Lobby du tabac : le "lièvre" de Cash investigation n'est-il qu'un lapin bizarre ?
Éconautes
Éconautes
chronique

Lobby du tabac : le "lièvre" de Cash investigation n'est-il qu'un lapin bizarre ?

L'étrange (mais pas mystérieux) deal entre les cigarettiers et l'UE

Réservé à nos abonné.e.s
Mystérieux contrats, annexes secrètes, dons au gouvernement français : ça sent le complot. Dans le reportage de Cash investigation consacré à l’industrie du tabac diffusé cette semaine, on découvrait que les quatre plus gros industriels arrosent discrètement les budgets de la Commission européenne et de ses Etats membres, dont le gouvernement français. Philip Morris qui aide à construire des écoles en France et finance notre système de santé ? C’est cocasse. L’équipe de Cash cherche alors à forcer la porte de Bercy pour faire toute la lumière sur ce drôle de deal obscur. Une obscurité relative : à Bercy, on assure que ces fameuses conventions secrètes sont en ligne sur Internet. Mais parle-t-on bien des mêmes ?

90 millions depuis 2006 : c’est la somme versée par les industriels du tabac au gouvernement français et dévoilée dans le dernier reportage de Cash investigation diffusé mardi 7 octobre sur France 2. Une somme qui abonde le budget de notre gouvernement. L’équipe de Cash tient l’information de Giovanni Kessler en personne, président de l’OLAF, l’Office européen de lutte antifraude. Ainsi, nous explique-t-on, Philip Morris finance des écoles françaises, et la British American Tobacco finance des douaniers chargés d’enquêter sur elle… "Le conflit d’intérêt est grave". Ces accords sont par ailleurs d&e...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.