356
Commentaires

Macron, Collomb, et l'ile flottante aux pralines roses

Ah ils sont joueurs, les macroniens, on ne peut pas dire. Ils jouent avec nos nerfs.

Derniers commentaires

hors sujet, mais je ne sais pas où m'exprimer...
très étonnée de ne pas avoir de réaction de Daniel, après les lourdes charges quasi hystériques du journaliste sur france info hier matin...Cela concernait le billet de libé du jour
C'est marrant que personne ne se pose la question des réserves de voix de Macron.
Pourquoi suppose-t-on qu'il en a plus que Le Pen?
Fillon n'a-t-il pas ratissé large vers l'extreme droite?
Ses électeurs ne sont-ils pas ceux qui voit en Macron la gauche?
Hamon ne voit-il pas que ses électeurs le croyaient frondeur, sauveur du PS des militants, et donc l'opposaient à Macron?
Sera-t-il suivi dans ses consignes?
Excellent sondage present sur le Figaro...

Beaucoup de chiffres, beaucoup de tendance qui malheureusement confirment ce que je pense.
Le public de Melenchon c'est la classe moyenne
Le public de Lepen c'est la classe ouvriere et celle qui souffre du manque d'argent.

Allez courage les insoumis pour les legislatives, il faut retrouver le courage de se battre.
Je remets ici le lien vers l'article 2017, le coup d'Etat
[large]**************************** couleur destinée à attirer l'attention de la rédaction **********************************************[/large]

DS,

Deux choses sont sûres :
-1- les médias et leur fonctionnement, vous maitrisez à@si ( cf tout votre parcours et votre raison d'être)
-2- Macron a un projet concernant ce point. Clic

... or, il semble que vous êtes résolu à voter pour lui ( cf. le 9:15 de lundi) et que ça vous gonfle un peu qu'il réclame qu'on soit motivé pour le faire ( cf. le 9:15 d'aujourd'hui).


[large]Je trouve qu'on a là tous les ingrédients pour que vous fassiez une émission de compète avec un porte-parole de Macron, uniquement sur ce point-là de son programme. Uniquement sur ça, sans parler du front républicain ou je sais pas quoi d'autre : titillez-les sur LE sujet dont vous êtes spécialistes.[/large]

***--***--***--***--***--***--
Et comme c'est pas très long, je copie/colle ici ce qu'il constate puis promet en matière d'indépendance éditoriale des medias.


Objectif 7 : Protéger l’indépendance éditoriale des médias d’information et conforter les médias de service public.
Aujourd’hui, la présence d’actionnaires industriels et financiers au capital de groupes de presse est une réponse aux difficultés économiques de la presse. Mais elle est source de soupçons sur la réalité de l’indépendance des rédactions et la liberté de la presse. Quant au secteur de l’audiovisuel, sa réglementation n’est plus adaptée à un environnement ouvert et concurrentiel.

Demain, nous garantirons l’indépendance éditoriale des médias d’information et faciliterons leur migration numérique. À l’heure de la fragmentation des médias, les médias publics doivent incarner une exigence éditoriale d’impartialité et de qualité de l’information, jouer un rôle culturel et de soutien à la création, et fédérer les publics les plus larges. Nous ferons évoluer l’organisation, le fonctionnement et la gouvernance des médias de service public.

