sont que des concurrents les uns envers les autres, mais ils savent se regrouper au besoin pour les élections, et ne font pas de manière à ce moment-là, pour voter en faveur des néo-fascistes du FN.
"Les français d'abord ", c'est du nationalisme et le nationalisme n'est pas réservé à l'extrême-droite (cf la réponse de Arnaud Romain qui assume le slogan ci-dessous).
Et non, je ne suis pas un soutien FdG, j'ai voté "oui" au référendum de 2005 en étant à peu près sur la ligne de Cohn-Bendit, et en parlant d'action sur les institutions je pensais moins à une 6e république qu'à une fédéralisation européenne, une vraie politisation des institutions pour maîtriser une technocratie en roue libre (forcément, quand on est payé pour faire du règlement, on fait du règlement, pour tout et n'importe quoi, en bon fonctionnaire, sans vision politique).
Vous êtes toujours sur sa ligne actuelle, à Cohn-Bendit ?
Comme dit Strumf, il a une ligne ?
J'avoue ne pas trop suivre ce qu'il dit dans le détail mais j'ai souvenir qu'à l'époque son "oui faute de mieux" me semblait le plus judicieux, et globalement, j'adhère aux ambitions fédéralistes qu'il défend.
"...j'adhère aux ambitions fédéralistes qu'il défend."

l'europe nous a mené dans la bouse jusqu"au menton (largement aidée ,c'est vrai ,par la classe politique française ,quel que soit son bord ),et vous voulez plus d'europe encore ,
je ne sait pas si vous avez raison finalement ,mais comme ça ,à priori cela me semble pas tres logique

je ne suis pas du tout opposé ,comme idée ,comme philosophie ,à la disparition des nations dans un but humaniste , pour vivre ensemble sur une seule et même Terre sans frontières ,mais cela me semble être un combat pour les (lointaines ) générations futures

dans notre monde d'aujourd'hui ,cette idée est pour l'instant ,en fait ,la promesse du "nouvel ordre mondial" : "un seul gouvernement pour les controler tous"
un seul gouvernement pour les controler tous

Tss... le Seigneur des Anneaux c'est de la vieille histoire, allez les Jedis, vive la République Galactique !
Au demeurant, l'anneau unique a mal fini grâce à l'alliance des peuples de la Terre du Milieu...

Ca fait 5 siècles qu'on vit dans un (dés)ordre mondial, 5 siècles que notre économie va de la Chine aux Amériques, et les hobbits auront beau vouloir se cacher dans la Comté, il faudra bien qu'ils saisissent l'intérêt de travailler à une régulation mondiale pour ne pas vivre au milieu des orcs et des trolls, dans la guerre de tous contre tous.
Et puis, ce n'est pas un combat pour les lointaines générations futures, c'est un combat qui a été lancé par nos Lumières il y a 3 siècles, une certaine idée de l'Humanité raisonnable à la place des ambitions œcuméniques des religieux.
Si ce n'est pas la Raison qui prétend apaiser l'humanité, ce sera en tout cas la foi, en Christ, Bouddha ou Mahomet (sans parler de Joseph Smith (Mormons), Ron Hubbard (Scientologie) ou Claude Vorilhon (Rael)...).

Je ne sais pas pourquoi tant de gens vivent dans un imaginaire de pouvoir fatalement tyrannique, peut-être est-ce une vision négative venue de gens qui n'en ont pas, qui ne connaissent le pouvoir que comme oppression, mais il devrait pourtant y avoir en France un autre imaginaire, une autre mythologie, celle de 1789, du peuple qui prend le pouvoir.
En tout cas, nul doute que les pouvoirs internationaux ou multinationaux actuels applaudiront aux vues nationalistes : que les Etats-Nations restent les assistants du capitalisme mondial, surtout pas de vraie politique mondiale, pas d'autre pouvoir que le leur, pas de gouvernement mondial parlant de redistribution, d'impôt sur les transactions, de sécurité sociale universelle etc. , que le politique n'ait pas d'autre pouvoir que national, que les peuples ne puissent pas exprimer leur volonté au-delà, qu'il n'y ait pas d'autorité dans la jungle des flux mondiaux.
Je trouve que l'objection (si on peut appeler ça comme ça) que Faab (14:46 le 26/09/2014) vous oppose rappelle plutôt le discours des européistes bêlants de l'UMP, du P"S" ou de leurs dépendances respectives.

Pour ma part, moi qui suis effectivement de sensibilité FdG, je pense que si Mélenchon était un jour en situation d'engager un bras de fer contre Bruxelles (c'est-à-dire contre l'Allemagne et ses alliés, à moins que ce groupe de pays n'ait déjà quitté auparavant l'Union européenne), la France serait très vite confrontée à l'alternative de se soumettre ou de quitter l'UE. Le choix de l'UPR, c'est de choisir d'emblée (c'est-à-dire en anticipant tout au plus de quelques mois) ce scénario.

