49
Commentaires

Macé-Scaron, analyse d'un châtiment

Chapeau les artistes ! L'opération millimétrée de sauvetage du soldat Joseph Macé-Scaron

Derniers commentaires

Imaginons un journaliste dont les plagiats seraient bcp plus limités: quand il fait des interviews et que le résultat ne lui plait pas, il modifie certains passages en les remplaçant par des extraits d'autres interviews des mêmes personnes, déjà publiées par d'autres journalistes, ou par des extraits des livres écrits par les personnes interviewées.

Quand ça sort, son journal le suspend le temps d'enquêter. Pourtant c'est un éditorialiste vedette. Et maintenant, il prend un an non payé pour retourner à l'école, se remettre au point en "éthique et journalisme". Mais avant de partir, il publie un long article d'excuses, qui est en 1°page. Et il rend le prestigieux prix Orwell qu'il avait reçu en 2008. C'est-à-dire, avant qu'on le lui retire.

Bon d'accord, ce n'est pas à Marianne, c'est juste l'Independent, il s'agit de Johann Hari.

http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/johann-hari/johann-hari-a-personal-apology-2354679.html
Finalement, un bon plagiat n'est-il pas préférable à un mauvais livre ?
"La princesse de Clèves" de Macé-Scaron, ça aurait d'lallure non ?
le plagiat, s'il est interdit au journaliste, est donc, dans le droit canon édicté par Marianne, définitivement autorisé à l'écrivain),

Vincent Glad, de Slate.fr, avait précédé Marianne :

Le plagiat en milieu littéraire n'a pas vraiment de sens.
C'est pas un peu l'hôpital qui se fout de la charité ?

C'est quoi le 9-15 à part la banale expression d'une opinion sans "fact-checking" ?

Et @si est un modèle de journalisme de recherche de la vérité des faits au détriment de l'expression des opinions ? C'est une blague ou quoi ?

Sur la plupart des sujets (nucléaire, féminisme, économie,...) et dans la plupart des formats d'articles on a le droit quotidiennement à une leçon sur ce qu'il faut penser et pourquoi. Il n'y a finalement que dans les émissions (il est vrai le coeur du métier d'@si) où on trouve une expression contradictoire des idées
Hou Daniel ! Prendre pour modèle le journalisme anglo-saxon, par les temps qui courent, c'est quand même assez culotté !!!
Daniel,avez-vous fait quelque chose de particulier à Aphatie ces temps derniers ?

Parce qu'en ce moment, c'est quasiment 1 fois sur 3 qu'il balance une critique (souvent sortie de nulle part) pleine de mauvaise foi ou de mépris ou de cynisme ou les trois à la fois contre vous (aujourd'hui, il a même décidé que vous ne méritiez pas que votre nom apparaisse sur son blog).

Alors, si je suis content que quelqu'un comme Aphatie ne vous supporte pas et ne supporte pas @si (ça me prouve que j'ai eu raison de m'abonner), je me demande quand même quelle mouche le pique depuis la rentrée.

Certes, mieux vaut le laisser hurler dans son coin (avec l'accent), mais quand même, je m'interroge !
Entre l'article éditorialisé et l'enquête, Joseph Macé-Scaron pourra se rabattre sur le [large]journalisme de supputations[/large], très prisé ici.
Récemment j'ai reçu une lettre de Marianne pour me proposer un abonnement à titre d'essai. J'ai ri à l'idée saugrenue de m'abonner pour ce truc... puis j'ai jeté la lettre en ayant une pensée tendre pour ce sacré Joseph M-S. Quel marrant celui là quand même!
Arrêt sur Image continue sa charge contre Macé-Scaron en refusant tout débat sérieux sur la question du plagiat, ou, pour ne pas qualifier à l'avance cette pratique : de la reproduction en littérature. Recopier, c'est fauter : voilà la ligne. Et, quelque part, c'est assez normal venant d'un petit journal comme @rrêt sur Image, c'est un petit site, et plus on est petit, moins on aime les formes de plagiat qui fondent notre originalité, et on se sent tout de suite du côté de l'opprimé. On peut être vigoureusement contre Hadopi mais absolument contre la reproduction partiel d'un texte. Macé-Scaron, plagieur, doit aller au piloris ! si on ne le brûle pas vif, s'il n'y a pas repentance suivi de démission forcée (ou l'inverse), on continuera l'inquisition. Procès, procès ! mais uniquement à charge. Chaque argument dans le sens de "l'intertextualité" (qui n'est d'ailleurs qu'un argument pris parmi d'autres plus pertinents) ou d'une reproduction que l'on ne qualifierait pas de plagiat, est systématiquement moqué, découpé, ridiculisé. Et cela fonctionne : les @sinautes sautent à l'assaut contre l'écrivain, l'insultent sans vergogne (voir sur FB). Il se repent sur ces pratiques journalistiques ? Pas assez pour Daniel qui est bien décidé à être le moralisateur jusqu'au-boutiste qu'il est parfois avec excès. Démission, ou rien. Rayon le de la carte. En réalité, le grand tort de Macé-Scaron, ce n'est pas le plagiat, c'est de passer sur Canal +.