Créer un nouveau statut de l’entreprise de presse, sur le modèle des trusts anglo-saxons pour garantir l’indépendance éditoriale et journalistique.
Simplifier la réglementation audiovisuelle en matière de publicité, de financement et de diffusion, pour lever les freins à la croissance de la production et de la diffusion audiovisuelles et préparer le basculement numérique, tout en préservant la diversité culturelle.
Nous renforcerons le secteur public de l’audiovisuel pour qu’il réponde aux attentes de tous les Français et accélère sa transformation numérique, en concentrant les moyens sur des chaînes moins nombreuses mais pleinement dédiées à leur mission de service public.
Nous rapprochons les sociétés audiovisuelles publiques pour une plus grande efficacité et une meilleure adéquation entre le périmètre des chaînes et leurs missions de service public. Leurs conseils d’administration seront plus indépendants et plus ouverts dans sa composition. Ils seront chargés de designer les dirigeants, après appel public à candidatures.
Bravo ! le piège s'est refermé. Les électeurs réfractaires au système sont ainsi conduits, comme des souris de laboratoire, à suivre le parcours pré-établi jusqu'à la cellule finale. Alors là ils doivent sans tarder décrocher la pancarte avec le nom qui avait été préparé à l'avance. Bien évidemment s'ils refusent ils seront montrés du doigt et condamnés. Par ailleurs celui qui a fait l'objet de leur choix et qui n'a pas été retenu devra le premier mettre le genoux à terre et toute honte bue renier tout ce qu'il a pu dire ou écrire. La preuve sera ainsi faite qu'il n'est pas un individu respectable. Choisissant l'autre alternative celle de ne pas donner de consigne de vote il n'en sera pas plus digne. La preuve puisque le père de celle d'en face s'est déjà félicité par avance de ce choix.
Enfin la médiacratie y trouvera son compte en allégeant son déshonneur de la part qu'elle aura refilée à ceux qui auront accepté de renier leur engagement précédent et qui ont été très critique avec le petit génie.
Peut-on revenir aux fondamentaux concernant le vote à savoir que le vote exprime un choix et non un non-choix ?
Peut-on imaginer un instant que le candidat, quel qui soit et quel que soit l'estime qu'on lui porte n'est pas un directeur de conscience ?
Pour ces raisons et par dessus toutes les constructions intellectuelles baroques qui vont les culpabiliser d'ici au 7 mai les abstentionnistes devront rester fermes sur leur choix. Autrement ils choisiront celui qui va aggraver impitoyablement les derniers et faibles manifestations d'une république si peu sociale.
[large]Macron à la Rotonde : Patrice Romedenne se paye Daniel Schneidermann[/large]

Mouaaarf.... j'ai peur que vous soyez encore tricard pour cinq ans sur les ondes de l'ORTF.

--
Vin compris, c'est un repas à 60 euros par tête. N'importe quelle famille de smicard avec deux gosses va dans ce genre de resto, tous les dimanches. Le reste du temps... ils jeûnent.
bon. après avoir bien tout lu, et essayé de réfléchir en même temps, je sais un peu mieux ce que je veux : que macron ait juste assez de voix pour battre lapen, mais pas trop. Qu'il ne puisse pas se/nous raconter qu'il est élu par un raz de marée, qu'il ne puisse pas s'octroyer les voix des anti fn comme l'a fait Chirac en son temps.
donc, je me déciderai au dernier moment, en fonction de l'évolution des sondages, de ce qu'exprimeront, clairement ou pas, ceux qui appellent à voter contre lapen mais pas "pour" macron. ça ne me déplairait pas que dans quelques jours il se sente obligé d'aller un peu chercher ce fameux "front républicain", en donnant quelques garanties à ses électeurs-qui-ne-sont-pas-d'accord-avec-lui.
DARK VADOR est très triste que ses puissantes analyses sur le choix entre la peste et le choléra sur le forum précédent n'aient pas
rencontré le succès qu'elles méritent tant.
Entre deux souffles rauques (qui montrent qu'il n'a pas changé bien qu' il peine à s'accoutumer à l'air plein de particules fines que nous
respirons) il dit :
"Petits terriens vous avez le choix, avec deux options, que vouloir de plus dans l'EMPIRE ?
Deux de vos écrivains -connus dans notre galaxie- ont parlé l'un (La Fontaine) de la peste : "Ils n'en mourraient pas tous mais tous
étaient frappés", l' autre du choléra (Giono, Le hussard sur le toit).
La peste crée malgré tout des solidarités contre elle.
Le choléra crée des lâchetés, des fuites en avant qui le favorisent toujours plus...
Croyez-en mon expérience d'analyste intergalactique-cynique."
Souffle rauque (ma signature)
Je sais pour qui je dois voter. Bernard Arnault, notre grand patron... tant aimé, nous l’a confirmé sur France Inter. Pour préserver l emploi, Ruffin va apprécier..., on doit voter Macron. Il faut combattre les extrémistes, de droite mais aussi de gauche. On peut deviner ce qui nous attend avec de tels prescripteurs.
Très bien dit et on constate que face au péril vous vous rapprochez de Joffrin ce matin (éditorial critique pour macron) mais aussi de Plenel qui hier citait l'injonction de Mélenchon en 2002 en faveur du front républicain
Il y avait bien du temps, depuis la déclaration de candidature de M.Macron, pour nous prouver à quel point cet homme est issu du "système", comment la hollandie et les chantres du libéralisme ont organisé la campagne de leur poulain pour s'assurer que surtout rien de change. Il y a avait bien la place, durant tous ces mois, de démonter le programme de ce candidat, de détailler la nature de ces soutiens.

