28
Commentaires

Luc Bronner, reporter au Monde : "Il faut retourner sur le terrain"

Il a dirigé pendant cinq ans les rédactions du Monde, et a choisi de revenir au reportage, radiographiant la France contaminée par le Covid, par l'abstention, par les chaînes d'info anxiogènes et trompeuses. L'arme suprême ? Le reportage, selon Bronner, pour prouver que la France n'est pas devenue le pays à feu et à sang que nous décrit CNews. Pour cette émission d'été "carte blanche à la rédaction", Emmanuelle Walter a également interviewé le journaliste sur son livre, "Chaudun, la montagne blessée"... et sur la difficulté à tenir une ligne éditoriale cohérente au temps du dérèglement climatique.

Commentaires préférés des abonnés

C'est assez étonnant ce discours sur le fait que l'humain est plein de contradictions et que donc ça autoriserait le journal à l'être... Quand on met l'humain fasse à ses contradictions on attend bien qu'il en tienne compte et qui rectifie le tir, d'(...)

Très bonne émission merci. J'aurai rêvé une confrontation sur la dernière partie de l'émission avec Frédéric Lordon sur la notion de militant et d'engagement. M. Bronner vous êtes dans le déni et vous nous servez le discours classique sur le discrédi(...)

ennuyeux et bien pensant . Un robinet d'eau tiède soporifique et redondant, quand même assez satisfait de lui même. Pas une perte. maitrise le langage hypocrite de la bourgeoisie contente d'elle même. 

Derniers commentaires

La partie sur Chaudin m'a vraiment intéressé. J'ai même été acheter le livre (pas encore lu). Je n'avais jamais entendu parler de ces communes vendues à l'État. Combien y en a t-il ? Qu'est devenu leur territoire ? Est-ce devenu une sorte de réserve naturelle par la force du vide ?

Autrement je ne suis pas sûr que la misère sidérale que ça reflète soit plus grande que celle qui existe dans nos villes cachée (?) sous les ponts d'autoroute, les friches industrielles, les entrées d'immeuble, les cartons... Le journaliste est sourd à cette angoisse diffuse.

Intéressant mais un peu angélique malgré tout au plan politique sauf sur le constat environnemental, accablant et mettant chacun en face de ses responsabilités.


La cata annoncée par les sondages et les chaines d'opinion a quand même accouché, à défaut du raz-de-marée d’extrême droite officielle, de 65 % d'abstentions aux dernières élections (sans parler des municipales), ce qui veut apparemment dire quelque chose.

 

Quant aux artisans dont le job fonctionne à plein en ces temps troublés (agrandissements, terrasses, travaux divers et d'été) je peux en interviewer le nombre qu'on veut y compris en massif central mais est-ce un signe positif pour les  catégories sociales frappées de plein fouet par le confi et l'isolement ? ...

La transition a ASI va dans le bon sens avec ce type d'émission et les questions d'Emmanuelle qui met le doigt sur les contradictions du travail du Monde.  

Encore une affaire palpitante comme ça et je m'en vais.

Qu'as tu fait papa alors que tu savais ?
De la pub pour des SUV. 


Rien à ajouter.

En tout lieu, en tout temps, on peut trouver des privilégiés qui diront que cela va bien. PARTOUT. TOUT LE TEMPS.
Donc faire un article dessus est stupide, cela n'apporte aucune information. Le pire étant qu'ensuite certain puissent s'en saisir pour généraliser.

Je suis curieux de voir le reportage qui va nous démontrer que la France n'est PAS à feu et à sang ! Il est quasiment toujours impossible de démontrer l'inexistence de quelque chose. En n'apportant pas la contradiction à des Zemmour et à des Praud, ces gens propres sur eux les laissent parler seuls aux Français. Il faut les sommer de démontrer, EUX, que la France EST à feu et à sang. Quand on le fait, ils en sont systématiquement incapables ! 

Ne pas se focaliser sur Cnews qui ne représente que 700.000 spectateurs et n'influence pas la grande majorité des électeurs Les resultats des régionales en sont la preuve.

 Ce brûlot permanent et haine et de bêtise retournera tôt ou tard dans les oubliettes de l'histoire des médias. Avec notre mépris.

Quelques biais l'air de rien, même s'il l'admet à moitié, choisir une ville avec un chomage faible à interroger des chefs d'entreprises, ou dans une autre de banlieue avec un fort taux de mortalité des gens du tissu associatif en soutien, c'est déjà des choix qui attendent un certain niveau de réponses pré établies.
Le titrage "tout va bien dans la majorité silencieuse" est grandement foutage de gueule, même quand il dit que c'est pour porter le débat, dans l'article central dans le journal le point d'interrogation n'existe plus.
Le travailleur précaire, l'immigré dans la merde, sous prétexte qu'on entend déjà trop souvent leur malheur, est une justification de bas niveau pour dire qu'il est aussi normal d'interroger des chefs d'entreprises, sous entendant que les blancs la cinquantaine possédante, dans une ville à "bon revenu" représenterait la majorité silencieuse, 90% des journaux étant à des milliardaires, le point de vue bourgeois on l'entend très très souvent, et le travailleur précaire, l'immigré on l'entend très très peu ( A part quelques rares indépendants comme Bondy blog, streetpress...), c'est surtout beaucoup d'autres qui parlent à leur place (Les français disent, les français machin, les français chose, ils vont, ils ont, ils nous...).
Ce qu'il conçoit comme quoi on parle que du malheur des pauvres au détriment d'une "réelle quotidienneté" de gens censés représentés la majorité silencieuse est un de ses biais les plus parlant, car c'est surtout la peur du point de vue bourgeois qu'on relaie, que les médias de masse expriment, en rien le vécu, la parole des exploités.
Un journal ne dit ni le bien ni le mal, il devrait, pourrait être neutre? Alors même si là l'exemple est posée sur les papiers sur les SUVs, de mettre au même niveau des colonisés et des colonisateurs pour prétexte de neutralité, c'est déjà ne plus être neutre.

