14
Commentaires

Lobby du tabac : le "lièvre" de Cash investigation n'est-il qu'un lapin bizarre ?

Mystérieux contrats, annexes secrètes, dons au gouvernement français : ça sent le complot. Dans le reportage de Cash investigation consacré à l’industrie du tabac diffusé cette semaine, on découvrait que les quatre plus gros industriels arrosent discrètement les budgets de la Commission européenne et de ses Etats membres, dont le gouvernement français. Philip Morris qui aide à construire des écoles en France et finance notre système de santé ? C’est cocasse. L’équipe de Cash cherche alors à forcer la porte de Bercy pour faire toute la lumière sur ce drôle de deal obscur. Une obscurité relative : à Bercy, on assure que ces fameuses conventions secrètes sont en ligne sur Internet. Mais parle-t-on bien des mêmes ?

Derniers commentaires

Le point de vue, sur cet article, de Laurent Richard, l'enquêteur de Cash Investigation...
Panique chez les Bœuf-carottes du PAF, Daniel Schneidermann pris en flagrant délit de mensonge. (un bien mauvais titre, trouvé-je...)

Anne-Sophie, vous rajoutez ce lien en fin d'article ? Non ? Ah bon ?
Daniel Schneidermann ne répond pas le samedi = stratégie d'évitement. Il s'enfonce tout seul ce journaliste.
Attendons, il a fort à faire, comme l'explique une chronique de ce jour.

Dans l'ensemble, je ne me sens pas très bien car, pour une fois que je connais assez bien un sujet, j'ai une impression d'approximation qui m'étonne de cette rédaction, et surtout qu'on a clashé le docu avant de faire un réel travail d'investigation. La relance et le droit de suite ont quasiment disparu en cette période souvent complaisante, et on ne peut pas reprocher à Elise Lucet sa pugnacité.

On peut dire ce qu'on veut, il n'y a sans doute pas le grain journalistique d'un Stéphane Foucart ou d'un David Leloup, c'est moins détaillé que la belle émission en quatre volumes de Florian Delorme sur France culture, mais cette émission a levé quelques gros lièvres: le système de lobbying (bien connu, mais rarement aussi explicite), les contreparties secrètes (qui sont toujours secrètes à ce jour, c'était ça le gros lièvre du documentaire), la très étrange conception de la déontologie à l'AN. Prolonger un peu cette enquête, cela n'aurait pas fait de mal, au lieu d'aider à refermer des portes. Je peux avoir quelques critiques de fond sur cet épisode de Cash Investigation: on fait quasiment l'impasse sur la manière dont une partie de la recherche a été et est sous perfusion de l'industrie du tabac; les comparaisons avec les précédents américains auraient été utiles, mais cela reste tout de même un bon point de départ.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Au moins vous avez le mérite de citer le journaliste suite à votre article.... Je trouve ca assez étrange de vous contenter d'analyser qu'une partie du documentaire de Cash Investigation alors qu'il est rempli d'informations que j'ignorais, j'ai du mal à suivre votre logique surtout que j'estime Cash Investigation comme tres rare à la télévision grand public...Après quand je lis dans les commentaires la paranoia du complot je me dis que l'on ferme le débat en parlant de la sorte il faut savoir controler sa parole et ne pas aller dans l'exces, Cash a le mérite de montrer la construction de l'Europe à travers divers documentaires et cette construction n'est pas basée sur la population mais sur l'argent et le lobbying et votre article orienté me laisse perplexe.
Comme pour la chronique de Daniel cette semaine (qui me semblait moins bonne que d'autres), j'ai l'impression qu'Anne Sophie mène une bonne enquête, mais pas sur le vrai sujet évoqué par Cash Investigation: le point crucial tient au contreparties secrètes au niveau européen, c'est là qu'on peut avoir des choses semblables à celles qui sont documentées par Proctor dans Golden Holocaust.
Merci pour le billet et aussi, pour la mise à jour, Anne-Sophie.
Je parie que le CD caché sous le téléphone est un Traxdata - de 800 ou 900 MO ?
Hé ben super, beau travail.
L'hypocrisie révélée dans toute sa splendeur. Les taxes sur le tabac sont prétendument une mesure de santé publique, et non un impôt destiné à alimenter les caisses de l'Etat. Or, le gouvernement laisse les fabricants pratiquer en paix la contrebande, pourvu qu'ils payent leur dû. Ça aurait peut-être mérité d'être souligne dans l'article...
Mouai , bof , la critique du reporage sur ce point est utile , mais en fait le fonds du dossier évoqué est tout autant interressant car en tenant compte de l'enquete ASI :
- Les fabricants de tabac sont telement soupsonnés d'organiser la fraude qu'ils préfèrent payer et éviter un proces ( au fait pourquoi pas dans les pays concernés ?) et en outre ils forment les douaniers de ces pays ( et non pas il se font inspecter !)
- L'affaire Dalli ( je vous laisse googeliser le truc) est révélatrice de quelques bizareries de la commission Baroso
- Le rapport d'un cabinet d'audit stipendié ( payé) par les fabricants de tabac et adressé au gouv thèque qui conclu que des fumeurs (en sursis) coutent moins cher a l'etat que des retraités en bonne santé !

En tout état de cause je pige pas trop l'absence de reaction des ministères concernés .....
Lumineux !
Merci Anne-Sophie.
Comme quoi le montage de bafouillages dans un reportage est bien difficile d'interprétation[s]nage[/s].
et F2 à publier ce rectificatif ?....sourire...
Merci pour ces recherches/précisions!
On n'en peut plus de notre parano!

Mais alors on ne s'explique plus du tout l'ignorance des ministres successivements interrogés?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.