Et pourtant, rien....

M.Cohen a été bien consciencieux pour aller déterrer une proposition de second ordre sur l'ALBA. Il ne l'a pas été le moins du monde pour relever les propos pourtant publics du Christ libéral annonçant qu'il gouvernerait par ordonnance et 49-3.

Maintenant qu'il est au second tour, que c'est inévitable, voilà que la presse découvre, oh! horreur, qu'il serait le candidat d'une oligarchie décomplexée!!!

Je ne suis pas responsable de la présence du FN au second tour, 80% des électeurs qui se sont exprimés, l'ont fait pour un autre candidat que celle du FN.
Il est honteux et malhonnête de rejeter sur les électeurs qui choisiront l’abstention la faute d'une accession au pouvoir du FN. Ce n'est pas nous qui avons placé le FN au second tour, mais bien toute cette vieille classe politique, qui préfère le fascisme au communisme, pour préserver sa position dominante et ses privilèges.

Aujourd'hui il faudrait que nous allions tous en rang et au pas, prouver que nous nous opposons à la gangrène FN? Mais chers messieurs qui pensez à notre place, je n'ai pas besoin de prouver quoi que ce soit, ma conscience est au clair!

Oui, la présence du FN au second tour est un évènement grave. Mais la présence d'un représentant des pouvoirs financiers et du libéralisme forcené l'est tout autant. Pas question de dire que le FN et lui c'est pareil, bien sûr que non.
Mais pas question de considérer que c'est un barrage, un front républicain, le "moins pire". Non ce n'est pas "moins pire" d'être contraint à se prononcer en faveur de l'esclavage pour lutter contre l'obscurantisme.
Au soir du 23 avril, je ne savais qu'une chose : je ne voterai pas pour Macron. Pas pour l'Homme qui nous a été imposé par ces grands monsieurs. On ne me volera pas le peu de démocratie qu'il me reste, car j'ai bien l'impression de me l'être fait volé (ou bien ne l'ai-je jamais eu?).

Il ne me reste donc que quelques options :
- Le vote blanc : pour la symbolique de la démocratie utilisé même si cet acte restera à jamais sous silence.
- Le vote Le Pen : la laisser passer pour avoir 5 ans (ou moins ?) de barrage contre elle et donc l'empêchant d'appliquer sa politique fasciste ? Mais risquer d'envoyer un message horrible au monde et surtout une probable tentative d'obtention de plus de pouvoirs à la Erdogan?
- L'abstention : montrer mon désaccord en ne jouant pas le jeu de leur démocratie, qui n'en est plus une.. Au risque que cela ne soit compris que dans de nombreuses années ? Et attendre des législatives qui risquent d'être décevantes (car accordant une majorité à l'autre débile heureux).

Dans tous les cas nous sommes perdants, il serait peut-être envisageable de protester devant l'Elysée le jour de son investiture, avec le plus de monde possible afin de provoquer un changement de régime. On me traitait d'utopiste avec mes idées de changement de système, mais là avec mes idées de révolution, je crains qu'ils n'aient raison.
Je n'aime pas la façon dont DS se résigne à votre Macron au 2ème tour...
C'est pas tant le prix du menu qui me choque moi ...ni que " En marche" ait envie de faire une petite fête pour célébrer la qualification, mais plutôt le fait que Macron s'isole avec un cercle resserré plutôt que faire un buffet (même cher !) avec ses militants :
- ça confirme bien, pour ceux qui auraient des doutes, qu'il n'y a aucun changement de style
- parmi les invités il y avait vraiment beaucoup de têtes connues, ce qui donne un bon aperçu du renouvellement auquel on va assister.
Merci pour votre chronique. Mais qui pour documenter les situations miroirs ? Marine le Pen se fait huer ce matin à Rungis : verra-t-on sur @si et ailleurs autant de chroniques pour se demander si ce "faux-pas" de la candidate ne va pas lui coûter quelques points? Et sinon, j'aimerais qu'on m'explique pourquoi on les traite si différemment. Au-delà, je rêverais qu'@si documente le désir médiatique non avoué que Marine le Pen se rapproche du but, pour mieux jouer à se faire peur...
Autre exemple symptomatique : E. Macron engrange des soutiens très nombreux, presque personne pour dire que cela le conforte, mais beaucoup de bruit pour dire que cela révèle son statut de candidat du "Système", et donc le fragilise. En face, M. Le Pen reçoit le soutien de la pathétique Ch. Boutin qui ne sait plus comment exister, et c'est immédiatement perçu comme une brèche, une menace, la perspective d'autres ralliements de la droite dure.
En gros, c'est qui perd gagne en permanence pour M. Le Pen quoiqu'elle fasse. Ce type de situation asymétrique me semble dévoiler le traitement médiatique bipolaire de cette élection: il intègre implicitement et valide la grille d'analyse système/antisystème de Marine le Pen tout en brûlant des cierges pour éviter son arrivée au pouvoir.