L'interviewveuse semble entièrement fascinée et sous le charme du journaliste. C'est dommage même si l'émission se regarde volontiers.
On la sent comme hypnotisée par son sujet, bien trop proche de l'homme.
On à l'impression d'une révélation intime : elle est amoureuse.

Désolé, mais c'est ce que j'ai ressenti.

Au minimum, Luc Bronner aurait dû reconnaître que son titre La France heureuse, la France qui va bien, et si c’était elle, la majorité silencieuse ? était inapproprié. En effet il ne décrit pas la réalité de son reportage où les personnes interrogées sont CSP +/ classe moyenne supérieure et ne constituent pas la majorité de la population. Château-Gonthier serait-il un Monaco au régime fiscal avantageux, je ne crois pas... Beaucoup de suffisance ou de certitudes du Monde, mais pas  partagées par tout le monde... Le fameux divorce avec la vraie majorité silencieuse, celle qui gagne moins de 1500 € par mois.

Le travail faut sur Chauvin a l'air très intéressant et rigoureux ! Passionant à écouté.

Par contre, très surpris de ne pas l'avoir vu reconnaître que faire un article pro-SUV, cela puisse être considéré comme gênant, surtout dans un numéro qui parle du rapport du Giec. En parlé parce que cela existe, ok, mais là c'était clairement un article promotionnel... pas pareil... Dommage que l'interview finisse sur cette note mitigée.

ennuyeux et bien pensant . Un robinet d'eau tiède soporifique et redondant, quand même assez satisfait de lui même. Pas une perte. maitrise le langage hypocrite de la bourgeoisie contente d'elle même. 

Chaudun c est aussi ce qu'on appelle  le syndrome de l'île de Pâques ou... chronique d 'une mort annoncée. Ben là comme dit Bronner c est ce qui nous arrive a grande échelle mais en miniature. Rien de nouveau en qq sorte (mais le conte se termine bien quand même,  il y a de l'espoir)


Juste une remarque a Mr Bronner qui a propos de la gifle qu'à reçu Macron, a traité d abruti le quidam. J'ai été un peu troublé par ce jugement à l'emporte pièce, ça mériterait un peu de discernement. La raison à ses raisons que la raison ignore.. Est ce l'effet Macron qui a propos des antis vaccins les aurait  traité d irresponsables et d'égoistes. Ah ! la la ces bourgeois ils ont ont le complexe des sachant.

Quand à la presse d opinion et ou la presse militante là c'est pareil, le  Monde se place au dessus de la mêlée (bien sûr dans la pluralité,le bien penser et le factuel). Pourtant quand je lis (ou lisait) la presse économique( d antan) il me semblait que le monde était le porte voix de l'économie libérales. Et je ne vais pas revenir sur la position du journal au moment du referendum européen en mai 2005, trop douloureux. 

A part ça je suis d accord on passe beaucoup de temps a parler de Cnews et la meilleurs réponse c est d en parler le moins possible (d accord ASI ?)  

Pour celles et ceux qui cherchent Chaudun sur la carte, c'est ici en cliquant sur le lien suivant : https://www.openstreetmap.org/#map=18/44.64272/6.02052

Une petite ville voisine d Chateau Gonthier s'appelle Sablé sur Sarthe. Le fond de l'article de Luc Bronner n'a rien de surprenant. A quand un reportage au siège des Républicains ?

Sinon, tout à fait d'accord avec lui, sur l'indigestion de Cniaiseries.

Merci de rappeler que Cnews est un vilain petite crapaud par rapport à France 3 et la nécessité de mettre les choses en balance. 

Parler de chaînes de merde, ok, mais faîtes les contraster avec le traitement correct de l'info, si vous en trouvez, et dîtes-le ! 

S'en abstenir contribue à faire croire qu'il n'y a finalement rien de bien dans l'info.


C'est assez étonnant ce discours sur le fait que l'humain est plein de contradictions et que donc ça autoriserait le journal à l'être... Quand on met l'humain fasse à ses contradictions on attend bien qu'il en tienne compte et qui rectifie le tir, d'une certaine manière. Alors pourquoi pas un journal? 

Aussi: effectivement il y a une forme de déni à ne pas voir les liens entre l'écologie et l'économie. Ce déni est visible quand Bronner fait mine de croire qu'on pointe du doigt ceux qui achètent des suv. Ils ont bien le droit d'aimer ces engins, ça c'est sûr; mais est-ce acceptable qu'on cherche à leur vendre? c'est ça la question! Quid de sa responsabilité? Il la voit bien, pourtant, quand il décide de ne pas aller sur les plateaux des chaines d'opinion. C'est bien la même démarche!

Très bonne émission merci. J'aurai rêvé une confrontation sur la dernière partie de l'émission avec Frédéric Lordon sur la notion de militant et d'engagement. M. Bronner vous êtes dans le déni et vous nous servez le discours classique sur le discrédit du militantisme au profit du libéralisme. Cela fait bien longtemps que Le Monde a pris son parti, celui du capitalisme. Parlez-en avec Mink, Niels et autres...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.