Je trouve d'ailleurs que le projet de Constitution d'une VIe République (incluant évidemment la possibilité de référendums révocatoires et d'initiative populaire) que Mélenchon promeut actuellement opère dans les faits un net rapprochement entre les positions de l'UPR et celles de Mélenchon (sans parler de nombreux autres points communs, par exemple le maintien d'un service public fort). En effet, un grand nombre de ceux qui ont voté non au référendum de 2005 n'ont toujours pas admis la forfaiture qui a annulé leur vote sous Sarkozy. Donc promouvoir ce type de référendum en France, c'est évidemment menacer directement le maintien de la France dans la [s]prison[/s] communauté européenne.
Peut-être que ce serait pas inutile de dégager cette problématique-là de tout aspect idéologique et donc affectif. Je vous comprends parfaitement et cette idée de "citoyen européen" dans l'absolu, c'est un idéal formidable. Je n'en disconviens pas. Seulement voilà, il se trouve qu'il n'y pas de peuple européen... ce n'est pas moi qui le déclare, c'est ainsi, c'est le fruit de deux à trois mille ans d'histoire qui a forgé des afectio societatis différents dans tous les pays de ce continent. Le nier est partir d'ores et déjà d'une prémisse qui mène à se gourer sur tout le reste.

Vous voulez absolument me (nous) réduire à des imbéciles qui voudraient absolument hiérarchiser ce qui est différent... mais non. Surtout pas ! Simplement, à un certain moment, se doter des outils techniques, politiques, institutionnels afin de générer une société qui fonctionne au mieux, c'est intrinsèquement lié à l'adhésion massive, au consentement du peuple à cette "batterie" d'outils politiques et techniques... pour que tout le monde y consente, on a inventé une pseudo démocratie représentative qui veut que le pouvoir émane de ceux qui consentent à l'exercice délégué de ce pouvoir par les représentants. Vous comprenez bien que, lorsque je dis que ce pouvoir européen, ces règles, je n'y consens plus (comme l'écrasante majorité des peuples d'Europe, l'est mis à part peut-être), je ne les révoque pas parce que des lettons ou des grecs auraient contribué à les voter avec moi, fondant mon vote dans un quelconque magma de bulletins... pas du tout. Le point d'achoppement n'est pas là du tout.

Je crois, dur comme fer, que les grecs par exemple, s'ils avaient eu (comme leur chef d'Etat le leur avait proposé avant d'être tout bonnement viré de son poste par la Troïka) l'opportunité de reprendre leur souveraineté, auraient eu le loisir de se doter d'une monnaie adaptée à leur compétitivité externe, propre à règler leur taux de change au plus près de leurs intérêts... LEURS INTERETS ! Ils auraient été maîtres du devenir de leur dette (rééchelonnement ? Défaut ? Création monétaire par la banque de Grèce ?... j'en passe), enfin bref, ils auraient eu prise sur leur destin collectif, une destin auquel ils auraient consenti, parce qu'ils l'auraient choisi dans un afectio societatis bien compris et bien vécu. Qu'y a-t-il de mal à cela ?... en attendant, on a viré leur président, on les a couvert de dette supplémentaire, leurs enfants et leurs vieillards meurent de faim, leurs jeunes n'ont plus de boulot et à peu près toutes leurs infrastructures nationales ont été vendues au privé qui va pousser à un retour sur investissement toujours plus fort... c'est son rôle. Si encore celà avait été LA solution, LE mauvais moment à passer pour rétablir les comptes... mais non : c'est de pire en pire... et ils n'ont toujours aucune manette pour avoir la moindre prise sérieuse sur leur destin commun... Parce qu'en dernière analyse, c'est bien joli de scander de jolies formules de "solidarité" et d'ode à notre beau peuple Européen, en attendant, ceux qui en meurent n'ont pas pour priorité le lyrisme messianique qui peut encore émaner de notre société encore debout, elle. Eux, l'Europe, ils en crèvent (et pas métaphoriquement : des centaines de gosses ne bouffent plus).

"Se désolidariser des autres citoyens européens"... bon, je passe sur le fait qu'il n'y pas de citoyens européens, mais, surtout, il n'y a pas de solidarité. Aucune. Certes, des fonds sont collectés et redistribués sous forme de subventions portant les étoiles d'or (ce qui est une arnaque : nous recevons 14 milliards et en donnons 22, les subventions aux agriculteurs ce n'est donc pas l'Europe qui les payent mais bien vous et moi), mais pour le reste, institutionnellement, c'est une ouverture totale des marchés de capitaux, de marchandises et de services et une lutte à mort entre les pays de l'Union pour toujours plus de "compétitivité" et de parts de marché ! Les excédents commerciaux allemands se font sur la misère des Espagnols, des Grecs, des Portugais et des Français... et même sur le dos de leur propres travailleurs d'ailleurs. Tout est mis en oeuvre pour une guerre larvée, économique et commerciale permettant un alignement des salaires et des politiques sociales par le bas, et lorsque les bretons descendent dans la rue, c'est pour gueuler contre les allemands qui sous-payent leurs salariés et opèrent une concurrence atroce. C'est dans les traités ! On les a signés ! C'est comme ça !