Question subsidiaire sur une autre tarte à la crème du moment : le résultat du premier tour qui entérinerait "la victoire du ni droite ni gauche". En quoi la présence d'un parti d'extrême droite au second tour signifierait l'effacement du clivage gauche-droite ? L'extrême droite, c'est à droite, pas sur Neptune. Sauf à valider implicitement le storytelling FN qui fait tout pour le faire oublier : on en revient au paradoxe du paragraphe excédent.
Quitte à citer un dessert de la carte de la Rotonde, j'aurais pris le premier qui semble fait pour : Macaron pistache à la compotée de framboises.
Tiens, je réécris le titre : Macron, Collomb, et la compotée de framboises.
une joyeuse petite bande où il ne se trouve personne pour murmurer à l'oreille du Prodige que Le Pen à 21%, tout de même, c'est grave, et que cela mérite au moins de faire l'effort de ne pas festoyer en public avant même l'élection.
Et si ça n'était pas justement ça, qu'ils fêtaient ?
L'arrivée face à Le Pen au second tour.
La magouille ultime, la victoire automatique pour la politique dépolitisée.

Comme si l'improbable hypothèse d'une victoire de l’extrême droite suffisait à masquer l'hypothèse pas moins inquiétante d'une victoire de l’extrême centre qui a tout fait pour arriver dans cette configuration et qui espère réussir à être élus en crachant sur tous ceux qui ne votent pas pour eux.
Le FN est le chien de garde du capitalisme qui l'a aidé à prospérer et Macron en est son exécutant.
Et le système est tellement à bout de souffle qu'il a fallu que droite et fausse gauche s'allient pour amener au pouvoir ce candidat avec le soutient de la finance (et donc des médias) et en agitant la peur du FN.
Tomberons-nous dans ce piège ? Comme DS, hélas.
Car il ne faut pas croire que voter Macron signifie qu'on évitera le pire ou que ça continuera comme avant.
Voter Macron, c'est voter pour le démantèlement total de tout ce qui avait été mis en place par le CNR, de tous les acquis sociaux depuis la guerre, de tous ce qui faisait solidarité dans notre société et qui deviendra privatisé pour le grand bonheur de la finance et provoquera encore plus de pauvreté.
Oui, mais on resterait dans un système démocratique alors que le FN...?
Quelle duperie quand on voit que le capitalisme peut lancer un candidat comme une savonnette en y mettant les moyens financiers, médiatiques et de communication (candidat hors système, ni de droite ni de gauche...).

Avez-vous lu ne serait-ce que la première phrase de sa profession de foi en page 4 :
"Suppression des cotisations salariales pour rapprocher, pour tous les travailleurs, le salaire net du salaire brut."
Bel exemple de tromperie !
Même Glucksmann en effet dans L'Obs dont je n'ouvre la Une que pour voir jusqu'où elle s'est effondrée
Tous versent dans l'appel

Alors moi bien sûr je m'en tire à bon compte. Je ne serai pas là à l'insu de mon plein gré, et inutile de faire une procuration, celle que mon fils a faite pour moi n'était pas inscrite dans la liste
Et puis à qui vais-je confier le travail que je n'aurai fait qu'avec de la sueur et des larmes, hésitant jusqu'au dernier moment

Ma première révolte contre ce simagrée de démocratie, cela va être désormais d'utiliser le "TU". Je vais ruiner la langue française du dedans en tutoyant à tout va.
ça va Macron, tu te fous bien de nous, avec ton ni poivre ni sel qui se terminera en acide pour les moins bien nantis et en miel pour les quelques qui t'ont fabriqué

Oh bien sûr le résultat du vote, il était clair comme l'eau de roche, on avait le temps de se préparer mais on n'en revient toujours pas que ce se soit fait ainsi, au grand jour, sans la moindre honte.