Il n'empêche que, pour le coup, vous @si fait dans la démesure. Dite-nous, Daniel, combien de repentir comptez vous aujourd'hui dans les médias français alors même qu'ils auraient été au moins aussi bien démasqué ? Est-ce que PPDA a fait amande honorable ne serait-ce que moitié moins que Macé-Scaron ? Et un homme politique qui reconnait sa faute, vous en connaissez ? Même, encore une fois, pris la main dans le sac ?

Enfin, je n'ai pas eu besoin de la défense de Macé-Scaron pour m'apercevoir qu'il y avait bien deux situations distinctes : celle, d'une part, du recopiage d'article, et celle de la reproduction de texte au sein d'une oeuvre littéraire. La première relève d'une faute de déontologie, tout comme PPDA en tant que biographe. Mais la seconde, quel type de faute constitue-t-elle ? Aucune, en vérité. Car il n'y a pas de règle déontologique en matière de littérature. Oh, il y a peut-être des règles juridiques qui encadrent son fonctionnement, c'est vrai, mais ce sont des règles juridiques et non des règles littéraires (et le but des règles juridiques est d'assurer un revenu minimal aux auteurs, non pas de sanctionner une faute morale). Des reprises ? et alors ! au pire, cela constitue un simple manque d'originalité de la part de l'auteur. Au mieux, la reproduction donne lieu à vrai production de qualité. En reproduisant des phrases d'autres auteurs, il se les approprie, il les fait siennes. Quelques pages sur beaucoup d'autres ? La belle affaire. Tout ce qui compte est donc : quel résultat ? en fin de compte, quel œuvre ?

Quant à Maurice Szafran, je crois que sur son cas, nous sommes complètement d'accord.

Eternelles questions sans réponse. Une enquête s'imposerait.


Que le grand enquêteur DS ne va pas manquer de mener.
Éternelles questions sans réponse. Une enquête s'imposerait.[quote=Schneidermann]
Ne serait-ce pas plutôt une véritable interrogation qu'il faudrait initier ? Mais cela ne conduirait-il pas à prendre conscience des effectives limites du journalisme et, s'en affranchissant, de passer à une autre activité: non plus, par conséquent, fabrication ou commentaire de l'information, mais décryptage vraiment de ce que celle-ci ne peut, au grand jamais, nous révéler ? C'était là, au fond, la bourdieusienne question. Il faut vous remercier de continuer d'en attester la légitimité: fût-ce à votre corps défendant - mais cela signifie, aussi: à votre corporation "trahissant"*.

*Remarquons, s'agissant de corporation, que Bourdieu a commencé de s'illustrer par la critique de celle-là même à laquelle il appartenait.
Comme écrivait récemment Alain Korkos : "les plagiats se ramassent à la pelle, à la pelle, vous dis-je"... Vous avez pointé Macé-Scaron, certes, après avoir assommé PPDA (pris deux fois la main dans le pot de confiture)... Quand allez-vous faire son affaire à ce "guignol" (il se promène dans le Vieux Lyon... alors, je peux) de Lorànt Deutsch qui s’est beaucoup servi d’Auguste André Coussillan, dit Jacques Hillairet (1886-1984), spécialiste de l’Histoire du Vieux Paris pour son « métro ». Et le voilà qui, nous dit préparer un autre ouvrage, cette fois sur la ville à Pivot… (on l’a vu au vintor de la 2 dans un "sujet" vantant le retour en grâce de l'Histoire (?) ) Nous disions à Alain K de conseiller à l'oteur (avec lequel "collabore" Emmanuel Haymann) de copier-coller le gros bouquin de l’abbé Adolphe Vachet paru chez Bernoux, Cumin et Masson, éditeurs à Lyon, en1902… Avec cet ouvrage son boulot est tout fait... à part (oeuf corse) le pont Maréchal-Juin ou quelque boulevard Edouard Herriot.
Un peu hors sujet, mais ça concerne votre vite-dit : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12010