Les rapports entre les pays sont bien plus sereins et "solidaires" quand, maîtres chacun de leurs politiques commerciales et monétaires, il sont forcés au modus vivendi dans leurs échanges, à la négociation bilatérale afin de trouver les formules ou chacun dégage meilleur de son intérêt... là encore, j'y peux rien, mais c'est ainsi. Solidarité en Europe ? Mais vous avez vu les peuples du sud de l'Europe depuis 3 ans sortir des drapeaux représentant Merkel en Hitler ? Vous avez vu le mépris de certains pays du Nord lorsqu'ils appellent les pays du sud les PIGS ? Vous avez vu la bonne volonté du Royaume-Uni depuis 35 ans au sein de ce bigntz ? C'est le ferment de quoi, à terme, croyez-vous ? Rancunes, bellicisme, colère...

ENsuite, que voulez-vous, vous n'empêcherez pas que je me sente, moi Français, mille fois plus proche à tout point de vue, de mes voisins Marocains ou Maliens que d'un Estonien. Aucun mépris pour les Estoniens... seulement il se trouve que l'histoire de nos deux pays a fait que nous ne nous sommes jamais croisés. Pas même pour se "faire la guerre". Qu'y puis-je ? Les Marocains, les Québecois, les Algériens, les Camerounais, les Tunisiens et même les Vietnamiens me sont proches à tous les niveaux ! Nous avons une langue en partage, nous avons des rapports migratoires, affectifs, historiques, commerciaux, familiaux, diplomatiques, touristiques, je dirais même "amoureux" tant sont nombreux en France les mariages mixtes... mais "on" a décidé de fondre mon pays dans un ensemble mou et flou qui doit impérativement placer au dessus de tout mon appartenance à un "soi-disant" peuple européen, blanc et chrétien (comme par hasard), faisant entrer dans cette tour de Babel de plus en plus de pays dont j'ignore tout ! Tout... Une question pour vous : au nom de quoi ? La contiguïté territoriale ? Mais à ce compte-là, le Maroc est à deux jets de pierre de l'Espagne, alors pourquoi pas le faire entrer dans l'Union ? Hein... il se trouve qu'ils en avaient émis le désir il y a quelques années... on les a prié gentiment d'aller se faire voir. M'enfin, des arabes, vous n'y pensez pas ?

J'ai lu (à vérifier) qu'il y a une centaine de ressortissants Lettons en France et également environ une centaine de Français vivant en Lettonie. J'ajoute à celà que l'histoire de ces pays mène à des habitus absolument inconciliables avec la nôtre, c'est ainsi : les pays Baltes ont eu à souffrir tant et tant des dérives du communisme russe que, soutenus et défendus à une certaine époque par l'Allemagne nazie, les hautes instance politiques de ces pays vouent un culte aujourd'hui au nazisme allemand et le commémorent chaque année... bon. C'est le fruit de leur histoire et à la limite, ça ne me regarde pas. Mais je refuse qu'on me parle de "valeurs communes" des pays de l'Union parce que... non, pour ce qui me concerne, vénérer la Waffen SS, c'est pas possible. Et a contrario : un Letton qui saurait qu'on garde en France le souvenir souvent ému des communistes français résistants qui ont contribué à libérer le pays en guerre, qui ont grandement contribué au CNR puis aux premiers gouvernements ayant posé les piliers de notre état social, qui a fourni tant d'intellectuels et de poètes brillants faisant référence chez nous... allez savoir, peut-être que les Baltes, ça les révulse au plus haut point, tellement le communisme représente pour eux de souffrances passées et de martyrs ! Je ne sais pas, mais je le comprendrais parfaitement. Bref...

Donc, contrairement, à vous, oui, Français d'abord. Français pour pouvoir être libre, et au bout du processus, libre de parler avec tout le monde, d'échanger avec tout le monde... je vais vous livrer une courte anecdote. Petit voyage à Marrakech il y a quelques années. Je vais louer une petite bagnole pour pouvoir arpenter un peu le sud. Le garçon qui me reçoit dans boutique est sympa, on cause et à un moment, j'ai le malheur de lui parler en tant... qu'Arabe ! Qu'est-ce que j'avais pas dit ! Il me dit "je suis pas arabe moi. Je suis Kabyle..." Alors on a causé, il m'a expliqué plein de choses que j'ignoraient ou dont les notions m'étaient floues. Ca ne l'empêchait manifestement pas d'être Marocain, d'entretenir des relations absolument simples et normal avec ses concitoyens et les touristes en visite... mais ce garçon avait une identité qui avait pour lui un poids symbolique vital. Sa racine. Son socle. Et j'ai beau me triturer l'esprit, je ne parviens pas à savoir à quel moment, pour ceux comme vous qui disent "Moi Français, non merci", intervient cet amalgame indépassable entre leur histoire, leur pays, leur nationalité, et une vision forcément fascisante de cet état de fait, pourtant si légitime... légitime au point qu'on ne devrait même pas avoir à tartiner des pages pour simplement la rappeler.

Peut-être que ce serait pas inutile de dégager cette problématique-là de tout aspect idéologique et donc affectif. (...) c'est le fruit de deux à trois mille ans d'histoire qui a forgé des afectio societatis différents dans tous les pays de ce continent. Le nier est partir d'ores et déjà d'une prémisse qui mène à se gourer sur tout le reste.

Donc, sortir de l'affectif c'est considérer froidement que l'affectif régit les peuples mais qu'il n'y a pas d'affectif européen et qu'il faut donc se recentrer sur l'affectif national ?