Et même s'ils avaient mangé au kebab du coin, ils ont mangé au succès des banques
Et tandis qu'ils mangeaient à la Rotonde, leurs commanditaires s'empiffraient les poches à la Bourse et l'estomac au Jean-George de la Trump Tower ou au Gordon Ramsay de Londres
Merci de nous détailler la carte de la « Rotonde » ! De telles informations ne sont pas inutiles par les temps qui courent. Eh oui, y’en a qui s’en font pas !
Merci également de nous rappeler la présence du Front National au second tour de cette élection. Et dans la foulée, la pince à linge ! çà oui, y’en a qui exagèrent !
Bien sûr, 10 euros 50, l'île flottante aux pralines roses, c’est pas donné, surtout pour les pauvres ! Ah çà les pauvres, z’ont pas de chance… Certains prétendent qu’avec ce que prépare Macron, ça ne devrait pas s’arranger. Y’en j’vous jure !
Z’ont pas compris que l’essentiel c’est de « faire barrage » (on peut dire également « lutter contre » semble-t-il) MLP. On parlera du programme de Macron plus tard. On verra bien, on aura cinq ans pour çà.. Et dans cinq ans hein ! Enfin on verra bien ! l’essentiel, c’est de faire barrage…
Vous avez dit populisme ?
Bonjour
Depuis 2002 (Chirac-Le Pen) lorsque je vote, je vote pour quelqu'un et non contre quelqu'un.
Cette année là j'ai voté blanc.
Chaque fois qu'aucun candidat me satisfait, je vote blanc.
Le 8 mai il en sera de même.
Je laisse les marionnettiste et la marionnette se dépêtrer entre eux. A force de jouer avec le feu pour leurs intérêts, que le piège un jour se referme sur leurs petites magouilles.
Mais ça fait 30 ans que tout les médias nous disent que le riche de gauche est plus gentils drôle , sympa que le riche de droite, Nous on vois pas la différence, et les médias on mis 30 ans a le voir. Bravo a vous, mais quand c'était Lang, ou Mitterrand ça ne vous derangeais pas , moi oui , déjà a cette époque ça me dégoûtais ces privilèges .
Ne vous inquiétez pas il va être élu même sans les voix des insoumis, il nous reste les législatives pour les empêcher de mettre en oeuvre la privatisation de la sécurité sociale, de l'école, de préparer le changement climatique qui se fiche des dents de loup des oligarques.
Cher Daniel,

je me permets exceptionnellement de vous interpeller quand à votre position pas franchement tranchée sur le deuxième tour des élections.
Exceptionnellement aussi et surtout car je ne le suis que très rarement en désaccord avec vous.
Il est inutile de revenir sur l'arnaque Macron ou le cas Le Pen.
En revanche, il me semble que votre chronique d'hier laisse apparaître, dans sa tergiversation, une sorte de crainte ou de peur de mettre le doigt dans un engrenage dont on ne sait ou il va nous mener.
Or, il me semble que mettre le doigt dans le vote anti-Le Pen est précisément un engrenage dont on sait pertinemment à quoi il mène. En 2002, on y a déjà eu droit et 15 ans plus tard, on a un vote le Pen qui, non seulement ne s'est pas atténué, mais ne cesse de monter et risque bien d'atteindre un niveau historique au 2ème tour. Vous le savez d'ailleurs très bien, pour avoir présenté cette mémorable émission "On nous oblige à sauver la république avec Rama Yade.
Je pense que votre blocage à ne pas voter blanc est d'un ordre purement émotionnel. De la peur de décevoir une longue famille politique à laquelle vous appartenez, de la peur de l'avenir,...? De la peur.
Il existe de très bonnes analyses des phénomènes de peur, qui est lié à l'ego, à travers la philosophie zen et martial, analyses qui ne peuvent régler les problèmes qu'à la suite d'un long phénomène d'intégration.
Mais ce que je voulais dire est que vous exprimez assez bien cette dualité entre la raison et l'émotion et que la seconde n'est ni bonne conseillère ni toujours vainqueur.