Pourquoi Sud-Ouest évoque systèmatiquement l'affaire Amine alors qu'il s'appelle Amine Benalia-Brouch
Dirait-on l'affaire Jacques ou l'affaire François ?

http://www.sudouest.fr/2011/09/12/affaire-amine-le-monde-fr-relaxe-cinq-internautes-condamnes-pour-injures-a-caractere-racial-497347-4749.php
Vous savez ce qui vous reste à faire, DS.

Les matins ou vous auriez bien envie de faire la grasse matinée, plutôt que de se réveiller à pas d'heure pour livrer en catastrophe ce satané 9h15 vers 9h16 ou 17, LA solution est donc de recopier des passages de Marianne que vous aimez bien. Vous programmez ça la veille, et hop : à vous la couette jusqu'à midi ! Ce ne serait même plus seulement de l'intertextualité : sur le net, ça ferait encore plus moderne. Un truc comme l'hyper-intertextualité multi-média numérique. La classe.
Ah Marianne. J’ai longtemps acheté cet hebdo, capable du meilleur (certaines enquêtes, certains chroniqueurs comme Légasse ou Rémond). J’ai cessé brusquement cet été, à cause d’un article immonde du site internet exhibant la vie privée de la défunte Madame de Ligonnès. Nous fûmes plusieurs internautes à demander la suppression de ce torchon (encore qu’un torchon ça nettoie, alors qu’ici on salissait, et une morte). En vain, et on comprit pourquoi : pendant plusieurs jours, cette merde fut référencée comme article le plus lu. Comme quoi, Marianne-la-vertu, s’il s’agit de produire du clic, peut bien faire Marianne-la-pute.

Et ce site, rebondissant sur le fait que certains internautes s’en prirent à la « journaliste » coprophage en des termes d’une grande violence, ferma ce forum, puis tous les autres.

Vous me direz, vu le niveau moyen très moyen des commentaires, ce ne fut pas une grosse perte.


Quant à la défense de Macé-Scaron, quelle pitié.
J'ai regardé dernièrement vos émissions sur le journalisme de guerre.

J'ai changé ma façon de voir les journalistes.

Ne pourrait-on pas trouver un autre nom aux spécimen type MS ? J'ai vraiment l'impression que le terme "journaliste" ne convient pas. Quant au terme "écrivain"..
Vu ce qui se passe en ce moment ( accident dans une centrale du guard, dévissage de l'euro, la Grèce qui sombre, etc...) franchement l'affaire Macè-Scaron on s'en tamponne gentiment... :-/

Comment pouvez vous tomber dans le panneau du scandale corporatiste qui n'intéresse que le petit milieu qui se regarde le nombril quand vous êtes censé décrypter le fonctionnement et les dérives de ce petit milieu?

Le Titanic coule et vous vous focalisez sur les clefs de voiture de tata qui ont disparues...
"Le journaliste français moyen, avant de chercher à savoir exactement ce qui s'est passé, se demande d'abord avec angoisse ce qu'il faut en penser."

de plus, le "ce qu'il faut en penser" semble se traduire, dans l'esprit du "journaliste français moyen", moins par "ce que j'en pense" que par "ce qu'il faut absolument que tu en penses, lecteur". Mon opinion est un must pour toi, incapable de t'en faire une par toi-même.

C'est parfois (involontairement) surréaliste, cette prétention à être la crème des penseurs. (Involontairement, certes, il n'y faut voir aucune prétention poétique, ni même comique.)
Ce que je préfère dans cette affaire de blanchiment de plagiat habituel et connu chez un journaliste éminemment à la mode, devenu une icône télévisuelle, c'est que les défenseurs de JMS ont convoqué Montaigne et Plutarque,

Comparer une traduction du latin en français à une époque où très peu de livres circulaient, avec des copier/coller simples sur un ordinateur, et sans référence ni guillemets, et s'en servir comme si c'était la même chose, me sidère.

A cette lumière, la difficile traduction et les références aux anciens, dans le tâtonnement intellectuel des Lumières, devient une justification de la peopolisation facile et sans-gène d'une société médiatique dévoyée.

Le pire, c'est que ça marche. On a les médiocrités qu'on peut.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.