Je suis plutôt d'accord sur le peuple en tant qu'affect mais je récuserai l'idée que l'Etat doit suivre le contour des affects, le contour des peuples. Je n'ai pas parlé des régionalismes pour rien : la France est composée de multiples peuples dont l'affect national français n'est pas si récent que ça. Il a fallu beaucoup d'efforts de la Révolution à la 3e République pour passer du patchwork des pays et des "Etats" sous autorité royale à la France une et indivisible, ça ne s'est pas fait sans violence, et les résurgences régionalistes des années 70 signent le fait que l'unité nationale n'est pas partout affective.
Même sans aller jusqu'aux indépendantistes, les affects "provinciaux" conspuant Paris ou le "Versailles" de la cour politico-médiatique parisienne sont là. Et il y a aussi des peuples nouveaux comme avec le mouvement des Indigènes de la République qui revendiquent l'affirmation de leurs affects, de l'attachement aux cultures arabe, berbère etc., le refus de perdre ou faire taire cette richesse comme on a pu le faire avec nos cultures régionales.
Le Kabyle que vous avez rencontré à Marrakech, il est aussi en France, il peut se dire Breton, Corse, Basque, Catalan, Arabe, Peul, Kabyle, Israélite etc., français de raison, d'éducation civique, d'engagement citoyen mais pas forcément très français d'"identité nationale" : père/mère, patrie citoyenne / langue maternelle (sans parler des odieux cosmopolites polyglottes qui n'ont même pas la politesse de s'attacher à ces choses-là).

Rien n'oblige à l'idée que l'Etat doit être Etat-Nation, doit imposer sa norme affective, faire de sa langue la langue maternelle, de sa (non-)religion la (non-)religion, qu'il doit y avoir un peuple, un territoire, un Etat. La citoyenneté de raison peut suffire, une modalité de gestion d'intérêts matériels communs, infrastructures, administration, défense, police etc., le simple attachement à une pax "republica" (plutôt qu'"imperia" pour éviter Dark Vador...) aussi souple et large que possible, espace de pacification des nations, des peuples, par le partage des moyens et des buts de guerre, et l'engagement citoyen sur ce contrat.

P.S. concernant les "valeurs" : vous êtes sûr de vos infos sur la Lettonie ? Commémoration de l'entrée des Nazis interdite en 2010, et il n'y avait qu'une douzaine de papis.
Mais bon, on ne va pas nier les divergences d'histoire, de mémoire, de culture entre les diverses régions européennes mais ça n'implique pas grand chose sur le cadre étatique, institutionnel, la convergence de valeurs de Droit, le travail de la raison mis en place pour administrer des territoires. Je dirais même plus : rien ne vaut une bonne doctrine d'homogénéité nationale, un vrai élan du cœur, pour engendrer ein Volk, ein Reich, ein Führer.

P.P.S. : j'ai le vague souvenir de quelqu'un disant dans une émission d'@si que si on n'avait pas été égoïste vis-à-vis de la Grèce, si l'U.E. était intervenue comme il fallait avec un pays qui ne représentait que 3% de son PIB, il n'y aurait pas eu de propagation de la crise. Mais c'était peut-être ailleurs et refaire l'histoire est toujours délicat.
Et j'y pense : est-ce que les bretons s'en sortiraient mieux hors de la France ? Qu'en pensent les "bonnets rouges" ?

P.P.P.S. pour l'anecdote aussi : j'ai fait russe première langue et j'avais un camarade de classe d'origine lettone. Si ça peut vous rassurer, je n'ai jamais rien remarqué d'étrange chez lui...
A vrai dire, vu son nom et le fait qu'il soit là, il était peut-être "ethniquement" russe mais on en n'a jamais parlé tellement il était "comme tout le monde". Et si vous vous renseignez un peu, vous verrez que la Lettonie a une histoire prussienne, qu'elle était indépendante de 1918 à 1940 et qu'elle n'avait pas besoin de se sentir nazi pour se sentir libérée de l'emprise stalinienne.
Alors là, contresens total : sortir le l'affectif dans nos échanges, afin que , le plus dépassionnés possibles, ils puissent être le plus constructifs, cordiaux et intéressants possibles... à priori, c'est pas possible. J'ai pas lu votre message encore mais ça démarre effectivement très "calme". Mais je lis le reste... et je reviens :-)
http://www.lettonie-francija.fr/En-Lettonie-d-anciens-Waffen-SS-se
http://www.lettonie-francija.fr/Laimdota_Straujuma_limoge_ministre_environnement_713
http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/03/17/defile-sous-tension-danciens-waffen-ss-lettons-a-riga-et-realite-du-nazisme-dans-les-pays-baltes-et-le-contexte-europeen/

Y'en a des tonnes, y compris sur les cautions gouvernementales plus ou moins ouvertes.
Ce que je crois comprendre, c'est que vous trouvez légitimes les revendications régionales... à l'intérieure d'un pays. Mais une revendication souveraine d'un pays à l'intérieur d'un continent, là, c'est dangereux. Mais vous êtes parfaitement dans la ligne du projet Européen : l'entreprise de décrédibilisation de l'Etat-Nation et l'encouragement de la montée en puissance des Régions, puis, leur autonomisation à terme. En Espagne, en au Royaume-Uni (même si l'Ecosse n'est pas une Région mais un pays), en Belgique etc...