Je reste un de vos inconditionnels lecteurs et soutien et irai clairement voter blanc.

Bien cordialement
On nous demande de choisir notre poison. Nous le choisirons. A contre-cœur, assurément. Mais nous le choisirons.

Pendant que certains cherchent à faire barrage au racisme et au Front National, d'autres cherchent à faire barrage au fascisme économique et au Front Patronal.

Croisez les doigts pour que la propagande d'état fonctionne une fois encore.

Car bien malin celui qui pourra prédire combien de temps le barrage pourra durer, quand nous ne cessons de voter pour ceux qui remplissent le réservoir.

(oui, je plagie du Lordon si je veux :p)
" La Rotonde. Ici, il faut faire un peu de sémiologie gastronomique parisienne, à l'usage de nos amis provinciaux, qui ne font pas la différence avec le Fouquet's de Sarkozy en 2007."
Hier soir à l'American Cosmograph* une nouvelle génération de cinéastes "Les Uns des Six""présentaient 9 de leurs court-métrages en une soirée ciné-concert (bande son jouée par un orchestre) devant une salle comble et enthousiaste. Hourra!

*À Toulouse (Jean-Luc Mélenchon :29,17%, Marine Le Pen: 9,41%).
Je crois qu'il vous manque vraiment une vision de la France hors paris milieu "intellectuel" dans votre rédaction, vous vous rendriez rapidement compte que le score de la Connasse n'est pas le seul résultat inquiétant de cette élection.

Je ne crois pas que vous vous rendiez compte de ce que representent les scores de Macron et de Fillon...
Avec aussi la nuance que les 10,50€ de l'électeur sortiront de sa poche quand l'ile flottante de Collomb sera remboursée de la poche de l'électeur...
J'ai bien peur qu'il faille deux éditions d'A.S.I. :

- une généraliste, pour ceux qui essaient de s'informer
- une pour les mélancoliques mélenchonistes , avec leurs certitudes,
,
A ces derniers, je leur conseille d'aller lire R. Glucksmann, dan l'Obs. qui malgré ses répugnances votera Macron , au deuxième tour, : " l'enjeu n'est pas de refaire le monde, mais d'empêcher qu'il se défasse ..."
Je lis également cette chronique comme une suite de celle d'hier, et constate que DS est revenu à sa position de celui qui s'indigne pour le compte du citoyen lambda qui assiste à tous ces spectacles affligeants.

Business as usual, donc.
"Nous ne sommes pas dupes : ce sont des tartuffes"

Ah la vengeance ne se sera pas fait attendre : tombons à bras raccourcis sur JLM, qui, concèdera-t-on, a fait une "belle campagne", mais bon a "raté sa sortie". Vous voyez bien, petits électeurs insoumis, que vous aviez bien tort et que nous avions bien raison de nous méfier. Parce que d'accord pour aider les pauvres, mais là, faut pas déconner, il y a une cause supérieure à défendre.

Comme s'il y avait un doute sur l'opposition de JLM et de la plupart des insoumis au front national. Haro sur les insoumis qui vont s'abstenir ou voter blanc, pendant qu'on laisse tranquille les électeurs de Le Pen et les socialistes traitres au socialisme qui ont provoqué cette situation. Comme si l'abstention valait adhésion et que la politique ne voulait rien dire.

L'histoire se répète. Et les tièdes et les hypocrites s'y engouffrent. Dans 5 ans quand Valls ou le représentant du PS parlera de vote utile pour éviter un nouveau 23 avril 2017, qu'aurez-vous à y opposer, vous qui allez obéir aux "consignes" ? Tant pis, si le Grand Capital c'est la guerre, puisqu'on peut espérer que la guerre ne se fera pas chez nous... Tant pis si le Grand Capital c'est la misère, l'exploitation infinie des ressources et le malheur, puisque l'élite sera opulente et heureuse.

La chronique d'hier reste insupportable parce qu'elle est le réflexe de gens relativement à l'abri, et qui font la leçon à ceux qui ont tout à perdre. On peut comprendre que, dans son for intérieur, on fasse ce calcul, mais de là à élever ce pis-aller en appel général, c'est au-delà de l'écœurement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.