Je vous pose une question : que feront ces régions autonomisée lorsqu'elles seront aux prises avec des multinationales ou des banques internationales qui imposeront par la loi de tribunaux d'exception les lois, les normes, les codes du travail, les normes environnementales ? Je pense que le périmètre idoine pour garantir (mais qui a réussi à réaliser l'idéal parfait en la matière ?) la liberté du peuple, l'équilibre, un peu de justice par là-dessus, ce n'est certainement pas une échelle continentale (là, on le voit : on est en dictature et je pèse scrupuleusement le mot. On EST en dictature), et ne n'est surement pas non plus l'échelle régionale. Le gouvernement mondial à la Attali, j'en parle même pas : bien évidemment, c'est le projet que tous les signes actuels semblent indiquer pour l'aboutissement de toute cette merde...

Quant aux fantasmes des pays toujours nationalistes, aux peuples forcément près à prendre les armes, à crever le voisin... dès qu'on creuse les conflits, ce sont des intérêts oligarchiques qui les préparent, les déclenchent et en jouissent... pas les peuples. Pour le reste, je paraphraserai CHouard : on a les dirigeants qu'on mérite. Mais leur médiocrité ou leur duplicité crasse depuis toujours ne présume pas, pour moi, de la médiocrité des peuples qu'ils "servent' (trahissent). Les peuples souverains ne sont pas, jamais, par essence, des "nationalistes" pour peu que le consentement au pouvoir de leur pays soit un minimum digne, légitime et efficace.
Pas mieux non plus. Ca fait deux fois.
Évidemment que le problème est entre tous les citoyens européens (sauf les allemands) et les institutions. Sauf qu'il est impossible de changer cela directement à l'échelle européenne, qu'il n'y a quasiment aucune communication entre citoyens européens de pays différents, sur le plan politique. C'est déjà très difficile de changer les institutions à l'échelle nationale, alors qu'il n'y a pas besoin de consensus (seulement une majorité exprimée), mais dans le cadre des traités européens actuels, ce n'est même pas la peine d'y penser.
Je ne me sens pas francais avant de me sentir européen. Je me sens juste en désaccord total avec la politique sociale et économique de l'UE actuelle, et je sais pertinemment qu'il est illusoire de vouloir la changer de manière institutionelle, douce. Il va de soi que dans l'hypothèse où un peuple européen désirerait constituer une Europe fédérale et partager une même politique d'harmonisation sociale et économique, faire vivre une vraie démocratie participative, je dirais banco. Mais c'est à des années lumière de la réalité actuelle. Il faut donc soit utiliser le rapport de force (menacer, trouver des alliés, convaincre le plus possible de citoyens...) pour infléchir la politique communautaire, soit en sortir.

Évidemment que le problème est entre tous les citoyens européens (sauf les allemands) et les institutions



Je trouve toujours bizarre cette vision des Allemands comme une sorte de bloc uni qui serait foncièrement en accord avec les institutions européennes ou même les dirigerait.
Ca vous vient d'où ?
C'est une vraie question, je me demande vraiment d'où vient ce discours, sur quels éléments il s'appuie.
Heu, ben ça vient d'un chouilla d'observation de la politique européenne de ces dernières années. Vous avez vraiment loupé que c'est Merkel qui tire les ficelles ? Que la BCE suit la ligne de l'Allemagne ? Que Hollande obéit à Merkel ? La règle des 3%, le refus d'un euro plus souple, l'austérité imposée partout, ça vient d'où ? Même mon journaliste favori, JQ, ne le nie pas (et encore, il parle avant tout du Parlement ici, alors que les institutions de l'UE sont faites de manière à ce que la majorité du pouvoir appartienne à la Commission et des deux conseils, où les allemands ont encore plus d'influence) .
Quand je parle des "allemands", je parle de la majorité allemande, celle qui a porté Merkel au pouvoir et qui l'y maintient. Il est un peu facile de prétendre que je donne l'image d'un bloc (c'est me prêter une pensée extrêmement simpliste, ce qui vous permet d'esquiver le reste de mon propos) : il y a des allemands qui sont sur la même ligne politique que le Front de Gauche français, et que la politique actuelle de l'Europe dégoute. L'Allemagne aussi est un régime représentatif, où le gouvernement ne représente bien évidemment pas un consensus national...
" de plus en plus d'ex-Front de gauche"

là Arnaud, j'aimerais bien savoir d'où vous sortez ça. je vois pas ce qu'un type de gauche irait chercher chez Asselineau qu'il n'ait pas trouvé au fdg.
"ce qu'un type de gauche irait chercher chez Asselineau qu'il n'ait pas trouvé au fdg."

ben de pouvoir choisir d'avoir une politique de gauche justement ,et si possible de notre vivant ,pas apres 50 ans de "re-negotiations"

je vous rappelle que ,sur ce point ,"renégocier les traités " ,le fdg et le f-haine sont parfaitement d'accords...étonnant non ?

du coup je vois pas ce qu'un type du f-haine viendrait chercher au fdg qu'il n'ait pas trouvé au f-haine...
facile hein ?
"du coup je vois pas ce qu'un type du f-haine viendrait chercher au fdg qu'il n'ait pas trouvé au f-haine... "
"facile hein ?"

oui, facile mais c'est pas l'inverse de ce que j'ai dit.

l'inverse est: ce qu'un type de droite irait chercher chez Mélenchon qu'il n'ait pas trouvé à l'upr.

je vois pas ce que le f-haine vient faire là.
Ha mais je ne "sors" rien : je leur parle... on se cause... on se dit d'où on vient. Ca va peut-être vous étonner mais voilà l'argument qui revient le plus souvent : ils trouvent que le programme de l'UPR est le plus à gauche sur la scène politique d'une part (bon, faut le lire avant de hurler.. mais, oui, je le pense aussi)... et ils comprennent au final que la seule condition de son avènement est de sortir de l'Union puisqu'aussi bien, aucune renégociation des traités (qui dérivent depuis l'acte unique de 86 vers l'ultra libéralisme le plus frénétique, je pense qu'on sera d'accord) n'est possible sans une unanimité totale des 28 Etats... vous voulez un peu d'EUrope sociale ? Ben vous prenez votre canne, votre chapeau et vous allez expliquer ça au Luxembourg pour le persuader que l'évasion fiscale, vous n'en voulez plus... Bon, bref, très étonnamment, il semblerait qu'une part grandissante des adhérents à l'UPR émanent du PC et du PDG... pas facile à savoir parce personne demande à qui que ce soit son CV, bien sûr. Mais c'est ce qui ressort des discussions, des réseaux sociaux et des confidences recueillies deci-delà.

Bref, ils restent généralement attachés de coeur au FDG, mais le seul point d'achoppement, c'est qu'ils pensent qu'à défaut du préalable incontournable de la reprise de la souveraineté populaire, rien n'est possible.
http://www.lepartidegauche.fr/system/documents/docs-pg-humain_dabord.pdf

Regardez simplement la partie "agir tout de suite", p.5, je trouve ça bien plus à gauche que ce que propose Asselineau (et j'ai parcouru tout son programme).

Et puis, le FDG a un programme financé (notamment par la suppression des 30 milliards d'aides fiscales aux entreprises. Le programme d'Asselineau n'est que très partiellement financé et pourrait parfaitement être financé par une hausse de la TVA ou de l'impôt des classes modestes.
Personnellement, je pense qu'attendre de se faire mettre à la porte de l'UE, ce serait encore plus classe que d'en sortir. Il faudrait juste prévoir de ne plus jamais payer une seule amende capitaliste de l'UE. Je ne sais pas le FDG envisage ça.
Pas mieux.
J'ai voulu répondre mais vous m'en dispensez de belle manière.
Clair, vous trouvez ? Ce que propose Asselineau, c'est quelques belles promesses aux traductions plus ou moins larges (autant, nationaliser les autoroutes, la SNCF, l'EDF, c'est une proposition énorme, autant proposer d'augmenter les logements sociaux et appeler ça "un droit à un logement digne" ou parler d'augmenter le SMIC -sans plus de précisions- et appeler ça, "le droit à une rémunération décente", ça ressemble à de la fumisterie). De belles promesses qui coûteraient des dizaines de milliards, et qu'Asselineau résoud d'une formule magique : "Ce sera financé avec l'argent investi en pure perte dans l'Europe". Comme si l'Europe ne donnait pas des milliards à la France, pour la PAC, par exemple !
Au final, c'est le même genre de programme que celui du FN : Asselineau dit "L'Europe ! L'Europe ! L'Europe !", le FN dit : "L'immigration ! L'immigration ! L'immigration !")

Et en fin de compte...

http://www.dailymotion.com/video/xmstw6_presidentielle-2012-le-programme-de-francois-asselineau-president-de-l-upr-10-10_news&start=545

"Je ne vous ai pas parlé de la politique fiscale... et je ne le ferai pas !"

Belle pirouette, après avoir dit qu'il faudrait X logements sociaux, voila qu'il refuse de dire qui devra les payer. Pourtant c'est bien le coeur du sujet (et toute la différence entre une politique de gauche et une politique de droite : savoir qui paye). Ah, faire quelques promesses floues et laisser le gouvernement se démerder pour faire passer la pilule à coup de TVA et de gel du barème de l'impôt ! C'est sans doute ça, l'art d'être président.

J'ajoute que faire un programme uniquement sous forme de vidéo, c'est totalement contraire à la clarté du-dit programme. Ça force les individus à tout écouter, à chercher laborieusement des réponses, là où un texte écrit se parcourt bien plus vite du regard.
Je ne vais bien sûr pas sous-entendre que c'est une manière de camoufler les failles du programme.
Tiens c'est marrant ça !

Francçois Asselineau en parle justement de la PAC. Et au final..... bah c'est la France qui finance sa PAC.

La France donne 21 milliard à l'union européenne pour contribution au budget.

L'Europe en reverse 13 milliard ( au région, la PAC etc...), donc 7 milliard ont disparu (financement des pays pauvres etc...) !

C'est de cet argent donc François Asselineau parle.

Donc l'excuse de la PAC c'est du pipot :)

source
J'aimerais bien qu'on m'explique comment ces 7 milliards peuvent à la fois financer les HLM, les nationalisations et l'augmentation des salaires. Les autoroutes, à elles seules, valent bien 15 à 20 milliards. Si Asselineau veut donc tenir toutes ses promesses, le solde en est facilement de 60 milliards (estimations basse, en prenant en compte ses commentaires sur la nationalisation partielle) contre 35 milliards d'économies sur l'Europe.

Pour le reste, je ne trouve pas très honorable de vouloir enrichir la France en coupant les aides à l'Espagne et à la Pologne, qui sont effectivement les principaux bénéficiaires des aides européennes.
Plus précisément, concernant les autoroutes, c'est entre 22 et 24 millions de bénéfices, c'est-à-dire deux fois plus que l'industrie du luxe...
Une dette de 23 milliards que les sociétés d'autoroute ne remboursent pas, car elles bénéficient de 4 à 5 milliards d'euros en procédant ainsi. Et les concessions vont jusqu'en 2027 ou 2033, selon.
(Le Canard de cette semaine)

Merci pour votre retour sur le forum, Saheyus, sinon ;)
Par "retour", vous voulez dire "message", ou vous vous souvenez de moi après tout ce temps, vraiment ? ^^

J'en profite pour ajouter que j'approuve le principe de la nationalisation (tant que l'administration publique suit un minimum derrière...) et que les autoroutes sont indéniablement une source de profit considérable, une véritable manne que l'État a aimablement déversée sur les investisseurs.

A long terme, ça peut se rentabiliser. Mais dans l'immédiat... J'ai trouvé la liste complète des nationalisations en question :
- EDF
- GDF
- France Telecom
- Sociétés d’autoroutes
- Sociétés de réseaux d’adduction d’eau
- TF1
- TDF
- Tout établissement financier secouru par des fonds publics

Je suis quand même curieux de voir comment on peut faire ça avec 7 milliards par an. Surtout quand ce n'est qu'un petit morceau des promesses du-dit programme (cf les 9 milliards par an pour les logements sociaux)
De même pour les nationalisations.
Et sinon, oui, je me souviens. Pas toujours, mais là, oui.
Vous avez bonne mémoire (je me souviens également de votre pseudo, mais peu de nos conversations après au moins deux ans).

Je ne sais pas si je commenterai longtemps le fil d'@si, j'espère que j'arriverai à apporter quelque chose.
Ça ne commence pas très bien ici, voila que je suis sectaire, que je parle de ce que je ne connais pas, que je fantasme, que je suis un acharné hystérique, stupide et minable... Dire que j'approuve l'idée de tirage au sort de Chouard, et l'idée de nationalisations d'Asselineau, qu'est-ce que ce serait si j'étais un opposant vindicatif ?

Ce serait peut-être moins grave, en fait. Les gens semblent plus blessés par la remise en cause d'un individu que par la remise en cause d'une idée. C'est triste.
vous oubliez peut être de préciser que vous voulez absolument faire un rapprochement de l'upr avec l’extrême droite ,ce qui ,quand on a des convictions de gauche par exemple ,peut faire monter la moutarde...

vous oubliez de préciser aussi que le terme "fantasme " se referait à votre vision de l'upr

vous oubliez de préciser que "acharnement hystérique "( et non pas "acharné") faisait référence à votre volonté de faire le rapprochement avec le fn sur la base de " FA dit l'europe / le fn dit immigration ,c'est pareil ,donc ils sont d'extreme droite"
plus fallacieux c'est dur...d’où la conclusion sous la forme d'une paraphrase

enfin ,quand vous dites que l'upr est d’extrême droite ,vous dites aussi que ses sympathisants le sont ,
donc ce n'est pas un seul individu que vous remettez en cause mais bien aussi tous les sympathisants ,et donc finalement ,l'idée même

mais la discussion sur le financement de beaucoup (trop ?) de projets ,que vous avez par ailleurs soulevée ,est bien plus intéressante ,et tout à fait légitime cette fois
je me posait d'ailleurs certaines mêmes questions
pour moi ,la sortie de l'ue et son organisation (monnaie...) devrait être l'unique mesure présidentielle
aux français ,par les législatives ,de choisir la politique générale qu'ils veulent
Je "veux absolument" ? J'ai fait un parallèle de deux lignes sur une similarité de stratégie politique : prendre un bouc émissaire et prétendre que son éradication rapportera les dizaines de milliards nécessaires à l'accomplissement d'innombrables projets. C'est un fait. Le FN ne se résume pas uniquement à sa haine de l'autre, il se traduit aussi par une certaine stratégie politique qui marche relativement bien dans l'opinion publique.
Pas la peine d'en faire un fromage, si je pensais que l'UPR est strictement similaire au FN, j'aurais dit : "Ce n'est qu'un ramassis de fascistes antisémites et racistes, dont le gourou-dictateur est un criminel endurci". Bref, j'aurais été très clair.

"quand vous dites que l'upr est d’extrême droite"

Mais... j'ai jamais dit ça enfin.
Asselineau est de droite, c'est une évidence (et ça n'a rien de choquant de dire ça d'un ex-collaborateur de Juppé et Pasqua) mais si je devais qualifier la ligne politique présentée dans le programme de l'UPR, je la qualifierai de social-libéralisme. Une volonté de renforcer les services publics, sans encadrer le moins du monde le secteur privé.

Cela dit, l'idée de faire un "référendum sur l'immigration" (et pas sur les impôts, tiens ?), c'est très contradictoire avec la prétendue volonté de ne pas stigmatiser les étrangers. Mais bon, passons.

"pour moi ,la sortie de l'ue et son organisation (monnaie...) devrait être l'unique mesure présidentielle
aux français ,par les législatives ,de choisir la politique générale qu'ils veulent"

Vous savez très bien que les choses ne marchent pas comme ça dans la Vème République. Le président a des pouvoirs considérables qui lui permettent de dissoudre l'assemblée, de nommer et de congédier le premier ministre, de signer les décrets et ordonnances, de nommer des hauts fonctionnaires, etc...
Le premier ministre (et donc son gouvernement, et donc sa majorité parlementaire) est dans une relation de sujétion au président. Il faut tout le poids d'un parti férocement opposé au président pour faire fléchir la politique. On le voit bien avec ces trente "frondeurs" qui tremblent à l'idée de voter "non" au lieu de simplement s'abstenir.

Pour le reste, sortir de l'Europe, si c'est pour continuer à faire une politique de droite...
ce que vous démontrez c'est que vous n'avez PAS pris connaissance de leur programme
le financement est parfaitement expliqué ,et l'argent que reverse l'europe y est tout à fait évoquée
et le programme est parfaitement disponible par écrit
bref vous êtes dans l'invention pure et simple pour que cela coïncide avec votre vision fantasmée

votre petit parallèle assez minable avec le f-haine est un petit bijou de mauvaise foi :
vous prenez 2 sujets qui n'ont rien ,mais alors rien à voir et vous décrétez que c''est quand même un point commun (et ce n'est pas "l'europe,l'europe " ,c'est : "la democratie ,la democratie" )

je ne vais bien sur pas sous entendre que c'est un acharnement hystérique...
J'ai pris la peine d'écouter presque une heure de ses interminables conférences de 5H, en n'arrêtant pas de faire de petits sauts pour essayer de trouver les points qui m'intéressaient. C'est sans doute plus d'efforts qu'aucune politicien n'en mérite.

Autant pour moi, le programme est disponible en PDF. C'est très bien. A force d'entendre parler du programme en vidéo, je ne m'attendais pas à trouver autre chose.
En revanche, si j'espérais y trouver plus de précisions, j'aurais été déçu (pas de chiffres sur les nationalisations, ni de précisions définitives sur les méthodes, il est question de réorienter les fonds structurels de l'UE vers les États de la francophonie, comme s'il pouvait rester un kopek après avoir nationalité TF1, les autoroutes, EDF et la SNCF, les propositions du volet scientifique ne sont pas moins floues, parler de "revaloriser les salaires", c'est bien gentil, mais de 1% ou de 20% ?). En fait, en parcourant, je vois encore plein de mesures coûteuses (lutte contre les difficultés scolaires, cessation des déremboursements de la secu, revenu garanti pour les agriculteurs, financer les syndicats, etc... Toujours sans la moindre mesure permettant de financer tout ça, à l'exception des 7 milliards des fonds européens, et les économies possibles en se retirant des opérations de l'OTAN.

Mais bon, je renvois à ce que j'ai dit ci-dessus, 7 milliards, ça ne finance pas tout ce qui passe par la tête d'Asselineau. A titre d'exemple, les 80.000 logements sociaux supplémentaires par an, ça représente déjà 9 milliards par an (en se basant sur la budget actuel pour en construire 120.000 par an).
Je l'ai dit et je le redis, faire des dizaines de promesses non-financées en refusant d'aborder la question des impôts, c'est de la poudre aux yeux. Aucune réforme sérieuse de la société n'est possible sans une réforme sérieuse de la fiscalité (et un audit de la dette). On voit bien où ce genre de problème à mené le PS.

Ahah, la démocratie ! Et c'est moi qui suis dans le fantasme ?

Quand Asselineau, à la toute fin de sa conférence, dit que "la décision en revient au peuple", il enchaîne immédiatement en ajoutant "donc au parlement". Depuis quand le parlement, c'est la démocratie ? Ne me dites pas que vous croyez sérieusement que la Vème République est démocratique ? Que seule l'Europe est dictatoriale, et qu'une fois débarassés des commissaires européens, votre voix aura la moindre valeur ?
Permettez moi mais vous ne voyez pas assez loin ...

la question du financement ... un état peut financer beaucoup de choses quand la croissance économique est là
le tout est de rétablir la croissance pour cela il faut faire l'inverse de ce qui est fait actuellement il faut faire de la relance et oui il faut au contraire creuser le déficit pour relancer l'économie pour revenir à l'équilibre après , il faut avoir une action contracyclique c'est du keynésanisme et c'est ce que propose Asselineau , et ça a marché après guerre , alors que la politique économique actuelle ne fait que détruire l'économie.

Si on était au plein emplois en france actuellement notre PIB serait de l'ordre de 40 % de plus et donc 40 % de rentrées fisclaes supplémentaires environ et on se poserait pas la question du financement de la sécu ! et même des retraites !


vous n'avez pas tout regarder les nationalisation se font par saisie pure et simple ! ça coûte rien !